Archives par mot-clé : rap

Marion Coste

Marion Coste est spécialiste des relations entre littérature et musique, dans des contextes français ou francophones. Elle s’intéresse en particulier au rap, proposant de comprendre ce genre comme une forme de « neolittérature » (Nachtergael) qui associe littérature, musique et images filmées. Elle travaille actuellement avec Cyril Vettorato et Hector Jenny sur le « flow », c’est-à-dire la façon dont les MC musicalisent leur façon de parler, et qui fait office de signature artistique : ils préparent ensemble un colloque sur ce thème qui se tiendra en novembre 2022.

Elle étudie particulièrement les œuvres de rappeuses françaises et francophones, ainsi que des rappeur.euse.s queer dans une perspective de genre et postcoloniale (Casey, Meryl, Shay, Moonaya, K T Gorique, Lala &ce, Nyoko Bokbaé, Illustre).

Appel à contributions : Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap (Université Paris Cité )

Colloque international : Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap 

18 et 19 novembre 2022, Université Paris Cité (Grands Moulins)

Échéance des propositions : 1er juin 2022

English below

Les MCs renvoient souvent à leurs propres performances vocales par le terme de « flow », qui désigne la façon dont elles ou ils articulent et font sonner la langue. Cette notion entrecroise des questions de rythme musical, de cadence prosodique, d’accentuation, de timbre et de hauteur vocale, autant que d’autorité et de subjectivation. Il s’y joue donc une association spécifique du verbal et du vocal qui, parce qu’elle ne s’embarrasse pas d’une correspondance clairement mesurable entre le langage musical et le langage verbal, permet des nuances et des effets subtils. Il nous semble que l’étude du flow permettrait de penser l’association musicale et verbale au sein de l’art de la ou du MC, à condition de nous donner les moyens de mobiliser des outils d’analyse aussi bien littéraires (thématiques, prosodiques) que musicaux, de rythme, de timbre ou de hauteur. C’est à une réflexion sur les outils d’analyse nécessaires à l’étude du flow que nous souhaitons nous consacrer, en évitant le double piège d’un réductionnisme technique et d’un impressionnisme métaphorique.

Une première piste serait d’abord d’écouter les discours des MC, souvent prolixes quant aux qualités de leur flow et/ou de leur voix, notamment dans les morceaux de type egotrip. Il s’agirait alors de comprendre quelles sont les caractéristiques sonores mises en évidence, et de se demander s’il apparaît là un système de valeurs esthétiques partagé. Très souvent, en contrepoint de « mon flow », il y a « leur flow », celui des rivaux et rivales, qui n’est pas à la hauteur, qui manque de souplesse ou d’originalité… Il pourrait également être intéressant de se tourner vers le monde des fans et autres « rap nerds » qui participent également, au fil de longues discussions sur des médiums variés (forums en ligne, chaînes youtube, podcasts), à la constitution d’un consensus toujours temporaire et partiel autour de ce qui fait un bon flow, de quel type de flow est « frais » ou au contraire totalement dépassé.

Une seconde piste de réflexion pourrait proposer des études de cas, et ce à deux échelles : celle de l’individu, dont le flow est la signature vocale, et celle du groupe défini de diverses manières (régional, générationnel, genré, par sous-genre rapologique). On peut se proposer d’analyser le flow d’un ou d’une rappeur.se. Il s’agirait peut-être, dans un premier temps, d’isoler les différents caractères du flow, c’est-à-dire de proposer des analyses rythmiques, qui confronteraient accents prosodiques et accents musicaux du beat ou s’attacherait à analyser les variations rythmiques du flow dans un même morceau (accélérations, ralentissements, ruptures), ou des analyses de voix, et notamment des variations de timbres ou hauteurs proposées par certain.es rappeur.ses. Ces différentes caractéristiques sonores pourraient être mises en relation avec les postures énonciatives variées. Ce travail associerait les méthodes mises au point par des musicologues depuis quelques années (Adams 2008, 2009, 2015, Condit-Schultz 2016, Duinker 2019-2020, Komaniecki 2017, 2020, Migliore 2020, Ohriner 2016, 2019) avec l’étude du contenu verbal et de l’ethos construit en discours.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap (Université Paris Cité )

Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre)

Doctorante en Littérature française et Littératures francophones à l’Université degli Studi Roma Tre

Sujet de thèse

Les rapports entre rap et littérature, théorisés et analysés dans une perspective médiologique et postcoloniale.

Thèmes de recherche

Musique et littérature, littératures de la migration, intermédialite, transmédialité, études postcoloniales

Formation

  • Novembre 2019-Présent, Rome : Doctorat en Littératures française et francophones (Università degli Studi Roma Tre)
  • 2019, Rome-Paris : Double Master 2 Recherche en Littérature comparée (Università degli Studi di Roma La Sapienza – Université Paris-Sorbonne Paris IV)
  • 2017, Rome : Licence en Lettres modernes (Università degli Studi Roma Tre)
  • Erasmus+ auprès de l’Université Sorbonne Nouvelle

Publications

  • « Gaël Faye : le rappeur des deux continents », Ponti/Ponts, n° 20, 2020, pp. 35-58.
  • « Leïla Houari : une poésie de l’entre-deux », Dialogues Francophones, n° 24, 2020, pp. 61-79.
  • « La visione transnazionale di due scrittrici italo-quebecchesi: Mary Melfi e Bianca Zagolin », Novecento transnazionale, vol. 5, n° 2, 2020, pp. 213-228.
  • « Gravures de sons : la mémoire coloniale dans le rap de Médine », Al-Mukhatabat, n° 41, 2022, pp. 265-282.
  • À paraitre : « Abd Al Malik : quand le rap actualise la littérature », Interculturel Francophonies, n° 23, février 2022.

Communications

  • Conférence francophone interdisciplinaire internationale Migrations & Minorités, 14-16 octobre 2021, Université de Galati.
  • Communication : « Gravures de sons : la mémoire coloniale dans le rap de Médine ».

Page personnelle (Academia)

Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances

Sous la direction de Magali Nachtergael

“Considérer le rap dans le sillage croisé de la performance poétique et de la tradition orale simplifie immédiatement le lien entre études littéraires et cette forme littéraire contemporaine populaire. Cependant le rap, véritable art total, embrasse des problématiques liées à ses diverses modalités de performance – orale, rythmée, visuelle, sociale – mais aussi à l’histoire de la poésie en tant que création expérimentale et socioculturelle. Les contributions émanent de chercheurs et chercheuses internationaux (Belgique, Cameroun, États-Unis, Grande-Bretagne, France, Haïti, Québec, Sénégal) et le volume aborde des productions rappées francophones et anglophones selon une perspective à la fois globalisée et située. Partant du point de vue des études littéraires, il considère les dimensions rythmique, visuelle et sociopolitique de cette performance poétique plurimédiale.”

Continuer la lecture de Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Séminaire LPCM, séance 1 : Méthodes et théories de l’intermédialité – Mercredi 26 janvier, 17h-19h

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Lien de connexion : https://unil.zoom.us/j/4886436683 

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »

À l’ère médiatique, la littérature est de plus en plus exposée aux média(s) et pénètre de nouveaux espaces. Synthèse de multiples voies formelles, le rap contribue à la circulation médiatique et à l’actualisation de la littérature dans la société contemporaine. La relation entre rap et littérature sera donc, tout d’abord, pensée et encadrée théoriquement comme un dialogue entre média. Les enjeux formels et sociaux de cette relation seront ensuite analysés à travers une brève étude.

  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Le concept de BD numérique englobe une variété d’œuvres, allant des BD imprimées qui sont numérisées et prépubliées en ligne aux e-comics qui résistent à la publications papier et ont des affinités plus fortes avec les jeux vidéo. Ma contribution essaie d’en donner un aperçu des différents types, en montrant comment ces BD peuvent créer de nouvelles expériences de lecture, surtout en termes d’immersion et d’interactivité (concepts qui seront repensés dans une clé media specific).

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

Parution : Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue (Julia Cela)

Julia Cela, Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue, Lausanne, Université de Lausanne, coll. “Archipel Essais”, 2021.

Postface de Jérôme Meizoz

Quel est l’enjeu d’étudier le rap comme une forme littéraire ? Dans une pratique où les corps sont parlants, comment envisager la relation entre l’auteur, l’énonciateur et l’interprète ? Que fait le rap aux hiérarchies culturelles instituées ?

Le rap francophone contemporain active un regard sociologique, attentif à la fois au fonctionnement du monde social et aux phénomènes de domination dans le champ culturel. Au cœur de ces dynamiques se trouve le featuring, qui désigne la collaboration entre différents artistes. Ce phénomène constitue à la fois la condition d’émergence du rap dans les années 1990 et le motif textuel qui structure sa poétique.

Par cet étroit rapport avec les théories des espaces sociaux, le rap institue ses propres dynamiques de légitimation. Dans les textes s’élabore une valeur symbolique spécifique visant à renverser le discours hégémonique, qu’il soit culturel, racial, politique ou économique. Le rap, relégué à ses débuts aux marges du littéraire, s’institue en littérature.

Sommaire, postface et extrait accessibles sur Fabula 

Sommaire

Postface : Une création verbale au collectif, par Jérôme Meizoz

Lire un extrait

Parution : “Le rap, une poésie de performances”, Itinéraires 2020-3

Itinéraires, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances“, dir. Magali Nachtergael, 2021. 

Considérer le rap dans le sillage croisé de la performance poétique et de la tradition orale simplifie immédiatement le lien entre études littéraires et cette forme littéraire contemporaine populaire. Cependant le rap, véritable art total, embrasse des problématiques liées à ses diverses modalités de performance – orale, rythmée, visuelle, sociale – mais aussi à l’histoire de la poésie en tant que création expérimentale et socioculturelle. Les contributions émanent de chercheurs et chercheuses internationaux (Belgique, Cameroun, États-Unis, Grande-Bretagne, France, Haïti, Québec, Sénégal) et le volume aborde des productions rappées francophones et anglophones selon une perspective à la fois globalisée et située. Partant du point de vue des études littéraires, il considère les dimensions rythmique, visuelle et sociopolitique de cette performance poétique plurimédiale.

Performance audiovisuelle et persona : identité, corps et visibilité

Continuer la lecture de Parution : “Le rap, une poésie de performances”, Itinéraires 2020-3

Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Trap, Collectif, préface Guillaume Heuguet, Éditions Audimat et Éditions Divergentes, 2021. 

La trap est autant célébrée que stigmatisée et criminalisée. Elle évoque le rap obsessionnel d’artistes comme T.I., Young Jeezy, Gucci Mane, Young Thug ou Future, les planques d’Atlanta et la prison, aussi bien que les trilles de caisses claires devenues incontournables dans les tubes de Miley Cyrus ou Ariana Grande. La trap est ainsi passée d’une tendance propre aux scènes rap à un répertoire de techniques et d’affects qui aimantent aujourd’hui des artistes de musique pop ou électronique du monde entier.

Ce recueil a été élaboré en allant chercher les personnes qui avaient déjà écrit sur ce genre musical, cette sensibilité, ces scènes tels qu’ils s’étaient cristallisés dans le rap depuis le début des années 2000. Si elle ne suit pour l’heure que certaines de ses manifestations entre les Etats-Unis et l’Europe – laissant de côté nombre de voix et de pays, y compris le nôtre – elle rassemble des essais critiques qui enrichissent notre expérience d’amateurs de rap en s’intéressant à ses conditions d’émergence et de circulation, aux vies incarnées ou mises en scènes dans ses productions, ou au quotidien des artistes.

Continuer la lecture de Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Journée d’étude Banlieue-poétique dans le rap et la littérature

18 mars 2022

Université CY Cergy Paris

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Organisée par Sylvie Brodziak, Marion Coste

L’espace urbain qu’est la banlieue est, au XXIème siècle, un des hauts lieux de la création artistique. Thème récurrent dans le rap et la littérature, il rompt avec la langue, questionne la forme et modifie les représentations. Il s’agira donc dans  cette journée d’étude d’explorer  la poétique que fait naitre la banlieue en littérature et dans le rap , tout en respectant la singularité des modes d’expression artistique.

En effet, la proximité thématique ne doit pas faire oublier que le rap, étant un genre musical, voire musical et visuel si l’on considère que le clip fait partie intégrante du morceau, s’exprime à travers des médias sonores, visuels et textuels, là où le roman ne s’exprime que par le texte, très partiellement par l’image si l’on prend en compte la couverture. Il s’agira dans cette journée d’étude de voir comment cette différence médiatique influe sur l’expression des banlieues. On étudiera aussi, autour de ce thème de la banlieue, les rencontres du livre et du rap, l’un pouvant citer l’autre dans l’optique de s’en démarquer ou au contraire de s’y associer. On pourra aussi interroger la façon dont la littérature et le rap s’approprient certaines caractéristiques de l’oralité des grands ensembles urbains, avec des ambitions variées : donner voix à celles et ceux qu’on n’écoute pas, contredire des discours stéréotypés sur les cités, alerter sur les conditions de vie et les dérives potentielles qui pourraient en découler, choquer son public ou renouveler les formes du roman, et la liste reste ouverte. Enfin, on pourra s’intéresser aux mises en scène de soi, dans le rap ou la littérature, de l’artiste comme banlieusard.

Ces quelques problématiques pourront être étudiées à travers l’analyse de romans accordant une place importante aux banlieues (Rachid Djaïdani, Faïza Guène, Kaoutar Harchi, Léonora Miano, Charles Robinson, Bakary Sakho, Sami Tchak entre autres) et des morceaux de rap –  de IAM à Niska, la liste serait trop longue à établir – appréhendés à la fois comme texte, musique et clip vidéo. Un intérêt tout particulier pourrait être apporté aux romans écrits par des rappeurs, comme René  ou Les Derniers de la rue Ponty de Disiz. Nous privilégierons les approches intermédiales, qui rapprocheront les pratiques musicales et littéraires autour de la description des banlieues, ainsi que les corpus d’étude associant textes littéraires et morceaux de rap.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Parution : Hot, Cool & Vicious

Keivan Djavadzadeh, Hot, Cool & Vicious. Genre, race et sexualité dans le rap états-­unien

Éditions Amsterdam, coll. “Les prairies ordinaires”, février 2021, 240p.

Communément associé à l’expression d’un discours misogyne, le rap reste un champ musical dominé par des hommes. Pourtant, les femmes l’ont très tôt investi : de la fin des années 1970 à aujourd’hui, de The Sequence à Megan Thee Stallion, en passant par Queen Latifah, Salt-N-Pepa, Lil’ Kim, Nicki Minaj et Cardi B, l’histoire du rap, c’est aussi celle des femmes talentueuses qui se sont emparées de ce genre. Qui ont écoulé des centaines de millions de disques et participé de manière significative au développement artistique et commercial de cette musique, sans pour autant être reconnues à la hauteur de leur contribution.

Cet ouvrage leur donne enfin la place qu’elles méritent. En rendant compte des rapports de domination et des formes de subjectivation possibles pour celles qui évoluent dans cette industrie, il restitue toute la diversité et la complexité de leur musique. Elles ont ouvert un espace de discussion sur des problématiques relatives à la condition des femmes noires des classes populaires et, à rebours des représentations hégémoniques, fait évoluer les mentalités dans la culture hip-hop sur des sujets aussi brûlants que la race, la sexualité ou les violences de genre. Que cela plaise ou non, la motherfucking bitch era n’est pas près de se refermer.