Archives par mot-clé : radio

Appel à contributions : La science-fiction de langue allemande contemporaine (Germanica n° 72/2023)

« La science-fiction de langue allemande contemporaine »

Germanica n° 72/2023

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Date prévue de parution : juin 2023

La science-fiction de langue allemande passe encore souvent pour un parent pauvre du genre. En témoignent, dès l’époque des précurseurs, la qualification de « Jules Verne allemand », saluant les noms prometteurs, ou au 20ème siècle, la suprématie supposée des auteurs anglo-saxons. S’ajoute à cette dépréciation spécifique la relégation du genre lui-même au statut de genre mineur, voire réservé à des fans. Enfin, alors que ses productions, marquées par les attentes suscitées par les progrès des sciences et des techniques, bénéficiaient de l’estime accordée à l’imagination dont se nourrissent ses anticipations, la rapidité avec laquelle sciences et techniques transforment nos sociétés, suggère que la réalité ne tardera pas à dépasser ses extrapolations, la rendant ainsi quasiment obsolète.

Ce numéro de Germanica se focalisera sur la science-fiction de langue allemande du 20ème/21ème siècle, que ce soit à travers des études de cas ou à travers des analyses plus larges, thématiques ou formelles, portant sur les auteurs reconnus ou d’autres plus confidentiels. Parmi les pistes de réflexion – non exhaustives – on pourra s’interroger sur sa vitalité, sur la nature et l’éventuelle porosité des frontières avec le champ littéraire dans son ensemble, sur l’esthétique des textes, leur réception, leur manière spécifique de mêler le réel et l’imaginaire. On pourra prendre en compte également les œuvres cinématographiques et les pièces radiophoniques.

Les propositions de contribution (une page max., bio-bibliographie succincte comprise), sont à envoyer pour le 15 janvier 2022 au plus tard à francoise.willmann@univ-lorraine.fr.

Le numéro de Germanica paraîtra en juin 2023 et les contributions, en langue allemande ou française (40 000 signes max.), devront nous parvenir au plus tard le 30 novembre 2022.

Parution : Ecritures et formats médiatiques (Belphégor)

Belphégor, n° 2021-1, « Écritures et formats médiatiques », 2021, sous la direction de Simon Bréan et Matthieu Letourneux

I. Ecritures et formats médiatiques

II. Varia

III. Comptes-rendus

Appel à contributions : « Documentaires de création » et « beaux documentaires » de radio. Le désir de belle radio aujourd’hui : le documentaire (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

« Documentaires de création » et « beaux documentaires » de radio…Le désir de belle radio aujourd’hui / le documentaire

Montpellier, 16-17 novembre 2021

Échéance des propositions : 17 juillet 2021

Colloque organisé par Éliane Beaufils (Paris 8), Christophe Deleu (université de Strasbourg, Centre universitaire d’enseignement du journalisme/Sage, et auteur radio), Pierre-Marie Héron (Montpellier 3) et Florence Vinas-Thérond (Montpellier 3)

Avec le concours d’Irène Omélianenko, documentariste et ex-conseillère de programme pour le documentaire et la création sonore à France Culture

en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et Addor

Le documentaire, souvent décrit comme un programme didactique visant à expliquer le monde, et qui s’appuie sur des documents authentiques, est un genre qui ne va pas de soi à la radio. C’est un peu comme si l’on ne savait pas toujours très bien à quel type de programme il renvoyait. Contrairement au secteur cinématographique où il est bien identifié depuis plus d’un siècle (Gauthier, 1995 ; Guynn, 2001 ; Niney, 2002), et notamment en tant que genre concurrent de la fiction (Veyrat-Masson, 2008), le documentaire est un format radiophonique parmi d’autres (fiction, magazine, jeu, journal d’information, débat, émission musicale…), et sa définition elle-même est au centre de débats (Deleu, 2013). Le documentaire est cependant un genre reconnu, y compris par des institutions comme la SCAM (Société des Auteurs Multimédia) qui gère les droits d’auteurs des créateurs, et qui le classe parmi les genres les plus réputés et par conséquent les plus rémunérateurs.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Documentaires de création » et « beaux documentaires » de radio. Le désir de belle radio aujourd’hui : le documentaire (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Parution : D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique

Jade Azzoug Montané, D’Havas à l’AFP. Histoire d’une agence de presse unique, L’Harmattan, « Historiques », 2020. 

En tant qu’héritière de la branche information de l’agence Havas, créée par Charles-Louis Havas en 1832, l’AFP est la doyenne des agences de presse. Pourtant son travail est méconnu du grand public alors que ses informations sont présentes dans les journaux, les sites web d’actualités, les télévisions et les radios du monde entier. Société sans capital, soumise à des logiques politiques, journalistiques et commerciales particulières, l’AFP a su préserver son indépendance éditoriale à l’égard des pouvoirs politiques et économiques ainsi que son réseau mondial en restant fidèle à ses principes fondamentaux : fournir une information fiable, vérifiée et immédiate. Son nom est devenu un label, synonyme d’une information de qualité au temps des réseaux sociaux et des infox.

Jade Azzoug Montané est docteure en histoire. Elle est chargée à l’AFP des projets d’éducation, et enseigne à l’université de Saint-Quentin en Yvelines, la pratique des médias.

Parution : Politiques du musical hollywoodien

Aurélie Ledoux, Pierre-Olivier Toussa (dir.), Politiques du musical hollywoodien, Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 

La comédie musicale offre à ses publics des divertissements « familiaux » et en apparence inoffensifs, dont la fantaisie semble éloignée de tout réalisme et de tout souci critique. Pourtant le musical, émanation parfaite de l’ âge d’or hollywoodien, expose de façon ouverte les tensions idéologiques et culturelles qui le traversent.
Rassemblant les contributions de spécialistes de cinéma, de danse et de musique, cet ouvrage propose une exploration des « politiques » de ce genre protéiforme – depuis les cycles de musicals des années 1930 et jusqu’aux films à grand spectacle des années 1960 – à partir de trois questions principales : la place spécifique de la comédie musicale dans le système d’autocensure orchestré par le Code de production hollywoodien ; les normes de représentation, en particulier raciales, liées à la reprise de traditions musicales ou chorégraphiques ; les enjeux idéologiques, enfin, d’un genre situé au cœur de la culture de masse et, à ce titre, inséparable d’impératifs technologiques et médiatiques.

Contributions de Marion Carrot, Marguerite Chabrol, Steven Cohan, Todd Decker, Gaspard Delon, Laurent Guido, Aurélie Ledoux, Adrienne L. McLean, Karen McNally, Allison Robbins, Pierre-Olivier Toulza. Continuer la lecture de Parution : Politiques du musical hollywoodien

Journée d’étude : La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

26 novembre 2020  

Maison de La Conversation, 10-12 rue Maurice Grimaud 75018 Paris

Responsables de la journée : Monique Blanquer, Luc Robène et Solveig Serre

Cette trente-troisième journée d’étude, en partenariat avec Radio Nova, Les Inrockuptibles, La Maison de la Conversation et l’INA, s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France, 1976-2016), soutenu par le CNRS et l’ANR.

Le punk est-il soluble dans la radio ? La radio en tant que média s’est-elle nourrie du punk au point d’en adopter l’éthique, les pratiques ? Quels liens peut-on identifier pour accréditer l’hypothèse d’une symbiose entre punk et cultures radiophoniques ? 

Par les lois du 9 novembre 1981, puis du 29 juillet 1982, le pouvoir politique ouvre les ondes et permet aux Français de créer des radios dites « libres », à condition de se constituer en association et de ne tirer aucun bénéfice de la publicité. La radio qui n’apparaissait jusqu’alors que comme le reflet d’une culture commerciale ou « mainstream », articulée à un monopole d’État ou, a contrario, comme une forme de transgression jouissive inscrite dans l’interdit et l’impertinence des « radios pirates » (Radio Caroline au large des eaux territoriales, Radio Campus en France), devient immédiatement une pratique largement partagée dans le pays : dès les premiers mois, ce sont des centaines de radios libres qui émergent dans l’hexagone, déployant des trésors de débrouillardise pour offrir de nouvelles voies d’expression face à « l’ordre médiarchique ». Cette énergie créatrice et ce bricolage radiophoniques entrent en résonance avec les développements de la scène punk, l’invention de réseaux de diffusion (groupes et concerts de rock), la création de labels indépendants et de fanzines. Si la plupart des radios libres n’ont qu’une existence éphémère, rapidement noyées dans la dynamique commerciale de la bande passante FM, ou carrément interdites par la puissance publique (Radio Carbonne 14 est interdite d’antenne en août 1983), un certain nombre de structures historiques perpétuent depuis leur origine une forme de résistance contre-culturelle (Radio FMR à Toulouse, La clef des Ondes à Bordeaux, PunK à Poitiers, Radio Béton à Tours, etc.). D’autres stations comme radio Nova créée en 1981 par Jean-François Bizot, alors patron d’Actuel, ont tracé leur route en capitalisant l’énergie contre-culturelle des années « pirates » (Radio verte, Radio Ivre, station Nova-Ivre) pour penser des lendemains radiophoniques innovants en imaginant et déclinant des contenus susceptibles d’intégrer l’imagination, l’inédit, les regards décalés. D’autres enfin, comme la radio pirate de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, liées à des contextes et des conjonctures singulières, appellent une réflexion plus spécifique encore, invitant à mesurer finement l’apport, le rôle et la place, des 102 émissions radiophoniques à tendance punk répertoriées aujourd’hui en France.

C’est à cette créativité, à cette résistance radiophonique et aux archives et témoignages de la contre-culture des ondes que s’intéresse cette journée d’étude, ainsi que, de manière plus large, à la mise en onde du punk.

Les propositions de communications (un titre, dix lignes d’intention) seront envoyées avant le 5 novembre 2020 aux adresses suivantes : solveig.serre@gmail.com ; luc.robene@u-bordeaux.fr.

Appel à contribution : La semaine : découpe et usages du temps social, XIXe-XXe s.

« La semaine : découpe et usages du temps social » (XIXe- XXe siècles)

Projet de n° 52 de Sociétés & Représentations, 2021,
dirigé par Dominique Kalifa dans le cadre de l’ANR Numapresse (2017-2022)

La semaine est évidemment une veille affaire puisqu’elle présida à l’invention du monde. Mais il se trouve que beaucoup l’oublièrent. Si ses usages, notamment religieux, ont longtemps ordonné l’organisation du temps collectif, ils tendirent à s’affaiblir dans le cours ordinaire des choses qui lui préféra d’autres scansions, quotidiennes, agricoles, saisonnières, etc. Une inflexion est cependant sensible à compter de la fin du XIXe siècle. Le déclin (relatif) de la semaine religieuse s’accompagne en effet, et paradoxalement, d’usages de plus en plus nombreux de découpes hebdomadaires. Au théâtre, puis au cinéma, la « semaine culturelle » a le vent en poupe. Le monde des affaires ou celui de la politique tendent également à réordonner le temps sur un mode hebdomadaire. Le temps scolaire suit le mouvement, celui du sport également, tandis que la paye « à la semaine » supplante progressivement la « journée » et que les lois sociales réglementent la durée hebdomadaire du travail, accordent le « repos hebdomadaire », puis la « semaine anglaise ». La radio, précédant la télévision, met en place des « grilles hebdomadaires » ; les médecins prescrivent des posologies hebdomadaires. Dans les bureaux, le semainier se substitue peu à peu à l’éphéméride et l’on sait combien l’hebdomadaire détrône peu à peu le quotidien dans les usages ordinaires de la presse. Quant aux quelques tentatives mises en œuvre pour détrôner la semaine traditionnelle (celle de la décade des révolutionnaires français ou celle de la nepreryvka soviétique), elles se soldèrent par des fiascos. Continuer la lecture de Appel à contribution : La semaine : découpe et usages du temps social, XIXe-XXe s.

Parution : Radio et jeunesse

Cahiers Robinson n°40, Une radio pour la jeunesse

 

Ce numéro a l’ambition d’ouvrir un champ d’études sur un sujet peu travaillé. Il adopte une perspective essentiellement historique et informative puisque les grandes émissions pour la jeunesse ont disparu. Il s’intéresse à de grands éducateurs comme Lisa Tetzner ou Janusz Korczak, à des artistes comme Alain Saint-Ogan, à des journalistes comme Jacques Pauliac, qui ont inventé ou nourri un nouveau mode d’expression. L’ensemble de cette livraison considère à la fois les aspects éducatifs et récréatifs de ce medium qui a rassemblé les familles autour de jeux ou de feuilletons devenus des lieux de mémoire. Des contributions portent également sur des émissions plus récentes comme L’As-tu lu mon p’tit loup ou Maman les p’tits bateaux.

 

Sommaire:

Francis Marcoin

Tombeau pour une radio jeune et familiale, éducative et récréative

Continuer la lecture de Parution : Radio et jeunesse