Archives par mot-clé : publics

Appel à communication : Enquêter par la bande dessinée. Acteurs, publics et pratique journalistique (Assas, 11/12/2024)

Enquêter par la bande dessinée. Acteurs, publics et pratique journalistique

Journée d’études, Université Paris-Panthéon-Assas, 11 décembre 2024 

La bande dessinée connaît depuis les années 1990 un renouveau et une diversification remarquables. Que ce soit dans le domaine de la vulgarisation des sciences et des sciences humaines, des témoignages et documents, ou encore des enquêtes journalistiques, ce que l’on qualifie généralement de « bande dessinée du réel », de bande dessinée « documentaire » ou de non-fiction connait un succès qui ne se dément pas, sur un marché éditorial en croissance continue. La forme et le support bédéesques semblent se prêter à un éventail d’approches et de thématiques sans cesse plus large, en s’émancipant de l’illégitimité de ses origines (Boltanski, 1975 ; Maigret, 2014).

Au sein d’une production vaste et diversifiée, la bande dessinée de reportage représente un segment particulièrement dynamique, qui a contribué à renouveler la forme et le format de restitution d’enquêtes sur des sujets variés : politiques, environnementaux, sanitaires, ou encore géopolitiques. Les possibilités ouvertes par ce support sont a priori immenses, qui permettent notamment d’articuler objectivité et subjectivité, fiction et non-fiction. Les auteurs mettent généralement en avant des possibilités « augmentées » liées au dessin par rapport à l’enquête traditionnelle dans les médias, qu’elle soit écrite ou audiovisuelle. La création en 1994 du « Prix de la bande dessinée d’actualité et de reportage » par France Info participe par ailleurs d’une légitimation croissante de ce mode d’expression journalistique, tandis que plusieurs expositions et colloques universitaires lui ont récemment été consacrés.

Continuer la lecture de Appel à communication : Enquêter par la bande dessinée. Acteurs, publics et pratique journalistique (Assas, 11/12/2024)

Appel à contributions : Littérature jeunesse et publics empêchés : créer et pérenniser les conditions de leur rencontre

Littérature jeunesse et publics empêchés : créer et pérenniser les conditions de leur rencontre

Revue La rOnde n°6

Echéance des propositions : 6 avril 2024

Date de parution : décembre 2024

La rOnde est une revue annuelle dédiée aux professionnels mettant à l’honneur les médiations du livre et de la lecture en direction du jeune public, publiée par La Petite Bibliothèque Ronde, bibliothèque associative pour enfants installée à Clamart.

Après cinq numéros, successivement consacrés au kamishibaï, au numérique, au théâtre, à l’éveil et l’éducation artistique et culturelle, la bibliothèque lance aujourd’hui un appel à contribution pour sa sixième édition sur les publics empêchés.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Littérature jeunesse et publics empêchés : créer et pérenniser les conditions de leur rencontre

Appel à communications : Vulgariser les études littéraires et culturelles – 91e congrès de l’Acfas

Vulgariser les études littéraires et culturelles – 91e congrès de l’Acfas

13 mai 2024

Université d’Ottawa

Echéance des propositions : 16 février 2024

Organisé par Karine Abadie et Pierre-Olivier Bouchard 

Au sens strict, vulgariser est l’activité qui consiste à rendre accessibles à un large public les connaissances scientifiques. Les méthodes les plus fréquemment employées à cette fin sont le livre, l’intervention dans les médias, la conférence ou le carnet de recherche. La bande dessinée, le podcast et à certains égards le jeu vidéo sont également des voies de plus en plus utilisées pour la vulgarisation. Mais au-delà des activités concrètes qui permettent sa réalisation, la vulgarisation relève de la circulation des savoirs et de leur valorisation au sein de la société. Pour paraphraser Nancy Baron, autrice de l’ouvrage Escape From the Ivory Tower (2010), la vulgarisation vise à donner un sens et une portée supplémentaires aux travaux des scientifiques en les transmettant au plus grand nombre.

La journée d’étude que nous proposons sera l’occasion de présenter un ensemble de réflexions sur les liens et les échanges entre le milieu académique et la communauté, ce qui s’avère indissociable de tout travail critique sur la vulgarisation. Dans cette perspective, trois axes seront privilégiés : (1) définition et limite de la vulgarisation; (2) interaction entre production scientifique et société; (3) modalité de vulgarisation. Ainsi, cette journée s’interrogera, à partir d’une variété d’études de cas provenant du champ des études littéraires et culturelles, à la fois sur la pratique et la portée de la vulgarisation.

Continuer la lecture de Appel à communications : Vulgariser les études littéraires et culturelles – 91e congrès de l’Acfas

Appel à contributions : “Repenser les âges depuis la littérature de jeunesse et la culture d’enfance et de jeunesse” (Artois Presses Université)

Repenser les âges depuis la littérature de jeunesse et la culture d’enfance et de jeunesse

Artois Presses Université, collection « Littérature de jeunesse, éducation et formation »

Date d’échéance des propositions : 15 avril 2024

Dirigé par Bénédicte Milland-Bove (CERAM, Sorbonne Nouvelle) et Marie Sorel (THALIM, Sorbonne Nouvelle)

Texte de l’appel

Si elle affiche, dans sa désignation même, son adresse à un public chronospécifique, la littérature de jeunesse soulève bien plus de questions sur la notion d’âge qu’elle n’en résout. Non seulement la jeunesse, construction fluctuante et aisément manipulable, ne cesse de s’allonger dans ses deux extrémités (la toute petite enfance d’un côté du spectre ; l’adolescence, les jeunes adultes de l’autre) mais la littérature dite de jeunesse se prête à une multiplicité d’usages et d’appropriations, de la maternelle à l’université[1], et bien au-delà. Le brassage générationnel des publics, l’assouplissement des seuils et des scansions temporelles, l’allongement des transitions vers l’âge adulte[2] ou encore la flexibilité (choisie ou subie) des parcours de vie participent indéniablement d’une délinéarisation des âges de la vie. Mais l’affranchissement à l’égard du paradigme ternaire (jeunesse/maturité/vieillesse) et scalaire des âges de la vie – marches d’un escalier à gravir,  – entre en tension, selon le type de productions, avec la persistance d’une segmentation, voire d’une ultra-segmentation des âges, palpable dans la création incessante de nouveaux découp« âges », voués d’ailleurs à vieillir très vite (adulescent, adonaissant, young adult, new adult, très jeune public …). Aux polémiques fréquentes sur ce qu’il faut ou ne faut pas donner à lire à tel ou tel âge, controverses étroitement liées aux questions de censure, d’autocensure et de protection de la jeunesse, s’ajoutent des jugements de valeur sur ce qu’on doit être capable de lire ou faire à tel à tel âge[3] ou sur les lectures et les loisirs que l’on doit délaisser à partir de telle ou telle classe parce qu’on a passé l’âge[4]. Cette normativité de la notion d’âge, qui fait que l’on est jugé trop jeune ou trop vieux pour telle ou telle lecture ou pratique culturelle – les jeux video par exemple[5] –  atteste de la dimension politique et axiologique de l’âge, outil de classement et de hiérarchisation des individus et des productions. Les approches diachroniques (XIXe-XXIe) et les perspectives comparatistes entre époques, aires culturelles et linguistiques seront intéressantes pour faire ressortir la dimension relative, relationnelle et contextuelle de l’âge. Étudier la fluctuation des seuils d’âges à la faveur des rééditions, des traductions, des adaptations et des programmes scolaires permettra en effet de montrer à quel point l’âge, irréductible à une approche biologique et chronologique, se voit modulé par des motivations d’ordre idéologique, éthique, éducatif, artistique ou marchand.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Repenser les âges depuis la littérature de jeunesse et la culture d’enfance et de jeunesse” (Artois Presses Université)

Dina Rasolofoarison (Université Paris Dauphine)

Maîtresse de conférences en marketing et communication – Université Paris-Dauphine

Expérience professionnelle

  • 09/2018 – présent : Maîtresse de conférences en marketing et communication – Université Paris-Dauphine
  • 04/2016 – 08/2019 : Assistant professor – Université de Southampton (GB)
  • 04/2010 – 04/2016 : Assistant professor – Université d’Aston (GB)

Formation

  • 2014 : Université d’Aston (GB). Postgraduate Certificate in Professional Practice in Higher Education. Fellow of the Higher Education Academy
  • Jan-Juil 2009 : Visiting Scholar – Université de Bath (GB). A l’invitation de: Dr Ekant Veer
  • 2004-2011 : Doctorat de Marketing – HEC Paris. Sous la direction de: Professeurs Marc Vanhuele et Gilles Laurent
  • 2003-2004 : DEA 102 Marketing et Stratégie – Université Paris 9-Dauphine. Sous la direction de: Professeur Pierre Volle
  • 1997-2001 : ESSEC Business School 

Activités de recherche

Intérêts de recherche

  • Pratiques culturelles et communautés de fans
  • Etude des publics des industries culturelles et créatives
  • Communication/culture visuelle
  • Marketing culturel

Publications Continuer la lecture de Dina Rasolofoarison (Université Paris Dauphine)

Appel à contributions : Étudier les fans en contexte(s) numérique(s) (IUT de Bordeaux Montaigne)

Première journée d’études du GER Fans (SFSIC) : Étudier les fans en contexte(s) numérique(s)

Pré-conférence au Congrès SFSIC 2023 (Bordeaux) : La numérisation des sociétés

Mardi 13 juin 2023, IUT de Bordeaux Montaigne & en ligne

Échéance des propositions : 11 avril 2023

La première journée d’études organisée par le GREF (Groupe de Recherche sur les Fans) visera à mettre en valeur une nouvelle génération de (jeunes) chercheur.se.s en fan studies, en accordant une place privilégiée aux travaux francophones et européens. S’inscrivant dans la lignée du Congrès SFISC consacré à « La numérisation des sociétés », cette pré-conférence labellisée par la SFSIC se déroulera le mardi 13 juin à Bordeaux, et interrogera la place du numérique dans l’analyse des rôles et de l’engagement des fans, mais aussi vis-à-vis des méthodologies et des enjeux transdisciplinaires des études sur les fans.

Si les fan studies sont déjà bien développées outre-Atlantique et dans de nombreux pays anglophones, elles émergent seulement depuis quelques années en France et représentent un souffle nouveau. La journée d’études proposée vise à faire dialoguer cette nouvelle génération de chercheur.se.s autour des usages, des contraintes et des nécessités du numérique dans le développement francophone et européen des fan studies.

La journée s’articulera autour de trois axes : 

1) AXE : Quelles méthodologies pour les fan studies contemporaines en contexte numérique ?

La dimension fondamentalement pluridisciplinaire des fan studies invite à des recompositions et des bricolages méthodologiques qui ont été très féconds dès les origines du courant de recherche (Jenkins 1992). La démocratisation d’Internet et du web puis les réseaux sociaux numériques ont encore complexifié et enrichi les manières d’aborder les fandoms en fonction des questionnements et hypothèses qu’ils suscitent (Booth 2010), au point que la question des méthodes en études fans se pose avec une acuité croissante (Evans & Stasi, 2014 ; Largent et al., 2020). Dans cette perspective, nous invitons les participants à partager leurs approches méthodologiques et les croisements théoriques, disciplinaires et empiriques qu’elles impliquent. Qu’il s’agisse de questionnaires, d’entretiens, d’observations de conventions, d’études des représentations, d’ethnographies numériques (Coleman 2010) ou d’analyses de vidéos en ligne, toutes ces méthodes et d’autres ont pu éclairer à leur manière le fonctionnement des communautés de fans, chacune ayant ses biais, apories et limites qu’il s’agit de pointer de manière réflexive, afin de s’en prémunir, et de rendre compte le plus largement possible des enjeux des recherches effectuées. Comment accéder aux fans ? Comment rendre compte de leurs activités sur tous les supports ? Comment ne pas induire de la méfiance en raison de la possible altérité des chercheurs ? Et comment ensuite analyser et faire converger les différents types de corpus constitués ? Voilà autant de questions qui pourront être abordées dans les communications.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Étudier les fans en contexte(s) numérique(s) (IUT de Bordeaux Montaigne)

Appel à contributions : Drôle de goût ? Tasting Funny ? Sur l’humour et le goût (Bâle)

Colloque international sur l’humour et le goût : Drôle de goût ? Tasting Funny?

14-15-16 septembre 2023, Université de Bâle

Échéance des propositions : 1er juin 2023

Conférence plénière confirmée : 

Sophie Quirk (University of Kent) : “The Politics of Taste: Challenges for the Comedy Industry”

Les caractérisations de l’humour et de ses diverses variétés donnent lieu à des métaphores sensorielles, et en particulier alimentaires. Une blague peut être savoureuse, crue, salée, aigre-douce, amère, nauséabonde, réchauffée, faisandée, tarte à la crème. Surtout, l’humour peut être de bon ou de mauvais goût ; et cette métaphore commune de l’acceptabilité des productions culturelles change parfois selon que l’on se trouve à l’un ou l’autre bout d’un humour agressif.

Que pouvons-nous comprendre de cette affinité entre l’humour et les métaphores alimentaires ? Est-elle liée au plaisir, ou au réconfort, que nous tirons de l’humour comme de la nourriture ? Faut-il y voir quelque chose de plus essentiel, et est-ce pour nos sociétés une façon de désigner l’humour comme un ingrédient indispensable à la vie humaine ? Humour et nourriture suscitent en nous des réactions comparables, en partie sensorielles ou au moins immédiates, avec le surgissement de souvenirs et de références, avec le risque de susciter le dégoût, et en partie cognitive ou au moins différée, avec parfois un arrière-goût, dégoûtant ou délicieux.

L’humour peut-il être de bon goût sans être ennuyeux ? Doit-il créer un malaise, aborder des sujets tabous ? Où se trouve la limite entre un humour transgressif et un humour nauséabond ? Entre la contestation progressiste et la rhétorique réactionnaire, qui toutes deux revendiquent le droit de rire des sujets qui les occupent ? L’humour est-il à-propos dès lors qu’il correspond aux sensibilités d’un public ? Si l’on réduisait la notion de blague douteuse à la seule théorie de [N+V] de Thomas Veatch, alors une blague raciste servie à un public raciste perdrait son caractère inacceptable face à des destinataires pour lesquels la violation est suffisamment mineure.

Quels sont les critères définissant l’humour de bon ou de mauvais goût, et que faut-il voir derrière cette distinction ? Peut-on séparer le mauvais goût assumé du mauvais goût accidentel ? Les blagues déplacées sont le plus souvent offensantes, mais elles peuvent aussi avoir un autre usage : aborder des thèmes que le bon goût impose de taire car suscitant l’horreur (les viols, les génocides, par exemple) non pour se moquer des victimes mais pour attaquer leurs bourreaux, et renverser le sens du mauvais goût. Le mauvais goût se présente alors comme une force de dénonciation, et le bon goût comme un instrument de maintien du silence des désarmés, une extension de leur oppression. Sur le terrain profondément politique qu’est l’humour, il faut toutefois distinguer le mauvais goût d’un discours nauséabond et le mauvais goût d’un sujet pénible et tabou.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Drôle de goût ? Tasting Funny ? Sur l’humour et le goût (Bâle)

Parution : Études de communication n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”

Couverture du n°59 | Décembre 2022Études de communication, n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”, sous la direction de Hélène Breda et Mélanie Bourdaa, 2022. 

Le numéro 59 d’Études de communication explore la question des représentations médiatiques et leurs réceptions. Il propose de développer des pistes de réflexion et d’analyse autour de l’articulation dialectique entre des représentations médiatiques et leurs réceptions actives par les publics qui les « consomment », les interprètent et se les approprient.

La dimension dialogique des relations entre des industries culturelles hégémoniques et leurs récepteur·ice·s est bien éloignée du paradigme des médias de masse aliénants. Les études culturelles menées ces dernières décennies ont insisté, à l’inverse, sur la richesse des lectures résistantes ou oppositionnelles de contenus médiatiques, des pratiques braconnières, par des amateur·ice·s, sur l’émergence de « fans prescripteur.rice.s » et de « critiques […] profanes ».

Le numéro s’attachera à analyser les problématiques sous l’angle des extensions narratives et du Transmedia Storytelling, des approches culturelles et identitaires et de la culture de la participation et de l’engagement politique. 

Hélène Breda et Mélanie Bourdaa : Introduction [Texte intégral]

World-Making et extensions narratives

Camille Nicol et Mélanie Millette : Fanfictions audiovisuelles d’Harry Potter : co-création et espaces blancs [Résumé | Accès restreint]

Harry Potter audiovisual fan fiction: co-creation and blank spaces

Julie Escurignan : Recreating, remodeling and expanding the Game of Thrones universe through cosplay [Résumé | Accès restreint] 

Recréer, remodeler et étendre l’univers de Game of Thrones : le cas des cosplayers de la série

Alexis Trepier : Les publics face aux pratiques de queerbaiting : le cas de la série Gotham (Warner, 2014-2019) [Résumé | Accès restreint] / Audiences’ reactions to queerbating: a case study of the television series Gotham (Warner, 2014-2019)

Continuer la lecture de Parution : Études de communication n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”

Parution : Du savon et des larmes. Le soap opera, une culture féminine (D. Chedaleux)

Delphine Chedaleux, Du savon et des larmes. Le soap opera, une culture féminine, Amsterdam, 2022. 

Dallas, Dynastie, Les Feux de l’amour… ces titres évoquent un univers désuet, stéréotypé et associé au féminin : celui du soap opera. Né à la radio au début des années 1930, puis transposé à la télévision, il est d’abord financé par des fabricants de produits d’hygiène et d’entretien – d’où son nom saugrenu. Les feuilletons qui en relèvent, diffusés l’après-midi à l’intention des femmes, sont alors construits autour d’un personnage de mère courage qui prodigue des conseils moraux et pratiques à son entourage, à grand renfort de produits dont les mérites sont ainsi vantés aux consommatrices.
Cet ouvrage se veut une invitation à découvrir ce format et son histoire, à l’intersection du capitalisme, des médias et du genre. Si le soap s’est largement transformé au gré des mutations médiatiques, sociales et politiques, il reste une « technologie de genre » qui circonscrit le féminin à la vie domestique et sentimentale. Mais il crée aussi, paradoxalement, des espaces individuels et collectifs de contestation des hiérarchies sexuées, tant par sa narration ouverte, qui permet l’expression de multiples points de vue et ne délivre aucune morale, qu’à travers les sociabilités qu’il suscite.

Colloque international : “Les publics de l’humour” (RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour)

Colloque international : “Les publics de l’humour”

24-25 novembre 2022

Centre de colloques du Campus Condorcet (Place du Front populaire, Aubervilliers)

Organisé par le RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour

Présentation

Ce colloque international, organisé par l’association RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour, propose de produire une photographie des travaux portant sur la question de la réception et des publics de l’humour. Il s’agit de mettre à l’honneur un ensemble de perspectives et d’approches (littérature, histoire, sociologie, traduction, études théâtrales, sciences de l’information et de la communication, science politique) pouvant contribuer, par leurs réflexions épistémologiques, leurs analyses de terrain et leurs méthodologies variées à saisir et interroger les contours de ces publics. Qu’est-ce que les publics de l’humour ? Comment les définir ? Comment les appréhender ? Comment se matérialisent-ils ? Autant de questions que ce colloque international souhaite traiter. Continuer la lecture de Colloque international : “Les publics de l’humour” (RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour)