Archives par mot-clé : publics

Appel à contributions : Le monde du sport dans les Amériques et ses représentations politiques, culturelles et sociales (Revue Amerika)

Appel à contributions – Revue Amerika n°25

Coordinateur : David Giménez – Comité de Rédaction d’Amerika

Date limite de soumission des résumés : 1er septembre 2022

Date limite de soumission des articles : 20 novembre 2022

 Publication : fin décembre 2022

Le monde du sport dans les Amériques et ses représentations politiques, culturelles et sociales

Les événements sportifs sont au centre de l’intérêt de la vie sociale de nombreux pays du monde, mais si l’on se concentre sur les Amériques, cette importance est encore plus évidente. Le sport devient un motif de rencontre, de communauté et de connexion. Il fait émerger et renforce les identités locales, régionales ou nationales au-delà de l’intérêt pour le jeu lui-même. Peu de gens échappent à la passion qui s’empare d’un pays lorsqu’il réussit dans les compétitions mondiales. Ce phénomène, fondé sur la fierté collective, va au-delà pour inclure même les spectateurs les plus critiques. Peut-on considérer cette contradiction comme l’une des clés du succès ?

Considérant que les spectateurs sont aussi importants que les sportifs dans ces spectacles, nous allons réfléchir au monde dans lequel nous vivons afin de tirer de nouvelles conclusions. Quel est le principal centre d’intérêt dans chaque pays ? Quel sujet intéressera la majorité des masses sociales capables de décider démocratiquement de l’avenir politique d’une nation ? Peut-on penser que le pouvoir s’intéresse au sport comme élément de contrôle ? Nous nous intéresserons donc aux représentants politiques qui arrivent au pouvoir après s’être fait connaître dans le monde du sport.

En effet, dans certains environnements culturels – surtout ceux liés à des secteurs sociaux élevés – la passion pour les événements sportifs a été associée à un manque de culture, et nous proposons de réfléchir à cette idée. Pouvons-nous établir une relation entre l’intérêt pour ce type de spectacle et le niveau culturel ? Quels sont les éléments du sport auxquels les gens s’intéresseront en fonction de leur niveau socioculturel ? Les aspects anthropologiques, joueront-ils un rôle décisif ? Y aura-t-il une différence de perception entre une personne qui s’intéresse aux différentes formes d’art ou de connaissances scientifiques et une personne qui ne s’y intéresse pas ? L’euphorie des phénomènes de masse, naît-elle indépendamment du niveau socioculturel ? Les différents profils de groupes de population, raisonnent-ils de la même manière face à cette passion ?

La création d’idoles est un phénomène qui contribue à nourrir l’attirance pour ce monde au sein de l’histoire qui s’écrit chaque jour. Quels liens peut-on trouver entre les personnages historiques et le sport ? La société, valorise-t-elle différemment l’éthique des personnes en fonction de leurs performances sportives ? Quelles différences peut-on établir dans la manière dont les personnages sportifs sont idolâtrés ?

Il y a plusieurs axes de réflexion autour de cette question : jusqu’où irons-nous ? Allons-nous vers un contrôle encore plus important de la vie politique et sociale par le monde du sport ? Il s’agira donc de réfléchir à chaque domaine (culture, politique, société) sous cet angle afin d’avoir une plus grande perspective de ce que seront nos sociétés du futur.

Dans un monde global, où les tendances peuvent être observées à partir d’autres pays ou continents, l’analyse comparative de l’évolution pourrait être tout aussi intéressante pour évaluer les changements possibles dans un contexte européen, dans lequel il existe de nombreuses idoles sportives originaires des Amériques.

David Giménez (Université Rennes 2) & Comité de rédaction d’Amerika

Voir la revue en ligne sur OpenEdition 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le monde du sport dans les Amériques et ses représentations politiques, culturelles et sociales (Revue Amerika)

Appel à contributions : Tac-au-tac : bande dessinée et télévision, ce qui est en jeu

Journée d’études : Tac au Tac -Bande dessinée et télévision : ce qui est en jeu

organisée par Guillaume Soulez (IRCAV, Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
& Bertrand Tillier (ISOR-Centre d’Histoire du XIXe s., Panthéon-Sorbonne-Paris 1)

Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle
4, rue des Irlandais, Paris 5e (Luxembourg, Monge)
mercredi 30 novembre 2022
salle Claude Simon – 9h-19h

Proposition d’intervention à envoyer pour le 15 juin 2022 à

Guillaume.Soulez@sorbonne-nouvelle.fr
Bertrand.Tillier@univ-paris1.fr

Réponse du comité scientifique le 30 juin 2022. 

Cette journée d’études pluri-disciplinaire est consacrée à Tac au Tac, émission « culte » qui voyait de grands dessinateurs s’affronter au cours d’épreuves graphiques amusantes inventée par Jean Frapat en 1969 (Service de la Recherche de l’ORTF, repris en 1975 par TF1).

Elle s’inscrit dans le partenariat entre les laboratoires ISOR (Panthéon-Sorbonne) et IRCAV (Sorbonne Nouvelle) au sein de Sorbonne Alliance, et dans un cycle – une « Semaine Tac au Tac – bande dessinée et télévision » – co-organisé par G. Soulez, B. Tillier, le Festival SoBD (R. Chavanne), l’INA/Inathèque (G. Poels) et la BPI-Beaubourg/Nouvelle génération (E. Fissier).

Sous forme d’une série d’événements autour de Tac au Tac, le cycle sera ouvert par une table-ronde et des projections de l’émission à la BPI, le lundi 28 novembre 2022 qui vise à redécouvrir Tac au Tac et à réfléchir à son actualité avec des chercheurs et des professionnels. Seront également projetés des extraits du remake de 2018 (réalisé par Laurent Frapat, chaîne Museum, 2018) et lors du festival SoBD sera proposée une performance Tac au Tac avec des dessinateurs contemporains (Halle des Blancs-Manteaux, du vendredi 2 au dimanche 4 décembre 2022).

 Diffusé d’août 1969 à octobre 1975, de façon irrégulière en termes de programmation, d’horaires et de chaîne (pas d’émissions en 1970 ou en 1974), à la fin de l’ORTF et au début de TF1 (1975), et ayant connu un succès grandissant, Tac au Tac, inventé par Jean Frapat au sein du Service de la Recherche de l’ORTF, a marqué toute une génération de spectateurs. Le programme (une centaine d’émissions) a permis de développer un lien fort – et peu fréquent – entre télévision et dessin (dessin de presse, dessin d’humour et bande dessinée). Par son originalité et son succès, Tac au Tac a produit, semble-t-il, des effets sur les mondes de la bande dessinée et du dessin de presse, en contribuant à les légitimer symboliquement. A partir de jeux imposés (l’escalade, le piège, l’énigme…), dérivés du « cadavre exquis » des Surréalistes, son principe reposait sur des joutes filmées en studio, entre dessinateurs généralement rassemblés autour d’une planche à dessin et d’une grande feuille blanche. La plupart des grands noms du dessin et de la BD des années 1970 a participé à cette émission (de Faizant à Piem et Siné, en passant par Uderzo, Franquin, Peyo, Gotlib, Topor…), qui a également fait connaître des auteurs émergents ou moins célèbres à l’époque (Bretécher, Pratt, Crepax…), ainsi que de multiples dessinateurs européens et américains. L’objectif de cette journée d’études est de partir du cas Tac au Tac pour l’analyser en lui-même, tout en le mettant en perspective autour de quatre pistes qu’on pourra croiser dans les interventions.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Tac-au-tac : bande dessinée et télévision, ce qui est en jeu

Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 – 20 septembre 2022

Organisée par Clémence Allamand, Guillaume Boulangé et Adrien Valgalier

Cette journée d’études se propose d’étudier un genre – la comédie – dans une perspective culturelle et socio-économique en insistant sur les spécificités de sa diffusion, de sa médiatisation et de sa marchandisation dans ses espaces d’exploitation contemporains. Dans un souci d’efficacité, nos investigations se limiteront à la production de comédies en France et s’attacheront aux films les plus populaires, avec une acception volontairement large et diachronique de cet adjectif et de ses différentes expressions (nombre d’entrées important en salles et/ou ventes conséquentes du film sur supports physiques ou dématérialisés, rediffusions régulières à la télévision avec audience significative, présence soutenue du personnel artistique dans les médias, publication abondante d’ouvrages grand public attachés à ces œuvres, reprises sur internet, exposition et programmation en cinémathèque, valorisation institutionnelle, etc.). En abordant autant des comédies contemporaines que plus anciennes, nous essaierons de saisir la diversité de leurs espaces de diffusion et de rediffusion aujourd’hui. Nous nous efforcerons tout particulièrement de décrire et de comprendre les stratégies économiques et les enjeux socio-culturels sous-jacents à ces médiatisations. En d’autres termes, nous nous demanderons ce que ces espaces « font » aux films, de quelle manière ils leur administrent plus ou moins consciemment une valeur et orientent leur approche. Cette question pourra être déclinée de plusieurs manières :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Parution : Cahiers Robinson n° 51, “Ces petites filles qui lisent”

Cahiers Robinson, n° 51, “Ces petites filles qui lisent”, Artois Presses Université, 2022. 

Les récits, littéraires comme audiovisuels, multiplient les personnages de jeunes lectrices, dont l’identité se définit, ou même se résume à ce rapport privilégié aux livres et au savoir. Certaines sont passées à la postérité, comme Jo March, Hermione ou Matilda, et incarnent à elles seules ce motif littéraire de « la fille qui lit ».

Le fait qu’un personnage féminin lise, – souvent avec plaisir et régularité -, joue un rôle narratif essentiel dans ces œuvres où les héroïnes utilisent leurs lectures pour dynamiser le récit et venir à bout de périls variés, selon l’idée « scientia potentia est ». Car les filles lisent aussi autre chose que des romans et des contes, et emploient ce goût éclectique pour s’émanciper, aider leurs amis ou même sauver le monde.

Sommaire « Ces petites filles qui lisent »

Introduction – Justine Breton 

Enjeux intertextuels et métatextuels dans Matilda de Roald Dahl : portrait d’une lectrice idéale – Florence Casulli 

Hermione Granger ou les multiples facettes de l’héroïne lectrice du monde de Harry Potter – Marie-France Burgain

Jo March, héroïne littéraire et modèle d’identification – Priscille Croce

Aléthiomètre et mains d’animiste : lectrices atypiques dans À la croisée des mondes et La Passe-miroir – Amelha Timoner

Les paradoxes de la jeune lectrice dans la littérature de jeunesse : entre marginalisation et héroïsation de la lectrice – Nadège Langbour

Images de fillettes lectrices dans l’album pour la jeunesse : du stéréotype au motif littéraire – Christiane Connan-Pintado

Lire pour se réinventer : ce que re-content les réécritures du Petit Chaperon rouge – Pascale Hellégouarc’h

Formes et uniformes de la lectrice à l’écran : représentation, monstration et identification – Vincent Baudart

Les filles veulent tout simplement lire des bandes dessinées : la déconstruction des stéréotypes et des formats dans Flora & Ulysse – Eva Van de Wiele

À l’école de la joie. Une étude de Rebecca of Sunnybrook Farm, A Little Princess et Anne of Green Gables – Marguerite Mouton

L’amour des livres et l’éthique de la reconnaissance dans A Little Princess de Frances Hodgson Burnett – Tessa Ashlin Nunn

La vulgarisation des sciences à destination des fillettes au XIXe siècle : une fiction spécifique – Catherine Borot Alcantara

Ces petites filles qui ne lisent pas : les jeunes lectrices contrariées des classes populaires – Victoria Pleuchot

Couverture (PDF)

Colloque : Professionnels et agents de l’information. Pour une histoire sociale de l’activité d’informer (XVIe-XVIIIe siècle) (Université Paris Nanterre)

Colloque international : Professionnels et agents de l’information. Pour une histoire sociale de l’activité d’informer (XVIe-XVIIIe siècle)

Jeudi 19 et vendredi 20 mai 2022, Université Paris Nanterre

Organisé par  Marion Brétéché (Université d’Orléans, POLEN) et Nicolas Schapira (Université Paris Nanterre, MéMo/Grihl)

Consacré aux agents de l’information aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, ce colloque souhaite analyser des pratiques, des postures et des statuts qui permettent de considérer nombre des activités liées à la circulation de l’information comme de véritables activités professionnelles. À la croisée de l’histoire du livre et de la communication, de l’histoire du travail et des professions, de l’histoire des médias et de l’histoire sociale de la littérature, cette rencontre vise à mettre en évidence les phénomènes et les facteurs qui, sur le long et le court terme, durant les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, concourent à l’apparition de professionnels de la production et de la circulation de l’information : régularité du travail et autonomisation du marché de l’information, innovations éditoriales et médiatiques, rémunérations, élargissement des catégories d’acteurs et des publics, diversification des médias et de leurs fonctions, reconnaissance nationale et internationale par les pairs et/ou les institutions des médias et de leurs producteurs, etc.

Information et programme

Parution : Routledge Handbook of Sport Fans and Fandom

Danielle Sarver Coombs, Anne C. Osborne (eds.), Routledge Handbook of Sport Fans and Fandom, Routledge, 2022. 

This is the first book to explore the full significance of sport fans and fandom from an international and interdisciplinary perspective, across different sports, communities and levels of engagement. It gives a comprehensive overview of the undeniable economic and cultural influence of sport industries for which fans are the driving force.  

The book examines different theoretical and methodological approaches to the study of fans, including typologies of fandom, and presents cutting-edge discussion across broad thematic areas such as performance and identity, the business of fandom, and fandom and media. It considers the experiences of diverse and marginalized fan groups, with an emphasis on intersectional analysis, and shines new light on key contemporary themes such as fan activism, violence and deviance, mobility and migration, and the transformative effects of digital and social media. This volume includes chapters by many of the leading scholars responsible for having laid the foundation for sport fan research as well as early-career scholars who examine the newest developments in media technologies, legalized betting, gaming, and fantasy sports. 

Including perspectives from disciplines such as philosophy, sociology, psychology, management, economics, and media studies, this book is essential reading for anybody interested in the study of sport and wider society or fans and subcultures more broadly.

Danielle Sarver Coombs is Professor in the School of Media and Journalism at Kent State University, USA. She has published extensively around politics, sports, and the politics of sport. 

Anne C. Osborne is Professor in the S.I. Newhouse School of Public Communications at Syracuse University, USA. Her research and teaching focus on gender, media, and sport.

Appel à contributions : Les publics de l’humour (Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet)

Colloque international RIRH – Paris 2022 : Les publics de l’humour

24 et 25 novembre 2022, Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet – Aubervilliers

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Ce colloque international, organisé par l’association RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour, propose de produire une photographie des travaux portant sur la question de la réception et des publics de l’humour. Il s’agit de mettre à l’honneur un ensemble de perspectives et d’approches (littérature, histoire, sociologie, traduction, études théâtrales, sciences de l’information et de la communication, science politique) pouvant contribuer, par leurs réflexions épistémologiques, leurs analyses de terrain et leurs méthodologies variées à saisir et interroger les contours de ces publics. Qu’est-ce que les publics de l’humour ? Comment les définir ? Comment les appréhender ? Comment se matérialisent-ils ? Autant de questions que ce colloque international souhaite traiter.

 L’humour, entre ambivalence et plaisir 

Quoique l’humour soit indissociable du rire qu’il est censé provoquer, les travaux qui se développent depuis plusieurs années dans le champ des études sur l’humour ou humour studies explorent peu la question de la réception et encore moins celle des publics. Au cœur de plusieurs écrits fondateurs du champ se tient une interrogation sur le pouvoir de l’humour. Les œuvres Bergson (2004 [1900]) et Bakhtine (1970 [1965]), devenues canoniques, initient une véritable réflexion sur les effets de l’humour, et accordent à l’humour tantôt une fonction de régulation sociale, tantôt un pouvoir de déstabilisation des normes et de l’ordre social. Les travaux qui ont suivi (Benton, 1988 ; Powell, 1989 ; Lloyd, 2001 ; Westwood, 2004) n’ont jamais véritablement tranché ces dilemmes. Les uns avancent que l’humour, la blague et la dérision reproduisent, voire renforcent la structure sociale par son pouvoir correcteur. Les autres répliquent que l’humour et la comédie sont autant de moyens déployés pour résister, défier et subvertir les modèles dominants.
D’autres travaux interrogent le lien entre la déstabilisation que l’humour peut produire et la part de jouissance que semble désigner le déclenchement du rire. Pour Mary Russo (1986) et Kathleen Rowe (1995) qui explorent, après Hélène Cixous dans Le Rire de la Méduse (2010 [1975]), le potentiel subversif de l’humour en termes de genre, le corps féminin grotesque se distingue par son indiscipline et la mise en échec des tentatives de contrôle. Pour Nelly Quemener (2014), les « troubles dans le genre » produits par les pratiques de travestissement, le brouillage du masculin au féminin ou encore les personnages poussant à leur paroxysme les codes de la masculinité et féminité sont indissociables du plaisir esthétique à voir un corps se transformer. La part subversive de ces performances humoristiques repose alors sur la jouissance provoquée par le spectacle de ces corps en mouvement et le renversement des attendus de la féminité et de la masculinité. Subversion et plaisir deviennent un des ressorts de « succès » de ces performances auprès des publics, selon une procédure proche de l’expérience cathartique évoquée par Umberto Eco (1984).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les publics de l’humour (Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet)

Colloque : 4e Biennale internationale d’études sur la chanson. Dramaturgies de la chanson (Aix-en-Provence, France & Innsbruck, Autriche)

4e Biennale internationale d’études sur la chanson : Dramaturgies de la chanson 

Avril-mai 2023, Aix-en-Provence, France & Innsbruck, Autriche

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Réseau de recherche Les Ondes du monde

 En tant que fiction en miniature, la chanson circonscrit un espace qui peut être lyrique (un moi qui s’exprime poétiquement), narratif (une histoire qui se raconte et évolue), mais aussi dramaturgique : des personnages, des tensions, des résolutions, quelquefois du dialogue et parfois même plusieurs voix qui se répondent, quand bien même il n’y aurait qu’un seul interprète. Dans sa configuration habituelle de pièce brève, le plus souvent organisée autour d’un refrain qui ponctue et sépare les actions du ou des personnages, une chanson pourrait relever de la même dramaturgie que le théâtre, impliquant à la faveur de son temps compté l’implacable métronomie d’une échéance et d’un plaisir, tous deux à satisfaire. D’autant qu’elle est, comme lui, un art performanciel : non seulement en ce qu’elle entretient des liens étroits avec la scène, la représentation et le spectacle, mais aussi dans sa constitution communicative organisée à la fois en double énonciation (les paroles énoncées par les personnages sont aussi celles de l’interprète) et en double destination (l’interprète s’adressant aux auditeurs/spectateurs à travers les personnages qui, en plus, s’adressent les uns aux autres). 

L’auditeur/spectateur en reçoit le déroulé comme la mise en scène d’une situation de crise. Quelque chose s’est passé avant que ne soit entamé le texte de chanson dont la profération est déjà la conséquence. Plongé in medias res, le public doit au plus vite saisir, capter, deviner les circonstances du drame, pendant que l’action déjà se joue et avance vers l’inexorable finale, au bout d’une courte durée qui dépasse rarement les trois minutes. De surcroît, pour dramatiser l’énergie que porte le texte, l’artiste utilise à plein les autres médias : la musique et ses arrangements, la voix et ses silences, à quoi s’ajoutent des codes spécifiquement “théâtraux” (Fischer-Lichte) dans le cas d’une représentation en direct, comme la mimique, le geste et le mouvement sur scène, l’interaction avec le public, le masque, la coiffure et les costumes, la lumière et les accessoires de l’espace scénique. C’est ce potentiel dramatique que la 4e Biennale internationale d’études sur la chanson se propose d’approfondir.

En parlant des dramaturgies de la chanson, nous visons d’abord les chansons qui adoptent une forme dialogale : les duos par excellence, mais aussi les scènes théâtralisées comme Non, je n’ai rien oublié d’Aznavour ou Formidable de Stromae. On pourrait également penser à des chansons qui jouent avec la mise en voix et la kinésique sur scène en recourant à l’esthétique du sketch, du music-hall ou même de la fête foraine et du cirque (la macchietta napoletana ou les spectacles de Dario Fo n’en seraient que deux exemples). Par ailleurs, la chanson appartient à des structures artistiques performancielles plus larges qui articulent leurs épisodes autour d’elle : la comédie musicale bien sûr, mais également le théâtre musical. N’oublions pas également l’emploi récurrent qu’en fait le cinéma depuis ses origines et pas seulement en guise de générique : qu’elle soit synchrone ou hors champ, la chanson est régulièrement convoquée par le 7e art dans la fonction d’une mise en abyme dramatique, d’un reflet concentré de ce qui s’est déroulé ou va se dérouler. En ce sens, la « chanson dans le cinéma » est à rapprocher du « théâtre dans le théâtre ». Enfin, le scopitone puis le vidéo-clip associent définitivement la chanson et l’image, créant de nouvelles mises en scène pour la chanson filmée.

Continuer la lecture de Colloque : 4e Biennale internationale d’études sur la chanson. Dramaturgies de la chanson (Aix-en-Provence, France & Innsbruck, Autriche)

Parution : A Fan Studies Primer. Method, Research, Ethics (dir. Paul Booth, Rebecca Williams)

Paul Booth et Rebecca Williams (dir.), A Fan Studies Primer. Method, Ethics, Research, University of Iowa Press, 2021.

“This groundbreaking collection marks the further maturing of fandom studies as an academic field through its consideration of a diverse range of fan practices, methodologies, and theoretical issues, with a strong emphasis on ethical concerns. I know I will be sharing many of these contributions with my students for years to come.”—Henry Jenkins, author, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture

A Fan Studies Primer is a necessary contribution to the field. The book makes a vital case for the importance of methods and methodology in fan studies—while, importantly, recognizing the complexity and risks of doing so. It is an essential resource for scholars, researchers, and students.”—Adrienne Evans, Coventry University

The discipline of fan studies is famously undisciplined. But that doesn’t mean it isn’t structured. This is the first comprehensive primer for classroom use that shows students how to do fan studies in practical terms. With contributions from a range of established and emerging scholars, coeditors Paul Booth and Rebecca Williams pull together case studies that demonstrate the wide array of methodologies available to fan studies scholars, such as auto/ethnography, immersion, interviews, online data mining, historiography, and textual analysis. This collection also probes the ethical questions that are unique to fan studies work, such as the use of online fan content for research, interview methods, consent, and privacy.

Contributors: 

Maria Alberto, Cait Coker, Renee Ann Drouin, Anne Gilbert, Danielle Hart, Matt Hills, Lies Lanckman, Julia Largent, Katherine Larsen, Lori Morimoto, EJ Nielsen, Mandy Olejnik, Rukmini Pande, Milena Popova, Kadian L. Pow, Suzanne Scott, Josh Stenger, Alex Thomas, Elise Vist, Lesley Willard, Benjamin Woo

Parution : Les Spectateurs du cinéma Histoire des théories de la réception filmique (Emmanuel Plasseraud)

Emmanuel Plasseraud, Les Spectateurs du cinéma Histoire des théories de la réception filmique, Paris, Classiques Garnier, coll. “Recherches cinématographiques”, 2021

À travers l’histoire des théories de la réception filmique, de la période muette à nos jours, l’opposition idéologique entre collectivisme et individualisme transparaît dans la valorisation de la vision collective des films en salle ou de la dimension individuelle de l’expérience spectatorielle.

Table des matières