Archives par mot-clé : presse illustrée

Hélène Veilhan (Université Clermont Auvergne)

Conservatrice des bibliothèques. Université Clermont Auvergne. Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

Hélène Veilhan est responsable du centre de documentation de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand depuis 2017.  Elle coordonne les projets autour de la Collection Bastaire.  (projet CollEx-Persée Itinéraires de la Collection Bastaire et Les Carnets Jean Bastaire).

La Collection Bastaire est riche d’environ 8000 ouvrages et autant de journaux et revues illustrées publiés en France entre 1850 et 1940, en plein âge d’or du roman populaire. Elle est accompagnée d’un ensemble d’archives qui regroupent notamment les archives d’enfance de Jean Bastaire ainsi que ses archives de collectionneur et ses archives personnelles d’écrivain et de publiciste.

Séminaire commun LPCM / Patrimonialitté, 2023–2024 : Patrimonialisation des cultures populaires et médiatiques

Produites en masse et en série, sur des supports souvent fragiles ou éphémères, les cultures populaires et médiatiques semblent presque par définition résister à toute patrimonialisation. Ce séminaire commun entre LPCM et Patrimonialitté s’interrogera sur les rapports complexes entre patrimoine et culture populaire, et plus particulièrement des imprimés et éditions populaires, par le prisme des archives éditoriales et de pratiques de collection en amateur. 

Les trois séances du séminaire auront lieu en mode hybride et sont organisées entre la KBR, l’UGent et la KU Leuven. Pour recevoir un lien de connexion, veuillez remplir ce formulaire ; ou pour infos complémentaires, contacter benoit.crucifix [a] kuleuven.be.

Séance 1 – Vendredi 24 novembre 2023 (14h à 16h) : Archives de l’édition populaire

Lieu : KBR, Salle Panorama Mont des Arts 28, 1000 Bruxelles

  • Matthieu Letourneux (Paris Nanterre) & Loïc Artiaga (Université de Limoges), “Faut-il patrimonialiser le populaire ?” 
  • Suivi d’une table-ronde avec Virginie Clayssen (Editis)

Séance organisée dans le cadre du Pop Heritage Lab.

Séance 2 – Mercredi 21 février 2024 (14h à 16h) : Périodiques de jeunesse

Lieu : UGent, Faculteitsbibliotheek Letteren en Wijsbegeerte, Library Lab Loveling, Rozier 44, 9000 Gent

  • Maaheen Ahmed (UGent), “(Re-)mettre en boîte : les plusieurs vies de la collection Van Passen”
  • Hélène Veilhan (MSH Clermont-Ferrand), “L’intention patrimoniale de Jean et Michel Bastaire, collectionneurs de littérature populaire”

Séance 3 – Mercredi 24 avril 2024 (14h à 16h) : Cinéma sur papier

Lieu : KU Leuven Central Library, Colloquium, Ladeuzeplein 21, 3000 Leuven 

  • Jan Baetens (KU Leuven), “Collectionner pour transmettre et partager”
  • Cécile Fourrel de Frettes (Sorbonne Paris Nord), “Quand l’éditeur espagnol Francisco-Mario Bistagne faisait son cinéma (1922-1932) : un patrimoine de papier pour le celluloïd ?”

Séance organisée dans le cadre d’une exposition sur le ciné-roman-photo à la KU Leuven Central Library (infos à suivre).



Appel à contributions : L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré (Université Concordia, Montréal)

L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré

13 octobre 2023 (en présence), Bibliothèque de l’Université Concordia, Montréal (Québec), Canada

Échéance des propositions : 15 juillet 2023

L’objectif de cette journée d’étude est de rassembler des chercheurs autour du sujet de l’image imprimée depuis la décennie 1880. Nous considérons comme un jalon historique l’implémentation et la diffusion à grande échelle de la similigravure (halftone printing), procédé photomécanique qui permettra la reproduction de subtils tons et gradients dans des publications à fort tirage.

Portant une attention particulière à la bibliographie matérielle et aux techniques de production, nous tenterons de mieux comprendre comment les images imprimées contribuent aux formations discursives et de sens à travers une variété de contextes, des journaux illustrés aux manuels d’étiquette; des revues scientifiques aux livres pour enfants. Alors que le niveau d’alphabétisation s’accroît au vingtième siècle, le champ des publications illustrées rejoint des publics de plus en plus variés, dont les attentes et les besoins influencent le développement de la culture visuelle de l ’imprimé. En contrepartie, les rapports étroits entre l ’image et le texte forment de manière significative chez le lectorat la compréhension du monde en rassemblant dans l’espace de la page tout un assortiment d’informations entremêlant le politique, le professionnel et le divertissement.

Chevauchant les disciplines des études littéraires, de l’histoire de l’art, de la bibliographie et de la bibliothéconomie, la culture de l’imprimé illustré constitue une voie privilégiée vers l’histoire sociale. Nous sommes inspirés par le travail fondateur de Richard Benson dans The Printed Picture (MoMA, 2008) et par les récentes études sur les médias vernaculaires, tels que ceux de Sarah Mirseyedi et Gerry Beegan sur le développement des procédés photomécaniques et l’ouvrage dirigé par Thierry Gervais, The “Public” Life of Photographs (The MIT Press, 2016). Faisant nôtre l’impératif du spécialiste en livres rares Roger Gaskell de développer une « bibliographie des images », nous invitons les contributions tant en français qu’en anglais qui abordent un aspect pertinent des publications illustrées de masse ainsi que les divers procédés industriels ou manuels qui rendent leur production possible. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré (Université Concordia, Montréal)

Parution : Le cinéma des midinettes. Cinémonde, ses « potineuses » et ses « potineurs » (1946-1967) (G. Sellier)

Geneviève Sellier, Le cinéma des midinettes. Cinémonde, ses « potineuses » et ses « potineurs » (1946-1967), Toulouse, Presses universitaires du Midi, coll. « En tous genres », 2023.

Entre 1946 et 1967, la rubrique hebdomadaire de courriers des lecteurs du magazine Cinémonde est le lieu d’expression d’un lectorat jeune, populaire et majoritairement féminin qui utilise le cinéma pour discuter de ses goûts et de ses aspirations. Le cinéma en France après la Libération devient le loisir favori de la jeunesse populaire, et les magazines spécialisés, comme Cinémonde, le plus diffusé d’entre eux, proposent un courrier des lecteurs et lectrices qui, au-delà de sa fonction de fidélisation, construit au cours des années 1950 une communauté de fans cimentée par le goût des acteurs et actrices et l’amour des films comme leçons de vie. Cet ouvrage propose une exploration sur 20 ans de la rubrique hebdomadaire de Cinémonde, intitulée « Potinons », son évolution au cours de ces deux décennies, sa composition sociologique et genrée, le parcours de quelques « potineuses » et « potineurs », une analyse des préférences cinéphiliques des courriéristes, très majoritairement féminines, et la réception de quelques films français et hollywoodiens des années 1950 qui ont fait date pour ce public jeune et populaire, et enfin la rencontre avec la Nouvelle Vague au tournant des années 1960. Cette rubrique se révèle en particulier une source sans équivalent pour documenter des formes de cinéphilie féminine et leurs spécificités par rapport à la cinéphilie dominante, quasi exclusivement masculine à l’époque.

 

Parution : Papiers Nickelés n° 74

Papiers Nickelés. La revue de l’image populaire, n° 74, octobre 2022

Les mains coupées des enfants, une fake news de l’état-major, par Yves Frémion*
Les dessins de guerre de Henri ZISLIN, par Yves Frémion
Le logo du Black Panther party, par Antonin Erwan
VALLÉE, Georges (1872-1961) et l’esprit de conjecture, par Guy Costes
“Captivant” de CHALAND et CORNILLON censuré, par Claude Ecken
Louis-Félix CLAUDEL, illustrateur et graveur, par Philippe Aurousseau
À la mode de CRUMB, par Antonin Erwan
Les cartes chromos de Tom Tit, par Théophraste Épistolier
Ne dites pas que nous ne vous avons pas prévenus… (La pédophilie du clergé espagnol), par Michel Malty
GODEFROY, Humour noir et Chat noir, par Théophraste Épistolier
Les auto-publicités des éditions Mondiales, par Francis Saint Martin
LAPLACE débute, par Antonin Erwan
Couverture : Zislin – Dessin de guerre IV HS 1: “La résurection”

*voir notre commentaire en réaction à cet article

Parution : Strenae n°20-21, “Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires”

Strenae n°20-21, “Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires”

Sous la direction de Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier

Colloque : Free press et fanzines : la presse alternative en France des années 1960 à nos jours (BnF)

Free press et fanzines : la presse alternative en France des années 1960 à nos jours (BnF)

9 h 30 – 18 h
BnF, site François-Mitterrand, Petit auditorium
 

Véritable phénomène de masse, avec ses codes, ses réseaux de diffusion, ses événements en marge de la culture « mainstream », la presse alternative demeure mal connue en France. Ce colloque fait le point sur les recherches en cours et sur les principaux fonds accessibles dans ce domaine. En clôture, une projection du film Fanzinat. Passion et histoires des fanzines en France est suivie d’une rencontre avec un des coréalisateurs.

Apparus par centaines dans le sillage de mai 68 et de la contre-culture anglaise et américaine, des feuilles et journaux indépendants proposent à un public jeune les sujets que la presse « sérieuse » écarte – musique pop et rock, écologie, nucléaire, mouvements régionalistes, sexualité, spectacle de rue, féminisme, pacifisme –, traités sur un ton iconoclaste et radical. Charlie Hebdo, Actuel ou Le Parapluie sont les fleurons les plus aboutis et pérennes d’une vague underground qui déferle alors sur une génération de baby-boomers qui construit sa propre culture comme une alternative à l’idéologie dominante.

Continuer la lecture de Colloque : Free press et fanzines : la presse alternative en France des années 1960 à nos jours (BnF)

Parution : Corset de papier (Lucie Barette)

Lucie Barette, Corset de papier. Une histoire de la presse féminine, Paris, Divergences, 2022.

La bonne épouse, la bonne mère, la bonne ménagère, une sorte de femme totale : voilà ce que donnent à voir les magazines et les journaux féminins depuis qu’ils existent. Il faut revenir au moment où émergent les codes de cette presse spécialisée pour comprendre comment ce corset de papier s’est formé, cloisonnant la féminité dans le dévouement aux hommes, seuls au pouvoir. Cependant, l’espace médiatique ouvert par l’essor de la presse féminine est aussi un lieu où s’expriment celles qui ne peuvent le faire par ailleurs, et où elles élaborent des tactiques d’émancipation. C’est dans les coulisses de cet espace paradoxal que nous emmène cette palpitante enquête historique et sociale, où la représentation de la féminité émerge comme un champ de bataille politique.  

Docteure en littérature et langue françaises, enseignante en information- communication à l’Université de Caen Normandie, Lucie Barette est spécialiste des écrivaines-journalistes du XIXe siècle, de leurs choix de carrière et d’écriture. Elle concentre également ses recherches sur la presse féminine et la figure de la flâneuse. Elle est aussi l’autrice de la thèse Les écrivaines- journalistes sous la monarchie de Juillet : la presse au service d’une reconnaissance littéraire. 

Continuer la lecture de Parution : Corset de papier (Lucie Barette)

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)” (dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren)

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)”, dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, 2022. 

Il est admis que le genre sentimental correspond à une forme figée, rigide et pauvre. Pourtant, pour peu que l’on examine attentivement les textes qui s’inscrivent dans ce registre, on ne peut qu’être frappé par leur étonnante plasticité. Ce numéro d’Études françaises est consacré au récit sentimental au Québec des années 1920 aux années 1960. Durant ces décennies parfois décrites comme une période de crise et de « Grande noirceur », le récit sentimental québécois n’a eu de cesse d’offrir des visions renouvelées des rencontres amoureuses et du mariage, tout autant que de l’éducation des filles, du confort matériel et de la sexualité. Il constitue une formidable caisse de résonance pour certains des rêves de la société québécoise de cette époque.

Sommaire

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, Présentation. Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965), p. 5–13.

Caroline Loranger, Parcours amoureux et économiques dans le roman sentimental publié par les éditions Édouard Garand, p. 15–31.

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, D’amour et d’or pur. Les impératifs matérialistes du bonheur amoureux dans le roman sentimental québécois de l’après-guerre, p. 33–53.

Karol’Ann Boivin, Jeune fille moderne, jeune fille instruite. L’instruction des héroïnes sentimentales chez Police Journal (1944-1965), p. 55–75.

Adrien Rannaud, Désirs d’amour, magazine et culture moyenne chez Gabrielle Roy. Autour de trois nouvelles sentimentales publiées dans La Revue moderne en 1940, p. 77–94.

Harold Bérubé, Quelle place y a-t-il pour l’amour dans l’univers du Domino Noir (1944-1949) ?, p. 95–116.

Ariane Gibeau, Nuit de noces traumatique et crise de la conjugalité chez Claire Martin, Charlotte Savary et Reine Malouin. Vers une politisation des violences sexuelles en littérature québécoise, p. 117–134.

Rachel Nadon, Pierre Gélinas critique littéraire au Jour (1943-1946), p. 137–158.

Jihen Souki, Rhétorique préfacielle de Gérard Genette ou l’art du palimpseste, p. 159–173.

Table des illustrations, p. 185.

Appel à contributions : Les magazines de bande dessinée en France : perspectives culturelles et médiatiques (revue Comicalités)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Comicalités“Les magazines de bande dessinée en France : perspectives culturelles et médiatiques”.

« Thématique » dirigée par Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre) et Yoan Vérilhac (Université de Nîmes)

Échéance des propositions : 1er novembre 2022.

Ce numéro de Comicalités a pour ambition d’aborder les magazines de bandes dessinées d’un point de vue historique, médiatique et culturel. L’enjeu est de rendre compte, de façon panoramique et sur le temps long (1930-2020) de la structuration et de la segmentation d’un secteur puissant du champ de la presse : comment se transforme, progressivement, le genre du « magazine de bandes dessinées », comment se décline-t-il selon des formats et des formules médiatiques (pockets, fascicules, revues mensuelles, journaux hebdomadaires), des publics visés (enfance, jeunesse, adulte, lectorats masculins ou féminins), selon des contraintes légales et éditoriales spécifiques ? Quelle est la position de cette presse dans l’offre générale des magazines de divertissement ? Ces périodiques seront étudiés dans leur totalité, comme systèmes sémiotiques et dispositifs médiatiques dont la signification culturelle doit se penser globalement – avec les couvertures, les parties rédactionnelles et les publicités, et peut-être même avant tout avec celles-ci, en s’interdisant de les considérer comme secondaires par rapport aux bandes dessinées. Aborder ces périodiques dans une perspective culturelle et médiatique permet de mettre au jour les fonctions discursives et imaginaires spécifiques qui sont les leurs : négociations avec les héritages de la presse de jeunesse (L’Intrépide, L’Epatant, Hop là !), entre différentes logiques de consommation de la culture de jeunesse d’après-guerre (Spirou, Tintin), invention d’une presse médiatique pour la jeunesse (Pilote magazine), définition d’une offre pour adultes dialoguant avec un grand nombre de séries médiatiques (presse satirique, Charlie, magazines de charme, L’Écho des savanes dans les années 1980, magazine culturel, Métal hurlant…), formats proches du magazine de bandes dessinées mais rapportés à d’autres séries médiatiques (presse jeunesse, presse satirique, presse érotique)…

Des journées d’études préparatoires (Voir le programme et descriptif à l’adresse suivante: https://lpcm.hypotheses.org/20636), reposant sur le principe d’une commande de sujets précis aux intervenant·es, ont déjà balayé d’importants segments de ce champ (notamment du côté des magazines pour adultes), et c’est ce même principe que nous souhaitons maintenir dans le cadre de la publication. Nous n’attendons donc pas de monographies sur un magazine particulier, mais plutôt des questionnements transversaux permettant d’embrasser plusieurs titres. Pour exemple, des chapitres sont déjà rédigés (avec à chaque fois le souci de ne pas nous cantonner aux bandes-dessinées) sur la culture jeune, l’érotisme, le rédactionnel dans les magazines de comics, le savoir technico-scientifique, la culture de bandes dessinées, l’humour, la culture journalistique, les imaginaires médiatiques… On sera donc particulièrement sensible aux propositions explorant les enjeux suivants, sur le même principe d’une approche transversale d’une question plutôt qu’une étude sur un seul titre.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les magazines de bande dessinée en France : perspectives culturelles et médiatiques (revue Comicalités)