Archives par mot-clé : presse illustrée

Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

« Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires »

Strenae, n°21

Échéance des propositions : 1er septembre 2021

 Dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier

Le récent décès du dessinateur André Chéret (5 mars 2020), créateur avec le scénariste Roger Lécureux du célèbre héros préhistorique de la bande dessinée Rahan, plonge dans une certaine nostalgie les très nombreux‧euses quadra et quinquagénaires abreuvé‧e‧s par la lecture, durant leurs jeunes années, de cette série culte (plus de 200 épisodes) de Pif Gadget, magazine de bandes dessinées fortement ancré dans le monde ouvrier.

Issu d’un organe clandestin de jeunes résistants communistes né en 1942 (Medioni 2012), Pif Gadget est la quatrième dénomination d’une revue appelée préalablement Le Jeune Patriote, Vaillant et Le Journal de Pif. Au tournant des années 1950-1960, le journal, en perte de vitesse (passage sous la barre des 100 000 exemplaires), est contraint de modifier sa ligne éditoriale première. Une nouvelle direction est nommée et de nouvelles stratégies commerciales voient le jour permettant ainsi au journal d’atteindre un succès record. En 1980, Pif Gadget rivalise avec ses concurrents Le Journal de Mickey et Picsou magazine en tirant tous les trois au-dessus des 300 000 exemplaires. À cette même période, Spirou passe sous la barre des 80 000, Pilote sous les 60 000 et Tintin sous les 50 000 (Lesage 2018 : 309). Les Pif Gadget n°60 (1970), n°137 (1971) et n°443 (1977) sont tirés à un million d’exemplaires.

Ce magazine d’obédience communiste se révèle être un médium d’envergure. Il invite à questionner son impact, notamment sur les jeunes, au cours de la fin du XXe siècle. À n’en point douter, cette publication « est, par la variété des évolutions ou ruptures idéologiques qu’elle propose, un intéressant objet d’étude » (Bruno 2008 : 127). La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite (Bantigny & Jablonka 2009 ; Lahire 2019). Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste (Pudal 2000) via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse (Rioux & Sirinelli 2002) ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe (Coulangeon 2005) destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012 : 323) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

Morgane Ott (KBR, Université de Liège)

Historienne de l’art de formation, Morgane Ott travaille à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) au sein du service DIGIT, dans le cadre d’un projet de recherche et de numérisation intitulé ARTPRESSE et financé par la Politique scientifique fédérale de Belgique (BELSPO). Elle prépare une thèse de doctorat sur la réception et la représentation de l’art belge dans les magazines de l’entre-deux-guerres. 

Partenaires : 

Le Service DIGIT, KBR

Le Service d’histoire de l’art de l’époque contemporaine, ULiège 

Le Département de théorie littéraire et d’études culturelles, KULeuven 

Le programme de financement BRAIN-be, BELPSO 

Appel à communications : Periodicals as/in Media Constellations

Periodicals as/in Media Constellations

International Conference of the DFG-Research Unit « Journal Literature » (FOR 2288)

25.−27. November 2021

University of Cologne

PRESENTATION

From the 19th century on, periodicals—and especially magazines—, because of their capacity to act as meta-media, have been central sites to unfold and discuss media developments and constellations. On the one hand, they develop textual discourses on media and their relationships to one another; on the other hand, they also integrate other media, such as images, illustrations and reproductions, which are incorporated into their own format via intermedial processes and remediation. In doing so, journals not only address the idiosyncrasies of the various media in their environment, but also consistently reflect (on) their own mediality—whether explicitly in articles about their own format and journal culture in general, or implicitly in their layout, their text-image relationships, their graphic design. Because the form of periodicals displays a characteristic openness towards the integration of other media, it makes for an apt starting point to discuss different media constellations and their evolution(s). Continuer la lecture de Appel à communications : Periodicals as/in Media Constellations

Parution : Quêtes littéraires n° 10, « Caricature : l’art de la démesure »

Quêtes littéraires n° 10, 2020, « Caricature : l’art de la démesure »

Avant-propos

Edyta Kociubińska, Judyta Niedokos

Marie-France de Palacio

Prendre la grippe comme on prend les eaux : variations caricaturales sur un mal à la mode entre 1830 et 1848

Małgorzata Sokołowicz

Les puschts, les bardaches, les « almées… mâles » : une caricature de la femme orientale ou un autre rêve d’Orient ?

Caroline Strobbe

De Cloporte en Janus : sur quelques représentations du portier dans la caricature française du XIXe siècle

Thierry Poyet

Flaubert et la caricature : l’exigence de la modernité Continuer la lecture de Parution : Quêtes littéraires n° 10, « Caricature : l’art de la démesure »

Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs

Bandes dessinées hors-champs / Comics On the Outside

3-4 juin 2021, Université libre de Bruxelles

« Planche de bande dessinée sauvage », exposition « La bande d’Antoine Marchalot dessinée », FIBD Angoulême, 2020, photographies de Margaux Duseigneur

Dans sa thèse de doctorat La Bande dessinée et son double, Jean-Christophe Menu avance l’idée de « corpus hors-champ de la bande dessinée » pour décrire « tout un corpus d’œuvres relevant […] indéniablement de son domaine mais qu’elle [la bande dessinée] n’intègre pas dans son Histoire, et donc qu’elle ne reconnaît pas comme partie intégrante de son champ » (2011, 432). Ce colloque a pour ambition de se saisir de cette notion de « corpus hors-champ ». Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée.  

Elargir un corpus

Le hors-champ invite ainsi à élargir un corpus à une série d’objets, d’œuvres, de pratiques situées aux limites et aux marges de ce qui est établi comme champ. Les effets de démarcation, de hiérarchisation et de légitimation liés à la « constitution du champ de la bande dessiné » (Boltanski 1975) sont apparus d’avantage en « demi-teinte » (Maigret 1994), autant que l’unité du champ ne fait plus nécessairement valeur commune. Plutôt que de s’essayer à de vaines tentatives de redéfinir le périmètre d’un champ, ce colloque invite à une acception large et fluctuante de celui-ci, défini par effet de contraste : le « hors-champ » est ici envisagé dans une tension dynamique avec le « champ », les deux termes s’impliquant mutuellement. Ces catégories sont en effet mouvantes ; une œuvre, une pratique, un objet pouvant glisser du champ vers le hors-champ et inversement. La focale choisie et la méthode d’approche participent pleinement de la construction de ce « corpus hors-champ ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs

Parution : Une fille comme toi

Jan BaetensUne fille comme toi, JBE Books, 2020. 

De 1955 à 1965 le cinéma a vécu sur papier dans une forme aujourd’hui oubliée : le ciné-roman-photo. Tombé dans un oubli certain, le ciné-roman-photo est la reprise d’un film authentique, réellement projeté dans les salles, sous forme de roman-photo. Ce livre propose une variation nouvelle et une réécriture très singulière de ce genre historique. Il radicalise l’idée de réemploi et de réécriture en utilisant exclusivement des images déjà publiées appartenant à la collection privée de l’auteur.

300 photogrammes ont été sélectionnés parmi une centaine de ciné-romans-photos. Michelangelo Antonioni et Luchino Visconti y côtoient Alfred Hitchcock et Jacques Demy, mais aussi un grand nombre de réalisateurs moins connus, actifs dans tous les genres du cinéma (western, comédie, horreur, SF, drame historique, etc.). De même, le montage et la mise en pages des photogrammes dévoilent la diversité des ciné-roman-photos de l’époque.

Une fille comme toi propose une plongée dans les univers cinématographiques qui capturèrent l’imaginaire d’une époque en même temps qu’une approche critique du genre par le biais de courts essais. C’est une œuvre hybride qui célèbre un genre méconnu : une collection privée de plus de 1 500 magazines a été remixée, de manière à créer un film qui n’a jamais existé, mais dont on reconnaît pourtant toutes les scènes.

Appel à communication : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Le programme de recherche Pifgadg&Cie a pour but d’analyser les contenus des succès de presse que sont Vaillant puis Vaillant, Le journal de Pif (1965) et Pif Gadget (1969-1993 puis 2004-2008). Impliquant notamment des collègues de l’université de Bourgogne/Franche-Comté provenant de laboratoires différents, le projet entend valoriser les approches pluri et transdisciplinaires, de façon à questionner la supposée fabrication d’un imaginaire collectif et la construction d’une mémoire commune communiste à travers ce magazine de jeunesse.

Cet événement scientifique sera organisé dans les locaux de la MSHE Ledoux à Besançon les 4 et 5 février 2021. Ce projet PIGAD&CIE a le soutien de la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté.

Continuer la lecture de Appel à communication : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Actes du colloque de Lausanne, les 15-16 novembre 2018.

En accès libre sur Fabula

Les études actuelles sur la presse littéraire du XIXe siècle, comme celles qui portent notamment sur les différents mercures des XVIIe et XVIIIe siècles, soulignent un lien privilégié entre la littérature et la poétique journalistique. Or, si l’on peut se réjouir du dynamisme critique qui caractérise aujourd’hui les études sur la presse littéraire, force est de constater que leurs résultats demeurent cloisonnés du point de vue diachronique.

La vocation première de ce recueil est par conséquent d’établir un dialogue entre les spécialistes des périodes pré-moderne et moderne autour des rapports entre presse et littérature envisagés dans un spectre chronologique peu exploré. L’image matérielle (gravure, photographie) et textuelle (description, ekphrasis) constitue en ce sens un levier optimal pour engager ce dialogue. Le postulat principal serait ainsi que l’image dans la presse littéraire entretient des rapports spécifiques avec la temporalité (transposition visuelle d’un fait d’actualité, d’un moment narratif singulier, etc.) dont l’expression s’exacerbe dans le cas d’une publication périodique, tributaire des contraintes éditoriales qu’implique une parution régulière.

Il s’agit en effet d’envisager à nouveaux frais les rapports entre des formes littéraires soumises à des formes de périodicité variées (presse périodique, livraisons, recueils, etc.) et différentes manifestations, figuratives et textuelles, du visuel ; et d’interroger notamment la nature et les usages des modèles littéraires qui informent les poétiques et les rhétoriques de la presse littéraire illustrée, les conditions matérielles qui modalisent la mise en image d’un fait d’actualité, le rythme particulier induit dans la lecture du périodique par la présence de l’image, la question de l’impact émotionnel des images dans leur articulation à la diffusion et à la conservation de l’information.

Textes réunis par Marta Caraion et Barbara Semelci et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Continuer la lecture de Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Appel à communication : Belphégor – Magazines et culture médiatique au XXe siècle

« Magazines et culture médiatique nord-atlantique au xxe siècle : diffusion, rhétorique, imaginaire / Magazines and North Atlantic Media Culture in the 20th century: Circulation, Rhetoric, Imaginary »

Appel à contribution pour un dossier spécial de la revue Belphégor
Sous la direction d’Adrien Rannaud et de Jean-Philippe Warren

English translation will follow

La presse magazine, à l’instar des séries télévisées ou de la chanson populaire, ne méritait, il n’y a pas si longtemps encore, qu’une lecture d’ordre idéologique, souvent biaisée, et où la notion d’« industrie culturelle » rimait avec aliénation. Entre les revues d’idées et les journaux d’information, les périodiques illustrés, relativement détachés de l’actualité et produits dans le but d’être accessibles au plus grand nombre, faisaient figure, au mieux, de divertissement futile.
L’analyse du processus historique de développement du magazine au xxe siècle ne peut plus se satisfaire d’un tel primat, d’autant plus que le courant des cultural studies invite depuis déjà une trentaine d’années à renverser les canons traditionnels et à s’approprier des corpus tenus jusqu’ici pour illégitimes par l’institution universitaire.
Le dossier « Magazines et culture médiatique nord-atlantique au xxe siècle : diffusion, rhétorique, imaginaire » entend rompre définitivement avec une image unidimensionnelle du magazine. Il s’agit d’étudier les périodiques illustrés comme des ensembles discursifs et pratiques complexes, tiraillés entre, d’un côté, des enjeux économiques et idéologiques mouvants, et de l’autre côté, le souci de se distinguer de la masse imprimée. C’est ainsi que le dossier entend interroger simultanément l’apport de la presse magazine à la vie littéraire, culturelle et intellectuelle dans l’aire nord-atlantique, et son fonctionnement pratique, discursif et matériel au sein de la culture médiatique. Continuer la lecture de Appel à communication : Belphégor – Magazines et culture médiatique au XXe siècle

Appel : Poétique du Chat Noir

Appel à communication

Poétique du Chat Noir (1882-1897)

Colloque international, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris,

jeudi 6 et vendredi 7 décembre 2018.

 

Image : Affiche du « Chat Noir » par Théophile-Alexandre Steinlen

Organisateurs : Caroline Crépiat (Université Clermont Auvergne – CELIS), Denis Saint-Amand (HEL – Université de Namur – COnTEXTES) et Julien Schuh (Université Paris Nanterre – HIRIM).

Comité scientifique : Paul Aron (Université libre de Bruxelles – FNRS), Laurent Bihl (Paris 1 – CRHXIX), Phillip Dennis Cate (Rutgers University, émérite), Philip Kaenel (Université de Lausanne), Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre – HIRIM), Évanghélia Stead (Université de Versailles – CHCSC), Valérie Stiénon (Université Paris 13 – PLÉIADE), Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry – RIRRA21 – Numapresse), Alain Vaillant (Université Paris Nanterre – HIRIM), Jean-Didier Wagneur (CLCF-Université Paris Nanterre).

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle[1], un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce colloque se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.                                                       Continuer la lecture de Appel : Poétique du Chat Noir