Archives par mot-clé : presse

Dalhousie French Studies. Infox, Fake News et«Nouvelles faulses » : perspectives historiques (XVe – XXe siècles)

Déjà en 1537 La Prognostication des prognostications de Bonaventure des Périers dénonçait l’engouement pour les « nouveautez nouvelles » dont souffrait un monde désormais « affamé de Nouvelles », cherchant à dévorer constamment les nouvelles, n’importe quelles nouvelles, toujours plus de nouvelles, avec une insatiabilité qui attire, qui se repait tout particulièrement des « nouvelles faulses » :

Et tant tu es les Nouvelles leschant,
Que tu prens tout, le bon, et le meschant :
Car bien souvent les faulses et meschantes
Sont celles là pour lesquelles plus chantes.

« Tu vas », accuse des Périers, s’adressant à un monde transformé par ce nouveau média qu’était alors l’imprimerie (et plus particulièrement les brochures et publications occasionnelles), « tu cours ça et là, par ces rues, en mengeant [les nouvelles], et [en les] rongeant toutes crues ».

Tantost de toy sont bonnes [nouvelles] approuvées,
Tu les reprens, tu les prises et notes,
À belles dents […] les grignotes,
En te saoulant de tes Nouvelles faulses,
Comme ung souillard cuysinier de ses saulses.1

Notre XXIe siècle, persuadé par ses propres pulsions médiatiques que tout est inouï, extraordinaire, nouveau, n’aurait-il pas avantage à ralentir le pas, ou même à revenir en arrière, pour faire l’archéologie de ces « nouveautez nouvelles », ou peut-être de ces fausses nouveautés, que sont les Fakes News ? Il y aurait fort à faire. L’historien Robert Darnton l’affirmait récemment : « on retrouve tout au long de l’Histoire l’équivalent des textes et tweets venimeux que l’on observe aujourd’hui » ; il donnait alors lui-même les exemples des pasquinades au XVIe siècle, des canards parisiens du XVIIe, de la presse à scandale londonienne et des gazettes françaises manuscrites et clandestines au XVIIIe2 . On peut ajouter à cela la véritable jungle de l’imprimé qui fleurit au XIXe, suite aux progrès techniques de l’imprimerie, avec l’explosion de la grande presse, le développement des journaux d’opinion aux orientations idéologiques marquées, et la naissance des premiers grands groupes d’édition. Et pour terminer, le XXe, riche en informations alternatives, à l’enseigne du « bourrage de crânes » dénoncé lors du premier conflit mondial, de la propagande élevée en science qui marque la deuxième guerre, et des contestations soixante-huitardes s’élevant contre les mensonges médiatiques au service du pouvoir.
Avant d’établir des comparaisons, de dresser des parallèles, de s’intéresser aux évolutions, aux permanences, aux discontinuités de ces traditions de nouvelles faulses, il convient d’étudier d’abord le passé lui-même, en lui-même, et c’est pour ce faire que la revue Dalhousie French Studies propose un numéro thématique consacré à « Infox, Fake News et “Nouvelles faulses” ». Les dates butoirs annoncées par notre titre, « XVe – XXe siècles », soulignent la profondeur historique recherchée, voire les effets de continuités, et correspondent à l’ère de l’imprimé, depuis Gutenberg et ses premières brochures (moins connues que ses bibles), jusqu’aux journaux du premier XXe siècle (ceux que déclasseront par la suite la radio, la télévision, puis l’Internet, mais qui alors règnent en maîtres), en passant par les pamphlets, les Gazettes, les mazarinades, etc. Ces dates sont flexibles, du moins en amont : les propositions consacrées à l’époque médiévale seront également considérées.

Continuer la lecture de Dalhousie French Studies. Infox, Fake News et«Nouvelles faulses » : perspectives historiques (XVe – XXe siècles)

Médias 19 – Numapresse : Presses anciennes et contemporaines, à l’heure du numérique (Paris, 8 au 11 juin 2020)

FR

Après un premier congrès en juin 2015, Médias 19 et Numapresse organisent une deuxième grande manifestation qui se tiendra à Paris, du 8 au 11 juin 2020, et veut faire état de la recherche actuelle sur la presse, à l’heure de la numérisation des corpus.

Le projet scientifique franco-québécois Médias 19, articulé autour de la plateforme numérique www.medias19.org, a été le cadre de développement d’une réflexion, depuis 2011, sur les pratiques journalistiques au XIXe siècle, sur la valorisation et l’analyse des corpus, ainsi que sur l’étude du développement de la culture médiatique dans l’espace francophone. Depuis 2017, le projet scientifique international Numapresse, financé par l’Agence Nationale pour la Recherche française (www.numapresse.org), ambitionne de proposer une nouvelle histoire culturelle et littéraire de la presse française, du XIXe siècle à nos jours, en mobilisant les grands corpus de presse numérisés et les nouveaux outils de text et data mining.

Continuer la lecture de Médias 19 – Numapresse : Presses anciennes et contemporaines, à l’heure du numérique (Paris, 8 au 11 juin 2020)

Médiamorphoses : Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication (Pascal Durand)

Pascal DURAND est professeur ordinaire à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège. Parmi ses publications figurent La Censure invisible (Actes Sud, 2006), Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités (Seuil, 2008) et Histoire de l’édition en Belgique (avec T. Habrand, Les Impressions Nouvelles, 2018).

Présentation de l’ouvrage

Anecdotique ou survoltée, l’analyse des rapports entre littérature et journalisme et, plus largement, entre culture et médias a longtemps été réservée aux historiens de la presse ou aux théoriciens de la communication. Ces rapports alimentent un nombre croissant de travaux dans le domaine des études littéraires. Objets de langage, les oeuvres étaient enfermées dans leurs propres contours. Voici qu’elles sont de plus en plus envisagées comme les produits de vastes configurations discursives, sociales et techniques, dont les variations à travers l’histoire font aussi varier leur perception et leur interprétation.

Continuer la lecture de Médiamorphoses : Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication (Pascal Durand)

Parution : Verne médiatique

Guillaume Pinson et Maxime Prévost (dir.), Jules Verne et la culture médiatique. De la presse du XIXe siècle au steampunk, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «Littérature et imaginaire contemporain», 2019.

Textes de Claire Barel-Moisan, Thomas Carrier-Lafleur, Pascal Durand, Gérard Fabre, Nicolas Gauthier, Guillaume Pinson, Maxime Prévost, Jean Rime, Mélodie Simard-Houde, Bounthavy Suvilay et Jean-Christophe Valtat.

https://www.pulaval.com/produit/jules-verne-et-la-culture-mediatique-de-la-presse-du-xixe-siecle-au-steampunk

Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Daniel Couégnas, Fiction et culture médiatique à la Belle Époque dans le magazine Je sais tout (1905-1914)

Enquête et essai, ce livre se focalise sur l’étude des fictions (nouvelles et romans) publiées dans le magazine Je sais tout avant la Première Guerre mondiale, parmi lesquelles les premières aventures d’Arsène Lupin, La Guerre du feu de Rosny, Le Fauteuil hanté de Leroux, Moi et l’Autre, de Jules Claretie…

Créé en 1905 par Pierre Lafitte, Je sais tout affiche un projet « encyclopédique » qui s’estompera à partir de 1914. Il participe de la culture médiatique, s’efforçant d’atteindre, par les procédés du « syncrétisme homogénéisé » (Edgar Morin) le plus large éventail socio-culturel de lecteurs. Miroir brillant de la « Belle » Epoque, il en naturalise les choix idéologiques dominants, les partis pris, les préjugés, les conformismes. Son enthousiasme moderniste pour le dynamisme techno-scientifique des débuts du XXe siècle ne parvient pas à masquer totalement les interrogations, les doutes, les hantises de la bonne conscience occidentale.

Continuer la lecture de Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Appel : Poétique du Chat Noir

Appel à communication

Poétique du Chat Noir (1882-1897)

Colloque international, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris,

jeudi 6 et vendredi 7 décembre 2018.

 

Image : Affiche du “Chat Noir” par Théophile-Alexandre Steinlen

Organisateurs : Caroline Crépiat (Université Clermont Auvergne – CELIS), Denis Saint-Amand (HEL – Université de Namur – COnTEXTES) et Julien Schuh (Université Paris Nanterre – HIRIM).

Comité scientifique : Paul Aron (Université libre de Bruxelles – FNRS), Laurent Bihl (Paris 1 – CRHXIX), Phillip Dennis Cate (Rutgers University, émérite), Philip Kaenel (Université de Lausanne), Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre – HIRIM), Évanghélia Stead (Université de Versailles – CHCSC), Valérie Stiénon (Université Paris 13 – PLÉIADE), Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry – RIRRA21 – Numapresse), Alain Vaillant (Université Paris Nanterre – HIRIM), Jean-Didier Wagneur (CLCF-Université Paris Nanterre).

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle[1], un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce colloque se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.                                                       Continuer la lecture de Appel : Poétique du Chat Noir

Parution : Reporters en fiction

Mélodie Simard-Houde, Le Reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, PULIM “Médiatextes”, 2018

D’un bout à l’autre de la Troisième République, la presse française connaît une profonde mutation qui correspond à l’avènement d’un nouvel acteur journalistique, le reporter, et d’un nouveau genre, le reportage. Peu à peu, le reporter, petit ou grand, l’interviewer, puis l’« envoyé spécial » se fraient un chemin au sein des rédactions, bouleversent la hiérarchie traditionnelle auparavant dominée par le chroniqueur, s’imposent à la « une » des quotidiens. Un nouveau protocole d’écriture et de nouvelles pratiques journalistiques s’inventent, plaçant en leur coeur l’enquête et la mise en scène du journaliste, ému et exposé dans son corps.
À ces mutations répondent des scénarios, des récits, des fictions de grande diffusion qui font du reporter un héros de premier plan au sein de la culture médiatique. Des personnages de Jules Verne aux enquêtes de Joseph Kessel, en passant par les photographies, les interviews et les souvenirs de reporters, cet ouvrage retrace l’histoire et les poétiques d’un imaginaire de l’enquête journalistique, interroge les lieux de son émergence et les conditions de son triomphe dans l’entre-deux-guerres.
Entre sensationnalisme et engagement, quête d’exotisme et dénonciation des maux sociaux, rigueur et invention, comment le reporter en vient-il à incarner, pendant près de soixante-dix années, une forme d’idéal démocratique ? Explorer ce questionnement met en lumière la manière dont la société, la culture médiatique et les acteurs journalistiques ont pensé, à ses origines, le rôle du journalisme d’information.

Parution : “Belphégor”, JO 1936

Nouveau numéro de Belphégor, juin 2017

1936: les Jeux olympiques dans la presse internationale. Presse, mondialisation et imaginaires médiatiques

Paul Aron, Micheline Cambron, Gianni Haver, Marie-Eve Thérenty et François Vallotton

La présente livraison de la revue Belphégor publie les résultats d’une vaste étude internationale sur l’impact des Jeux olympiques de Berlin de 1936 dans la presse belge, française, québécoise et suisse.

L’événement, en lui-même, est bien connu et a fait l’objet de nombreuses publications. Les Jeux de 1936 ont été, de toute l’histoire de l’Olympisme, ceux qui ont suscité le plus d’études. Pour la première fois en effet, l’histoire du sport affrontait l’épreuve de la politique à l’échelle mondiale et à grande ampleur. Les historiens ont parfaitement décrit l’importance que le régime nazi a accordée aux Jeux, la manière dont ils ont orchestré leur mise en scène spectaculaire. Ceux-ci marquaient à la fois le grand retour de l’Allemagne dans l’organisation du sport international, et une occasion unique de montrer au monde les réalisations du Reich. Par ailleurs, les débats occasionnés par les orientations racistes et militaires du régime ont suscité nombre de réactions. La manière dont le Comité international olympique (CIO) a géré ces questions est également bien connue.

Pourquoi donc y revenir, et sous l’angle particulier de l’étude de la presse écrite ? Depuis une vingtaine d’années, la presse a pris une place de plus en plus importante dans la recherche. La numérisation des journaux, et notamment celle, rétroactive, de quotidiens anciens, a donné une nouvelle vie aux collections. Mais au-delà de cette opportunité, le constat qui fonde cet intérêt nouveau des chercheurs est avant tout lié à une nouvelle manière de penser la presse. Au lieu de considérer le journal comme une simple source historique, il convient de reconnaître que s’y jouent une série de phénomènes qui font du média non seulement le vecteur d’une information, mais aussi l’organisateur de celle-ci, selon des codes spécifiques progressivement mis au point pendant la période d’expansion de la presse écrite. Celle-ci s’est imposée comme la référence première de l’information au cours du xixsiècle, dépassant dans ce rôle la correspondance privée, la conversation ou les récits imprimés des siècles précédents. Pendant la même période, la presse a inventé à la fois un langage, des catégories d’expression (des rubriques), et mis en place tout un personnel aux fonctions différenciées (du pigiste au journaliste professionnel, du reporter à l’interviewer). La civilisation du journaldécrit cela en détails1. Au début du xxe siècle, ce système s’est étendu à d’autres médias, comme la radio et le cinéma, sans toutefois en changer les données essentielles.

Continuer la lecture de Parution : “Belphégor”, JO 1936

Appel : Femmes de presse

The Presence of Women Editors in the Press Industry 1850-1950

49th annual NeMLA convention (Pittsburgh, 12-15 avril 2018)

Pour le 30 septembre 2017

This panel examines the active participation of women in the public dialogue through the prism of their periodical publications. The rise of the periodical press has been recognized as a key factor in the formation of the public sphere in the nineteenth century (Habermas 1962). Studies of twentieth-century editorship, however, tend to take the institutionalization of editorship for granted. Male editors are often known by name, and they are studied in the light of their impact on the socio-political landscape of their time. Historically, however, editorship (and women’s editorship in particular) was often anonymous or pseudonymous and even explicitly staged as performance. Therefore, this panel encourages a thorough study of the common strategies and the cross-cultural networks that women editors developed in order to make their voices heard. More particularly, this panel outlines possible avenues for theoretical reflection on editorship by shedding light on periodical publications across linguistic, socio-cultural and historical boundaries. Continuer la lecture de Appel : Femmes de presse