Archives par mot-clé : presse

Parution : Histoire de la censure en France (Laurent Martin)

Laurent Martin, Histoire de la censure en France, Paris, PUF, coll. “Que sais-je?”, 2022

La République démocratique, en France, garantit la liberté d’expression. Est-ce à dire que la censure n’y a plus cours ? N’existerait-elle pas sous de nouvelles formes ? Et si oui, quelle influence a-t-elle sur la société ?

Les censeurs ont toujours été attentifs aux moyens de diffusion des idées. Du XVIe au XVIIIe siècle, le contrôle de la parole affecta particulièrement l’édition. Il s’est porté ensuite, au XIXe, sur la presse et le théâtre. Puis ce fut au tour des médias audiovisuels d’être dans le viseur. Aujourd’hui, les autorités se préoccupent surtout des publications sur Internet…

Laurent Martin décrit l’histoire et le fonctionnement des appareils de contrôle culturel en France, leurs logiques et leurs acteurs, analysant les effets et contre-effets de ce contrôle sur la vie culturelle. Continuer la lecture de Parution : Histoire de la censure en France (Laurent Martin)

Parution : Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle (R. Pinker)

Roy Pinker, Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 2022.

Un « chourinage » dans la Seine en 1890, l’empoisonnement d’une archiduchesse d’Autriche par ses bas noirs en 1894, l’inquiétude autour d’une maison hantée à Yzeures-sur-Creuse en 1897, la mystérieuse disparition d’un étudiant en 1906, l’explosion de l’outil piégé d’un marbrier en 1914, un meurtre de chien en 2015 : voilà quelques-unes des affaires sélectionnées ici par Roy Pinker dans la presse du XIXe au XXIe siècle. Ces faits divers, incidents, accidents, canulars, délits, voire crimes, mettent en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie obscure ou infâme soudainement rendue visible par un journal.

Ces petits faits curieux, loin d’être insignifiants, apparaissent alors comme les symptômes des inquiétudes ou des enthousiasmes d’une société ; ils forment les éléments significatifs d’un vaste imaginaire social et médiatique, qui passionnait l’historien du crime, Dominique Kalifa, auquel ce livre est dédié, abordant tous ses sujets de prédilection : le fait divers, le sensationnalisme, les marginaux, la Belle Époque, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme.

Pour Faits divers et vies déviantes (2022), Roy Pinker dissimule une trentaine d’universitaires, de journalistes et d’écrivains, amis de Dominique Kalifa auquel le livre rend hommage. L’ouvrage a été piloté par Marie-Ève Thérenty.

Préface d’Alain Corbin.

Roy Pinker était un pseudonyme collectif utilisé par les journalistes de Détective dans les années trente pour faire croire que leur hebdomadaire avait aux États-Unis un dynamique correspondant particulier et pour pratiquer en fait un journalisme inventif, créatif et parfois romancé. Ce pseudonyme a été repris par une équipe d’historiens de la presse (voir le projet Numapresse) qui signent ainsi des livres inventifs avec une écriture plus grand public que les ouvrages académiques.  

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)” (dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren)

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)”, dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, 2022. 

Il est admis que le genre sentimental correspond à une forme figée, rigide et pauvre. Pourtant, pour peu que l’on examine attentivement les textes qui s’inscrivent dans ce registre, on ne peut qu’être frappé par leur étonnante plasticité. Ce numéro d’Études françaises est consacré au récit sentimental au Québec des années 1920 aux années 1960. Durant ces décennies parfois décrites comme une période de crise et de « Grande noirceur », le récit sentimental québécois n’a eu de cesse d’offrir des visions renouvelées des rencontres amoureuses et du mariage, tout autant que de l’éducation des filles, du confort matériel et de la sexualité. Il constitue une formidable caisse de résonance pour certains des rêves de la société québécoise de cette époque.

Sommaire

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, Présentation. Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965), p. 5–13.

Caroline Loranger, Parcours amoureux et économiques dans le roman sentimental publié par les éditions Édouard Garand, p. 15–31.

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, D’amour et d’or pur. Les impératifs matérialistes du bonheur amoureux dans le roman sentimental québécois de l’après-guerre, p. 33–53.

Karol’Ann Boivin, Jeune fille moderne, jeune fille instruite. L’instruction des héroïnes sentimentales chez Police Journal (1944-1965), p. 55–75.

Adrien Rannaud, Désirs d’amour, magazine et culture moyenne chez Gabrielle Roy. Autour de trois nouvelles sentimentales publiées dans La Revue moderne en 1940, p. 77–94.

Harold Bérubé, Quelle place y a-t-il pour l’amour dans l’univers du Domino Noir (1944-1949) ?, p. 95–116.

Ariane Gibeau, Nuit de noces traumatique et crise de la conjugalité chez Claire Martin, Charlotte Savary et Reine Malouin. Vers une politisation des violences sexuelles en littérature québécoise, p. 117–134.

Rachel Nadon, Pierre Gélinas critique littéraire au Jour (1943-1946), p. 137–158.

Jihen Souki, Rhétorique préfacielle de Gérard Genette ou l’art du palimpseste, p. 159–173.

Table des illustrations, p. 185.

Appel à contributions : Assises CPM 2023

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, seconde édition – CPM 2023

Appel à contributions

Futurs POP – Quel(s) avenir(s) pour les études en cultures populaires et médiatiques ?

Dates : 12, 13 et 14 octobre 2023

Lieux : Nanterre et Paris

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Retour aux auteur·rice·s : mars 2023

Les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 visaient à constituer un événement scientifique centralisateur autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ». Réunissant une centaine d’intervenant·e·s issu·e·s de diverses disciplines, cet événement a permis de confronter les objets, les méthodes et les champs théoriques, confirmant le dynamisme des recherches en cultures populaires et médiatiques et contribuant à affirmer la place incontournable qu’elles occupent dans le paysage universitaire.  

Après ce premier état des lieux des recherches sur les cultures populaires et médiatiques, cette deuxième édition des Assises, qui se tiendra cinq ans plus tard, choisira cette fois de regarder vers l’avenir – le terme étant ici entendu dans un sens large. Ce terme fédérateur pourra être développé selon une variété d’axes de réflexion, parmi lesquels :

  • l’avenir institutionnel de l’étude de la culture populaire et des médias dans l’enseignement, dans le champ académique, etc. ;
  • les nouveaux courants et nouvelles méthodologies (écocritique, humanités numériques, recherche-création, matérialisme culturel, etc.) ;
  • nouvelles orientations des études culturelles et incidences sur le champ de recherche des CPM;
  • l’évolution de la notion du “populaire” dans ses conceptualisations et ses usages culturels;
  • l’étude de la transition numérique de la culture : convergence médiatique, transmédia storytelling, remédiatisation, plateformisation, post-média, etc. ;
  • les redéfinitions de la mémoire et de l’histoire culturelle ;
  • les défis et perspectives de l’histoire des médias et de l’archéologie des médias aujourd’hui ;
  • les nouveaux objets, les genres émergents, les nouvelles représentations des crises actuelles et de l’avenir ;
  • les déplacements des frontières du champ de la fiction (diffusion des pratiques de storytelling, narrations médiatiques non fictionnelles…) ;
  • plus largement, les redéfinitions et déplacements des concepts, méthodologies et périmètres disciplinaires induits par l’émergence de nouveaux objets ou pratiques médiatiques, au-delà du domaine de la fiction (ex : refonte du périmètre de l’esthétique au-delà du domaine de la production culturelle, extension de la narratologie et de la rhétorique à de nouveaux champs…).  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Assises CPM 2023

Appel à contributions : La “civilisation du journal” dans les espaces méditerranéens de la fin du XVIIIe s. à la Première Guerre mondiale (Université Côte d’Azur, Nice)

Colloque : La “civilisation du journal” dans les espaces méditerranéens de la fin du XVIIIe s. à la Première Guerre mondiale

Jeudi 23 et vendredi 24 mars 2023, Université Côte d’Azur, Nice.

Échéance des propositions : 10 novembre 2022.

À partir de la fin du XVIIIe siècle, une grande transformation médiatique a marqué la transition entre les anciens régimes et le monde contemporain, avant de s’approfondir tout au long du XIXe siècle. Entre les gazettes de la fin de l’époque moderne et les organes de la presse de masse apparus un siècle plus tard, une véritable « civilisation du journal » (D. Kalifa, P. Régnier, M.-È. Thérenty, A. Vaillant, 2011) s’est épanouie, au gré des luttes pour la liberté de la presse, du développement industriel et de l’alphabétisation massive des populations. Si pendant longtemps l’historiographie a privilégié un prisme politique pour l’étudier, depuis deux décennies les recherches ont porté une grande attention aux dimensions culturelles, sociales et matérielles des journaux.

C’est ce renouvellement historiographique qu’il s’agit d’approfondir, à partir d’un terrain d’étude : les espaces méditerranéens. Ceux-ci n’ont pas été précurseurs dans le développement d’une presse moderne, à l’inverse d’espaces plus septentrionaux (comme le Royaume-Uni) ou atlantiques (États-Unis). Toutefois, les départements méditerranéens français, l’Italie, l’Espagne, puis des espaces plus orientaux, telle la Grèce, sont entrés progressivement dans cette nouvelle « civilisation du journal ».L’objectif n’est pas d’envisager un espace médiatique proprement méditerranéen, mais plutôt la manière dont, à partir de la fin du XVIIIe siècle, ces territoires, avec leurs caractéristiques propres (rôle fondamental des villes portuaires dans les réseaux journalistiques) et leurs liens extérieurs (qui les relient aux espaces septentrionaux) sont entrés progressivement dans la modernité médiatique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La “civilisation du journal” dans les espaces méditerranéens de la fin du XVIIIe s. à la Première Guerre mondiale (Université Côte d’Azur, Nice)

Appel à contributions : Les magazines de bande dessinée en France : perspectives culturelles et médiatiques (revue Comicalités)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Comicalités“Les magazines de bande dessinée en France : perspectives culturelles et médiatiques”.

« Thématique » dirigée par Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre) et Yoan Vérilhac (Université de Nîmes)

Échéance des propositions : 1er novembre 2022.

Ce numéro de Comicalités a pour ambition d’aborder les magazines de bandes dessinées d’un point de vue historique, médiatique et culturel. L’enjeu est de rendre compte, de façon panoramique et sur le temps long (1930-2020) de la structuration et de la segmentation d’un secteur puissant du champ de la presse : comment se transforme, progressivement, le genre du « magazine de bandes dessinées », comment se décline-t-il selon des formats et des formules médiatiques (pockets, fascicules, revues mensuelles, journaux hebdomadaires), des publics visés (enfance, jeunesse, adulte, lectorats masculins ou féminins), selon des contraintes légales et éditoriales spécifiques ? Quelle est la position de cette presse dans l’offre générale des magazines de divertissement ? Ces périodiques seront étudiés dans leur totalité, comme systèmes sémiotiques et dispositifs médiatiques dont la signification culturelle doit se penser globalement – avec les couvertures, les parties rédactionnelles et les publicités, et peut-être même avant tout avec celles-ci, en s’interdisant de les considérer comme secondaires par rapport aux bandes dessinées. Aborder ces périodiques dans une perspective culturelle et médiatique permet de mettre au jour les fonctions discursives et imaginaires spécifiques qui sont les leurs : négociations avec les héritages de la presse de jeunesse (L’Intrépide, L’Epatant, Hop là !), entre différentes logiques de consommation de la culture de jeunesse d’après-guerre (Spirou, Tintin), invention d’une presse médiatique pour la jeunesse (Pilote magazine), définition d’une offre pour adultes dialoguant avec un grand nombre de séries médiatiques (presse satirique, Charlie, magazines de charme, L’Écho des savanes dans les années 1980, magazine culturel, Métal hurlant…), formats proches du magazine de bandes dessinées mais rapportés à d’autres séries médiatiques (presse jeunesse, presse satirique, presse érotique)…

Des journées d’études préparatoires (Voir le programme et descriptif à l’adresse suivante: https://lpcm.hypotheses.org/20636), reposant sur le principe d’une commande de sujets précis aux intervenant·es, ont déjà balayé d’importants segments de ce champ (notamment du côté des magazines pour adultes), et c’est ce même principe que nous souhaitons maintenir dans le cadre de la publication. Nous n’attendons donc pas de monographies sur un magazine particulier, mais plutôt des questionnements transversaux permettant d’embrasser plusieurs titres. Pour exemple, des chapitres sont déjà rédigés (avec à chaque fois le souci de ne pas nous cantonner aux bandes-dessinées) sur la culture jeune, l’érotisme, le rédactionnel dans les magazines de comics, le savoir technico-scientifique, la culture de bandes dessinées, l’humour, la culture journalistique, les imaginaires médiatiques… On sera donc particulièrement sensible aux propositions explorant les enjeux suivants, sur le même principe d’une approche transversale d’une question plutôt qu’une étude sur un seul titre.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les magazines de bande dessinée en France : perspectives culturelles et médiatiques (revue Comicalités)

Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)

Colloque : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet.

Organisé par Stéphanie Dord-Crouslé et Sarah Mombert dans le cadre de l’ANR Numapresse

Jeudi 9 et vendredi 10 février 2023, École Normale Supérieure de Lyon

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

L’un des objectifs que s’est fixés le projet ANR Numapresse est d’analyser les phénomènes de viralité médiatique à l’œuvre tout au long de l’histoire de la presse périodique. C’est une expérience commune que de constater d’une part que les journaux semblent se recopier les uns les autres, d’autre part que certains textes journalistiques sont repris dans des contextes éditoriaux différents, parfois longtemps après leur première parution. Certains genres journalistiques, par exemple les faits divers, les anecdotes et les bons mots, circulaient d’un journal à l’autre aux débuts de la presse de masse comme les fake news font aujourd’hui le tour d’internet.

Mais certains journaux se sont fait une spécialité de reproduire du texte produit par leurs confrères. Dans la lignée du Voleur, lancé en 1828 par Émile de Girardin, on voit se multiplier les titres tels que Le Compilateur, L’Estafette ou le Journal des faits. Certains sont des journaux reproducteurs ou compilateurs plus qu’exclusivement voleurs, mais ils partagent une caractéristique commune : ils pratiquent de façon systématique la reproduction littérale sans accord préalable et prospèrent dans la zone grise des lois sur la propriété littéraire.

L’atelier préparatoire de ce colloque, qui s’est tenu à l’ENS de Lyon pendant deux ans, s’est concentré sur l’exploration d’un corpus d’une dizaine de ces feuilles prédatrices. Il a tenté de comprendre le contexte historique, industriel et légal des journaux voleurs des années 1828-1860. Une version aboutie de ces travaux préparatoires sera présentée lors du colloque, qui sera l’occasion d’approfondir certaines pistes et d’en explorer de nouvelles.

Nous souhaitons que cette rencontre donne l’occasion de croiser les approches disciplinaires, en mobilisant sur ce phénomène du couper/coller journalistique des historiens, des juristes, des spécialistes de la communication médiatique et des humanités numériques. Au-delà de notre premier terrain d’exploration, nous voudrions que le phénomène de la reproduction journalistique soit envisagé sur le temps long et à l’échelle mondiale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)

Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Colloque : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles

14 -15 septembre 2023, Université de Gand, Belgique

Échéance des propositions : 15 novembre 2022

En partenariat avec l’université d’Anvers (Belgique), l’université de Göteborg (Suède), l’université de Louvain (Belgique) et la Vrije Universiteit Brussels (VUB) (Belgique)

L’histoire du féminisme et le féminisme à travers la littérature sont souvent étudiés séparément, alors que ces deux domaines sont fortement liées. Afin de mieux étudier leurs points communs et leurs intersections, ce colloque international propose d’aborder le thème du féminisme à travers le prisme médiatique. Plus spécifiquement, nous proposons d’aborder les modes de popularisation (nationaux, internationaux, transnationaux) auxquels les militant(e)s des droits des femmes (journalistes, rédacteurs en chef, écrivains) ont eu recours du début du dix-neuvième jusqu’à la fin du vingtième siècle. Le but de ce colloque est d’engager une discussion sur l’évolution et surtout les transformations culturelles et idéologiques du féminisme au-delà des frontières géographiques et linguistiques.

Ce colloque est organisé grâce à un projet financé par le fonds de la recherche scientifique flamande (FWO) affilié à l’université de Gand (Belgique). Cet appel à contributions concerne toute question et tout thème liés au sujet principal, mais nous nous intéresserons plus particulièrement aux perspectives transnationales et transculturelles, aux approches multilingues et globales, sur le thème du féminisme. Pour des questions pratiques, la langue de travail du colloque sera l’anglais.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Appel à contributions : Figures et trajectoires de journalistes dans la presse en langue étrangère du Siècle des Lumières à l’époque des nationalismes (Université de la Sarre)

Colloque international du réseau TRANSFOPRESS : Figures et trajectoires de journalistes dans la presse en langue étrangère du Siècle des Lumières à l’époque des nationalismes. Configurations et mises en perspectives comparatistes, Europe – Amériques (XVIIIe – début XXe siècles)

11-12 mai 2023, Université de la Sarre/Universität des Saarlandes

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

Organisateurs/trices : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre, Département de Romanistik, Allemagne)
Anaïs Nagel (Université de Strasbourg, Département d’Histoire, France)

Si pour Pierre Albert, l’histoire de la presse – par sa transversalité – est malaisée à délimiter, elle a pour vertu de se trouver au croisement des disciplines. Elle ne saurait ainsi se construire, ni se comprendre, sans une prise en considération de l’histoire plus globale, de la sociologie de la littérature, des sciences politiques ou de l’économie. Entretenant des relations étroites avec les cadres administratifs et institutionnels ainsi qu’avec le monde de la communication orale, les journaux – publiés depuis le XVe siècle – se présentent comme des supports privilégiés pour diffuser de l’information et servir de plateforme publique pour des débats, en particulier à caractère politique, intellectuel et culturel. Progressivement – en particulier à partir du XVIIIe siècle –, nouvelles gouvernementales et rumeurs populaires se côtoient dans ces feuilles périodiques qui participent ainsi à la diffusion d’une culture politique en évolution. À partir de la Révolution française, le métier de journaliste tend à se professionnaliser et les rédacteurs – qui se distinguent par leur engagement – deviennent des porte-paroles des nouvelles idées politiques, sociales et culturelles. Les parcours transnationaux de ces « journalistes-tribuns » (Pierre Rétat) ainsi que leurs aptitudes linguistiques, sont autant d’atouts pour contribuer à la politisation et à l’ouverture (trans-)culturelle des publics de lecteurs. Souvent des immigrés ou des exilés maîtrisant une langue minoritaire, ces acteurs de la presse allophone se font le relais de la construction des identités nationales, mais aussi minoritaires, entre la fin du XVIIIe et le début du XXe siècles, période marquée par les révolutions américaines et françaises, mais également par l’émancipation des pays d’Amérique du Sud.

Dans le cadre de ce colloque, nous souhaiterions aborder le rôle des journalistes allophones comme médiateurs interculturels et vecteurs de transferts culturels à l’ère des nationalismes. Il s’agira ainsi de considérer la presse en langue étrangère et leurs rédacteurs comme des acteurs des porte-paroles des nouvelles idées politiques et culturelles qui se diffusent entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XXe siècle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Figures et trajectoires de journalistes dans la presse en langue étrangère du Siècle des Lumières à l’époque des nationalismes (Université de la Sarre)

Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)

@nalyses, “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences”

Échéance des propositions : 10 décembre 2022

@nalyses, revue des littératures franco-canadiennes et québécoise, est publiée par le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa. Disponible en libre accès sur érudit et évaluée par les pairs, elle consacre un numéro à la bande dessinée québécoise contemporaine.

Présentation et axes de recherches

La bande dessinée québécoise a connu plusieurs phases de (re)naissances : une première affirmation au début des années 1970 avec ce qui sera appelé le « printemps de la bande dessinée québécoise » (CARPENTIER, 1975. LEMAY, 2016), le succès du magazine Croc (1979-1995), qui voit émerger des auteurs majeurs comme Réal Godbout ou Jean-Paul Eid (LEDUC et VIAU, 2013), puis l’apparition dans les années 1980 d’une scène alternative réellement influente avec Julie Doucet, Obom ou Henriette Valium (RANNOU, 2022-1). Vivre de la bande dessinée au Québec reste cependant exceptionnel. Durant les années 1990 arrive une nouvelle génération d’auteurs, comme Guy Delisle ou Siris, et d’éditeurs, notamment La Pastèque en 1998 (COLLECTIF, 2014), mais la scène québécoise reste difficile et principalement tournée vers l’Europe ou l’édition alternative.
Après le Printemps des années 1970 le XXIe siècle apparaît donc comme un véritable été de la BD québécoise, qui mérite d’être étudié après plus de vingt ans d’exercice. De nombreux angles d’attaques sont possibles pour étudier cette explosion de la BDQ à cette période et, fait notable, sa tenue dans le temps :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)