Archives par mot-clé : presse

Parution : Littérature enfantine et communisme, Bordeaux (P. Richard-Principalli)

Patricia Richard-Principalli, Littérature enfantine et communisme, Bordeaux, PUB, coll. “Etudes sur le livre jeunesse”, 2023. 

La littérature de jeunesse ne cesse de se renouveler, tout comme les études qui s’y intéressent. C’est à une étape méconnue de l’histoire du livre pour enfants que s’intéresse cet ouvrage, à savoir ses enjeux évolutifs dans le discours communiste des années 1920 aux années 1970. S’appuyant sur les chroniques de la décennie des années 1960 qu’une revue pédagogique communiste consacre au livre pour enfants, l’ouvrage retrace les contextes politique, historique, scolaire et culturel qui expliquent le rôle attribué à la littérature enfantine, à visée essentiellement humaniste.

Continuer la lecture de Parution : Littérature enfantine et communisme, Bordeaux (P. Richard-Principalli)

Appel à communications : La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen (Fribourg)

Colloque de la Société suisse pour l’étude du dix-huitième siècle (SSEDS) : La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen

Université de Fribourg, 18-19 avril 2024.

Échéance des propositions : 5 mars 2023

Lorsque le premier journal imprimé parait à Strasbourg en 1605, il ne dispose pas d’un programme de publication nouveau. Pour l’éditeur, l’imprimeur Johann Carolus, il s’agit simplement d’économiser les frais afférents à la diffusion d’un journal manuscrit et d’optimiser sa diffusion. Pourtant, malgré ce début peu spectaculaire et un contenu fait de la compilation de nouvelles sans commentaire éditorial, la presse imprimée a un succès décisif. Désormais, une information régulière sur ce qui se passe dans le monde est disponible. Un nouveau système de communication et d’information se met en place, qui a l’ambition d’être en prise sur l’actualité. Très tôt, ces publications sont collationnées par les organes de gouvernement des princes et des villes, mais se diversifient aussi rapidement selon le lectorat visé. Des journaux savants, des revues mondaines, des périodiques spécialisés ou généralistes sont ainsi diffusés.

La presse périodique a fait l’objet de nombreuses recherches depuis une quarantaine d’années, favorisées encore par la numérisation des supports – les conditions de conservation sont en effet très aléatoires – en particulier en Allemagne autour de Jürgen Wilke, Holger Böning et Daniel Bellingradt et en France avec Gilles Feyel, Jean-Pierre Vittu ou Pierre Rétat. Malgré les travaux de Jean-Daniel Candaux, de Séverine Huguenin et Timothée Léchot, de Fritz Blaser, Hanspeter Marti et Emil Erne ou Andreas Würgler, la presse suisse reste en revanche moins connue.

Continuer la lecture de Appel à communications : La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen (Fribourg)

Parution : Lire les magazines de jeux vidéo. Couverture(s) de la presse spécialisée française.

Selim Ammouche, Alexis Blanchet, Björn-Olav Dozo, Mathieu Triclot (dir.), Lire les magazines de jeux vidéo. Couverture(s) de la presse spécialisée française, Presses Universitaires de Liège, 2022. 

Les travaux de recherche francophones sur les jeux vidéo ont régulièrement utilisé comme source la presse spécialisée française sans que celle-ci n’ait jamais été étudiée et interrogée pour elle-même. Cette presse, qui se développe des années 1980 aux années 2000, connaît pourtant des tirages importants, fédère un lectorat nombreux, plutôt jeune et masculin, introduit un vocabulaire technique et critique nouveau dans la langue française, développe ses propres modalités de discours sur un divertissement émergent et participe in fine à la construction d’une nouvelle culture ludique.

Lire les magazines de jeux vidéo offre ainsi deux nouveautés pour l’étude de la presse vidéoludique. La première tient à l’étude d’un corpus francophone, qui vient éclairer d’une lumière nouvelle les travaux existants sur la presse anglo-saxonne et sur la formation des cultures ludiques. La seconde tient à la démultiplication des approches vis-à-vis d’une presse qui a surtout été mobilisée pour l’étude des jeux vidéo: cet ouvrage propose ainsi une exploration inédite de ses contenus, dans la perspective des sciences du jeu, mais aussi des études de la presse, des études culturelles et japonaises, des humanités numériques, de l’écriture critique ou encore de la philosophie des techniques…

En s’inspirant avec espièglerie des rubriques des magazines de la grande époque — de l’édito à la preview, en passant par les tests, les couvertures de salon et le courrier des lecteurs, sans oublier la place des publicités et l’ours —, le sommaire de ce volume vise précisément à refléter cette diversité d’approches et d’objets: légitimité de la presse spécialisée, analyse des trajectoires professionnelles de journalistes, traitement du jeu vidéo par les presses professionnelle et ludique, survalorisation du progrès technique, traitement de la culture populaire japonaise, évaluation des jeux à travers le test, les grilles de critères et la note, analyse des publicités accueillies dans les pages des magazines, courrier des lecteurs, petites annonces et piratage, traitement du crunch par la presse généraliste.

Si ces rubriques témoignent souvent de l’invention d’un lexique — preview, test, tips —, elles indiquent également la naissance de communautés et de publics spécifiques que la focalisation sur une presse francophone rend d’autant plus singuliers. L’objet magazine, sa forme comme ses contenus, soumis ici à l’analyse, révèle à terme une performativité discursive fascinante: donner à lire le jeu vidéo.

Continuer la lecture de Parution : Lire les magazines de jeux vidéo. Couverture(s) de la presse spécialisée française.

Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)

Journée d’études : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique

Vendredi 7 avril 2023, Abbaye d’Ardenne, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Échéance des propositions : 8 janvier 2023

 Si de nombreux travaux se sont intéressés à la critique consacrée en France au « Septième art », celle-ci est loin d’épuiser la richesse des écrits parus dans la presse sur le cinéma. Quand Robert Florey nous introduit chez Ruth Roland, « la Reine des sérials »[1], ou quand Suzanne Chantal relate le tournage de L’Espoir de Malraux, auquel elle assiste durant la Guerre d’Espagne[2], ni l’un ni l’autre ne font œuvre de critique. Leur travail relève en revanche du journalisme de cinéma. On définira ce dernier ici comme l’ensemble des activités ayant pour objet la rédaction de contenus dédiés au cinéma et dont la presse constitue le lieu de diffusion, incluant de facto la critique sans s’y limiter. Ce sont ces activités et ces contenus, dans toute leur diversité, que propose d’aborder cette journée d’études, en se focalisant sur celles et ceux qui ne relèvent pas de la critique, sans se priver d’interroger pour autant les rapports qu’ils entretiennent avec elle. L’attention portée à cette dernière a conduit en effet à une sélection drastique des textes, privilégiant ceux qui traitent des films et des auteurs au détriment des nombreux autres aspects que recouvre le « phénomène “cinéma” » (Rick Altman) ; elle a orienté ainsi les recherches tantôt vers l’étude de la théorie et de la pensée du cinéma, tantôt vers celle de la réception. La presse a également été fréquemment mobilisée pour travailler sur des thématiques variées, au sujet desquelles elle apporte une mine d’informations. Cet appel à communications invite à s’intéresser au journalisme de cinéma comme objet d’étude à part entière. On cherchera de la sorte à comprendre ce que ce journalisme nous apprend sur la manière dont le cinéma a été perçu, vécu, transmis, sur les représentations qui y ont été associées et sur le rôle social et culturel qu’il a pu jouer, de ses débuts à la veille des bouleversements induits par le développement d’Internet à partir de la fin des années 1990. 

Il s’agira pour ce faire de se déprendre des catégories de « populaire » et de « savant », au travers desquelles sont généralement appréhendées les publications sur le cinéma, pour revenir sans a priori aux textes – et aux images – qui ont été les lieux d’élaboration et de transmission des cultures cinématographiques. Délaissant les critères d’approches inhérents aux processus de distinction, on travaillera ainsi sur des sources habituellement considérées comme illégitimes autant que légitimes. Les archives relatives à des titres de presse ou des individus particuliers, quand elles existent, gagneront à être explorées. Tous les types de presse pourront être envisagés : généraliste et spécialisée, quotidienne et à périodicité plus espacée, corporatiste et cinéphile, prenant la forme de journaux, de revues ou de magazines. La journée sera ouverte, en outre, à des propositions abordant d’autres médias – radio et télévision – sur lesquels le journalisme de cinéma a pu se déployer. Interdisciplinaire, elle a vocation à accueillir des travaux mobilisant, en les croisant ou non, des approches venues des études cinématographiques, de l’histoire ou encore des lettres. La période envisagée étant longue enfin, on veillera à interroger, dans le cadre des interventions individuelles ou bien collectivement, lors des échanges, les évolutions qu’a connues alors en France le journalisme de cinéma et les tournants qui en ont marqué l’histoire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)

Parution : Génie de la bande dessinée (B. Peeters)

Benoît Peeters, Génie de la bande dessinée, Paris, Collège de France, coll. “Conférences”, 2022.

Une introduction à la bande dessinée à travers quelques moments clés et des focus sur des thèmes qui font la singularité de ce médium.

Oscillant entre la presse et le livre, l’enfance et l’âge adulte, la caricature et le réalisme, jouant des cases et des strips, du découpage et de la mise en page, des phylactères et des onomatopées, la bande dessinée est un langage à part entière que ni le cinéma, ni le jeu vidéo, ni Internet n’ont menacé jusqu’à présent. Si le neuvième art a déjà donné naissance à bien des chefs-d’œuvre, de Krazy Kat aux Aventures de Tintin, des Peanuts à Persepolis, des mangas au roman graphique, il est aujourd’hui plus divers et plus vivant que jamais. Dans cette conférence présentée le 7 octobre 2020 dans le cadre du cycle La bande dessinée au Collège de France, Benoît Peeters met en lumière les spécificités de ce médium parfois sous-estimé.

Conférence prononcée avec le soutien du Centre national du livre, dans le cadre de l’Année de la bande dessinée au Collège de France.

Théoricien et critique connu pour ses ouvrages sur Hergé, Benoît Peeters est l’auteur à la fois d’essais sur la bande dessinée et de biographies (Jacques Derrida, Paul Valéry, Sándor Ferenczi, Alain Robbe-Grillet). Avec le dessinateur François Schuiten, il a construit la série de bande dessinée Les Cités obscures. En 2022-2023, il est titulaire de la chaire annuelle Création artistique du Collège de France.

Journée d’études : Partoches (Université Panthéon-Sorbonne)

Journée d’études : Partoches

Organisée par Marie Goupil-Lucas-Fontaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, UR 3550, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Sorbonne Université

3 décembre 2022, Amphi Richelieu, 17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

Inscription : sophie.lhermitte@univ-paris1.fr

Aussi évidente soit-elle pour le musicien d’hier et d’aujourd’hui, la partition musicale est un objet mal connu des historiens. Véritable archive ouverte, elle donne pourtant accès à une infinité d’usages et d’interprétations par sa multimodalité : images, texte, notation musicale s’entremêlent pour offrir un support unique qui fait appel, autant que la carte géographique, à l’imagination du lecteur.
Cette journée d’étude est une incitation à regarder la partition autrement que pour ses usages strictement musicaux, en s’interrogeant notamment sur la façon dont sont conçus ces supports en dehors de la ligne musicale. La partition, se situe précisément à la frontière des formes culturellement légitimes de l’imprimé en versant alternativement du côté de l’édition classique pour les formes musicales les plus complexes ou, à l’opposé, du côté de la culture médiatique, confondant presse, éphémères imprimés et airs du temps, aussi vite chantés qu’oubliés. Il existe ainsi une hiérarchie tacite au sein des imprimés musicaux, les plus complets, le « matériel » orchestral s’adressant aux bons lecteurs de musique, ceux qui pratiquent un instrument, tandis que les formes allégées visent un public de moins en moins familier de la notation musicale. Du grand format chant et piano pour artistes et amateurs éclairés au petit format pour chant seul à destination du « grand public », en passant par la presse et toutes les formes de recueils, poétiques, médiatiques, parfois sans notation musicale mais toujours destinés à faire de la musique ou du chant « sur l’air de » comme seule référence mélodique, tous les formats de l’édition musicale appellent à un traitement et à une réflexion spécifique.

Informations et programme

Parution : Les Peurs de la Belle époque. Crimes, attentats, catastrophes et autres périls (A.-D. Houte)

Arnaud-Dominique Houte, Les Peurs de la Belle époque. Crimes, attentats, catastrophes et autres périls, Paris, Tallandier, 2022.

Paris, 1889 : la tour Eiffel éclaire la Ville Lumière. La Belle Époque qui s’annonce est faite de progrès technique, de prospérité économique, de démocratie politique et de grandeur diplomatique. Mais rien n’est si simple : la modernité éveille aussi les peurs, qui se nourrissent des menaces de guerre, des tensions sociales, des divisions partisanes, d’une sensibilité croissante aux violences et aux drames. Loin d’être cachées ou refoulées, ces craintes sont au coeur de l’imaginaire des hommes et des femmes de 1900 : les meurtres, les mauvais coups des « apaches », les accidents spectaculaires, les épidémies, les attentats anarchistes, les manifestations réprimées dans le sang et les menaces plus ou moins fantasmées s’épanouissent dans la presse, les feuilletons et même le cinéma naissant.

Arnaud-Dominique Houte étudie, de l’Exposition universelle de 1889 à la mobilisation générale de l’été 1914, les préoccupations de la société française. Ses chapitres sont autant d’éclats dans lesquels se décrypte l’imaginaire de la Belle Époque ; leur combinaison constitue une formidable traversée de la France de 1900.

Arnaud-Dominique Houte est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne-Université, spécialiste des questions de sécurité et de la Troisième République. Il est notamment l’auteur de Propriété défendue : La société française à l’épreuve du vol (2021), prix du Sénat du livre d’histoire.

 

Parution : Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction”

Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction“, Paris, Minuit, 2022.

Le fait divers sanglant fascine. Non résolu, il passionne. Rien d’étonnant à ce que les écrivains s’en inspirent ou s’en emparent : de Stendhal à Truman Capote, ils ont été nombreux à mettre cet atout dans leur jeu. Mais le jeu lui-même est en train de changer. Qu’elle « fictionnalise » des crimes bien réels ou qu’elle rouvre des dossiers que l’on croyait depuis longtemps classés, toute une littérature d’aujourd’hui s’adonne à la contre-enquête.
Simple perpétuation, par d’autres moyens, d’une connivence invétérée ? Ou émergence d’une nouvelle relation entre écrivains et assassins – ce qu’on pourrait appeler, en souvenir de Borges, un « tournant inquisitorial » ?
L’affaire est instruite, dans cette livraison de Critique, par Blanche Cerquiglini, Pierre Judet de la Combe et Thierry Hoquet, avec l’aide de Pierre Bayard, orfèvre en « critique policière ».

Sommaire :

Blanche CERQUIGLINI : Le fait divers ou la monstruosité ordinaire

Thierry HOQUET : Le fait divers en roman

Pierre JUDET DE LA COMBE : Coupable, forcément coupable

ENTRETIEN

Pierre BAYARD : « Sophocle s’est trompé »


Bruno KARSENTI : Islam. L’ambivalence politique comme inquiétante étrangeté

Benjamin JOINAU : Corée-miroir, Corée-refuge. La Hallyu et nous

Aliocha WALD LASOWSKI : Soixante ans de James Bond au cinéma

NOTE

Henri SCEPI : Jean-Luc Steinmetz, une « discrétion accueillante »

Parution : Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799, La presse départementale

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799, La presse départementale, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2022.

Tome VII et dernier, Poitou-Charentes, Île de France, addenda, index généraux

Pendant la période révolutionnaire, le nombre des journaux explosa à Paris, mais aussi dans les départements. Quelle a été l’ampleur du phénomène et dans l’espace et dans le temps? Quelle fut sa géographie nationale? Quelles furent les pulsions de son développement? Les progrès ou les reculs furent-ils semblables partout, ou bien propres à chaque région? Quels furent les courants politiques les mieux servis? Quelles furent les évolutions de forme et de contenu?

Le journal est alors, comme toujours, une marchandise, mais aussi et surtout un moyen d’information, un moyen d’influence, un support idéologique. Au-delà du strict inventaire bibliographique, il doit être étudié sous tous ses aspects: identification (titre ou titres successifs, durée exacte, périodicité ou périodicités successives, zone de diffusion), animation (carrière du ou des journaliste(s), du ou des imprimeur(s), tirages et tarifs d’abonnement, description morphologique précise (format, présentation typographique), orientation politique, système rubrical. C’est à cette tâche que s’est attelé l’équipe du Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution. Accompagnée d’un inventaire soigneux des collections conservées, des sources d’archives et d’une bibliographie particulière, chaque notice de l’ouvrage a l’ambition de fournir une micro-histoire du journal présenté.

Pour chaque région, mais parfois aussi pour tel ou tel département, les notices sont accompagnées d’une présentation générale situant la presse locale et ses journalistes dans leur environnement socio-politique et économique.

Une telle œuvre ne pouvait être que collective, le recensement et l’analyse des collections devant être menés par des historiens connaissant bien les situations locales ou régionales.

Le Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, 1789-1799. La presse départementale se présente en sept volumes, recueillant, région après région, et département après département, la masse des notices.

Continuer la lecture de Parution : Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799, La presse départementale

Appel à contributions : L’invention de l’art populaire (1830-1870) (encyclopédie Bérose, dir. Michela Lo Feudo)

L’invention de l’art populaire (1830-1870) (encyclopédie Bérose, dir. Michela Lo Feudo)

Échéance des propositions : 15 décembre 2022. 

Bérose est une encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie. Doté d’un conseil scientifique international, de dix-huit équipes de recherche et d’un réseau de contributeurs en expansion constante provenant de tous les continents, Bérose est un projet d’humanités numériques en libre accès, partisan d’une science ouverte de qualité. Son site internet est navigable en français et en anglais. Éditeur scientifique (ISSN 2648-2770), Bérose publie régulièrement, tout au long de l’année, des articles encyclopédiques en plusieurs langues (français, anglais, espagnol, portugais et italien), qui ont fait l’objet d’une évaluation par les directeurs et le comité éditorial. Créé en 2006 par Claudie Voisenat (ministère de la culture, Héritages), Jean-Christophe Monferran (CNRS, Héritages), dirigé à partir de 2008 par Daniel Fabre (EHESS, IIAC-LAHIC), le programme est dirigé depuis novembre 2016 par Christine Laurière (CNRS, Héritages) et Frederico Delgado Rosa (Université NOVA de Lisbonne, CRIA).

Dans le cadre de ses activités éditoriales, Bérose lance un appel à contributions pour le thème de recherche interdiciplinaire L’invention de l’art populaire (1830-1870), dirigé par Michela Lo Feudo (Università degli Studi di Napoli Federico II).  Les langues de publication seront le français, l’anglais et l’italien.

Ce thème de recherche entend interroger l’émergence du débat autour de la notion d’art populaire avec ses implications idéologiques, formelles et esthétiques dans le milieu artistique et culturel de la France entre la Monarchie de Juillet et le Second Empire. Si l’ensemble des productions artistiques relevant de la culture populaire existe certes avant le XIXe siècle, les études menées par Daniel Fabre montrent que, dans la période située entre le post-romantisme et la première génération réaliste, ce vaste champ hétéroclite commence à catalyser, de manière inédite, l’intérêt d’un certain nombre d’auteurs exprimant l’émergence d’une nouvelle sensibilité. Autour d’eux, prend pied un réseau d’échanges intellectuels qui mérite d’être creusé, un réseau susceptible, d’un côté, de discuter les hiérarchies esthétiques dominantes ; de l’autre, d’alimenter un moment de réflexion théorique important pour le développement de savoirs ethnographiques qui seront de plus en plus structurés les décennies suivantes autour des notions de folklore, de peuple, de primitif, d’enfantin, de nation, de tradition, d’arts et traditions populaires, de culture matérielle, de techniques traditionnelles à partir des travaux de la génération de savants nés sous la Troisième République dont Van Gennep, Patrice Coirault et Paul Delarue, par exemple. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’invention de l’art populaire (1830-1870) (encyclopédie Bérose, dir. Michela Lo Feudo)