Archives par mot-clé : pratiques

Parution : Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ? (dir. M. Dendani, F. Soldini)

Mohamed Dendani et Fabienne Soldini (dir.), Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ?, Rennes, PUR, 2022.

Malgré sa massification dans la plupart des domaines d’activité, le numérique questionne toujours spécialistes et chercheurs. Ainsi, alors que les pratiques numériques sont supposées être démocratisées, pourquoi l’aisance dans la lecture et dans l’écriture numériques demeure bien souvent l’apanage des classes aisées et cultivées ainsi que des jeunes, dont les compétences en littératie varient sensiblement selon leur origine sociale ? De même, comment se hiérarchisent les usages différenciés du numérique ? Voici des questions auxquelles cet ouvrage répond en présentant les travaux de sociologues de l’éducation, de la lecture et de la culture, qui analysent différentes formes de littératie numérique.

Ils montrent que l’origine sociale demeure la variable fondamentale pour la maîtrise du numérique en général et des compétences en littératie en particulier, reproduisant dans le domaine du numérique les inégalités sociales, éducatives et culturelles, voire les amplifiant. Mais d’autres variables apparaissent déterminantes pour une réelle démocratisation du numérique : l’influence de la sociabilité comme formation informelle ou l’assiduité de la pratique.

avec le soutien du LAMES-UMR 7305-CNRS et de la fondation A*MIDEX d’Aix-Marseille Université 

Continuer la lecture de Parution : Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ? (dir. M. Dendani, F. Soldini)

Appel à contributions : Les pratiques amateurs, éclaircies du cinéma

Colloque international : Les pratiques amateurs, éclaircies du cinéma 

8, 9 et 10 novembre 2022, Université Jean Monnet Saint-Etienne

Échéance des propositions : 15 avril 2022

Les outils et images amateurs ont toujours fait l’objet d’une attention particulière dans le champ des pratiques filmiques dites expérimentales. Ils désignent en effet un espace de réalisation nativement désolidarisé des préoccupations qui pèsent parfois lourdement sur la production cinématographique dépendante des institutions et, conséquemment, de l’industrie. Reposant le plus souvent sur des technologies qui ne demandent pas de prérequis particuliers en termes de savoir-faire, le film amateur en général et le film de famille en particulier se donnent comme le simple corrélat d’une manière d’être là, de partager une intimité, d’habiter une situation avec des proches. C’est cette simplicité du geste, permettant une prise d’image immédiate, qui fera dire à Jonas Mekas, dans son Ciné-journal, que le film de famille, tel qu’il pouvait se pratiquer dans les années 60-70, esquisse les possibilités d’un pur cinéma de poésie.

Il s’agira de prendre au pied de la lettre cette remarque de Jonas Mekas et d’accorder aux films dits amateurs une même qualité d’attention que celle que suscitent les pratiques filmiques qui se revendiquent comme telles, pour chercher à y déceler et desceller des moments de cinéma qui révèlent, par leur discrétion même, des possibilités essentielles du médium. Que dit le film amateur de l’acte de prise de vue ? Quel rapport au monde met-il en évidence ? Quels sont les espaces de représentation qu’il investit ? L’enjeu sera aussi d’interroger la porosité des frontières entre le film amateur et un cinéma qui se revendique comme tel (film expérimental, animation, documentaire ou fiction) et la manière dont une circulation des formes est peut-être directement rendue possible par les caractéristiques formelles associées aux pratiques amateurs.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les pratiques amateurs, éclaircies du cinéma

Parution : Négocier la norme. Genre et médias dans l’après-guerre (Delphine Chedaleux)

Delphine Chedaleux (dir.), Négocier la norme. Genre et médias dans l’après-guerre, MSHA, coll. “Genre, cultures, sociétés”, 2022.

Ce livre propose de considérer l’après-guerre à partir d’un point de vue original, au croisement de l’histoire du genre et de l’histoire des médias. L’après-guerre est un moment de reconstruction de l’Europe mais aussi de recomposition des mondes médiatiques et d’expansion de la culture de masse. La période est parallèlement marquée par une reconfiguration des rapports de genre : la déstabilisation des catégories du masculin et du féminin engendrée par la Seconde Guerre mondiale laisse place à la réaffirmation d’une stricte répartition des rôles de sexe qui relègue les femmes à la sphère domestique, un contexte qui n’empêche toutefois pas l’expression d’aspirations émancipatrices. Réunissant des contributions de chercheurs et chercheuses de différentes disciplines, l’ouvrage explore l’imbrication de ces dynamiques médiatiques, politiques et sociales en prenant en compte différents médias (radio, photographie, télévision, cinéma, presse magazine, bande dessinée, littérature pratique), en France et plus marginalement en Suisse et en Belgique francophones. Qu’ils mettent l’accent sur l’espace de la production ou sur les contenus, les différents chapitres qui composent l’ouvrage soulignent les mécanismes d’assignation genrée à l’œuvre dans les médias d’après-guerre, tout en révélant les marges de négociation des normes ouvertes par certain·es acteurs et actrices du champ médiatique, tant à travers leurs trajectoires et leurs pratiques professionnelles qu’à travers les discours produits à destination des récepteurs et des réceptrices.

Delphine Chedaleux est maîtresse de conférences à l’Université de Technologie de Compiègne et chercheuse au COSTECH. Son travail porte sur les cultures médiatiques et populaires au croisement du genre et de la classe. Après avoir travaillé sur les cultures cinématographiques en France entre 1940 et 1960, elle travaille actuellement sur les pratiques de lecture du roman sentimental à l’ère numérique. Elle a notamment publié Jeunes premiers et jeunes premières sur les écrans de l’Occupation (Presses universitaires de Bordeaux, 2016), l’ouvrage tiré de sa thèse.

Appel à contributions : Collectionner les arts du spectacle (Université de Caen Normandie)

Journée d’études : Collectionner les arts du spectacle

Université de Caen Normandie – 30 septembre 2022

Échéance des propositions : 15 mai 2022

Cette journée d’études propose de se pencher sur l’expérience des spectateurs et des spectatrices à travers la pratique des collections consacrées aux arts du spectacle. Inaugurant le programme de recherche « Objets de spectateurs : instruments et reliques » développé au sein du Laslar (EA4256 Université de Caen Normandie), elle entend envisager l’expérience spectatorielle non plus seulement dans le temps de la représentation ou de la projection mais aussi dans le temps passé hors des salles. Ce déplacement invite à ne pas se limiter à la mise en récit d’une réception par l’écrit et à chercher les différentes traces matérielles qui témoignent d’une pratique de spectatrice ou de spectateur ou au travers desquelles se manifeste un amour pour les arts (et les artistes) de la scène et du cinéma. Nous aimerions donc aborder la réception des films ou des spectacles par les objets qui la permettent ou qu’elle suscite. 

Les collections constituées par des amateurs de théâtre et les cinéphiles sont l’expression la plus flagrante de la manière dont les objets peuvent témoigner de cette expérience, retracer des carrières de spectateurs, être porteurs ou investis d’une histoire enfin, que celles et ceux qui les réunissent cherchent à préserver ou à s’approprier. Si la figure du collectionneur est bien connue des historiens de l’art et si la collection est un objet d’étude bien identifié dans ce champ[1], elle a cependant moins retenu l’attention des chercheurs spécialistes des arts du spectacle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Collectionner les arts du spectacle (Université de Caen Normandie)

Parution : A Fan Studies Primer. Method, Research, Ethics (dir. Paul Booth, Rebecca Williams)

Paul Booth et Rebecca Williams (dir.), A Fan Studies Primer. Method, Ethics, Research, University of Iowa Press, 2021.

“This groundbreaking collection marks the further maturing of fandom studies as an academic field through its consideration of a diverse range of fan practices, methodologies, and theoretical issues, with a strong emphasis on ethical concerns. I know I will be sharing many of these contributions with my students for years to come.”—Henry Jenkins, author, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture

A Fan Studies Primer is a necessary contribution to the field. The book makes a vital case for the importance of methods and methodology in fan studies—while, importantly, recognizing the complexity and risks of doing so. It is an essential resource for scholars, researchers, and students.”—Adrienne Evans, Coventry University

The discipline of fan studies is famously undisciplined. But that doesn’t mean it isn’t structured. This is the first comprehensive primer for classroom use that shows students how to do fan studies in practical terms. With contributions from a range of established and emerging scholars, coeditors Paul Booth and Rebecca Williams pull together case studies that demonstrate the wide array of methodologies available to fan studies scholars, such as auto/ethnography, immersion, interviews, online data mining, historiography, and textual analysis. This collection also probes the ethical questions that are unique to fan studies work, such as the use of online fan content for research, interview methods, consent, and privacy.

Contributors: 

Maria Alberto, Cait Coker, Renee Ann Drouin, Anne Gilbert, Danielle Hart, Matt Hills, Lies Lanckman, Julia Largent, Katherine Larsen, Lori Morimoto, EJ Nielsen, Mandy Olejnik, Rukmini Pande, Milena Popova, Kadian L. Pow, Suzanne Scott, Josh Stenger, Alex Thomas, Elise Vist, Lesley Willard, Benjamin Woo

Parution : Mélanie Bourdaa, Les fans

Mélanie Bourdaa, Les fans. Publics actifs et engagés, Caen, C&F éditions, coll. “Les enfants du numérique”, 2021.

Souvent réduits au rôle de consommateurs passifs et excessifs, les fans méritent pourtant l’attention particulière que leur portent les fan studies. Qui sont vraiment les fans ? 

Le fandom prolonge un produit culturel mainstream par des productions officieuses au sein de réseaux d’amateurs passionnés. Les séries télévisées sont un vecteur majeur de mobilisation des fans : fan art, fanfictions, wikis, cosplay… Leurs personnages deviennent supports de revendications, de militantisme et d’activisme, en particulier concernant la recherche d’identité et les minorités sexuelles. Au cœur de la culture participative, les fans explorent l’intersection du personnel et du sociétal. 

Mélanie Bourdaa se propose d’explorer ces questions dans cet ouvrage afin de montrer que les publics fans sont des publics actifs, experts, producteurs de sens et de contenus via leur créativité. Cette exploration se fait à travers de nombreuses études de cas (Supergirl, Grey’s Anatomy, Battlestar Galactica, Wynonna Earp, The 100 entre autres).

Entretien avec Mélanie Bourdaa

Continuer la lecture de Parution : Mélanie Bourdaa, Les fans

parution : La fin du game ? Les jeux vidéo au quotidien (collectif)

Collectif, La fin du game ? Les jeux vidéo au quotidien, Presses Universitaires François-Rabelais, 2021

À la maison ou dans les transports, au bureau ou aux toilettes, les jeux vidéo sont partout. La banalisation de ce loisir électronique dans toutes les tranches d’âge et toutes les catégories de la société s’est accompagnée d’une diversification des publics mais aussi des manières de jouer.
Loin de l’image caricaturale du mâle adolescent jouant des heures durant à des jeux de tir, désormais les jeux vidéo sont pour beaucoup une activité ordinaire qui trouve place dans les interstices, les temps libres des routines journalières ou hebdomadaires. Ils sont imbriqués dans les modes de vie et contribuent aux modes d’habiter.
Fruit d’un travail de recherche collectif, ce livre analyse la place de ces pratiques vidéoludiques au quotidien. Comment joue-t-on aux jeux vidéo aujourd’hui ? Qui joue, où, et avec qui ? Quelles sont les diverses pratiques, de sociabilité, d’échanges mais aussi de mobilités et de marquage de l’espace, qui se développent autour de ce loisir électronique ? Quelles sont les émotions, les expériences, les affects, que les jeux vidéo rendent possible ?
Cette exploration inédite du domaine des jeux vidéo étudie la diversité de leurs publics, les pratiques que ces derniers développent, et les expériences qui s’y éprouvent.

Auteurs

Vincent Berry, enseignant-chercheur en sciences de l’éducation, Université Sorbonne Paris Nord, laboratoire EXPERICE-LAbEx ICCA.
Manuel Boutet, enseignant-chercheur en sociologie, Université Côte d’Azur, laboratoire GREDEG.
Isabel Colón de Carvajal, enseignante-chercheuse en sciences du langage, ENS de Lyon, laboratoire ICAR.
Samuel Coavoux, chercheur en sociologie, département de sciences sociales (SENSE) d’Orange, laboratoire CERLIS.
David Gerber, chercheur en sociologie.
Samuel Rufat, enseignant-chercheur en géographie, Université de Cergy, laboratoire MRTE.
Hovig Ter Minassian, enseignant-chercheur en géographie, Université de Tours, laboratoire CITERES.
Mathieu Triclot, enseignant-chercheur en philosophie, Université de technologie Belfort-Montbéliard, laboratoire RECITS.
Vinciane Zabban, enseignante-chercheuse en sciences de l’éducation, Université Sorbonne Paris Nord, EXPERICE-LAbEx ICCA.

Appel à contributions : L’œil numérique (Sociétés & Représentations, n° 55, 2023)

“L’œil numérique”, Projet de n° 55 de Sociétés & Représentations, 2023

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Dirigé par Laurence Danguy et Julien Schuh


En 2020, Alain Boillat thématise dans l’un des chapitres de son Introduction à l’étude des cultures numériques, l’œil machine, à partir des films de science-fiction des années 1980, qui internalisent l’ordinateur en le mettant en abyme sous forme d’un écran dans l’écran. Dans un autre chapitre, Claus Gunti, qui s’intéresse aux nouvelles pratiques photographiques, insiste sur l’importance du paradigme post-digital, conceptualisé à la fin des années 2000 pour en finir avec une assignation utilitaire des technologies numériques. Ces deux exemples illustrent une défiance face à l’impact du numérique sur l’œil et le regard, mis à distance, soit au moyen d’une réduction visuelle assez littérale par la voie filmique, soit via un discours réorganisant la théorie des signes de Charles Sanders Pierce. À partir des années 1990 mais surtout des années 2000, le numérique, dans ses différentes acceptions – programmation, application, médiatisation et création –, colonise l’ensemble de la sphère sociale, et sature l’espace physique, géographique et même cosmogonique, comme en témoigne une série de créations artistiques dans la lignée de l’œuvre-culte Et moi dans tout ça ? de Maurice Benayoum (1995). Dès lors, il occupe et préoccupe les esprits. La relation entre l’homme social et son environnement numérique, qui se caractérise dès l’origine par un double mouvement de fascination et de répulsion, ne cède pas mais, au contraire, se tend. À l’aube des années 2020, elle est recouverte d’une fausse passivité, masquant une méfiance, dont l’acuité a été révélée par les théories complotistes autour du Covid, qu’il s’agisse de la technologie 5G, réputée délétère ou d’un vaccin, qui implanterait une puce dans le corps humain, un œil numérique digne d’Orwell, cette fois. Le fait que ces « théories » soient propagées sur les réseaux sociaux et des blogs par les technologies numériques ne peut qu’augmenter une tension exacerbée par un rapport de dépendance anxiogène, propre à alimenter des fantasmes de type paranoïaques ou mégalomaniaques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’œil numérique (Sociétés & Représentations, n° 55, 2023)

Parution : Culture de masse et société de classes (Philippe Coulangeon)

Philippe Coulangeon, Culture de masse et société de classes. Le goût de l’altérité, PUF, 2021

Nous vivons dans des sociétés dans lesquelles la diffusion de l’éducation et les transformations de l’économie des biens culturels semblent produire une certaine uniformisation des goûts et des styles de vie. Un peu partout dans le monde, alors que les classes supérieures diplômées conservent un accès privilégié aux répertoires culturels les plus légitimes, elles sont aussi partie prenante à l’univers de la culture de masse et des médias.

Cette transformation n’est pourtant pas à proprement parler synonyme de démocratisation culturelle. L’éclectisme des préférences et des pratiques tend à devenir l’expression contemporaine du privilège culturel de catégories immergées dans une grande variété de répertoires savants et populaires, lettrés et audio-visuels, locaux et cosmopolites. L’ouverture à la diversité apparaît comme la norme émergente du privilège et de la légitimité culturelle, morale et politique, qui s’inscrivent dans une reconfiguration plus vaste des rapports sociaux mettant en jeu l’accès inégal aux ressources de la confrontation à l’altérité. C’est ce que montre cet ouvrage, qui s’appuie sur les recherches les plus récentes et les résultats d’enquêtes approfondies.

Philippe Coulangeon est directeur de recherche au CNRS, membre de l’Observatoire sociologique du changement à Sciences Po, spécialiste de sociologie de la culture. Ses recherches portent notamment sur la démocratisation de la culture et de l’éducation.

 

Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, “Populaire ! Populär ?)

Colloque : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? Les périphéries urbaines dans les représentations culturelles (XIXe–XXIe siècle)

21-24 septembre 2022

Dans la section Littérature du 13e Congrès de l’Association des francoromanistes, “Populaire ! Populär ?”, Université de Vienne. 

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Tout travail sur la « banlieue » se heurte à des difficultés de définition tant le terme recouvre des notions aussi bien juridiques, géographiques, sociologiques et culturelles que symboliques. Si ce mot qualifie les espaces qui se trouvent dans les alentours et sous la dépendance d’une grande ville, son découpage spatial n’est ni continu ni homogène dans le temps. Il est pourtant possible d’aborder la banlieue en étudiant les imaginaires culturels et sociaux (Castoriadis) projetés sur elle.

Au début du XIXe siècle, la littérature participe à la construction d’une, ou plutôt des identités de la banlieue comme espace dédié aux pratiques de plusieurs strates de la société. Nous voulons nous intéresser en particulier à la représentation des classes populaires en banlieue, source d’une vaste production littéraire aux XIXe et XXe siècles, puis cinématographique au XXe et XXIe siècles, qui imprègne les mentalités et s’inscrit dans le patrimoine culturel de certaines communes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, “Populaire ! Populär ?)