Archives par mot-clé : pouvoirs

Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?”

21-24 mai 2024

Aix-Marseille Université

Date d’échéance : 20 février 2024

55e Congrès de l’Association Française d’Études Américaines “Power & Empowerement”, organisé par Savinien Capy (ELICO, Université Lyon 2) et Charles Joseph (3L.AM, Le Mans Université).

Texte de l’appel : 

Représentant la majorité des ventes de comic books aux États-Unis, les super-héros sont devenus des figures emblématiques de la culture populaire tant dans le pays qu’à l’international, succès relancé depuis le début des années 2000 avec la déferlante de leurs adaptations cinématographiques et sérielles. De par la place centrale qu’ils occupent dans l’imaginaire collectif, autant que par les arcs narratifs de leurs intrigues, les questions de pouvoir et d’empouvoirement surgissent. Parce qu’ils s’articulent autour de personnages dotés de capacités extra-ordinaires, le concept de « pouvoir » fait partie de l’ADN narratif des produits que sont les comic books. Ces derniers permettent également d’interroger comment les concepts de pouvoir, de prise de pouvoir, d’accès au(x) pouvoir(s), de rapport de pouvoir, etc. sont représentés dans un médium naturellement enclin à se plier aux goûts du public, et se voulant miroir des représentations mentales d’une majorité de la population. Continuer la lecture de Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Appel à communications : Colloque interuniversitaire francophone en études ludiques (CIFEL) – Pouvoir et vulnérabilité (Montréal)

Colloque interuniversitaire francophone en études ludiques (CIFEL) – Pouvoir et vulnérabilité

Dates : 13, 14 et 15 juin 2024 

Lieu : Campus de Montréal de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Échéance des proposition :  9 février 2024 

Organisé par l‘Université de Montréal, Concordia, l’Université du Québec à Montréal et Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Texte de l’appel

Fort du succès de sa première édition, le Colloque interuniversitaire francophone en études ludiques (CIFEL) est de retour pour une seconde année consécutive. Nous serons heureux-se-s de vous accueillir au campus de Montréal de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. À cette occasion, nous vous invitons à réfléchir aux notions de pouvoir et de vulnérabilité au sein des pratiques ludiques dans leur ensemble. Les dynamiques de pouvoir et de contrôle, pour leur part, ont historiquement joué un rôle fondamental dans le développement de l’industrie du jeu, tant dans l’essor des jeux de guerre, de simulation, de stratégie et de rôle (Lowood 2023) que pour les jeux vidéo, dont l’origine est intrinsèquement liée au complexe militaro-industriel (Kline et al. 2003). Malgré les changements importants des industries ludiques du fil des années, ces notions jouent toujours un rôle essentiel au sein de nos pratiques ludiques contemporaines: la multiplication de jeux vidéo offrant des mondes ouverts gigantesques et des possibilités actionnelles toujours plus vastes, par exemple, semblent suggérer que les joueur-euse-s cherchent à avoir un pouvoir toujours plus grand sur les mondes de jeux, faisant des notions de liberté et de contrôle des éléments connexes essentiels à étudier. Cependant, d’autres jeux permettent de s’interroger sur les limites de ce pouvoir, mais surtout sur notre vulnérabilité face aux mondes au sein desquels nous vivons, qu’ils soient fictionnels ou réels. Depression Quest (Zoe Quinn 2013), par exemple, met les joueur-euse-s dans la position difficile d’une personne vivant une dépression; Papers, Please (Lucas Pope 2013), pour sa part, interroge le véritable pouvoir que détiennent les habitants d’un régime totalitaire. Cette réalité ne se limite certainement pas au jeux vidéo et peut également être observée dans des jeux de plateau comme The Landlord’s Game (Elizabeth Magie 1940), qui critique le marché immobilier, et Spirit Island (R. Eric Reuss 2017), qui place les joueur-euse-s en position de résistance face au colonialisme.  Continuer la lecture de Appel à communications : Colloque interuniversitaire francophone en études ludiques (CIFEL) – Pouvoir et vulnérabilité (Montréal)

Appel à communications : Colloque “Maîtres des horloges ? Pouvoir, autorité et temporalité(s) en culture de l’écran” (Montpellier)

Colloque “Maîtres des horloges ? Pouvoir, autorité et temporalité(s) en culture de l’écran”

28-29 septembre 2023

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Date limite pour envoyer un abstract : 1er juin 2023

Coorganisé par EMMA, TransCrit, ACE, HCTI et Figura

Texte de l’appel

Chronocenosis is a way of theorizing not simply the multiplicity but also the conflict of temporal regimes operating in any given moment. Our point is that power and time interface amid intensely competitive temporal formations and not simply parallel or layered ones (…) We argue that power operates by arranging, managing, and scaling temporal regimes and conflicts. At the same time, these fault lines function as seams of structural weakness and possibility: power is often undone in the cut and thrust of temporal antagonisms.

(Edelstein, Geroulanos & Wheatley, 2020, 4)

Le pouvoir politique apparaît traditionnellement comme consubstantiellement associé au contrôle de la temporalité – l’on se souviendra du candidat présidentiel Emmanuel Macron se définissant, en avril 2017, face aux médias – télévisuels en particulier – comme le « maître des horloges », ou d’Andrew Card, Chief of staff du président George W. Bush expliquant, à propos du timing de la campagne médiatique orchestrée par la Maison Blanche pour imposer à la guerre en Irak, « You don’t roll out a new product in August ». Contrôler la communication politique en contrôlant le calendrier des annonces ou des actions, « maîtriser la séquence », accélérer ou différer le dévoilement d’une invasion militaire ou d’un texte de loi, l’annonce de la tenue d’élections ou de leur suspension, décréter l’état d’urgence – toutes les stratégies temporelles participent de l’exercice du pouvoir. Dans une société de l’écran, la relation entre autorité politique et gouvernés passe par une mise en scène des gouvernants, notamment lors de performances et de spectacles ritualisés selon un calendrier civil et institutionnel en partie imposé, mais qui peut être bouleversé par le pouvoir autocratique lui-même, lors de coups d’État y compris avorté (voir l’assaut sur le Capitole du 6 janvier 2021, encouragé par le président américain sortant pour empêcher la certification des résultats de l’élection présidentielle et l’investiture du président-élu). La montée actuelle des extrêmes-droites, aux États-Unis comme en Europe, oblige plus largement à repenser le temps des démocraties parlementaires non plus comme éternel, mais comme compté, sur fond de révolutions possibles, et leur durée de vie comme peut-être éphémère, sur fond d’horizon dystopique (retour du fascisme, crainte d’une nouvelle guerre mondiale ou d’une guerre nucléaire depuis la guerre en Ukraine), ou utopique (révolution vers des sociétés plus égalitaires et plus justes, si comme le disait Lénine, la guerre est un accélérateur de l’histoire). Car dans le même temps, et de manière accélérée, la temporalité d’une « croissance économique » sans fin, indissociable du discours capitaliste hégémonique et de la promesse de prospérité comprise comme la consommation de biens et de ressources, est fondamentalement remise en question par la crise climatique qui est désormais celle de l’urgence vitale, non pas « pour la planète », mais pour toutes les espèces vivantes, dont la nôtre.

Le pouvoir politique apparaît lui-même comme contraint par des temporalités multiples, et notamment par ces urgences qui constituent la « polycrise » actuelle, selon la terminologie de l’historien Adam Tooze (crise climatique, crise politique et sociale, guerre, crise énergétique, pandémies en cours et à venir) ; ceci alors même que toute crise ne peut se comprendre que comme s’inscrivant dans le temps long, et comme résultant d’actions politiques sur des siècles (voir ce que dit Timothy Mitchell de l’histoire des démocraties capitalistes comme indissociable de l’exploitation des énergies fossiles, du charbon au pétrole) tout comme d’inaction délibérée et de mensonges depuis des décennies (voir Naomi Klein sur le climato-scepticisme financé par les milliardaires). L’on peut analyser la manière dont différents pouvoirs et autorités s’affrontent, dans notre moment contemporain, sur fond de représentations divergentes de la temporalité et de la notion d’urgence (scientifiques du GIEC face aux politiques, militants d’Extinction Rebellion face aux partis « traditionnels », etc.). Alors même que la sixième extinction a déjà emporté 65% des espèces vivantes de notre planète (Kolbert), que la fonte de 50% des glaciers mondiaux est désormais irréversible, et que s’annoncent des guerres inéluctables autour des ressources raréfiées comme l’eau, et à l’heure où se créent des néologismes comme la « solastalgie » (Albrecht) pour exprimer les formes spécifiques de l’éco-anxiété, l’on peut avoir le sentiment de vivre dans la satire Don’t Look Up (Adam McKay, 2021).

On s’interrogera évidemment sur les manières dont le rapport entre pouvoir et temporalité(s) est mis en lumière (ou occulté) en culture de l’écran. Même s’il est admis depuis Stuart Hall que les publics peuvent négocier ou contester les messages idéologiques diffusés par la télévision, comprendre ce qui se joue entre pouvoir et temporalité requiert de sortir du « flux » télévisuel comme machine à fabriquer le consentement (Chomsky). Tant Marshall McLuhan que Pierre Bourdieu ont pu souligner combien les formats télévisuels – non seulement dans les entretiens en direct avec les figures d’autorité et de pouvoir, mais dans les émissions de débat, ou dans le « journal télévisé » rendent impossible un discours critique sur le plateau. Seul l’arrêt sur image, la possibilité de « rembobiner et revoir », et celle de vérifier les assertions du pouvoir ou d’en exposer les changements de discours, manipulations et mensonges grâce à l’archive audiovisuelle (Baron, Doane) permettent aux spectateurs une véritable distance critique. On pourra ici contraster le travail du documentaire politique (Kahana, Nichols), avec celui des médias.

On pourra également scruter comment la fiction, notamment dans les récits cinématographiques ou sériels audiovisuels, peut donner à voir les temporalités multiples dans lesquelles le pouvoir politique s’exerce, et installer les spectateurs dans ces temporalités, de saison en saison, dans The West Wing ou, de manière plus brutalement démystifiante, dans House of Cards. La fiction permet d’imaginer des ruptures temporelles générant d’autres formes de pouvoir ; ces dystopies permettent au public l’expérience imaginaire non seulement de la catastrophe, mais de formes du pouvoir et de l’autorité dictatoriales, avant qu’elles n’adviennent, et pour qu’elles n’adviennent pas. Les uchronies (littéraires comme cinématographiques) bouleversent ainsi souvent la temporalité à partir d’un événement qui a marqué l’imaginaire collectif pour nous donner à voir une réalité alternative où les questions du pouvoir autoritaire et de la résistance qui s’organise sont centrales, comme dans The Man in the High Castle. Les textes dystopiques et/ou post-cataclysmiques qui reposent sur une rupture temporelle définissant un avant et un après permettent toujours à la fois de projeter un futur possible et de le poser en regard de notre présent. Pétro-fictions (Mad Max Fury Road), dystopies patriarcales (The Handmaid’s Tale), éco-fictions « rejouant » des textes canoniques (Station Eleven), ces récits posent très clairement des enjeux politiques et/ou des enjeux de domination résultant du contrôle du temps ou de la temporalité autant que de territoires, l’espace et la temporalité des récits – y compris intra-diégétiques – ouvrant des brèches voire des horizons possibles. Alors que d’après l’horloge de la fin du monde, nous ne sommes plus, début 2023, qu’à 90 secondes de minuit, on pourra interroger la manière dont la fiction peut chercher à nous faire sortir du présentisme (Bertrand Gervais, François Hartog) et de la paralysie, en nous donnant à voir des temporalités multiples, pour penser la rupture politique autant que temporelle nécessaire à la survie collective dans un monde plus juste.

Informations pratiques

Ce colloque clôt le cycle de colloques « Pouvoir et autorité en culture de l’écran » coorganisé par cinq laboratoires (EMMA, TransCrit, ACE, HCTI et Figura) au sein de cinq universités (Paul-Valéry Montpellier 3, Paris-8, Rennes-2, UBO, et UQAM). Après « Monitorer le présent : L’écran à l’ère du soupçon » (UQAM, automne 2019), « Biopouvoir en culture de l’écran » (Rennes-2, septembre 2021) et « Pouvoir et autorité à l’épreuve des vulnérabilités » (Paris-8, septembre 2022), le cycle s’achève donc sur « Pouvoir et temporalité(s) en culture de l’écran ». Il s’inscrit aussi, après « Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme » (UQAM, 17-19 mai 2023), dans un nouveau cycle de colloques autour de la notion de « Temporalité(s) », qui réunira l’UQAM, l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Paris-8, Rennes-2, l’UBO, l’Université de Bourgogne (avec le centre de recherche TIL) et l’Université de Poitiers.

Les propositions issues de toutes les disciplines — étude des médias, sciences politiques, philosophie, études audiovisuelles et cinématographiques, littérature contemporaine, histoire (etc.) — sont les bienvenues.

Les propositions peuvent se faire en français ou en anglais.

Les abstracts de 500 mots suivis d’une courte bio-biblio sont à téléverser – en format PDF exclusivement – au lien suivant :

https://easychair.org/conferences/?conf=clock23

Date limite pour envoyer un abstract : 1er juin 2023

Retour du comité scientifique : 15 juin 2023

Comité scientifique

Lucie Bernard (U. de Bourgogne), Karim Daanoune (UPVM), Elaine Després (UQAM), Bertrand Gervais (UQAM), Mélanie Joseph-Vilain (U de Bourgogne), Hélène Machinal (Rennes 2), Camille Manfredi (UBO), Hervé Mayer (UPVM), Denis Mellier (U de Poitiers), Monica Michlin (UPVM), Arnaud Regnauld (U Paris-8), Raphaël Ricaud (UPVM) Shannon Wells-Lassagne (U de Bourgogne)

Comité d’organisation local

Karim Daanoune, Philippine Fauchier, Manon Lefebvre, Hervé Mayer, Monica Michlin, Raphaël Ricaud, Joséphine Sourgnes.

Bibliographie

Adams, Barbara. Timescapes of Modernity. The Environment and Invisible Hazards. New York : Routledge, 1998.

Albrecht, Glenn et al. « Solastalgia:  the  distress  caused by  environmental  change », Australian Psychiatry, vol. 15 Supplement, 2007, https://journals.sagepub.com/doi/10.1080/10398560701701288

Allouche Sylvie, Hélène Machinal, Monica Michlin, Arnaud Regnauld (dir.). Formes d(e l)’apocalypse. Paris : Octaviana, décembre 2017, e-book, 402 p. URL : https://octaviana.fr/document/COLN20_1#?c=0&m=0&s=0&cv=0

Baron, Jaimie. The Archive Effect: Found Footage and the Audiovisual Experience of History. New York : Routledge, 2013.

Bourdieu, Pierre. Sur la télévision. Contrefeux, journalisme et éthique. Paris : Liber, 1996.

Braun, Bruce et Sarah Whatmore (dir). Political Matter: Technoscience, Democracy, and Public Life. Minneapolis : University of Minnesota Press, 2010.

Chapman, Graham et Thackwray Driver (dir). Timescales and Environmental Change. New York et Londres : Routledge, 1996.

Derrida, Jacques. Spectres de Marx : l’État de la dette, le travail du deuil et la nouvelle Internationale. Paris : Galilée, 2006.

Doane, Mary Ann. The Emergence of Cinematic Time : Modernity, Contingency, the Archive. Cambridge (MA) : Harvard University Press, 2002.

Edelstein, Dan, Stefanos Geroulanos, Natasha Wheatley. Power and Time : Temporalities in Conflict and the Making of History. Chicago et Londres : University of Chicago Press, 2020.

Faure, Antoine, et Emmanuel Taïeb. « ‪Temporalité de la politique alternative dans les séries‪ », Quaderni, vol. 86, no. 1, 2015, pp. 23-37.

Fitz-Henry, Erin. « Multiple Temporalities and the Nonhuman Other », Environmental Humanities 1 May 2017; 9 (1): 1–17. https://doi.org/10.1215/22011919-3829109

Gervais, Bertrand, dir. Monitorer le présent. L’écran à l’heure du soupçon, dans Cahiers de Recherche Archiver le présent ?, juillet 2022. https://archiverlepresent.org/cahier/monitorer-le-present-lecran-lheure-du-soupcon

Gervais, Bertrand. « Est-ce maintenant ? / Is it now? Réflexions sur le contemporain et la culture de l’écran », Soif de réalité. Plongées dans l’imaginaire contemporain. Montréal : éditions Nota bene, 2018, p. 17-46.

Hamilton, Clive, François Gemenne & Christophe Bonneuil (dir). The Anthropocene and the Global Environmental Crisis. Rethinking Modernity in a New Epoch. New York : Routledge, 2015.

Hartog, François. Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps. Paris : Le Seuil, 2003.

Herman, Edward S. et Noam Chomsky. Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media. New York : Pantheon Books, 1988.

James, Amélie. « Qui est le ‘maître des horloges’ invoqué par Emmanuel Macron ? », Libération, 17 mai 2017. https://www.liberation.fr/politiques/2017/05/17/qui-est-le-maitre-des-horloges-invoque-par-emmanuel-macron_1569931/

Kahana, Jonathan. Intelligence Work : The Politics of American Documentary. New York : Columbia University Press, 2008.

Klein, Naomi. This Changes Everything : Capitalism vs the Climate. New York : Simon and Schuster, 2014.

Kolbert, Elizabeth. The Sixth Extinction: An Unnatural History. New York : Henry Holt & Co, 2014.

Latour, Bruno. Face à Gaïa. Huit conférences sur le Nouveau Régime Climatique. Paris : La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2015.

Machinal, Hélène, Monica Michlin, Arnaud Regnauld (dir). Formes apocalyptiques du pouvoir et programmes apocalyptiques, ebook, novembre 2021, 502p. : https://emma.www.univ-montp3.fr/fr/file/62926/download?token=oJTEl7D0

Machinal, Hélène, Monica Michlin et Arnaud Regnauld (dir). Apocalypses, revue Otrante n°47-48, Kimé, nov. 2020.

Machinal, Hélène, Monica Michlin, Elizabeth Mullen, Arnaud Regnauld, Joanna Thornborrow (dir). Médiations apocalyptiques, ebook 2018, UBO Brest, 300 p. URL : https://www.univ-brest.fr/digitalAssets/76/76064_PDF_M–diations-Apocalyptiques.pdf

Mitchell, Timothy. Carbon Democracy: Political Power in the Age of Oil, New York et Londres : Verso, 2011.

Nichols, Bill. Speaking Truths with Film : Evidence, Ethics, Politics in Documentary. Oakland : University of California Press, 2016.

Pierson, Paul. Politics in Time : History, Institutions, and Social Analysis, Princeton : Princeton University Press, 2004.

Raymer, Hervé, Voutat, Bernard et Laurent Willemez (dir.) Les Temporalités de la démocratie, Temporalités 36 | 2022 : https://journals.openedition.org/temporalites/10628

Rosa, Hartmut. Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010.

Schedler, Andreas et Javier Santiso. « Temps et démocratie : une invitation », Temporalités [En ligne], 36 | 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/10628

Serres, Michel. Éclaircissements : Entretiens avec Bruno Latour. Paris : Flammarion, 1994.

Serroy, Jean et Gilles Lipovetsky.  L’Écran global : Cinéma et culture-médias à l’âge hypermoderne. Paris : Seuil, 2007.

Wallenhorst, Nathanaël. Qui sauvera la planète ? les technocrates, les autocrates ou les démocrates ? Arles : Actes Sud, 2022.

Wells-Lassagne, Shannon et Fiona McMahon (dir). Adapting Margaret Atwood. The Handmaid’s Tale and Beyond. Londres : Palgrave Macmillan, 2021.

Wolin, Sheldon. “What Time Is It?”, Theory and Event 1, no. 1(1997). https://doi.org/doi:10.1353/tae.1991.0003

 

CFP : Depictions of Power: Strategy and Management Games (Simon Dor, ed.)

“Depictions of Power: Strategy and Management Games”

Edited by Simon Dor

This call seeks chapters to be included in an edited book that would be titled Depictions of Power: Strategy and Management Games. Accepted proposals will be included in a submission for the collection “Approaches to Digital Game Studies” at Bloomsbury.

Deadline for proposals : August 15th, 2022

Full contributions expected by March 1st, 2023

“… one needs to comprehend how power operates, especially in games, for games are an artform of power and choice.”

Mary Flanagan (2019)

 

Call for papers

One could say that strategy and management games are the quintessential depictions of power. Rather than being centered on a single character, these games put the players in situations where they have power over other entities or other players. Moreover, narrative contextualization in the genre depicts the player as a leader, manager, governor, warden, general, or even as a god of some sort. As such, they take an implicit or explicit stance on power, through control, agency, identity, ownership, affiliation, or loyalty, for instance. Continuer la lecture de CFP : Depictions of Power: Strategy and Management Games (Simon Dor, ed.)

Appel à contributions : Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique (UPHF, Valenciennes, UMONS, Mons)

Appel à contributions : « Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique »

Colloque organisé par l’Université Polytechnique Hauts de France (UPHF, Valenciennes) et Université de Mons (UMONS)

13 et 14 octobre 2022

Échéance des propositions : 1er novembre 2021

L’Université Polytechnique Hauts de France (Valenciennes, UPHF) et l’Université de Mons (UMONS) organisent un colloque sur le thème « Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique », les jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022 à Valenciennes et Mons, à raison d’une journée sur chaque site (date exacte sur chaque site fixée ultérieurement).

Présentation du thème

Parmi les liens entre arts et politique, le rapport du cinéma à l’univers politique1 a fait l’objet de plusieurs études, de même que ceux de la musique ou, plus récemment, des séries télévisées2. En revanche, la contribution de la bande dessinée et des comics au champ politique souffre encore d’un manque d’examen, ou de reconnaissance en tant qu’objet d’étude scientifique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique (UPHF, Valenciennes, UMONS, Mons)

  1. On dénommera ainsi l’ensemble composé du politique (espace de débat sur l’avenir du groupe social) et de la politique (arène symbolique de compétition pour le pouvoir). []
  2. Par exemple, Lefebvre Rémi et Taïeb Emmanuel (dir.), Séries politiques. Le pouvoir entre fiction et vérité, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2020. []

Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Colloque Stella Incognita : “Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction”

6-7-8 avril 2022

Université de Reims Champagne-Ardenne

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Champ d’exploration de tous les possibles, technologiques, scientifiques, mais aussi sociétaux, politiques, écologiques et philosophiques, la science-fiction s’est dès son origine posé la question des pouvoirs et des responsabilités, ainsi que des cas de conscience provoqués par des décisions lourdes de conséquences.

Premier roman de proto SF, Frankenstein repense les rapports entre créateur et créature à l’aune des possibilités scientifiques. Le savant (fou ou éclairé ?) a-t-il le droit de donner naissance à la créature qu’il a le pouvoir de concevoir ? Doit-il la détruire quand il se rend compte des conséquences de son ambition démesurée, du défi qu’il a lancé aux lois naturelles et aux dieux ? Des monstres de H.G. Wells (le Dr Moreau) aux clones de la SF moderne (J.-M. Truong), en passant par les hybrides et les cyborgs (Homme-Plus, F. Pohl) aux hommes augmentés du post-humanisme (J. Varley), la question de la faisabilité est aussitôt doublée d’un questionnement moral et éthique, car ainsi que l’écrivait Rabelais, « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Le pouvoir, qu’il soit réel ou provisoirement du domaine de l’imaginaire, met les héros des récits de SF devant un dilemme qui, schématiquement, revient à se poser la question du bien et du mal, face aux tentations que propose le côté obscur du pouvoir, qu’il soit politique (dérives totalitaires), religieux (endoctrinement), intime (rapport des genres, emprise, domination sexuelle), professionnel (organisation du travail, hiérarchie) ou scientifique (création de chimères mutantes, de fléaux biologiques, d’armes de destruction totale), les boîtes à outils des savants s’avérant autant de boîtes de Pandore, et les progrès technologiques source inépuisable de questionnement quant à leur bon usage (voir la série Black Mirror).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Appel à communications : Espaces • Sexualités • Pouvoirs

Appel à communications

Colloque international Espaces • Sexualités • Pouvoirs. Représentations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Sherbrooke, Campus de Longueuil

28-29-30 avril 2022

Organisé par Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke), Nicole Côté (Université de Sherbrooke), Lori Saint-Martin (Université du Québec à Montréal) et Charlotte Comtois (Université de Sherbrooke)

Échéance : 1er septembre 2021

APPEL

Depuis le début du 21e siècle, les représentations littéraires, artistiques et médiatiques de la sexualité, autrefois cantonnées dans les créneaux érotiques et pornographiques, se multiplient et s’inscrivent désormais dans un champ élargi. Se multiplient parallèlement les conceptions mêmes de la sexualité, désormais conjuguée au pluriel. D’un régime hétérosexuel hégémonique, nous sommes passés à un régime où des sexualités longtemps minorisées, stigmatisées et rejetées s’affichent sans plus de honte, troublant l’ordre canonique du sexe/genre/désir qu’a décrit Judith Butler (2005).

De nouveaux regards portés sur « la » sexualité viennent par ailleurs concurrencer les conceptions naturalistes qui justifiaient le vieux régime. Il est admis que la sexualité a affaire au pouvoir (Foucault), et qu’elle circule sous formes de « scripts » dans l’espace social et culturel (Gagnon). Ce pouvoir, à son tour, circule entre les sujets, lesquels sont façonnés par maints dispositifs, dont l’espace, qui leur assignent les positions qu’ils doivent occuper ; les sujets, en retour, ont le pouvoir de modifier les usages spatiaux. Ainsi, dans les représentations littéraires, artistiques et médiatiques, la sexualité apparaît comme un motif privilégié pour saisir les dynamiques de pouvoir, notamment parce que ces représentations rendent patent le dispositif des espaces/lieux qui les avaient jusque-là déterminées.

De fait, les femmes (cis et trans) ainsi que les personnes issues de la diversité sexuelle et de genre ont investi non seulement les espaces autrefois interdits mais également le champ des représentations sexuelles, autrefois réservé aux hommes. Dès lors, il n’est pas étonnant que les représentations littéraires, artistiques et médiatiques participent à cet éclatement des sexualités, au rejet féroce de l’hétéronormativité et à la multiplication des perspectives ancrées dans celle des espaces où les lignes de pouvoir se fractionnent, se dispersent et s’étoilent. C’est donc sur la question spécifique de la ou des sexualités dans leur rapport aux espaces que portera le colloque.

Quels changements entraînent les nouvelles logiques distributives du pouvoir et des espaces – référentiels ou imaginaires, utopiques ou dystopiques ? Quelles reconfigurations sont occasionnées par le changement de régime évoqué plus haut ? Quels effets ces logiques ont-elles sur les représentations ? À quelles textualités, quelles images, quels scénarios donnent-elles forme ? Quelles nouvelles territorialités émergent ? Comment des identités inédites reconfigurent-elles les pratiques sexuelles dans un espace donné ? Considérant que le partage des espaces est toujours négocié en fonction de différents marqueurs qui pondèrent l’identité (race, classe sociale, âge, appartenance ethnique et religieuse) et lui confèrent plus ou moins de pouvoir, que nous dit cette distribution du pouvoir entre les sexes/genres/orientations sexuelles à travers ces configurations spatiales, notamment la mise en espace de la sexualité ? Est-il possible de penser la sexualité hors des asymétries de genre, dans une économie de la réciprocité ? Quels lieux sont réservés aux pratiques sexuelles et à qui appartiennent-ils ? C’est à ces questions que ce colloque invite à réfléchir.

Continuer la lecture de Appel à communications : Espaces • Sexualités • Pouvoirs