Archives par mot-clé : pouvoirs

Appel à contributions : Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique (UPHF, Valenciennes, UMONS, Mons)

Appel à contributions : « Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique »

Colloque organisé par l’Université Polytechnique Hauts de France (UPHF, Valenciennes) et Université de Mons (UMONS)

13 et 14 octobre 2022

Échéance des propositions : 1er novembre 2021

L’Université Polytechnique Hauts de France (Valenciennes, UPHF) et l’Université de Mons (UMONS) organisent un colloque sur le thème « Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique », les jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022 à Valenciennes et Mons, à raison d’une journée sur chaque site (date exacte sur chaque site fixée ultérieurement).

Présentation du thème

Parmi les liens entre arts et politique, le rapport du cinéma à l’univers politique1 a fait l’objet de plusieurs études, de même que ceux de la musique ou, plus récemment, des séries télévisées2. En revanche, la contribution de la bande dessinée et des comics au champ politique souffre encore d’un manque d’examen, ou de reconnaissance en tant qu’objet d’étude scientifique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique (UPHF, Valenciennes, UMONS, Mons)

  1. On dénommera ainsi l’ensemble composé du politique (espace de débat sur l’avenir du groupe social) et de la politique (arène symbolique de compétition pour le pouvoir). []
  2. Par exemple, Lefebvre Rémi et Taïeb Emmanuel (dir.), Séries politiques. Le pouvoir entre fiction et vérité, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2020. []

Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Colloque Stella Incognita : « Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction »

6-7-8 avril 2022

Université de Reims Champagne-Ardenne

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Champ d’exploration de tous les possibles, technologiques, scientifiques, mais aussi sociétaux, politiques, écologiques et philosophiques, la science-fiction s’est dès son origine posé la question des pouvoirs et des responsabilités, ainsi que des cas de conscience provoqués par des décisions lourdes de conséquences.

Premier roman de proto SF, Frankenstein repense les rapports entre créateur et créature à l’aune des possibilités scientifiques. Le savant (fou ou éclairé ?) a-t-il le droit de donner naissance à la créature qu’il a le pouvoir de concevoir ? Doit-il la détruire quand il se rend compte des conséquences de son ambition démesurée, du défi qu’il a lancé aux lois naturelles et aux dieux ? Des monstres de H.G. Wells (le Dr Moreau) aux clones de la SF moderne (J.-M. Truong), en passant par les hybrides et les cyborgs (Homme-Plus, F. Pohl) aux hommes augmentés du post-humanisme (J. Varley), la question de la faisabilité est aussitôt doublée d’un questionnement moral et éthique, car ainsi que l’écrivait Rabelais, « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Le pouvoir, qu’il soit réel ou provisoirement du domaine de l’imaginaire, met les héros des récits de SF devant un dilemme qui, schématiquement, revient à se poser la question du bien et du mal, face aux tentations que propose le côté obscur du pouvoir, qu’il soit politique (dérives totalitaires), religieux (endoctrinement), intime (rapport des genres, emprise, domination sexuelle), professionnel (organisation du travail, hiérarchie) ou scientifique (création de chimères mutantes, de fléaux biologiques, d’armes de destruction totale), les boîtes à outils des savants s’avérant autant de boîtes de Pandore, et les progrès technologiques source inépuisable de questionnement quant à leur bon usage (voir la série Black Mirror).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Appel à communications : Espaces • Sexualités • Pouvoirs

Appel à communications

Colloque international Espaces • Sexualités • Pouvoirs. Représentations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Sherbrooke, Campus de Longueuil

28-29-30 avril 2022

Organisé par Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke), Nicole Côté (Université de Sherbrooke), Lori Saint-Martin (Université du Québec à Montréal) et Charlotte Comtois (Université de Sherbrooke)

Échéance : 1er septembre 2021

APPEL

Depuis le début du 21e siècle, les représentations littéraires, artistiques et médiatiques de la sexualité, autrefois cantonnées dans les créneaux érotiques et pornographiques, se multiplient et s’inscrivent désormais dans un champ élargi. Se multiplient parallèlement les conceptions mêmes de la sexualité, désormais conjuguée au pluriel. D’un régime hétérosexuel hégémonique, nous sommes passés à un régime où des sexualités longtemps minorisées, stigmatisées et rejetées s’affichent sans plus de honte, troublant l’ordre canonique du sexe/genre/désir qu’a décrit Judith Butler (2005).

De nouveaux regards portés sur « la » sexualité viennent par ailleurs concurrencer les conceptions naturalistes qui justifiaient le vieux régime. Il est admis que la sexualité a affaire au pouvoir (Foucault), et qu’elle circule sous formes de « scripts » dans l’espace social et culturel (Gagnon). Ce pouvoir, à son tour, circule entre les sujets, lesquels sont façonnés par maints dispositifs, dont l’espace, qui leur assignent les positions qu’ils doivent occuper ; les sujets, en retour, ont le pouvoir de modifier les usages spatiaux. Ainsi, dans les représentations littéraires, artistiques et médiatiques, la sexualité apparaît comme un motif privilégié pour saisir les dynamiques de pouvoir, notamment parce que ces représentations rendent patent le dispositif des espaces/lieux qui les avaient jusque-là déterminées.

De fait, les femmes (cis et trans) ainsi que les personnes issues de la diversité sexuelle et de genre ont investi non seulement les espaces autrefois interdits mais également le champ des représentations sexuelles, autrefois réservé aux hommes. Dès lors, il n’est pas étonnant que les représentations littéraires, artistiques et médiatiques participent à cet éclatement des sexualités, au rejet féroce de l’hétéronormativité et à la multiplication des perspectives ancrées dans celle des espaces où les lignes de pouvoir se fractionnent, se dispersent et s’étoilent. C’est donc sur la question spécifique de la ou des sexualités dans leur rapport aux espaces que portera le colloque.

Quels changements entraînent les nouvelles logiques distributives du pouvoir et des espaces – référentiels ou imaginaires, utopiques ou dystopiques ? Quelles reconfigurations sont occasionnées par le changement de régime évoqué plus haut ? Quels effets ces logiques ont-elles sur les représentations ? À quelles textualités, quelles images, quels scénarios donnent-elles forme ? Quelles nouvelles territorialités émergent ? Comment des identités inédites reconfigurent-elles les pratiques sexuelles dans un espace donné ? Considérant que le partage des espaces est toujours négocié en fonction de différents marqueurs qui pondèrent l’identité (race, classe sociale, âge, appartenance ethnique et religieuse) et lui confèrent plus ou moins de pouvoir, que nous dit cette distribution du pouvoir entre les sexes/genres/orientations sexuelles à travers ces configurations spatiales, notamment la mise en espace de la sexualité ? Est-il possible de penser la sexualité hors des asymétries de genre, dans une économie de la réciprocité ? Quels lieux sont réservés aux pratiques sexuelles et à qui appartiennent-ils ? C’est à ces questions que ce colloque invite à réfléchir.

Continuer la lecture de Appel à communications : Espaces • Sexualités • Pouvoirs