Archives par mot-clé : postmodernisme

Appel: Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne (popenstock)

Appel

Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne

A l’occasion du cinquantième anniversaire de la projection sur les écrans du film de Kubrick adaptant Lolita de Nabokov, nous voudrions nous pencher sur les représentations culturelles des jeunes filles dans les fictions narratives – littéraires, cinématographiques, télévisuelles et autres – des ancêtres de cette oeuvre fondatrice à notre ère hypermoderne. Lointaines héritières des pueri delicati et des doctæ puellæ romaines, ces jeunes filles couvrent  une vaste gamme, des blondes « petites demoiselles » angéliques du romantisme jusques aux lolitas-trash d’aujourd’hui (Taylor Momsen, Vanessa Hudgens, Lindsay Lohan, etc.) qui inondent les émissions de télé-réalité aussi bien que les placards publicitaires ornant nos abribus et nos couloirs de métro – en passant par les nymphettes, les femmes-enfants, les lolycéennes gainsbouriennes, les mean girls américaines, les media lolitas nippones. Né, avec l’érotisme libertin des Lumières, de débris anciens, le type de la jeune fille délurée, friponne et lascive triomphe aujourd’hui : elle est le bel emblème de la société de consommation dirigée de notre culture de masse, une jolie icône de l’érotisme et de la pornographie autant qu’une figure centrale de la littérature savante. Tour à tour funeste, énigmatique et salvatrice, l’adolescente dégourdie est toujours désirable même lorsqu’elle est criminelle, non seulement parce qu’elle est fraîche et ravissante, mais aussi parce qu’elle détient le pouvoir fabuleux de ressusciter le passé et d’apaiser la crainte de l’avenir.

Les propositions ou contributions sur ce thème, d’ampleur assez libre (à partir de 3000 mots), sont à adresser à sebastien.hubier@univ-reims.fr ou à sebastien.hubier@sciences-po.org.

Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration.

http://popenstock.ca/dossier/lolita-de-nabokov-la-trashitude-hypermoderne

Parution: Stephan Kraitsowits, J. G. Ballard – Inventer la réalité

Stephan Kraitsowits, J. G. Ballard – Inventer la réalité

Publications des universités de Rouen et du Havre, 2012.

214 p.

EAN 9782877755337

15,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

Le regard qu’offrent les romans de James Graham Ballard sur l’époque actuelle et sur la littérature britannique contemporaine fait de cet auteur britannique né à Shanghai l’un des commentateurs indispensables de notre temps. A la fois post-apocalyptique, post-coloniale et post-moderne, sa vision particulière est exposée grâce à une étude attentive des dimensions générique, biographique et symbolique de quatre romans plus particulièrement représentatifs de son oeuvre. Des analyses détaillées d’extraits de ces mêmes ouvrages permettent ensuite de retrouver, au plus près du texte, les composants structurants de l’oeuvre romanesque de l’auteur. Enfin, les spécificités du texte ballardien sont à nouveau étudiées à travers l’examen des adaptations filmiques de ses romans.

Sommaire :

Note liminaire

Introduction
Des classements génériques successifs ;
Découpages et redécoupages chronologiques ;
Points de scintillation.

Chapitre I
L’hyperesthétique générique de J. G. Ballard

The Drowned World : une caricature science-fictive ;
Empire of the Sun : les duperies du récit autobiographique ;
Running Wild : pastiche du roman à énigme ;
Note conclusive : l’hyperesthétique générique de Ballard.

Chapitre II
La mort, une impression de déjà-vu

The Drowned World : l’impossible consolation par la science-fiction ;
The Unlimited Dream Company : le surréalisme comme sublimation esthétique de la mort ;
Empire of the Sun : le souvenir de la mort ;
Running Wild : la mort comme fait divers ;
Note conclusive : dire la mort.

Chapitre III
La symbolique intime des textes ballardiens

Le passé englouti ;
L’avenir asséché ;
La plage du présent ;
Le feu sublime ;
Note conclusive : la mythopoïétique ballardienne.

Chapitre IV
Lectures détaillées

The Drowned World : l’engloutissement de Leicester Square ;
The Unlimited Dream Company : l’étourneau étranglé ;
Empire of the Sun : le cinéma en plein air ;
Running Wild : le village de Pangbourne.

Chapitre V
Ballard au cinéma

Du texte au film, aménagements et réagencements ;
Une imagination artistique partagée ;
Note conclusive : un cinéma ballardien.

Conclusion générale
Bibliographie commentée

Stephan Kraitsowits est Maître de Conférences à l’Université de Picardie – Jules Verne. Traducteur, il a publié de nombreux articles sur J.G. Ballard.