Archives par mot-clé : postmodernisme

Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Colloque international : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme

Université du Québec à Montréal, 17-19 mai 2023

Organisé par Elaine Després, Gina Cortopassi, Hélène Machinal, Antonio Dominguez Leiva et Jean-François Chassay

Si nos perceptions et nos représentations du temps ont longtemps été stables, elles se sont diversifiés et complexifiés depuis le 19e siècle. Les révolutions industrielles, du transport et des communications nous ont d’abord fait entrer dans le temps accéléré et irrémédiablement tourné vers l’avenir de l’idéologie progressiste. Puis, au 20e siècle, la physique théorique a proposé une relativisation du temps, sa courbure et son maillage avec l’espace, un temps cosmique qui n’a plus rien d’humain et qui donne le vertige. C’est également le siècle de la Seconde Guerre mondiale et son temps de la fin de l’humanité; la fin des empires coloniaux et de son temps universel; la fin de la guerre froide et celle de l’Histoire, selon les vainqueurs néo-libéraux; mais aussi la fin des grands récits et la déconstruction temporelle postmoderniste. Au 21e siècle, le présentisme s’est imposé avec l’arrivée du numérique et des écrans, sans compter la pandémie actuelle dont l’impact sur notre rapport au temps est encore à étudier. Il s’agit là d’un portrait incomplet, mais il montre la complexité de ce qui est en jeu : plutôt que de se succéder, ces changements s’additionnent et demeurent bien prégnants. Ce n’est donc pas un hasard si l’émergence et la montée en popularité des représentations alternatives du temps débute également au 19e siècle. Alors que la solidité du réel s’effrite et que le temps apparaît de moins en moins linéaire, que le rapport au passé, au présent et au futur se fait incertain, l’imaginaire devient l’interface idéale pour l’appréhender, et les différentes formes de fiction et de représentation contemporaines lui offrent un support parfait.

En 1857, le philosophe Charles Renouvier invente le terme « uchronie » – cette « utopie dans l’Histoire » – et marque la naissance d’un genre qui fleurit autant chez les philosophes politiques que chez les littéraires, un genre qui nous ramène aux fondements mêmes de la fiction en posant la question : « Et si… ? ». L’uchronie déplace l’utopie spatiale vers une nouvelle frontière, celle du temps, et comme l’utopie, elle est politique dès le départ. Au 19e siècle, les uchronies permettent d’imaginer ce que serait le monde occidental si l’Empire romain ne s’était pas écroulé, si Napoléon avait vaincu, si les rois n’avaient pas perdu la tête, mais au 20e siècle, elles se déplacent vers un point de divergence uchronique quasi unique qui obsède, qui apparaît comme le temps zéro de notre époque : la fin de la Seconde Guerre mondiale. La très vaste majorité des uchronies récentes imaginent ce que serait notre présent après une victoire nazie, si Hitler était mort plus tôt ou s’il était devenu un artiste. Si l’on parle de « ground zero » dans l’imaginaire de la fin (pour parler de la bombe nucléaire ou des attaques du 11 septembre), l’imaginaire uchronique diverge à partir d’un « temps zéro » qui se situe souvent en 1945. Ce choix pourrait s’expliquer de plusieurs manières : une vraie impression qu’il s’agit là d’un moment de basculement majeur; la peur d’un retour du fascisme aujourd’hui; la nostalgie d’une époque sans ambiguïté morale, etc. Aujourd’hui, l’uchronie prend plusieurs formes : individuelle, explorant les enjeux des choix personnels et leurs contingences; économique (Sagan); ou culturelle. Dans ce dernier cas, elle peut offrir la possibilité de ré-imaginer une version de l’histoire avec, au centre de celle-ci, des acteurs autrement marginalisés dans celle de l’Occident, afin de mettre en exergue et de dé-essentialiser cette marginalité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Parution : Quentin Tarantino and Film Theory. Aesthetics and Dialectics in Late Postmodernity

Frederico Pagello, Quentin Tarantino and Film Theory. Aesthetics and Dialectics in Late Postmodernity, Palgrave Macmilan, 2020. 

This book examines a set of theoretical perspectives that critically engage with the notion of postmodernism, investigating whether this concept is still useful to approach contemporary cinema. This question is explored through a discussion of the films written and directed by Quentin Tarantino, largely regarded as the epitome of postmodern cinema and considered here as theoretical contributions in their own right.  Each chapter first presents key ideas proposed by a specific theorist and then puts them in conversation with Tarantino’s films. Jacques Rancière’s theory of art is used to reject postmodernism’s claims about the ‘death’ of the aesthetic image in contemporary cinema. Fredric Jameson’s and Slavoj Žižek’s dialectical thinking is mobilized to challenge simplistic, ideological readings of postmodern cinema in general, and Tarantino’s films in particular. Finally, the direct influence of Carol Clover’s psychoanalytical approach to the horror genre on Tarantino’s work is discussed to prove the director’s specific contribution to a theoretical understanding of contemporary film aesthetics.

Federico Pagello is Research Fellow in the Department of the Arts at the University of Bologna, Italy. His work on contemporary American film, comics and television, as well as on late 19th and early 20th-century European serial narratives has been published in journals and edited collections in Italian, French and English.

Colloque : Du postmodernisme au posthumanisme. Littérature et cinéma

Du postmodernisme au posthumanisme. Littérature et cinéma et Littérature et cinéma latino-américains  

27 et 28 novembre 2020 

Université de Paris, 10 rue Françoise Dolto, 75013, Salle des thèses 580F. Halle aux Farines

 Le présent colloque s’inscrit dans le prolongement de la journée d’étude « Le Temps du posthumain ? », qui s’est tenue à l’Université de Paris et à Bétonsalon – Centre d’art et de recherche le 2 juin 2017.

La journée du 27 novembre poursuit la réflexion autour du posthumanisme et ses représentations littéraires et cinématographiques, compte tenu de l’évolution de la notion ces dernières années, de sa réception dans les champs philosophique, littéraire et cinématographique, et de ses représentations les plus récentes.

La journée du 28 novembre, consacrée à l’Amérique latine, cherche à introduire le posthumanisme comme un outil épistémologique dans l’étude de la littérature et du cinéma produits dans cette région. Au-delà d’une constatation de la présence des discours du posthumanisme dans des créations latino-américaines, il s’agit de le concevoir moins comme un filtre que comme un horizon critique et comme un instrument de réflexion. Continuer la lecture de Colloque : Du postmodernisme au posthumanisme. Littérature et cinéma

Appel: Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne (popenstock)

Appel

Lolita, de Nabokov à la trashitude hypermoderne

A l’occasion du cinquantième anniversaire de la projection sur les écrans du film de Kubrick adaptant Lolita de Nabokov, nous voudrions nous pencher sur les représentations culturelles des jeunes filles dans les fictions narratives – littéraires, cinématographiques, télévisuelles et autres – des ancêtres de cette oeuvre fondatrice à notre ère hypermoderne. Lointaines héritières des pueri delicati et des doctæ puellæ romaines, ces jeunes filles couvrent  une vaste gamme, des blondes « petites demoiselles » angéliques du romantisme jusques aux lolitas-trash d’aujourd’hui (Taylor Momsen, Vanessa Hudgens, Lindsay Lohan, etc.) qui inondent les émissions de télé-réalité aussi bien que les placards publicitaires ornant nos abribus et nos couloirs de métro – en passant par les nymphettes, les femmes-enfants, les lolycéennes gainsbouriennes, les mean girls américaines, les media lolitas nippones. Né, avec l’érotisme libertin des Lumières, de débris anciens, le type de la jeune fille délurée, friponne et lascive triomphe aujourd’hui : elle est le bel emblème de la société de consommation dirigée de notre culture de masse, une jolie icône de l’érotisme et de la pornographie autant qu’une figure centrale de la littérature savante. Tour à tour funeste, énigmatique et salvatrice, l’adolescente dégourdie est toujours désirable même lorsqu’elle est criminelle, non seulement parce qu’elle est fraîche et ravissante, mais aussi parce qu’elle détient le pouvoir fabuleux de ressusciter le passé et d’apaiser la crainte de l’avenir.

Les propositions ou contributions sur ce thème, d’ampleur assez libre (à partir de 3000 mots), sont à adresser à sebastien.hubier@univ-reims.fr ou à sebastien.hubier@sciences-po.org.

Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration.

http://popenstock.ca/dossier/lolita-de-nabokov-la-trashitude-hypermoderne

Parution: Stephan Kraitsowits, J. G. Ballard – Inventer la réalité

Stephan Kraitsowits, J. G. Ballard – Inventer la réalité

Publications des universités de Rouen et du Havre, 2012.

214 p.

EAN 9782877755337

15,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

Le regard qu’offrent les romans de James Graham Ballard sur l’époque actuelle et sur la littérature britannique contemporaine fait de cet auteur britannique né à Shanghai l’un des commentateurs indispensables de notre temps. A la fois post-apocalyptique, post-coloniale et post-moderne, sa vision particulière est exposée grâce à une étude attentive des dimensions générique, biographique et symbolique de quatre romans plus particulièrement représentatifs de son oeuvre. Des analyses détaillées d’extraits de ces mêmes ouvrages permettent ensuite de retrouver, au plus près du texte, les composants structurants de l’oeuvre romanesque de l’auteur. Enfin, les spécificités du texte ballardien sont à nouveau étudiées à travers l’examen des adaptations filmiques de ses romans.

Sommaire :

Note liminaire

Introduction
Des classements génériques successifs ;
Découpages et redécoupages chronologiques ;
Points de scintillation.

Chapitre I
L’hyperesthétique générique de J. G. Ballard

The Drowned World : une caricature science-fictive ;
Empire of the Sun : les duperies du récit autobiographique ;
Running Wild : pastiche du roman à énigme ;
Note conclusive : l’hyperesthétique générique de Ballard.

Chapitre II
La mort, une impression de déjà-vu

The Drowned World : l’impossible consolation par la science-fiction ;
The Unlimited Dream Company : le surréalisme comme sublimation esthétique de la mort ;
Empire of the Sun : le souvenir de la mort ;
Running Wild : la mort comme fait divers ;
Note conclusive : dire la mort.

Chapitre III
La symbolique intime des textes ballardiens

Le passé englouti ;
L’avenir asséché ;
La plage du présent ;
Le feu sublime ;
Note conclusive : la mythopoïétique ballardienne.

Chapitre IV
Lectures détaillées

The Drowned World : l’engloutissement de Leicester Square ;
The Unlimited Dream Company : l’étourneau étranglé ;
Empire of the Sun : le cinéma en plein air ;
Running Wild : le village de Pangbourne.

Chapitre V
Ballard au cinéma

Du texte au film, aménagements et réagencements ;
Une imagination artistique partagée ;
Note conclusive : un cinéma ballardien.

Conclusion générale
Bibliographie commentée

Stephan Kraitsowits est Maître de Conférences à l’Université de Picardie – Jules Verne. Traducteur, il a publié de nombreux articles sur J.G. Ballard.