Archives par mot-clé : postcolonial studies

Parution : Penser avec Stuart Hall (Bouyahia, Freitas-Ekué, Ramdani dir.)

Malek Bouyahia, Franck Freitas-Ekué et Karima Ramdani (dir.), Penser avec Stuart Hall, précédé de deux textes inédits de Stuart Hall, La Dispute, 2021

Cet ouvrage collectif présente et examine l’œuvre de Stuart Hall, pionnier des cultural studies, mais aussi théoricien postcolonial de première importance. Les chapitres font alterner des éclairages du contexte théorique, institutionnel et politique du développement de sa pensée, des explications de ses conceptions de la race, de l’hégémonie et des usages contemporains de sa théorie. Cette dernière est mobilisée pour penser notamment le renouveau de la gauche ou encore l’expérience politique des groupes minoritaires.

Le livre est précédé de la traduction de deux textes majeurs de Stuart Hall par Séverine Sofio, au sujet des identités diasporiques et des rapports entre discours et pouvoir dans la période postcoloniale.

Consulter la table des matières.

Avec des contributions de Lotte Arndt, Malek Bouyahia, Maxime Cervulle, James Cohen, Taous Dahmani, Franck Freitas-Ekué, Marc Lenormand, Kolja Lindner, Éric Maigret, Nelly Quemener  et Karima Ramdani.

Parution : Racisme et jeu vidéo (M. Derfoufi)

Mehdi Derfoufi, Racisme et jeu vidéo, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Interventions », 2021

Résumé

En 2007, le monde du jeu vidéo est secoué par une violente polémique au sujet du jeu vidéo Resident Evil 5. Ce dernier est accusé de faire commerce du racisme, en invitant à se glisser dans la peau d’un américain blanc body-buildé, missionné dans une région africaine anonyme, et tuant des dizaines d’hommes et de femmes noires présentées comme de dangereux zombies infectés du virus T. Depuis, la communauté des joueurs et joueuses de jeux vidéo interpelle régulièrement les créateurs et créatrices des jeux sur les questions du racisme et du sexisme.

Dans son ouvrage, Mehdi Derfoufi analyse les rapports de force qui structurent l’industrie du jeu vidéo, dévoilant comment le racisme se niche parfois insidieusement au cœur de scénarios de jeux vidéo à succès. Il nous invite à nous questionner. Quels sont les pays qui pèsent sur les milliards d’euros du marché mondial du jeu vidéo ? Qui sont les game designers et auteurs des jeux ? Comment les représentations racistes sont-elles véhiculées à travers les personnages et les imaginaires vidéoludiques ?

L’auteur nous dévoile avec brio les logiques racialisantes à l’œuvre au sein d’un marché économique très concurrentiel où des stéréotypes exotisants servent régulièrement à faire vendre un jeu. Il nous montre aussi comment la division internationale du travail et la hiérarchie économico-politique Nord/Sud pèse sur le marché du jeu vidéo et ralentit l’émergence de nouvelles représentations. Pourtant, de nombreux espoirs, notamment dans les pays du Sud participent au renouvellement de la culture geek : face aux violences racistes, la riposte s’organise.

Continuer la lecture de Parution : Racisme et jeu vidéo (M. Derfoufi)

Parution : Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture

Christophe Cosker, Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture, L’Harmattan, 2021.

Cet ouvrage propose un aperçu anthologique de la littérature de jeunesse produite par les écrivains métropolitains – wazungu – résidant ou ayant résidé à Mayotte. En choisissant un extrait significatif de chaque œuvre littéraire, selon un ordre du simple vers le complexe, il raconte, en filigrane, une histoire – mahoraise – à celui qui, quel que soit son âge, en tourne les pages.

Indépendamment de son intérêt propre, cet ouvrage permet au lecteur curieux de Mayotte de compléter une cartographie littéraire de l’île dont la littérature coloniale a été explorée dans L’Invention de Mayotte (La Route des Indes, 2019) et la littérature postcoloniale dans Anthologie des lettres francophones à Mayotte (L’Harmattan, 2018).

Continuer la lecture de Parution : Le Livre de jeunesse et Mayotte. Introduction et guide de lecture

Lucia Quaquarelli (Université Paris Nanterre)

Lucia Quaquarelli est maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre (UFR LCE, Département de Langues Étrangères Appliquées), et co-directrice du CRPM (Centre de Recherches Pluridisciplinaires Multilingues ).

Thèmes de recherche
Littérature italienne contemporaine
Etudes postcoloniales et de la migration
Mobilité
Cross/Transmedialité
Culture visuelle
Théorie et pratique de la traduction

CV en ligne 

Appel à propositions : Podcasting Disruptive Voices. New Narratives of Race, Gender & Sexuality

Podcasting Disruptive Voices. New Narratives of Race, Gender & Sexuality

Inspired by Marshall MacLuhan’s pivotal statement that “the medium is the message,” this volume seeks to explore how the emergence of new media has challenged public discourse and epistemological approaches on societal issues in France. While we welcome contributions on new platforms like webseries, online newsletters, YouTube channels, and blogs, the present study will mainly focus on podcasts, which, with their growing popularity, have become a cultural phenomenon in France. In the same way that increased accessibility of the video format supported the feminist and the gay and lesbian movements in the 1970s, by allowing these underrepresented subjects to show images of themselves and politicize their personal lives, podcasts are now considered the platform of choice to give a voice to invisible bodies and communities. Through this medium, minority groups challenge gender normativity, embrace intersectional feminism, and unveil France’s deep-rooted racism (whether systemic, casual, or stereotypical) and its biases. As the title of the section — recently dedicated to this media form in Les Inrocks (14/10/2020) — suggests, podcasts “f[ont] entendre des voix qui n’ont pas été entendues” (allow us to hear voices that have not yet been heard) (23-25).   Continuer la lecture de Appel à propositions : Podcasting Disruptive Voices. New Narratives of Race, Gender & Sexuality

Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colloque à l’Université de Toronto, les 30 avril et 1er mai 2020

Organisé par Isabella Huberman et Isabelle Kirouac Massicotte

Les productions culturelles québécoises, quʼil sʼagisse de la littérature, du cinéma, des séries télévisées, du théâtre ou des arts picturaux, sont traversées par le colonialisme et la race, que ce soit implicitement ou explicitement. Cependant, ces questions demeurent peu étudiées dans les études littéraires québécoises; cʼest le constat que fait Corrie Scott à propos de la race dans De Groulx à Laferrière. Un parcours de la race dans la littérature québécoise (2014). Bien que nous nous situions dans la foulée des travaux de Scott, nous souhaitons ouvrir la discussion à dʼautres genres artistiques et au colonialisme qui, à notre sens, même sʼil se distingue du concept de race, en partage la logique : celle de légitimer la domination et lʼexploitation. Les contributions pourront aborder lʼune ou lʼautre notion, mais les études portant sur lʼintersection du colonialisme et de la race sont également les bienvenues. Bien que notre activité nʼexclut pas les perspectives des créateur.trice.s racisé.e.s et autochtones, elle se concentre sur des œuvres réalisées par des personnes allochtones et blanches, parce que nous considérons que le travail de décolonisation et dʼanti-racisme devrait être la responsabilité de ces dernières, et non le fardeau des premier.ère.s. À lʼinstar de Scott, nous nous intéresserons non seulement à la racisation des Autochtones et des immigrants, mais aussi à celle des Québécois.e.s dit.e.s de souche, quʼil sʼagisse de lʼappropriation du discours racial (lʼexemple de Nègres blancs dʼAmérique de Pierre Vallières est emblématique) ou de la figure du white trash, considéré comme moins que blanc. Nous tenterons notamment de répondre à lʼappel que lance Scott dans lʼintroduction à son ouvrage, à savoir si la production récente affiche une persistance des modèles traditionnels de la race (de lʼabsence à la stéréotypie) ou encore si elle présente des changements. Du côté du colonialisme, il sera question de déterminer sʼil est présenté comme une condition du progrès, ou encore sʼil est problématisé. Que ce soit en révisant les classiques ou en sʼattardant à des œuvres de lʼextrême contemporain, il sʼagira dʼétudier le colonialisme et la race sous toutes leurs coutures. Lʼévénement se déroulera en français. À titre informatif, voici certains thèmes qui pourraient être abordés : Continuer la lecture de Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Parution : Postcolonialism and Migration in French Comics

Mark McKinney, Postcolonialism and Migration in French Comics, Leuven University Press, 2020. 

Profound analysis of French comics through a postcolonial lens
Postcolonialism and migration are major themes in contemporary French comics and have roots in the Algerian War (1954–62), antiracist struggle, and mass migration to France. This volume studies comics from the end of the formal dismantling of French colonial empire in 1962 up to the present. French cartoonists of ethnic-minority and immigrant heritage are a major focus, including Zeina Abirached (Lebanon), Yvan Alagbé (Benin), Baru (Italy), Enki Bilal (former Yugoslavia), Farid Boudjellal (Algeria and Armenia), José Jover (Spain), Larbi Mechkour (Algeria), and Roland Monpierre (Guadeloupe). The author analyzes comics representing a gamut of perspectives on immigration and postcolonial ethnic minorities, ranging from staunch defense to violent rejection. Individual chapters are dedicated to specific artists, artistic collectives, comics, or themes, including avant-gardism, undocumented migrants in comics, and racism in far-right comics.  

This publication is GPRC-labeled (Guaranteed Peer-Reviewed Content).

Mark McKinney is Professor of French at Miami University in Oxford, Ohio, USA. He has written ‘The Colonial Heritage of French Comics’ (Liverpool University Press, 2011) and ‘Redrawing French Empire in Comics’ (2013). He coedited ‘Post-Colonial Cultures in France’ (Routledge, 1997) with Alec G. Hargreaves. He edited ‘History and Politics in French-Language Comics and Graphic Novels’ (University Press of Mississippi, 2008). He cofounded and coedited the journal ‘European Comic Art’ with Laurence Grove and Ann Miller.

Arielle Nganso (Université de Limoges)

Arielle NGANSO est actuellement Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’université de Limoges. Elle y prépare également une thèse portant sur les circulations musicales entre la France, l’Afrique centrale et les États-Unis sous la direction de Loic Artiaga et de Till Kuhnle. Elle est membre du laboratoire EHIC (Espaces humains et interactions culturelles) de l’Université de Limoges et fait partie du réseau de chercheurs du projet Transatlantic Cultures qui vise à la réalisation d’un Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique : une encyclopédie numérique éditée en ligne et en quatre langues (anglais, français, portugais, espagnol), destinée à analyser les dynamiques circulatoires dans l’espace atlantique et à comprendre le rôle de ce dernier dans le processus de mondialisation contemporain. Ses principaux champs de recherches portent sur les transferts culturels, l’histoire culturelle de l’Afrique centrale contemporaine, les postcolonial studies, la Francophonie, le patrimoine immatériel africain, la production et la diffusion des musiques urbaines africaines en France, l’identité. Continuer la lecture de Arielle Nganso (Université de Limoges)

Parution: Le polar africain

polar africain

Le Polar africain

Textes édités par Bernard De Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari.
Metz : Centre de recherches « Ecritures », coll. Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n°8, 2013, 260 p. – ISBN : 978-2-917403-23-5.

La distinction jadis entretenue entre la littérature et une « paralittérature » qui serait sans intérêt, – caractérisée par le fait divers et par un lectorat peu instruit ou pressé, – est aujourd’hui caduque. Sans doute la critique a-t-elle longtemps été abusée par l’origine populaire des premiers auteurs ou bien par les thèmes abordés, négligeant le travail de création et l’imaginaire mis en œuvre.
Les contributeurs du présent ouvrage, attentifs à l’évolution du genre policier et à ses développements, singulièrement dans le champ francophone, éclairent le corpus récent du roman policier africain à partir de plusieurs perspectives : histoire littéraire, poétique, réception, herméneutique, etc. Ils mettent en évidence la singulière créativité d’auteurs comme Bolya Baenga, Achille Ngoye, Modibo Sounkalo Keita, Mongo Beti ou Alain Mabanckou et prennent la mesure d’un genre en pleine évolution dans toutes ses dimensions littéraire, sociologique, anthropologique et politique.
Quels sont les enjeux profonds de la réappropriation, par les auteurs du continent africain ou de ses diasporas, du genre policier, associé par Jacques Dubois à l’idée de « modernité » ? Y a-t-il une spécificité africaine du genre, ou cette appropriation signifierait-elle que les littératures africaines rejoignent ainsi, simplement, les pratiques les plus répandues de la littérature contemporaine ? Quelles valeurs, de conformité à l’ordre social ou au contraire de protestation et de résistance, sont-elles ainsi mises en œuvre ?
Table des matières
Bernard De Meyer & Sylvère Mbondobari
Introduction…………………………………………………………………………………………………………………………………. 5
Daniel Delas
Le polar africain. Pour cartographier un continent……………………………………………………………………. 17
Sylvère Mbondobari & Bernard De Meyer
Polars d’Afrique noire francophone : influences et confluences………………………………………………. 43
Pierre Halen
Des énigmes criminelles dans le contexte de l’ère coloniale finissante :
une lecture policière de La Termitière de Daniel Gillès…………………………………………………………… 61
Florian Alix
Le polar satirique postcolonial : Driss Chraïbi et Mongo Beti…………………………………………………… 81
Susanne Gehrmann
L’enquête comme quête du savoir. Les usages du roman policier
chez Boubacar Boris Diop………………………………………………………………………………………………………. 105
J.-J. Rousseau Tandia Mouafou
Pour une sociopoétique des valeurs dans le polar d’Afrique francophone……………………………. 127
Bernard De Meyer & Guilioh Merlain Vokeng Ngnintedem
Le polar d’Afrique francophone comme (ré)écriture de l’histoire.
À propos des dernières œuvres de Mongo Beti…………………………………………………………………….. 145
Sylvère Mbondobari
Les lieux de l’immigration dans le roman policier africain postcolonial…………………………………. 157
Thorsten Schüller
L’« africanisation » des genres (para-)littéraires.
La déconstruction du roman policier chez Théo Ananissoh et Alain Mabanckou…………………. 179
Katia Meintel
Le sorcier enquêteur : le roman policier et la magie en Afrique francophone……………………….. 195
Karen Ferreira-Meyers
Le roman policier africain et les arts de l’oralité en Afrique :
deux mondes parallèles ?………………………………………………………………………………………………………. 217
Thérèse De Raedt
Entretien avec Abasse Ndione……………………………………………………………………………………………….. 235
Le roman policier d’Afrique noire francophone
(bibliographie succincte)………………………………………………………………………………………………………… 251