Archives par mot-clé : postcolonial studies

Parution : La représentation de la ville dans la littérature et les arts

Complexus, n° 3, « La représentation de la ville dans la littérature et les arts  » volume 2, mai  2024.

Ce volume continue l’exploration commencée dans le numéro précédent, en présentant la diversité et la richesse des représentations urbaines à travers diverses perspectives littéraires et artistiques.

Contributions :

Bara NDIAYE (Sénégal) : « Quand la ville inspire Baudelaire, tout est entre « la boue » et « l’or » »
John Vernon MIKELET (France) : « Considération de la ville dans les dystopies postmodernes d’Afrique centrale des années 2000 »
Shayma SAIDANI (Tunisie) : « La ville comme espace criminogène dans les romans de l’écrivain français Georges Bernanos » Continuer la lecture de Parution : La représentation de la ville dans la littérature et les arts

Florian Alix (Sorbonne Université)

Florian Alix est maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne-Université, rattaché au CIEF / CELLF – UMR 8599. Spécialiste en études francophones, il travaille sur les relations entre littérature et savoir au Maghreb, en Afrique subsaharienne et aux Antilles. Il oriente aujourd’hui ses travaux en études de genre. Il s’intéresse également au rap francophone.

Sélection de publications 

  • L’Essai postcolonial. Poétique de l’entreglose, Paris, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2022.
  • Avec Evelyne Lloze et Romuald Fonkoua (dir.), Poésies des francophonies : état des lieux (1960-2020), Paris, Hermann, coll. « Vertige de la langue », 2022.
  • « “Stendhal me connaît pas”. Reconnaissances littéraires et pratiques transmédiales dans le rap français », XXI/XX Reconnaissances littéraires, n°1, 2020, p. 187-207. Ressource en ligne : https://classiques-garnier.com/xxi-xx-2020-1-reconnaissances-litteraires-reconnaissances-stendhal-me-connait-pas.html
  • Avec Lise Gauvin et Romuald Fonkoua (dir.), Penser le roman francophone contemporain, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2020. Open access : https://pum.umontreal.ca/catalogue/penser_le_roman_francophone_contemporain.
  • « Le terroriste et la culture : roman d’espionnage et intertextualité savante chez Wajdi Mouawad, Abdourahman A. Waberi et Dominique Eddé », in Elara Bertho, Catherine Brun et Xavier Garnier (dir.), Figurer le terroriste. La littérature au défi, Paris, Karthala, 2021, p. 231-242.
  • « Césaire au micro d’Edouard Maunick. Topographie d’une œuvre, diffraction d’une parole », dans « L’entretien d’écrivain à la radio », textes réunis par Pierre-Marie Héron et David Martens, Komodo 21, 8/2018, Open access http://komodo21.fr/cesaire-micro-dedouard-maunick-topographie-dune-oeuvre-diffraction-dune-parole/.
  • « Le polar satirique postcolonial », in Bernard de Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari (dir.), Le Polar africain, Metz, Centre de recherche « Écritures » – coll. « Littératures des mondes contemporains – série Afriques », n°8, 2013, pp. 81-104.
  • Avec le collectif Write Back (dir.), Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2013.

CV en ligne (HAL)

 

Appel à communications : The Uncanny in Language, Literature and Culture

International Conference

17-18 August 2024 – London/Online

organised by London Centre for Interdisciplinary Research

The twentieth-century literature and culture tended to explore and to celebrate subjectivity. But this tendency did not mean the turn to the self, but beyond the self, or as Charles Taylor puts it, “to a fragmentation of experience which calls our ordinary notions of identity into question”. 

In his attempts to define the uncanny Freud asserted that it is undoubtedly related to what is frightening – to what arouses dread and horror. It may be something domestic but at the same time unfriendly, dangerous, something that sets the sense of insecurity within the four walls of one’s house. “Persons, things, sense-impressions, experiences and situations which are known and long familiar arouse in us the feeling of danger, fear and even horror. Everyday objects may suddenly lose their familiar side, and become messengers”.

The uncanny suggests an unsettling of the feeling of comfort and reassurance in one’s home, but also in oneself. Architecture takes the place of psychology (Kreilkamp). The perturbed relationship between the characters and their familiar world, the troubled sense of home and self-certainty is a result of a traumatic experience of loss.

In the new literary and artistic discourse authors tend to depict the new human being, “psychologically deep and multi-layered, fragmentary, floating on sensation and consciousness, fed by their random thoughts and their half-conscious dream worlds” (Bradbury). The new style relies on fragments, breaks, ellipses and disrupted linearity of the narration. It serves to convey the idea of the fractured character of modern time and fragmentariness and allusiveness of subconscious thought. As “an externalization of consciousness”, the uncanny becomes a meta-concept for modernity with its disintegration of time, space and self.

Continuer la lecture de Appel à communications : The Uncanny in Language, Literature and Culture

Appel à communications : Confluences littéraires québécoises. Aspects inter- et transculturels de l’extrême contemporain au Québec (Passau, Allemagne)

Confluences littéraires québécoises – Aspects inter- et transculturels de l’extrême contemporain au Québec

Université de Passau, Allemagne

Date d’échéance : 31 janvier 2024

Texte de l’appel :

14e Congrès de l’Association allemande des Francoromanistes

“Confluences: croisements et convergences”.

Section “Confluences littéraires québécoises – Aspects inter- et transculturels de l’extrême contemporain au Québec”.

L’identité culturelle quant à elle est un processus plus fluide qui évolue de lui-même et qu’il ne faut pas tant percevoir en termes d’héritage du passé qu’en termes de projet d’avenir. UNESCO (2009) Investir dans la diversité culturelle et le dialogue interculturel. Paris, Rapport mondial de l’UNESCO (résumé), 7.

En 2009, l’UNESCO a choisi de recourir, non par hasard, à une sémantique fluide pour souligner le dynamisme et la prospective des négociations des identités culturelles postcoloniales et postmigratoires des issues à la fois des individus et collectifs, et qui s’expriment par des processus complexes. Il existe déjà de nombreux concepts tels que le mestizaje, la créolisation et l’hybridité, la transculturalité, la perméabilité et l’interpénétration, la fluidité et l’émergence, les croisements (par exemple dans les mémoires croisées) et les palimpsestes, les rhizomes, les structures en archipel et la relationnalité, la transformation et la transmutation. Continuer la lecture de Appel à communications : Confluences littéraires québécoises. Aspects inter- et transculturels de l’extrême contemporain au Québec (Passau, Allemagne)

Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives

Revue Interculturel Francophonies

Date d’échéance : 15 septembre 2024

Texte de l’appel : 

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires. Continuer la lecture de Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Appel à communications : Ce que Le Tour du monde en quatre-vingts jours a changé au monde (Amiens)

Ce que Le Tour du monde en quatre-vingts jours à changé au monde

17-18 octobre 2024

Université de Picardie Jules Verne, Amiens

Date d’échéance : 15 mai 2024

Colloque porté par l’équipe « Roman & romanesque » du laboratoire CERCLL (UPJV), et co-organisé par l’Université de Genève (UNIGE), dans le cadre du programme de recherche du Fonds National de la Recherche Scientifique Suisse (FNRS) dédié aux Premiers globetrotters et tours du monde touristiques (1869-1914), dirigé par le Prof. Jean-François Staszak (UNIGE, département de géographie).

Texte de l’appel

En 1870, George Francis Train, homme d’affaires américain, responsable de l’Union Pacific Railroad, accomplit son premier tour du monde ; le 26 septembre 1872, Thomas Cook organise le premier tour du monde à forfait : Jules Verne, lorsqu’il écrit Le Tour du monde en quatre-vingts jours, n’invente donc rien. Son roman n’en connaît pas moins un retentissement qui constitue sans doute sa véritable dimension «extraordinaire ». Dès les années qui suivent sa publication, des voyageurs se lancent sur les traces de Phileas Fogg : c’est le cas de Nellie Bly, journaliste américaine qui réalise en 1889-1890 le tour du monde en 72 jours, celui encore de Gaston Stiegler, qui en 1901 l’achève en 63 jours. Tous deux, témoins du caractère séminal du roman dans leur parcours, rendent visite à Jules Verne dans sa maison d’Amiens. Continuer la lecture de Appel à communications : Ce que Le Tour du monde en quatre-vingts jours a changé au monde (Amiens)

Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

Journée d’études : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales

7 juin 2022, Maison de la Recherche, Sorbonne Université

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Quoi de commun entre un meurtrier en cavale, Karaba la sorcière, un dictateur sans scrupule, une mère infanticide, un terroriste et des ogres ? Incarnations de pulsions négatives, d’une violence hyperbolique, d’une marginalité sociale et morale, le méchant et la méchante parcourent les fictions littéraires, habitent les imaginaires et interrogent le rapport de l’être humain au mal. 

Empruntée à la réflexion sur la littérature de jeunesse et le conte, la catégorie des «méchant·es » permet de penser la relation entre la construction du personnage et l’éthique ainsi que d’interroger les valeurs du héros lorsqu’il est confronté à une figure-repoussoir. « Si les enfants ont besoin, pour trouver leur place dans un conte, de savoir qui sont les ‘‘bons’’ et les ‘‘méchants’’, indique Vincent Jouve, les lecteurs adultes cherchent à ‘‘situer’’ le plus vite possible les personnages d’un récit.1 » Le critique souligne ainsi le rôle structurant du positionnement éthique des personnages fictifs.

 Dans les littératures francophones et postcoloniales, le rôle éthique du personnage possède une force et un sens particuliers. En tant qu’elles interrogent les catastrophes passées, ces littératures se confrontent, en effet, aux formes de la violence, de la domination et du mal produites par l’Histoire : esclavage, colonisation, guerre, génocides, terrorisme… En mettant en scène des figures de méchant·es dans les œuvres, les écrivains et les écrivaines francophones cherchent à penser la question de la responsabilité à partir d’un réel où s’inscrit une histoire de dépossession et de destruction.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

  1. Vincent Jouve, Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001, p. 10. []

Marion Coste

Marion Coste est spécialiste des relations entre littérature et musique, dans des contextes français ou francophones. Elle s’intéresse en particulier au rap, proposant de comprendre ce genre comme une forme de « neolittérature » (Nachtergael) qui associe littérature, musique et images filmées. Elle travaille actuellement avec Cyril Vettorato et Hector Jenny sur le « flow », c’est-à-dire la façon dont les MC musicalisent leur façon de parler, et qui fait office de signature artistique : ils préparent ensemble un colloque sur ce thème qui se tiendra en novembre 2022.

Elle étudie particulièrement les œuvres de rappeuses françaises et francophones, ainsi que des rappeur.euse.s queer dans une perspective de genre et postcoloniale (Casey, Meryl, Shay, Moonaya, K T Gorique, Lala &ce, Nyoko Bokbaé, Illustre).

Appel à contributions : “Crossing drawn borders: bande dessinée et migration” (Scritture migranti 16/2022 Special issue)

Scritture migranti 16/2022 – EN/FR/IT – Special issue – Crossing drawn borders: bande dessinée et migration

Échéance des propositions : 28 février 2022

FR:

Ce numéro spécial de Scritture migranti vise à explorer la représentation des récits de migration dans la bande dessinée.

La production de bandes dessinées traitant du thème de la migration est en plein dynamisme. Les graphic memoirs, les autobiographies, le BD reportage et les romans ethnographiques – pour ne citer que quelques genres – se sont fréquemment emparés des expériences de migration internationale passées et contemporaines. Une production aussi vaste et florissante invite à réfléchir sur le rôle de la bande dessinée comme support spécifique pour raconter les phénomènes migratoires, et encourage une exploration plus approfondie de la manière dont les nouvelles connaissances sur la migration peuvent circuler par le biais de la bande dessinée. Des études récentes ont abordé le sujet sous différents angles, comme la mémoire et la représentation de l’expérience des migrant·e·s (Serrano 2021), le postcolonialisme (McKinney 2021), les récits autobiographiques et mémoriels (Nabizadeh 2019), les passés traumatiques (Davies et Rifkind 2020), les aspects émotionnels (Humphrey 2017), la politique et l’esthétique (Earle 2020 ; Nabizadeh 2014), les topographies (Rifkind 2017) et les braided geographies (Davies 2019).  

Nous sommes donc intéressés par un large éventail de contributions qui explorent davantage l’intersection entre la bande dessinée et la migration, et qui étudient la manière dont la bande dessinée attire l’attention sur les problèmes urgents de la migration. Nous accueillons donc des propositions issues de différents contextes disciplinaires pour étudier la manière dont les causes, les mécanismes et la dynamique de la migration sont représentés dans les bandes dessinées. Afin de mieux comprendre comment les bandes dessinées contribuent à forger notre connaissance de la migration, nous accueillons des propositions sur la bande dessinée et la migration déclinées en trois axes principaux :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Crossing drawn borders: bande dessinée et migration” (Scritture migranti 16/2022 Special issue)

Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre)

Doctorante en Littérature française et Littératures francophones à l’Université degli Studi Roma Tre

Sujet de thèse

Les rapports entre rap et littérature, théorisés et analysés dans une perspective médiologique et postcoloniale.

Thèmes de recherche

Musique et littérature, littératures de la migration, intermédialite, transmédialité, études postcoloniales

Formation

  • Novembre 2019-Présent, Rome : Doctorat en Littératures française et francophones (Università degli Studi Roma Tre)
  • 2019, Rome-Paris : Double Master 2 Recherche en Littérature comparée (Università degli Studi di Roma La Sapienza – Université Paris-Sorbonne Paris IV)
  • 2017, Rome : Licence en Lettres modernes (Università degli Studi Roma Tre)
  • Erasmus+ auprès de l’Université Sorbonne Nouvelle

Publications

  • « Gaël Faye : le rappeur des deux continents », Ponti/Ponts, n° 20, 2020, pp. 35-58.
  • « Leïla Houari : une poésie de l’entre-deux », Dialogues Francophones, n° 24, 2020, pp. 61-79.
  • « La visione transnazionale di due scrittrici italo-quebecchesi: Mary Melfi e Bianca Zagolin », Novecento transnazionale, vol. 5, n° 2, 2020, pp. 213-228.
  • « Gravures de sons : la mémoire coloniale dans le rap de Médine », Al-Mukhatabat, n° 41, 2022, pp. 265-282.
  • À paraitre : « Abd Al Malik : quand le rap actualise la littérature », Interculturel Francophonies, n° 23, février 2022.

Communications

  • Conférence francophone interdisciplinaire internationale Migrations & Minorités, 14-16 octobre 2021, Université de Galati.
  • Communication : « Gravures de sons : la mémoire coloniale dans le rap de Médine ».

Page personnelle (Academia)