Archives par mot-clé : post-apocalyptique

Journée d’étude: Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux (Besançon)

Journée d’étude: Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux

8 avril 2022

Salle 0302, bâtiment 3, UFR STAPS, 31 Chemin de l’Épitaphe, 25 000 Besançon

Organisé par Clémentine Hougue, Sébastien Haissat et Audrey Tuaillon Demésy

Cette journée d’étude s’inscrit dans le programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs), financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR19-CE27-0008)

Programme

(Version pdf à télécharger)

9h00 : Accueil des participants
9h30 : Mots de bienvenue et introduction du colloque (Clémentine Hougue, Sébastien Haissat et Audrey Tuaillon Demésy)

Session 1 – L’expression de rapports de domination en contexte postapocalyptique
Modérateur : Sébastien Haissat

9h45 : Nicolas Bué (Université d’Artois, CERAPS) et Nicolas Kaciaf (IEP de Lille, CERAPS) : « “On n’est pas asservis par les morts”. Rapports de domination et contexte apocalyptique dans The Walking Dead. »

10h15 : Célia Jacquet (Université d’Angers) : « La femme cyborg et le désastre pandémique : réimaginer la place du féminin dans Les Chroniques Lunaires »

10h45 : Questions/discussions

11h15 : Pause café

Continuer la lecture de Journée d’étude: Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux (Besançon)

Journée d’études : Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux – Nouvel échéancier

Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux – Nouvel échéancier 

8 avril 2022

Université de Franche-Comté, Besançon, France 

Échéance des propositions : 30 septembre 2021

Organisé par Clémentine Hougue (3L.AM, Le Mans Université), Sébastien Haissat et Audrey Tuaillon Demésy (STAPS, Université de Franche-Comté).

Cette journée d’étude s’inscrit dans le programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs), financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR19-CE27-0008). Le colloque aura lieu à Besançon le 8 avril 2022.

Dans son sens originel de révélation, l’apocalypse est un kaïros, un instant décisif : suspendant le chronos (le temps linéaire, chronologique), il marque une opportunité, une occasion à saisir – avec prudence (phronesis), recommande Aristote dans L’Éthique à Nicomaque. Dans son acception religieuse, le temps d’après représente le retour à une forme parfaite du monde : ainsi de l’Apocalypse de Jean où la fin des temps conduit à l’avènement de la Jérusalem céleste.

Continuer la lecture de Journée d’études : Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux – Nouvel échéancier

Parution : Politique(s) des dystopies (Quaderni, 102)

 

Revue Quaderni, n° 102, 2021/1

Dossier “Politique(s) des dystopies”, 160p.

Sous la direction de Cécile Leconte, Cédric Passard

 

 

SOMMAIRE

Dossier

Parution : “Récits et représentations d’apocalypses” (Atlantide, n° 11)

Paul-André Claudel & Frédéric Le Blay (dir.), Atlantide, n° 11 : “Récits et représentations d’apocalypses”, université de Nantes, décembre 2020.

Depuis 2015, le programme ATLANTYS interroge l’imaginaire de la fin du monde et l’expérience de la catastrophe. Programme de recherche interdisciplinaire et international porté par l’Université de Nantes et piloté par le Centre François Viète (Épistémologie, Histoire des sciences et des techniques), il réunit plusieurs équipes de recherche en France et à l’étranger. Son objectif primordial étant d’étudier de manière analytique et critique les fondements et les ressorts de l’imaginaire de la mort de l’humanité ou de la fin du monde, il se veut notamment une réflexion utile au sein des débats contemporains sur l’avenir de la planète et de ses populations. Les travaux menés jusqu’à présent ont couvert différentes questions comme celles de la relation des populations avec leur environnement naturel, de leur réaction face aux désastres ou catastrophes de grande ampleur qui émaillent leur histoire, de l’expression et des représentations liées à l’angoisse de la disparition collective, des comportements ou réponses des sociétés humaines face à cette angoisse ainsi que les points de convergence ou de conflit entre croyances irrationnelles, conceptions religieuses et discours scientifique. […]

Continuer la lecture de Parution : “Récits et représentations d’apocalypses” (Atlantide, n° 11)

Appel : “Médiations apocalyptiques”

Colloque : « Médiations apocalyptiques », Université de Bretagne Occidentale, Brest, 8- 10 mars 2017.

Comité d’organisation : Hélène Machinal, Beth Mullen, Joanna Thornborrow, Monica Michlin, Arnaud Regnauld.

La date limite pour faire une proposition est le 30 octobre 2016.
Les propositions de communications doivent être déposées à l’adresse suivante :
https://easychair.org/

«When Armageddon takes place, parking is going to be a major problem»,
J.G. Ballard, Millenium People (2003)

Depuis le tournant du XXe au XXIe siècle, la fin du monde est redevenue un sujet privilégié dans les différentes formes d’expression de la culture populaire, par exemple dans les médias sociaux mais aussi dans la fiction, cette dernière s’inscrivant dans un imaginaire de la fin qui fait régulièrement retour aux périodes de crises et tensions ontologiques et épistémologiques.
La fin du monde et/ou la fin de l’espèce humaine (qu’il convient de distinguer) sont ainsi revenues sur le devant de la scène dans l’imaginaire collectif, tout comme dans le réel, avec la résurgence de « discours de la fin » qui passent parfois par une rhétorique de la décadence ou de la dégénérescence et peuvent acquérir une dimension politique dès lors que ces discours visent à opposer soi et l’autre, une identité normative et une altérité érigée en spectre
menaçant. Au niveau politique, on pense à « l’axe du mal » de George W. Bush et aux discours et croisades qu’il a produits, à la récupération idéologique et politique de la peur de l’autre perçu comme une menace, pouvant mener à la perte de soi telle que Donald Trump ou les idéologies de l’extrême droite peuvent la relayer. On note aussi une contamination médiatique des formes et figures de l’apocalypse dans les espaces liés aux réseaux sociaux et à la culture populaire, qui donnent lieu à un foisonnement linguistique, lexical et médiatique dans lequel l’apocalypse se décline en jeu (« Zombie-apocalypse »), en néologismes et mots valises (avec les suffixes -geddon ou -pocalypse, par exemple « trumpageddon »), ou en campagne de publicité autour du dernier film de la franchise Marvel, « X-Men Apocalypse ».
Après un premier volet consacré à « Formes de l’apocalypse » en mars 2016 à Paris 8, nous proposons de poursuivre notre exploration des figurations/représentations de l’apocalypse, du cataclysme et de son « après », si tant est qu’un « post » soit envisagé/able. Le colloque organisé par HCTI (UBO, EA4249), EMMA (Montpellier 3, EA741) et Transferts critiques et dynamiques des savoirs (Paris 8, EA1569) entend introduire plus spécifiquement la culture de l’écran (Gervais) et la société écranique (Lipovetsky, Serroy) qui sont devenus les signes distinctifs de la période contemporaine. Quels discours et figurations de l’apocalypse et d’une fin éventuelle du monde la société du tout numérique produit-elle ? Quel rôle joue/nt l’/les écran/s et le numérique dans le développement et la diffusion d’un discours de la fin du monde ? Quelle place pour les espaces et les univers virtuels dans cette « mode » de l’apocalypse, où la société transforme la notion marchandise à consommer sans modération?
Il y aurait donc un « marché » de l’apocalypse qui décline à loisir la thématique en parc d’attraction, hashtags liés à la « culture vampire », produits allant de la réalisation d’un « zombie-cake » aux sites d’annonces de la fin du monde en passant par les reality shows (Fear Factor, Survivor), sans oublier les jeux vidéos et jeux en ligne. Il s’agira donc d’étudier par le prisme des media studies et des études culturelles ce foisonnement linguistique et intermédial qui transforme l’apocalypse en produit d’appel publicitaire, en jeu, en scénario, en espace virtuel. Quel rôle jouent le virtuel et les espaces du numérique dans cette hyper-réalité qui fait de l’apocalypse un objet culturel souvent associé au divertissement et au ludique ? (Hubner, Leaning and Manning ou Weiss and Taylor). Plus généralement, peut-on penser une spécificité du discours et de la figuration de l’apocalypse dans une société contemporaine où les images sont devenues omniprésentes et où le rapport au temps et à l’espace a profondément muté? D’un point de vue iconographique et iconique, la culture de l’écran a-t-elle une incidence sur les représentations de l’apocalypse et de son éventuel « après »?

L’objectif de ce second colloque est en effet d’interroger plus particulièrement le rôle (spécifique?) de l’image dans les discours et les représentations de la fin du monde. Les écrans qui nous entourent de toutes parts contribuent-ils à déréaliser le monde, Continuer la lecture de Appel : “Médiations apocalyptiques”