Archives par mot-clé : popenstock

Parution/appel: Popenstock, invasion zombie.

Dans le cadre de l’esthétique contemporaine du cadavre, peu de phénomènes ont semblé plus marquants, depuis Night of the Living Dead (G. A. Romero, 1968) que la surenchère transmédiatique et véritablement planétaire des morts-vivants. Si les années 90 ont été caractérisées par une sorte de «mort», ou à tout le moins de «stase», du zombie au cinéma, la créature, fidèle à elle-même, est réapparue de plus belle au tournant du nouveau millénaire et a maintenant envahi divers recoins de notre iconosphère globale.

Symptomatiquement, c’est un nouveau média, le jeu vidéo, qui a opéré la renaissance de cette figure jamais entièrement intégrée à la tradition littéraire gothique. L’apparition en 1996 de The House of the Dead et de Resident Evil a signé le retour en force de la créature qui a fini par recontaminer le grand écran. Aux lendemains du traumatisme du 11 septembre 2001 et à l’ombre de la pandémie du SRAS, une véritable « zombie-manie » a débuté. Si la Zombie Movie Database (ZMDB) dénombre plus d’une centaine de films entre 2002 et 2009, plus d’une vingtaine de productions sont prévues pour la seule année 2012.

Dans le sillage du Zombie Survival Guide de M. Brooks (2003), une curieuse «littérature zombie» émerge alors qui triomphe dans l’étonnant best-seller de S. Grahame-Smith qui zombifie littéralement l’œuvre canonique de Jane Austen (Pride and Prejudice and Zombies, 2009). À son tour envahie par la nouvelle vague, la bande dessinée, médium qui avait jadis été essentiel dans la mutation mythopoétique vers le zombie moderne, se lance à partir de la saga de R. Kirkman The Walking Dead (2003-) dans une frénésie zombiephile inouïe qui à son tour alimente l’autre grand média postmoderne, la télévision. On assiste aussi à une pléthore d’études critiques sur cette figure jusque-là relativement dédaignée par l’institution universitaire.

Face à une telle invasion, et en syntonie avec la prolifération de « zombie studies», le temps est venu de s’attaquer de front aux morts-vivants, et d’en brosser un portrait historique et critique l’inscrivant aux sources mêmes d’un imaginaire horrifique postcolonial.


Articles Déjà publiés.

Invasion Zombie

Moitié zombie, moitié paléontologue

Soumis par Laurent Lachaise le 23/11/12

Categories:

La paléontologie est la science qui étudie les fossiles. Autrement dit, elle s’intéresse dans le présent, à ce qui un jour a été vivant, mais ne l’est plus. Parmi ceux dont le nom est souvent associé à cette discipline, la contribution d’un des fondateurs de la science préhistorique, le Français Jacques Boucher de Perthes est digne d’être rappelée[1]. Grâce à son travail et à ses découvertes, l’existence de l’homme à une époque largement antérieure à celle admise jusque là a pu être attestée.

Invasion Zombie

Invasion (Néo)Zombie: entre macabre, pathétisme et burlesque

Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 27/10/12

Categories:

La ville en ruines, icône obsédante de l´Invasion (néo)zombie, est le thème corollaire de l´effondrement du mythe Arcadien. Correspondance macroscopique du corps déstructuré des masses zombies, la ville apocalyptique n´est plus abandonnée mais grouillante de corps rampants (telle Atlanta dans The Walking Dead, etc). Littéralement envahies, les métropoles deviennent des charniers, remontant en quelque sorte aux sources mêmes de l’iconographie macabre occidentale, si marquée par l’expérience de la Peste Noire.

Invasion Zombie

Invasion (Néo)Zombie, l´au-delà de l´abject

Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 26/10/12

Categories:

Il est peu d’images aussi marquantes, dans le cadre de l’esthétique contemporaine de l´extrême, que la surenchère transmédiatique et véritablement planétaire des morts vivants. Après une décennie (1985-1995) qui avait connue la « fin du zombie » dans le média qui lui avait jusque-là été le plus propice — le cinéma[i] —, la créature, fidèle à elle-même, renaît de plus belle au tournant du nouveau millénaire, envahissant les plus divers recoins de l’iconosphère globale.

Ouverture de l’espace « Zone libre » sur Pop en stock

Chers collègues et amis,

Nous avons le plaisir de vous annoncer, à l´occasion du onzième dossier thématique Pop-en-Stock l’ouverture de notre espace « Zone Libre ».

http://popenstock.ca/Zone_libre

Nous accueillons dans cette section des articles individuels sur toute question ayant trait à la culture populaire contemporaine et qui ne s´inscrivent pas (pour l´instant) dans aucun des dossiers thématiques proposés.

POP-EN-STOCK étant en perpétuelle évolution, certains de ces articles seront éventuellement intégrés à des futurs dossiers thématiques au fur et à mesure de leur création, selon des critères de cohérence et de pertinence.

Merci de faire circuler cette information et au plaisir de vous compter des nôtres

Samuel Archibald et Antonio Dominguez Leiva

http://popenstock.ca