Archives par mot-clé : pop culture

Appel à contributions : Collecter, lire, faire avec le populaire ? (Université de Bourgogne)

Collecter, lire, faire avec le populaire ?

7-8 décembre 2023, Université de Bourgogne (salle 319)

Échéance des propositions : 15 mai 2023

En clôture d’une recherche menée conjointement par le LIR3S et le CHXIX sous forme d’ateliers et de journées d’étude et avec la participation de l’Écomusée de la Bresse Bourguignonne, cet appel à communication souhaite questionner ce que serait, dans le domaine des SHS « Collecter le populaire ». Une définition, en tension devant l’opération qu’est la collecte, introduit cet appel.

Populaire…

Qui appartient au peuple, qui le caractérise; qui est répandu parmi le peuple
(Bonhomie, coutumes, crédulité, croyances, culture, génie, imagination, insouciance, instinct, légendes, mythes, opinion, passe-temps, préjugés, sagesse, tradition populaire(s) ; musée des arts et traditions populaires.)  Qui est composé de gens du peuple ; qui est fréquenté par le peuple 
(Arrondissement, bal, bar, café, fête, restaurant populaire). En parlant d’un groupe : classes, masses, meetings populaires.  Qui est accessible au peuple, qui est destiné au peuple
Air, chanson, conte, drame, édition, éducation, imagerie, littérature, publication, université populaire.

C’est ainsi que cartographie le Centre national de ressources textuelles et lexicales les principales acceptions d’un adjectif, populaire. L’adjectif, ou son substantif, semble toujours aller de soi, se donne abruptement comme tel : ainsi d’expressions comme mondes populaires, fêtes populaires, arts et traditions populaires, universités populaires, théâtre populaire, bibliothèques populaires, émeutes populaires…

Cet inventaire borgesien, jamais fini plus qu’infini, comment l’appréhender dans le monde des SHS ? Que désigne l’épithète populaire, si ce n’est l’apposition d’une forme de distinction, sinon de clôture à l’intérieur d’un espace social et/ou politique, intellectuel, plus vaste – au hasard, les bibliothèques, le théâtre, l’histoire, l’art, le patrimoine, la littérature…. Un espace qui n’est pas exactement celui d’un autre exotique, mais bien plus celui de l’autre d’une société, un espace socialement dénivelé.  Cet espace, l’analyste, le savant, le militant… l’arpentent, informant ainsi par l’adjectif une distance parcourue. Populaire s’étreint toujours sous la forme de la distance, s’entend dans un rapport construit et donné. On peut l’entendre dans le lexique de la domination, au risque d’écraser ce que ce qualificatif est pour l’essentiel, un mouvement. Un mouvement, une manière d’étreindre un reste anthropologique et/ou littéraire, artistique, sociologique, historique… quelque chose qui délimite, dit une tension.

Précisément, et c’est là le postulat de cet appel à communication, la collecte, qu’elle soit programmée et méthodique ou sauvage, pratiquée par les SHS au sens large, nous semble pouvoir questionner les temps de ce mouvement, les moments de cette mesure par l’objet, la photographie, le recueil de contes, de mots, de traditions, de savoir-faire et de gestes…

L’interrogation du colloque se déploie sur quatre temps, pariant sur la qualité de « faiseur d’embarras » de l’adjectif ou du substantif :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Collecter, lire, faire avec le populaire ? (Université de Bourgogne)

Appel à contributions : “Retrophilia, nostalgia, and the end of pop culture” (Imaginaires, online journal)

CFP Imaginaires – Pop Culture Online Journal : “Retrophilia, nostalgia, and the end of pop culture

University of Reims, CIRLEP EA4299

Échéance des propositions : 27 décembre 2022

In 2011, music critic Simon Reynolds’s essay Retromania came out, the main argument of which was that “We live in a pop age gone loco for retro and crazy for commemoration. […] Could it be that the greatest danger to the future of our music culture is … its past?” (Reynolds ix).  Reynolds’s focus was on pop music at the turn of the new millennium, questioning the role of its producers and the tastes of its audience, stuck in a state of “hyper-stasis”. One decade after Reynolds’s thought-provoking analysis, one may wonder whether this assumption is still relevant today. Can it be extended to other objects of pop culture?

In a 2021 Guardian article, Mark Singer contended that “Covid has pushed pop culture into nostalgia. It’s time for something new”. The American journalist “worried that culture was increasingly trapped in its own past, awash with reissues and remakes. In contrast to most of the 20th century, very little in the world of music or cinema felt radically new” ( last accessed 11/08/22)

-Consumption-based nostalgia for children: books, films, and toys.

– Retro-consumption in music: revival of vinyl discs, CDs, even cassettes (and their players) Old bands reforming for special concerts/performances. 

-Retro-parties or revival parties: The Jazz Age Lawn Party (New York City’s original prohibition era inspired gathering. );  The Blitz Party in London (“London’s best-loved and most authentic 1940s party”,  <London’s Best 1940s-Theme New Years Eve Party (theblitzparty.com)> 

2- Retro and vintage culture: forms and formats

-Back to traditional forms of serialisation: weekly episodes vs binge watching – what narrative (and marketing) issues? Ex. On Netflix, Better Saul => one episode per week; more recently, Guillermo Del Toro’s Cabinet of Curiosities built up viewers “curiosity” by releasing two episodes every day. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Retrophilia, nostalgia, and the end of pop culture” (Imaginaires, online journal)

Appel à contributions : L’objet pop peut-il être éthique ? (Université de Lorraine)

L’objet pop peut-il être éthique ?

Premier volet du projet (Im)matéréalités

Journée d’étude, Université de Lorraine, Nancy14 avril 2023

“’Cause we are living in a material world / And I am a material girl”. 

La confession consumériste et hédoniste de Madonna réalisée en chanson durant l’année 1984 semble désormais quasi hors de propos près de quarante ans plus tard. C’est ce dont témoigne un récent article du magazine en ligne Nylon pointant une potentielle contestation contemporaine de l’hypercapitalisme, particulièrement vive parmi les générations Z et alpha. Celle-ci semble reposer sur l’idée d’une fin du « printemps perpétuel » jadis associé à la consommation de masse par Baudrillard en lien avec le développement des centres commerciaux (La Société de consommation, p. 24, 26) et un potentiel refus des jeunes générations d’être encore « des héritières […] non plus seulement des biens, mais du droit naturel à l’abondance » (Id., p. 29), cette abondance dont on nous a récemment annoncé la fin au sommet de l’Etat. 

Ne nous y trompons pas toutefois : il s’agit peut-être davantage d’une mutation plurielle de l’hyperconsommation que de sa fin. De ce point de vue, la question la plus immédiate semble être celle de l’écologie et du développement durable. La pop culture, en ce qu’elle est avant tout une culture de consommation définie par Eloy Fernández Porta comme « un élan primordial : celui de la dévoration […], la destruction des biens et des services par l’usage qui en est fait » (Homo Sampler : Culture et consommation à l’ère afterpop, p. 10), est-elle par nature anti-eco friendly ? De multiples domaines peuvent être ici mobilisés, au premier rang desquels celui des fashion studies afin de rendre compte d’une mode contemporaine marquée par les condamnations de plus en plus virulentes des marques produisant encore des vêtements jetables dans les conditions que l’on sait – Zara, Primark, Shein – mais aussi par l’essor des friperies devenues tendance auprès d’une clientèle de plus en plus jeune. La nostalgie et le goût du vintage alimentant un « marché de l’ancien » qui n’est plus, contrairement au moment où Baudrillard écrit Le Système des objets, réservé au domaine des antiquaires, reflètent-ils l’élan d’une green pop qui ne saurait donc être qu’une consommation anachronique par nature, ou bien sont-ils symptomatiques d’une expression politique autour des enjeux climatiques que les gouvernants semblent toujours prendre à rebours ? 

De plus en plus de ces jeunes dont l’on brocarde régulièrement le peu d’intérêt pour la politique ou la fragilité d’un engagement « entre populisme et exigence démocratique » (Claudine Attias-Donfut & Martine Segalen, Avoir 20 ans en 2020 : Le Nouveau fossé des générations, p. 175) semblent désormais afficher leurs convictions écologiques dans leurs habitudes de consommation. Ainsi, cette époque marquée par l’anxiété écologique et la solastalgie dont les jeunes générations seraient les premières victimes, est aussi celle qui semble impliquer que, désormais, l’engagement puisse (doive ?) prévaloir sur la tendance. Pour qu’il fasse sens, le style doit être en prise directe sur les nécessités environnementales davantage que sur les prescriptions des chantres institutionnels du bon goût, comme en attestent les multiples scandales de ces derniers mois associés au monde de la mode, au premier rang desquels le défilé organisé par la marque Yves Saint-Laurent dans le désert marocain. Et si la tendance se définissait désormais par l’éthique, réalisant ainsi la prédiction faite par Lipovetsky dès 1991 : « il n’est plus d’utopie que morale, “le XXIe siècle sera éthique ou ne sera pas” » (Le Crépuscule du devoir, p. 11) ? Dans un autre registre, les polémiques actuelles entourant la prochaine coupe du monde de football au Qatar et les multiples boycotts de l’événement annoncés – qu’ils soient le résultat d’un choix individuel ou de celui de municipalités entérinant l’absence de diffusion des rencontres sur écran géant – en attestent également. Objets, pratiques et manifestations ne pourraient-ils donc plus être pop qu’à la condition d’être éthiques ? Continuer la lecture de Appel à contributions : L’objet pop peut-il être éthique ? (Université de Lorraine)

Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990, Paris, La Découverte, 2022.

L’histoire littéraire s’est construite sur un mensonge : elle a largement occulté sa part populaire et la conquête du grand public par l’édition, fruit d’une dynamique qui la place au cœur des industries culturelles. C’est cet autre visage de la littérature que ce livre donne à voir. Puisant dans des archives inédites, il retrace l’histoire chorale de celles et ceux qui, autour des Presses de la Cité et du Fleuve Noir, ont façonné à partir des années 1950 les genres majeurs de l’imaginaire contemporain : espionnage, policier, science-fiction, érotisme…

Par-delà les romanciers les plus fameux (Simenon, Frédéric Dard), les professionnels de cette édition populaire ont contribué à forger une nouvelle culture médiatique, dans un contexte de circulation internationale des fictions et de transformation du travail des auteurs. Loin de se résumer à une invasion des modèles américains, la culture de masse « à la française » s’en approprie les conventions au temps de la guerre froide et de la décolonisation ; et dans ces romans tirés à plus de 100 000 exemplaires s’inventent aussi les nouveaux codes de la masculinité et de la consommation des « Trente Glorieuses ».

Le livre raconte les stratégies industrielles à l’œuvre jusqu’à la chute d’un système médiatique au tournant des années 1990, quand les recompositions éditoriales font émerger les nouveaux empires de la communication. Il permet de comprendre l’horizon médiatique des générations d’après-guerre, qui ne se cantonne pas au monde du livre : les histoires imaginées par les auteurs populaires ont essaimé au cinéma, à la télévision, à la radio… Une enquête sans équivalent sur les origines du formidable « boom » de la pop culture, matrice de la culture populaire contemporaine.

Feuilleter l’ouvrage  Continuer la lecture de Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)

Parution : Vu des pop cultures (Neil Gaiman)

Neil Gaiman, Vu des pop cultures, Vauvert, Au diable Vauvert, 2022.

Traduit de l’anglais par Patrick Marcel.

De Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques – son discours devenu viral – à ses articles sur Stephen King, Terry Pratchett, Dave McKean ou encore Lou Reed, en passant par Batman ou Frankenstein, Neil Gaiman nous convie à un grand voyage à travers la littérature et les pop cultures qui nous donne les clés de son inspiration.
Dans la filiation de ses précédents recueils, de Miroirs et fumées à Signal d’alerte, Vu des pop cultures a intégré la liste des meilleures ventes du New York Times, qui salue le style flamboyant, drôle et atypique de l’un des plus brillants auteurs de fantasy contemporaine.

Né en 1960 en Angleterre, Neil Gaiman a écrit plus de trente romans et bandes dessinées pour adultes et enfants, dont les fameux Stardust, De bons présages, Coraline, L’Océan au bout du chemin et American Gods, lauréat des prix Hugo, Nébula, Bram Stoker, SFX et Locus Award. Il est traduit dans le monde entier et publié en France au Diable vauvert. Il a écrit un épisode de Doctor Who, collaboré avec des auteurs et illustrateurs comme Terry Pratchett, Dave McKean, Chris Ridell, Michael Reaves… Sa série BD Sandman est aujourd’hui considérée comme un classique du roman graphique. Nombre de ses œuvres sont adaptés à l’écran : Stradust, Coraline, « Comment parler aux filles pendant les fêtes » en films et Neverwhere, American Gods et De bons présages en série. Il a depuis publié La Mythologie Viking.

Appel à contributions : Verga Pop. Traces of Verga in visual and performing arts, in literature, and in popular culture (Universidad de Salamanca)

Colloque international : Verga Pop. Traces of Verga in visual and performing arts, in literature, and in popular culture 

25 novembre 2022, Université de Salamanque

Échéance des propositions : 30 juillet 2022

We are pleased to announce a call for papers for an international conference (online and in-person) at the University of Salamanca (25/11/2022, online and in-person), with the collaboration of the University of Calabria and the patronage of the Verga Foundation.

Organizers: Milagro Martín Clavijo (Universidad de Salamanca, mclavijo@usal.es), Daniela Bombara (independent scholar, daniela.bombara63@gmail.com), Ellen Patat (Università degli Studi di Milano, ellenpatat@gmail.com)

Ninna nanna, ninna nò, sta arrivando Mazzarò
Resta sveglio che sennò, porta via quello che può
Ninna nanna, ninna nò, sta arrivando Mazzarò
Resta sveglio che sennò, porta via quello che può

Caparezza, Ninna nanna di Mazzarò, in Habemus Capa, 2006 

 More than ten years ago, Felice Rappazzo wondered in a contribution on Annali della Fondazione Verga (3, 2010) what could be the usefulness of critically analyzing those works by Verga which had already received so much attention by scholars. On Verga’s centenary, we would like to broaden this question of crucial relevance by focusing on works that organically engage the original corpus and the figure of an author who is already widely canonized as the father of Verismo. The objective is thus to concentrate on a new ‘object’ in order to put forward new forms of investigation that bring significant elements of innovation to the long-established lines of research. 
Caparezza’s song in the exergue re-elaborates Verga’s character, portraying him as the image of an unbridled capitalism. This song can be included in a line of productive research that intends to trace the representations, the rewritings and the transformations of Verga as writer and character, as well as of his works and the related topics, within the domain of popular literature and culture and the collective imaginary. Although Verga’s presence in cultural forms of mass distribution is certainly not comparable to the remaking of other ‘great’ authors of the Italian literature, at the end of the Nineteenth century, alongside his narrative works, his productivity was greatly appreciated in extra-literary fields, such as cinema and theatre; the author himself rewrites his works in other genres and with other expressive codes. It is therefore our intention to fully outline the multimedia and popular image of Verga in current culture, in an attempt to retrieve the complexity of Verga’s intellectual personality, which ab origine crosses and innovates different genres, showing also its productivity in contemporary society.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Verga Pop. Traces of Verga in visual and performing arts, in literature, and in popular culture (Universidad de Salamanca)

CFP: Mechademia U.S. Conference – “Migration and Transition” (Los Angeles/Online)

Mechademia U.S. Conference – “Migration and Transition”

June 28-29, 2022

Los Angeles/Online

Proposal deadline: 10 June 2022

Organized by Frenchy Lunning

Keywords: Anime and/or Manga, Mechademia, trauma, narrative, Asian popular culture, nikkei, conference

Call for papers

Register through Teachable at: https://mechademia.teachable.com/

Keynote speaker: Christine Yano

Migration can be seen as a type of transition, marking a journey from one position to another via movement. This journey may be voluntary or forced, affecting people and communities as they respond to massive events such as wartime, disease, climatic changes, and economic and political upheavals. At the same time, there is also the motivation of hope, of future shifts towards positive aspirations; of the potential for radical change from the present circumstances. Continuer la lecture de CFP: Mechademia U.S. Conference – “Migration and Transition” (Los Angeles/Online)

Appel à contributions : “La culture pop dans le post-communisme et au-delà” (Meridian Critic)

Meridian critic, “La culture pop dans le post-communisme et au-delà”

Date limite de soumission des articles complets : 31 mars 2022

La culture pop occidentale a été l’un des facteurs culturels qui ont contribué de manière significative à la chute du rideau de fer en 1989. L’industrie de la musique pop et de la vidéo, les films hollywoodiens, les produits commerciaux (jeans Levi’s, baskets Adidas ou Nike, Coca Cola), les magazines de mode, etc. étaient, pour les Européens de l’Est, des incarnations du rêve de liberté et de prospérité. On peut donc dire que la culture pop occidentale était subversive par rapport au camp communiste. La situation dans la période post-communiste est différente, la culture pop devenant la culture dominante. Au cours des trente dernières années, les transformations ont été majeures et diverses. Elles ont conduit à une aggravation de la crise de la «haute culture», à un déclin spectaculaire de l’audience de la culture pop locale ou à l’imposition de nouvelles tendances culturelles ayant un impact mondial. On peut parler d’une influence de la culture pop occidentale sur la musique roumaine (de nouvelles tendances musicales telles que le hip hop ont émergé), mais aussi sur la littérature, la génération née après 2000 étant notamment très influencée par ce type de culture. Ces transformations ont également conduit à l’émergence de nouvelles institutionnalisations et pratiques sociales propres à la société de consommation : l’acuisition de nouveaux sens par l’environnement urbain à travers la publicité, le développement de la culture des centres commerciaux, du pique-nique et du tourisme automobile. L’expansion mondiale de l’Internet n’a fait qu’accroître l’influence de la culture pop au-delà des sources de transmission nationales : la télévision et les autres médias locaux. Elle a conduit à l’émergence des réseaux sociaux en ligne et a profondément influencé la culture des jeunes. 

Meridian critic publiera des articles présentant de nouvelles approches interdisciplinaires dans les domaines thématiques suivants : 

  • l’influence de la culture pop sur la littérature et les autres domaines culturels (musique, art, cinéma, etc.) ; 
  • la culture pop en tant que discours (aspects axiologiques, idéologiques, etc.), transformations au cours des 30 dernières années, hybridation de la culture pop dans le post-communisme ; 
  • médias, publicité et culture pop dans le post-communisme ; 
  • paradigmes discursifs «post» : postcommunisme, postcolonialisme, postmodernisme. 

Les articles peuvent être rédigés en roumain, anglais, français ou allemand. Les communications (7000 mots maximum), accompagnées d’un résumé en anglais (200 mots maximum) et d’une courte présentation de l’auteur (une notice biographique de 400 mots maximum) doivent être envoyées à mircea_a_diaconu@hotmail.com et meridian.critic.flsc@gmail.com. Pour plus de détails sur les règles et le style d’écriture, veuillez respecter les exigences figurant sur le site web de la revue : http://meridiancritic.usv.ro/index.php?page=norme-de-redactare

Parution : Cover culture. La reprise dans la pop musique urbaine francophone (Buata B. Malela)

Buata B. Malela, Cover culture. La reprise dans la pop musique urbaine francophone, Les Éditions du Cerf, coll. “Cerf Patrimoines”, 2022.

La reprise dans la pop musique se comprend comme un phénomène social et un acte de réappropriation musicale propres à l’histoire culturelle. Le cas paradigmatique de la pop musique urbaine francophone se nourrit des grands principes de la reprise ou cover déjà développés dans le rhythm and blues, le rock ’n’ roll, le reggae jamaïcain, la culture DJ, la musique électronique et le rap. La pop musique urbaine s’enracine alors dans cet héritage musical à même de transformer la question du sujet en une expérience existentielle dans la cover. Ce livre examine cette idée en se reposant sur deux grands points : le traitement de la reprise dans l’histoire de la pop musique et l’étude systématique des catégories de la reprise en tant que manifestation concrète de la culture cover dans le monde social.

Buata B. Malela est maître de conférences habilité à diriger des recherches en littératures francophones à l’Université de Mayotte (France), chercheur associé à l’Université libre de Bruxelles et membre du laboratoire CEREDI (EA 3229). Ses recherches portent sur les littératures francophones, la théorie de la littérature et les cultures populaires.

Appel à contributions : Cultures populaires et politique / Politics and Popular Cultures (La Rochelle Université)

Colloque « Cultures populaires et politique », du 9 au 11 mars 2022 

 La Rochelle Université

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

La première partie du colloque « Cultures populaires et politique », qui a eu lieu en décembre 2019 à La Rochelle Université, cherchait à révéler, à questionner et à étudier les liens entre la politique et les cultures populaires. Il apparaissait en effet intéressant d’interroger ce champ de recherches encore peu étudié en France, croisant deux sphères parfois contradictoires et conflictuelles. Cette manifestation a été l’occasion de la fondation de l’association « Popular Culture Association of France » (PCAoF) et de la création de la revue affiliée Mobilis in Mobile qui présentera les textes issus de ce premier colloque prochainement. 

Pour cause de grève, la conférence n’ayant pu accueillir tous les intervenants initialement prévus, nous vous proposons de prolonger les réflexions alors entamées avec un deuxième colloque reprenant la même thématique. Cet événement est prévu à La Rochelle Université du 9 au 11 mars 2022.  

Si les cultures populaires se sont depuis longtemps emparées du thème de la politique, déclinant de nombreux supports d’expression comme le dessin humoristique, la chanson et les récits fictionnels, qui constituent de véritables miroirs déformants aptes à questionner les modes de gouvernance et le rôle du champ politique dans ses interactions avec d’autres pouvoirs – économiques, militaires et, bien entendu médiatiques avec le développement de la presse -, l’inverse est aussi vrai depuis bien longtemps. Walter Benjamin met ainsi en relation la politique et la culture de masse dans son ouvrage L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1955). Il y souligne les risques de la médiatisation de la politique dans les dictatures, notamment le fascisme et le nazisme, à travers le culte de l’image et la propagande, favorisés par les nouveaux médias de l’époque. Guy Debord, en 1967, prolonge cette critique dans La Société du spectacle. La perte de l’aura, de l’authenticité y devient totale : tout est désormais spectacle dans la société des mass media. Dans L’Homme unidimensionnel (1964), Herbert Marcuse renforce ce constat pessimiste de manipulation des masses dans les sociétés modernes par le truchement des médias de masse. Aucun régime n’y échappe selon lui : ni capitalisme, ni communisme…

Continuer la lecture de Appel à contributions : Cultures populaires et politique / Politics and Popular Cultures (La Rochelle Université)