Archives par mot-clé : politique

Parution : L’aventure politique du livre de jeunesse (C. Bruel)

Christian Bruel, L’aventure politique du livre de jeunesse, La Fabrique, 2022. 

Si elle se donne souvent comme paisible et consensuelle, l’offre de lecture adressée aux enfants et aux jeunes est toujours politique, qu’elle conforte l’ordre des choses ou qu’elle lui résiste.

En partageant nombre de ses lectures jubilatoires, admiratives ou circonspectes, Christian Bruel souligne tant la fécondité luxuriante d’une production créative à la marge, que l’inlassable travail des idéologies s’agissant de la famille, de l’école, du genre, de la sexualité, de l’économie, des discriminations, de l’esthétique, de la compétition, de l’écologie et de l’avenir.

Entre le relevé commenté des frilosités sociales, des évitements manifestes et des conformismes rentables, se glissent des propositions pour une autre formation littéraire des destinataires… et aussi une mère célibataire épanouie, une mare collectivisée par ses canards, des enfants solidaires résistant à « ceux qui décident », un chien libertaire se disant conservateur, l’indispensable travail du texte et ses articulations nouvelles avec  les images, quelques masculinités moins hégémoniques, des filles rebelles plus nombreuses, et de possibles mondes entrevus !

« Pourquoi craindre la dimension politique du livre jeunesse ? Christian Bruel, auteur et éditeur, nous rappelle les enjeux culturels et sociaux de la littérature pour enfants. » France Culture, Affaires en cours, 11 octobre 2022.

Christian Bruel

Créateur et éditeur d’albums pendant près de quarante ans, Christian Bruel forme des adultes aux enjeux culturels et sociaux de l’offre de lecture jeunesse. On peut consulter sa bibliographie sur le site des éditions Être.

Appel à contributions : Roman policier et démocratie (Université Paris Nanterre)

Colloque international Roman policier et démocratie

Université Paris Nanterre 22-23 juin 2023

Organisé par le Centre de Recherches Anglophones (Université Paris Nanterre) et Queen’s University Belfast, en partenariat avec le Centre de recherches pluridisciplinaires multilingues (Université Paris Nanterre).

Échéance des propositions : 15 janvier 2023

Ce colloque pluridisciplinaire explorera la relation entre le roman policier et la démocratie, de la fin du XIXe siècle à nos jours.

La recherche a récemment mis en évidence la relation entre le roman policier et les institutions démocratiques, et montré qu’il est productif de mettre l’histoire du genre en rapport avec le développement et la consolidation des États libéraux occidentaux. Ce colloque vise à s’appuyer sur ces approches et à les étendre dans deux directions. 

Premièrement, il se focalisera sur la relation du roman policier non seulement avec les institutions étatiques mais aussi, plus généralement, avec la puissance transformatrice de l’esprit démocratique – un esprit qui a été et est encore, selon notre hypothèse de travail, l’une des forces motrices de la croissance et du succès du roman policier, dans ses diverses manifestations. Le colloque visera donc à mettre au jour des rapports entre l’histoire sociologique et culturelle du roman policier et la réalisation ou l’échec des aspirations démocratiques dans différents contextes nationaux et internationaux, à différentes périodes. Il tentera, d’un côté, de montrer comment le genre a pu représenter une force modernisatrice et démocratique au sein du champ littéraire dans son ensemble, notamment parce que son esthétique privilégie souvent des attitudes et des pratiques linguistiques vernaculaires, subvertissant ainsi les hiérarchies traditionnelles et ouvrant la voie à une vision plus égalitaire de la littérature. D’un autre côté, il pourra également mettre en évidence la façon dont le roman policier a parfois incarné des tendances réactionnaires, autoritaires ou prônant le vigilantism. Ces positions contradictoires au sein du genre – parfois au sein d’une même œuvre – reflètent à la fois sa diversité idéologique et les ambiguïtés du concept de démocratie, dont le sens peut varier considérablement suivant les lieux et les époques. Mais elles témoignent aussi, dans l’ensemble, du rôle du roman policier en tant que lieu littéraire où les impulsions et les valeurs démocratiques peuvent être mises à l’épreuve.

Deuxièmement, le colloque vise un large éventail historique et géographique, afin de rendre compte des évolutions et manifestations du roman policier dans diverses aires culturelles. Les communications portant sur l’histoire culturelle et politique du genre seront les bienvenues, tant dans les régions où il est établi depuis longtemps (comme aux États-Unis et en Europe occidentale) que dans celles où il n’a été reconnu que plus récemment, comme en Europe de l’Est et en Russie, en Afrique, en Asie, dans le monde arabe, dans les Caraïbes ou en Amérique latine. Dans ces régions également, le colloque visera à corréler l’essor du roman policier avec l’émergence, l’affirmation, le rejet ou l’effondrement des aspirations démocratiques.

Afin d’explorer ces perspectives théoriques, ce colloque invite des communications de vingt minutes, en anglais ou en français, portant sur les liens multiples entre démocratie et roman policier à travers le monde et reposant, si possible, sur une approche large plutôt que sur l’analyse d’œuvres singulières.  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Roman policier et démocratie (Université Paris Nanterre)

Appel à contributions : La Science-fiction et l’enseignement du politique (Revue Relief)

Numéro la revue Relief : “La Science-fiction et l’enseignement du politique”

sous la direction de Colin Pahlisch et Gaspard Turin

Échéance des propositions : 31 janvier 2023
 
Le renouveau de la SF en France depuis la fin du XXe siècle, dans le sillage de la Nouvelle Science-fiction Française, porté en particulier par Alain Damasio et les auteur·ice·s du collectif Zanzibar, semble avoir deux effets concomitants. D’une part un « retour du politique[1] », au sein des textes publiés mais aussi à travers une présence interventionniste au-delà du champ strictement littéraire (ZADs et milieux militants, musique, arts vivants…) ; d’autre part – mais ceci reste à vérifier – au-delà du niveau local : un certain engouement pour l’enseignement des œuvres de Damasio et leur mise au programme dans les classes de français du secondaire.

De ce double constat initial se dégagent trois pôles, dont les possibilités articulatoires définissent dans ses grandes lignes les enjeux de ce numéro : le politique (compris après Rancière (2005) comme gouvernementalité à tous niveaux d’organisation collective, voire comme « débordement »), la science-fiction, l’enseignement. On évitera de matérialiser cette articulation en formulant des questions trop simplistes ou mal informées, comme « La SF est-elle enseignable ? » (la réponse est oui). En revanche, on considèrera comme fécond de formuler une problématique selon l’un ou l’autre des axes suivants, auxquels nous ajoutons quelques questions générales en manière d’exemples synthétiques. Ces questions n’ont évidemment pas vocation à couvrir l’ensemble de la problématique envisagée ici. 

Axe 1 : Quelle place pour le politique dans l’enseignement (de la SF) en littérature ? 

La lecture littéraire scolaire, contrairement à d’autres disciplines comme l’histoire ou la philosophie, ne considère ni dans ses traditions, ni dans ses programmes officiels, ni dans ses pratiques déclarées de lien évident avec un quelconque devoir d’éducation politique. Alors que, si l’on s’attache à observer les enjeux didactiques de la discipline du français (ou d’une autre langue) sous l’angle d’une théorie de l’action conjointe, telle qu’elle est notamment représentée par G. Sensevy (2011), on réalise que les faits enseignables sont indissociables des valeurs qui les sous-tendent, qu’« évaluation et description s’entrelacent » (Putnam, cité par Sensevy, 707) et que toute ingénierie didactique se doit d’intégrer une dimension éthique. Cette dimension, en effet, se révèle toujours, qu’elle soit ou non interrogée. Son interrogation effective implique d’instituer activement les perspectives politiques ainsi révélées, et de nourrir par un dialogue informé entre élèves et enseignant·e·s les questionnements qui ne manqueront pas d’émerger. Continuer la lecture de Appel à contributions : La Science-fiction et l’enseignement du politique (Revue Relief)

Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Colloque : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles

14 -15 septembre 2023, Université de Gand, Belgique

Échéance des propositions : 15 novembre 2022

En partenariat avec l’université d’Anvers (Belgique), l’université de Göteborg (Suède), l’université de Louvain (Belgique) et la Vrije Universiteit Brussels (VUB) (Belgique)

L’histoire du féminisme et le féminisme à travers la littérature sont souvent étudiés séparément, alors que ces deux domaines sont fortement liées. Afin de mieux étudier leurs points communs et leurs intersections, ce colloque international propose d’aborder le thème du féminisme à travers le prisme médiatique. Plus spécifiquement, nous proposons d’aborder les modes de popularisation (nationaux, internationaux, transnationaux) auxquels les militant(e)s des droits des femmes (journalistes, rédacteurs en chef, écrivains) ont eu recours du début du dix-neuvième jusqu’à la fin du vingtième siècle. Le but de ce colloque est d’engager une discussion sur l’évolution et surtout les transformations culturelles et idéologiques du féminisme au-delà des frontières géographiques et linguistiques.

Ce colloque est organisé grâce à un projet financé par le fonds de la recherche scientifique flamande (FWO) affilié à l’université de Gand (Belgique). Cet appel à contributions concerne toute question et tout thème liés au sujet principal, mais nous nous intéresserons plus particulièrement aux perspectives transnationales et transculturelles, aux approches multilingues et globales, sur le thème du féminisme. Pour des questions pratiques, la langue de travail du colloque sera l’anglais.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Parution : Pif Gadget et le Communisme (M. Rannou)

Maël Rannou, Pif Gadget et le Communisme. 1969-1993, Un hebdomadaire de BD et ses liens avec le parti communiste français, PLG., Coll. “Mémoire Vive”, 2022. 

Les liens entre Pif Gadget et le Parti communiste français sont connus mais apparaissent souvent comme lointains, voire un peu folkloriques, sans grande influence sur le contenu. Or, si le journal n’est certainement pas une petite Pravda, ces liens ne sont pas anecdotiques. Cela se ressent dans l’histoire du journal et de plusieurs de ses auteurs mais s’ancre également dans les choix éditoriaux, qu’il s’agisse des thématiques abordées dans les rédactionnels, d’approches originales dans le traitement des héros ou de liens avec les pays de l’Est. Dans cet ouvrage, construit sur une lecture attentive des magazines, d’articles et d’entretiens divers, éclairés de recherches nouvelles, Maël Rannou observe divers axes du magazine et révèle les liens bien plus resserrés qu’il n’y paraît de prime abord entre le Parti et son journal vedette, qu’il n’a jamais vraiment quitté du regard.

Rachel Nadon (Université de Sherbrooke, Université Paris Nanterre)

Détentrice d’un doctorat en littératures de langue française de l’Université de Montréal, Rachel Nadon effectue un stage postdoctoral sur les « poétiques de la lecture et les politiques de l’émotion dans la presse jaune criminelle au Québec (1940-1960) », sous la direction de Marie-Pier Luneau (Université de Sherbrooke) et de Matthieu Letourneux (Paris Nanterre).

Elle travaille plus largement à une histoire culturelle de la presse jaune au Québec, dont elle cherche notamment à reconstituer l’écosystème. Elle s’intéresse également depuis plusieurs années aux rapports entre littérature et politique dans les romans québécois (XXe-XXIe siècles) et dans les revues intellectuelles et les formes périodiques en général (tracts, brochures, fascicules). Elle a co-dirigé le collectif Relire les revues québécoises : histoire, formes et pratiques, qui a été publié en 2021 aux Presses de l’Université de Montréal.

Elle est aussi membre du comité de rédaction et secrétaire de la revue d’histoire culturelle et intellectuelle Mens.

Intérêts de recherche

  • Littérature québécoise
  • Politiques de la littérature
  • Théorie et histoire des périodiques
  • Cultures populaires et médiatiques (XXe-XXIe siècles)
  • Sociologie de la littérature 

Continuer la lecture de Rachel Nadon (Université de Sherbrooke, Université Paris Nanterre)

Appel à contributions : Humour graphique en transition(s) (MSH Poitiers)

Journée d’études : Humour graphique en transition(s)

21 octobre 2022, Université de Poitiers

Cette journée d’études fait suite à plusieurs manifestations scientifiques organisées par l’université de Poitiers, à l’occasion desquelles les thèmes de la circulation des modèles artistiques et culturels ou de l’humour en contexte de conflit ou post-conflit, ont été abordés dans une perspective transdisciplinaire. Elle reprendra les thèmes précédents et se propose d’élargir la perspective d’étude.

Il s’agira de traiter du rôle de l’humour dans les périodes de transition démocratique, généralement marquées par la conquête de nouveaux espaces de liberté, tout comme par le maintien d’une censure ou d’une autocensure, ou la volonté de s’ouvrir sur l’extérieur dans le but de s’inspirer et de s’emparer de modèles artistiques étrangers. On pense, par exemple, à l’influence de Charlie Hebdo ou de Punch dans les revues espagnoles Hermano Lobo, Por Favor ou El Papus de la fin du franquisme.

Seront privilégiés les axes suivants :

– la place spécifique de la caricature dans la phase de décomposition des systèmes dictatoriaux, dont les fissures ménagent (parfois) les espaces de liberté et génèrent (souvent) un renouvellement des formes graphiques de l’humour dans un rapport mouvant entre l’interdit, le toléré et le tolérable ;
– les transferts culturels, les échanges, les regards croisés, ainsi que la circulation d’images satiriques, d’une rive à l’autre de l’Atlantique ou d’un pays à l’autre de l’Europe occidentale, à propos de ces régimes dictatoriaux dont l’idéologie était la normalisation idéologique et esthétique de la culture.
– Aires géographiques : Amérique latine + Europe occidentale.

La journée d’étude sera organisée en mode hybride et donnera lieu à une publication postérieure.

Les propositions de communications (en français ou espagnol) sont à adresser avant le 1er juillet 2022 à ludivine.thouverez@univ-poitiers.fr et à joaquin.henri.billard@univ-poitiers.fr.

CFP : Depictions of Power: Strategy and Management Games (Simon Dor, ed.)

“Depictions of Power: Strategy and Management Games”

Edited by Simon Dor

This call seeks chapters to be included in an edited book that would be titled Depictions of Power: Strategy and Management Games. Accepted proposals will be included in a submission for the collection “Approaches to Digital Game Studies” at Bloomsbury.

Deadline for proposals : August 15th, 2022

Full contributions expected by March 1st, 2023

“… one needs to comprehend how power operates, especially in games, for games are an artform of power and choice.”

Mary Flanagan (2019)

 

Call for papers

One could say that strategy and management games are the quintessential depictions of power. Rather than being centered on a single character, these games put the players in situations where they have power over other entities or other players. Moreover, narrative contextualization in the genre depicts the player as a leader, manager, governor, warden, general, or even as a god of some sort. As such, they take an implicit or explicit stance on power, through control, agency, identity, ownership, affiliation, or loyalty, for instance. Continuer la lecture de CFP : Depictions of Power: Strategy and Management Games (Simon Dor, ed.)

Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Séminaire doctoral Science-fiction, séance 2 : “Politiques de l’imaginaire“.

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h, Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).

Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Colloque: Les écrits sauvages de la contestation (Université de namur)

Colloque Les écrits sauvages de la contestation

2 et 3 juin 2022

Le Delta, Centre culturel provincial, salle Tambour (Avenue Fernand Golenvaux 18, 5000 Namur, Belgique)

Organisé par l’Observatoire des Littératures Sauvages (OLSa)

INSCRIPTIONS : olsa@unamur.be

Présentation

Les crises sociales et politiques sont souvent accompagnées d’écrits spontanés et éphémères accueillis sur des supports de fortune : collages contre les féminicides, revues artisanales, tags, banderoles du confinement et pancartes brandies lors des marches pour le climat reposent de la sorte sur une dynamique collective et anonyme, font rayonner des revendications et nous interpellent. Comment ces écrits émergent-ils ? Quelles sont leurs formes, leurs logiques et leurs enjeux ? Quelles argumentations et quels récits esquissent-ils ? Comment tirent-ils parti du support qui les accueille ? Comment un slogan devient-il viral ? Comment ces écritures sauvages survivent-elles ? Continuer la lecture de Colloque: Les écrits sauvages de la contestation (Université de namur)