Archives par mot-clé : politique

Parution : Retour sur Formes et politiques de la bande dessinée (1998) – Entretien avec Jan Baetens

Retour sur Formes et politiques de la bande dessinée (1998) – Entretien avec Jan Baetens, Publié sur le site du9.org, mai 2021.

« Sébastien Conard : Il y a un peu plus de vingt ans, vous publiez Formes et politiques de la bande dessinée (Peeters/Vrin, 1998), un petit livre tout aussi concis que précis, réparti en quatre parties correspondantes à quatre foyers de recherche : (1) la couleur ; (2) les rapports entre texte et image « au sein du genre mixte qu’est la bande dessinée », relevant par là le concept de graphiation (de Philippe Marion) ; (3) l’apport de certains traits formels à la construction du récit  ; et (4) enfin, « les premiers jalons d’une analyse politique du genre ». Couleur, texte et image, récit, politique : voilà un quatuor de choc qui devrait continuer à faire valser la bande dessinée.
Il me semble opportun de mesurer les changements et les tournants du champs depuis deux décennies. Quelques années auparavant, votre collègue Benoît Peeters indiquait des « nouveaux territoires » pour la bande dessinée à venir dans un court ouvrage (La bande dessinée. Un essai pour comprendre, Un essai pour réfléchir. Flammarion, 1993) : le renouveau graphique, l’ambition narrative ou littéraire, la féminisation et la reconquête de l’enfance en étaient quelques-uns. Vous y ajoutiez la nécessité d’une production diversifiée — tant au niveau des créations que des lectorats — et d’une certaine « réinsertion sociale » du médium. Nous reviendrons inévitablement sur ces questions. En tout cas, votre propre “quatuor” d’enjeux pourrait, lui aussi, faire office de checklist quant aux évolutions du récit graphique depuis 1998…

Jan Baetens : Avant d’aborder les questions que vous avez eu la gentillesse de préparer à partir d’un petit livre qui m’est toujours resté très cher, permettez-moi de vous remercier de cette « exhumation ». Je suis sincèrement ravi de voir que Formes et politiques de la bande dessinée, volume à ma connaissance non encore épuisé, parvient toujours à retenir l’intérêt de jeunes créateurs et théoriciens (dans votre cas, la distinction entre les deux devient oiseuse, ce qui n’est pas pour me déplaire). Cela dit, il est important de souligner d’emblée que le monde de la bande dessinée a changé comme le monde lui-même, même si c’est de manière beaucoup moins dramatique, bien entendu. Dans le domaine francophone, ces mutations profondes ont été fort bien commentées et analysées par Thierry Groensteen, notamment dans deux de ses livres qui, avec une bonne dizaine d’années de distance, ont fait le point sur la situation et de l’art et du marché de la bande dessinée : Un objet culturel non identifié (Angoulême, éd. de l’An 2, 2006), puis La Bande dessinée au tournant (Bruxelles : Les Impressions Nouvelles, 2017). Ce diptyque permet de mesurer la distance parcourue entre l’époque où la bande dessinée était toujours à la recherche de sa légitimité et celle où elle est parvenue à trouver sa place au sein — je ne dis pas au cœur — de la culture mainstream.

Quant au discours proprement universitaire, il a également beaucoup évolué. (…) »

Lire la suite

Parution : La Commune en romans (Rocambole n°95/96)

Rocambole, « La Commune en romans », dir. Daniel Compère, n°95/96, été-automne 2021 (à paraître)

Le Rocambole ne pouvait ignorer le 150e anniversaire de la Commune de Paris. Non pour célébrer l’événement ou l’analyser, ni parce qu’il s’agit d’une insurrection populaire, mais parce que de nombreux romanciers l’ont vécu et s’en sont inspirés. Comme l’affaire Dreyfus, elle a divisé pour longtemps les Français, entre fédérés et Versaillais, insurgés et légitimistes. Aujourd’hui, les passions sont retombés (enfin presque !) et voici le temps de regarder ce qu’en disent les romanciers populaires.
Nous sommes en effet frappés — encore une fois — que les ouvrages et articles qui ont l’ambition d’observer les relations entre les écrivains et la Commune, ignorent les romans populaires, ou quasiment tous. Cette ignorance tient au fait que les auteurs de ces travaux en restent souvent aux auteurs légitimés et ne pensent pas à sortir un peu de ce domaine bien balisé. Certes, s’intéresser aux romans populaires demande plus de travail : il faut les repérer dans la presse ou sous des plumes peu connues, les trouver, les lire, les analyser. Mais, comme vous le verrez à la lecture de ce dossier, la recherche en vaut la peine. Il y a des textes tout à fait passionnants dans le secteur qui nous intéresse. Et ils ne manquent pas !

Continuer la lecture de Parution : La Commune en romans (Rocambole n°95/96)

Parution : Égalité, Edward Bellamy

Edward Bellamy, Égalité, Publie.net, 2021 [1897]

Auteur en 1888 de Dans cent ans ou l’an 2000 qui connut un succès mondial et de multiples éditions en France à partir de 1891, Edward Bellamy propose une suite de ce classique de l’anticipation utopique avec Égalité (Equality). De ce second roman, seule « La parabole du réservoir d’eau » a largement été diffusée dans la presse libertaire et socialiste. Mais bien d’autres aspects du texte sont importants : Bellamy place les femmes à égalité avec les hommes (éducation, mariage, vie professionnelle, revenus, vêtements…), se positionne comme auteur précurseur de l’économie distributive (revenus annuels non capitalisables, propriété d’usage…), questionne la défense de l’environnement, la protection des animaux, l’impact des activités humaines sur la Terre, ainsi que l’unité de l’humanité (chaque habitant parle sa langue maternelle et la langue universelle). Il ne néglige pas non plus les progrès techniques et l’on voit apparaître l’électroscope, les disques phonographiques, les voitures à moteur et les véhicules aériens… Il invente également — il écrit ces lignes en 1897 — une « carte de crédit » qui permet aux citoyens du XXe siècle de régler toutes leurs dépenses.
Pour la première fois, ce texte majeur de la littérature d’anticipation utopique est disponible en français.

Traduction de Paul Zimmermann, revue, complétée et modernisée par Philippe Éthuin.

Parution : Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle (Bertrand Tillier)

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.
Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Parution: Narrative Mechanics. Strategies and Meanings in Games and Real Life (Beat Suter, René Bauer, Mela Kocher, eds.)

Beat Suter,  René Bauer and Mela Kocher (eds.), Narrative Mechanics Strategies and Meanings in Games and Real Life, Transcript, 2021

Presentation

What do stories in games have in common with political narratives?

This book identifies narrative strategies as mechanisms for meaning and manipulation in games and real life. It shows that the narrative mechanics so clearly identifiable in games are increasingly used (and abused) in politics and social life. They have »many faces«, displays and interfaces. They occur as texts, recipes, stories, dramas in three acts, movies, videos, tweets, journeys of heroes, but also as rewarding stories in games and as narratives in society – such as a career from rags to riches, the concept of modernity or market economy. Below their surface, however, narrative mechanics are a particular type of motivational design – of game mechanics.

 

 

Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850), Vittorio Frigerio, UGA Éditions, 2021.

Considéré d’habitude comme le «père» de l’anarchisme français, Pierre-Joseph Proudhon entretient un rapport ambivalent avec la création littéraire. Cet essai retrace la relation de Proudhon à la littérature, telle qu’elle apparaît à travers ses ouvrages, pour ensuite analyser les discours tenus dans ses quatre journaux sur les triomphes du roman-feuilleton et qui ébauchent la théorie d’un feuilleton progressiste et révolutionnaire, capable de diffuser auprès du lectorat populaire, par le biais de la fiction, les idées et les théories qui aideront à son affranchissement. Une présentation des romans-feuilletons parus dans le journal Le Peuple est suivie par une étude plus approfondie de l’un d’entre eux, le roman Le Mont Saint-Michel, qui narre les aventures d’un groupe de républicains lors du célèbre épisode de la barricade du cloître Saint-Merry, clou tragique de l’insurrection avortée de 1832. Convoquant de nombreux auteurs connus (Michelet, Stendhal, Victor Hugo et Alexandre Dumas père) et oubliés, cette analyse veut offrir une réflexion sur la nature du roman historique et de l’écriture historiographique pendant une période clef pour leur développement.

Continuer la lecture de Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Call for papers : edited collection “Participatory Culture Wars: Controversy, Conflict and Complicity in Fandom”

CFP: Edited collection “Participatory Culture Wars: Controversy, Conflict and Complicity in Fandom”

Deadline: 31 July, 2021

Edited by Dr Simone Driessen, Bethan Jones, Dr Benjamin Litherland

Presentation

It has become increasingly clear that fandoms and participatory culture are sites of controversy, conflict and even complicity, complicating earlier assessments that sought to celebrate creativity, collegiality, and community. As we continue to make sense of the consequences of web 2.0, the study of fans – the affective bonds, identities, and productive cultures of a highly mediated and networked society – is vital in understanding our current moment, whether expressed in debates about “cancel culture” or ongoing “culture wars”. Fans have had to rethink and reassess their relationships to fan objects, consider their role in reproducing global systems of inequality, and reflect on the meaning of participation in an era that is marked by both moral ambivalence and political earnestness. Continuer la lecture de Call for papers : edited collection “Participatory Culture Wars: Controversy, Conflict and Complicity in Fandom”

Webinaire Parodies audiovisuelles : « Silence, on détourne ! » (Jost)

François Jost, « Silence, on détourne ! »

14 mai 2021, 14h-15h30

Séance du webinaire Parodies audiovisuelles, organisé par le programme de recherche « Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles » de l’unité de recherche RIRRA 21 (EA 4209), au sein de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Organisateurs : Sarah Hatchuel et David Roche.

Lien de connexion sur la page dédiée.

Présentation

Cette intervention part de la définition que Genette donne de la parodie : celle-ci est caractérisée par un critère fonctionnel (le ludique, par opposition au sérieux), un critère relationnel (la transformation vs l’imitation) et par son efficace dans des formes courtes.
Tous ces traits formels doivent être remis en cause pour penser les parodies audiovisuelles, notamment en raison de la métaphore du texte, qui, pour utile qu’elle fût, se révèle aujourd’hui insuffisante. À partir d’exemples filmiques ou télévisuels, on montre qu’il n’est guère de parodie sans imitation et qu’un aspect fondamental doit être pris en compte : le fait que l’activité parodique s’exerce in praesentia ou in absentia. Tout paramètre de l’image ou du son pouvant être parodié, le territoire de la parodie est immense. J’en recense ici différentes formes, plus ou moins identifiables ou compréhensibles selon les savoirs mis en jeu. Ce dernier critère permet de tracer une frontière entre parodies et mèmes.
Sémiologue et Professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur la télévision et la sémiologie des médias. En savoir plus.

Parution : Media Work, Mothers and Motherhood (S. Liddy, A. O’Brien, ed.)

Susan Liddy, Anne O’Brien (ed.), Media Work, Mothers and Motherhood. Negotiating the International Audio-Visual Industry, Routledge, 2021

Presentation

This interdisciplinary and international volume offers an innovative and critical exploration of the impact of motherhood on the engagement of women in media and creative industries across the globe. Diverse contributions critically engage with the intersections and overlap between the social categories of worker and mother, and the work of media production and maternal caregiving.

Conflicting ideas about, and expectations of, mothers are untangled in the context of the working world of radio, film, television and creative media industries. The book teases out commonalities between experiences that are evident across a number of countries, from Hollywood to Bollywood, as well as examining the differences between class, religion, maternal status and cultural frameworks that surround working mothers in various nation states. It also offers some possibilities for ways forward that can improve the lives of women workers who are also mothers.

A timely and valuable contribution to international debates on equality, mothers and motherhood in audiovisual industries, this book will be of interest to scholars and students of media, communication, cultural studies and gender, programmes engaged with work inequalities and motherhood studies, and activists, funders, policymakers and practitioners.

Continuer la lecture de Parution : Media Work, Mothers and Motherhood (S. Liddy, A. O’Brien, ed.)

Séminaire : Stars, Myths and Politics (L. Cortade, New York Univ., Paris)

Intensive seminar : “Stars, Myths and Politics”

June 8-18 2021

NYU Paris – 57 boulevard Saint-Germain, Paris 5e

Instructor: Prof. Ludovic Cortade (New York University)

This intensive seminar (4 to 5 hours per day) is open to graduate students and scholars with an interest in French cinema and theory. Discussions are conducted in English. 

Presentation

 Myths are incarnated by actors on the screen. Movie stars like Charlie Chaplin, Brigitte Bardot, Jean Gabin, Greta Gardo, Marlon Brando or Catherine Deneuve form idealized images. To study the stars and the myths of cinema is, therefore, to analyze the way in which films generate and reflect a “collective instinct” (André Malraux) validated by the public.

Cinematic myths are the product of a sociological context: as André Bazin put it, every film is a “social documentary” revealing our beliefs, our aspirations, and our dreams throughout history. In this seminar, participants will discuss myths in cinema as the main entry point to politics and history. Students will analyze film form, narratives, aesthetics and critical texts through the lens of models of nation, class, ethnicity and gender in French society.

In light of landmark films and key theoretical texts, students and auditors will analyze how the first generation of French directors and film critics (Canudo, Delluc, Malraux, Bazin, Morin) laid the foundations of the mythical function of cinema.

Participants will also discuss how the birth of a new generation of French actors, directors and theorists in the second half of the 20th century debunked the collective beliefs and the ideology underlying stardom. Barthes’s “mythologies,” Brecht’s “distancing,” Godard’s iconoclasm and the Marxist stance of the Cahiers du cinéma film critics all called into question the “mythical” representations of nation, class, gender and ethnicity in French cinema.

The moviegoers and the citizens of France then ushered in an “age of suspicion,” which was twofold: the desacralization of the film industry brought on by the advent of television and the dissemination of stardom through social media went hand in hand with the crisis of collective beliefs and confidence that characterized politics in France at the end of the 20th century. The dusk of stardom paved the way for nostalgic intertextuality, pastiche and irony.

Theorists, directors and films discussed in the seminar include (by alphabetical order): Louis Aragon, Antonin Artaud, Roland Barthes, André Bazin, Walter Benjamin, Bertolt Brecht, Riciotto Canudo, Louis Delluc, Jean Epstein, Hegel, André Malraux, Marcel Mauss, Edgar Morin, Paul Valéry.

About the instructor

Ludovic Cortade is Associate Professor in the Department of French Literature, Thought and Culture and an Associate faculty in the Department of Cinema Studies (Tisch School of the Arts) at New York University. Cortade is the author of Cinéma de l’immobilité : style, politique, réception and Antonin Artaud – la Virtualité incarnée. His research fields include : History, Aesthetics, Theory of French Cinema ; French Literature and Film ; Politics of Film ; Cinematic Representations of Space. His articles and book chapters focus on Godard, Truffaut, Renoir, Malle, Leiris, Epstein and Bazin.

Contact

lc104@nyu.edu

Continuer la lecture de Séminaire : Stars, Myths and Politics (L. Cortade, New York Univ., Paris)