Archives par mot-clé : politique

Appel à communications : Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique (Paris)

Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique

3 mai 2024

Paris

Date d’échéance : 4 mars 2024

Journée d’étude et de création organisée par Camille Bloomfield (Université Paris-Cité, CERILAC), Caroline Giraud (instapoétesse), Liza Hammar (Université du Québec à Montréal), et Marc Jahjah (Université de Nantes).

Texte de l’appel :

La poésie bénéficie actuellement, comme l’ont remarqué plusieurs critiques et journalistes, d’un spectaculaire retour en grâce auprès des jeunes générations. Ce regain d’intérêt semble s’expliquer en partie par une recrudescence des pratiques créatives sur le web, plus particulièrement sur les réseaux sociaux, qui offrent nombre d’outils facilitant notamment un aspect visuel soigné et des productions multimédia complexes (texte, image et son souvent en dialogue), tout en ayant l’avantage d’être moins intimidantes que le papier. La littérature numérique, longtemps réservée à des créateurs et des créatrices ayant un niveau élevé de maîtrise des technologies, est ainsi, depuis une quinzaine d’années, accessible à toute personne dotée d’un smartphone, ce que Leonardo Flores a identifié comme étant la marque de la troisième génération de la « littérature numérique ». Continuer la lecture de Appel à communications : Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique (Paris)

Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

Rennes

Date d’échéance : 13 mars 2024

Texte de l’appel :

Ce deuxième numéro de la revue L’ELaborée mêlera recherche et création. Nous souhaitons pour ce second numéro proposer un format hybride, qui comportera quatre créations originales, et huit articles. Pour les créations, nous souhaitons avoir une nouvelle de fiction, de la poésie, une création visuelle, et une illustration. Les contributeurices sont à définir, nous les contacterons directement, sans appel à communication de ce côté. Étant chercheur·euse·s en histoire et en littérature, nous ne nous sentons en effet pas légitimes à répondre à un appel à communications de ce côté.

En ce qui concerne l’aspect recherche, nous ouvrons un appel à communications qui visera à sélectionner huit articles. Ces derniers seront publiés sous deux formats : un format « traditionnel » sur notre carnet Hypothèses ; et un format court (environ trois pages) qui sera publié dans une version papier. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

PARUTION : Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques

Acta Fabula, Dossier Critique n°74, « Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques », sous la direction d’Esther Demoulin et Léo Mesguich, 2024

Ce dossier a initialement été conçu en milieu d’année 2023. Nous souhaitions revenir sur un certain nombre de publications importantes autour des liens fructueux entre littérature et politique, en particulier dans le champ littéraire contemporain. L’actualité éditoriale récente, celle de la rentrée d’hiver 2024, a confirmé cette tendance avec la parution de plusieurs ouvrages remarqués — Littérature et Révolution de Joseph Andras et Kaoutar Harchi ; Contre la littérature politique, ouvrage collectif paru chez La Fabrique ; Défaire voir. Littérature et Politique de Sandra Lucbert —, et a nécessité d’agrandir la liste d’ouvrages recensés. Mêlant perspectives diachroniques et synchroniques, prises de position d’auteur∙rices et réflexions de contemporanéistes, les recensions réunies dans ce dossier permettent un riche tour d’horizon.

Plusieurs recensions proposent en effet de repenser cette réflexion sur le politique en littérature au moyen d’une nouvelle historiographie. Sylvie Servoise, dans son récent « Que sais-je ? » commenté par Aurore Turbiau, privilégie ainsi, à la différence de Benoît Denis, une vision transhistorique large en faisant de Christine de Pizan une des figures fondatrices de l’engagement en littérature. Son essai permet de la sorte de remettre en cause la consécration du XXe siècle : ce qui a fait la spécificité du siècle de Sartre, c’est son appréhension théorique de l’engagement et du contre-engagement. Il est en cela frappant de constater à quel point les ouvrages récents témoignent d’une forme de hantise pour la théorie. D’une part, les écrivain·es refusent bien souvent la forme de l’essai au profit de formes fictionnalisées (comme celle du conte, privilégiée par Lucbert et Volodine) ; d’autre part, les universitaires reviennent sur la nécessité d’une interaction fructueuse entre écrivains et commentateurs — Mathilde Roussigné suggère de réfléchir à une étude avec les textes plutôt qu’à une étude des textes, révélant un refus du surplomb largement partagé par les auteur·ices du dossier. Ce que souligne enfin l’essai de Sylvie Servoise, c’est à quel point la notion d’engagement n’a jamais eu bonne presse. Associé à un militantisme de mauvais aloi, la littérature engagée et les postures d’auteur qui lui sont associées sont communément décriées sans jamais être clairement définies. Denis Saint-Amand propose ainsi un addendum nécessaire à notre Dictionnaire des idées reçues contemporaines : « Littérature engagée — On ne sait pas ce que c’est. Tonner contre. »

En cela, la littérature politique suggérée par les publications récentes semble souvent (mais pas toujours) négative. Le tonneau de Sartre fièrement planté devant l’usine Billancourt se voit remplacé par la tribune vide du conte de Volodine : l’écrivain·e n’est attendu·e par personne, ce qui explique peut-être en partie l’absence de réflexions concrètes sur l’engagement effectif des écrivain·es — Harchi et Andras exceptés. Foin du bloc : mis à part certains concepts issus des sciences sociales, aucun métalangage ne fait l’unanimité et aucune démarche collective claire ne semble émerger. Ni les critiques ni les auteur·ices ne cherchent à faire école, et les ouvrages collectifs recensés ne sont jamais écrits à plusieurs mains. Et pourtant… L’intérêt majeur du dossier consiste peut-être à offrir une série d’éclairages sur les divisions internes au champ contemporain : tout oppose les positions expérimentales de Nathalie Quintane ou de Sandra Lucbert et l’art calqué sur le réel qu’Edouard Louis appelle de ses vœux dans son dialogue avec Ken Loach. Car c’est bien la littérature dite des transfuges de classe, « la littérature-de-ceux-qui-parviennent-à-tout-prix » selon le mot de Sandra Lucbert, qui semble l’ennemi contre lequel il faut désormais tonner. En attendant, Houellebecq se porte comme un charme.

Continuer la lecture de PARUTION : Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques

Appel à communications : La mer dans la littérature jeunesse. Enjeux politiques, écologiques et éducatifs (Amiens)

La mer dans la littérature jeunesse : Enjeux politiques, écologiques et éducatifs

4 et 5 décembre 2024

Université de Picardie Jules Verne, La Citadelle, Amiens

Date d’échéance : 1er juin 2024

Colloque organisé par Noëlle Benhamou (INSPE /Université de Picardie Jules Verne, CERCCL), Zoé Commère (INSPE /Université de Picardie Jules Verne, CAREF), Anne Delbrayelle (INSPE /Université de Picardie Jules Verne, CAREF), et Béatrice Finet (INSPE /Université de Picardie Jules Verne, CAREF).

Texte de l’appel : 

Les souvenirs émus d’écrivains rappelant leurs lectures d’enfance en témoignent : la mer fait rêver les jeunes lecteurs de longue date, comme le montrent le récit que fait Vallès de sa lecture de Robinson Crusoé au chapitre XI de L’Enfant[1] ou la parodie des romans maritimes verniens restituée par Sartre dans Les Mots[2]. Qu’il s’agisse de textes écrits pour de jeunes lecteurs, d’œuvres appropriées par elle ou adaptés à son profit par l’école ou par les éditeurs, les récits mettant en scène l’espace maritime sont anciens, nombreux et variés : Les Voyages de Sindbad le marin, Les Aventures de Télémaque, celles de Gulliver, d’Énée, d’Ulysse dans un premier temps[3]. La découverte du nouveau continent et les explorations maritimes qui l’accompagnent vont ensuite donner naissance aux robinsonnades, aux histoires de pirates et autres récits d’aventures en mer[4]. Continuer la lecture de Appel à communications : La mer dans la littérature jeunesse. Enjeux politiques, écologiques et éducatifs (Amiens)

Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Morgane Gay-Bianco, OSS 117, l’espion est-il mat ?, Antipodes, Collection “GRHIC”, 2023

Jean puis Josette Bruce publièrent plus de 240 romans d’OSS 117 entre 1949 et 1972; tous mettant en scène l’espion de la CIA, Hubert Bonisseur de la Bath, qui parcourt un univers simpliste, exotique et érotisé pour sauvegarder le Monde Libre. Suivant une recette bien rôdée, chaque épisode est une partie d’échecs où le lectorat est au fait des règles et des subtilités et où, en plus, il connaît à l’avance le gagnant. Le succès de la série paralittéraire en fait un objet de recherche de choix pour appréhender les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Dans les années 1950, la fiction d’espionnage représente un marché lucratif pour de nombreuses maisons d’édition françaises. Dix ans plus tard, les grands éditeurs fusionnent et le roman d’espionnage est de plus en plus assimilé à quelques grands noms, dont la série OSS 117 de la famille Bruce. À première vue, l’évolution du genre paralittéraire suit les mutations des cultures de Guerre froide où le manichéisme des années 1950 pressenti dans le bloc occidental se complexifie et s’ambiguïse la décennie suivante avec l’ajout de nouvelles menaces dont les perturbations dues à la décolonisation et les tensions éclatant au sein des deux blocs. L’analyse de l’univers de références de la série OSS 117 appréhende les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Continuer la lecture de Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Journée d’études : Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

15 décembre 2023

Sciences Po, campus St-Thomas / 1 place Saint-Thomas d’Aquin 75007 Paris, salle B.001

Organisé par le CEVIPOF et l’École de recherche de Sciences Po

Programme

  • 8h30-9h accueil et petit déjeuner
9h-11h Panel 1 : “Institutions politiques et pop culture”, animé par Nelly Quemener
  • Djamel Chikh ” La chanson populaire engagée : une politisation alternative” 
  • Antonio Athayde Sauandaj De la relation para-sociale à l’homologie structurale : les usages politiques de la pop culture dans les présidentielles brésiliennes de 2022 thèse portant sur l’instrumentalisation des discours masculinistes dans le cadre de la stratégie de communication politique de Jair Bolsonaro au Brésil.” 
  • Aghiad Ghanem “la politisation des musiques sha’bî en Syrie, des années 2000 à nos jours”
  • Aina Razafimahefa “Au rythme des urnes : le rôle de la musique dans la mobilisation des électeurs à Madagascar” 

Continuer la lecture de Journée d’études : Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

Colloque : Les inégalités de représentation à l’écran

Les inégalités de représentation à l’écran

5 et 6 décembre 2023

Lieu des conférences : Salle Athéna – Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle. 4 rue des Irlandais, Paris 5ème.

Lieu de la projection du film : Salle de cinéma “Studio des Ursulines”. 10 rue des Ursulines, Paris 5ème.

Organisé par Oliver Salas Herrera et Perrine Boutin, IRCAV

Ce colloque propose une rencontre sur l’éducation aux médias et les inégalités, fusionnant l’étude du secteur audiovisuel et ses relations avec les questions sociologiques. Nous aborderons divers sujets, tels que l’inégalité entre les sexes, la lgtbiphobie, le racisme, la glottophobie, entre autres. 

Programme :

5 décembre 2023
09h30: Ouverture du premier jour – accueil et petit déjeuner

10h30: Explication du contenu du colloque et déclaration d’intention.

Session 1:
11h00: Conférence 1 « Quand une chaine de télévision publique promeut des livres, quelle place y occupent les autrices? » – Martine Pons-Desoutter et Virginie Zampa.
11h30: Conférence 2 « La représentation de l’inclusion sur les réseaux sociaux: entre ségrégation validiste et stéréotype du supercrip » – Caroline Corbal-Albessard.
12h00 : Conférence 3 « La représentation transféminine dans les films et séries(2012-2022) à l’intersection du regard cis et de la transmisogynie » – Jasmine Mokrim. Continuer la lecture de Colloque : Les inégalités de représentation à l’écran

Colloque : Pop after Communism. The Transformation of Popular Culture after 1989/90

15-17 novembre 2023

Flutgraben, Berlin (Allemagne)

Organisé par Jürgen Danyel (ZZF Potsdam)

Les jours 2 et 3 de la conférence se dérouleront en langue anglaise.

PROGRAM

Day 1 (15 Nov. 2023)

18:00  
Book presentation / Buchpräsentation (in German):
Jens Balzer: „No Limit. Die Neunziger – das Jahrzehnt der Freiheit“

Der Journalist Jens Balzer erzählt in seinem im Juni 2023 erschienenen Buch von einem Jahrzehnt, in dem man an die Zukunft glaubte und ans »anything goes« – und in dem doch auch ein neues Zeitalter der Grenzen, der Identitäten und der Kämpfe begann. Er unternimmt einen Streifzug durch die Aufbrüche und Abgründe der Popkulturgeschichte und geht dabei auch auf Aspekte ein, die Gegenstand der Tagung sind.

Die Präsentation des Buches  bildet den Auftakt der Tagung und kann unabhängig von dieser besucht werden.

Day 2 (16 Nov. 2023)

Welcome and Introduction

9:00 – 9:30   
Jürgen Danyel (ZZF Potsdam): Pop in Transition. Perspectives on post-Communist Popular Culture Continuer la lecture de Colloque : Pop after Communism. The Transformation of Popular Culture after 1989/90

Appel à contributions : Discours institutionnels dans les médias sociaux : quelles transformations ? (Revue Synergies Italie)

Discours institutionnels dans les médias sociaux : quelles transformations ?

Date d’échéance : 15 janvier 2024

Appel à contributions pour n° 21/2025 de la revue Synergie Italie, revue francophone indexée dans de nombreuses bases de revues scientifiques dont ERIH PLUS, Scopus et Anvur. Numéro coordonné par Carine Duteil et Stefano Vicari.

Texte de l’appel

Depuis au moins une dizaine d’années, les discours numériques font l’objet de plus en plus de recherches tant en sciences de l’information et de la communication qu’en linguistique et analyse du discours, comme le témoignent la création de certaines revues (Les Cahiers du numérique, etc.) et de nombreux titres d’ouvrages et de numéros de revues explorant les productions langagières dans l’univers numérique. Continuer la lecture de Appel à contributions : Discours institutionnels dans les médias sociaux : quelles transformations ? (Revue Synergies Italie)

Appel à communications : Informer, influencer, occulter : les médias aux tournants de l’Histoire (aire hispanophone, XXe-XXIe s.)

Informer, influencer, occulter : les médias aux tournants de l’Histoire (aire hispanophone – XXe-XXIe siècles)

4-5 avril 2024

Institut Cervantès de Lyon

Échéance des propositions : 17 novembre 2023

Texte de l’appel

EN FRANÇAIS (version espagnole ci-dessous)

Le 24 octobre 1979, le journal espagnol Cambio 16 publie un manifeste d’auto-inculpation signé par 1357 personnes pour défendre les onze femmes accusées d’avoir pratiqué ou subi un avortement à Bilbao. Dès lors, les médias espagnols se saisissent de la question. La campagne de médiatisation participe ainsi activement à l’évolution de l’opinion sur le sujet et à l’avènement de la loi du 5 juillet 19851 qui dépénalise l’avortement

Cet événement montre l’efficacité de la médiatisation comme l’un des vecteurs de l’évolution sociale, culturelle et politique. Les médias jouissent d’une quasi-immédiateté dans la communication des événements, qu’ils soient épisodiques (conflits, pandémies, catastrophes naturelles) ou qu’ils s’inscrivent dans un processus plus large (transitions politiques, nouveaux mouvements sociaux2, révolutions littéraires et artistiques). À l’inverse, les livres d’Histoire s’appuient sur des faits passés, les analysent et les mettent en récit. Il existe ainsi un décalage manifeste entre les événements et leur narration.

Continuer la lecture de Appel à communications : Informer, influencer, occulter : les médias aux tournants de l’Histoire (aire hispanophone, XXe-XXIe s.)