Archives par mot-clé : politique

Parution : Penser avec Stuart Hall (dir. M. Bouyahia, F. Freitas-Ekué, K. Ramdani)

Malek Bouyahia, Franck Freitas-Ekué, Karima Ramdani (dir.), Penser avec Stuart Hall, La Dispute, 2021.

Précédé de deux textes inédits de Stuart Hall.

Cet ouvrage collectif présente et examine l’oeuvre de Stuart Hall, pionnier des cultural studies, mais aussi théoricien postcolonial de première importance. Les chapitres font alterner des éclairages du contexte théorique, institutionnel et politique du développement de sa pensée, des explications de ses conceptions de la race, de l’hégémonie et des usages contemporains de sa théorie. Cette dernière est mobilisée pour penser notamment le renouveau de la gauche ou encore l’expérience politique des groupes minoritaires.

Le livre est précédé de la traduction de deux textes majeurs de Stuart Hall par Séverine Sofio, au sujet des identités diasporiques et des rapports entre discours et pouvoir dans la période postcoloniale.

Avec des contributions de : Lotte Arndt, Malek Bouyahia, Maxime Cervulle, James Cohen, Taous Dahmani, Franck Freitas-Ekué, Marc Lenormand, Kolja Lindner, Éric Maigret, Nelly Quemener  et Karima Ramdani.

Table des matières 

Colloque : Caricatures et cultures numériques (Université de Lausanne)

Colloque : Caricatures et cultures numériques

3-5 février, Université de Lausanne

Caricatures et cultures numériques est un projet soutenu par l’Alliance Campus Rhodanien. Ce travail est mené sous la direction du prof. Philippe Kaenel (Histoire de l’art, Centre des Sciences historiques de la culture, Faculté des Lettres, Université de Lausanne) et du prof. Laurent Baridon(Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, Université de Lyon (LARHRA UMR 5190). Ceci en collaboration avec le prof. Dominic Hardy (Centre de recherche interuniversitaire sur la culture et la littérature québécoises à l’UQÀM, Montréal.

Le dessin de presse joue un rôle essentiel dans l’histoire culturelle, politique et sociale contemporaine. L’actualité de la caricature est numérique. D’une part, les événements tragiques provoqués par l’ « affaire des caricatures de Mahomet » ont montré depuis une quinzaine d’années quels sont les enjeux de la communication de la satire graphique par internet, qui est source de manipulations et de malentendus. 

D’autre part, le dessinateur de presse, aujourd’hui, pense son œuvre à l’aide des outils de création permis par divers programmes de dessin et envisage la diffusion de son travail via internet. Enfin, nous sommes aujourd’hui à un tournant. La dispersion des archives des dessinateurs de presse au sein de diverses institutions est révélatrice d’une situation particulière : ni les musées des beaux-arts, ni les musées historiques locaux, ni les archives publiques, ni les bibliothèques ne sont officiellement « chargés » de recueillir et conserver ce patrimoine graphique en lien direct avec l’information écrite.

Le colloque (3-5 février à Lausanne) est l’occasion de réunir les actrices et acteurs du dessin de presse – artistes, éditeurs, organisateur, conservateurs, chercheurs – pour qu’ils partagent leurs expériences et discutent des solutions qu’ils envisagent. Voici un aperçu graphique des intervenant-e-s. Vous trouverez également le programme au format PDF ci-après et en version « cliquable » avec les liens renvoyant vers les fiches des intervenant-e-s.

Vous pouvez suivre le colloque à distance en vous inscrivant à l’adresse suivante dès le 15 janvier : caricaturesnumeriques@unil.ch

Programme (PDF)

Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Colloque : Alliances et communautés en fantasy et science-fiction

2-4 mai 2022, Université du Québec à Montréal, Université d’Artois (en ligne)

Échéance des propositions : 5 janvier 2022

Suite au colloque Fantasy et féminismes : à l’intersection du/des genres, qui a eu lieu en mai 2021 et qui a rassemblé un nombre surprenant de chercheureuses[1], auditeurices, – et qui a, de ce fait, montré la pertinence du sujet et des nombreux enjeux soulevés – le comité d’organisation a décidé de lancer un nouvel appel. Pour cette deuxième édition, nous explorerons plus spécifiquement l’axe des alliances et des communautés de femmes[2], et/ou d’individus issus de la diversité sexuelle et de genre[3] (personnes réelles ou personnages) en fantasy et en science-fiction.

Impacts politiques de la fantasy et de la science-fiction

La science-fiction et la fantasy sont des genres proposant souvent une remise en perspective d’enjeux sociaux actuels, voire la mise en place de discours critiques sur le monde et le genre humain (Besson, 2021, 28; 33; 45-48). Si la science-fiction nous pousse à nous interroger sur nos normes référentielles en nous projetant dans un potentiel futur où, par exemple, certaines menaces (nucléaire, désastre écologique, contrôle des corps des femmes2) sont actualisées (45), la fantasy, quant à elle, propose des mondes secondaires qui permettent « d’explorer tous les thèmes sous la forme de la métaphore ou du symbole » (Davoust, 2018, 164). 

Quant à eux, les impacts de la fantasy et de la science-fiction sur le public ne peuvent évidemment être ignorés : sources d’actions dans le réel (Blanc, 2019; Demeule, 2020; Besson, 2021), les genres de l’imaginaire rassemblent autour de communautés d’appartenance, au cœur desquelles entrent en jeu diverses dynamiques de pouvoir. 

En bref, science-fiction et fantasy permettent de penser l’ailleurs, l’altérité, l’autrement; de penser d’autres systèmes politiques et sociaux, d’autres modes d’interaction, d’autres manières d’être, individuellement et collectivement. Dans le cadre de ce colloque, c’est la dimension collective que nous souhaitons explorer.

Continuer la lecture de Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Parution : Mélanie Bourdaa, Les fans

Mélanie Bourdaa, Les fans. Publics actifs et engagés, Caen, C&F éditions, coll. “Les enfants du numérique”, 2021.

Souvent réduits au rôle de consommateurs passifs et excessifs, les fans méritent pourtant l’attention particulière que leur portent les fan studies. Qui sont vraiment les fans ? 

Le fandom prolonge un produit culturel mainstream par des productions officieuses au sein de réseaux d’amateurs passionnés. Les séries télévisées sont un vecteur majeur de mobilisation des fans : fan art, fanfictions, wikis, cosplay… Leurs personnages deviennent supports de revendications, de militantisme et d’activisme, en particulier concernant la recherche d’identité et les minorités sexuelles. Au cœur de la culture participative, les fans explorent l’intersection du personnel et du sociétal. 

Mélanie Bourdaa se propose d’explorer ces questions dans cet ouvrage afin de montrer que les publics fans sont des publics actifs, experts, producteurs de sens et de contenus via leur créativité. Cette exploration se fait à travers de nombreuses études de cas (Supergirl, Grey’s Anatomy, Battlestar Galactica, Wynonna Earp, The 100 entre autres).

Entretien avec Mélanie Bourdaa

Continuer la lecture de Parution : Mélanie Bourdaa, Les fans

Parution :Michel Morphy (1863-1928), de l’anarchisme au roman rose (François Gaudin)

François Gaudin, Michel Morphy (1863-1928), de l’anarchisme au roman rose, Paris, Honoré Champion , coll. “Champion Essais”, 2021

Comment a-t-on pu oublier Michel Morphy (1863-1928) ? Anarchiste, agitateur, orateur et journaliste, il fut condamné plusieurs fois et exilé avant sa majorité. Ensuite, il devint boulangiste mais ne cessa, de toute sa vie, d’être fidèle à ses amis communards. Homme de plume, il fut journaliste, fondateur de journaux, feuilletoniste, puis se fit romancier. Il passa du drapeau noir à l’eau de rose et se consacra à l’écriture. Il devint l’un des auteurs les plus lus au tournant des XIXe et XXe siècles et fit fortune. Les aventures de son héroïne Mignon furent commercialisées jusque dans les années 1960. Il fut l’ami notamment d’Aristide Bruant, d’Hector France, de Maurice Lachâtre, de Louise Michel, de Félix Pyat ou de Michel Zevaco. Son œuvre et son parcours sont tombés dans un complet oubli. Le lecteur les trouvera restitués ici dans le détail à l’aide de documents inédits. Il découvrira un itinéraire révélateur des contradictions de la gauche de la Troisième république et un personnage complexe et attachant qui sut émouvoir sans les mépriser les foules sentimentales.

François Gaudin, professeur à l’université de Rouen et membre du laboratoire LT2D, a déjà publié chez Honoré Champion Le Monde perdu de Maurice Lachâtre en 2006, La lexicographie militante du XVIIIe au XXe siècle en 2013, et enfin, en 2021 et en collaboration et en partant de l’œuvre éditoriale d’André Girard, le Dictionnaire de l’anarchie

Table des matières 

Introduction

Séminaire : Matrimoine de la bande dessinée (MSH Paris Nord)

Séminaire 2021-2022 : Matrimoine de la bande dessinée

MSH Paris Nord

Ce séminaire vise à mettre en lumière le rôle des femmes dans l’histoire de la bande dessinée. Il s’agit d’une enquête collective qui s’intéresse aux créatrices de BD, grandes oubliées de l’histoire du neuvième art. Nous saisissons ce projet d’historicisation dans son épaisseur sociale, intellectuelle et politique. Les séances, d’une durée de 3 heures, auront lieu une fois par mois (octobre-avril), à la MSH Paris Nord. Chaque séance est répartie en deux temps. Le premier temps donnera place à des conférences portant sur le matrimoine de la BD, sur l’histoire du médium et sur ses enjeux sociopolitiques. Le second moment, animé par le comité d’organisation, permettra la collecte des récits de vie des créatrices convoquées, au travers de la production d’archives orales.

Les séances du séminaire sont ouvertes aux chercheureuses, doctorant.e.s et étudiant.e.s à partir du master 1 ainsi qu’aux professionnel.le.s de la bande dessinée.

Responsable : Marys Renné HERTIMAN

Organisation : Les Bréchoises*

Soutien scientifique : Bénédicte GRAILLES et Christine BARD

*Les Bréchoises sont : Marys Hertiman (chercheuse-doctorante, EXPERICE, Paris 8), Sophie Bonadè (chercheuse associée au laboratoire SLAM, Paris Saclay), Laura Caraballo (chercheuse associée HAR, Paris X ; post-doctorante, Université Clermont-Auvergne), Marie-Paul Noël (créatrice de BD), Johanna Schipper (autrice, enseignante et chercheuse-doctorante, Université Bordeaux Montaigne), Maëlys Tirehote-Corbin (chercheuse-doctorante, Université de Lausanne). Avec le soutien de Françoise Laot (socio-historienne et enseignante, EXPERICE, Paris 8).

Continuer la lecture de Séminaire : Matrimoine de la bande dessinée (MSH Paris Nord)

Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, “Populaire ! Populär ?)

Colloque : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? Les périphéries urbaines dans les représentations culturelles (XIXe–XXIe siècle)

21-24 septembre 2022

Dans la section Littérature du 13e Congrès de l’Association des francoromanistes, “Populaire ! Populär ?”, Université de Vienne. 

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Tout travail sur la « banlieue » se heurte à des difficultés de définition tant le terme recouvre des notions aussi bien juridiques, géographiques, sociologiques et culturelles que symboliques. Si ce mot qualifie les espaces qui se trouvent dans les alentours et sous la dépendance d’une grande ville, son découpage spatial n’est ni continu ni homogène dans le temps. Il est pourtant possible d’aborder la banlieue en étudiant les imaginaires culturels et sociaux (Castoriadis) projetés sur elle.

Au début du XIXe siècle, la littérature participe à la construction d’une, ou plutôt des identités de la banlieue comme espace dédié aux pratiques de plusieurs strates de la société. Nous voulons nous intéresser en particulier à la représentation des classes populaires en banlieue, source d’une vaste production littéraire aux XIXe et XXe siècles, puis cinématographique au XXe et XXIe siècles, qui imprègne les mentalités et s’inscrit dans le patrimoine culturel de certaines communes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, “Populaire ! Populär ?)

Parution : “Raconter, décrire, intervenir : la politique du reportage” (Recherches & travaux, n° 98)

Recherches & travaux, n° 98 / 2021, “Raconter, décrire, intervenir : la politique du reportage”sous la direction d’Anna Saignes et de Laurent Demanze

La critique contemporaine est marquée par un regain d’intérêt pour les littératures du réel, aux lisières des champs disciplinaires. Dans ce contexte, les études sur les formes et les supports journalistiques, en particulier le reportage, connaissent un renouvellement important. Ce volume s’inscrit dans ce renouvellement en proposant un décentrement de la focale : au lieu d’élaborer une histoire du reportage littéraire depuis le New journalism américain, cet numéro interroge les circulations entre les aires françaises et polonaises, pour promouvoir une histoire polycentrique du reportage.

Sommaire

Anna Saignes et Laurent Demanze : Introduction

Témoigner, dévoiler : le reportage politique

Sarah Mombert : Aux origines du reportage social. Le proto-reportage français dans la presse et la fiction 

Jean-François Louette : Le Sursis ou la dernière heure

Agata Zawiszewska : La réalité soviétique au prisme du regard des femmes polonaises (1930-1939) 

Publier, diffuser : les politiques du reportage

Marie-Odile Thirouin : Un écrivain-reporter dans les confins tchécoslovaques : Ivan Olbracht en Ruthénie subcarpatique (1931-1936) 

Marie-Ève Thérenty : Le rewriting et le romanesque dans les reportages de Paris Match (1949-1959)

Beata Nowacka : Faits et fiction dans le reportage littéraire : à propos du Shah de Ryszard Kapuściński

Urszula Glensk : La littérature inférieure : trois présupposés interprétatifs

Configurer, partager : la politique du reportage

Aleksandra Wojda : Écritures de l’instabilité. L’émergence du reportage littéraire polonais au xixe siècle

John S. Bak et Aleksandra Wiktorowska : From Poland to France with Amo(u)r: Elena Poniatowska’s Mexican Crónicas  

Mathilde Roussigné : « Insignifiant et déplacé », Jean Rolin reporter de guerre

Maud Lecacheur : La « ligne droite » et la « ligne sinueuse » : reportage et littérature dans les Récits des marais rwandais de Jean Hatzfeld 

Comptes rendus

Estelle Mouton-Rovira : Maxime Decout, Éloge du mauvais lecteur 

Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », 2021

 

Appel à contributions : Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique (UPHF, Valenciennes, UMONS, Mons)

Appel à contributions : « Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique »

Colloque organisé par l’Université Polytechnique Hauts de France (UPHF, Valenciennes) et Université de Mons (UMONS)

13 et 14 octobre 2022

Échéance des propositions : 1er novembre 2021

L’Université Polytechnique Hauts de France (Valenciennes, UPHF) et l’Université de Mons (UMONS) organisent un colloque sur le thème « Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique », les jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022 à Valenciennes et Mons, à raison d’une journée sur chaque site (date exacte sur chaque site fixée ultérieurement).

Présentation du thème

Parmi les liens entre arts et politique, le rapport du cinéma à l’univers politique1 a fait l’objet de plusieurs études, de même que ceux de la musique ou, plus récemment, des séries télévisées2. En revanche, la contribution de la bande dessinée et des comics au champ politique souffre encore d’un manque d’examen, ou de reconnaissance en tant qu’objet d’étude scientifique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Bande(s) dessinée(s), comics, pouvoir et politique (UPHF, Valenciennes, UMONS, Mons)

  1. On dénommera ainsi l’ensemble composé du politique (espace de débat sur l’avenir du groupe social) et de la politique (arène symbolique de compétition pour le pouvoir). []
  2. Par exemple, Lefebvre Rémi et Taïeb Emmanuel (dir.), Séries politiques. Le pouvoir entre fiction et vérité, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2020. []

Parution: “Émotions et politique”, Lien social et Politiques, n° 86 (Cécile Van de Velde et Anne Perriard, dirs.)

Lien social et Politiques, n° 86: “Émotions et politique”

Sous la direction de Cécile Van de Velde et Anne Perriard

2021

Sommaire

Introduction
  • “Le pouvoir politique des émotions” – Anne Perriard et Cécile Van de Velde

Section 1 – Gouverner par les émotions : tensions et rapports de force émotionnels dans la sphère publique

  • “Émotions et argumentaires dans les enjeux territoriaux controversés” – Nathalie Burlone et Anne Mévellec

  • “Les émotions présidentielles sous la Ve République : normes de sang-froid et régulation des émotions collectives” – Christian Le Bart

  • “#Flygskam : le pouvoir de la honte de prendre l’avion pour gouverner le changement climatique” – Lucas Brunet

  • “Politiques des émotions des fans de Pokémon : (se) mobiliser par la hype et le selQuentin Gervasoni

Section 2 – Du « je » au « nous » : émotions et trajectoires d’engagement politique
  • “Ce que la peur fait à l’engagement féministe” – Mélissa Blais

  • “« Par nous, pour nous » : les dimensions émotionnelles de la production du « Nous » dans l’action collective antiraciste” – Pauline Picot

  • “Se sentir politiquement engagé : le rôle des émotions dans la subjectivation politique des recrues de Lutte ouvrière” – Benjamin Flammand

  • “Les empreintes singulières des émotions premières des élus locaux : voyage en égo-politique et en démocratie sensible” – Alain Faure

Section 3 – Émotions, transformation de soi et changement social
  • “Le travail émotionnel à l’épreuve du travail social : les accompagnements de sortie du travail du sexe à Genève” – Isabelle Csupor, Roxane Aubry et Mauro Mercolli

  • “Les émotions au coeur de la transformation sociale : une lecture à partir de John Dewey” – Emmanuel Petit

  • “Théoriser un sentiment de minorisation : les francophonies canadiennes entre philosophie politique et psychologie sociale” – Jérôme Melançon et Sean E. Moore