Archives par mot-clé : politique

Appel à contributions : Humour graphique en transition(s) (MSH Poitiers)

Journée d’études : Humour graphique en transition(s)

21 octobre 2022, Université de Poitiers

Cette journée d’études fait suite à plusieurs manifestations scientifiques organisées par l’université de Poitiers, à l’occasion desquelles les thèmes de la circulation des modèles artistiques et culturels ou de l’humour en contexte de conflit ou post-conflit, ont été abordés dans une perspective transdisciplinaire. Elle reprendra les thèmes précédents et se propose d’élargir la perspective d’étude.

Il s’agira de traiter du rôle de l’humour dans les périodes de transition démocratique, généralement marquées par la conquête de nouveaux espaces de liberté, tout comme par le maintien d’une censure ou d’une autocensure, ou la volonté de s’ouvrir sur l’extérieur dans le but de s’inspirer et de s’emparer de modèles artistiques étrangers. On pense, par exemple, à l’influence de Charlie Hebdo ou de Punch dans les revues espagnoles Hermano Lobo, Por Favor ou El Papus de la fin du franquisme.

Seront privilégiés les axes suivants :

– la place spécifique de la caricature dans la phase de décomposition des systèmes dictatoriaux, dont les fissures ménagent (parfois) les espaces de liberté et génèrent (souvent) un renouvellement des formes graphiques de l’humour dans un rapport mouvant entre l’interdit, le toléré et le tolérable ;
– les transferts culturels, les échanges, les regards croisés, ainsi que la circulation d’images satiriques, d’une rive à l’autre de l’Atlantique ou d’un pays à l’autre de l’Europe occidentale, à propos de ces régimes dictatoriaux dont l’idéologie était la normalisation idéologique et esthétique de la culture.
– Aires géographiques : Amérique latine + Europe occidentale.

La journée d’étude sera organisée en mode hybride et donnera lieu à une publication postérieure.

Les propositions de communications (en français ou espagnol) sont à adresser avant le 1er juillet 2022 à ludivine.thouverez@univ-poitiers.fr et à joaquin.henri.billard@univ-poitiers.fr.

CFP : Depictions of Power: Strategy and Management Games (Simon Dor, ed.)

“Depictions of Power: Strategy and Management Games”

Edited by Simon Dor

This call seeks chapters to be included in an edited book that would be titled Depictions of Power: Strategy and Management Games. Accepted proposals will be included in a submission for the collection “Approaches to Digital Game Studies” at Bloomsbury.

Deadline for proposals : August 15th, 2022

Full contributions expected by March 1st, 2023

“… one needs to comprehend how power operates, especially in games, for games are an artform of power and choice.”

Mary Flanagan (2019)

 

Call for papers

One could say that strategy and management games are the quintessential depictions of power. Rather than being centered on a single character, these games put the players in situations where they have power over other entities or other players. Moreover, narrative contextualization in the genre depicts the player as a leader, manager, governor, warden, general, or even as a god of some sort. As such, they take an implicit or explicit stance on power, through control, agency, identity, ownership, affiliation, or loyalty, for instance. Continuer la lecture de CFP : Depictions of Power: Strategy and Management Games (Simon Dor, ed.)

Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Séminaire doctoral Science-fiction, séance 2 : “Politiques de l’imaginaire“.

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h, Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).

Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Colloque: Les écrits sauvages de la contestation (Université de namur)

Colloque Les écrits sauvages de la contestation

2 et 3 juin 2022

Le Delta, Centre culturel provincial, salle Tambour (Avenue Fernand Golenvaux 18, 5000 Namur, Belgique)

Organisé par l’Observatoire des Littératures Sauvages (OLSa)

INSCRIPTIONS : olsa@unamur.be

Présentation

Les crises sociales et politiques sont souvent accompagnées d’écrits spontanés et éphémères accueillis sur des supports de fortune : collages contre les féminicides, revues artisanales, tags, banderoles du confinement et pancartes brandies lors des marches pour le climat reposent de la sorte sur une dynamique collective et anonyme, font rayonner des revendications et nous interpellent. Comment ces écrits émergent-ils ? Quelles sont leurs formes, leurs logiques et leurs enjeux ? Quelles argumentations et quels récits esquissent-ils ? Comment tirent-ils parti du support qui les accueille ? Comment un slogan devient-il viral ? Comment ces écritures sauvages survivent-elles ? Continuer la lecture de Colloque: Les écrits sauvages de la contestation (Université de namur)

Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Colloque international : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme

Université du Québec à Montréal, 17-19 mai 2023

Organisé par Elaine Després, Gina Cortopassi, Hélène Machinal, Antonio Dominguez Leiva et Jean-François Chassay

Si nos perceptions et nos représentations du temps ont longtemps été stables, elles se sont diversifiés et complexifiés depuis le 19e siècle. Les révolutions industrielles, du transport et des communications nous ont d’abord fait entrer dans le temps accéléré et irrémédiablement tourné vers l’avenir de l’idéologie progressiste. Puis, au 20e siècle, la physique théorique a proposé une relativisation du temps, sa courbure et son maillage avec l’espace, un temps cosmique qui n’a plus rien d’humain et qui donne le vertige. C’est également le siècle de la Seconde Guerre mondiale et son temps de la fin de l’humanité; la fin des empires coloniaux et de son temps universel; la fin de la guerre froide et celle de l’Histoire, selon les vainqueurs néo-libéraux; mais aussi la fin des grands récits et la déconstruction temporelle postmoderniste. Au 21e siècle, le présentisme s’est imposé avec l’arrivée du numérique et des écrans, sans compter la pandémie actuelle dont l’impact sur notre rapport au temps est encore à étudier. Il s’agit là d’un portrait incomplet, mais il montre la complexité de ce qui est en jeu : plutôt que de se succéder, ces changements s’additionnent et demeurent bien prégnants. Ce n’est donc pas un hasard si l’émergence et la montée en popularité des représentations alternatives du temps débute également au 19e siècle. Alors que la solidité du réel s’effrite et que le temps apparaît de moins en moins linéaire, que le rapport au passé, au présent et au futur se fait incertain, l’imaginaire devient l’interface idéale pour l’appréhender, et les différentes formes de fiction et de représentation contemporaines lui offrent un support parfait.

En 1857, le philosophe Charles Renouvier invente le terme « uchronie » – cette « utopie dans l’Histoire » – et marque la naissance d’un genre qui fleurit autant chez les philosophes politiques que chez les littéraires, un genre qui nous ramène aux fondements mêmes de la fiction en posant la question : « Et si… ? ». L’uchronie déplace l’utopie spatiale vers une nouvelle frontière, celle du temps, et comme l’utopie, elle est politique dès le départ. Au 19e siècle, les uchronies permettent d’imaginer ce que serait le monde occidental si l’Empire romain ne s’était pas écroulé, si Napoléon avait vaincu, si les rois n’avaient pas perdu la tête, mais au 20e siècle, elles se déplacent vers un point de divergence uchronique quasi unique qui obsède, qui apparaît comme le temps zéro de notre époque : la fin de la Seconde Guerre mondiale. La très vaste majorité des uchronies récentes imaginent ce que serait notre présent après une victoire nazie, si Hitler était mort plus tôt ou s’il était devenu un artiste. Si l’on parle de « ground zero » dans l’imaginaire de la fin (pour parler de la bombe nucléaire ou des attaques du 11 septembre), l’imaginaire uchronique diverge à partir d’un « temps zéro » qui se situe souvent en 1945. Ce choix pourrait s’expliquer de plusieurs manières : une vraie impression qu’il s’agit là d’un moment de basculement majeur; la peur d’un retour du fascisme aujourd’hui; la nostalgie d’une époque sans ambiguïté morale, etc. Aujourd’hui, l’uchronie prend plusieurs formes : individuelle, explorant les enjeux des choix personnels et leurs contingences; économique (Sagan); ou culturelle. Dans ce dernier cas, elle peut offrir la possibilité de ré-imaginer une version de l’histoire avec, au centre de celle-ci, des acteurs autrement marginalisés dans celle de l’Occident, afin de mettre en exergue et de dé-essentialiser cette marginalité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

“Un/Making Graphic History : BD and Narratives of Resistance in French”, New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness. 

Échéance des propositions : 1er juin 2022

In recent years, bande dessinées and graphic novels, as both fiction and/or documentary, have become a popular medium to shed light on unknown or forgotten parts of history or to raise awareness on current socio-political realities and challenges. BDs and graphic novels in French have tackled various topics such as the environmental and socio-economic impact of urban growth (Rural!, 2001), the chlordecone pollution in the French Antilles from 1972 to 1993 (Tropiques toxiques, 2020), the infestation of sargassum seaweed on the shores of Caribbean islands (Mission Pas Possible-Opération Sargasses, 2020), the deportation of children from Réunion to rural hexagonal France (mainly Creuse) from 1964 to 1984 (Piments zoizos: les enfants oubliés de La Réunion, 2020), or the formation of the Vietnamese diaspora in French territories in the context of the Vietnam War (series Mémoires de Viet-Kieu, 2010 – 2020).

We invite chapter proposals in English for a forthcoming edited volume with New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness (an EUP series). This collection will examine the political, aesthetic, and ethical gestures embedded in bande dessinées and graphic novels in order to bear witness to, inform, or question our past and contemporary realities. Through the combination of image and text, the medium encourages us to reconsider the possibilities and limits of documentary and/or fictional, personal, and collective accounts, examining the historical, political, aesthetic, and pedagogical relevance of the medium. This volume will explore some of the following questions: how do BDs and graphic novels examine environmental, gender, racial, religious, political, and social questions? How do the media, through the combination of text and image, engage with notions of voice, power, bias, and perspective? How are the media relevant to the exploration of individual and collective identity de/construction? How are BDs and graphic novels a valuable pedagogical tool to discuss diversity, decolonization, inclusion, and social justice issues?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

Parution : “Agir en politique ?” (Lecture jeune n°181)

Lecture jeune, n°181, “Agir en politique ?“, mars 2022. 

Indifférents ou très investis, apathiques ou dangereux, peu intéressés à la politique ou hyperpolitisés… on entend tout et son contraire quand il s’agit de désigner le rapport des jeunes à la politique ! Loin de ces représentations fantasmant une jeunesse dans laquelle les adultes placent leurs peurs ou leurs espoirs, la réalité montre plutôt une appropriation plurielle de la politique.

Trop jeunes pour aller voter, certains adolescents s’impliquent ainsi dans des organisations politiques, participent aux débats sur les réseaux sociaux ou manifestent pour leurs droits. Si la majorité des 12-18 ans n’agit pas forcément politiquement, les médiateurs observent chez ces derniers un réel intérêt pour les sujets politiques, que ce soit dans le cadre de projets menés en classe, des cours d’éducation civique, ou même dans leurs lectures et leurs passages en librairie.

Alors que les élections présidentielles vont occuper les débats, comment les enseignants, les bibliothécaires, les animateurs peuvent-ils contribuer à développer l’esprit critique des jeunes à travers la lecture ? Comment les textes destinés à la jeunesse s’emparent-ils – ou pas – des questions politiques ? Quelle place la lecture et l’écriture sous toutes leurs formes (textes, réseaux sociaux…) peuvent-elles occuper dans l’information, la prise de conscience, et l’engagement politique des adolescents ?

Continuer la lecture de Parution : “Agir en politique ?” (Lecture jeune n°181)

Lecture jeune, n°181, “Agir en politique ?“, mars 2022. 

Indifférents ou très investis, apathiques ou dangereux, peu intéressés à la politique ou hyperpolitisés… on entend tout et son contraire quand il s’agit de désigner le rapport des jeunes à la politique ! Loin de ces représentations fantasmant une jeunesse dans laquelle les adultes placent leurs peurs ou leurs espoirs, la réalité montre plutôt une appropriation plurielle de la politique.

Trop jeunes pour aller voter, certains adolescents s’impliquent ainsi dans des organisations politiques, participent aux débats sur les réseaux sociaux ou manifestent pour leurs droits. Si la majorité des 12-18 ans n’agit pas forcément politiquement, les médiateurs observent chez ces derniers un réel intérêt pour les sujets politiques, que ce soit dans le cadre de projets menés en classe, des cours d’éducation civique, ou même dans leurs lectures et leurs passages en librairie.

Alors que les élections présidentielles vont occuper les débats, comment les enseignants, les bibliothécaires, les animateurs peuvent-ils contribuer à développer l’esprit critique des jeunes à travers la lecture ? Comment les textes destinés à la jeunesse s’emparent-ils – ou pas – des questions politiques ? Quelle place la lecture et l’écriture sous toutes leurs formes (textes, réseaux sociaux…) peuvent-elles occuper dans l’information, la prise de conscience, et l’engagement politique des adolescents ?

Continuer la lecture de Parution : “Agir en politique ?” (Lecture jeune n°181)

Parution : La caricature sous le signe des révolutions (P. Dupuy, R. Reichardt)

Pascal Dupuy & Rolf Reichardt, La caricature sous le signe des révolutions. Mutations et permanence (XVIIIe-XIXe siècle), Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2021. 

La caricature imprimée connaît au xviiie siècle, puis au xixe siècle, une expansion décisive dans la plupart des pays européens. Pour se faire voir, entendre et comprendre, elle transforme le vocabulaire emblématique issu de l’imagerie folklorique des siècles précédents de manière à proposer une nouvelle signalétique visuelle, adaptée aux enjeux majeurs de pouvoir des temps nouveaux. Prise dans son ensemble, cette transformation forme un recueil de symboles et une grammaire de raccourcis graphiques en évolution constante et en continuelle expansion. Confrontés à la Révolution française comme aux révolutions du xixesiècle, ces motifs visuels qui sont au fondement même de la caricature, s’adaptent, mutent et se multiplient au rythme des évolutions et des bouleversements politiques et sociaux du temps. Fondé sur une sélection représentative des formules figurées régulièrement présentes dans la caricature européenne entre 1789 et 1871 (la ménagerie, le temps, les trois couleurs, le trône, le peuple, la tête coupée, etc.), le présent livre donne à voir et comprendre l’articulation esthétique et la rhétorique politique qui les sous-tendent, afin de permettre d’en apprécier pleinement la force suggestive et la puissance évocatrice.

Continuer la lecture de Parution : La caricature sous le signe des révolutions (P. Dupuy, R. Reichardt)

Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)

Journée d’études organisée par TransCrit (Transferts Critiques anglophones) : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama

Jeudi 17 novembre 2022, Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis

Échéance des propositions : 30 avril 2022

Conférence plénière : Alfred L. Martin (University of Iowa)

Scroll down for English 

Queer, fluid, gender-queer, nonconforming, gray, neutrois, agender, non-binary, pan… autant de termes, mots-valises, emprunts ou raccourcis qui rivalisent à nommer le rejet des normes sociétales états-uniennes, si influentes à l’international. Mais, dans cette société américaine, ce rejet revêt-il, lui aussi, des tendances normatives, disproportionnellement racisées, socialement marquées ? Ou bien émane-t-il fondamentalement des populations les plus opprimées, à la fois hautement vulnérables et combatives ? 

Ces questionnements évoluent en parallèle de la longue lutte pour les droits civiques aux États-Unis, toile de fond théorique et militante qui se poursuit aussi bien avec l’élection du premier président noir d’une nation qui, seulement cinquante ans plus tôt, séparait sa population en fonction de sa race, qu’à travers l’essor du mouvement #BlackLivesMatter sous la présidence Trump, la pandémie et ses inégalités. Aussi, que cela signifie-t-il qu’un corps non-blanc, faussement accusé d’être né hors-sol, dont le deuxième prénom est homonyme de l’ennemi public à l’international des années quatre-vingt-dix, accède à la plus blanche des maisons américaines ? Quelles implications sa position de Président ont-elles eu alors qu’il a dû, avec sa famille hétéronormée africaine américaine, passer la main à son premier critique, parangon d’une Amérique nostalgique du « bon vieux temps », époux d’une troisième femme d’origine slovène et patriarche de multiples lits ? Les cartes de l’hétéronormativé cisgenre WASP sont-elles dorénavant redistribuées aléatoirement au sein d’un château dont l’équilibre ne serait plus dépendant de critères normatifs obligatoires ? Ou, au contraire, gardent-elles leurs pouvoirs de domination, tels les atouts d’une partie éternellement rejouée ? Les cultures populaires reflètent ces interrogations qui parcourent la société états-unienne et offrent de nouveaux modèles sans pouvoir ou vouloir toujours contrecarrer des stéréotypes bien ancrés d’hyper-virilité et/ou hypersexualité noires américaines, parfois soulignés par leur déni même.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)

Parution : “Esthétisation” (Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28)

Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28,  “Esthétisation”, dir. Emmanuel Alloa et Christoph Haffter, Paris, Presses Universitaires de France, 2021. 

De quoi l’esthétisation est-elle le nom ?

Emmanuel Alloa, Christoph Haffter

Études

Soyez créatifs ! Esthétisation et créativité à l’âge du capitalisme esthétique
Andreas Reckwitz, Traduction Loïc Windels

L’esthétisation marchande au prisme de la théorie de l’art (et vice versa)
Laurent Buffet

L’esthétisation et la culture démocratique
Juliane Rebentisch, Traduction Camille Hongler

La vie comme œuvre d’art ?
Actualité de l’esthétique de l’existence chez Foucault
Martin Mees

L’art documentaire dans la sphère germanophone : esthétiser la politique hier et aujourd’hui
Priscilla Wind

L’esthétique contre l’esthétisation : Lyotard et la tautégorie de l’œuvre d’art
Aleksey Sevastyanov

Mickey Mouse au pays de l’esthétisation
Sylvia Kratochvil 

Continuer la lecture de Parution : “Esthétisation” (Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28)