Archives par mot-clé : poétique des genres

Appel à contributions : “Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées” (université de Perpignan via Domitia)

Colloque international : Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées

16, 17, 18 novembre 2023

Université de Perpignan via Domitia

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Organisé par Florent Favard (université de Lorraine, CREM), Aurélie Huz (université Paris-Nanterre, CSLF) et Jérémy Michot (université de Perpignan Via Domitia, CRESEM)

Appel à communications

« You said memories become stories when we forget them. Maybe some of them become songs. »

(Clara Oswald, « Hell Bent », Dr Who, s09e12)

Musique et son, séries TV, genres de l’imaginaire : trois axes plus ou moins dynamiques mais indéniablement actuels de la recherche sur les cultures médiatiques, qui les a fréquemment croisés en duo plutôt qu’en trio. 

Ainsi, depuis la fin des années 2000, de nombreux ouvrages, articles et colloques ont été consacrés à l’étude des musiques de séries télévisées, qu’elles soient originales ou préexistantes, instrumentales ou chantées, diégétiques ou non diégétiques, comme en attestent les monographies de Jon Burlingame (1996), Ron Rodman (2010) et Janet K. Halfyard (2014) ou les collectifs de James Deaville (2011) et K. J. Donnelly et Philip Hayward (2013). Pleinement inscrites dans le domaine musicologique, ces recherches peinent néanmoins à trouver une place dans le champ universitaire francophone – le colloque pionnier Musiques de séries télévisées, tenu à Nantes en 2013, n’ayant pas été suivi d’un mouvement d’ampleur – tandis que, par contraste, les television et series studies connaissent un essor important dans la recherche en français. Les perspectives théoriques, fondées sur une narratologie renouvelée, des questions esthétiques ou de réception (Benassi, 2000 et 2020, Sépulchre 2017, Goudmand 2018, Favard 2019) côtoient les travaux sur les séries à succès (Star Trek, Game of Thrones), notamment dans les fan studies (Bourdaa 2015), et certaines réflexions plus spécifiquement consacrées aux séries des genres dits de l’imaginaire, fantasy et science-fiction en premier lieu, dont l’importance médiatique actuelle est indéniable (Favard 2018, Machinal 2020, Breton 2023).

De nombreux travaux ont aussi traité de la productivité sonore de ces genres de l’imaginaire. Toutefois, si les fictions audiovisuelles en constituent le terrain d’étude privilégié (davantage que la chanson ou la radio), les séries y sont largement minoritaires et le cinéma s’y taille la part du lion. En témoigne le riche corpus anglophone sur la musique et le sound design du cinéma de science-fiction (Hayward 2004, Whittington 2007, Bartkowiak 2010, Reddell 2018) : les perspectives génériques s’y articulent à l’histoire des techniques et des pratiques médiatiques – au profit toutefois du deuxième point (comprendre le son et la musique au cinéma) et souvent aux dépens du premier (comprendre le son et la musique dans la science-fiction au cinéma), tant s’est imposée l’idée (problématique) que la science-fiction constituerait « naturellement », par son type de monde, le terrain d’étude par excellence des innovations sonores au cinéma.

C’est pour combler ces lacunes et creuser des perspectives nouvelles que ce colloque choisit donc de partir plutôt d’un problème à trois corps : musique et son, série télévisée et genres de l’imaginaire y composent un trio de coordonnées dont il s’agit d’interroger les rapports mutuels à égalité, en prenant au sérieux les problématiques, les théories et les méthodes que chacun de ces objets a cristallisées autour de lui.

On cherchera ainsi à atteindre trois objectifs scientifiques complémentaires.

Premièrement, l’analyse musicologique et sonore nourrira une réflexion sur la poétique télésériale de l’imaginaire. Les dimensions matérielles, technologiques, sémiotiques, narratologiques, fictionnelles, culturelles et historiques composent en effet à la fois la réalité mouvante et « molle » de ces genres (Letourneux 2017 et 2022) et les procédés récurrents de leurs effets de sens. Comment les contraintes de production, les techniques de diffusion, les modes de consommation et la logique des formats des séries TV interagissent-ils avec la poétique sonore des œuvres rattachées à l’imaginaire ? Comment ces paramètres informent-ils l’écoute et la production de significations (fictionnelles, narratives, émotionnelles, idéologiques, etc.) associées au sonore ? Largement étudiés pour le texte littéraire (Saint-Gelais 1999, Langlet 2006, Besson 2015) et en moindre part pour l’image (Huz 2018), la construction de référents nouveaux (novums), le processus d’estrangement (Suvin 2016) ou d’étrangéification (Spiegel 2022) – entre émerveillement et distance critique – et la mise en place d’une xéno-encyclopédie imaginaire (Saint-Gelais 1999) dont les règles sont soit en rupture avec le réel, soit extrapolées rationnellement à partir de lui soit même incertaines, doivent encore être systématiquement explorés pour ce qui est de leurs leviers sonores et musicaux, qui trouvent dans les séries TV un espace de création très fertile. Il s’agira de réévaluer la poétique des genres à l’aune de la pluralité médiatique de leurs objets et de la diversité perceptive et sémiotique impliquée (Huz 2022).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées” (université de Perpignan via Domitia)

Séminaire doctoral science-fiction : Les grands textes théoriques de la SF

La première séance du séminaire doctoral se tiendra en ligne. Elle aura lieu le jeudi 28 janvier 2021, de 14h à 17h.

Pour vous inscrire, envoyez un mail à : seminairedoctoral-sf@u-pem.fr

La séance est animée par Nadège Pérelle (doctorante à l’université Gustave Eiffel, programme I-Site Impulsion PARVIS).

La fonction de répondant sera pris en charge par Simon Bréan(maître de conférence en littérature française à Sorbonne Université).

Programme :

Nadège Pérelle : « Tour d’horizon des concepts fondateurs de la théorie SF suvinienne »

Nous explorerons les concepts fondateurs de la théorie science-fictionnelle théorisés par Darko Suvin dans Metamorphoses of Science Fiction. On the Poetics and History of a Literary Genre (1979). Et plus particulièrement dans la première partie de l’ouvrage dans sa version américaine “I. Poetic” dans laquelle Suvin développe l’outillage herméneutique de la SF, principalement le cognitive estrangement et le novum. Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction : Les grands textes théoriques de la SF

Appel : “Genres et enjeux de légitimation”

Appel à contributions

Troisième numéro de la revue en ligne À l’épreuve : «  Genres et enjeux de légitimation »

Image : dessin de Benjamin Roubaud, 1842. “La Grande Chevauchée de la Postérité”

Reposant sur l’établissement de contrastes qui permettent de dégager des traits distinctifs pertinents, l’activité classificatoire se trouve au cœur des processus d’élaboration des savoirs. En littérature et plus généralement dans les arts, c’est la notion de « genre » qui sert à opérer un ensemble de discriminations indispensables au travail de conceptualisation de divers pans de la production culturelle.

Bien que génératrice de nombreuses taxinomies dont on peut facilement mesurer l’efficacité pratique dans notre vie quotidienne – des étiquettes comme « polar » ou « rap » aident non seulement la pensée à reconnaître immédiatement une forme particulière mais également le potentiel acheteur à s’orienter vers ou tel ou tel rayonnage en fonction de ses goûts –, il s’agit de l’une des notions théoriques les plus nébuleuses et par là-même des plus polémiques.

Et cela parce qu’elle fait, selon les cas, entrer en jeu des critères taxinomiques très divers. Tentant d’en résumer la totalité dans le domaine littéraire, Daniel Couégnas énumère : Continuer la lecture de Appel : “Genres et enjeux de légitimation”

Parution : “Poétiques du merveilleux”

“Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy, en littérature et dans les arts visuels”

brauner

Recueil dirigé par Anne Besson et Evelyne Jacquelin, Artois Presses Université, janvier 2015.

Réunir sous le signe du merveilleux les domaines du fantastique, de la science-fiction et de lafantasy ne va pas de soi si l’on se réfère aux théories établies qui ont d’abord cherché à saisir la spécificité de chacun d’entre eux en tentant de les circonscrire comme des territoires limités par des frontières. Cet ouvrage se propose de revenir sur les poétiques des genres de l’imaginaire pour mettre en lumière la porosité des catégories héritées, et notamment de la célèbre tripartition todorovienne entre merveilleux, fantastique et étrange. Les articles réunis repèrent avec une grande cohérence cette plasticité théorique contemporaine, qui s’impose à eux dans des corpus diversifiés, du roman post-moderne à la littérature pour la jeunesse en passant par le cinéma et les séries télévisées.

Image (couverture du recueil)  : Victor Brauner, “A la découverte de la conscience”, Musée d’Art Moderne de Stockholm.

Table des matières Continuer la lecture de Parution : “Poétiques du merveilleux”