Archives par mot-clé : photographie

Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Colloque international, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts)

18 et 19 mai 2021

La catastrophe du 11 septembre 2001 marque, de façon spectaculaire, l’entrée dans le XXIe siècle, inaugurant « l’irruption du possible dans l’impossible » (Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé). Depuis, l’essor des thèses déclinistes, de la collapsologie ou de l’effondrisme, a engendré une prolifération de discours et d’images qui prédisent la fin de notre civilisation, anticipent les modalités de sa disparition, et imposent de penser la catastrophe avec une urgence renouvelée. En effet, l’heure ne semble plus à la conjecture ou à la prévision car le discours catastrophiste, que son relais soit scientifique, médiatique ou politique, ne cesse d’alerter sur la multiplication des catastrophes, nous invitant par là même à redessiner les contours d’une notion qui, jusque récemment, se caractérisait par sa dimension unique, inédite, et imprévisible. Signe que sa définition a déjà commencé à muter, la catastrophe est moins envisagée comme un dénouement ou une fin que comme une série de phénomènes sériels qui, par leur irruption répétée dans le quotidien, la placent dans une actualité permanente. Paul Virilio notait que notre société, à privilégier « inconsidérément le présent, le temps réel (…) met en œuvre l’immédiateté, l’ubiquité et l’instantanéité, met en scène l’accident, la catastrophe » (Paul Virilio, L’accident originel).

Employée au singulier, la catastrophe recoupe une pluralité de phénomènes imputables ou non à l’humain, qu’il s’agisse de désastres naturels, d’accidents nucléaires, d’attentats, ou encore de pandémies. Elle désigne non pas « un événement unique, mais un système de discontinuités, de franchissements de seuils critiques, de ruptures, de changements structurels radicaux » (Dupuy). En effet, elle relève moins d’un discours de l’après que d’un état d’alerte et de vigilance permanent à l’égard de phénomènes qui sont déjà en cours. Si, par son itération, l’aléa devient certitude, c’est également parce que la frontière entre le naturel et le culturel, instaurée par la Modernité occidentale, se dissipe, plus particulièrement depuis que les sciences de la terre ont pensé sous le terme d’anthropocène, créé par Paul J. Crutzen, ce moment charnière où l’être humain, par son action, est devenu le principal générateur de catastrophes, au risque d’évacuer le rôle de la contingence. À leur tour, les lettres et les arts explorent les problèmes conceptuels, éthiques et pratiques que pose cette « grande accélération » (John R. McNeill, The Great Acceleration), et, ce faisant, incitent à une réarticulation de notre rapport au temps, à l’espace, à l’image et au récit. Continuer la lecture de Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Parution: PHOTOGRAPHIE DE PRESSE – Régimes de croyance (Maxime Fabre)

Maxime Fabre, Photographie de presse: Régimes de croyance

Éditions Academia
Collection : Extensions sémiotiques
Livre papier : 20 €

En revenant sur les promesses originelles de l’objet photographie de presse, Maxime Fabre examine à nouveaux frais l’ensemble des croyances qui se portent sur la photographie. Des croyances façonnées par la technique, consolidées au cours du temps par les discours théoriques et professionnels, dont le numérique – ou les réseaux sociaux – n’a pas remis en question l’origine mais s’est réapproprié les codes tout en les adaptant à sa propre culture médiatique.

Site de l’éditeur

Biographie de l’auteur

Enseignant-chercheur en Sciences de l’information et de la communication, Maxime Fabre poursuit des recherches dans le domaine du journalisme, du numérique et de la sémiotique visuelle.

Parution : « Je suis ton père »

Marc Atallah (dir.), Alain Boillat et Frédéric Jaccaud, Je suis ton père. Origines et héritages d’une saga intergalactique, Paris, Huginn & Munnin (Fantask), 2017

Véritable livre d’art, il expose les travaux d’artistes internationaux, dont certains pour la première fois. Précis de culture pop, il contient aussi deux longs essais illustrés, de Frédéric Jaccaud et d’Alain Boillat, sur les origines et les héritages des univers créés par George Lucas. L’ouvrage fait donc à la fois office d’étude scientifique des films de la saga « Star Wars » et de catalogue d’une exposition proposée par la Maison d’Ailleurs (Yverdon-les-Bains) et consacrée au travail de treize artistes contemporains internationaux qui, tous, se réapproprient l’univers de Star Wars pour en proposer une version personnelle et décalée, souvent en exploitant les possibilités du numérique. L’intégralité des oeuvres de l’exposition sont reproduites en grand format dans le catalogue. Dans un essai intitulé « Stars Wars, encore et toujours : d’une logique sérielle répétitive à la création d’un mythe intemporel », illustré notamment par des pièces issues des fonds d’archives de la Maison d’Ailleurs, Alain Boillat analyse certaines de ces oeuvres contemporaines – en particulier les photographies de Cédric Delsaux, auquel Marc Atallah accorde un entretien en fin d’ouvrage – et commente sur un plan narratif et visuel les phénomènes de sérialité et de répétition présents dans les huit longs-métrages de cinéma, ainsi que les modalités selon lesquelles cette logique répétitive se poursuit en dehors des films à travers les médias et les produits dérivés.

 

Conférences de Benoît Peeters

Conférences de Benoît Peeters

La révolution des images (1830-1914)

9 octobre 2016 – 10 mai 2017

Musée des arts et métiers

60 rue Réaumur, Paris 3e

Image : Winsor McCay, Little Nemo, 1908

Au cours de ces huit Conférences Étienne-Jules Marey, Benoît Peeters analysera les mutations fondamentales qu’ont connues les images entre 1830 et 1914, en devenant reproductibles et séquentielles, puis mobiles. Ce sont les médias naissants – la caricature, le livre illustré, la bande dessinée, la photographie, le cinéma et le dessin animé – qui seront surtout évoqués. Mais au lieu de les séparer, la recherche mettra en évidence tout ce qui les relie.

Il sera question des panoramas et de la lithographie, du télégraphe et du phonographe, du chemin de fer et de l’aviation, mais aussi de personnages qui ont joué un rôle de passeurs entre les disciplines comme Töpffer, Nadar, Muybridge, Marey, Edison, les frères Lumière, Méliès et Winsor McCay. Il y aura des échappées vers Daumier, Meissonier et Degas, mais aussi vers Balzac, Jules Verne, Charles Cros, Clément Ader, Darwin et Freud. Plus souterrainement, il s’agira d’une réflexion sur les liens entre l’histoire des arts et celle des techniques.

Informations et réservations : arts-et-metiers.net

Conférences de Benoît Peeters au Musée des arts et métiers de 18h30 à 20h30

Mercredi 19 octobre 2016

Paris 1830 : UN NOUVEAU MONDE Continuer la lecture de Conférences de Benoît Peeters

Séminaire "Périphéries", « Le roman-photo. Pour une photographie mineure »

Intru

Séminaire « Périphéries »

« Le roman-photo. Pour une photographie mineure »

Le séminaire « Périphéries », organisé par le laboratoire InTRu de l’Université François-Rabelais, se poursuit le mardi 15 janvier prochain (17h-20h), en salle 325, avec une intervention de Jan Baetens : « Le roman-photo. Pour une photographie mineure ».
Cette intervention sera suivie d’un débat animé par Thierry Smolderen (
professeur à l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image d’Angoulême, équipe InTRu).

Le programme des séances est disponible en ligne : http://intru.hypotheses.org/1181
Une affichette en pièce jointe vous permet de relayer l’information sur cette séance.

15 janvier, 17h-20h, salle 325

Jan BAETENS (Professeur en cultural studies, Université de Leuven)

« Le roman-photo. Pour une photographie mineure« 

Dans cette communication, on se propose de revenir sur la qualification du roman-photo comme genre «mineur», voire comme «sous-genre». Non pour expliquer une fois de plus ce qui ne ne va pas dans cette pratique culturelle méprisée, mais pour interroger le sens même du mot mineur, aussi bien en référence au concept de littérature mineure (cf. le livre de Deleuze-Guattari sur Kafka) que par rapport aux idées dominantes sur l’opposition mineur/majeur en photographie. En tant que forme hybride, mélangeant littérature et photographie, le roman-photo ouvre en effet de nouvelles perspectives à une lecture positive de la périphérie.


Laboratoire InTRu – Interactions, transferts, ruptures artistiques et culturels, JE2527
Université François-Rabelais
3 rue des Tanneurs
37041 TOURS CEDEX 1

http://www.intru.univ-tours.fr