Archives par mot-clé : photographie

Appel à communications : La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires (Saint-Étienne)

La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires.

3 et 4 octobre 2024

Université Jean Monnet, Saint-Etienne

Date d’échéance : 24 mai 2024

Journées d’études organisées par Vincent Jaunas et Jonathan Tichit.

Texte de l’appel :

Si les fictions nord-américaines regorgent de récits de fins du monde et d’environnements postapocalyptiques variés, elles témoignent d’une fascination particulière pour l’effondrement du mode de vie urbain. A maintes reprises, New York a par exemple été envahie par des monstres (Je suis une légende, Richard Matheson, 1954), des zombies et des vampires (Empire of the Dead, tome 1, George Romero et Alex Maleev, 2014), des Kaiju (Cloverfield, Matt Reeves, 2008) ou des extra-terrestres (Avengers, Joss Whedon, 2012). Elle est aussi devenue trop chaude pour l’espèce humaine (Le Dieu venu du Centaure, Philip K. Dick, 1965), a été engloutie (New York 2140, Kim Stanley Robinson, 2017), ensevelie (La Planète des singes, Franklin Schaffner, 1968) et a sombré dans l’anarchie après un virus mortel (Tom Clancy’s The Division, Ubisoft, 2016) ou une décision politique (New York 1997, John Carpenter, 1981). La ruine totale d’une mégalopole, identifiable au premier coup d’œil, acquiert une dimension emblématique, signifiant par métonymie la ruine du monde. Depuis l’adaptation filmique de La Planète des singes réalisée par Franklin Schaffner et son célèbre twist final, on ne compte plus le nombre de représentations figurant la Statue de la Liberté sous la forme d’un vestige, pour sa capacité à symboliser à elle seule un futur postapocalyptique. Continuer la lecture de Appel à communications : La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires (Saint-Étienne)

Exposition : Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour les enfants (Gentilly)

Exposition “Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour les enfants”

Exposition présentée du 1er mars au 31 mai 2024, vernissage le jeudi 29 février à 18h

Maison de la photographie Robert Doisneau (Gentilly)

Entrée libre du mercredi au vendredi de 13H30 à 18H30 et les samedi et dimanche de 13H30 à 19H, fermée les jours fériés

Présentation de l’exposition

Dès le 19ème siècle, la photographie a trouvé sa place dans les livres pour enfants et nombre de photographes de renom ont contribué à leur élaboration : Laure Albin-Guillot, Claude Cahun, Dominique Darbois, Robert Doisneau, Tana Hoban, André Kertész, Ergy Landau, Thérèse Le Prat, Annette Messager, Sarah Moon, Emmanuel Sougez ou encore Ylla.

En conviant le visiteur à circuler à travers les pages de livres publiés de la fin du 19ème siècle à nos jours, l’exposition Regarde ! 150 ans de livres photos pour les enfants permettra de prendre connaissance de la grande variété d’une production ayant marqué plusieurs générations et façonné bien des regards.

Consulter le dossier de presse

Appel à communications : La fabrique du paysage dans la littérature, les arts visuels, le cinéma et le design (Nabeul, Tunisie)

La fabrique du paysage dans la littérature, les arts visuels, le cinéma et le design

Colloque international les 28 au 30 avril 2024

Complexe Culturel Néapolis Nabeul, Nabeul, Tunisie (5800)

Date d’échéance : 29 février 2024

Texte de l’appel : 

Le paysage n’est pas synonyme de la « nature » autant qu’il constitue l’une de ses constructions intellectuelles. Le jardin, à titre d’exemple, est un morceau arraché de la nature. Le paysage constitue son tableau. Il est en l’occurrence l’équivalent construit de la nature. Au lieu de faire nature, le paysage la traduit plutôt à travers une série de sublimations linguistiques et visuelles. Il n’est pas une image qui la représente. Il en constitue plutôt son icône. Dans ce paysage/icône, il y a une plus-value sublimatoire qui donne à ses attributs visuels ou linguistique une fonction rhétorique transposant l’artificiel sur le naturel ; ce qui rend les composantes du paysage visibles ou lisibles dans l’espace.

De ce fait, le « paysage » s’annonce comme une notion très ouverte à différents domaines. Elle peut toucher les arts visuels, la littérature, l’histoire, la géographie, l’écologie, le cinéma, le design… Sa présence se manifeste de façon variable suivant ses différents champs d’applications et ses multiples représentations culturelles. Continuer la lecture de Appel à communications : La fabrique du paysage dans la littérature, les arts visuels, le cinéma et le design (Nabeul, Tunisie)

Appel à communications : Du cadre à la bordure. Arts plastiques, musique et cinéma (Lyon)

Du cadre à la bordure. Arts plastiques, musique et cinéma 

11 et 12 juin 2024

Université Lyon 2

Date d’échéance : 15 décembre 2023

Colloque organisé par les laboratoires Passages Arts & littératures – XX-XXI (Université Lumière Lyon 2) et ECLLA (Université Jean Monnet Saint-Étienne)

Texte de l’appel

Il semblerait que le cadre, « sorte de bordure dans laquelle on place un tableau, une photographie, un bas-relief… bref, une œuvre à deux dimensions […][1] » soit la condition de l’existence de l’œuvre d’art picturale. Plus que d’être un moyen de protection, le cadre isole l’œuvre « de l’immense nature[2] » selon les mots de Baudelaire, « ménage une transition entre l’œuvre et son entourage quotidien[3] » et assure la présence d’une « fiction » du dedans, par opposition à la réalité de dehors (selon Jacques Morizot et Roger Pouivet[4]). Le cinéma possède son propre cadre – premièrement imposé par l’écran – ainsi que l’a largement étudié Gilles Deleuze, et fait décliner le mot en termes techniques : « cadrer », « cadrage », qui exposent les choix de l’artiste de faire entrer tel ou tel élément dans son périmètre, selon des esthétiques spécifiques. Continuer la lecture de Appel à communications : Du cadre à la bordure. Arts plastiques, musique et cinéma (Lyon)

Appel à contributions : L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré (Université Concordia, Montréal)

L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré

13 octobre 2023 (en présence), Bibliothèque de l’Université Concordia, Montréal (Québec), Canada

Échéance des propositions : 15 juillet 2023

L’objectif de cette journée d’étude est de rassembler des chercheurs autour du sujet de l’image imprimée depuis la décennie 1880. Nous considérons comme un jalon historique l’implémentation et la diffusion à grande échelle de la similigravure (halftone printing), procédé photomécanique qui permettra la reproduction de subtils tons et gradients dans des publications à fort tirage.

Portant une attention particulière à la bibliographie matérielle et aux techniques de production, nous tenterons de mieux comprendre comment les images imprimées contribuent aux formations discursives et de sens à travers une variété de contextes, des journaux illustrés aux manuels d’étiquette; des revues scientifiques aux livres pour enfants. Alors que le niveau d’alphabétisation s’accroît au vingtième siècle, le champ des publications illustrées rejoint des publics de plus en plus variés, dont les attentes et les besoins influencent le développement de la culture visuelle de l ’imprimé. En contrepartie, les rapports étroits entre l ’image et le texte forment de manière significative chez le lectorat la compréhension du monde en rassemblant dans l’espace de la page tout un assortiment d’informations entremêlant le politique, le professionnel et le divertissement.

Chevauchant les disciplines des études littéraires, de l’histoire de l’art, de la bibliographie et de la bibliothéconomie, la culture de l’imprimé illustré constitue une voie privilégiée vers l’histoire sociale. Nous sommes inspirés par le travail fondateur de Richard Benson dans The Printed Picture (MoMA, 2008) et par les récentes études sur les médias vernaculaires, tels que ceux de Sarah Mirseyedi et Gerry Beegan sur le développement des procédés photomécaniques et l’ouvrage dirigé par Thierry Gervais, The “Public” Life of Photographs (The MIT Press, 2016). Faisant nôtre l’impératif du spécialiste en livres rares Roger Gaskell de développer une « bibliographie des images », nous invitons les contributions tant en français qu’en anglais qui abordent un aspect pertinent des publications illustrées de masse ainsi que les divers procédés industriels ou manuels qui rendent leur production possible. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’image mise en page. Journée d’étude sur la culture de l’imprimé illustré (Université Concordia, Montréal)

Colloque : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant (BnF)

Colloque international : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant

9 et 10 mars 2023, Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse

Colloque international, organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, le Fonds patrimonial Heure joyeuse – médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, avec le soutien de l’Afreloce.

Si la littérature pour la jeunesse est fréquemment illustrée de dessins, qu’advient-il lorsque ces illustrations sont des photographies ? Dès la fin du XIXe siècle, à la faveur des développements techniques qui ont facilité l’impression de ce type d’image, la photographie s’est taillée une place de choix dans les livres pour enfants et les ouvrages photographiques se sont multipliés, des abécédaires aux documentaires en passant par les contes de fées, les livres de voyages, les novellisations de films et les livres d’artistes.

En circulant dans les littératures européennes et américaines, de 1860 à nos jours, ce colloque se propose d’explorer les liens étroits entre les livres pour la jeunesse et la photographie. Il entend s’interroger sur les motivations des auteurs de ces ouvrages, mettre à jour les dispositifs

phototextuels et examiner comment texte et photographies s’articulent pour faire sens pour un jeune lecteur.
Ce colloque international se propose d’accueillir les réflexions des acteurs de la chaine du livre, photographes, écrivains, éditeurs mais aussi bibliothécaires et libraires ainsi que les analyses de chercheurs de différents horizons disciplinaires.

Parution : Magali Nachtergael, Anne Reverseau (dir.), Un monde en cartes postales. Cultures en circulation

Magali Nachtergael, Anne Reverseau (dir.), Un monde en cartes postales. Cultures en circulation, Marseille, Le Mot et le reste, 2022.

Avec 90 illustrations en couleurs

Démodée la carte postale ? Avec l’essor du numérique, on aurait pu le croire. Constamment réinventée, de manière souvent critique par les artistes et les écrivains, sa fabrique et son histoire restent plus que jamais d’actualité, autant que ses liens avec les représentations géographiques et culturelles. L’histoire de son économie et de sa diffusion à l’échelle globale est éclairée par des contributions d’artistes et de spécialistes en histoire de l’art, littérature et philosophie.

Un monde en cartes postales donne à voir les circulations d’un médium d’apparence banale dans la culture moderne. Richement illustré, cet ouvrage renouvelle notre regard sur un objet patrimonial toujours séduisant, et à portée de main.

Avec des contributions de Pauline Basso, Marie Boivent, Marie-Ève Bouillon, Elisa Bricco, documentation céline duval, Renaud Epstein, Julie Guiches, Aglaïa Konrad, Sofiane Laghouati, Cyrielle Levêque, Danièle Méaux, Sara Meurant, Magali Nachtergael, Wolfram Nitsch, Antoine Quilici, Marie-Clémence Régnier, Anne Reverseau, Mathilde Roussigné, Denis Saint-Amand, Géraldine Sfez, Gaëlle Théval, Kim Timby, Sarah Troche et Oriol Vilanova. 

Appel à contributions : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant (Université Rennes 2)

Colloque international : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant

9 et 10 mars 2023, Université Rennes 2

Échéance des propositions : 12 septembre 2022

Organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, le Fonds patrimonial Heure joyeuse – médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, avec le soutien de l’Afreloce.

En 1996, la Joie par les livres proposait une journée d’étude consacrée à la photographie dans le livre pour la jeunesse et la Revue des livres pour Enfants publiait à cette occasion, dans son numéro 168-169, un dossier intitulé : « La photographie dans les livres pour enfants : une approche sensible ».

En 2001, la Bibliothèque des enfants et des jeunes La Joie par les livres à Clamart accueillait  l’exposition Flash sur les livres de photographies pour enfants et son catalogue-répertoire offrait un coup de projecteur sur les premières éditions d’une centaine d’albums de photographies, des années 1920 à nos jours.

En 2012, le Fonds patrimonial Heure joyeuse, depuis conservé à la médiathèque Françoise-Sagan, organisait l’exposition L’enfant et la photographie qui mettait en évidence l’évolution au cours du temps de la représentation de l’enfant et de la place de la photographie d’auteur dans les livres qui lui sont destinés.

Depuis lors, études, expositions, colloques internationaux, rencontres, mémoires, thèse de doctorat et ouvrages  grand public concourent à poursuivre la réflexion autour de cette production, désormais baptisée « photolittérature»  et couvrant le territoire dans lequel sont agencés art de la photo et texte littéraire. Parallèlement, au cours des deux décennies écoulées, les éditeurs ont multiplié, dans un bouillonnement créatif, le nombre d’albums qui intègrent la photographie, devenue par ailleurs omniprésente dans la vie quotidienne.

Le colloque « 1, 2, 3… regarde ! la photo, le livre, l’enfant » organisé conjointement par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, la médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, entend accueillir des contributions portant sur l’histoire de cette littérature photographique, du 19ème siècle à nos jours, et à travers le monde. Ce genre largement diffusé, particulièrement prisé des enfants, est pourtant longtemps demeuré méconnu, noyé sous d’autres appellations, malgré la diversité des productions et les collaborations célèbres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant (Université Rennes 2)

Appel à contributions : TÉLÉVISION, N° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”

Télévision, n° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”, dossier dirigé par Lucie Alexis.

Échéance des propositions : 15 juin 2022

Loana, Steevy, Jean-Édouard… En 2001, les lofteurs apparaissaient sur nos écrans de télévision et s’invitaient par là même dans notre quotidien. Pour la première fois en France, des inconnus étaient filmés en continu et M6 retransmettait, dans nos salons, la vie de ces jeunes d’une vingtaine d’années. Pour les 20 ans de la télé-réalité, un certain nombre d’émissions « best of » ont été programmées.

Aujourd’hui, ce sont Nabilla, Illan, Jazz, Moundir et tant d’autres « stars » de télé-réalité qui investissent les réseaux socio-numériques dans une forme de complémentarité avec les émissions linéaires au sein desquelles ils cherchent l’amour (La Villa des coeurs brisés, Mariés au premier regard…), se confrontent en équipe (Les Marseillais, La bataille des couples…) ou encore montrent leur vie de parents (Mamans et célèbres, JLC Family…), sans oublier les émissions d’aventure (Koh-Lanta, Pékin Express…).

Ancrée dans l’actualité médiatique, la proposition de ce numéro de Télévision vise à apprécier le virage que connaît ce genre télévisuel à l’heure où la grande majorité des candidats sont très présents sur les réseaux socio-numériques. Les vedettes de ces émissions ne sont aujourd’hui plus uniquement mises en lumière par le biais de la programmation linéaire mais sont au quotidien « en story », sur le « feed » ou dans les « reels » d’Instagram, Snapchat ou encore TikTok. Bien plus qu’un « service après-vente » des émissions, les candidats utilisent les médias sociaux, d’une part, comme un espace d’expression et de mise en scène de soi où ils donnent à voir leur vie, leur relation, leur famille au quotidien et, d’autre part, comme un espace professionnel lucratif où sont livrés des « codes promo » issus de leurs partenariats. Les réseaux socio-numériques offrent ainsi une latitude que ne permet pas la grille de programmation, ne serait-ce qu’en termes de temporalité des prises de parole. Finalement, la télé-réalité a-t-elle encore besoin de la télé ?

Quatre axes – non-exhaustifs – sont proposés pour investiguer ce phénomène, au coeur des préoccupations médiatiques et communicationnelles actuelles, autour des mutations récentes de la télé-réalité et la prégnance des réseaux socio-numériques dans son développement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : TÉLÉVISION, N° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”

Parution : Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants (Laurence Le Guen)

Laurence Le Guen, Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022. 

Préface de Michel Defourny

Au 19e siècle naît la photographie moderne, qui n’a, dès lors, cessé d’investir le livre. Genre longtemps méconnu, parfois mésestimé, la photolittérature est pourtant prisée des enfants, et de nombreux artistes s’essaieront à l’exercice.

De 1886 à 2021, ces livres sont les témoins de leur époque, des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques de ce médium. Photographes amateurs ou de renom — Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon — s’empareront de ce format. Leur travail côtoie les textes d’auteurs reconnus — Marcel Aymé, Maurice Genevoix, Jacques Prévert, Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle — et, ensemble, ils créent des œuvres surprenantes.

Ce parcours dans cent cinquante ans de littérature photo-illustrée européenne et nord-américaine vous fera découvrir un pan passionnant de l’édition de livres pour enfants.

Laurence Le Guen est docteure en littérature française, chercheure associée au Greces-Cellam, Université Rennes 2