Archives par mot-clé : photographie

Parution : Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants (Laurence Le Guen)

Laurence Le Guen, Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022. 

Préface de Michel Defourny

Au 19e siècle naît la photographie moderne, qui n’a, dès lors, cessé d’investir le livre. Genre longtemps méconnu, parfois mésestimé, la photolittérature est pourtant prisée des enfants, et de nombreux artistes s’essaieront à l’exercice.

De 1886 à 2021, ces livres sont les témoins de leur époque, des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques de ce médium. Photographes amateurs ou de renom — Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon — s’empareront de ce format. Leur travail côtoie les textes d’auteurs reconnus — Marcel Aymé, Maurice Genevoix, Jacques Prévert, Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle — et, ensemble, ils créent des œuvres surprenantes.

Ce parcours dans cent cinquante ans de littérature photo-illustrée européenne et nord-américaine vous fera découvrir un pan passionnant de l’édition de livres pour enfants.

Laurence Le Guen est docteure en littérature française, chercheure associée au Greces-Cellam, Université Rennes 2

 

Appel à contributions : “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies” (Semen n°53)

Appel à contributions : Semen, n°53, “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies”

Échéance des propositions : dimanche 1er mai 2022

Parution Printemps 2023

Pas un jour ou presque ne passe sans qu’une image fasse l’objet d’une controverse en ligne et/ou dans les médias. Fixes ou animées, ces images sont commentées, partagées (Gunthert, 2015), diffusées et discutées, en termes de fiabilité de l’information (Cordier, 2019), de dynamique interprétative (Saemmer & Tréhondart, 2022, 2020 ; Cervulle & Julliard, 2018) ou de stratégies de réception affective, notamment lorsqu’il s’agit d’images violentes, sexuelles ou haineuses (Jehel, 2021).

Ces controverses se matérialisent tout particulièrement sur les réseaux socionumériques, dont les cadres d’énonciation algorithmiques et architextes (Souchier et al., 2019) favorisent la mise en visibilité de positionnements idéologiques divergents (Simon, 2020), allant de l’affirmation d’un point de vue à des formes de polémiques et de conflits haineux (Jost, 2020). Ces controverses interprétatives appuient, d’une part, des stratégies de marchandisation médiatique, intensifiées par les affordances des plateformes numériques ; elles interrogent, d’autre part, la variabilité culturelle et sociale de nos modes de construction du regard ainsi que la manière dont la conflictualité interprétative s’articule autour d’enjeux de sémiotisation et de formes diverses de « domination visuelle » (Boidy, 2017).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “L’interprétation des images « choc » : signes, filtres, idéologies” (Semen n°53)

Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Vendredi 11 mars 2022, U Rennes 2

En 1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

Continuer la lecture de Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Laurence Le Guen (Université Rennes 2)

Docteure en littérature française, chercheure associée au Greces-Cellam, Université Rennes 2

Auteure d’une thèse sur les ouvrages photographiques pour enfants à paraître aux éditions MeMo en mars 2022, commissaire d’exposition et présidente de l’association Les Amis d’Ergy Landau, Laurence Le Guen est chercheuse associée au laboratoire du Greces-Cellam à l’Université de Rennes 2, membre de l’Afreloce et professeure de lettres. Elle anime le site dédié à la photolittérature jeunesse Miniphlit | Photolittérature pour la jeunesse (hypotheses.org) et publie des comptes-rendus d’exposition sur le site Littératures Modes d’emploi. Ses derniers articles sont consacrés aux livres inachevés du photographe Robert Doisneau, à la collaboration Jacques Prévert avec la photographe Ylla et aux ouvrages du couple Suzi Pilet-Alexis Peiry

Page professionnelle

CV

 

Chloé Ouaked (Université de Limoges)

Maîtresse de Conférences en Littératures Comparées, Université de Limoges

Equipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles).

Sujet de thèse 

La littérature, la photographie, l’hétérogène. Etude d’interactions contemporaines (C.Boltanski, W.Boyd, S.Calle, G.Davenport, J.Roubaud, W.G.Sebald). Sous la direction de B.Westphal.

Axes / thématiques de recherche 

Relations entre littérature et photographie. Relations inter-artistiques. Arts contemporains. Photographie, films, séries télévisées.
Littératures contemporaines. Théorie littéraire. Non-fiction. Féminismes.

Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Compendium. Journal of Comparative Studies, “Materialities of the Photobook”

Deadline for submissions: July 31, 2022

Editors: David Campany (International Center of Photography/U. Westminster), José Bértolo (U. Nova de Lisboa/Caldas da Rainha School of Arts & Design)

Compendium invites submissions for its second issue on the theme of Materialities of the Photobook. This special issue welcomes essays that explore the photobook, contemporary or historical, as an art object, looking into the processes that guide its composition, its specific materiality and objecthood, its reception and the reading/seeing experience.
 
In the last decades, we have witnessed a “photobook phenomenon” corresponding with a significant rise in the publication, acquisition, and circulation of photobooks. Canons and counter-canons have been established, and the photobook has become a recognised form with a set of lineages. New independent and specialized publishers have emerged across the world, along with new audiences of not only collectors and photographers but also occasional and non-professional consumers.
 
While an exhibition demands consideration of elements such as spatiality, volume, scale and presentation, among others, the book asks for a different set of decisions. The specificities of the photobook imply a new object, and a new form, in which images, text, sequence, design and choices of materiality all play a part in the constitution of the work.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Parution : Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”

Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”, 2021. 

Ère de changements et de troubles mais aussi de possibles, l’adolescence fascine tant elle recèle de mystère et d’ambiguïté. Traitée à la fois comme une période charnière entre l’enfance et l’âge adulte et comme un moment en soi, doté de ses propres codes et de ses propres valeurs, elle est aujourd’hui devenue une catégorie d’âge essentielle dans nos sociétés et a donné lieu à de nombreux travaux de sociologues et de psychologues. Tout en prenant appui sur ces réflexions, ce volume se propose d’étudier différentes facettes du « coming of age » dans une perspective artistique, à travers la littérature et les arts visuels (cinéma, séries télévisées, bande dessinée, photographie), dans les sociétés occidentales contemporaines, essentiellement anglo-saxonnes, depuis le tournant des années 1950 jusqu’à aujourd’hui. 

Sommaire

AVANT-PROPOS (Vanessa Besand)

REPRÉSENTATIONS DE L’ADOLESCENCE DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES

Tempus fugit : images en série des adolescents britanniques (Isabelle Schmitt-Pitiot)
– La Représentation de l’adolescence dans quelques séries américaines des années 1990 (Claire Cornillon)
Teenage Soaps (Sébastien Hubier)

ADOLESCENCES MARGINALISÉES

– L’Adolescence impossible dans True Grit (Florence Fix)
– Adolescences numériques : le hacker dans la fiction de jeunesse (Matthieu Freyheit)

ADOLESCENCES EN DANGER

Black Hole de Charles Burns : le trou noir où se défait la culture adolescente (Henri Garric)
– De la prairie perdue à la pelouse abandonnée : visions croisées de l’adolescence dans The Virgin Suicides de J. Eugenides et S. Coppola (Marion Lafouge)
– « No Tomorrow » : adolescence et fin du monde dans Donnie Darko de Richard Kelly et Kaboom de GreggAraki (Jean-Baptiste Massuet et Erwan Floch’lay)

Appel à contributions : “Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse” (Revue Internationale de Photolittérature)

“Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse”

Revue Internationale de Photolittérature 

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Une actualité récente montre un intérêt actuel et international pour la littérature pour la jeunesse qui accueille des photographies. En effet, une exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux pour la jeunesse, intitulée « Look Book » a été présentée aux spectateurs à La Fondazione Pastificio Cerere de Rome à l’automne dernier. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » se tient depuis février 2021 à la médiathèque Jose Cabanis de Toulouse et accueille table ronde et conférence sur l’histoire de ces productions. Le CNLJ de la BNF a accueilli la conférence « 150 ans de livres photo-illustrés » le 16 avril dernier. Enfin, un colloque « Photography in Children Literature », réunissant les spécialistes internationaux de la littérature de jeunesse désireux de s’intéresser à ces ouvrages, s’est tenue à Stockholm en mai dernier.

La photolittérature pour enfant est devenue un indicateur privilégié des idées que les adultes se font de la photographie, de son rôle éducatif et illustratif. Le champ de la photolittérature pour enfants est également un terrain d’exploration et de jeu qui accueille de nouveaux dispositifs photo-textuels défiant nos habitudes de lire (telles les œuvres de Katy Couprie) et devenant suffisamment bons pour être lus par les enfants (comme l’insinue Michel Tournier lors de la réécriture et adaptation de ses livres adultes au jeune public). On peut même faire le constat que la photographie a fait plus que laisser son empreinte sur le livre pour enfants. Elle a construit avec lui un nouveau genre d’ouvrages.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse” (Revue Internationale de Photolittérature)

Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux 

sous la direction d’Anne Chassagnol

Date limite d’envoi des propositions : 1er septembre 2021

Notification d’acceptation : 10 septembre 2021

Date limite pour le rendu de l’article final : mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Colloque : Circulation des cartes postales dans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle) (en ligne, Institut pour la photographie)

Colloque : Circulation des cartes postales ans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle)

Institut pour la photographie, en ligne

10-12 mai 2021

Sous la direction de Magali Nachtergael et Anne Reverseau

Ce colloque rassemblera artistes et chercheurs de différents horizons pour explorer le rôle qu’un objet, a priori banal, a pu avoir dans la culture visuelle et littéraire des XXe et XXIe siècles. Il s’agira d’étudier, jusqu’à l’époque contemporaine, les différentes façons dont poètes, écrivains et artistes ont regardé, ont manipulé, ont joué avec la carte postale et comment ils se sont appropriés ou se sont opposés à ce modèle médiatique plus polémique qu’il n’y paraît. Comment la carte postale, en étant réinvestie par les artistes contemporains, en particulier dans les protocoles iconographiques et de collection, connaît un renouveau qui amène aussi un regard critique sur cette production vernaculaire de masse ?

En abordant à la fois l’imaginaire de la carte postale dans les avant-gardes historiques et ses réinventions contemporaines, ce colloque entend proposer une relecture de ce medium moderne qui insiste sur ses enjeux communicationnels. Malgré les fluctuations de la production et la variabilité des supports, la notion de «carte postale» reste opérante et usitée jusque dans les correspondances numériques, témoignant du modèle médiatique qu’elle représente encore aujourd’hui.

Téléchargez le programme complet
Inscription* via mail : contact@institut-photo.com
Colloque gratuit, envoi des liens 24 h avant chaque journée d’intervention