Archives par mot-clé : philosophie

Appel à communications : Philoséries, "Philosopher avec les séries télévisées", n° 5 : A la Maison Blanche

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »

Episode n°5 : A la Maison Blanche

Vendredi 5 et samedi 6 juillet 2013, Paris.

Appel à contributions (pdf)

Le cycle de colloques « Philosopher avec les séries télévisées » initié en 2009 avec Buffy, tueuse de vampires se propose d’analyser chaque année une série télévisée déterminée, sur un mode à la fois monographique et interdisciplinaire. Pour 2013, renouant avec les thématiques ouvertes en 2011 avec le colloque consacré à la série 24h chrono, nous proposons de concentrer notre attention sur A la Maison Blanche (The West Wing), série américaine en sept saisons créée par Aaron Sorkin et initialement diffusée de 1999 à 2006. Mettant en scène de façon à la fois uchronique et réaliste sept ans de vie « à la Maison Blanche », et plus précisément dans « l’aile ouest » (« The West Wing ») qui abrite les bureaux de la Présidence américaine, la série suit les deux mandats successifs du président démocrate Josiah Bartlet (Martin Sheen) et de son équipe.
En continuité avec les précédents événements Philoséries, ces journées doivent s’entendre comme d’abord philosophiques, tout en étant largement ouvertes aux contributions d’autres sciences humaines et sociales : histoire, droit, science politique…  Si les dimensions éthiques, politiques et historiques en particulier de l’univers A la Maison Blanche méritent d’être analysées avec toute l’attention requise, les communications pourront s’attacher à d’autres questions, du moment qu’elles permettent de contribuer à répondre à celle qui sert de fil conducteur à l’ensemble du cycle : dans quelle mesure la série télévisée fictionnelle peut nous aider à mieux philosopher sur le monde, à mieux le comprendre, à mieux exister en lui ? Le fait-elle nécessairement, ou sinon, à quelles conditions ?
Le colloque aura lieu les vendredi et samedi 5 et 6 juillet 2013.
Les communications dureront chacune 30 mn et seront suivies de 15 mn de discussion. Merci de bien vouloir envoyer vos propositions (max. une page) à allouche.sylvie@gmail.com avant le 1er février 2013. Une réponse vous sera donnée avant le 1er mars 2013. Nous prions en outre les contributeurs de remettre leur texte définitif en vue de sa publication avant le 1er novembre 2013.

Comité d’organisation :
Sylvie Allouche (IHPST, U. Paris 1 – CEM, U. of Bristol)
Sandra Laugier (PhiCo, U. Paris 1)
Marjolaine Boutet, (CHSSC, U. de Picardie)

Parution: L’Ecole de Francfort Jean-Marc Durand-Gasselin

L’Ecole de Francfort
Jean-Marc Durand-Gasselin

DATE DE PARUTION : 05/04/12 EDITEUR : Gallimard (Editions) COLLECTION : Tel ISBN : 978-2-07-043703-0 EAN : 9782070437030 PRÉSENTATION : Broché NB. DE PAGES : 568 p
Repérer les traits constitutifs de ce qui, de manière d’ailleurs assez tardive, s’est appelé  » École de Francfort « , présente une certaine difficulté. Sans  doute trouve-t-on quelque unité dans le mouvement théorique allemand auquel ont appartenu des figures importantes de la pensée du XXe et du début du XXIe siècles comme Horkheimer, Benjamin, Adorno, Marcuse, Habermas ou Honneth. Ils partagent, par exemple, quelques références communes comme Hegel, Marx et Weber ou encore Lukacs ; et quelques thèmes communs comme la critique de la modernité capitaliste sous l’angle de la réification.

Mais la variété de leurs productions théoriques majeures, de leurs polarités respectives et de leurs styles semble interdire de parler d’une École. Quoi de commun en effet entre les fulgurances énigmatiques de Benjamin évoquant la figure baudelairienne du flâneur et la rude élaboration théorique par Habermas d’une théorie de l’agir communicationnel ? Entre l’exigeante théorie de l’art d’avant-garde d’Adorno et celle du besoin de reconnaissance de Honneth, tournée vers la vulnérabilité ? Entre les aphorismes pessimistes du jeune et du vieux Horkheimer, et la philosophie explosive du désir de Marcuse ? Et où placer des figures importantes comme Neumann, Fromm ou Wellmer ? À cette variété s’ajoute la discontinuité des générations et des expériences historiques, et celle des références intellectuelles.

Ainsi, entre le pessimisme radical d’Adorno et de Horkheimer d’un côté, liés par l’expérience du nazisme, du stalinisme et de l’exil, et ancrés dans une culture philosophique et intellectuelle allemande, et Habermas et Honneth de l’autre, davantage réconciliés avec des institutions démocratiques consolidées par l’après guerre, et se référant notamment à la psychanalyse anglo-saxonne, au pragmatisme, aux théories américaines de la justice ou au structuralisme français, il n’y aurait pas plus de points communs qu’avec n’importe quel représentant d’une philosophie sociale ambitieuse et critique, à Francfort ou ailleurs.

Aussi c’est précisément parce que seuls quelques références communes et quelques thèmes identiques paraissent les unir que se multiplieront deux types de réception. Soit les lectures trop lointaines, qui se contentent de placer toutes ces figures dans une postérité marxiste, celle par exemple du  » marxisme occidental « , et pour qui l’appartenance à l’École de Francfort ne joue alors presque plus aucun rôle intellectuel distinctif, soit les lectures plus méticuleuses mais qui exagèrent les discontinuités, et alimentent alors les procès en trahison ou en légitimité, et donnent une impression de dispersion ou d’unité factice.
Jean-Marc Durand-Gasselin articule la diversité de ces penseurs à l’identité du projet d’origine : articuler données empiriques, enquêtes et approches plurielles des sciences humaines pour décrire au plus près la réalité sociale.

Sommaire:

LE PROJET ET LE DEFI DE LA CATASTROPHE
L’originalité du projet de Horkheimer
Genèse du marxisme esthétique : Benjamin inspirateur d’Adorno
La dynamique centrifuge des trajectoires individuelles

LE REAJUSTEMENT DEMOCRATIQUE
Expliciter les liens de la démocratie et de la Théorie critique : le problème de Habermas
Conjoncture et critique

REINTRODUIRE LA CONFLICTUALITE
La gauche habermassienne et le programme inaugural de Honneth
La reconnaissance comme enjeu des luttes sociales

Marco Renzo Dell Omodarme (Université Paris I)

s200_marco_dell_omodarme

Doctorant Paris 1 – Phico (ExeCo)

Domaines de recherche : Philosophie des sciences et de la connaissance ; philosophie des cultures populaires (séries télévisées, télé réalité, web)

Sujet de thèse :
Pour une épistémologie du savoir situé
Le statut du concept dans la critique constructiviste du savoir

Directrice de recherche : Christiane Chauviré

Continuer la lecture de Marco Renzo Dell Omodarme (Université Paris I)