Archives par mot-clé : personnage

Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Congrès 2022 de l’AFEA (Association Française d’Études Américaines USA) : « Légitimité, Autorités, Canons »

31 Mai- 3 Juin 2022, Université Bordeaux Montaigne (France)

Atelier Cultures Populaires des États-Unis d’Amérique : « Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique »

Échéance des propositions : 15 janvier 2021

Entre 2000 et 2021, onze des lauréats de l’Oscar du meilleur acteur ont été récompensés pour leur incarnation d’un personnage historique, dont sept pour des films clairement identifiés comme biographiques. Sur la même période, quatre des films récompensés par un Oscar du meilleur film, et trente-trois des cent cinquante et un candidats à la statuette, étaient des biopics. Depuis 2017, la série biographique de Netflix The Crown a été nommée quatre fois pour le Golden Globe et l’Emmy Award de la meilleure série dramatique, et a raflé quatre de ces prix.

Le genre biographique, en associant la pseudo-légitimité historique du film d’époque au goût du grand public pour les récits de destinées exceptionnelles, occupe une place de choix à Hollywood et dans la culture populaire au sens large : films et séries, mais aussi romans traditionnels ou graphiques, musique (on pensera par exemple aux chansons « Hurricane » et « Joey », de Bob Dylan, ou à « Candle in the Wind » d’Elton John), comédies musicales (telles qu’Evita, Beautiful: The Carole King Musical, ou plus récemment Hamilton) et même jeu vidéo (des jeux autobiographiques tels que That Dragon, Cancer de Ryan Green ou les jeux de Nina Freeman Cibele, How Do You Do It ou We Met in May, se basent sur la vie de leurs programmeur.se.s pour explorer des thématiques universelles).

Le genre en lui-même est fondé sur la réécriture et la romantisation des faits, qui permettent aux fictions biographiques de transformer le récit historique en un récit accessible au grand public, mais aussi bankable. Tout comme la fiction historique, il se rapproche parfois d’une forme de vulgarisation, mais en se focalisant sur un individu en particulier, il favorise l’identification et permet ainsi plus aisément au public de s’investir émotionnellement dans le récit qu’il déploie. Or on peut s’interroger sur les grandes figures qui sont ainsi mises en avant et, dans une certaine mesure, mythifiées. Des personnalités de différents milieux (arts, politique, sciences…) se voient ainsi transformées en héros et héroïnes de la fiction. Les récits biographiques explorent et reconstruisent leur passé afin de comprendre comment ils et elles sont devenu.e.s des « grands noms », appartenant même à la culture générale, mais s’attaquent aussi au côté sombre de la société américaine en se penchant sur des tueur.se.s en série (Jeffrey Dahmer, Ted Bundy, Aileen Wuornos…) ou sur d’autres figures criminelles (on pensera ainsi à la popularité du genre du true crime dans la littérature, les émissions de télévision ou de radio et les podcasts, ou aux séries Netflix Narcos ou Mindhunter). Dès lors, on peut se demander quel est l’objectif du genre biographique dans la culture populaire : s’il semble souvent chercher à construire des modèles, qui viendront par exemple nourrir la valeur fondatrice du self-made (wo)man, comment penser dans ce cadre les nombreuses fictions biographiques sur les tueur.se.s en série, et inversement le nombre restreint de fictions portant sur des personnalités appartenant au monde de la science (et dont la plupart propagent le stéréotype du « génie solitaire » qui peine à s’intégrer à la société) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Congrès 2022 de l’AFEA, Atelier Cultures Populaires: “Les destinées historiques comme fondement de la légitimité : le genre biographique dans la culture populaire des États-Unis d’Amérique” (Université Bordeaux Montaigne)

Appel à contributions : Marilyn Monroe, personnage de théâtre

Appel à articles pour numéro de revue : “Marilyn Monroe, jouée”

Échéance des propositions : 1er décembre 2021

Le théâtre n’a pas attendu la commémoration des 60 ans du décès de l’actrice de cinéma qui se rêvait comédienne de théâtre, Marilyn Monroe, pour la jouer en de multiples versions scéniques, adaptées de ses lettres, de biographies ou mues par l’admiration : Marilyn Forever Blonde… The Marilyn Monroe Story In Her Own Words & Music de Greg Thompson (2007), Je m’appelle Marilyn de Yonnick Flot (2008), Marilyn de Krystian Lupa (2009) Norma Jeane de Pierre Glénat (2012), Marilyn, My Secret, de Willard Manus et Odalys Nanin (2013), Marilyn, intime de Didier Goupil (2014), Marilyn Inside (2021) de Cécile Barcaroli, entre autres, mais également des comédies musicales, des ballets, des performances, un opéra composent une « Marilyn personnage ».

Comment est « jouée » cette image de cinéma dont le corps et le visage sont immédiatement reconnaissables, objets médiatiques et objets de consommation(s), matériau pour les plus grands artistes postmodernes (Rauschenberg, Warhol, Dali, Serra, Rosenquist…) comme pour les plus convenus des produits dérivés de sa notoriété ? Quels décors, quels dispositifs (le spectaculaire ou le minimalisme, le monologue, l’épure scénique ?), sont-ils choisis pour représenter celle qui est si souvent associée au kitsch et au clinquant d’une époque d’opulence et de surconsommation, mais dont on a récemment remis en lumière l’intellect et le cheminement intime (Fragments, poèmes, écrits intimes et lettres publiés) ? quelles actrices, enfin, pour Marilyn ? Des bondes pulpeuses ou, pour défier l’illusionnisme, des brunes longilignes ? Se jouer de Marilyn, jouer avec Marilyn, est-ce plutôt incarner la star ou la femme ? Norma Jean ou Marilyn ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Marilyn Monroe, personnage de théâtre

Parution : Rocky. La revanche rêvée des blancs (Loïc Artiaga)

Loïc Artiaga, Rocky. La revanche rêvée des Blancs, Éditions Amsterdam, “Les Pairies ordinaires”, 2021.

Le 27 novembre 1976, le boxeur Robert « Rocky » Balboa devient champion du monde des poids lourds. Au terme de quinze rounds, il triomphe par KO de son adversaire, le redoutable Apollo Creed. Ainsi débute la carrière de l’un des plus grands pugilistes de l’histoire, avec 57 victoires et deux titres mondiaux.
Rocky n’a jamais existé ; mais, aussi célèbre que Mohammed Ali, il apparaît plus vrai qu’aucun boxeur réel. La culture médiatique a le pouvoir de conférer une réalité supérieure à ses héros, de créer « une autre vie présente » dans laquelle se déploie une histoire parallèle et nouée à la nôtre. Étudier la fiction en historien, comme le fait ici Loïc Artiaga, permet de cerner les fantasmes sociaux et leurs transformations. Pour ceux qui voulaient y croire, un Italo-Américain de Philadelphie, boxeur médiocre, trop lourd et trop lent pour être crédible sur un ring, a contré l’ascension des athlètes noirs et mis en échec l’Union soviétique. Rocky cristallise les frustrations sociales, hantises raciales et autres peurs viriles de son époque où s’invente aussi, dans le monde « réel », le sport spectacle.

 

Parution : Characters and Figures: Conceptual and Critical Approaches (dir. Carlos Reis et Sara Grünhagen)

Carlos Reis et Sara Grünhagen (dir.), Characters and Figures: Conceptual and Critical Approaches, Almedina, 2021

Dirigé par Carlos Reis et Sara Grünhagen, cet ouvrage collectif en anglais se compose de six chapitres, précédés d’une introduction qui replace le recueil dans son contexte. Des questions théoriques sur la catégorie des personnages sont analysées, reprises sous des angles spécifiques que le caractère pluriel et interdisciplinaire des études narratives a favorisé. Certains des essais traitent, par exemple, de personnages traditionnellement moins valorisés ou éloignés d’une vision strictement littéraire et canonisante du récit. En ce sens, la diversité des approches de cet ouvrage met en évidence la condition dynamique du personnage, configurant ainsi un état de l’art toujours provisoire et qui s’inscrit dans un contexte plus large de redimensionnement théorique et d’ouverture transdisciplinaire des études narratives. Le débat qui en résulte concerne donc tout à la fois la catégorie narrative analysée et le champ d’études qui l’examine.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur.

Parution : Policiers romantiques (André-Marc Aymé)

André-Marc Aymé, Policiers romantiques. Anthologie des premiers héros policiers, L’Harmattan, coll. “Noir”, 2021.

Policiers romantiques réunit des enquêtes des premiers héros policiers de fiction.
Au début du XIXe siècle, en matière de justice, ce sont plutôt des personnages criminels qui sont à l’honneur. Mais quelques auteurs populaires _ anglais _ vont oser donner à un policier le rôle principal. Les voici, ces premiers héros policiers, des types ordinaires avec un métier et des aventures hors-normes, en contact avec toutes les classes sociales, risquant leur vie pour la bonne cause, la protection de la société, l’arrestation des hors-la-loi. Les voici réunis ici, enquêtant, poursuivant, déguisés ou infiltrés, jouant des poings ou des armes, à Londres ou à Paris, héros modernes avant l’heure.

André-Marc Aymé, né en 1959 à Niort, se présente comme archéologue du polar. Policiers romantiques est le premier volume d’une série présentant le résultat de ses fouilles.

Appel à contributions : Visions et apparitions au cinéma: L’instant de la révélation (éditions Academia)

Visions et apparitions au cinéma. L’instant de la révélation.

Appel à contributions en vue de la publication d’un ouvrage collectif aux éditions Academia (dans la collection «  Esthétique et Spiritualité »).  

Textes entièrement rédigés à envoyer avant le 1er juin 2021

L’appel à contributions vise à enrichir les réflexions issues du colloque international sur le même thème  qui a été organisé par le groupe de recherche Cinespi à l’Université de Louvain, du 12 au 13 décembre 2019. Lien ici.

(english version below)

Argumentaire

Par vision doit être ici entendue la représentation d’ordre surnaturel apparaissant aux yeux (ou à l’esprit) du (ou des) personnages d’un film donné. Celle-ci peut illustrer un épisode biblique (ex : le Buisson ardent) ou impliquer une relation avec des puissances qui peuvent être divines ou divinisées (Dieu, le Christ, anges, saints…), sataniques (Diable, démons), élémentaires (forces naturelles), merveilleuses (fées, magiciens, super-héros…) ou obscures (fantômes, créatures monstrueuses…).

Au cinéma, les formes prises incluent les rêves prémonitoires, les expériences subliminales à la limite de la conscience, les signes disséminés dans le récit filmique qui témoignent de la présence de cet ordre surnaturel (dont le ou les personnages ont conscience ou non). La vision implique donc un instant où un « autre monde » se révèle au monde du réel. C’est sur ce moment particulier de la révélation que les études publiées porteront.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Visions et apparitions au cinéma: L’instant de la révélation (éditions Academia)

Appel à contributions : Les personnages de l’ombre dans la littérature et les arts (revue Pagaille)

“Les personnages de l’ombre dans la littérature et les arts”

Revue Pagaille

Échéance des propositions : 18 juin 2021

Date de parution prévue : juin 2022

 

Mais que serait Sherlock Holmes sans Mrs Hudson ? 

Si les lecteurs de Conan Doyle ont déjà pu se demander ce que ferait le célèbre détective sans le docteur Watson, combien se sont préoccupés de Mrs Hudson ? Combien se sont demandé pourquoi Sherlock Holmes bénéficiait d’un logement bon marché chez elle, pourquoi la logeuse s’occupait de lui comme d’un enfant gâté, supportant tous les importuns qui se pressent à la porte de son locataire excentrique, capricieux, hyperactif, drogué, puéril et bruyant ?

Que nous apprennent des personnages comme Mrs Hudson, ces êtres souvent invisibles et muets, écrasés par les puissances géniales des personnages principaux ? Il ne s’agit pas seulement de s’intéresser ici aux personnages dits secondaires mais de remonter plus loin dans le degré d’insignifiance. Jusqu’à ces petits personnages qui constituent plutôt une sorte de toile de fond à l’intrigue, travaillent dans l’ombre, apparaissent pour disparaître aussitôt, alors même qu’ils peuvent parfois jouer le rôle d’éminences grises.

Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants, en adoptant une perspective comparatiste :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les personnages de l’ombre dans la littérature et les arts (revue Pagaille)

Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Cahiers Robinson n°49, “Fantasy et Enfance”, sous la direction de Marie-Lucie Bougon, Justine Breton et Amelha Timoner, premier semestre 2021.

En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu’il s’agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou dans tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l’on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d’enfants, garçons et filles d’apparence ordinaire mais recelant d’impressionnants pouvoirs, sont des héros privilégiés, vivant des aventures magiques où il est cependant question de transition vers l’adolescence ou l’âge adulte : l’enfance en fantasy ne serait-elle qu’un point de départ qu’il faut quitter ? Peut-on considérer qu’il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adultes ? Ces questions sont approchées avec des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces œuvres en bibliothèque. 

Continuer la lecture de Parution : Fantasy et enfance (Cahiers Robinson n°49)

Parution : Les “nouveaux” villains. Figures du mal dans la fiction de jeunesse

La Revue des lettres modernes, 2020, n° 10 : Les « nouveaux » villains. Figures du mal dans la fiction de jeunesse, sous la direction de Christian Chelebourg

Paris, Classiques Garnier, série “Écritures jeunesse”

SOMMAIRE

Nathalie Dufayet, Avant-propos / Foreword 

LE GRAND MÉCHANT LOUP DHIER ET DAUJOURDHUI /
THE BIG BAD WOLF, YESTERDAY AND TODAY

Thaïs Bihour, Entre inhumanité et déshumanisation. Le personnage du Loup Boche en 1914-1918 / Between inhumanity and dehumanization. The figure of the Kraut Wolf in 1914–1918

Lison Jousten, Le Trois Petits Cochons et le Grand Méchant Loup. La rencontre entre deux archétypes / The Three Little Pigs and the Big Bad Wolf. Two archetypes meet 

Marion Duval, Mais qui a encore peur du Grand Méchant Loup ? / But who is still afraid of the Big Bad Wolf?

Mathilde Brissonnet-Teyssédou, Le loup est revenu. Le « nouveau » visage du loup dans le conte du Petit Chaperon Rouge / The wolf is back. The “new” face of the wolf in the tale of Little Red Riding Hood 

INVERSIONS CARNAVALESQUES : LE MÉCHANT, DU RIRE AUX LARMES / CARNIVALESQUE REVERSALS: BETWEEN LAUGHTER, TEARS, AND HORROR

Mirta Cimmino, Sympathy for the Evil. Méchanceté relative dans les adaptations de contes de fées au XXIe siècle / Sympathy for the Evil. Relative evil in the adaptations of fairy tales in the 21st century

Isabelle-Rachel Casta, « Après la première mort… ». Lirruption des Enfants de la Nuit dans Laisse-moi entrer (John Lindqvist), Ma chère grand-mère (Catherine Brighton) et La Balafre (Jean-Claude Mourlevat) / After the first death…” The emergence of Children of the Night in Laisse-moi entrer (John Lindqvist), Ma chère grand-mère (Catherine Brighton) and La Balafre (Jean-Claude Mourlevat) 

Nicole Callon-Wells, Le méchant au cœur des contradictions de la fiction de jeunesse / The villain at the heart of the contradictions of youth literature

Roland Carrée, De lautre côté de la porte. Monstres enfantins et enfants monstrueux dans Monstres & Cie et Monstres Academy / On the other side of the door. The monsters of childhood and child-monster in Monsters, Inc. and Monsters University

Bochra Charnay, Au bout de la méchanceté. Mères meurtrières et enfants assassins dans le conte traditionnel / The depths of evil. Murderous mothers and assassin children in the traditional tale

Violaine Beyron, Les Méchants ordinaires dans le roman réaliste pour la jeunesse / The Ordinary Dark Ones in the Realist Novel for Young People

Marine Cellier, Le Docteur Facilier dans La Princesse et la grenouille. Enjeux idéologiques de la représentation du premier méchant noir par Disney / Doctor Facilier in The Princess and the Frog. Ideological issues of representation of the first black villain by Disney

LHOMME, LA BÊTE ET J.K. ROWLING /
MAN, BEAST, AND J.K. ROWLING

Éric Auriacombe, Harry Potter, du méchant de lhistoire à lhistoire du méchant / Harry Potter, from the storys bad guy to the bad guys story

Nathalie Dufayet, Lord Voldemort, « le villain aux mille et un visages » / Lord Voldemort, “the villain of thousand and one faces”

Isabelle Olivier, Méchanceté, mystère et rédemption. Regards croisés sur Severus Snape et Mrs Coulter / Evil, mystery, and redemption. A comparative study of Severus Snape and Mrs Coulter

Résumés/Abstracts

Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

Double journée d’études

Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan 

Universités Toulouse-Jean Jaurès et Caen Normandie

19 novembre 2021 – Mars 2022 [date à préciser pour la seconde journée]

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort1 » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la  littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion.

Les deux hommes, d’ailleurs, ne s’appréciaient guère et n’en faisaient pas mystère. Ils considéraient leurs œuvres respectives avec une admiration distante chez Dumas et une morgue venimeuse, si ce n’est insultante, chez Balzac. Dumas écrit ainsi dans ses Mémoires : « Comme homme je ne le connais pas, et ce que j’en connais ne m’est pas le moins du monde sympathique ; comme talent, sa façon de composer, de créer, de produire est si différente de la mienne que je suis mauvais juge à son endroit » (chap. CCXVII). Balzac n’est pas plus tendre dans sa correspondance avec MmeHanska, lui qui voit dans l’auteur des Trois Mousquetaires « un homme taré, un danseur de corde et pis que cela, un homme sans talent2 » bénéficiant d’un « nom immérité dans la littérature3 ». Continuer la lecture de Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

  1. Jean Tulard, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes», 2008, p. 12 []
  2. Lettre à Mme Hanska de 1836 []
  3. Lettre à Mme Hanska de 1840. []