Archives par mot-clé : personnage

Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

Double journée d’études

Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan 

Universités Toulouse-Jean Jaurès et Caen Normandie

19 novembre 2021 – Mars 2022 [date à préciser pour la seconde journée]

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort1 » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la  littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion.

Les deux hommes, d’ailleurs, ne s’appréciaient guère et n’en faisaient pas mystère. Ils considéraient leurs œuvres respectives avec une admiration distante chez Dumas et une morgue venimeuse, si ce n’est insultante, chez Balzac. Dumas écrit ainsi dans ses Mémoires : « Comme homme je ne le connais pas, et ce que j’en connais ne m’est pas le moins du monde sympathique ; comme talent, sa façon de composer, de créer, de produire est si différente de la mienne que je suis mauvais juge à son endroit » (chap. CCXVII). Balzac n’est pas plus tendre dans sa correspondance avec MmeHanska, lui qui voit dans l’auteur des Trois Mousquetaires « un homme taré, un danseur de corde et pis que cela, un homme sans talent2 » bénéficiant d’un « nom immérité dans la littérature3 ». Continuer la lecture de Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

  1. Jean Tulard, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes», 2008, p. 12 []
  2. Lettre à Mme Hanska de 1836 []
  3. Lettre à Mme Hanska de 1840. []

Parution : Le transmédia, ses contours et ses enjeux

Anne-Sophie Collard, Stéphane Collignon, Le transmédia, ses contours et ses enjeux, Presses Universitaires de Namur, 2020. 

PDF disponible en libre accès, sous licence Common Creative CC-BY_NC_ND 4.0

Cet ouvrage rassemble plusieurs contributions de chercheurs belges et français s’interrogeant sur les contours et les enjeux du transmédia suite à la Journée d’étude organisée à Namur en 2017. A partir de questions portant notamment sur la diversité des supports, le traitement médiatique, la notion d’auteur, le rôle des personnages, les fanfictions ou les compétences médiatiques mobilisées, il permet de porter un regard multiple sur cette forme médiatique contemporaine. Il s’adresse aux chercheurs et aux étudiants qui souhaiteraient approfondir leur connaissance du transmédia et avoir un aperçu de problématiques de recherche actuelles dans le champ médiatique.

Appel à contributions : Les populations fictionnelles

Congrès de la Société Française de Littérature Générale et Comparée : Les populations fictionnelles

25-26-27 Novembre 2021

Université de la Sorbonne nouvelle, Campus Condorcet 

Date de l’échéance : 15/01/2021

Les personnages de fiction, quelque soit leur support médiatique, sont par excellence un objet de comparaison. Il est traditionnel de comparer deux personnages qui partagent certaines caractéristiques (Raskolnikov et Lafcadio, Dom Juan et Valmont, Emma Bovary et Anna Karénine…) ; de comparer les personnages d’un roman au film ou à la pièce de théâtre qui en ont été tirés, ou d’une série avec ceux d’un jeu vidéo1. Il existe même des programmes en ligne pour comparer des personnages entre eux2 ! Même si les dictionnaires de personnages existent depuis longtemps (surtout depuis le début du XXe siècle), une nouvelle façon d’envisager les personnages est apparue sur Internet, favorisant un autre type de comparaison : les listes de personnages se multiplient, par œuvre, par auteur/auteure, par genre, par ordre alphabétique, par caractéristique (les plus beaux, les plus riches3 !) ou même par rapport aux émotions qu’ils suscitent (les personnages les plus aimés, les plus détestés…). Continuer la lecture de Appel à contributions : Les populations fictionnelles

  1. https://hitek.fr/42/the-witcher-casting-serie-compare-personnages-jeu-video_6271 []
  2. https://www.includehelp.com/code-snippets/c-program-to-compare-two-characters.aspx []
  3. https://blog.impossible-dictionnaire.com/les-personnages-de-fiction-les-plus-riches/ []

Parution : « L’ARABE » COLONISÉ DANS LE THÉÂTRE FRANÇAIS De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931)

Amélie Gregório, 2020, « L’Arabe » colonisé dans le théâtre français. De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931), Presses Universitaires de Lyon, « Théâtre et société » 

Négligé par la critique postcoloniale, le théâtre, dans ses formes variées, et notamment populaires, a pourtant largement accompagné la colonisation française de l’Afrique du Nord et la formation d’un esprit colonial, depuis le débarquement des troupes françaises en Algérie en 1830 jusqu’au grand rendez-vous impérialiste que fut l’Exposition coloniale de 1931. S’appuyant sur des préjugés existants, les renforçant, en forgeant parfois de nouveaux pour les besoins du spectacle, les pièces écrites à l’époque coloniale ont donné de multiples représentations de la figure de « l’Arabe » : bestial, fourbe, idiot ou « exotique », dans tous les cas inférieur au « Blanc », cet « autre » apparaît toujours comme un être dominé.

À partir de l’analyse historique, sociologique et esthétique d’un répertoire méconnu de près de deux cents pièces , mais aussi de leur mise en scène et de leur réception par la critique et des publics divers, Amélie Gregório interroge la transformation des représentations en discours, sans perdre de vue les enjeux proprement artistiques et sans prétendre a priori que toute pièce représentant des « Arabes » est obligatoirement, et de façon univoque, idéologique.

Amélie Gregório est agrégée de lettres modernes. Elle est enseignante dans le secondaire et chercheuse associée à l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM). Ses travaux portent sur la question de l’altérité dans les arts de la scène, en relation avec la colonisation de l’Afrique du Nord.

Acheter l’ouvrage en ligne sur le site de l’éditeur

Parution : Personnages de TV

Télévision n°9, 2018, « Troubles personnages », CNRS Editions

 

« Depuis quelque temps déjà, le héros sériel a perdu de sa superbe : il est devenu  »multiple », problématique, parfois breaking bad, protagoniste de récits aux valeurs de plus en plus mal définies. Mais voici qu’il se dédouble, se multiplie, se cache dans des identités d’emprunt et prolifère, dans un mouvement de cross over généralisé, au point parfois de rompre le contrat de conformité entre lui et l’acteur qui l’incarne et qui, d’ordinaire, lui collait à la peau

Les contours du personnage se troublent en même temps que le trouble envahit le spectateur. Comment définir aujourd’hui les métamorphoses de ces êtres de fiction ? Et quels en sont les retentissements sur notre attachement aux séries ?

Professeur émérite à la Sorbonne nouvelle-Paris III, sémiologue, fondateur du Centre d’Études sur les Images et les Sons médiatiques, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur l’image et les médias, dont Les Nouveaux Méchants. Quand les séries américaines font bouger les lignes du Bien et du Mal (2015). »

 

Parution : Pardaillan n°3

Le Pardaillan N°3 – Populaire, moi ?

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan se propose de retourner la notion de « populaire », pour la lire différemment, désancrée de son domaine habituel. On s’est en effet habitué à considérer l’usage du terme « populaire » comme légitime dans certains champs culturels (le jeu vidéo est populaire), et scandaleux dans d’autres (Rembrandt ne l’est pas) : il ne peut être que fructueux d’essayer de réfléchir en sens inverse…

Sommaire

Editorial : Et on tuera tous les éditos

Les Cahiers Zévaco
– Luce Roudier – Réécriture populaire d’un mythe littéraire : le Don Juan de Michel Zévaco

Dossier : Populaire, moi ?
– Félicité de Rivasson – Paul Féval ou la filiation du populaire. Légendes et conteurs dans les Romans du Mont Saint-Michel.
– Pierre Troullier – Joyce poète : comme une chanson populaire ?
– Gilles Losseroy – Dada à la soupe populaire
– Nicolas Fréry – De toge et de glaive. La référence à Plutarque dans le roman de cape et d’épée.
– Emmanuelle Guittet – Des préférences littéraires au choix des livres : quelles formes populaires de la lecture à l’ère de l’éclectisme des goûts ?
– Isabelle Rachel Casta – « Nous abattrons Robespierre… » Maximilien de Robespierre : une figure populaire… de l’impopularité ?
– Sandrine Caroff-Urfer – Le personnage du duc de Beaufort du XVIIe au XXIe siècle : variations esthétique, éthique et politique de l’idée de « populaire » Continuer la lecture de Parution : Pardaillan n°3

Parution : « Le Détectionnaire »

Norbert Spehner, Le Détectionnaire

Alire, collection « Essai 10 », 2016.

detectionnaire

Ouvrage de référence unique qui recense les personnages récurrents de la littérature policière et d’espionnage mondiale : pour y figurer, chaque personnage doit apparaître dans un minimum de deux romans et, pour les œuvres dont le français n’est pas la langue d’origine, au moins un titre de la série doit avoir été traduit. Ce descriptif peut être enrichi, à l’occasion, de citations tirées de critiques de livres, d’entrevues avec les auteurs, de blogues ou de comptes rendus de presse. Le cas échéant, une liste des adaptations cinématographiques ou télévisuelles des titres accompagne l’entrée.

Plus de 2500 entrées de personnages créés par plus de 2000 auteurs de partout –France, Amérique, Québec, Chine, Russie, Continuer la lecture de Parution : « Le Détectionnaire »

Conférence : L’attachement aux personnages de série

LE POUVOIR DES LIENS FAIBLES (2015-2016)

Alexandre GEFEN (CNRS-Paris 4 Sorbonne) / Sandra LAUGIER (Paris 1 Sorbonne)

JEUDI DE 18H00 À 20H00

Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque Georges Ascoli, Escalier C, 2e étage, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (Entrée par le 17, rue de la Sorbonne).

Séances ouvertes à tous sans réservation

14 avril : Hugo CLEMOT : L’attachement aux personnages de séries télévisées

La thèse centrale de l’article désormais classique de M. Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage, etc.) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles. Ecartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur de nos formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de notre vie culturelle, dans l’espace de nos formes de présence à l’autre, visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir », lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les situations de longue durée, les identifications directes et les affects massifs. C’est la richesse et l’importance de ce tissu sensible, de ces échos et de ses reconnaissances puissantes autant qu’inattendues, que nous voudrions commencer à décrire.

  • 19 mai : Veena DAS : Violence of the everyday and against the everyday
  •  9 juin : Joelle ZASK : Les relations face-à-face
  •  30 juin : Alexandre GEFEN et Sandra LAUGIER : Conclusion

Séminaire de l'imagine, 2014 (BILA)

Le séminaire de l’imaginaire

Séminaire permanent des littératures d’aventures.

Des conférences ouvertes à tous pour rédécouvrir les grands personnages de la littérature populaire.

Le séminaire de l’imaginaire a pour but de faire découvrir ou redécouvrir les littératures populaires sous différents angles d’études (motifs, figures, structures, récits, styles, discours, etc.). De manière conviviale et accessible, les perspectives historiques et théoriques se croisent lors de ces rendez-vous mensuels, ouverts au grand public, qui ont pour but d’initier les lecteurs à de nouveaux horizons (policier, S-F, fantastique, sentimental, aventures…), d’approfondir leurs connaissances et, surtout, de décupler leur envie et leur plaisir de lecture.

Programme

  • Jeudi 16 janvier : Sherlock Holmes par Natacha Levet (Université de Limoges)
  • Jeudi 13 février : Walter White (Breaking Bad) par Sarah Sepulchre (Université Catholique de Louvain)
  • Jeudi 13 mars : Prince Eric (Signe de piste) par Laurent Déom (Université de Lille 3)
  • Jeudi 24 avril (dans le cadre du FIFPL) : Max le menteur par Jean-Louis Etienne (libraire, éditeur, essayiste).

De 12h10 à 13h

Bibliothèque des Chiroux (Liège)

1er étage, Espace Polyvalent

Entrée Place des Carmes

Entrée libre.

Plus d’informations sur

www.bila.chaudfontaine.be

www.centre-steeman.blogspot.be