Archives par mot-clé : performance

Parution : Pupi et guarattelle, les marionnettes de Naples et de Palerme. Une korémachie italienne (Anna Leone)

Anna Leone, Pupi et guarattelle, les marionnettes de Naples et de Palerme. Une korémachie italienne, Classiques Garnier, 2022. 

Les pupi et les guarattelle, des marionnettes très anciennes, continuent à dominer la scène contemporaine italienne. Pour saisir la façon dont elles articulent leur passé « populaire » avec le présent, ce livre étudie leur image à travers le temps et leurs performances contemporaines.

Appel à contributions : Live performance and video games. Appropriations, inspirations and mutual transfers (Zürich, en ligne)

Appel à contributions : Live performance and video games. Appropriations, inspirations and mutual transfers

5, 6 and 7th of October 2022, International online symposium

Échéance des propositions : 15 juin 2022

Organised by Réjane Dreifuss (ZHdK), Simon Hagemann (Université de Lorraine) and Izabella Pluta (Centre d’études théâtrales, Université de Lausanne)

Since the early 2000s, video games have become the economically dominant medium and their cultural importance has been growing ever since. It is, therefore, logical that an increasing number of creators of live performances are interested in video games. The influence of the latter can be viewed both thematically and formally (or scenographically), with various intermedia configurations (Muehlhausen 2014). The opposite phenomenon can also be observed: video games generally draw on pre-existing media and are sometimes inspired by live performance.

To better understand new performances that are marked by video games, it would appear beneficial for theatrical research to draw upon game studies. Conversely, video games are increasingly observed from the perspective of their performative dimension (Jayemanne 2019). Narrative strategies, immersion, interaction, identification, multimodality, characters and the relationship between physical and virtual worlds: the fields of investigation concerning the complex relationship between live performance and video games are numerous and compound (Nicholson and Harpin 2017). This symposium will bring together specialists in the field and will provide an overview of research into this relationship. These events will also constitute an opportunity to extend certain previously proposed analyses.

While intermedia theatre, in general, is the subject of a considerable amount of research and the various forms of participatory theatre, such as immersive theatre have also been the subject of several publications, the relationship between live performance and video games is still rarely studied and relatively few research papers dedicated to these issues exist (Biggin 2017, Dreifuss 2017, Männel 2018, Büscher 2018). Indeed, even if the portal nachtkritik.de has established the category, “Game Theater”, in its lexicon, where journalist Christian Rakow writes on the topic since 2012,  and although several doctoral theses have been completed or are in progress in relation to this theme (Foster 2017, Dreifuss, Männel), there is a limited number of articles that relate to this topic. It should be noted that two international colloquia were held at the Zürcher Hochschule der Künste (ZHdK), in 2016, “Gamification: Digitale Ausrahmungen des Theaters” and in 2018 “Ludification im Theater. Neue Utopien des Theatralen”, both organized by Dieter Mersch and Réjane Dreifuss.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Live performance and video games. Appropriations, inspirations and mutual transfers (Zürich, en ligne)

Colloque : 4e Biennale internationale d’études sur la chanson. Dramaturgies de la chanson (Aix-en-Provence, France & Innsbruck, Autriche)

4e Biennale internationale d’études sur la chanson : Dramaturgies de la chanson 

Avril-mai 2023, Aix-en-Provence, France & Innsbruck, Autriche

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Réseau de recherche Les Ondes du monde

 En tant que fiction en miniature, la chanson circonscrit un espace qui peut être lyrique (un moi qui s’exprime poétiquement), narratif (une histoire qui se raconte et évolue), mais aussi dramaturgique : des personnages, des tensions, des résolutions, quelquefois du dialogue et parfois même plusieurs voix qui se répondent, quand bien même il n’y aurait qu’un seul interprète. Dans sa configuration habituelle de pièce brève, le plus souvent organisée autour d’un refrain qui ponctue et sépare les actions du ou des personnages, une chanson pourrait relever de la même dramaturgie que le théâtre, impliquant à la faveur de son temps compté l’implacable métronomie d’une échéance et d’un plaisir, tous deux à satisfaire. D’autant qu’elle est, comme lui, un art performanciel : non seulement en ce qu’elle entretient des liens étroits avec la scène, la représentation et le spectacle, mais aussi dans sa constitution communicative organisée à la fois en double énonciation (les paroles énoncées par les personnages sont aussi celles de l’interprète) et en double destination (l’interprète s’adressant aux auditeurs/spectateurs à travers les personnages qui, en plus, s’adressent les uns aux autres). 

L’auditeur/spectateur en reçoit le déroulé comme la mise en scène d’une situation de crise. Quelque chose s’est passé avant que ne soit entamé le texte de chanson dont la profération est déjà la conséquence. Plongé in medias res, le public doit au plus vite saisir, capter, deviner les circonstances du drame, pendant que l’action déjà se joue et avance vers l’inexorable finale, au bout d’une courte durée qui dépasse rarement les trois minutes. De surcroît, pour dramatiser l’énergie que porte le texte, l’artiste utilise à plein les autres médias : la musique et ses arrangements, la voix et ses silences, à quoi s’ajoutent des codes spécifiquement “théâtraux” (Fischer-Lichte) dans le cas d’une représentation en direct, comme la mimique, le geste et le mouvement sur scène, l’interaction avec le public, le masque, la coiffure et les costumes, la lumière et les accessoires de l’espace scénique. C’est ce potentiel dramatique que la 4e Biennale internationale d’études sur la chanson se propose d’approfondir.

En parlant des dramaturgies de la chanson, nous visons d’abord les chansons qui adoptent une forme dialogale : les duos par excellence, mais aussi les scènes théâtralisées comme Non, je n’ai rien oublié d’Aznavour ou Formidable de Stromae. On pourrait également penser à des chansons qui jouent avec la mise en voix et la kinésique sur scène en recourant à l’esthétique du sketch, du music-hall ou même de la fête foraine et du cirque (la macchietta napoletana ou les spectacles de Dario Fo n’en seraient que deux exemples). Par ailleurs, la chanson appartient à des structures artistiques performancielles plus larges qui articulent leurs épisodes autour d’elle : la comédie musicale bien sûr, mais également le théâtre musical. N’oublions pas également l’emploi récurrent qu’en fait le cinéma depuis ses origines et pas seulement en guise de générique : qu’elle soit synchrone ou hors champ, la chanson est régulièrement convoquée par le 7e art dans la fonction d’une mise en abyme dramatique, d’un reflet concentré de ce qui s’est déroulé ou va se dérouler. En ce sens, la « chanson dans le cinéma » est à rapprocher du « théâtre dans le théâtre ». Enfin, le scopitone puis le vidéo-clip associent définitivement la chanson et l’image, créant de nouvelles mises en scène pour la chanson filmée.

Continuer la lecture de Colloque : 4e Biennale internationale d’études sur la chanson. Dramaturgies de la chanson (Aix-en-Provence, France & Innsbruck, Autriche)

Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances

Sous la direction de Magali Nachtergael

“Considérer le rap dans le sillage croisé de la performance poétique et de la tradition orale simplifie immédiatement le lien entre études littéraires et cette forme littéraire contemporaine populaire. Cependant le rap, véritable art total, embrasse des problématiques liées à ses diverses modalités de performance – orale, rythmée, visuelle, sociale – mais aussi à l’histoire de la poésie en tant que création expérimentale et socioculturelle. Les contributions émanent de chercheurs et chercheuses internationaux (Belgique, Cameroun, États-Unis, Grande-Bretagne, France, Haïti, Québec, Sénégal) et le volume aborde des productions rappées francophones et anglophones selon une perspective à la fois globalisée et située. Partant du point de vue des études littéraires, il considère les dimensions rythmique, visuelle et sociopolitique de cette performance poétique plurimédiale.”

Continuer la lecture de Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Parution : “Le rap, une poésie de performances”, Itinéraires 2020-3

Itinéraires, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances“, dir. Magali Nachtergael, 2021. 

Considérer le rap dans le sillage croisé de la performance poétique et de la tradition orale simplifie immédiatement le lien entre études littéraires et cette forme littéraire contemporaine populaire. Cependant le rap, véritable art total, embrasse des problématiques liées à ses diverses modalités de performance – orale, rythmée, visuelle, sociale – mais aussi à l’histoire de la poésie en tant que création expérimentale et socioculturelle. Les contributions émanent de chercheurs et chercheuses internationaux (Belgique, Cameroun, États-Unis, Grande-Bretagne, France, Haïti, Québec, Sénégal) et le volume aborde des productions rappées francophones et anglophones selon une perspective à la fois globalisée et située. Partant du point de vue des études littéraires, il considère les dimensions rythmique, visuelle et sociopolitique de cette performance poétique plurimédiale.

Performance audiovisuelle et persona : identité, corps et visibilité

Continuer la lecture de Parution : “Le rap, une poésie de performances”, Itinéraires 2020-3

Appel à contributions : Publier la littérature (revue Itinéraires)

“Publier la littérature”

Revue Itinéraires. Textes, littératures, cultures

Échéance de soumission des articles (version 1) : 15 septembre 2021

Numéro dirigé par François Demont, Romain Bionda et Mathilde Zbaeren

Ce que plusieurs chercheurs et chercheuses ont appelé « la littérature hors du livre » (Rosenthal et Ruffel 2010 et 2018) occasionne aujourd’hui des changements profonds à l’idée même de « littérature », dans la mesure où l’on considère que celle-ci peut très bien être produite, publiée et reçue dans des contextes qui lui confèrent des parentés troublantes avec les arts de la performance. Outre qu’elle demande de nouvelles collaborations entre certaines disciplines (en particulier les études littéraires et théâtrales), la situation contemporaine permet peut-être de voir que ces liens existaient déjà par le passé, et invite par là à réévaluer la dimension performative de la littérature des siècles précédents. C’est ce double regard sur le présent et le passé, même très ancien, que ce dossier entend engager, dans une ouverture sur toutes les littératures.

Les formes d’« écritures » contemporaines débordent largement le périmètre de ce qu’on appelle la « littérature ». Celle-ci excède parfois les limites posées en son temps par Nelson Goodman ([1968] 2011) : art à une phase (celle de son écriture), de régime allographique (qu’on ne peut pas contrefaire), dont l’« exécution » (l’écriture) précède toujours l’« implémentation » (sa publication et sa lecture). Autrement dit, la manière dont les textes « entre[nt] dans la culture » (Goodman [1984] 2009) gagne à être réinterrogée. De fait, l’« œuvre » de l’écrivain·e peut être « manifestée » – diversement – par des « objets » (Genette [1994] 2010) autres que le livre. La question de la publication gagne ainsi à être abordée dans son acception la plus large possible, comme la rencontre potentielle ou actualisée d’une œuvre (ou d’une partie de l’œuvre) avec un public. Celle-ci n’est pas nécessairement livresque, mais peut aussi intervenir via l’enregistrement, l’exposition ou la performance, par exemple.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Publier la littérature (revue Itinéraires)

Call for papers : Zip-Scene Conference on Immersive Storytelling (Moholy-Nagy University of Art and Design)

Zip-Scene Conference on Immersive Storytelling

Topic: Interactive Speculative Narratives – the Speculative Forms of Storytelling and Immersion online, mixed reality mediums, performing arts – during and after COVID-19

30 September – 2 October, 2021

Moholy-Nagy University of Art and Design, Budapest, Hungary
(The conference is planned to be organized offline in Budapest)

Deadline for submitting the proposals : May 15, 2021

Organised by: Zip-SceneMoholy-Nagy University of Art and Design BudapestARDIN – Association for Research in Digital Interactive Narratives

Continuer la lecture de Call for papers : Zip-Scene Conference on Immersive Storytelling (Moholy-Nagy University of Art and Design)

Parution : Play, Philosophy and Performance

Malcolm MacLean, Wendy Russell, Emily Ryall (ed.), Play, Philosophy and Performance, Routledge, 2021. 

Play, Philosophy and Performance is a cutting-edge collection of essays exploring the philosophy of play. It showcases the most innovative, interdisciplinary work in the rapidly developing field of Play Studies.

How we play, and the relation of play to the human condition, is becoming increasingly recognised as a field of scholarly inquiry as well as a significant element of social practice, public policy and socio-cultural understanding. Drawing on approaches ranging through morality and ethics, language and the nature of reality, aesthetics, digital culture and gaming, and written by an international group of emerging and established scholars, this book examines how our performance at play describes, shapes and influences our performance as human beings.

This is essential reading for anybody with an interest in leisure, education, childhood, gaming, the arts, playwork or many branches of philosophical enquiry.

Table of contents & Editors Biographies

Parution : The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race. Why Are We All Gagging?

Cameron Crookston (dir.), The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race (Book)
Why Are We All Gagging?, Intellect, 2021. 

The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race is a collection of original material that goes beyond simple analysis of the show and examines the profound effect that RuPaul’s Drag Race has had on the cultures that surround it: audience cultures, economics, branding, queer politics and all points in between. What was once a cult show marketed primarily to gay men, Drag Racehas drawn both praise and criticism for its ability to market itself to broader, straighter and increasingly younger fans. The show’s depiction of drag as both a celebrated form of entertainment and as a potentially lucrative career path, has created an explosion of aspiring queens in unprecedented numbers and has had far-reaching impacts on drag as both an art form and a career.

Contributors include scholars based in the United Kingdom, the United States, Canada and South Africa.  The contributions are interdisciplinary, as well as international.  The editor invited submissions from scholars in theatre and performance studies, English literature, cultural anthropology, media studies, linguistics, sociology and marketing.  What he envisaged was an examination of the wider cultural impacts that RuPaul’s Drag Race has had.  What he received was a rich and diverse engagement with the question of how Drag Race has affected local, live cultures, fan cultures, queer representation and the very fabric of drag as an art form in popular cultural consciousness.

Continuer la lecture de Parution : The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race. Why Are We All Gagging?

Parution : Acting Egyptian. Theater, Identity, and Political Culture in Cairo, 1869–1930

Carmen M. K. Gitre, Acting Egyptian. Theater, Identity, and Political Culture in Cairo, 1869–1930, University of Texas Press, 2019. 

In the late nineteenth and early twentieth centuries, during the “protectorate” period of British occupation in Egypt—theaters and other performance sites were vital for imagining, mirroring, debating, and shaping competing conceptions of modern Egyptian identity. Central figures in this diverse spectrum were the effendis, an emerging class of urban, male, anticolonial professionals whose role would ultimately become dominant. Acting Egyptian argues that performance themes, spaces, actors, and audiences allowed pluralism to take center stage while simultaneously consolidating effendi voices.

From the world premiere of Verdi’s Aida at Cairo’s Khedivial Opera House in 1871 to the theatrical rhetoric surrounding the revolution of 1919, which gave women an opportunity to link their visibility to the well-being of the nation, Acting Egyptian examines the ways in which elites and effendis, men and women, used newly built performance spaces to debate morality, politics, and the implications of modernity. Drawing on scripts, playbills, ads, and numerous other sources, the book brings to life provocative debates that fostered a new image of national culture and performances that echoed the events of urban life in the struggle for independence.

Carmen M. K. Gitre is an assistant professor of history at Virginia Tech University. She holds a PhD in history from Rutgers University and previously taught in the international studies and history departments at Seattle University.

Continuer la lecture de Parution : Acting Egyptian. Theater, Identity, and Political Culture in Cairo, 1869–1930