Archives par mot-clé : parodie

Parution : Félix Pyat et Eugène Sue, Mathilde, drame, suivi de sa parodie par Gabriel de Lurieu et Michel Masson

Félix Pyat et Eugène Sue, Mathilde, drame, suivi de sa parodie par Gabriel de Lurieu et Michel Masson, Présentation de Barbara T. Cooper avec la collaboration de Roger Little, L’Harmattan , coll. « Autrement Mêmes », 2021.

Mathilde n’est pas la mieux connue des œuvres d’Eugène Sue mais mérite bien qu’on la redécouvre. Écrite en collaboration avec Félix Pyat, la pièce offre une image des dangers que représente pour la France de Louis-Philippe et Guizot l’importance accordée à l’argent et à la mobilité sociale. Le scélérat riche, pervers et froidement cynique qu’est Lugarto, métis brésilien venu s’installer dans la bonne société française, est un monstre qu’il était, et est encore, permis de condamner comme une caricature irrecevable de l’homme noir, mais qu’une bonne partie du public théâtral de l’époque prenait en haine puisqu’il représentait le règne immoral de l’argent. D’autres choisissaient d’en rire, exagérant plus encore les traits détestables du traître pour en faire une parodie. Nous offrons le drame sérieux et sa version parodique dans ce volume ainsi que de nombreux comptes rendus et la liste des traductions-adaptations en langue étrangère.

Lire un extrait

 

Appel à contributions : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z ». Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Colloque international : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z »

Hommage à Frédéric Dard à l’occasion du centenaire cent-unième anniversaire de sa naissance.

Université de Bourgogne

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

100 ans, c’est bien, 101 ans, c’est mieux !

Du fait de la pandémie, le colloque initialement prévu à l’occasion du centenaire de la naissance de Frédéric Dard a été reporté d’un an.

Le « Phénomène San-Antonio », tel était le titre de la première rencontre universitaire autour de l’écrivain. Nous étions alors en 1965, lors d’un séminaire de littérature générale, à Bordeaux. Frédéric Dard y était convié par Robert Escarpit. Entouré d’un aéropage de professeurs qui lui demandèrent ce qu’il avait retenu des propos des uns et des autres, mal à l’aise dans le rôle d’écolier qui lui était assigné, Frédéric Dard eut ses mots : 

« J’avais fabriqué une montre. Vous venez de la démonter en deux temps trois mouvements, et maintenant vous me demandez de dire l’heure ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais désormais je vais écrire avec le stylo entre les jambes ! Comment en serait-il autrement puisque j’ai vu de quelle façon vous décortiquez ma prose ». 

Est-ce à dire que la relation entre l’écrivain et la critique universitaire commençait mal ? Non. Frédéric Dard fut flatté de cette reconnaissance académique. Preuve s’il en est : Vas-y Béru, roman publié aussitôt après cette rencontre, fut dédié à Robert Escarpit, de la part de son « Séminariste reconnaissant ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z ». Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Webinaire Parodies audiovisuelles : « Silence, on détourne ! » (Jost)

François Jost, « Silence, on détourne ! »

14 mai 2021, 14h-15h30

Séance du webinaire Parodies audiovisuelles, organisé par le programme de recherche « Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles » de l’unité de recherche RIRRA 21 (EA 4209), au sein de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Organisateurs : Sarah Hatchuel et David Roche.

Lien de connexion sur la page dédiée.

Présentation

Cette intervention part de la définition que Genette donne de la parodie : celle-ci est caractérisée par un critère fonctionnel (le ludique, par opposition au sérieux), un critère relationnel (la transformation vs l’imitation) et par son efficace dans des formes courtes.
Tous ces traits formels doivent être remis en cause pour penser les parodies audiovisuelles, notamment en raison de la métaphore du texte, qui, pour utile qu’elle fût, se révèle aujourd’hui insuffisante. À partir d’exemples filmiques ou télévisuels, on montre qu’il n’est guère de parodie sans imitation et qu’un aspect fondamental doit être pris en compte : le fait que l’activité parodique s’exerce in praesentia ou in absentia. Tout paramètre de l’image ou du son pouvant être parodié, le territoire de la parodie est immense. J’en recense ici différentes formes, plus ou moins identifiables ou compréhensibles selon les savoirs mis en jeu. Ce dernier critère permet de tracer une frontière entre parodies et mèmes.
Sémiologue et Professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur la télévision et la sémiologie des médias. En savoir plus.

Appel à communications :

Webinaire « Parodies audiovisuelles »

Programme de recherche « Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles », RIRRA21

Le webinaire « Parodies audiovisuelles » se présente comme un lieu de réflexion virtuel et régulier sur les enjeux (culturels, esthétiques, idéologiques, politiques, sociologiques, etc.) que les formes parodiques soulèvent, dans la pluralité des acceptions théoriques de la notion de « parodie » – que le webinaire aura justement pour fonction de renseigner et de mettre en perspective.

À partir des interventions de chercheurs et de chercheuses et de leur discussion collective, le séminaire entend analyser les productions audiovisuelles parodiques comme parties prenantes d’un processus d’institutionnalisation des formes filmiques et donc comme objets hautement politiques.

Des films de Mel Brooks aux pastilles comiques des Nuls ou des Inconnus, qui prennent fréquemment pour sujet l’univers, les formes et les formats télévisuels, aux séries parodiques telles la récente La Flamme (Canal+, 2020- ), qui détourne les codes de la télé-réalité, ces objets interrogent des formes « installées » (genre, conventions narratives et stylistiques, etc.) que, ce faisant, elles contribuent à construire et à institutionnaliser.

Nous nous pencherons donc sur le potentiel critique et politique de la parodie comme modalité de déconstruction et de resignification, ainsi que sur ses limites éventuelles. Il conviendra également de considérer la parodie comme une pratique ancrée dans une culture donnée, pratique que la théorie occidentale tend à considérer comme un mode d’intertextualité mais qui a pu être considéré comme un genre à part entière dans certaines cinématographies (Le Gentil millionnaire, Limonade Joe). Enfin, la parodie soulève une question de réception fondamentale : la parodie repose-t-elle et présuppose-t-elle forcément la (re)connaissance des codes et références par le public cible (on pense notamment aux nombreux films bollywoodiens qui parodient des films hollywoodiens auquel le public indien n’a pas forcément eu accès) ?

Le webinaire se concentrera ainsi sur les « parodies audiovisuelles de sujets ou formes audiovisuelles », dans le dessein de mettre les dimensions autoréflexive et métafilmique des objets artistiques parodiques au cœur de la réflexion.

Les interventions pourront être de nature diverses : conférences, études de cas ou présentations d’ouvrage.

Les propositions sont à envoyer à Sarah Hatchuel (sarah.hatchuel@univ-montp3.fr) et David Roche (david.roche@univ-montp3.fr).  Continuer la lecture de Appel à communications :

Appel À contribution: Quêtes littéraires, N°10, Caricature – l’art de démesure

Intrinsèquement liée aux arts plastiques, la caricature graphique a l’habitude d’accompagner le texte sous forme de feuilles volantes, gravures, dessins ou illustrations. Cependant, elle n’hésite pas à se parer de mots pour tenter les plus illustres des hommes de lettres, tels que Molière, Zola, Balzac ou Baudelaire, qui lui ont consacré de longues réflexions théoriques, ou bien l’ont pratiquée en composant des portraits ridicules de leurs personnages. Tout en reconnaissant la valeur de la caricature elle-même, les artistes étaient pourtant loin de la jauger unanimement. Les uns, tel Racine dans Les Plaideurs, louaient le procédé de « pousser les choses au delà du vraisemblable » pour faire « discerner le vrai au travers du ridicule ». Les autres, au contraire, avouaient la mépriser profondément, comme les frères Goncourt qui rabaissaient au niveau du loisir bourgeois « ce plaisir bas de la dérision plastique, cette récréation de la laideur, cet art qui est à l’art ce que la gaudriole est à l’amour » (Journal, 1860). Or, tous s’accordent à dire que la caricature s’assoit sur une charge ou un poids (de l’italien caricare « charger »), ce qui fait qu’elle n’est point une reproduction ni une imitation, mais qu’elle consiste à interpréter la réalité.
Continuer la lecture de Appel À contribution: Quêtes littéraires, N°10, Caricature – l’art de démesure

Parution: Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve (dir.) Le rire moderne

Le Rire moderne

Sous la direction d’Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve

Paris : Presses universitaires de Paris Ouest, coll. « RITM (Recherches Interdisciplinaires sur les Textes Modernes) », 2013

EAN9782840161615

470 p.

Prix : 22EUR

Présentation de l’éditeur :

La France d’Ancien Régime était celle de la « gaieté » et de l’« esprit ». Avec la Révolution, commence le temps du rire moderne : d’un rire franc, dévastateur, protéiforme, et faisant flèche de tout bois (de l’ironie, de la parodie, de la satire, mais aussi des brindilles du calembour ou de la blague).

Ce rire naît des convulsions de la Révolution. Il sape l’autorité triste des rois de la Restauration. Il triomphe dans le Paris louis-philippard, pour le plus grand plaisir du Bourgeois qui ne se lasse jamais de sa propre caricature. Il constitue le plaisir ordinaire d’une bohème entrée en dissidence contre toutes les formes de sérieux. Il trouve sa consécration sous la Troisième République, avec le Chat noir et ses avatars fin de siècle.

Phénomène de société, le rire moderne est au cœur des inventions esthétiques du xixe siècle. Il inspire les journalistes, les poètes, les artistes et le monde de la scène. Il envahit les formes mineures de création culturelle aussi bien que les grandes œuvres du canon. En voici le premier panorama raisonné, issu du travail collectif de vingt-huit spécialistes, historiens de la littérature, des arts ou de la culture.

Sommaire

Introduction

Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve

Le rire et la société. Le propre de l’homme moderne

Alain Vaillant

Physiognomonie du rire

Anca Parvulescu

La crise du rire au xixe siècle : autopsie d’un lieu commun

Marie-Ange Fougère

De Bièvre à Brisset : du calembour de salon au calembour cosmique

Bernard Champion

Buchoz-Hilton, le rire fou de « la Poire-Molle »

Fabrice Erre

Le rire parlementaire. Une petite histoire des (Rires) de 1830 à 1851, ou l’apprentissage de la démocratie par le comique

Dominique Dupart

Rire en Chambre : le comique parlementaire au début de la IIIe République

Jean Ruhlmann

Le rire et la littérature. Le rire cénaculaire

Vincent Laisney

Les rapports circulaires du rire et de l’horreur dans le genre frénétique

Émilie Pezard

Rire dans le genre et rire du genre, pratiques sérielles et humour dans le roman d’aventures

Matthieu Letourneux

Le rire de Choses vues

Gabrielle Chamarat

Le rire épistolaire : un rire de contradictions. L’exemple Flaubert

Thierry Poyet

« La tyrannie de l’imprimé » déjouée

Hélène Bauchard

Rodolphe Salis et Émile Zola : rencontres chatnoiresques

Catherine Dousteyssier-Khoze

Le rire fantaisiste

Amandine Cyprès

Le rire et l’imprimé. Modernités du rire de réemploi. Les « Physiologies » ou l’art d’accommoder les restes

Valérie Stiénon

Parodies de journaux ou journaux pour de rire

Marie-Ève Thérenty

Le rire sous (petite) presse : le cas du Corsaire-Satan (1844-1847)

Sandrine Berthelot

Satires en trois mots : le dictionnaire pour rire

Denis Saint-Amand

Penser le rire au xixe siècle à travers les Histoires de la caricature

Michela Lo Feudo

Naïveté et régression ludique : les premiers pas de la bande dessinée au xixe siècle

Camille Filliot

Histoire de l’invalide à la tête de bois (improbable épiphanie du corps glorieux)

Charles Grivel

Le rire et les spectacles. Dérive, déliaison, délire : Odry dans la parade des Saltimbanques, ou le rire en 1838

Olivier Bara

Zola et le rire de Labiche

Silvia Disegni

Le pince-sans-rire a-t-il le mot pour rire ? L’exemple de Vincent Hyspa au cabaret

Carol Gouspy

Du rire à travers les arts : l’ironie dans l’adaptation littéraire d’un « échec » musical

Victoria Llort Llopart

Pantomime et vaudeville : le rire entre le pire et le dire

Jérôme Solal

La pantomime fin de siècle, caprice moderne