Archives par mot-clé : objets

Séminaire : Marta Caraion, « Comment la littérature pense les objets » (PHisTeM 2020-2021)

Séminaire général du PHisTeM 2020-2021. Université Paris Nanterre, CSLF (EA 1586), équipe de « Poétique historique des textes modernes ». Coordination : Matthieu Letourneux et Alain Vaillant.

Conférence en ligne de Marta Caraion (université de Lausanne) :  « Comment la littérature pense les objets », 8 février, 16h30.

La première séance du séminaire du PHisTeM (Université Paris-Nanterre) se tiendra le 8 février, de 16h30 à 19h. Nous y entendrons notre collègue Marta Caraion, de l’université de Lausanne, à propos de son dernier livre Comment la littérature pense les objets (Champ Vallon, 2020). Compte tenu des circonstances sanitaires, la séance se tiendra par visioconférence (écrire aux organisateurs ci-dessous pour obtenir le lien Meet).

Continuer la lecture de Séminaire : Marta Caraion, « Comment la littérature pense les objets » (PHisTeM 2020-2021)

Journée d’études : Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle

Atelier de la SERD : « Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle »

Organisation : Delphine Gleizes et Axel Hohnsbein
Journée d’étude en ligne le 5 février 2021, de 9h30 à 15h30

Vitrines, étalages, photographies, tableaux, affiches, cartes de visites, cartes postales, livres, journaux, musées et spectacles, projections lumineuses, cinématographe, rayons X… Au fil du xixe siècle, textes et images peuplent de plus en plus d’espaces, bouleversant définitivement notre relation à la lecture. À la mobilité du corps du lecteur/promeneur répond une nécessaire mobilité interprétative, le texte et l’image entretenant désormais une relation compliquant singulièrement la tâche à qui veut distinguer les arts nobles des arts populaires.

La richesse iconographique des espaces urbains et textuels impose à ceux qui les organisent de maintenir et développer l’idée de seuil : les musées, les magasins (de pierre et de papier), les journaux, livres et revues, le métropolitain, les expositions, les passages, les cafés, les salles de spectacles, etc., conçoivent ou reconfigurent leurs seuils respectifs afin d’être instantanément identifiables aux yeux d’un lecteur/promeneur envisagé en tant qu’amateur d’images et acheteur potentiel.

Continuer la lecture de Journée d’études : Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle

Appel à propositions : « Éteignoirs » ou « lanternes » ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

« Éteignoirs » ou « lanternes » ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

Colloque CUSO – Université de Lausanne – 7 octobre 2021

Depuis une vingtaine d’années, littéraires et historiens « repensent la Restauration » et de nombreux travaux ont notamment questionné les divers supports médiatiques – livres, journaux, pamphlets, chansons, estampes – abondamment exploités par les contemporains pour forger l’opinion publique. Plusieurs études ont permis de préciser les cadres d’élaboration de ces supports autour du geste et de la matérialité éditoriale, de la production et de la diffusion des imprimés, tout comme de leur surveillance. Si certains de ces angles d’approche paraissent désormais mieux connus – pensons notamment aux travaux de Jean-Claude Caron, Ségolène Le Men, Jean-Yves Mollier, Emmanuel de Waresquiel, Raymond Trousson et François Bessire ou plus récemment Marie-Claire Boscq, Emmanuel Fureix, Sophie-Anne Leterrier et Olivier Tort – nous pouvons affirmer qu’ils sont loin d’être épuisés. Temps « des chevauchements » où cohabitent plusieurs générations – celles des Lumières, de la Révolution ou de l’Empire –, temps aussi des « intermédiaires », la Restauration offre un champ particulièrement stimulant pour questionner le rôle, l’action et la production des acteurs de la chaîne de l’imprimé en France.

Dans la foulée de la journée d’étude de la CUSO prévue le 30 octobre 2020, il s’agit de reporter le débat sur le lien entre matérialité des oeuvres et histoire des idées à l’époque de la Restauration. Cette période marque un moment charnière dans l’histoire de la diffusion des textes et des idées : renouveau des techniques d’impression, développement de formats aisément reproductibles, diffusables à plus large échelle et augmentation du lectorat accompagnent les bouleversements politiques des années post-révolutionnaires. On assiste bien à une redéfinition du rôle de l’objet imprimé dans l’espace public. Reste à étudier les tenants et les aboutissants de l’action jouée par les différentes instances de production, de réception et de contrôle. Continuer la lecture de Appel à propositions : « Éteignoirs » ou « lanternes » ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

Parution : The Purchase of the Past: Collecting Culture in Post-Revolutionary Paris c.1790–1890

Tom Stammers, The Purchase of the Past: Collecting Culture in Post-Revolutionary Paris c.1790–1890New York, Cambridge University Press, 2020, 370 pages.

Offering a broad and vivid survey of the culture of collecting from the French Revolution to the Belle Époque, The Purchase of the Past explores how material things became a central means of accessing and imagining the past in nineteenth-century France. By subverting the monarchical establishment, the French Revolution not only heralded the dawn of the museum age, it also threw an unprecedented quantity of artworks into commercial circulation, allowing private individuals to pose as custodians and saviours of the endangered cultural inheritance. Through their common itineraries, erudition, and sociability, an early generation of scavengers established their own form of ‘private patrimony’, independent from state control. Over a century of Parisian history, Tom Stammers explores collectors’ investments—not just financial but also emotional and imaginative—in historical artefacts, as well as their uncomfortable relationship with public institutions. In so doing, he argues that private collections were a critical site for salvaging and interpreting the past in a post-revolutionary society, accelerating but also complicating the development of a shared national heritage.

Tom Stammers is Associate Professor in Modern European Cultural History at the University of Durham. He is a historian of modern France, specialising in visual and material culture; he works frequently with museums and heritage organisations, including collaborating on exhibitions, and is a regular contributor to arts reviews like Apollo. Continuer la lecture de Parution : The Purchase of the Past: Collecting Culture in Post-Revolutionary Paris c.1790–1890

Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs

Bandes dessinées hors-champs / Comics On the Outside

3-4 juin 2021, Université libre de Bruxelles

« Planche de bande dessinée sauvage », exposition « La bande d’Antoine Marchalot dessinée », FIBD Angoulême, 2020, photographies de Margaux Duseigneur

Dans sa thèse de doctorat La Bande dessinée et son double, Jean-Christophe Menu avance l’idée de « corpus hors-champ de la bande dessinée » pour décrire « tout un corpus d’œuvres relevant […] indéniablement de son domaine mais qu’elle [la bande dessinée] n’intègre pas dans son Histoire, et donc qu’elle ne reconnaît pas comme partie intégrante de son champ » (2011, 432). Ce colloque a pour ambition de se saisir de cette notion de « corpus hors-champ ». Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée.  

Elargir un corpus

Le hors-champ invite ainsi à élargir un corpus à une série d’objets, d’œuvres, de pratiques situées aux limites et aux marges de ce qui est établi comme champ. Les effets de démarcation, de hiérarchisation et de légitimation liés à la « constitution du champ de la bande dessiné » (Boltanski 1975) sont apparus d’avantage en « demi-teinte » (Maigret 1994), autant que l’unité du champ ne fait plus nécessairement valeur commune. Plutôt que de s’essayer à de vaines tentatives de redéfinir le périmètre d’un champ, ce colloque invite à une acception large et fluctuante de celui-ci, défini par effet de contraste : le « hors-champ » est ici envisagé dans une tension dynamique avec le « champ », les deux termes s’impliquant mutuellement. Ces catégories sont en effet mouvantes ; une œuvre, une pratique, un objet pouvant glisser du champ vers le hors-champ et inversement. La focale choisie et la méthode d’approche participent pleinement de la construction de ce « corpus hors-champ ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs

Appel à propositions : Héritages et Contre-Cultures.

19ème colloque de la Société des Dix-neuviémistes : Héritages et Contre-Cultures

Université de St Andrews

22-24 Mars 2021

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos propositions pour des communications traitant le thème du colloque par rapport à la culture française ou francophone, l’histoire et l’histoire de l’art, la littérature et la musique de 1789 à 1914. Le thème de notre conférence 2021 invite également les délégués à examiner les priorités et les nouvelles pratiques de recherche sur la façon dont nous promouvons l’importance des études françaises et francophones du XIXe siècle. Comme étudier, par exemple, les échos, traces et héritages du XIXe siècle et des artistes, écrivains, collectionneurs, voyageurs et autres praticiens français et francophones dans un cadre francophone et/ou transnational. Vous trouverez ci-dessous une liste non-exhaustive de sujets possibles : Continuer la lecture de Appel à propositions : Héritages et Contre-Cultures.

Parution : Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos jours

Sylvain Venayre, Pierre Singaravélou (dir.), Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos joursFayard, « Divers Histoire », 2020. 

Saviez-vous que le hamac, d’origine amérindienne, avait été mis au service de la conquête de l’espace  ? Que le surf fut d’abord une pratique politique et religieuse  ? Que le shampoing adopté par les Britanniques provient du sous-continent indien  ? Que la boîte de conserve a initié le développement spectaculaire de Kuala Lumpur  ? Que la passion du piano a accéléré l’extermination des éléphants des savanes africaines  ? Que de petits coquillages des Maldives permettaient d’acheter des captifs destinés aux plantations outre-Atlantique  ?À l’invitation de Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, près de quatre-vingt-dix historiennes et historiens ont accepté de relever le défi, savant et ludique, d’une histoire du monde par les objets.

De la tong au sari, du gilet jaune à la bouteille en plastique, en passant par le sex-toy et la chicotte, ces objets tour à tour triviaux et extraordinaires éclairent nos pratiques les plus intimes tout en nous invitant à comprendre autrement la mondialisation et ses limites.  Un voyage insolite et passionnant dans le grand magasin du monde.

Lire un extrait

Parution : La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle

Arjun Appadurai (dir.), La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle, Les Presses du Réel, 2020. 

Avant-propos de Nancy Farriss.
Essais de Arjun Appadurai, C. A. Bayly, Lee V. Cassanelli, William H. Davenport, Patrick Geary, Alfred Gell, Igor Kopytoff, William M. Reddy, Colin Renfrew, Brian Spooner.

Traduction de l’anglais (américain) par Nadège Dulot.

Publié avec la collaboration de Laurence Bertrand Dorléac – Centre d’Histoire de Sciences Po – et le concours de la Fondation de France.

La signification que les individus donnent aux choses repose nécessairement sur les transactions et les motivations humaines, et plus particulièrement sur la façon dont ces choses circulent et dont on en fait usage. Grâce aux essais de spécialistes en anthropologie sociale et d’historiens, ce livre construit un pont entre l’histoire sociale, l’anthropologie culturelle et l’économie et marque une étape majeure dans notre compréhension des fondements culturels de la vie économique et de la sociologie de la culture. Il trouvera un écho chez les anthropologues, les historiens des sociétés, les économistes, les archéologues et les historiens de l’art.
Les contributeurs de cet ouvrage examinent comment les choses sont vendues et échangées au sein de divers environnements culturels, passés et présents. En se concentrant sur des aspects de l’échange culturellement définis et des processus de circulation socialement régulés, les essais de ce livre visent à mettre au jour les façons dont les individus trouvent de la valeur dans les choses et dont ces dernières donnent de la valeur aux relations sociales. En envisageant les choses comme dotées d’une vie sociale, les auteurs nous livrent une nouvelle façon de comprendre comment la valeur est extériorisée et recherchée. Ils évoquent un grand éventail de biens – des tapis orientaux aux reliques sacrés – afin de démontrer que la logique sous-jacente à la vie économique quotidienne n’est pas si éloignée des principes de la circulation des objets exotiques et que la distinction entre les économies contemporaines et les économies plus distantes moins complexes est moins marquée qu’on ne le croit. Comme l’écrit Arjun Appadurai dans son introduction, derrière l’apparente infinité des besoins humains et la multiplicité des formes matérielles se cachent en réalité des mécanismes sociaux et politiques complexes, mais spécifiques, qui régulent les goûts, les échanges et le désir.

Sociologue culturaliste et anthropologue, spécialiste de l’Asie du Sud, reconnu comme théoricien majeur de la modernité et de la mondialisation, Arjun Appadurai (né en 1949 à Bombay) est professeur d’anthropologie à l’université de Pennsylvanie. Il est l’auteur de Worship and Conflict Under Colonial Rule (1981).

Parution : Comment la littérature pense les objets

Marta Caraion, Comment la littérature pense les objets, Champ Vallon, 2020. 

Théorie littéraire de la culture matérielle

La littérature assure un rôle essentiel dans la constitution d’une pensée critique de la culture matérielle de l’âge industriel. Avant les sciences sociales et la philosophie, les textes littéraires, à partir des années 1830, problématisent les mutations d’une culture matérielle en expansion et l’ébranlement que celle-ci provoque dans l’ordre des catégories existentielles et esthétiques.
Comment la littérature pense les objets présente l’avènement au XIXe siècle d’une véritable culture des objets et la redéfinition majeure des fonctions et des champs d’action de la littérature et des arts qui en découle. En observant les objets sous toutes leurs coutures (sociologique, esthétique, ontologique) le livre pose les bases d’une théorie générale et actuelle des objets, instituée par la fiction.

Lire le sommaire

Marta Caraion est professeure de littérature française à l’Université de Lausanne où elle dirige un projet de recherche sur les rapports entre littérature et culture matérielle du XIXe au XXIe siècle. Elle a dirigé le volume collectif Usages de l’objet. Littérature, histoire, arts et techniques, XIXe-XXe siècles (Champ Vallon, 2014) et publié Pour fixer la trace. Photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle (Droz, 2003).

Parution : objets et littérature

Objets insignes, objet infâmes de la littérature,
Marie-Eve Thérenty, Adeline Wrona (dir.),
Edition des archives contemporaines, 2019.

Tee-shirt (c) doctorak.co

Balzac Paris est aujourd’hui le nom d’une marque de vêtements vendus en ligne, qui concurrence la ligne plus ancienne intitulée Zadig & Voltaire; on peut offrir à un écolier une trousse ou un cartable à l’effigie du Petit Prince, ou encore, à quelqu’un qu’on connaît vraiment bien, des accessoires intimes inspirés du best-seller Fifty Shades of Grey.

Les objets dérivés de la littérature peuplent notre vie quotidienne; ils identifient des lieux associés à des auteurs, enchantent des gestes ordinaires en leur donnant l’épaisseur de la fiction, ouvrent des opportunités pour se rêver en personnage de roman.

Comment comprendre cet univers proliférant et hétérogène, qui donne corps à la littérature? Faut-il y voir le triomphe du marché et du matérialisme, dégradant en pratique commerciale cet art immatériel qu’est la création littéraire? Ou bien plutôt une forme d’appropriation oblique, qui témoigne de la survie du livre et de l’auteur, au-delà de leurs univers d’origine?

Telles sont les questions auxquelles répond cet ouvrage, à travers quinze contributions qui interrogent des cas très diversifiés de dérivation littéraire, de la statue au carnet griffé, en passant par les parcs à thèmes. Tantôt insignes, tantôt infâmes, ces objets permettent d’analyser les processus par lesquels la littérature, dans une dynamique de transformation permanente, devient une forme de vie.

Continuer la lecture de Parution : objets et littérature