Archives par mot-clé : objets

Appel à contributions : Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien XVIIIe-XXe s. (MSH Paris-nord, Saint-Denis)

Journées d’études : « Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien (XVIIIe-XXe siècles) »

MSH-Paris Nord, 5 et 6 octobre 2022

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Depuis le XVIIIe siècle et ensuite de manière croissante avec les débuts du romantisme, les œuvres littéraires ont souvent invité leurs lecteurs et lectrices à s’identifier aux personnages, aux scènes et aux situations fictives. Cela a donné lieu à un ensemble de pratiques culturelles et de produits dérivés qui ont permis aux publics d’expérimenter les univers de la fiction dans leur vie quotidienne, depuis la décoration, l’habillement et les accessoires de mode jusqu’aux jouets, aux éléments de mobilier et même aux comportements inspirés par des textes littéraires. 

Ces deux journées d’études seront consacrées aux appropriations marchandes et émotionnelles de la fiction littéraire. Qu’il s’agisse de prolonger la vie des personnages dans la réalité, de reproduire des scènes de roman sur des papiers peints ou des objets du quotidien, de créer des effigies aux noms des héros romanesques, de vendre des imprimés à collectionner faisant référence aux univers de fiction, les reprises et réinterprétations de la littérature sont souvent créatives et révélatrices des divers contextes historiques, matériels et idéologiques dans lesquelles elles sont menées.

Toiles de Jouy Paul et Virginie, pendule Atala, papier peint et gilet Esmeralda, assiettes des Mystères de Paris, cigares Montecristo, éventail Nana, poupées Claudine : nombreux sont les exemples connus ou encore à mettre en lumière qui permettent de raconter une autre histoire de la littérature moderne à travers la perspective de ces appropriations. Comment de telles appropriations se réalisent-elles à travers différents genres et contextes ? Quels types de textes inspirent ces réactions ? Et comment ces pratiques évoluent-elles à travers le temps, à mesure que se développent les médias, puis les industries culturelles ? Finalement, que peuvent-elles nous apprendre de la littérature elle-même ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien XVIIIe-XXe s. (MSH Paris-nord, Saint-Denis)

Réédition : Pornotopie. Playboy et l’invention de la sexualité multimédia (Paul B. Preciado)

Paul B. Preciado, Pornotopie. Playboy et l’invention de la sexualité multimédia, Paris, Seuil, 2022 [2011].

Postface inédite de l’auteur

Traduit par Serge Mestre

« Je voulais faire de ce Manoir une maison de rêve. Un lieu où travailler et aussi s’amuser, sans les problèmes et les conflits du monde extérieur. À l’intérieur, un célibataire avait le contrôle total de son environnement. Je pouvais passer de la nuit au jour, visionner un film à minuit et commander à dîner à midi, avoir des réunions au milieu de la nuit et des rendez-vous galants l’après-midi.»

Voici le projet de Hugh Hefner, le créateur du magazine Playboy et concepteur du fameux Manoir à l’intérieur duquel il va se confiner pendant plus de quarante ans. Publié pour la première fois en 1953, Playboy n’a pas seulement été le premier magazine érotique populaire des États-Unis ; il a également fini par incarner un style de vie entièrement nouveau, construisant une série d’espaces multimédia et utopiques : manoir, penthouse, clubs, hôtels… tous ultraconnectés, comme s’ils préfiguraient l’ère contemporaine de l’incessante émission-réception d’images et d’informations et d’une vie conçue pour se donner en spectacle. Simultanément, l’invention de la pilule contraceptive donne accès à une technique biochimique qui sépare la sexualité (hétéro) et la reproduction.

Là où on a pour habitude de ne voir que des femmes déguisées en lapin pour le plaisir des hommes, Paul B. Preciado étudie les relations stratégiques entre l’espace, le genre et la sexualité dans des sites liés à la production et à la consommation de pornographie hétérosexuelle restés en marge des histoires traditionnelles de l’architecture : garçonnières, lits rotatifs multimédias ou objets de design.

En combinant les perspectives historiques avec la théorie critique contemporaine, la philosophie de la technologie et un éventail de sources primaires transdisciplinaires – Sade, Ledoux, Restif de la Bretonne, Giedion ou Banham, traités sur la sexualité, manuels médicaux et pharmaceutiques, journaux d’architecture, magazines érotiques, manuels de construction et romans –, Pornotopia explore l’utilisation de l’architecture comme technique biopolitique pour gouverner les relations sexuelles et la production du genre pendant la guerre froide aux États-Unis, et raconte la genèse de la nouvelle masculinité hétérosexuelle des réseaux sociaux d’aujourd’hui.

Paul B. Preciado est philosophe, commissaire d’exposition et auteur. Dans la lignée des travaux de Gilles Deleuze et Félix Guattari, Michel Foucault, mais aussi de Monique Wittig et Judith Butler, ses ouvrages sont des références internationales des études queer, trans et non-binaires.

Appel à contributions : “Le kitsch. Passé, présent, avenir” (Meridian critic)

Meridian Critic, “Le kitsch. Passé, présent, avenir”

Date limite de soumission des articles complets : 31 mars 2022

Phénomène omniprésent, aux significations évidentes et, en même temps, ayant une résistance inattendue aux définitions effrénées, attentif aux mutations historiques du goût, mais doté d’un noyau anhistorique dur avec lequel il a affronté les âges, le kitsch est, sans aucun doute, l’une des réalités (anti)culturelles fascinantes de notre époque. Objet, catégorie d’objets, type de relation entre le récepteur et l’objet, attitude ou phénomène social, et bien plus encore, le kitsch est partout et pourtant nulle part avec certitude. Il y a quelques traits qui le définissent, mais ils ne fonctionnent pas sans faille et dans tous les paradigmes esthétiques : l’imitation bon marché et de mauvaise qualité, une forme d’illusion et d’auto-illusion, le conventionnalisme grégaire, le cliché facile. 
Traité en termes d’esthétique, le kitsch est l’ennemi de l’art. Il constitue un danger dans le domaine de l’art car il popularise des émotions qui se vendent comme esthétiques et altère les principes de l’expérience artistique. Dans une lecture éthique, le kitsch est l’un des moyens par lesquels le mal se propage dans le monde. Rien ne justifie la fabrication à la chaîne de produits artistiques de mauvaise qualité et l’encouragement de leur consommation. En revanche, en termes sociologiques, en tant que phénomène social et symptôme, il doit être compris avec sérieux et responsabilité, car il synthétise, de manière non discrète, des changements psychologiques et esthétiques de grande ampleur. La surproduction de kitsch contemporain est probablement révélatrice d’une société à la fois hédoniste et névrosée, qui refuse la complexité de la réalité et la dissimule sous des images joyeuses et scintillantes. 

Dans ce contexte, la revue Meridian critic, http://meridiancritic.usv.ro, invite les chercheurs intéressés à soumettre des articles s’inscrivant dans les directions thématiques suivantes : 

  • (Anti)art du kitsch
  • Manifestations du kitsch artistique et du kitsch social
  • Dynamique des formes littéraires et du kitsch 
  • Formes de paralittérature 
  • Sentimentalité et nostalgie dans les productions kitsch
  • Kitsch et culture de consommation
  • Culture du divertissement 
  • Kitsch moderne et kitsch postmoderne 
  • La relation kitsch-camp 
  • Etc. 

Les communications sur des thèmes connexes sont également les bienvenues.

Les articles peuvent être rédigés en roumain, anglais, français ou allemand. Les articles (7000 mots maximum), accompagnés d’un résumé en anglais (200 mots maximum) et d’une brève présentation de l’auteur (une notice biographique de 400 mots maximum) doivent être envoyés à daniela.petrosel@usm.ro ou meridian.critic.flsc@gmail.com. Pour plus de détails sur les règles et le style d’écriture, veuillez respecter les exigences figurant sur le site web de la revue : http://meridiancritic.usv.ro//index.php?page=instructions-to-authors

Appel à contributions : Collectionner les arts du spectacle (Université de Caen Normandie)

Journée d’études : Collectionner les arts du spectacle

Université de Caen Normandie – 30 septembre 2022

Échéance des propositions : 15 mai 2022

Cette journée d’études propose de se pencher sur l’expérience des spectateurs et des spectatrices à travers la pratique des collections consacrées aux arts du spectacle. Inaugurant le programme de recherche « Objets de spectateurs : instruments et reliques » développé au sein du Laslar (EA4256 Université de Caen Normandie), elle entend envisager l’expérience spectatorielle non plus seulement dans le temps de la représentation ou de la projection mais aussi dans le temps passé hors des salles. Ce déplacement invite à ne pas se limiter à la mise en récit d’une réception par l’écrit et à chercher les différentes traces matérielles qui témoignent d’une pratique de spectatrice ou de spectateur ou au travers desquelles se manifeste un amour pour les arts (et les artistes) de la scène et du cinéma. Nous aimerions donc aborder la réception des films ou des spectacles par les objets qui la permettent ou qu’elle suscite. 

Les collections constituées par des amateurs de théâtre et les cinéphiles sont l’expression la plus flagrante de la manière dont les objets peuvent témoigner de cette expérience, retracer des carrières de spectateurs, être porteurs ou investis d’une histoire enfin, que celles et ceux qui les réunissent cherchent à préserver ou à s’approprier. Si la figure du collectionneur est bien connue des historiens de l’art et si la collection est un objet d’étude bien identifié dans ce champ[1], elle a cependant moins retenu l’attention des chercheurs spécialistes des arts du spectacle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Collectionner les arts du spectacle (Université de Caen Normandie)

Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Compendium. Journal of Comparative Studies, “Materialities of the Photobook”

Deadline for submissions: July 31, 2022

Editors: David Campany (International Center of Photography/U. Westminster), José Bértolo (U. Nova de Lisboa/Caldas da Rainha School of Arts & Design)

Compendium invites submissions for its second issue on the theme of Materialities of the Photobook. This special issue welcomes essays that explore the photobook, contemporary or historical, as an art object, looking into the processes that guide its composition, its specific materiality and objecthood, its reception and the reading/seeing experience.
 
In the last decades, we have witnessed a “photobook phenomenon” corresponding with a significant rise in the publication, acquisition, and circulation of photobooks. Canons and counter-canons have been established, and the photobook has become a recognised form with a set of lineages. New independent and specialized publishers have emerged across the world, along with new audiences of not only collectors and photographers but also occasional and non-professional consumers.
 
While an exhibition demands consideration of elements such as spatiality, volume, scale and presentation, among others, the book asks for a different set of decisions. The specificities of the photobook imply a new object, and a new form, in which images, text, sequence, design and choices of materiality all play a part in the constitution of the work.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Séminaire : Marta Caraion, “Comment la littérature pense les objets” (PHisTeM 2020-2021)

Séminaire général du PHisTeM 2020-2021. Université Paris Nanterre, CSLF (EA 1586), équipe de « Poétique historique des textes modernes ». Coordination : Matthieu Letourneux et Alain Vaillant.

Conférence en ligne de Marta Caraion (université de Lausanne) :  “Comment la littérature pense les objets”, 8 février, 16h30.

La première séance du séminaire du PHisTeM (Université Paris-Nanterre) se tiendra le 8 février, de 16h30 à 19h. Nous y entendrons notre collègue Marta Caraion, de l’université de Lausanne, à propos de son dernier livre Comment la littérature pense les objets (Champ Vallon, 2020). Compte tenu des circonstances sanitaires, la séance se tiendra par visioconférence (écrire aux organisateurs ci-dessous pour obtenir le lien Meet).

Continuer la lecture de Séminaire : Marta Caraion, “Comment la littérature pense les objets” (PHisTeM 2020-2021)

Journée d’études : Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle

Atelier de la SERD : “Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle”

Organisation : Delphine Gleizes et Axel Hohnsbein
Journée d’étude en ligne le 5 février 2021, de 9h30 à 15h30

Vitrines, étalages, photographies, tableaux, affiches, cartes de visites, cartes postales, livres, journaux, musées et spectacles, projections lumineuses, cinématographe, rayons X… Au fil du xixe siècle, textes et images peuplent de plus en plus d’espaces, bouleversant définitivement notre relation à la lecture. À la mobilité du corps du lecteur/promeneur répond une nécessaire mobilité interprétative, le texte et l’image entretenant désormais une relation compliquant singulièrement la tâche à qui veut distinguer les arts nobles des arts populaires.

La richesse iconographique des espaces urbains et textuels impose à ceux qui les organisent de maintenir et développer l’idée de seuil : les musées, les magasins (de pierre et de papier), les journaux, livres et revues, le métropolitain, les expositions, les passages, les cafés, les salles de spectacles, etc., conçoivent ou reconfigurent leurs seuils respectifs afin d’être instantanément identifiables aux yeux d’un lecteur/promeneur envisagé en tant qu’amateur d’images et acheteur potentiel.

Continuer la lecture de Journée d’études : Visages de l’objet imprimé : les frontispices au XIXe siècle

Appel à propositions : “Éteignoirs” ou “lanternes” ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

« Éteignoirs » ou « lanternes » ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

Colloque CUSO – Université de Lausanne – 7 octobre 2021

Depuis une vingtaine d’années, littéraires et historiens « repensent la Restauration » et de nombreux travaux ont notamment questionné les divers supports médiatiques – livres, journaux, pamphlets, chansons, estampes – abondamment exploités par les contemporains pour forger l’opinion publique. Plusieurs études ont permis de préciser les cadres d’élaboration de ces supports autour du geste et de la matérialité éditoriale, de la production et de la diffusion des imprimés, tout comme de leur surveillance. Si certains de ces angles d’approche paraissent désormais mieux connus – pensons notamment aux travaux de Jean-Claude Caron, Ségolène Le Men, Jean-Yves Mollier, Emmanuel de Waresquiel, Raymond Trousson et François Bessire ou plus récemment Marie-Claire Boscq, Emmanuel Fureix, Sophie-Anne Leterrier et Olivier Tort – nous pouvons affirmer qu’ils sont loin d’être épuisés. Temps « des chevauchements » où cohabitent plusieurs générations – celles des Lumières, de la Révolution ou de l’Empire –, temps aussi des « intermédiaires », la Restauration offre un champ particulièrement stimulant pour questionner le rôle, l’action et la production des acteurs de la chaîne de l’imprimé en France.

Dans la foulée de la journée d’étude de la CUSO prévue le 30 octobre 2020, il s’agit de reporter le débat sur le lien entre matérialité des oeuvres et histoire des idées à l’époque de la Restauration. Cette période marque un moment charnière dans l’histoire de la diffusion des textes et des idées : renouveau des techniques d’impression, développement de formats aisément reproductibles, diffusables à plus large échelle et augmentation du lectorat accompagnent les bouleversements politiques des années post-révolutionnaires. On assiste bien à une redéfinition du rôle de l’objet imprimé dans l’espace public. Reste à étudier les tenants et les aboutissants de l’action jouée par les différentes instances de production, de réception et de contrôle. Continuer la lecture de Appel à propositions : “Éteignoirs” ou “lanternes” ? Professionnels de l’imprimé et usages des Lumières en France sous la Restauration

Parution : The Purchase of the Past: Collecting Culture in Post-Revolutionary Paris c.1790–1890

Tom Stammers, The Purchase of the Past: Collecting Culture in Post-Revolutionary Paris c.1790–1890New York, Cambridge University Press, 2020, 370 pages.

Offering a broad and vivid survey of the culture of collecting from the French Revolution to the Belle Époque, The Purchase of the Past explores how material things became a central means of accessing and imagining the past in nineteenth-century France. By subverting the monarchical establishment, the French Revolution not only heralded the dawn of the museum age, it also threw an unprecedented quantity of artworks into commercial circulation, allowing private individuals to pose as custodians and saviours of the endangered cultural inheritance. Through their common itineraries, erudition, and sociability, an early generation of scavengers established their own form of ‘private patrimony’, independent from state control. Over a century of Parisian history, Tom Stammers explores collectors’ investments—not just financial but also emotional and imaginative—in historical artefacts, as well as their uncomfortable relationship with public institutions. In so doing, he argues that private collections were a critical site for salvaging and interpreting the past in a post-revolutionary society, accelerating but also complicating the development of a shared national heritage.

Tom Stammers is Associate Professor in Modern European Cultural History at the University of Durham. He is a historian of modern France, specialising in visual and material culture; he works frequently with museums and heritage organisations, including collaborating on exhibitions, and is a regular contributor to arts reviews like Apollo. Continuer la lecture de Parution : The Purchase of the Past: Collecting Culture in Post-Revolutionary Paris c.1790–1890

Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs

Bandes dessinées hors-champs / Comics On the Outside

3-4 juin 2021, Université libre de Bruxelles

« Planche de bande dessinée sauvage », exposition « La bande d’Antoine Marchalot dessinée », FIBD Angoulême, 2020, photographies de Margaux Duseigneur

Dans sa thèse de doctorat La Bande dessinée et son double, Jean-Christophe Menu avance l’idée de « corpus hors-champ de la bande dessinée » pour décrire « tout un corpus d’œuvres relevant […] indéniablement de son domaine mais qu’elle [la bande dessinée] n’intègre pas dans son Histoire, et donc qu’elle ne reconnaît pas comme partie intégrante de son champ » (2011, 432). Ce colloque a pour ambition de se saisir de cette notion de « corpus hors-champ ». Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée.  

Elargir un corpus

Le hors-champ invite ainsi à élargir un corpus à une série d’objets, d’œuvres, de pratiques situées aux limites et aux marges de ce qui est établi comme champ. Les effets de démarcation, de hiérarchisation et de légitimation liés à la « constitution du champ de la bande dessiné » (Boltanski 1975) sont apparus d’avantage en « demi-teinte » (Maigret 1994), autant que l’unité du champ ne fait plus nécessairement valeur commune. Plutôt que de s’essayer à de vaines tentatives de redéfinir le périmètre d’un champ, ce colloque invite à une acception large et fluctuante de celui-ci, défini par effet de contraste : le « hors-champ » est ici envisagé dans une tension dynamique avec le « champ », les deux termes s’impliquant mutuellement. Ces catégories sont en effet mouvantes ; une œuvre, une pratique, un objet pouvant glisser du champ vers le hors-champ et inversement. La focale choisie et la méthode d’approche participent pleinement de la construction de ce « corpus hors-champ ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs