Archives par mot-clé : numérique/digital

Colloque : Caricatures et cultures numériques (Université de Lausanne)

Colloque : Caricatures et cultures numériques

3-5 février, Université de Lausanne

Caricatures et cultures numériques est un projet soutenu par l’Alliance Campus Rhodanien. Ce travail est mené sous la direction du prof. Philippe Kaenel (Histoire de l’art, Centre des Sciences historiques de la culture, Faculté des Lettres, Université de Lausanne) et du prof. Laurent Baridon(Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, Université de Lyon (LARHRA UMR 5190). Ceci en collaboration avec le prof. Dominic Hardy (Centre de recherche interuniversitaire sur la culture et la littérature québécoises à l’UQÀM, Montréal.

Le dessin de presse joue un rôle essentiel dans l’histoire culturelle, politique et sociale contemporaine. L’actualité de la caricature est numérique. D’une part, les événements tragiques provoqués par l’ « affaire des caricatures de Mahomet » ont montré depuis une quinzaine d’années quels sont les enjeux de la communication de la satire graphique par internet, qui est source de manipulations et de malentendus. 

D’autre part, le dessinateur de presse, aujourd’hui, pense son œuvre à l’aide des outils de création permis par divers programmes de dessin et envisage la diffusion de son travail via internet. Enfin, nous sommes aujourd’hui à un tournant. La dispersion des archives des dessinateurs de presse au sein de diverses institutions est révélatrice d’une situation particulière : ni les musées des beaux-arts, ni les musées historiques locaux, ni les archives publiques, ni les bibliothèques ne sont officiellement « chargés » de recueillir et conserver ce patrimoine graphique en lien direct avec l’information écrite.

Le colloque (3-5 février à Lausanne) est l’occasion de réunir les actrices et acteurs du dessin de presse – artistes, éditeurs, organisateur, conservateurs, chercheurs – pour qu’ils partagent leurs expériences et discutent des solutions qu’ils envisagent. Voici un aperçu graphique des intervenant-e-s. Vous trouverez également le programme au format PDF ci-après et en version « cliquable » avec les liens renvoyant vers les fiches des intervenant-e-s.

Vous pouvez suivre le colloque à distance en vous inscrivant à l’adresse suivante dès le 15 janvier : caricaturesnumeriques@unil.ch

Programme (PDF)

Appel à contributions : Humour et Moyen Age, de Rabelais à Twitter (séminaire en ligne)

Appel à propositions pour le séminaire 2022 de l’association « Modernités médiévales » : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter

Date limite d’envoi des propositions : 20 février 2022

Date des réponses du comité scientifique : 28 février 2022

Le séminaire « Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter » de l’association « Modernités médiévales » s’intéressera en 2022 aux usages humoristiques de la période médiévale et de son imaginaire.

Si l’humour médiévaliste de certaines œuvres, notamment audiovisuelles, a déjà été largement étudié1, d’autres aspects de l’utilisation du Moyen Âge à des fins humoristiques restent encore à explorer plus en détail. Les propositions pourront en particulier étudier les spécificités comiques de l’utilisation du Moyen Âge, tantôt trivial, tantôt macabre, de François Rabelais à Jean Teulé, mais aussi absurde ou coloré, comme dans de nombreuses productions médiévalistes pour la jeunesse. Parmi de nombreuses approches possibles, il pourra également être question du détournement des enluminures médiévales via des visuels cinématographiques2 ou des memes, comme le propose le générateur MedievalMemes.org.

Bien évidemment, les jeunes chercheur.se.s sont également invité.e.s à participer à ce séminaire.

Le séminaire se déroulera en ligne au printemps 2022, et pourra être prolongé à l’automne 2022

Lundi 4 avril, 17h-19h : Séminaire 1

Mercredi 4 mai, 17h-19h : Séminaire 2

Jeudi 2 juin, 16h-19h : Séminaire 3 et assemblée générale de « Modernités médiévales »

Les propositions de communication, composées d’un titre et d’un résumé d’environ 1500 signes, et accompagnée d’une brève notice bio-bibliographique, seront envoyées pour le 20 février 2022 aux adresses suivantes : modernitesmedievales@gmail.com et annebesson@free.fr

  1. Voir entre autres Lucy Mazdon, France on Film. Reflections on Popular French cinema, Londres, Wallflower, 2001 ;Justine Breton, Monty Python : Sacré Graal !, Paris, Vendémiaire, 2021 ; Clément Pélissier, Explorer Kaamelott. Les dessous de la table ronde, Paris, Third Éditions, 2021. []
  2. Simon De Thuillières, Le Codex, 2021. []

Séminaire LPCM, séance 1 : Méthodes et théories de l’intermédialité – Mercredi 26 janvier, 17h-19h

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Lien de connexion : https://unil.zoom.us/j/4886436683 

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »

À l’ère médiatique, la littérature est de plus en plus exposée aux média(s) et pénètre de nouveaux espaces. Synthèse de multiples voies formelles, le rap contribue à la circulation médiatique et à l’actualisation de la littérature dans la société contemporaine. La relation entre rap et littérature sera donc, tout d’abord, pensée et encadrée théoriquement comme un dialogue entre média. Les enjeux formels et sociaux de cette relation seront ensuite analysés à travers une brève étude.

  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Le concept de BD numérique englobe une variété d’œuvres, allant des BD imprimées qui sont numérisées et prépubliées en ligne aux e-comics qui résistent à la publications papier et ont des affinités plus fortes avec les jeux vidéo. Ma contribution essaie d’en donner un aperçu des différents types, en montrant comment ces BD peuvent créer de nouvelles expériences de lecture, surtout en termes d’immersion et d’interactivité (concepts qui seront repensés dans une clé media specific).

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

Appel à contributions : Quand le cirque se raconte sur les réseaux sociaux

Quand le cirque se raconte sur les réseaux sociaux. Récits et archives numériques, identités et diffusion artistiques, pédagogie et création

Troisième séance du séminaire Quand le cirque se raconte : paroles et voix plurielles du cirque. Mémoires, histoires, archives

7 et 8 février 2022 / Ésacto’Lido, Toulouse

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Organisé par l’UMR Litt&Arts – Université Grenoble Alpes et la chaire ICiMa – Centre national des arts du cirque, avec le soutien du Ministère de la Culture – DGCA et du CNRS. Cette séance est organisée avec l’Ésacto’Lido -École supérieur des arts du cirque de Toulouse.

Argumentaire
Présentation générale du cycle de recherche
Quand le cirque se raconte : paroles et voix plurielles du cirque. Mémoires, histoires, archives est un cycle de séminaires thématiques consacré aux cultures circassiennes par le biais des récits, de la parole et des voix. Il entend contribuer au développement des études sur le cirque et renforcer notamment les dimensions mémorielles en menant un travail sur le cirque et la variété de ses archives. Il propose d’aborder cet art, son histoire, sa culture, ses métiers et ses pratiques par une approche scientifique transversale capable d’en saisir la complexité. L’association de plusieurs champs disciplinaires des arts et des sciences humaines et sociales (études en arts de la scène, études littéraires, cultural studies, études de genre, anthropologie, sociologie, histoire, histoire de l’art, science de l’information et de la communication, psychologie, etc.) permettra d’enrichir et de mieux répertorier la documentation sur les arts du cirque, d’affiner la compréhension du milieu culturel, artistique et professionnel qu’il représente. Il s’agit en outre d’élaborer des méthodologies de recherche adaptées à l’hétérogénéité des productions, des pratiques circassiennes et de leurs traces, en favorisant également le dialogue et les collaborations entre artistes et chercheur·euses.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Quand le cirque se raconte sur les réseaux sociaux

Giorgio Busi Rizzi (Université de Gand)

Giorgio Busi Rizzi est chercheur postdoctoral BOF à l’Université de Gand, avec un projet d’enquête sur la bande dessinée numérique expérimentale. Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles sous la direction conjointe des Universités de Bologne et de Louvain ; le projet de doctorat analysait l’esthétique et les pratiques nostalgiques liées aux romans graphiques contemporains. Il a publié dans des revues scientifiques et des volumes édités, et a fait des présentations lors de nombreuses conférences nationales et internationales. Il est membre fondateur du groupe de recherche international sur la bande dessinée italienne SNIF – Studying ‘n’ Investigating Fumetti, et membre de plusieurs groupes de recherche internationaux sur la bande dessinée (CSS, ComFor, La Brèche, ACME). Il s’intéresse aux comics studies, à la narratologie, aux humanités numériques, à la théorie et à la traduction de l’humour.

Site UGent: https://research.flw.ugent.be/en/giorgio.busirizzi

Appel à contributions : « Les récits par et sur le numérique » (Cahiers de narratologie)

Appel à contribution pour un numéro spécial des Cahiers de Narratologie : « Les récits par et sur le numérique »

Coordinateurs : Rémi Cayatte (CERTOP – U. Toulouse III), Dario Compagno (Dicen-IDF – U. Paris Nanterre), Stéphane Goria (CREM – U. de Lorraine)

Date limite d’envoi des articles : 20 février 2022

Présentation

La revue Cahiers de Narratologie vous propose de contribuer à un numéro abordant les relations existantes et émergentes entre les récits et les apports du numérique. À travers ce numéro, l’enjeu est de faire un point à propos d’un objet de recherche qui a subi des transformations importantes en lien avec celles des technologies de communication. En même temps que le récit s’est adapté à de nouvelles formes d’expression et de circulation, les chercheurs se sont saisi des nouveaux potentiels d’interaction et de partage ouverts par ces technologies. Certains spécialistes ont ainsi adopté l’informatique comme support méthodologique à leur travail et pas seulement comme variation de l’objet qu’ils observaient. Dès lors, nous posons à partir de cet appel diverses questions qui prennent en compte l’influence du numérique sur la production, la circulation et la réception des récits par les individus ou les communautés. Pour ce faire, nous chercherons à privilégier des contributions portant sur quatre facettes de cette mise en relation.

La première série de questions que nous souhaitons traiter dans ce numéro concerne la jonction entre jeux numériques et récits. Elle concerne, notamment, les rôles et les compétences des concepteurs et des joueurs dans le développement et dans les pratiques de consommation interactives, massivement partagées, ou encore situées dans des mondes virtuels persistants. Il y sera question également de la conception dans le cas des récits qui utilisent des technologies d’intelligence artificielle qui permettent d’ouvrir des potentiels narratifs inédits et émergents. Ce questionnement peut être aussi inversé pour traiter de l’influence des récits et univers qui se sont développés dans des espaces numériques avant de s’étendre et de se déployer dans le monde physique.

Un second ensemble de questions est consacré aux travaux sur le récit dans le domaine journalistique. Il y sera question de ce que le numérique apporte au concept d’intrigue en matière de journalisme en ligne, de la place des récits factuels lorsque ces derniers se trouvent au centre de liens et échanges sur les réseaux sociaux, ainsi que de l’impact des architextes logiciels sur les formes de rédaction journalistique Dans ce registre, plusieurs sous-thématiques et questionnements nous semblent importants et intéressants pour les études narratologiques. Nous y associons, par exemple, des questionnements à propos des spécificités des discours complotistes, haineux, radicaux, agressifs, mais aussi incitant des changements sociaux (#metoo, #blacklivesmatter), au temps duwebjournalisme et des réseaux sociaux, ou bien en termes de nouveauté apportée par le datajournalisme à la narration journalistique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Les récits par et sur le numérique » (Cahiers de narratologie)

Appel à contributions : L’œil numérique (Sociétés & Représentations, n° 55, 2023)

“L’œil numérique”, Projet de n° 55 de Sociétés & Représentations, 2023

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Dirigé par Laurence Danguy et Julien Schuh


En 2020, Alain Boillat thématise dans l’un des chapitres de son Introduction à l’étude des cultures numériques, l’œil machine, à partir des films de science-fiction des années 1980, qui internalisent l’ordinateur en le mettant en abyme sous forme d’un écran dans l’écran. Dans un autre chapitre, Claus Gunti, qui s’intéresse aux nouvelles pratiques photographiques, insiste sur l’importance du paradigme post-digital, conceptualisé à la fin des années 2000 pour en finir avec une assignation utilitaire des technologies numériques. Ces deux exemples illustrent une défiance face à l’impact du numérique sur l’œil et le regard, mis à distance, soit au moyen d’une réduction visuelle assez littérale par la voie filmique, soit via un discours réorganisant la théorie des signes de Charles Sanders Pierce. À partir des années 1990 mais surtout des années 2000, le numérique, dans ses différentes acceptions – programmation, application, médiatisation et création –, colonise l’ensemble de la sphère sociale, et sature l’espace physique, géographique et même cosmogonique, comme en témoigne une série de créations artistiques dans la lignée de l’œuvre-culte Et moi dans tout ça ? de Maurice Benayoum (1995). Dès lors, il occupe et préoccupe les esprits. La relation entre l’homme social et son environnement numérique, qui se caractérise dès l’origine par un double mouvement de fascination et de répulsion, ne cède pas mais, au contraire, se tend. À l’aube des années 2020, elle est recouverte d’une fausse passivité, masquant une méfiance, dont l’acuité a été révélée par les théories complotistes autour du Covid, qu’il s’agisse de la technologie 5G, réputée délétère ou d’un vaccin, qui implanterait une puce dans le corps humain, un œil numérique digne d’Orwell, cette fois. Le fait que ces « théories » soient propagées sur les réseaux sociaux et des blogs par les technologies numériques ne peut qu’augmenter une tension exacerbée par un rapport de dépendance anxiogène, propre à alimenter des fantasmes de type paranoïaques ou mégalomaniaques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’œil numérique (Sociétés & Représentations, n° 55, 2023)

Appel à contributions : Les humanités numériques dans le monde francophone : repenser l’étude de la culture populaire et médiatique (Université du Québec)

Journée d’études : Les humanités numériques dans le monde francophone : repenser l’étude de la culture populaire et médiatique

26 mai 2022 

Université du Québec à Montréal (UQAM)

Échéance des propositions : 12 février 2022

 
Organismes co-organisateurs :

Appel à communications

Les humanités numériques gagnent en importance depuis plusieurs années maintenant. Les travaux de chercheurs·euses pionniers·ères (Brown, Clements, Grundy et al, 1997; Moretti, 2005; Manovich, 2009), comme les travaux les plus récents en la matière (Underwood, 2019; Drucker, 2020), permettent assurément de penser la grande pluralité de leurs domaines et objets d’application : communication, histoire, sociologie, marketing, sciences politiques, études littéraires, etc. Il n’en demeure pas moins – particulièrement dans le monde francophone – qu’il s’agit d’un domaine de recherche souvent méconnu (au mieux), voire redouté (au pire).

Depuis son inauguration en 2017, le LaboPop investit à sa mesure les humanités numériques et dote les chercheurs·euses qu’il fédère d’une infrastructure rassemblant de manière dynamique des travaux portant sur la culture populaire et médiatique québécoise. En s’intéressant notamment aux romans en séries, au domaine de la chanson, à la littérature radiophonique, à la littérature en fascicules, à la télévision populaire, au cinéma et aux  best-sellers, les travaux du LaboPop appréhendent ces différents objets dans une perspective multidisciplinaire, en tant que productions à la fois matérielles, culturelles, médiatiques et formelles afin d’en dégager les aspects systémiques et mieux comprendre l’imaginaire en présence : appropriation d’un objet par différents publics, enjeux socioculturels, aspects transversaux, etc.

Dans la continuité des objets et des travaux du LaboPop, mais en dépassant le cadre du contexte québécois, la présente journée d’études se veut une invitation à penser la manière dont la culture de grande consommation et la culture médiatique peuvent être abordées au prisme des humanités numériques dans le monde francophone (Europe, Afrique et Amérique). Continuer la lecture de Appel à contributions : Les humanités numériques dans le monde francophone : repenser l’étude de la culture populaire et médiatique (Université du Québec)

Colloque international : Formes narratives & Supports médiatiques (II) – Transferts, reconfigurations et transition numérique dans la bande dessinée (Université de Lausanne)

Colloque international : Formes narratives et supports médiatiques (II) – Transferts, reconfigurations et transition numérique dans la bande dessinée

du 21 au 23 octobre 2021

Université de Lausanne

Présentation du colloque

Cet événement s’inscrit dans le cadre du colloque international en deux volets: Formes narratives & Supports médiatiques. La première partie du colloque: « Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel », organisée par Alain Boillat et Valentine Robert, se tiendra à l’UNIL du 20 au 21 octobre 2021 (plus d’informations ici).

Ce second volet du colloque, mêlant communications scientifiques et tables rondes, vise à interroger l’interdépendance entre les supports médiatiques et les formes narratives qui s’y déploient dans le cadre particulier de la bande dessinée. L’une des spécificités de ce médium est justement de se définir par la projection d’une séquence d’images sur la surface qui lui tient lieu de support, ce qui explique cette focale particulière. Les questionnements diversifiés qui composent le programme de ces trois journées, tant du point de vue des approches, des méthodes que des objets convoqués, s’inscrivent dans des enjeux particulièrement contemporains. En effet, la problématique de l’évolution de l’identité culturelle de la bande dessinée en lien avec l’émergence des technologies numériques, est très actuelle, car celle-ci semble avoir modifié en profondeur les modes de production, de diffusion et de consommation des récits graphiques.

Cette seconde partie est organisée dans le cadre du projet de recherche Sinergia « Reconfiguring Comics in Our Digital Era », financé par le FNS: CRSII5_180359.

Continuer la lecture de Colloque international : Formes narratives & Supports médiatiques (II) – Transferts, reconfigurations et transition numérique dans la bande dessinée (Université de Lausanne)

Appel à contributions : “Le genre à travers la technologie / Gender through technology” (Variations, n° 28, 2022)

Variations, n° 28 (2022) : “Le genre à travers la technologie / Gender through technology

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Depuis quelques années, la question des rapports entre la technologie, le genre et la culture suscite un intérêt croissant auprès de la recherche universitaire. Ces relations font ainsi l’objet d’une pluralité d’approches intermédiales, allant des considérations liées au genre dans le discours littéraire portant sur les technologies jusqu’aux analyses cinématographiques et télévisuelles (Westworld, Ex Machina ou encore Her)*, en passant par les réflexions qui prolifèrent à ce sujet dans la sphère des études culturelles.

Cependant, comme l’a noté la sociologue Judy Wajcman, la progression continuelle des phénomènes de technologisation et de numérisation dans la société n’exerce pas seulement une influence sur les rapports de force et de genre. Ce que l’on observe bien plutôt, c’est une relation de réciprocité entre le genre et la technologie, cette dernière devant être comprise à la fois comme cause et conséquence des relations entre les genres**.

On assiste ainsi d’un côté, au début du XXe siècle, à l’émergence de nouveaux profils professionnels, tels que la sténotypiste, la secrétaire ou encore la standardiste, qui structurent le travail autour de certaines technologies nouvelles en fonction du genre, et de l’autre côté on observe une « genrification », une sexuation des artefacts technologiques, comme on a pu le voir récemment avec l’apparition de systèmes d’exploitation numériques tels que « Siri » ou « Alexa », qui sont dotés de voix féminines.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Le genre à travers la technologie / Gender through technology” (Variations, n° 28, 2022)