Archives par mot-clé : numérique/digital

Justine Simon (Université de Franche-Comté)

Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), CNU 71ème section, Université de Franche-Comté (France)

Laboratoire ELLIADD (UR 4661), pôle DTEPS

Chercheuse associée au CREM (UR 3476), pôle PIXEL

 

Justine Simon est docteur en Sciences du langage et Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Franche-Comté (Unité de recherche ÉLLIADD : Éditions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours – Chercheur associé au CREM : Centre de Recherche sur les Médiations). Ses recherches sont consacrées à la communication numérique autour des axes d’analyse du discours numérique, d’interaction, d’infox par l’image, de partage d’images, de détournements et plus récemment des mèmes. Elle a développé une réflexion sur la notion de « discours hypertextualisé » à travers l’analyse de différents dispositifs interactifs. La question de la sensibilisation aux formes d’infox par l’image est considérée comme essentielle par la chercheuse dans un contexte actuel de malveillance généralisée sur Internet. La problématique du rôle de l’image et de sa circulation via les réseaux socionumériques est centrale. Avec sa collègue Magali Bigey, elle est à l’origine d’un récent projet portant sur la viralité des publications de chats et autres chatons mignons (2021-auj.). Elle va enfin co-diriger un dossier pour la revue Semen avec Albin Wagener consacré à l’approche discursive des mèmes en politique.

CV HAL 

Continuer la lecture de Justine Simon (Université de Franche-Comté)

Parution : Comicalités, “Ce que le numérique fait à la bande dessinée”

Comicalités, “Ce que le numérique fait à la bande dessinée“, 2022.

Sous la direction de Gaëlle Kovaliv et Olivier Stucky

En tant que forme d’expression dont l’une des propriétés essentielles est de déployer une séquence temporelle dans un espace graphique, la bande dessinée est sensible aux supports de publication pour lesquels elle est conçue. Avec l’évolution du paysage médiatique, la diversification des supports conduit la bande dessinée à se réinventer sans cesse et à se redéployer vers de nouvelles formes (Robert 2018). Depuis la fin des années 1990, la progression des productions numériques, les options formelles prises par ces productions et les réseaux professionnels et économiques qu’elles engagent (cf. Baudry 2018) relancent la réflexion sur l’identité du médium. Par ailleurs, les études sur la bande dessinée se voient elles-mêmes bouleversées par l’influence de plus en plus marquée des pratiques issues des humanités numériques. Comme objet culturel, la bande dessinée, dans ses formes de production comme de réception, est ainsi travaillée par l’épistémè numérique de notre XXIesiècle.

Ce dossier a été rendu possible grâce à un financement du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), dans le cadre du projet Sinergia « Reconfiguring Comics in our Digital Era » (CRSII5_180359).

Jan Baetens
A Singular Remediation: Schuiten and Peeters’s The Obscure Cities, a case of “expanded” or “shattered” comics?
 
Raphaël Baroni et Bahar Aydemir
 
Gaëlle Kovaliv
How Digital Comics Influence the Field of Printed Comics
 
Sylvain Lesage
The canon on screen: heritage comics and digitized archives
 
Jean Braithwaite et Kai Mikkonen
La solidarité figurale : la prise en compte du sens dans la bande dessinée
 
Benjamim Picado
Ressentir, faire défiler, survoler la bande dessinée : materialités médiatiques, modalités narratives et possibilités perceptuelles
 
Olivier Stucky
Reading Comic Books on Screens: The Izneo Interface
 

 

Parution : L’Écriture radiophonique en environnements numériques. Le cas du magazine (S. Equoy Hutin)

Séverine Equoy Hutin, L’Écriture radiophonique en environnements numériques. Le cas du magazine, Classiques Garnier, 2022.

Comment la radio circule-t-elle en environnements numériques (réseaux sociaux, applications, soundcloud, sites web) ? L’ouvrage problématise cette question à partir de travaux en sciences de l’information, communication et sciences du langage et propose un modèle pour l’analyse du magazine radio.

Journée d’études : Le Webtoon, dix ans après : un état des lieux (Université Paul Valéry Montpellier 3)

Journée d’études : Le Webtoon, dix ans après : un état des lieux

29 novembre 2022, 9h-17h

Université Paul Valéry Montpellier 3, Salle St Charles 2 Auditorium

Cette manifestation bénéficie du soutien du programme ANR-Nexus (brique Littératies numériques), et des laboratoires IRIEC et RIRRA21.

La Table-ronde, qui réunira autrices, éditeurs et journalistes spécialisés sur le Webtoon a été organisée et sera animée par Sereine Coutellier et Manon Vrinat, étudiantes du Master 2 Métiers du Livre et de l’Edition (département de Lettres Modernes). Sabine Teyssoneyre dessinera en direct et les actes dessinés seront imprimés en fin de journée.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, sachez que la journée sera diffusée en direct Live sur YouTube.

Voici le lien : 

https://youtu.be/OATy4kAzuuM 

Florence Thérond et Lambert Barthélémy

Continuer la lecture de Journée d’études : Le Webtoon, dix ans après : un état des lieux (Université Paul Valéry Montpellier 3)

Parution : Circus sciences, n° 3, “Cirque et nouveaux médias”

Circus sciences, n° 3, “Cirque et nouveaux médias“, 2022.

Le cirque a toujours été trans/inter/pluridisciplinaire, et c’est sans doute cette capacité au décloisonnement, aux croisements et au métissage qui explique ses évolutions et sa longévité. Après sa rencontre fertile avec le cinéma, il a su une nouvelle fois se renouveler en intégrant les nouveaux médias, qui modifient pourtant en profondeur ses conditions d’existence. (A. de Morant et C. Chatelet)
 
Sommaire de la troisième livraison :

Lire en ligne

Continuer la lecture de Parution : Circus sciences, n° 3, “Cirque et nouveaux médias”

Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)

Colloque : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet.

Organisé par Stéphanie Dord-Crouslé et Sarah Mombert dans le cadre de l’ANR Numapresse

Jeudi 9 et vendredi 10 février 2023, École Normale Supérieure de Lyon

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

L’un des objectifs que s’est fixés le projet ANR Numapresse est d’analyser les phénomènes de viralité médiatique à l’œuvre tout au long de l’histoire de la presse périodique. C’est une expérience commune que de constater d’une part que les journaux semblent se recopier les uns les autres, d’autre part que certains textes journalistiques sont repris dans des contextes éditoriaux différents, parfois longtemps après leur première parution. Certains genres journalistiques, par exemple les faits divers, les anecdotes et les bons mots, circulaient d’un journal à l’autre aux débuts de la presse de masse comme les fake news font aujourd’hui le tour d’internet.

Mais certains journaux se sont fait une spécialité de reproduire du texte produit par leurs confrères. Dans la lignée du Voleur, lancé en 1828 par Émile de Girardin, on voit se multiplier les titres tels que Le Compilateur, L’Estafette ou le Journal des faits. Certains sont des journaux reproducteurs ou compilateurs plus qu’exclusivement voleurs, mais ils partagent une caractéristique commune : ils pratiquent de façon systématique la reproduction littérale sans accord préalable et prospèrent dans la zone grise des lois sur la propriété littéraire.

L’atelier préparatoire de ce colloque, qui s’est tenu à l’ENS de Lyon pendant deux ans, s’est concentré sur l’exploration d’un corpus d’une dizaine de ces feuilles prédatrices. Il a tenté de comprendre le contexte historique, industriel et légal des journaux voleurs des années 1828-1860. Une version aboutie de ces travaux préparatoires sera présentée lors du colloque, qui sera l’occasion d’approfondir certaines pistes et d’en explorer de nouvelles.

Nous souhaitons que cette rencontre donne l’occasion de croiser les approches disciplinaires, en mobilisant sur ce phénomène du couper/coller journalistique des historiens, des juristes, des spécialistes de la communication médiatique et des humanités numériques. Au-delà de notre premier terrain d’exploration, nous voudrions que le phénomène de la reproduction journalistique soit envisagé sur le temps long et à l’échelle mondiale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)

Appel à contributions : BD. Littératie et créations numériques : quels enjeux pour demain ? (Aix-en-Provence)

Colloque international : BD. Littératie et créations numériques : quels enjeux pour demain ?

7-6 avril 2023, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence

Échéance des propositions : 1er novembre 2022

Les unités de recherche CAER et IREMAM d’Aix-Marseille Université, représentées par les organisatrices, Sophie SAFFI(CAER) et Juliette DUMAS (IREMAM), proposent un colloque international autour de la bande dessinée et du digital, les 6 et 7 avril 2023 à Aix-en-Provence, en collaboration avec Nacira Abrous, CNRS UAR3125, responsable « Recherche transversale interdisciplinaire » et le Festival Les Rencontres du 9ème art, et avec le soutien financier du programme européen Erasmus+. Le colloque se déroule sur deux journées :  2 sessions de communications et 1 session de posters :

  • Session 1 : Les enjeux du passage au numérique pour la création artistique (Évolution des formats de BD ; Produits dérivés : cinéma, séries, jeux vidéo, cosplay etc. ; Littératie numérique ; Métiers de demain ; Dialogue créatifs/traducteurs/développeurs et travail collectif…)
  • Session 2 : Les enjeux linguistiques et culturels (Travail de création collectif à l’international, multiculturalité et intercompréhension des langues ; Traduction des œuvres numériques ; Traduction BD ; Les outils numériques d’aide à la traduction ; Gamification de l’enseignement et de la formation…)
  • Session Posters : Thématique libre

Durée des communications : 20 minutes,  discussion : 10 minutes.

La langue principale du colloque est le français mais les interventions dans d’autres langues (anglais, turc, espagnol, italien etc.) sont acceptées si le résumé et le PPT support de la communication sont en français et/ou en anglais.  Présence de traducteurs.

Parallèlement au colloque, une Masterclass et une Exposition sont prévues, en lien avec un projet pédagogique en cours (COMIX & DIGITAL, financé par  Erasmus+ (http://comix-digital.eu), ainsi que des Tables rondes de professionnels de la bande dessinée et d’étudiants.

Le colloque intègre un projet de gestion de données dans le cadre de Science ouverte.

Continuer la lecture de Appel à contributions : BD. Littératie et créations numériques : quels enjeux pour demain ? (Aix-en-Provence)

Appel à contributions : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter (séminaire “Modernités médiévales”, en ligne)

Appel à propositions pour le séminaire 2022-2023 de l’association « Modernités médiévales » : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter

Date limite d’envoi des propositions : 10 septembre 2022

Date des réponses du comité scientifique : 20 septembre 2022

Le séminaire « Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter » de l’association « Modernités médiévales » s’intéressera en 2022-2023 aux usages humoristiques associés à la période médiévale et à son imaginaire au fil de l’histoire.

On voit en effet se développer aujourd’hui un humour médiévaliste, et s’il a déjà été étudié sur son versant audiovisuel, c’est par exemple moins le cas pour ses déclinaisons sur les médias numériques ou sur les réseaux sociaux, qui se sont en particulier fait remarquer en France durant la période très incertaine des débuts du COVID. L’on y revisite aussi bien les enluminures (Simon de Thuillières) et la langue médiévale pour commenter l’actualité (compte Twitter @Jehan le Brave) que des tubes des années 80 dans le sillage du « bardcore », avec des exemples comme Hildegard Von Binglin ou Maître Frelon (« Elle a les yeux arquebuse »). Le jeu sur un faux ancien français, expérimental et potache, reposant surtout sur la réinvention lexicale, serait une sorte de retour aux sources fantasmé en même temps peut-être qu’une forme de parade (aux deux sens du terme : résistance et ostentation) au franglais, au globish… 

Cette nouvelle sociabilité et ces pratiques humoristiques contemporaines en lien avec le médiéval nous invitent à nous demander avec Michèle Gally, dans son dernier ouvrage, A la croisée des temps. Les avatars littéraires du Moyen Âge, « quelle représentation du passé (et ce qu’il contribue à en construire) et aussi quel souci le geste de remonter au Moyen Âge – et non à une autre époque – engagent chez nos contemporains » (CNRS Editions, 2022, p. 189). Rit-on du Moyen Âge ou des représentations et visages qu’on lui prête ? Les temps épidémiques sont-ils à l’origine de rapprochements ? Rit-on avec le Moyen Âge, contre lui ? A côté ou en opposition à lui ? Cette recréation témoignerait peut-être aussi de « l’attitude inquiète vis-à-vis du présent et de l’avenir », souligne ainsi Michèle Gally (p. 191).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter (séminaire “Modernités médiévales”, en ligne)

Appel à contributions : Screens. Rhetorics of (dis)connection (Université de Milan)

Conference : Screens. Rhetorics of (dis)connection

30th November-2nd December 2022, University of Milan

Deadline for submission of abstracts: 30th June 2022

Given their increased presence in everyday life, screens have sparked new interest and lead to new considerations inside the academia (see M. Carbone, Schermi/Screens 2014). Because of this, media archaeologist Erkki Huhtamo suggested the creation of a new area of study called screenology, focused on screens as “information surfaces” (2006). The history of screens, as Huhtamo himself argues, has always lingered between reality and imagination, the physical and the intangible, the concrete and the theoretical. Therefore, these objects may, after careful examination, be considered intermedial bridges that favour the exchange between cultures, words, voices, faces and images (see ibid.).

Screens as objects have a complex nature as the semantic evolution of the word suggests and, as a matter of fact, the term presents itself as polysemic in a variety of languages. In Italian, for example, the Treccani dictionary lists several meanings: the first, mainly literary, is that of “shield”, to be understood literally and figuratively; a one is that of “device” which prevents something from expanding through space (for example, radiations); and the third is “surface”, on which pictures and words are shown.

Francesco Casetti, a semiologist, has centred his most recent studies around screens and reassures us about the overlap of meanings, arguing that “the idea of a shielding and covering surface adds to that of another surface which allows to sense what is behind it. The latter then embraces representations of new worlds, and can finally contain figures reflecting our personality” (Casetti 2014, our translation). At this point Casetti wonders whether or not all of this may still be called communication (see ibid.). This is, of course, a provocation and it gives birth to our desire to investigate the mechanisms behind these complex (concrete and abstract) objects in various interactional contexts, also linguistic, translatological, didactic, literary, and cultural. Screens create and implicate the presence of a space between all the parties involved, a space that can be enlarged or restricted through the use of different types of rhetoric. While on the one hand, they create protection, impediments, and blockage, on the other, screens also allow the creation of new relations and, at times unprecedented, connections. Continuer la lecture de Appel à contributions : Screens. Rhetorics of (dis)connection (Université de Milan)

Appel à contributions : TÉLÉVISION, N° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”

Télévision, n° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”, dossier dirigé par Lucie Alexis.

Échéance des propositions : 15 juin 2022

Loana, Steevy, Jean-Édouard… En 2001, les lofteurs apparaissaient sur nos écrans de télévision et s’invitaient par là même dans notre quotidien. Pour la première fois en France, des inconnus étaient filmés en continu et M6 retransmettait, dans nos salons, la vie de ces jeunes d’une vingtaine d’années. Pour les 20 ans de la télé-réalité, un certain nombre d’émissions « best of » ont été programmées.

Aujourd’hui, ce sont Nabilla, Illan, Jazz, Moundir et tant d’autres « stars » de télé-réalité qui investissent les réseaux socio-numériques dans une forme de complémentarité avec les émissions linéaires au sein desquelles ils cherchent l’amour (La Villa des coeurs brisés, Mariés au premier regard…), se confrontent en équipe (Les Marseillais, La bataille des couples…) ou encore montrent leur vie de parents (Mamans et célèbres, JLC Family…), sans oublier les émissions d’aventure (Koh-Lanta, Pékin Express…).

Ancrée dans l’actualité médiatique, la proposition de ce numéro de Télévision vise à apprécier le virage que connaît ce genre télévisuel à l’heure où la grande majorité des candidats sont très présents sur les réseaux socio-numériques. Les vedettes de ces émissions ne sont aujourd’hui plus uniquement mises en lumière par le biais de la programmation linéaire mais sont au quotidien « en story », sur le « feed » ou dans les « reels » d’Instagram, Snapchat ou encore TikTok. Bien plus qu’un « service après-vente » des émissions, les candidats utilisent les médias sociaux, d’une part, comme un espace d’expression et de mise en scène de soi où ils donnent à voir leur vie, leur relation, leur famille au quotidien et, d’autre part, comme un espace professionnel lucratif où sont livrés des « codes promo » issus de leurs partenariats. Les réseaux socio-numériques offrent ainsi une latitude que ne permet pas la grille de programmation, ne serait-ce qu’en termes de temporalité des prises de parole. Finalement, la télé-réalité a-t-elle encore besoin de la télé ?

Quatre axes – non-exhaustifs – sont proposés pour investiguer ce phénomène, au coeur des préoccupations médiatiques et communicationnelles actuelles, autour des mutations récentes de la télé-réalité et la prégnance des réseaux socio-numériques dans son développement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : TÉLÉVISION, N° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”