Archives par mot-clé : numérique

Parution : Lire le récit multimodal, à la limite de ses habitudes

Côme Martin, Lire le récit multimodal, à la limite de ses habitudes
Presses Universitaires de Liège, « ACME », 2020.

Cet ouvrage se propose d’examiner des oeuvres, romans, bandes dessinées et récits numériques, qui déploient des stratégies multimodales innovantes et complexes dans la construction de leur narration, en postulant qu’elles peuvent mettre en difficulté leur lectorat et amener à les lire à la limite de ses habitudes. Les récits multimodaux contemporains étudiés en ces pages vont ainsi aller à l’encontre de l’horizon d’attente de leur lectorat et faire de l’acte de lecture, habituellement irréfléchi, un processus actif et volontaire.
Lire ces oeuvres multimodales à la limite de ses habitudes, c’est les considérer sous tous les angles et les approcher comme démonstrations les plus évidentes que l’aspect visuel d’un livre, dans sa totalité, repose sur un certain nombre de conventions désormais invisibles car assimilées par le lectorat. Parce que de tels dispositifs bouleversent nos habitudes de lecture, on ne peut les ignorer : ils amènent des anomalies ou des déviations invitant à être interrogées, analysées, explorées. C’est la feuille de route que se propose, modestement, cet ouvrage : à travers des oeuvres inhabituelles, dans tous les sens du terme, mettre en lumière différents aspects matériels et esthétiques du récit littéraire et graphique que l’on aurait tendance à tenir pour acquis.

Côme Martin est docteur en littérature contemporaine américaine ; il travaille sur les relations entre texte et image et sur les formes matérielles du livre, aussi bien en bande dessinée qu’au sein du roman.

Parution: Sociabilités Numériques (Driss Ablali, Erik Bertin)

SOCIABILITÉS NUMÉRIQUES

Collectif dirigé par Driss Ablali et Erik Bertin

Éditions Academia
Site de l’éditeur
Collection : Extensions sémiotiques

  • Date de publication : 14 octobre 2020
  • Broché – format : 13,5 x 21,5 cm
  • 268 pages
  • ISBN : 978-2-8061-0542-4
  • EAN13 : 9782806105424
  • EAN PDF : 9782806111005
  • (Imprimé en France)

Présentation

Comment interroger les rapports sociaux que permettent les technologies numériques ? Les études comprises dans ce volume cherchent à rendre compte des transformations du lien social qui se réalisent à travers les médiations numériques, en mettant en avant la diversité, la labilité même, des formes du collectif qui s’y dessinent. Continuer la lecture de Parution: Sociabilités Numériques (Driss Ablali, Erik Bertin)

Parution : Subjectivités numériques et posthumain

Sylvie Bauer, Claire Larsonneur, Hélène Machinal et Arnaud Regnauld (dir.)

Subjectivités numériques et posthumain

Presses Universitaires Rennes, collection « Interférences », 2020.

Comment penser l’humain quand toutes sortes d’objets connectés, du téléphone à la montre, se donnent comme des prothèses, voire des doubles de nous-mêmes (augmented self) ? De quelle autonomie dispose un sujet quand toutes nos traces numériques – tant celles que nous avons laissées volontairement que celles qui ont été collectées à notre insu – sont inventoriées et archivées quasi automatiquement (quantified self) ? L’approche proposée dans ce livre est fondamentalement interdisciplinaire car les questionnements relatifs aux devenirs de l’humain et à la définition de son identité que déclenche le posthumain sont universels.

Avec le soutien du laboratoire Anglophonie : communautés, écritures (ACE, EA 1796) de l’université Rennes 2 et de l’université de Bretagne occidentale.

Introduction

Table des matières

Les auteurs

URL de référence : http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4982

Appel à communication : Colloque « La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs »

Colloque « La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs »

4-5 février 2021

Université de Caen/Université de Rouen

Appel

Depuis une dizaine d’années, l’essor de la critique sur le web se poursuit de façon spectaculaire, mais avec une nouvelle structuration : portails et sites de critique littéraire, cinématographique, musicale et de critique d’art, revues numériques, forums, blogs ou groupes dédiés sur les plateformes sociales manifestent un foisonnant dynamisme. De son côté, la critique « savante » réaffirme sa légitimité en cherchant à circonscrire sa place, dans un espace aux frontières mouvantes où la critique est aussi pratiquée par des amateurs, de simples spectateurs, auditeurs ou lecteurs, ou par des fans. Visant à confronter approches réflexives et cas concrets d’études, et à réunir des spécialistes d’horizons divers (études cinématographiques et théâtrales, musicologie, littérature, philosophie, sociologie), ce colloque a l’ambition de scruter les formes et les enjeux de la critique culturelle sur le web selon trois axes privilégiés. Continuer la lecture de Appel à communication : Colloque « La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs »

Baroni, R. & C. Gunti, (dir.) (2020), Introduction à l’étude des cultures numériques. La transition numérique des médias, Paris, Armand Colin.

Notre culture est entrée il y a près de 50 ans dans l’ère numérique. Transformant ses techniques de production, ses canaux de diffusion et ses modes de consommation, cette évolution a notamment redécoupé les frontières traditionnelles des arts et des médias. Premier ouvrage en français offrant un aussi vaste panorama de la mutation des productions artistiques depuis l’arrivée des technologies numériques, cette introduction à l’étude des cultures numériques est une synthèse qui vise non seulement à retracer l’évolution spécifique de différents médias (littérature, théâtre, bande dessinée, photographie, cinéma, télévision et jeux vidéo), mais aussi à envisager le phénomène de la convergence médiatique. Il s’agit enfin d’offrir un aperçu des principaux paradigmes (transfictionnalité, remédiatisation, interactivité, immersion, effets spéciaux, etc.) liés à l’essor des cultures numériques et de leur impact sur les formes narratives et fictionnelles, l’enseignement et la critique. Chaque chapitre est une porte d’entrée sur une problématique historique ou théorique très générale, tout en permettant un approfondissement ultérieur par le renvoi à une riche bibliographie.

URL de l’éditeur: https://www.armand-colin.com/introduction-letude-des-cultures-numeriques-la-transition-numerique-des-medias-9782200627980
Continuer la lecture de

Médias 19 – Numapresse : Presses anciennes et contemporaines, à l’heure du numérique (Paris, 8 au 11 juin 2020)

FR

Après un premier congrès en juin 2015, Médias 19 et Numapresse organisent une deuxième grande manifestation qui se tiendra à Paris, du 8 au 11 juin 2020, et veut faire état de la recherche actuelle sur la presse, à l’heure de la numérisation des corpus.

Le projet scientifique franco-québécois Médias 19, articulé autour de la plateforme numérique www.medias19.org, a été le cadre de développement d’une réflexion, depuis 2011, sur les pratiques journalistiques au XIXe siècle, sur la valorisation et l’analyse des corpus, ainsi que sur l’étude du développement de la culture médiatique dans l’espace francophone. Depuis 2017, le projet scientifique international Numapresse, financé par l’Agence Nationale pour la Recherche française (www.numapresse.org), ambitionne de proposer une nouvelle histoire culturelle et littéraire de la presse française, du XIXe siècle à nos jours, en mobilisant les grands corpus de presse numérisés et les nouveaux outils de text et data mining.

Continuer la lecture de Médias 19 – Numapresse : Presses anciennes et contemporaines, à l’heure du numérique (Paris, 8 au 11 juin 2020)

Table ronde : Cinéma bis

Table ronde  : « Que faire du cinéma « bis » et d’exploitation ? Lieux et objets de culte en contexte numérique » 

Organisée dans le cadre de la 3e semaine des Arts & Médias de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 le jeudi 15 mars 2018 de 14h à 16h, Centre Censier, Amphi D02

Présentation

Depuis son essor dans les années 1960, le cinéma « bis » et d’exploitation se caractérise d’abord par une économie créative particulière : faible budget, caractère commercial et populaire assumés, représentations transgressives de la violence et de la sexualité. Loin de se réduire à un mode de production et à des contenus esthétiques, cet univers hétéroclite et foisonnant renvoie également à des pratiques cinéphiles intimement liées aux lieux (salles de quartier, boutiques et vidéoclubs) et aux objets (fanzines, cassettes vidéo) qui ont participé à l’édification de sa mémoire culturelle.

Dans un contexte de dématérialisation engagée par la démocratisation du numérique et de l’Internet, où l’on peut observer à la fois un repli du marché vidéo et de la presse spécialisée, les dernières décennies ont vu la disparition successive de certains vecteurs « traditionnels » de ce secteur de l’industrie cinématographique et de cette cinéphilie. On constate cependant depuis les années 2000, et de manière plus nette encore depuis les années 2010, une résurgence remarquable de ce continent cinématographique, marquée tout d’abord par la revitalisation de pratiques anciennes (comme dans le cas du fanzine, qui a trouvé un nouveau souffle à l’ère numérique) et leur appropriation par de nouveaux publics. Parallèlement à ce phénomène, les modes de transmission et de patrimonialisation du cinéma d’exploitation Continuer la lecture de Table ronde : Cinéma bis

Parution : « L’impensé numérique »

L’impensé numérique
Tome 1 : Des années 1980 aux réseaux sociaux


Sous la direction de Pascal Robert

 

Parution: 2016/11

 

couv-impnse

L’’informatique se dilue désormais dans le vaste magma du numérique. Un numérique qui irrigue aujourd’’hui les moindres replis de notre société, que ce soit dans les domaines professionnels, transactionnels, domestiques ou relationnels. Cette diffusion modifie-t-elle pour autant ce que nous avons appelé en 2012 le mode d’’existence idéologique des TIC? Cette dissémination permettrait-elle de sortir de ce que nous avions baptisé alors l’’impensé informatique? Il semblerait que non. C’’est en tout cas ce que montre ce livre en deux tomes, puisqu’’il présente ce que l’’on peut désormais appeler un véritable impensé numérique qui travaille à l’’acceptation du numérique dans notre société, voire à un apprivoisement des usagers du numérique aux logiques qu’’il instaure. Le premier tome de ce travail offre un panorama qui va des années 1980 aux réseaux sociaux. Il teste l’’hypothèse de l’’impensé sur des « objets » comme la carte d’’identité et le passeport informatisés, le bogue de l’’an 2000, les rapports officiels, ou les notions-cadres de régulation?/ dérégulation. Il éclaire également d’’un jour nouveau, toujours sous le révélateur de l’’impensé, les pratiques du logiciel libre comme celles des réseaux sociaux, celles de Google comme celles du Web 2.0.

Journée doctorale « Penser le jeu vidéo »

Journée doctorale de l’Omnsh : penser et étudier les objets numériques. Le cas du jeu vidéo.

La journée doctorale de l’OMNSH se tiendra le Samedi 21 Mai 2016.
Elle est organisée par Marion Coville et Haude Etienne et se déroulera à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, en salle D11.

Source image : site jeuxvideo.com

Depuis sa création, l’OMNSH accorde une place importante aux jeunes chercheur.e.s et leur offre le soutien et l’espace nécessaire pour développer leurs premières recherches. Cette journée est dédiée à la présentation des travaux des doctorant.e.s. Elle a pour but de favoriser les échanges entre des chercheur.e.s aux expériences variées et d’initier une réflexion sur les méthodes, outils et compétences qui font la richesse de l’association. La journée doctorale accueille des communications dans diverses disciplines représentées au sein de l’OMNSH, qui portent sur les objets du collectif, c’est-à-dire les recherches interdisciplinaires sur le domaine du numérique et de ses technologies, et notamment leurs enjeux

Programme
10h – 11h 30 : Session 1 – Les univers de la conception des jeux vidéo Continuer la lecture de Journée doctorale « Penser le jeu vidéo »

Journée « Identités narratives ou storytelling ? », 3 avril 2015

Identités narratives ou storytelling ? Écriture et lecture de soi à l’ère numérique

3 avril 2015

CRLC Paris Sorbonne, Maison de la Recherche – 28 rue Serpente, Paris, France (75006), salle D-35

Christian Salmon, dans Storytelling: l’art de fabriquer des histoires et de formater les esprits (2007) dénonce l’emprise sur nos sociétés hypermédiatiques d’un « nouvel ordre narratif », dans lequel « l’art de raconter des histoires » est devenu, à grande échelle, le moyen par excellence de vendre et de gouverner en assurant un traçage des expériences individuelles dont l’autocontrôle narratif des individus dans la « blogosphère » est une modalité exemplaire. Selon C. Salmon lui-même cependant, certaines pratiques minoritaires résistent à ce « hold up sur l’imaginaire ». L’injonction au de soi sur les réseaux sociaux numériques, dans les blogs, dans certains jeux en ligne, est en effet porteuse d’un risque d’aliénation de soi dans des dispositifs préformatés, mais elle est riche également de possibles contournements et résistances indissociables par lesquels s’inventer soi-même.

Crédit image : « Writing » by I’mnothingmore, Deviant Art, CC.

10h00:Ouverture, par Alexandre GEFEN et Danielle PERROT-CORPET

Continuer la lecture de Journée « Identités narratives ou storytelling ? », 3 avril 2015