Archives par mot-clé : narratologie / narratology

Récit interactif, continuité ou rupture ?

“Bifurcations du récit interactif”, Cahiers de Narratologie n°27, décembre 2014.

Les actes de la journée d’étude du RRN 2014, qui s’est tenue à Lausanne le 14 février de cette année, ont été publiés dans le numéro 27 des Cahiers de narratologie, portent sur les bifurcations du récit interactif, en s’interrogeant notamment sur les rapports entre narratologie et ludologie, et sur l’existence d’une continuité ou d’une rupture entre les modèles narratologiques “classiques” et ceux qui permettent de rendre compte de la dynamique des récits émergents ou participatifs.

Le dossier, consultable en ligne (http://narratologie.revues.org/6996), est composé des articles suivants: Continuer la lecture de Récit interactif, continuité ou rupture ?

Séminaire CNRS/EHESS : “Narrativité et intermédialité”

Le séminaire “Recherches contemporaines en narratologie” (CRAL, CNRS/EHESS) portera cette année sur “Narrativité et intermédialité” :

L’expansion et la diversité des études en narratologie – de ses objets, de ses paradigmes, de ses méthodologies – a conduit la recherche à poser non la question « Qu’est-ce qu’un récit ? » mais les questions, entre autres, « Quand y’a-t-il récit ? », « Un récit peut-il être plus ou moins narratif ? », « Quelles formes les éléments narratifs peuvent-ils prendre dans le récit non verbal ? » On s’interroge aujourd’hui sur l’influence des différents media sur les processus narratifs, donc sur les possibilités et les contraintes du langage par rapport à l’image (fixe ou cinématographique), à la musique (dénuée de tout contenu sémantique mais évocatrice d’une tension narrative) ou encore aux media numériques (fictions interactives, récits hypertextuels, etc.). Continuer la lecture de Séminaire CNRS/EHESS : “Narrativité et intermédialité”

Actualité du RRN

Introduction to Metadata

Actualité du RRN

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication des actes de la journée d’étude RRN 2012: Comment repassionner l’enseignement de la littérature? Ces actes viennent d’être publiés dans la revue Etudes de Lettres sous le titre: Les passion en littérature: de la théorie à l’enseignement. Plusieurs textes inédits viennent compléter les conférences, dont un entretien exclusif avec Marielle Macé autour de la publication de son ouvrage Façons de lire, manières d’être (Gallimard 2011).

Nous vous signalons également la tenue d’une exposition à l’Université de Lausanne du 15 au 31 mai (vernissage le 22 mai) sur la bande dessinée franco-belge de science-fiction: Imaginaires du futur. Cette exposition s’inscrit dans le cadre des activités du Groupe d’étude sur la bande dessinée (GrEBD), récemment créé à l’UNIL (www.unil.ch/grebd).

Enfin, nous vous informons que le programme final du colloque Narrative Matters 2014 (Paris, 23-27 juin) vient d’être publié sur le site de la manifestation.

Vous retrouverez toutes ces informations et bien d’autres sur notre site www.narratologie.ch

Journée d'étude: Les Bifurcations du récit interactif: Continuité ou rupture?

récit interactif

Les Bifurcations du récit interactif:

Continuité ou rupture?

Journée d’étude à l’Université de Lausanne

Vendredi 14 février 2014

Bâtiment Anthropole, salle 2055

 

Dans une étude traitant de l’évolution de la théorie contemporaine du récit, Jan Christoph Meister signale un « changement d’orientation nous faisant passer d’une centration sur les phénomènes textuels à l’analyse des fonctions cognitives de récits oraux et non-littéraires, ouvrant ainsi un nouveau chapitre dans le projet narratologique ». Dans le prolongement de  cette mutation, Meister signale l’émergence d’approches transgénériques et transmédiatiques qui « explorent la pertinence des concepts narratologiques pour l’étude de genres et de médias qui s’écartent des objets traditionnels » propres aux études littéraires (idem). Parmi ces nouvelles formes narratives, ce que l’on pourrait désigner comme les « récits interactifs », incluant notamment les jeux vidéo, les jeux de rôles et différents types de fictions interactives (histoire dont vous êtes le héros, fanfiction, etc.) nous contraignent à réévaluer une notion aussi centrale que l’intrigue, dont dépend la définition de la narrativité.

 

Programme

8:30 Introduction (C. Clivaz, M. Marti & R. Baroni)

  • 8:45 Marie-Laure Ryan, L’expérience de l’espace dans les jeux vidéo et les récits numériques
  • 9:30 Olivier Caïra, Jeux vidéo et jeux d’interaction en face-à-face : vers un modèle unifié d’écologie de l’intrigue

10:15-10:45 Pause

  • 10:45 Marc   Marti, Possibles et impossibles de l’intrigue : le jeu vidéo et l’instabilité de l’intrigue
  • 11:30 Raphaël Baroni, L’ombre de l’intrigue : de l’histoire vécue à la console en passant par le récit de fiction

12:15-14:00 Repas

  • 14:00 Olivier Glassey, Mondes ouverts, révoltes populaires et communautés de modifications : aux frontières du récit vidéoludique
  • 14:45 Selim Krichane, L’intrigue en trois dimensions. Les récits vidéoludiques à l’ère des polygones, de la « caméra virtuelle » et du CD-ROM

15:30-15:45  Pause

  • 15:45 Nicolas Szilas, Où va l’intrigue ? Réflexions autour de quelques récits fortement interactifs  
  • 16:30 Cyril Bornet et Daniel de Roulet, La Simulation humaine : Le roman fleuve comme terrain d’expérimentation narrative
  • 17:15 Michael Lew, Comment l’évolution d’un média influence l’évolution d’un autre média ?

18:00 Clôture

Organisation

Cette journée d’étude est organisée par Raphaël Baroni (EFLE/RRN), Claire Clivaz (LADHUL), Marc Marti (LIRCES) et Frédéric Kaplan (DHLAB).

Call for papers – Emerging Vectors of Narratology: Toward Consolidation or Diversification? Call for papers


ENN Conference 2013 – Emerging Vectors of Narratology: Toward Consolidation or Diversification? Call for papers

The 3rd Conference of the European Narratology Network

Organized by the Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL – CNRS/EHESS)

March 29 and 30, 2013

Pre-Conference Doctoral Seminar – March 27 and 28, 2013

Paris, France

Call for papers

Emerging Vectors of Narratology: Toward Consolidation or Diversification?

It can be observed that postclassical narratology, in its initial phase, expanded the scope of inquiry of its predecessor to become multiple, interdisciplinary, transgeneric, transmedial. More recently, it appears that narratology has entered a phase of consolidation, but with a continued trend toward diversification.

What does this consolidation consist of, and in what ways can narratology be said to diversify? Are narratologies, in the plural, evolving toward narratology, in the singular – possibly to become a discipline in the full sense of the term? Does diversification imply more double-entry narratologies, or does it, perhaps simultaneously, involve a look at the various scientific cultures underlying research programs in narrative theory, past and present, but also non-Western? As theoreticians address issues of cognition and context in narrative, in what ways should the role of poetics in narratology be rethought?

Ubiquitous, stories have encouraged narratologists to expand their purview beyond the literary corpus and take the “narrative turn,” embracing fields as diverse as psychology, sociology, ethnology, history, the law, corporate management, digital technology, and more. But whatever the universals common to all narratives, literary scholars, psychotherapists, sociologists, ethnologists, historians, jurists, advertising executives and AI experts view narrative in significantly different ways and as serving purposes that may be wholly at odds from one field to another. What, then, is the influence on narrative of genre – not necessarily in the sense of traditional literary scholarship, but possibly in that of “speech genres” (Bakhtin), those “relatively fixed forms” that bridge the gap between units of language or other signifying systems and discourse in its prolific manifestations? Then, too, is the question of narrative in non-verbal forms – the plastic arts and music – but also narrative in its pluri-medial forms.

Yet other questions arise. If, as Barthes stressed nearly half a century ago, narrative is a universal anthropological phenomenon, to what extent is it constitutive of culture? Can similar lines of inquiry be pursued with regard to homo narrans, the storytelling animal?

Such are but a few of the questions open for debate at the 3rd Conference of the ENN, hosted by the Centre de recherches sur les arts et le langage at the Centre National de Recherche Scientifique and the École des Hautes Études en Sciences Sociales in Paris on March 29 and 30, 2013.

More information (about the keynotes speakers, the workshops, the pre-conference doctoral seminar on the conference website.

Deadline for submission of proposed papers (200 words): October 15, 2012

Send submissions to the conference coordinators:  John Pier: j.pier@wanadoo.fr and Philippe Roussin: roussin@ehess.fr

Please write “ENN Conference: Submission” in the subject line.

Acceptances will be sent out on November 15, 2012

Registration for the Conference will open on November 15, 2012

Deadline for registration: January 10, 2013

Registration fee: 165 € – Students: 85 €

In order to take part in the conference, participants must be members of the ENN.

To register as a member, please consult the ENN website – “How to join the ENN

The official languages of the Conference are English and French1.

The Conference will take place at the Cité Internationale Universitaire de Paris:  Fondation des États-Unis – 15, bd Jourdan and Fondation Biermans-Lapôtre – 9A, bd Jourdan 75014 Paris – RER station: Cité Universitaire

Appel: Raconter à l'ère numérique (10 juillet 2012)

Comicalités

Raconter à l’ère numérique

Appel à contributions

Date limite : 10 juillet 2012

Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? », « Représenter l’auteur de bande dessinée » et « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » (pour lesquels nous pouvons toujours recevoir des propositions), Comicalités. Etudes de culture graphique publie dont quatrième appel à communication : la thématique « Raconter à l’ère numérique » est confiée à Julien Falgas et Anthony Rageul.

Raconter à l’ère numérique

« Espèce narrative […] à dominante visuelle » (Groensteen, 2011), on considère généralement que la bande dessinée a pour vocation principale de raconter. « Faire le récit de » (Petit Larousse Illustré, 2000). Où il y a récit, on suppose un ordonnancement, un déroulé des événements, un début, un milieu, une fin. On suppose un (ra)conteur, un narrateur, qui guide le lecteur. Moyennant une certaine latitude dans ses marges (bande dessinée abstraite, poétique, expérimentale), ces assertions et définitions sont justes et vérifiées dans toute l’histoire de la bande dessinée, c’est-à-dire quelle que soit sa place dans la société ou dans l’art, quel que soit son modèle esthétique, économique, quel que soit son support ou mode de diffusion.

Depuis 25 ans, la bande dessinée a, à l’instar d’autres médias, été absorbée dans l’espace numérique. Déjà présente sur les premiers réseaux ancêtres de l’Internet moderne, puis sur CD-rom, les années 2000 voient l’explosion du blog-bd, du webcomic et autre formes de bandes dessinées en ligne de même que le développement de nouveaux supports pour sa diffusion et sa lecture (de l’écran de l’ordinateur à la tablette, au smartphone ou à la liseuse).

Le secteur professionnel de la bande dessinée, comme d’ailleurs toutes les autres industries culturelles, est animé depuis quelques années de vifs débats quant aux modèles économiques et au droit d’auteur. On peut, à la suite de Magali Boudissa, questionner « les limites ontologiques dans lesquelles la narration peut se développer sur support numérique, sans basculer dans une forme hybride de récit hypermédiatique » (Boudissa M., 2010). Mais, plus qu’un changement de support ou de vecteur de diffusion, nous assistons probablement à une évolution de nos pratiques de réception et de production de récits par-delà la bande dessinée. Pour Smolderen, le passage du livre au périodique puis au quotidien autour de 1900 déterminent la genèse du langage de la bande dessinée moderne (Smolderen, 2009). L’appropriation de nouveaux supports et de nouveaux vecteurs de diffusion à des fins narratives a engendré la bande dessinée telle que nous la connaissons. C’est pourquoi, plutôt que de questionner le devenir de la bande dessinée, nous souhaitons interroger ce que signifie raconter à l’ère numérique.

Cette question engendre de très nombreuses pistes de travail, le terrain de la recherche à ce sujet étant largement à l’état de friche. Voici une première série de propositions dont la liste n’est pas exhaustive.

Pour commencer, l’histoire de la bande dessinée numérique reste encore à écrire, et ce pour ses trois pôles géographiques principaux (USA, Asie, francophonie). Ses oeuvres sont à recenser, à analyser, à critiquer. Considérée comme objet esthétique, la bande dessinée numérique invite à observer comment elle s’inscrit dans l’histoire de l’art, comment s’y manifestent ou non les enjeux de l’art contemporain à l’orée du XXIème siècle, comment elle fait ou non écho aux autres arts numériques.

En tant que média, on pourra se demander quels sont les atouts et les limites de l’héritage de la bande dessinée pour aller au-delà du papier. Quelles sont les spécificités du récit sur écrans connectés ? Y a-t-il une « plus-value » sémantique et surtout comment s’exprime-t-elle ? Les technologies reconfigurent-elles le “système de la bande dessinée” (Groensteen T., 1999) et comment ? Numérique est-il synonyme de multimédia, d’interactif, de connecté ? Enfin, comme l’observe Jean Clément : « Au cours des siècles passés, chaque changement matériel des supports narratifs a entraîné d’importantes modifications dans l’art de raconter des histoires. (…) Nous ne sommes entrés dans l’ère du numérique que très récemment. Il n’est donc pas surprenant que les oeuvres multimédias qui apparaissent aujourd’hui cherchent encore un mode d’écriture qui leur soit propre. » (Clément J., 2000). Si la bande dessinée joue un rôle indéniable dans l’émergence d’un mode d’écriture propre à l’ère numérique, il semble bon d’observer les réponse qu’apportent les héritiers d’autres traditions narratives. Par exemple on pourra interroger des formes telles que le récit transmédia ou se tourner vers les théories déjà bien étoffées des arts et de la littérature numérique.

Avec ces nouvelles formes de récit, c’est la place même du récit dans nos sociétés contemporaines qui est questionnée. Quels sont les usages des auteurs et des lecteurs ? Pourquoi raconter ou lire des histoires sur écrans connectés ? Raconter pour et par ces outils est-il un métier d’auteur ou de technicien ? Un travail solitaire ou un travail d’équipe ? Ou se placent les savoirs-faire traditionnels (auteur, éditeur, dessinateur, producteur…) ? Quels métiers sont à inventer, quelles collaborations à envisager ?

Enfin, on pourra interroger le marché émergent en terme de modèle économique ou de pratiques éditoriales, mais aussi en se demandant dans quelle mesure ces évolutions relèvent ou non de réelles innovations. Quelles sont les limites des nouveaux supports ? Le “lire numérique” a-t-il besoin du livre numérique ? Au-delà du portage du papier au numérique, qu’est-ce qui fait changer la nature ou le régime du récit ?

Nous invitons les chercheurs à nous soumettre deux documents :

– Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.

– Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 10 juillet prochain.

Julien Falgas et Anthony Rageul, responsables de la « thématique »

julien.falgas@gmail.com

anthony.rageul@yahoo.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

benoit.berthou@univ-paris13.fr

Références citées

•                Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.

•                Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/].

•                Groensteen, T., 1999, Système de la bande dessinée, Paris, PUF.

•                Groensteen, T., 2011, Bande dessinée et narration – Système de la bande dessinée 2, Paris, PUF, p.89.

•                Petit Larousse Illustré, 2000, Paris, Larousse/HER.

Smolderen, T., Naissances de la bande dessinée: de William Hogarth à Winsor McCay, Bruxelles, les Impressions nouvelles, 2009, 144 p.

RRN: Narration en bande dessinée

RRN: Narration en bande dessinée

Le Réseau Romand de Narratologie (RRN) organise une série d’événements liés à la narration en bande dessinée, qui auront lieu durant le mois d’avril à Lausanne, dans le prolongement d’une Master-class pluridisciplinaire organisée par la Faculté des Lettres de l’UNIL (dir. Alain Boillat, Danielle Chaperon, Philippe Kaenel et Raphaël Baroni).

Du 16 au 27 avril, une exposition portant sur deux albums (Le long voyage de Léna et Léna et les trois femmes) nés de la collaboration entre Pierre Christin (scénariste) et André Juillard (dessinateur) aura lieu à la Bibliothèque municipale de Lausanne, qui possède l’un des fonds d’archives sur la bande dessinée les plus exceptionnels d’Europe. Les auteurs ayant mis à disposition des documents originaux remarquables, cette exposition, mise sur pied par des étudiants de la Faculté des lettres de l’UNIL, s’annonce passionnante du point de vue d’une réflexion sur la genèse des récits en bande dessinée. Le vernissage aura lieu le lundi 16 avril à 18h30.

Durant la soirée du 27 avril, à 17h,

Pierre Christin et André Juillard donneront une conférence publique suivie d’un apéritif sans la salle du Conseil communal, à la place de la Palud à Lausanne. Durant cet événement, la librairie Crobar tiendra un stand et André Juillard donnera une séance de dédicaces.

Le même soir, à 21h, la Cinémathèque suisse donnera une projection de Bunker Palace Hotel (Enki Bilal, 1989) en présence du scénariste du film, Pierre Christin.

Plus d’informations sur www.unil.ch/cin

Conférences du Réseau Romand de Narratologie

Conférences organisées par le RRN (Réseau Romand de Narratologie)

Au mois de mars 2012, Philippe Roussin, membre du Centre de recherche sur les arts et le langage (EHESS-CNRS), donnera deux conférences publiques à l’Université de Lausanne. L’entrée est libre et aucune inscription n’est obligatoire. Pour imprimer l’annonce, cliquez sur le lien.

Lundi 12 mars 2012, de 13:15 à 14:45
UNIL-Dorigny, bâtiment Anthropole, salle 3139, troisième étage
Généalogie des théories du récit

Mardi 13 mars 2012, de 15:15 à 16:45
UNIL-Dorigny, bâtiment Anthropole, salle 2055, deuxième étage
Personnage et narratologie contemporaine