Archives par mot-clé : narratologie / narratology

Goudmand, Anaïs (Université de Lausanne)

Anaïs Goudmand est première assistante à l’Ecole de Français Langue Etrangère de l’Université de Lausanne. Sa thèse, intitulée Récits en partage. Expériences de la sérialité narrative en culture médiatique, a été dirigée par Raphaël Baroni (Université de Lausanne) et Jean-Marie-Schaeffer (EHESS). Elle porte sur les différentes formes que revêt l’expérience des récits sériels, telles qu’elles sont modelées par les contraintes de production et de diffusion de la culture médiatique.

Continuer la lecture de Goudmand, Anaïs (Université de Lausanne)

Parution : écrire une série TV

Florent Favard, Écrire une série TV. La promesse d’un dénouement, Tours, PUFR “Serial”, 2019.

Présentation de l’éditeur : Les séries télévisées sont aujourd’hui plus fascinantes que jamais, capables de déployer des intrigues au long cours et des mondes fictionnels denses et sans limites. Ce livre explore les évolutions narratives qui ont façonné les oeuvres contemporaines, et cherche à percer les secrets de l’écriture des séries les plus feuilletonnantes. Comment une série peut-elle tenir sur la durée ? De quelles façons s’organisent les multiples fils de l’intrigue ? Comment les scénaristes parviennent à jongler entre improvisation et planification du récit ? Au-delà des débuts souvent hésitants et des fins difficiles à prévoir, c’est toute l’immensité de ces oeuvres hors-normes qui est analysée ici en détails.

Parution : Séries de SF

Florent Favard, Le Récit dans les séries de Science-fiction, de Star Trek à X-Files

Armand Colin, 2018.

 

Héritières des serials cinématographiques et des magazines pulp, les séries de science-fiction accompagnent la production télévisuelle depuis ses débuts. Elles ont soutenu, et souvent même mené de front, l’évolution de la complexité narrative de ce format au fil des décennies, hier au sein de la production nord-américaine, aujourd’hui à travers le monde, participant ainsi largement au renouvellement du genre.
Cet ouvrage remonte aux origines des séries de science-fiction et s’appuie sur plusieurs exemples représentatifs d’aujourd’hui pour présenter leurs grands prototypes narratifs et leurs principaux motifs. Il permet de comprendre ce que la science-fiction a apporté à la télévision, et ce qu’en retour le petit écran a offert au genre de l’imaginaire le plus à même d’interroger notre avenir et ses possibles. De Star Trek à X-Files, de l’utopie à la dystopie, il révèle comment, épisode après épisode, année après année, les séries de science-fiction explorent des mondes extraordinaires, reformulent et rendent plus concrets nos craintes et nos espoirs…

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

Parution : Narration et jeu vidéo

Sciences du jeu n°9

Du ludique au narratif. Enjeux narratologiques des jeux vidéo

https://journals.openedition.org/sdj/894

Extrait de la présentation du dossier par Sébastien Genvo :

Parler de narration lorsque l’on parle de jeu incite généralement à raconter l’histoire de la constitution du champ des game studies ou de l’émergence d’une discipline qui serait consacrée à l’étude du jeu, la ludologie. Il est alors usuel de rappeler le rejet du « paradigme narratif » qui a prévalu lors de ces deux moments, formalisé par exemple par Gonzalo Frasca dans un texte intitulé « Simulation versus Narrative : introduction to ludology » (Frasca, 2003) ou encore par Jesper Juul dans le premier numéro de la revue en ligne Game Studies (2001). Rappelons en effet que l’utilisation de notions issues de la narratologie a prévalu lorsqu’il s’agissait de mener les premières recherches sur les jeux vidéo comme forme d’expression fictionnelle, notamment à travers l’ouvrage Hamlet on the Holodeck : The Future of Narrative in Cyberspace de Janet Murray (1997), portant sur les nouvelles formes de fiction à venir. En étant rapproché du cinéma, du théâtre et de la littérature, le jeu vidéo se trouvait alors inclus dans un ensemble plus large lui permettant d’être davantage accepté sur le plan institutionnel.

Parution : “Rouages de l’intrigue”

Raphaël Baroni, Les rouages de l’intrigue. Les outils de la narratologie postclassique pour l’analyse des textes littéraires, préface de Jean-Louis Dufays, Genève, Slatkine, 2017.

Image : L’Apache et la cocotte , (c) Duphot et Betbeder, Glénat, 2016

Aujourd’hui, l’enseignement de la littérature ne peut plus se limiter à interroger le texte en se demandant : de quoi parle ce livre ? Comment est-il écrit ? Quelle est sa place dans l’histoire ? À l’heure où la dimension affective de la lecture retrouve sa pertinence, il faut pouvoir traiter de nouveaux problèmes : comment l’auteur est-il parvenu à intriguer son lecteur ? Comment fonctionne le suspense dans ce chapitre ? Ou encore : pourquoi ces questions importent-elles ? Cet ouvrage offre de nouveaux outils pour répondre à ces questions, pour analyser la dynamique de l’intrigue et pour justifier son intérêt dans l’enseignement.  Continuer la lecture de Parution : “Rouages de l’intrigue”

Parution : “Feuilletons en BD”

Françoise Revaz, Alain Boillat et alii

Case, strip, action. Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959), Infolio, 2016

 

feuilletonsbd

Précurseurs des séries télévisées, les histoires à suivre qui paraissaient en bandes dessinées dans des hebdomadaires pour la jeunesse tels que Le Journal de Tintin, Spirou ou Tarzan ont tenu en haleine les jeunes lecteurs de l’après-guerre et façonné leur imaginaire, mais n’ont à ce jour guère fait l’objet d’études détaillées. Richement illustré, cet ouvrage se propose de faire connaître une production foisonnante et emblématique de la culture populaire de la période 1946-1959 en l’envisageant sous l’angle de l’histoire de la bande dessinée, de l’étude du récit et de l’intermédialité. Les auteurs y soulignent notamment les liens entre BD et cinéma, tant sur un plan théorique (logique du feuilleton, rythme narratif, découpage de l’action) qu’analytique (adaptations de films en BD).

Alain Boillat est professeur à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne. Ses dernières recherches portent sur l’histoire des liens entre bande dessinée et cinéma. Marine Borel réalise actuellement une thèse de doctorat en linguistique française à l’Université de Fribourg et à l’Université de Lorraine. Raphaël Oesterlé est licencié en Histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne. Il mène une thèse sur les périodiques de bandes dessinées francophones de l’après-guerre. Françoise Revaz est professeure de linguistique française à la Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg. Elle a fondé, avec R. Baroni, le Réseau Romand de Narratologie.

Appel : Du ludique au narratif

Appel à textes pour le numéro 9 de Sciences du jeu

Du ludique au narratif. Enjeux narratologiques des jeux vidéo

Dossier thématique sous la coordination de Sébastien Genvo

Le paradigme narratif a été l’un des premiers modèles théoriques à être mobilisé lorsqu’il a été question de penser les spécificités médiatiques du jeu vidéo (Murray, 1997). Si cette approche initiale a permis de formaliser rapidement certaines particularités des modalités narratives du domaine, par exemple à travers la notion de narration spatialisée (Jenkins, 2002), elle a aussi fait l’objet de débats incitant l’exploration d’autres cadres, notamment à travers l’approche « ludologique » (Frasca, 2003). Mais davantage qu’une opposition ou incompatibilité entre différents modèles, ces confrontations ont finalement fait apparaître une complémentarité d’approches (Murray, 2005 ; Neitzel, 2005 ; Ryan, 2006), voire un enrichissement mutuel. On peut en effet considérer que les réflexions narratologiques sur le jeu ont amené à revisiter le rôle du récepteur dans la production du sens au sein d’une narration, en plaçant différemment le point focal sur la structure de jeu ou sur le joueur, qui serait parfois à investir comme auteur d’intrigues ou de récit de jeu (Marti, 2014). Cela encourage de fait à repenser les articulations qui peuvent exister entre histoire, narration et récit. Enfin, comme le remarquait Janet Murray, il est indéniable que les jeux vidéo servent de source d’inspiration pour concevoir plus largement ce qu’elle nommait alors les « cyberfictions ». Aujourd’hui, la façon dont on raconte par le jeu sert de modèle à d’autres formes médiatiques, comme les webdocumentaires. La frontière entre fiction numérique interactive et jeu se veut parfois ténue, comme le Continuer la lecture de Appel : Du ludique au narratif

Parution : “Télévision” n°7

“Repenser le récit avec les séries télévisées”

Revue Télévision, n°7, coordonné par Raphaël Baroni et  François Jost
television-7_jpg

Depuis une vingtaine d’années, de nouvelles séries sont apparues tirant parti d’un formidable levier : une temporalité indéfinie et ouverte. Les héros ne sont plus ces êtres monolithiques, insensibles au travail du temps, mais des individus qui vieillissent en même temps que nous. Jamais l’attachement au monde raconté que permet la durée n’a été autant lié à l’incertitude de son destin. Les intrigues se complexifient, jouant sur les emboîtements entre épisodes, saisons et série : flashbacks et flashforwards, enchâssements et jeux sur les points de vue constituent de nouveaux modes de narration. Les séries changent nos visions du monde, pas seulement par ce qu’elles en disent, mais d’abord par la façon de le raconter. Ainsi, à leur manière, elles nous obligent à repenser le récit.

Publié avec l’aide du LABEX Industries culturelles et Création artistique et du Centre d’Études des Images et des Sons Médiatiques (Sorbonne Nouvelle-Paris 3).

Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Journées d’études

« Les Quarante ans du Jeu de Rôle »

Universités de Paris 3-Paris 13

du 12 au 14 juin 2015

(vendredi au dimanche)

Organisées par Danièle André, Vincent Berry, Claire Cornillon, Isabelle Perier, Alban Quadrat

 

Titre et Appel à communications

« ÉTAT DE L’ART DU JEU DE RÔLE pour son quarantième anniversaire »

 

Les premières journées d’études consacrées au Jeu de Rôle[1] se tiendront du 12 au 14 juin 2015 à l’Université Paris 13 – Nord et à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ces journées d’études se proposent, à l’occasion de ses quarante ans,  de dresser un état des lieux du jeu de rôle. Continuer la lecture de Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Récit interactif, continuité ou rupture ?

“Bifurcations du récit interactif”, Cahiers de Narratologie n°27, décembre 2014.

Les actes de la journée d’étude du RRN 2014, qui s’est tenue à Lausanne le 14 février de cette année, ont été publiés dans le numéro 27 des Cahiers de narratologie, portent sur les bifurcations du récit interactif, en s’interrogeant notamment sur les rapports entre narratologie et ludologie, et sur l’existence d’une continuité ou d’une rupture entre les modèles narratologiques “classiques” et ceux qui permettent de rendre compte de la dynamique des récits émergents ou participatifs.

Le dossier, consultable en ligne (http://narratologie.revues.org/6996), est composé des articles suivants: Continuer la lecture de Récit interactif, continuité ou rupture ?