Archives par mot-clé : narratologie / narratology

Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

La revue Il Tolomeo – journal d’études postcoloniales invite tous les chercheurs intéressés à soumettre leurs contributions pour le prochain numéro de 2022 (n° 24). Le numéro sera structuré en une section généraliste à sujet libre et une section thématique consacrée aux transmédialités postcoloniales, à savoir aux récits postcoloniaux dans les médias.

Échéance des propositions : 15 février 2022

Ces dernières décennies, l’intérêt de la critique pour des structures narratives fondamentales non plus réservées à la littérature mais spécifiques à tout média capable de raconter une histoire, s’est traduit par une multiplication considérable de publications consacrées à la narratologie transmédiale. Nous pouvons citer à titre d’exemple : l’étude monographique de J.-N. Thon, Transmedial Narratology and Contemporary Culture (2016) ; l’article de R. Baroni, «Pour une narratologie transmédiale», publié dans Poétique, n° 182 (2017) ; le texte de M.-L. Ryan «Sur les fondements théoriques de la narratologie transmédiale», paru dans Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit (2018), sous la direction de S. Patron ; les deux numéros monographiques des revues Mediapolis – Revista de Comunicação, Jornalismo e Espaço Público («Personagens mediáticas: teoria, problemas, análises», n° 6, 2018) et 2i – Revista de Estudos de Identidade e Intermedialidade(«Literatura e televisão: novas narrativas – Ficções transmédia», vol. 2, n° 1, 2020). Si l’idée d’une grammaire des récits propre à l’ensemble des médias avait déjà été proposée par les pionniers de la narratologie (cf. Communications, n° 8, « Recherches sémiologiques : l’analyse structurale du récit », 1966), la discipline ne s’est que très récemment émancipée de son périmètre littéraire d’origine (Baroni 2017, 155). Aujourd’hui, les spécialistes préfèrent plutôt parler de narratologie transmédiale pour mettre davantage l’accent sur le caractère pluriel de certains phénomènes narratifs, en renvoyant ainsi à une approche comparative des médias qui ne privilégie pas un support particulier au détriment des autres (Wolf 2011, 5). Si l’identification de pratiques narratives communes aux différents médias demeure un objectif majeur de la discipline, A. Goudmand et R. Baroni (2019) soulignent cependant que la narratologie transmédiale a aussi pour but de voir « comment les récits exploitent les ressources particulières du support dans lesquels ils s’inscrivent afin d’actualiser ces invariants dans une forme spécifique ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Colloque international : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

les 26-27-28 janvier 2023

Université de Genève

Échéance des propositions : 31 mars 2022

Contexte scientifique

Le projet de recherche « Canoniser les Sept Sages » (C7S) porte sur une ample somme romanesque médiévale, le Cycle des sept sages de Rome. Composé de manière cumulative au cours du XIIIe s., le C7S développe l’univers romanesque du roman-souche par un mouvement de constante amplification qui repose notamment sur le déploiement de la chronique fictive d’une lignée d’empereurs de Rome et de Constantinople, descendants du sage Caton. Considéré du point de vue de la culture médiévale, le Roman des Sept Sages est un classique littéraire. Cependant, la construction contemporaine du canon de la littérature médiévale a contribué à marginaliser cet univers narratif riche et complexe. 

Principes directeurs du colloque

Dans l’optique de « canoniser les Sept sages », notre groupe de recherche se propose de rendre au C7S sa place parmi les grands cycles narratifs médiévaux. Ces œuvres romanesques de grande envergure sont fondées sur un principe d’amplification potentiellement infini, fait d’agrégats narratifs, de greffes textuelles et/ou d’inventions rétrospectives. Les « ambages » du Livre de Lancelot font depuis longtemps l’admiration de ses lecteurs, de Dante à Roubaud, et la connaissance des grands cycles romanesques (Perceforest et Guiron le courtois) a connu un important renouvellement depuis une décennie, ouvrant la voie à de nombreux travaux sur la notion d’écriture sérielle. 

En proposant la tenue d’un colloque sur les sérialités comme phénomène culturel dans une perspective de littérature globale, au début de l’année 2023 à l’Université de Genève, nous souhaitons confronter les principes méthodologiques qui sont les nôtres avec la critique et la théorie contemporaine portant sur les fictions sérielles. Il s’agit de consolider la réflexion sur les procédures d’amplification narrative en l’inscrivant dans le cadre plus vaste de la création sérielle comme phénomène transhistorique. Des Mille et une nuits à Harry Potter, du Perceforest à Stars Wars, les fictions sérielles procèdent par réduplication, réappropriation, enchâssement, emprunts, parodies, réécritures. Les notions contemporaines de transfictionnalité, de polytextualité, trans- et inter-médialité trouvent leur pertinence pour l’étude de tout type de fictions longues. Nous souhaitons rassembler des théoriciens du récit et des créateurs de fictions sérielles dans différents types de media (bande dessinée, cinéma, télévision). Le colloque visera à favoriser les échanges entre praticiens et critiques, entre spécialistes de la fiction contemporaine, médiévistes et historiens de la littérature moderne dans le but de promouvoir une approche décloisonnée de la complexité narrative et des outils conceptuels forgés pour en rendre compte.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Giorgio Busi Rizzi (Université de Gand)

Giorgio Busi Rizzi est chercheur postdoctoral BOF à l’Université de Gand, avec un projet d’enquête sur la bande dessinée numérique expérimentale. Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles sous la direction conjointe des Universités de Bologne et de Louvain ; le projet de doctorat analysait l’esthétique et les pratiques nostalgiques liées aux romans graphiques contemporains. Il a publié dans des revues scientifiques et des volumes édités, et a fait des présentations lors de nombreuses conférences nationales et internationales. Il est membre fondateur du groupe de recherche international sur la bande dessinée italienne SNIF – Studying ‘n’ Investigating Fumetti, et membre de plusieurs groupes de recherche internationaux sur la bande dessinée (CSS, ComFor, La Brèche, ACME). Il s’intéresse aux comics studies, à la narratologie, aux humanités numériques, à la théorie et à la traduction de l’humour.

Site UGent: https://research.flw.ugent.be/en/giorgio.busirizzi

Appel à contributions : « Les récits par et sur le numérique » (Cahiers de narratologie)

Appel à contribution pour un numéro spécial des Cahiers de Narratologie : « Les récits par et sur le numérique »

Coordinateurs : Rémi Cayatte (CERTOP – U. Toulouse III), Dario Compagno (Dicen-IDF – U. Paris Nanterre), Stéphane Goria (CREM – U. de Lorraine)

Date limite d’envoi des articles : 20 février 2022

Présentation

La revue Cahiers de Narratologie vous propose de contribuer à un numéro abordant les relations existantes et émergentes entre les récits et les apports du numérique. À travers ce numéro, l’enjeu est de faire un point à propos d’un objet de recherche qui a subi des transformations importantes en lien avec celles des technologies de communication. En même temps que le récit s’est adapté à de nouvelles formes d’expression et de circulation, les chercheurs se sont saisi des nouveaux potentiels d’interaction et de partage ouverts par ces technologies. Certains spécialistes ont ainsi adopté l’informatique comme support méthodologique à leur travail et pas seulement comme variation de l’objet qu’ils observaient. Dès lors, nous posons à partir de cet appel diverses questions qui prennent en compte l’influence du numérique sur la production, la circulation et la réception des récits par les individus ou les communautés. Pour ce faire, nous chercherons à privilégier des contributions portant sur quatre facettes de cette mise en relation.

La première série de questions que nous souhaitons traiter dans ce numéro concerne la jonction entre jeux numériques et récits. Elle concerne, notamment, les rôles et les compétences des concepteurs et des joueurs dans le développement et dans les pratiques de consommation interactives, massivement partagées, ou encore situées dans des mondes virtuels persistants. Il y sera question également de la conception dans le cas des récits qui utilisent des technologies d’intelligence artificielle qui permettent d’ouvrir des potentiels narratifs inédits et émergents. Ce questionnement peut être aussi inversé pour traiter de l’influence des récits et univers qui se sont développés dans des espaces numériques avant de s’étendre et de se déployer dans le monde physique.

Un second ensemble de questions est consacré aux travaux sur le récit dans le domaine journalistique. Il y sera question de ce que le numérique apporte au concept d’intrigue en matière de journalisme en ligne, de la place des récits factuels lorsque ces derniers se trouvent au centre de liens et échanges sur les réseaux sociaux, ainsi que de l’impact des architextes logiciels sur les formes de rédaction journalistique Dans ce registre, plusieurs sous-thématiques et questionnements nous semblent importants et intéressants pour les études narratologiques. Nous y associons, par exemple, des questionnements à propos des spécificités des discours complotistes, haineux, radicaux, agressifs, mais aussi incitant des changements sociaux (#metoo, #blacklivesmatter), au temps duwebjournalisme et des réseaux sociaux, ou bien en termes de nouveauté apportée par le datajournalisme à la narration journalistique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Les récits par et sur le numérique » (Cahiers de narratologie)

Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)

Les formes hybrides du polar francophone

Revue Interculturel Francophonies

Échéance des propositions : 30 octobre 2021

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies vise à étudier les différentes formes d’hybridité qui caractérisent le polar francophone d’Afrique, de la Caraïbe et du Maghreb. Relevant des littératures dites « populaires », le polar francophone interroge à la fois les limites du genre auquel il appartient et rend poreuses les frontières entre la littérature dite « lettrée » et la littérature populaire. Du fait même de sa dimension postcoloniale, il traduit l’évolution de la notion de genre et le statut actuel du polar dans le champ littéraire contemporain. Son hybridité s’inscrit dans une « sensibilité désormais mondialisée » (De Meyer et Mbondobari, 2013 : 9) et prend différentes formes qui peuvent être analysées et définies en termes poétiques. Elle perturbe non seulement la dominante policière par l’introduction d’éléments provenant d’autres genres comme le fantastique, le roman historique, la science-fiction ou le roman d’espionnage, mais elle brouille aussi les codes et les conventions qui ont traditionnellement régi le genre policier. Des romans comme Le Sourire macabre (2011) et Cœur insomniaque (2012) de Sophie Adonon ou Les Cloches de la Brésilienne (2006) et Saison de porcs (2008) de Gary Victor illustrent bien cette tendance du polar francophone à travers les enquêtes du commissaire Aza et de l’inspecteur Azémar. Si la structure, l’action et les personnages permettent d’identifier ces romans comme des polars, l’introduction d’intrigues, de récits et de compositions liés au vaudou, à la divination et aux pratiques surnaturelles brouillent les frontières génériques du polar et rapprochent ces œuvres du genre fantastique. 

Dans d’autres romans, l’écriture, dont la dimension subversive est manifeste, se veut réflexive, en ce sens qu’elle vise à traduire les préoccupations artistiques de l’enquêteur. Le procédé de doublure instancielle mettant en scène un écrivain fictif qui écrit les histoires et aventures de l’enquêteur est abondamment utilisé dans Inspecteur Ali (1991) de Driss Chraîbi pour requalifier « les pouvoirs de la littérature à représenter le monde et à poser des questions essentielles à l’écriture romanesque elle-même en tant que discours spécifique » (Attikpoé et Semujanga, 2018 : 5). Julie, amoureuse d’art et peintre impressionniste qui enquête sur un meurtre au « premier degré » dans 90 jours avec Vandel (2017) d’Awa Tamboura déplace quant à elle l’enquête policière vers la réflexion sur la peinture. Ses nombreuses discussions avec son patron Vandel consistent à faire du sujet pictural la dynamique même de la production romanesque.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)

Séminaire : Recherches Contemporaines en Narratologie (CRAL, CNRS/EHESS)

Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » 2021-2022

Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS/EHESS)

Le séminaire se réunit tous les quinze jours, les 1er et 3e mardi du mois, de 15h à 17h 54, boulevard Raspail – 75006 Paris
Salle B02_18

NB : Le séminaire sera en visio cette année.
Le lien sera communiqué la veille de chaque séance

http://narratologie.ehess.fr

John Pier (Université de Tours et CRAL) et Philippe Roussin (CRAL/CNRS), gestionnaires, avec la collaboration d’Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS), de Thomas Conrad (ENS, Paris), d’Anne Duprat (Université d’Amiens et IUF) et d’Anaïs Goudmand (Sorbonne Université)

English below

Performativités narratives

Scribere est agere. Parler c’est agir. La formule juridique convient particulièrement bien au récit. Les récits agissent, sont efficaces entre autres raisons parce que nous les croyons. Et nous les croyons parce que, comme l’ont enseigné la philosophie du sens commun (Thomas Reid et le principe de crédulité : toute assertion est digne de créance tant qu’elle n’a pas été démontrée fausse) et, plus récemment, la psychologie cognitive (l’existence d’une disposition à croire nos semblables, à avoir confiance dans la véracité des récits qui nous sont contés), notre pente naturelle est de croire ce que l’on nous raconte. La théorie des actes de langage d’Austin, élaborée par rapport au droit (qu’il s’agisse de l’engagement du locuteur, des obligations contractuelles, qui se déclarent avec l’assertion, la promesse, etc.), les « implicatures conversationnelles » de Grice et la pragmatique renvoient alors aux questions de la détermination des autorités et des narrateurs fiables (on peut ainsi réinterroger la tradition du unreliable narrator issue de la rhétorique narrative de Wayne Booth), de la confiance (entendue comme une attitude épistémique) que nous accordons à ce que l’on nous raconte et de la défiance (comme attitude trop coûteuse). Loin des problématiques trop usuelles du pouvoir, de la puissance d’agir de la fiction ou du récit, le storytelling (pour ne citer que lui) peut ainsi être repensé, dans ses versions orales comme écrites, au-delà de la seule interprétation qui a prévalu en France par la rationalité et la communication manipulatrices.

Ce séminaire de recherche portera également sur des récits – littéraires ou non, contemporains ou non – chargés d’une forte promesse de performativité, qu’ils aient une orientation utopique ou dystopique. L’injonction contemporaine à « inventer de nouveaux récits » ne vise pas simplement à renouveler les pratiques narratives, mais surtout à faire advenir des changements sociaux par leur truchement. La question du statut fictionnel ou documentaire des œuvres sera l’un des thèmes récurrents de la réflexion au fil des séances. La performativité peut en effet être envisagée comme une caractéristique transformatrice, non seulement des éléments du récit, mais aussi du statut pragmatique de ce dernier : si la documentarité et la fictionnalité se jugent à l’aune du monde existant, qu’en est-il du rapport des œuvres narratives à des mondes en gestation ? De William Gibson à Fredric Jameson, ne dit-on pas des récits cyberpunk des années 1980 qu’ils ont prophétisé, voire modelé le monde actuel ? On abordera donc la genèse des « grands récits » du passé ainsi que leur rôle, réel ou supposé, de moteur de l’histoire, mais aussi des initiatives actuelles, comme le projet Witnesspedia (https://scifieconomics.world/), dont l’objectif affirmé est de raconter d’autres futurs pour leur donner une chance d’advenir.

Continuer la lecture de Séminaire : Recherches Contemporaines en Narratologie (CRAL, CNRS/EHESS)

Marc Vervel (Université de Paris)

Marc Vervel est PRAG à l’Université de Paris. 

Domaines de recherche
Littérature XIXe-XXIe, avec une prédilection pour le tournant XIXe-XXe ; récit médiatique, récit policier, récit fantastique, le mystère en littérature, la distinction genres hauts-genres bas, tension narrative, immersion narrative. Littérature française et comparée (littératures française et francophone, anglo-saxonne, hispanique et hispanophone, germanique), rapports texte-image, texte-cinéma, littérature et internet.

CV et publications

Olivier Stucky (Université de Lausanne)

Doctorant Fonds National Suisse

École de Français Langue Étrangère, Université de Lausanne

Projet FNS : Reconfigurer la bande dessinée à l’ère du numérique
(2019 – 2023)

Mots clés : 
Histoire de la bande dessinée
Narratologie
Théorie de la bande dessinée

Coordonnées

Recherches

Publications

Parution : Characters and Figures: Conceptual and Critical Approaches (dir. Carlos Reis et Sara Grünhagen)

Carlos Reis et Sara Grünhagen (dir.), Characters and Figures: Conceptual and Critical Approaches, Almedina, 2021

Dirigé par Carlos Reis et Sara Grünhagen, cet ouvrage collectif en anglais se compose de six chapitres, précédés d’une introduction qui replace le recueil dans son contexte. Des questions théoriques sur la catégorie des personnages sont analysées, reprises sous des angles spécifiques que le caractère pluriel et interdisciplinaire des études narratives a favorisé. Certains des essais traitent, par exemple, de personnages traditionnellement moins valorisés ou éloignés d’une vision strictement littéraire et canonisante du récit. En ce sens, la diversité des approches de cet ouvrage met en évidence la condition dynamique du personnage, configurant ainsi un état de l’art toujours provisoire et qui s’inscrit dans un contexte plus large de redimensionnement théorique et d’ouverture transdisciplinaire des études narratives. Le débat qui en résulte concerne donc tout à la fois la catégorie narrative analysée et le champ d’études qui l’examine.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur.

Marion Brachet (EHESS)

marion.brachet@ehess.fr

Marion Brachet (Dax, 1996) est doctorante en musicologie à l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) et à l’Université Laval (Québec, Canada). Elle a travaillé de 2019 à 2021 comme chargée d’enseignement à l’EHESS dans le master Arts, Littératures, Langages. Après avoir soutenu en 2018 un mémoire de master sur les récits dans le rock progressif, elle travaille maintenant à une thèse de doctorat portant sur les récits des musiques rock et folk des années 1960 à 1980. Elle cherche à comprendre ce que racontent respectivement les chansons rock et folk, comment les récits y sont mis en musique, mais aussi comment ils sont perçus par les auditeurs et dans quelle mesure ils participent à la définition des traditions rock et folk.

Doctorante en cotutelle : EHESS, ED 286, mention « Musique, histoire, société »

Université Laval (Québec, Canada), département de Musicologie

Directeurs de thèse : Esteban Buch (EHESS) et Serge Lacasse (ULaval)

Sujet de thèse : La narrativité dans les musiques populaires : enjeux génériques et politiques des musiques rock et folk des années 1960 aux années 1980

Centres de recherche : CRAL (EHESS) / OICRM-ULaval

Mémoire de master : « Les récits dans le rock progressif. Approches croisées en narratologie et musicologie », sous la direction de Marc Chemillier. Master Arts et Langages, EHESS, soutenu en 2018. https://www.academia.edu/39159191/Les_r%C3%A9cits_dans_le_rock_progressif_Approches_crois%C3%A9es_en_narratologie_et_musicologie

Continuer la lecture de Marion Brachet (EHESS)