Archives par mot-clé : narration

Crem (Centre de recherche sur les médiations), U. Lorraine

Unité de recherche de l’Université de Lorraine, le Centre de recherche sur les médiations (Crem) regroupe près de 230 personnes (enseignant·e·s-chercheur·e·s titulaires, doctorant·e·s, membres associés et personnels d’appui).

Ils·elles appartiennent à 11 disciplines : près de 90 % aux sciences de l’information et de la communication, aux sciences du langage, aux études de langue et littérature françaises et aux sciences de l’art ; environ 10 % aux études de langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes, arabes, germaniques et romanes, à l’anthropologie, à la psychologie et à la sociologie.

Face aux mutations sociales, culturelles, artistiques et technologiques, les chercheur·e·s du Crem interrogent les processus et les formes de médiation. Les recherches visent à modéliser ces dynamiques, cerner les enjeux des rapports à des normes et à des écarts, comprendre les phénomènes de régulation. Pour cela, le Crem est structuré en 4 équipes :

  • Pixel (technologies de l’information et de la communication)
  • Praxis (médias et communication)
  • Praxitèle (arts et  cultures)
  • Praxitexte (langue, texte et discours)

Dans le prolongement de son travail sur la construction des publics et leurs représentations (2013-2017), l’unité développe un nouveau projet sur le thème « Narrations de la société/Sociétés de la narration » (2018-2022).

Parution : Narration et jeu vidéo

Sciences du jeu n°9

Du ludique au narratif. Enjeux narratologiques des jeux vidéo

https://journals.openedition.org/sdj/894

Extrait de la présentation du dossier par Sébastien Genvo :

Parler de narration lorsque l’on parle de jeu incite généralement à raconter l’histoire de la constitution du champ des game studies ou de l’émergence d’une discipline qui serait consacrée à l’étude du jeu, la ludologie. Il est alors usuel de rappeler le rejet du « paradigme narratif » qui a prévalu lors de ces deux moments, formalisé par exemple par Gonzalo Frasca dans un texte intitulé « Simulation versus Narrative : introduction to ludology » (Frasca, 2003) ou encore par Jesper Juul dans le premier numéro de la revue en ligne Game Studies (2001). Rappelons en effet que l’utilisation de notions issues de la narratologie a prévalu lorsqu’il s’agissait de mener les premières recherches sur les jeux vidéo comme forme d’expression fictionnelle, notamment à travers l’ouvrage Hamlet on the Holodeck : The Future of Narrative in Cyberspace de Janet Murray (1997), portant sur les nouvelles formes de fiction à venir. En étant rapproché du cinéma, du théâtre et de la littérature, le jeu vidéo se trouvait alors inclus dans un ensemble plus large lui permettant d’être davantage accepté sur le plan institutionnel.

Publication : Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, essais de S.-Y. Kuroda, traduits de l’anglais par Cassian Braconnier, Tiên Fauconnier et Sylvie Patron, introduction, notes et édition de Sylvie Patron (Paris, Armand Colin, coll. “Recherches”, 2012).

Les six essais qui composent cet ouvrage concernent tous, centralement ou de façon plus marginale, le problème de la narration de fiction, envisagé d’un point de vue linguistique. Ces textes interrogent aussi bien les fondements linguistiques de certaines théories de la narration existantes que la place que pourrait avoir une théorie descriptivement plus adéquate de la narration de fiction dans une théorie générale de l’usage du langage. La plupart des essais ont été écrits et publiés dans la décennie 1970. Ils doivent, bien sûr, être lus et replacés dans leur temps, dans la conjoncture intellectuelle qui leur est propre. On peut néanmoins leur reconnaître une importance fondamentale dans le contexte de la réflexion actuelle.

Ces essais résument et synthétisent la nature et la force de l’œuvre de Kuroda comme une sorte de synecdoque. On y retrouve des idées et des principes que Kuroda partage avec les autres membres de sa communauté de travail et de recherche : l’autonomie et le primat de la syntaxe, le recours aux jugements des locuteurs, l’opposition entre la compétence et la performance linguistiques, le mentalisme ; mais aussi un certain nombre de traits qui contribuent puissamment à son originalité : le primat du japonais, l’intérêt constant pour la sémantique, l’inflexion philosophique de la linguistique, donnée notamment par la philosophie du langage européenne.

S.-Y. Kuroda (1934-2009) a été l’un des plus grands linguistes de sa génération. Il a étudié les mathématiques et la linguistique à l’université de Tokyo (Japon), puis au Massachussetts Institute of Technology (Cambridge, Mass., États-Unis), où il a fait sa thèse sous la direction de Noam Chomsky. Il a été professeur à l’université de Californie à San Diego et a également enseigné en tant que professeur invité à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis dès l’année de sa fondation.

Sylvie Patron est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’université Paris Diderot-Paris 7. Elle est membre du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires de l’UFR de lettres, arts, cinéma (CÉRILAC, Université Paris Diderot) et participe au programme HERMÈS, financé par l’Agence nationale pour la recherche (ANR), qui soutiennent l’un et l’autre la publication de cet ouvrage.

CONTENT

Introduction

  • Les arrière-plans intellectuels des essais de Kuroda
  • Son intérêt pour ce domaine (I) : problèmes de syntaxe japonaise
  • Son intérêt pour ce domaine (II) : problèmes généraux
  • Importance des essais de Kuroda dans le contexte de la réflexion actuelle

Origine des essais

1. Où l’épistémologie, la grammaire et le style se rencontrent : examen d’un exemple japonais

  • Appendice

2. Grammaire et récit

3. Réflexions sur les fondements de la théorie de la narration

  • La théorie communicationnelle de la narration
  • Critiques de la théorie communicationnelle de la narration
  • Vers une autre conception de la narration
  • Une théorie poétique de la narration

4. Quelques réflexions sur les fondements de la théorie de l’usage du langage

5. La théorie des actes de discours reformulée. Pour une théorie de l’usage du langage

6. Étude du « marqueur de topique » wa dans des passages de romans de Tolstoï, Lawrence et Faulkner (en traduction japonaise, évidemment)

http://www.armand-colin.com/livre/398847/pour-une-theorie-poetique-de-la-narration.php