Archives par mot-clé : mythe

Parution : L’oiseau bleu, n°1, “Naître & renaître dans les fictions pour la jeunesse”

Numéro inaugural de la revue L’Oiseau bleu

Dossier thématique : “Naître et renaître dans les fictions pour la jeunesse”

Introduction

Bochra CHARNAY et Thierry CHARNAY, Univ. Lille, EA 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue F-59000 Lille, France

– « Le don et le contre-don des fées à la naissance » : entre tradition et fiction

Thierry CHARNAY Univ. Lille, EA 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue F-59000 Lille, France.

– Le nouveau-né substitué : le changelin entre féeries, mythe et roman pour la jeunesse

Bochra CHARNAY, Univ. Lille, EA 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue F-59000 Lille, France.

– Naissances (dé-) programmées

Esther LASO Y LEÓN, LIJEL (UAM) Université d’Alcalá, Espagne.

– Être – ou n’être pas – fille-mère : choisir et renaître à soi-même dans le roman pour adolescent.e.s

Élodie BOUYGUES, Université de Franche-Comté.

– Noël en scène, de Léon Chancerel à Jean-Louis Foncine

Laurent DÉOM, Univ. Lille, ULR 1061 – ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue, F-59000 Lille, France.

– On ne naît pas héros, on le devient. (Re)naissances du lecteur comme personnage dans les fictions à embranchements

Laurent BOZARD, Haute École de la Province de Liège, Belgique.

– L’Écume de l’aube, la première aventure de Yoko Tsuno ou comment naît un personnage de bande dessinée

Benoît GLAUDE, FNRS – Université catholique de Louvain.

– Naître ailleurs et autrement : Solitaire à l´infini de Josée Plourde

Květuše KUNESOVA, Université de Hradec Králové, République tchèque.

– Quand la peluche s’en mêle – après la guerre, une nouvelle vie

Marcela POUČOVÁ, Université Masaryk, Brno, République tchèque.

– Quand Brisco devient Fenris : mort symbolique et renaissance dans Le Chagrin du roi mort de Jean-Claude Mourlevat

Alizon PERGHER, TELEM, Université de Bordeaux.

Continuer la lecture de Parution : L’oiseau bleu, n°1, “Naître & renaître dans les fictions pour la jeunesse”

Parution : Le roman préhistorique. Essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe (Marc Guillaumie)

Marc Guillaumie, Le roman préhistorique. Essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe, Fedora Éditions, coll. “Détourages”, 2021. 

Par la littérature et les médias, la Préhistoire nourrit notre imaginaire collectif depuis presque deux siècles. Ces “âges farouches” de jadis (ou aujourd’hui cet “âge d’abondance”) hantés par des animaux gigantesques nous semblent maintenant aussi étranges que familiers. Déclinée en films, romans, jeux vidéos, bandes dessinées, cette Préhistoire fantasmée brouille habilement les frontières entre savoirs et imaginaire pour susciter une rêverie du primitif.

De La Guerre du feu à Rahan, de Lamarck aux scénarios pseudo-darwiniens, sexistes ou racistes, des dinosaures à Godzilla et de l’homme-singe à King Kong, Marc Guillaumie analyse ces images et ces récits, leurs forces (et leurs faiblesses), leurs héritages, les conflits qui les traversent, les tensions qui les animent. Dans un panorama richement illustré, il retrace une histoire du genre. Toujours recommencé, cet immense récit a tous les caractères du mythe.

Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

Double journée d’études

Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan 

Universités Toulouse-Jean Jaurès et Caen Normandie

19 novembre 2021 – Mars 2022 [date à préciser pour la seconde journée]

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort1 » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la  littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion.

Les deux hommes, d’ailleurs, ne s’appréciaient guère et n’en faisaient pas mystère. Ils considéraient leurs œuvres respectives avec une admiration distante chez Dumas et une morgue venimeuse, si ce n’est insultante, chez Balzac. Dumas écrit ainsi dans ses Mémoires : « Comme homme je ne le connais pas, et ce que j’en connais ne m’est pas le moins du monde sympathique ; comme talent, sa façon de composer, de créer, de produire est si différente de la mienne que je suis mauvais juge à son endroit » (chap. CCXVII). Balzac n’est pas plus tendre dans sa correspondance avec MmeHanska, lui qui voit dans l’auteur des Trois Mousquetaires « un homme taré, un danseur de corde et pis que cela, un homme sans talent2 » bénéficiant d’un « nom immérité dans la littérature3 ». Continuer la lecture de Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

  1. Jean Tulard, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes», 2008, p. 12 []
  2. Lettre à Mme Hanska de 1836 []
  3. Lettre à Mme Hanska de 1840. []

Publication : La réutilisation des contes, mythes et légendes en fantasy jeunesse, de Eunice Dos Santos Martins

Eunice Dos Santos Martins, La réutilisation des contes, mythes et légendes en fantasy jeunesse, The Book Edition.

La fantasy est un genre profondément anglo-saxon et il s’agit en France d’un phénomène reconnu assez récemment en tant que tel, notamment en littérature de jeunesse. Elle est parvenue à s’imposer en tant que genre littéraire à part entière à la suite du succès du Seigneur des anneaux et de Harry Potter qui a ouvert les portes à de nouveaux auteurs de fantasy jeunesse.

La fantasy est un genre littéraire qui s’inscrit en héritière de la longue tradition des mythes et des contes où l’on ne cesse de raviver les épisodes bibliques (Le Monde de Narnia) ou les mythes arthuriens, (L’Épée dans la pierre). Il ne faut donc pas s’étonner alors de voir la fantasy reprendre de manière plus ou moins explicite les mêmes personnages et les mêmes schémas narratifs. Conformément à l’analyse de Bettelheim sur le conte merveilleux, les œuvres de fantasy ouvrent l’imaginaire de l’enfant vers d’autres horizons : il part en voyage dans un pays mystérieux, accomplit des prouesses, et revient admiré par tous.
La réutilisation des contes, mythes et légendes en fantasy jeunesse est un fait indiscutable. C’est ce que nous avons essayé de démontrer à partir de 4 œuvres de fantasy jeunesse, La Quête d’Ewilan, Prisonnier des Vikings, La Quête de Deltora, La Guerre des fées, auxquelles nous avons appliqué également le schéma quinaire du conte.

Disponible sur le site de The Book Edition : http://www.thebookedition.com/la-reutilisation-des-contes-en-fantasy-eunice-dos-santos-martins-p-92547.html