Archives par mot-clé : musique / music studies

Parution : La propagande par le disque

Jonathan Thomas, La propagande par le disque. Jean-Marie Le Pen, éditeur phonographique, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, “Cas de figures”, 2020. 

Au début des années 1960, alors que l’extrême droite française est en crise, Jean-Marie Le Pen fonde la Serp (Société d’études et de relations publiques). Maison de disque subversive, elle deviendra un agent central de la propagande culturelle du Front national et de son fondateur pendant plus de trente ans.
Par leurs choix de musiques et de documents historiques édités, d’images et de textes de pochette, les disques de la Serp deviennent le relais d’une politique du ressentiment et d’une révision de l’histoire récente. Jonathan Thomas propose une analyse inédite de la mobilisation du disque par l’extrême droite et redécouvre ainsi un pan oublié de l’histoire du disque politique en France.

Jonathan Thomas est membre du CRAL (EHESS/CNRS). De formation musicologique, il s’intéresse à la dimension sonore des pratiques politiques dans une démarche interdisciplinaire.

Parution : La critique musicale au XXe siècle

Timothée Picard (dir.), La critique musicale au XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020

Cet ouvrage est la première synthèse d’envergure consacrée à la critique musicale occidentale au XXe siècle. Il explore la multiplicité des visages que revêt la musique – classique, jazz, rock, chanson, musiques actuelles – et toutes les formes que prend la critique musicale spécialisée ou généraliste. Il passe en revue les principales théories et conceptions de la critique musicale, les acteurs types ainsi que les genres et formes qu’ils pratiquent. Les spécificités propres à tel pays et telle aire culturelle considérés y sont analysées. Apport décisif à l’histoire culturelle du XXe siècle, ce livre s’impose comme une contribution majeure à une réflexion sur le genre et la pratique de la critique en général. Continuer la lecture de Parution : La critique musicale au XXe siècle

Appel à contributions : Enchanted music / Musique enchantée – Nouvelle date limite – 5 février 2021

(English version below)

La Fantasy et la musique ont toujours été étroitement liées à travers l’association de la musique aux pouvoirs créateurs. Ainsi dans l’Ainulindalë de Tolkien, la musique donne naissance au monde, et le mal se manifeste au départ sous la forme d’un thème discordant dans la symphonie que les Ainur composent. Par ailleurs Le Seigneur des Anneaux est entrelacé de chansons et de poèmes, une particularité que l’on retrouve dans les œuvres d’auteurs post-tolkieniens comme Guy Gavriel Kay. Les chansons s’accompagnent souvent de la présence de personnages musiciens qui peuvent rappeler les figures mythologiques d’Orphée, dont la musique charme tous les êtres vivants, ou du barde Taliesin qui aurait été un compagnon de Bran le Béni et aurait fait partie de la cour du roi Arthur. De fait, Taliesin apparaît dans le roman de Fantasy urbaine de Charles de Lint Moonheart. Et les musiciens sont particulièrement représentés, avec les peintres et les écrivains, dans les œuvres de l’auteur canadien, lui-même musicien, qui explore régulièrement les différents visages de la création artistique et de la créativité. De même, dans le roman War for the Oaks d’Emma Bull, la musique constitue un élément à part entière du récit puisque le personnage principal, Eddi, est chanteuse et guitariste de rock tout comme la romancière. D’autres écrivains imaginent des instruments de musique magiques, comme la harpe du Dagda dans La Sève et le Givre de Léa Silhol, ou des personnages féeriques dont les talents de chanteur et de musicien dépassent ce que de simples êtres humains peuvent produire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Enchanted music / Musique enchantée – Nouvelle date limite – 5 février 2021

Arielle Nganso (Université de Limoges)

Arielle NGANSO est actuellement Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’université de Limoges. Elle y prépare également une thèse portant sur les circulations musicales entre la France, l’Afrique centrale et les États-Unis sous la direction de Loic Artiaga et de Till Kuhnle. Elle est membre du laboratoire EHIC (Espaces humains et interactions culturelles) de l’Université de Limoges et fait partie du réseau de chercheurs du projet Transatlantic Cultures qui vise à la réalisation d’un Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique : une encyclopédie numérique éditée en ligne et en quatre langues (anglais, français, portugais, espagnol), destinée à analyser les dynamiques circulatoires dans l’espace atlantique et à comprendre le rôle de ce dernier dans le processus de mondialisation contemporain. Ses principaux champs de recherches portent sur les transferts culturels, l’histoire culturelle de l’Afrique centrale contemporaine, les postcolonial studies, la Francophonie, le patrimoine immatériel africain, la production et la diffusion des musiques urbaines africaines en France, l’identité. Continuer la lecture de Arielle Nganso (Université de Limoges)

Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Maîtresse de conférences HDR à l’Université Complutense de Madrid, Isabelle Marc enseigne la culture française contemporaine et la traduction littéraire. Dans sa recherche, elle s’intéresse aux musiques et aux littératures mainstream, dans leurs rapports à l’esthétique (populaire, élevée, moyenne), à l’identité (nationale, de genre, de race) et aux phénomènes de transculturalité dans le contexte européen (transferts musicaux et diplomatie musicale).

Du point de vue des études culturelles et des études de genre, elle a publié de nombreux travaux sur les auteurs-compositeurs-interprètes (ACI) français et les musiques actuelles en France dans des revues telles que Modern & Contemporary FranceFrench Cultural StudiesBelphégor ou Volume ! La revue des musiques populaires, et aussi sur des écrivaines contemporaines, notamment sur Virginie Despentes. Elle a récemment co-dirigé trois volumes collectifs : The Singer-Songwriter in Europe : Paradigms, Politics and Place (Routledge, 2016) ; Canon et écrits de femmes en France et en Espagne dans l’actualité (2011-2016) (Peter Lang, 2020) et Carmen revisitée/Revisiter Carmen (Peter Lang, 2020). En 2014-2015, elle a obtenu une Leverhulme Research Fellowship pour étudier les transferts musicaux dans leurs rapports aux politiques culturelles publiques à l’université de Leeds (Royaume-Uni), où elle co-dirige l’European Popular Musics Research Group (https://ahc.leeds.ac.uk/centres-groups/doc/european-popular-musics). Elle dirige la revue Thélème. Revista Complutense de Estudios Franceses ainsi que le Groupe de recherches en études littéraires et culturelles et études de genre de l’université Complutense de Madrid.

Elle est actuellement Fellow USIAS à l’Université de Strasbourg pour un projet intitulé « Les divas pop : musiques actuelles, représentations et genre à l’ère numérique en France » : https://www.usias.fr/fellows/fellows-2021/isabelle-marc/

CV complet :

https://www.ucm.es/admin/?pg=133541#

https://ucm.academia.edu/IsabelleMarc

ORCID number: https://orcid.org/0000-0002-2393-5891 Continuer la lecture de Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Marie Gaboriaud (Université de Gênes, Italie)

Marie Gaboriaud est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature des Universités de Paris-Sorbonne, Bonn et Florence (co-diplomation). Elle et actuellement lectrice d’échange à l’Université de Gênes (recherche postdoctorale et enseignement), où elle est également chargée de coopération universitaire pour l’Institut français en Italie.

Sa thèse, menée sous la direction de Didier Alexandre, Michela Landi et Paul Geyer, a été publiée en 2017 sous le titre Une vie de gloire et de souffrance. Le mythe de Beethoven sous la Troisième République. Elle interroge la construction d’un mythe culturel dans l’imaginaire collectif, à travers un corpus musicographique constitué de romans, pièces de théâtre, presse musicale, biographies, littérature de vulgarisation, littérature jeunesse, etc. 

Elle travaille aujourd’hui sur la presse et les biographies musicales, les collections éditoriales de vulgarisation artistique, et plus largement sur la construction des canons culturels dans des corpus “délégitimés”.

Elle coordonne depuis 2018 la rubrique musicale du Magasin du XIXe siècle, dirigé par José-Luis Diaz, ainsi que le site d’informations en études franco-italiennes EFMR, et le carnet Hypothèses lié à ce projet.  Continuer la lecture de Marie Gaboriaud (Université de Gênes, Italie)

Parution : Musique & hacking

“Musique & Hacking”, Volume!, 16 : 1, Sous la direction de Baptiste Bacot et Clément Canonne, 2019

Ce numéro se propose d’examiner quelques-uns des points de contacts entre musique et hacking. Ce mouvement, d’abord étroitement lié à l’émergence des laboratoires de computer science dans les universités américaines, touche aujourd’hui de très nombreuses sphères de l’activité humaine, parfois sans rapport avec les technologies de l’information et de la communication. La musique offre ainsi un espace théorique et pratique permettant de questionner les attributs du hacking et d’en cerner les effets qui s’observent, entre autres, dans les conceptions esthétiques ou organologiques des musiciens, ainsi que dans leurs discours ou leurs modes d’appartenance à des communautés musicales.

URL : https://journals.openedition.org/volume/7135

Notes de la rédaction
Publié avec le concours de l’IRMECCEN (EA 7546), université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

Marie Goupil-Lucas-Fontaine (Université Paris 1)

Doctorante contractuelle en histoire contemporaine

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED113) – Centre d’Histoire du XIXe siècle (EA3550)

Thèse en cours depuis 2016Chanteur « réaliste » : histoire sociale et imaginaire d’une profession (1880-1950) sous la direction de Dominique Kalifa

Thèmes de recherche

Histoire des imaginaires sociaux et culturels, France XIX-XXe siècles

Histoire de la chanson française et des musiques populaires, XIX-XXe siècles

Histoire sociale de la musique (acteurs et espaces de la chanson populaire), XIX-XXe siècles

Histoire du son, XIX-XXe siècles

Histoire des femmes et du genre, XIX-XXe siècles

 Publications

·       Actes de colloques ou journées d’études :

o   édités 

– « Chanteur de genre. Genre artistique et identités professionnelles des artistes lyriques au café-concert (1880-1914) », Page 19, 2018, p. 33-46, publication issue d’une communication donnée le 11 mai 2017  dans le cadre des Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, [en ligne : https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CRHXIX/4goupil.pdf

o   à paraître

– « L’espace de la chanson vécue. Cartographier le Paris “réaliste” », Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, le 26 mai 2018

– « Ringard, mélo et populaire : le goût “pervers” de la chanson réaliste (1950-2000) », Journée d’étude Le mauvais goût : marginalités, ambiguïtés, paradoxes Université de Versailles-Saint-Quentin, le 23 mai 2018

– « Gainsbourg “réaliste”. Influences et réappropriations du genre réaliste chez Gainsbourg », Colloque An international conference on Serge Gainsbourg, Université Sorbonne-Université/IREMUS, le 10 avril 2018

– « La voix : source et objet d’histoire. Introduction » et « Le micro est un maquereau. Le chanteur face au micro, un partenaire particulier (1930-1970) », Rencontres de l’Ecole doctorale d’Histoire, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2 décembre 2017

Parution : Le Zouk

Gérald Désert, Le Zouk, Génèse et représentations sociales d’une musique populaire, Anibwe, 2018.

Image, album “Francky Goes To Pointe​-​à​-​Pitre”, A Tant Rêver Du Roi Records

Qu’est-ce que le zouk ? Si tout un chacun a pu entendre cette musique populaire, même de façon très passive, dans des circonstances d’écoutes diverses, à ce jour, son histoire n’a pas encore fait l’objet d’une réflexion spécifique et systématique ; alors s’interroger sur ce qu’est le zouk ne relève pas d’une lubie personnelle, sans fondement autre que le pathos, mais bien d’un questionnement d’intérêt général
sur la culture musicale dans l’espace local, national et international.

Le zouk, la pensée du zouk, sa représentation dans la réflexion universitaire n’est qu’à ses débuts et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce livre.

Gérald Désert est enseignant de langues, littératures et civilisations hispaniques au CRILLASH-Université des Antilles. Il fut chargé d’enseignement au Centre Universitaire de Mayotte (2015-2016).

Ses recherches portent notamment sur la littérature mexicaine et sur les relations entre musique populaire et littérature (Rubén Blades, le Zouk, etc.).

Journée “La Chanson politique (1780-1830)”

La chanson politique entre deux siècles (1780-1830)

(journée d’étude du CREHS// Les cultures musicales en France // n° 3)

Université d’Artois, Maison de la Recherche, salle R1,

 

le vendredi 13 novembre 2015.

chanson politique

Avant la Révolution, la chanson est déjà une forme d’expression populaire, qui solennise les rites de passage, accompagne le travail aux champs, en atelier ou sur les chantiers, rythme les marches, anime les veillées, les banquets, les fêtes, les bals. La plupart du temps, elle traite d’amour, de vie quotidienne (chansons traditionnelles) ou d’actualité (complaintes, vaudevilles). Traditionnellement, toute manifestation collective s’accompagne de chansons de circonstance en dialecte local. La chanson est donc l’élément d’une culture commune, mais aussi un marqueur identitaire, de métier, de localité, d’âge. La chanson politique est un répertoire spécifique, minoritaire, et pas proprement populaire, au moins au sens de « connu de tous ». Continuer la lecture de Journée “La Chanson politique (1780-1830)”