Archives par mot-clé : musique / music studies

Parution: Stéphane Dorin (dir.) Sound Factory

Stéphane Dorin (dir.)

Sound Factory

Présentation

“D’une révolution à l’autre”. C’est le titre que Jeremy Deller avait choisi pour son exposition au Palais de Tokyo afin de souligner les liens inattendus entre le déclin de l’industrie manufacturière et la naissance de l’industrie musicale.

Les contributions de chercheurs en sciences sociales, réunis ici sous la direction de Stéphane Dorin, et précédées d’un entretien avec Jeremy Deller, prennent toutes au sérieux les musiques populaires, dans leurs dimensions industrielles et commerciales, mais aussi dans leur propension à renouveler les pratiques culturelles, les politiques économiques et les esthétiques.

Révolutionnaires, les musiques le sont donc bel et bien, à la fois par leurs origines lointaines, dans la naissance du capitalisme industriel et commercial au XIXe siècle, et par leur impact, numérique ou non, sur nos manières d’écouter, de voir et de vivre ensemble au début du XXIe siècle. D’une révolution à l’autre, les musiques populaires sont toujours aux avant-postes des transformations sociales à l’œuvre dans les sociétés contemporaines.

Sommaire

  • Stéphane Dorin : Introduction. Musiques populaires et logiques industrielles
  • Jeremy Deller : conversation avec Julien Fronsacq :« J’aime tout ce mélange… »
  • Simon Frith : L’industrialisation de la musique
  • Patrick Mignon : Culture populaire et innovation musicale : les origines industrielles du rock anglais
  • Stéphane Dorin : Deviens une superstar. Démocratie du génie et capitalisme flexible dans la Factory de Warhol
  • Vincent Arquillière : Industrial Music by Industrial People : Factory, le son de l’usine
  • Gérôme Guibert : La notion de scène locale. Pour une approche renouvelée de l’analyse des courants musicaux
  • Philippe Bouquillion : Mutations des industries musicales et actualité des théories des industries culturelles
  • David Hesmondhalgh : La musique et le numérique : au-delà du battage
  • Bibliographie

CFP: The pornographisation of pop culture Deadline: November 15, 2012

Appel à contribution

la pornographisation de la pop culture

Deuxième appel

Notre second numéro élabore une étude à propos de la pornographisation de la pop culture. Cinquante milliards d’euros : c’est le chiffre d’affaires annuel mondial de l’industrie du sexe, soit trois fois plus que celui de l’industrie musicale. Pour la rattraper, l’industrie culturelle lui emprunte son savoir faire et les biens culturels à connotation sexuelle paraissent omniprésents dans la société Occidentale : Des films et des chansons orgiastiques, banalisation et pornographisation de l’offre médiatique, hypersexualisation des jeunes liée à l’imitation du comportement du star system, etc. Mais, quelle est le véritable effet de ce phénomène sur la culture populaire ? Sommes-nous en train de vivre l’anéantissement de nos sens et de notre imagination face à cette surexposition ? Qu’en est-il de notre liberté de fantasmer ?

Avec l’intention de générer un réel dialogue autour de ce phénomène, Artéfact encourage aux artistes et aux amateurs d’art à nous soumettre leurs essais, photos, dessins et autres travaux autour de ce thème. Des sujets libres pourront également enrichir notre site et nos diverses rubriques (ciné, théâtre, danse, expositions, portrait, littérature et musique). Ces textes peuvent être en français et/ou en anglais, la rédaction décidera ou non de les traduire. Pour toute contribution, voir ci-dessous les consignes aux auteurs.

Consignes aux auteurs

Date limite : 15 novembre 2012

Les auteurs doivent soumettre leurs travaux (Inédits) par mail à la rédaction : contact.revue.artefact@gmail.com.

Les propositions prennent les formes suivantes :

  • Recension d’articles : Des textes critiques (en français et/ou en anglais) de 4 000 à 6 000 signes, au format *.rtf ou *.doc,
  • Nouvelles (entre 8 000 et 12 000) et micro-nouvelles ou poèmes (1500 signes maximum), au format *.rtf ou *.doc,
  • Notes de lecture : 5 000 signes maximum, espaces compris, au format *.rtf ou *.doc,
  • Illustrations : photos (*.jpeg) et dessins (jpeg, *.doc) de bonne résolution (300 dpi)

Chaque document soumis comportera :

  1. Une page de titre avec le titre complet, et une présentation des auteurs,
  2. Un résumé de 100 à 200 mots, bilingue si possible.,
  3. Une bibliographie,
  4. Autorisation de reproduction pour toute illustration,

Refus d’un article

Les conditions ci-dessous résument les raisons qui peuvent nous amener à refuser la publication d’un article :

  • Article avec un problème de droit d’auteur
  • Article décrivant des faits faux ou non vérifiables
  • Article confus, peu clair et peu précis
  • Article à caractère diffamatoire
  • Article à caractère pornographique
  • Article incitant à la haine, au racisme, au sexisme, à l’homophobie
  • Article à caractère promotionnel
  • Article à caractère commercial

L’auteur sera avisé par mail du refus ainsi que de son motif.

Colloque international « Culture et contre-culture: genèses, pratiques, conceptualisation »

Colloque international “Culture et contre-culture: genèses, pratiques, conceptualisation”

Du 21 mars 2012 au 23 mars 2012, Université Paris Ouest Nanterre
___

PROGRAMME

MERCREDI 21 MARS

8h00- 8h30 : Accueil des participants

8h30-9h00 : Ouverture

CONFÉRENCES D’INTRODUCTION. D’hier à aujourd’hui : Expériences et analyses de la contre-culture

Présidence: Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld.

9h00 – 09h30 : Laurent DANCHIN, Critique d’art, « La contre-culture à Nanterre : entre Grappin et Benny Lévy »

09h45 – 10h15 : Alice ECHOLS, University of Southern California, « From Hanging Out to Coming Out: The Countercultures of the Long Sixties »

10h30 – 11h00 : David FARBER, Temple University, « Building the Counterculture »

11h15 – 11h30 : Pause café

11h30 – 12h00 : Didier ERIBON, Université de Picardie Jules Verne, « Sociologie et domination »

12h15 – 12h45 : Beth BAILEY, Temple University, « Sex as a Weapon »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

PANEL I. La construction du ‘texte’ contre-culturel

Présidence : Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld

1. La formation d’une référence américaine

14h30 – 14h50 : Stephan ISERNHAGEN, Université de Bielefeld, « Susan Sontag et la contre-culture à Greenwich Village »

14h50 – 15h10 : Sophie DANNENMÜLLER, Université Paris 7, « La publication Semina de Wallace Berman : un trait d’union pour les Beats, beatniks et autres ‘barbares sacrés’ de la Côte Ouest »

2. Les usages de la théorie

15h40 – 16h00 : Matthieu REMY, Université de Nancy 2, « Le jeune Marx, une figure tutélaire de la contre-culture ? »

16h00 – 16h20 : Anna TRESPEUCH-BERTHELOT, Université Paris 1, « La réception de l’Internationale Situationniste : une balise dans l’histoire de la contre-culture »

16h50 – 17h10 : Pause café

3. La presse parallèle et la critique sociale

17h10 – 17h30 : Daniel GORDON, Edge Hill University, « Sans Frontière et la fin des ‘années 68’ en France »

17h30 – 17h50 : Manus McGROGAN, Université de Portsmouth, « TOUT!: A l’interface de l’underground et de la révolution »

JEUDI 22 MARS

PANEL II. Institutions politiques et dynamiques contre-culturelles

Présidence: Anne-Marie PAILHES, Université Paris Ouest Nanterre

1. Les institutions religieuses

9h00 – 9h20 : Catherine DEJEUMONT, Université Paris Ouest Nanterre, « Münster (1534-1535) : exemple précoce de contre-culture ou histoire d’une méprise ? »

9h20 – 9h40 : Vincent SOULAGE, EPHE, « L’Eglise parallèle des chrétiens contestataires des années 68 »

2. Les régimes politiques

10h10 – 10h30 : Nathanel AMAR, Sciences Po – CERI, « La communauté punk en chine : entre réinterprétation d’une contre-culture et dissidence »

10h30 – 10h50 : Federico TARRAGONI, Agrégé de sciences sociales et doctorant contractuel en sociologie (IDHE-Paris 10/CSPRP-Paris 7), « La contre-culture populaire à l’épreuve de l’hégémonie populiste : le peuple des barrios vénézuéliens de la contestation callejera aux Comunas socialistes ».

11h20 – 11h40 : Pause café

3. Les « gauchismes »

11h40 – 12h00 : Silke MENDE, Université de Tübingen, « La naissance des Verts à partir de la contre-culture ? La formation des Verts ouest-allemands dans les années 1970 et ses relations avec le monde alternatif »

12h00 – 12h20 : Michaël ROLLAND, Université de Nancy 2, « Les relations complexes entre la contre-culture et les gauches radicales dans la France des années 1968 »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

PANEL III.  Pratiques alternatives

Présidence : Caroline ROLLAND-DIAMOND, Université Paris Ouest Nanterre

1.  L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

14h30 – 14h50 : Björn LÜCK, Université de Bielefeld, « A la recherche d’une contre-structure :  le quotidien allemand “taz” et l’autogestion »

14h50 – 15h10 : Claus KRÖGER, Université de Bielefeld, “The “Verlag der Autoren” (Publishing House of Authors) as a  counter-institution? »

2. Les formes du « retour à la nature »

15h40 – 16h00 : Eric DOIDY, INRA Dijon, « Reconversions et déplacements de la critique dans la mobilisation pacifiste contemporaine aux Etats-Unis. Ethnographie d’un héritage de la contre-culture des années 1960-1970 »

16h00 – 16h20 : Anahita GRISONI, EHESS, « Sous les pavés, la terre : des mouvements néo-ruraux au marché du bien-être, de la contre-culture à la culture alternative ? »

16h50 – 17h10 : Pause café

3. Les nouveaux enjeux de consommation dans la dynamique capitaliste

17h10 – 17h30 : Benoît LEROUX, Université Paris Est Créteil, « Une contre-culture en agriculture ?  La dynamique agrobiologique face au paradigme productiviste »

17h30 – 17h50 : Jean-Baptiste VELUT, Université Paris Est Marne La Vallée, « ‘Fair trade’, ‘sweatfree’ and ‘carbon neutral’: American consumer action in the age of globalism

VENDREDI 23 MARS

PANEL IV. La transformation des répertoires contestataires

Présidence : Xavier LANDRIN, Université Paris Ouest Nanterre

1.  De nouveaux répertoires contestataires ?

9h00 – 9h20 : William SCHNABEL, Université de Nancy 2,  « Weather Underground : du radicalisme à la révolution »

9h20 – 9h40 : Baptiste COLIN, Université Paris 7, « ‘wat tut du zu tuwat?’  ou l’espace transnational des squatt*eur*euses. Une approche croisée de l’été 1981 à Berlin-Ouest et Paris »

9h40 – 10h00 : Charlotte BOMY, Université Paul Valéry Montpellier 3, « Contre-cultures sur les scènes berlinoises après 1968 : transferts des discours et des pratiques de part et d’autre du Mur »

10h40 – 11h00 : Pause café

2. Usages du genre et identités sexuelles

11h00 – 11h20 : Antoine IDIER, Université Picardie Jules Verne, « ‘Jouons aux élections avec les pédés !’ : Détournement et réappropriation de l’élection par les militants homosexuels français »

11h20 – 11h40 : Sarah KIANI, Université de Berne, « Egalité et restructuration du mouvement des femmes : contre-culture et institutionnalisation (1974-1996) »

12h30 – 14h00 : Déjeuner

PANEL V.  Genèse, labellisation et import-export des contre-cultures musicales

Présidence : Anaïs FLECHET, Université Versailles Saint-Quentin

1. Les labels de la contre-culture musicale

14h00 – 14h20 : Christophe VOILLIOT, Université Paris Ouest Nanterre, « BYG is beautiful ou comment a été labellisée la contre-culture musicale »

14h20 – 14h40 : Romuald JAMET, Université Paris Descartes, « Do It Yourself ! : Du slogan à l’art de vivre. DIY et musique dans les contre-cultures contestataires à Paris et Berlin »

15h10 – 15h30 : Pause café

2. Les trajectoires de la contestation musicale

15h30 – 15h50 : Jean-François HERSENT, Direction générale des Médias et des Industries culturelles – Ministère de la Culture, « Musique rock et contre-culture : dynamique contestataire ou évasion sans conséquence des enragés du larsen »

15h50 – 16h10 : Pierre RABOUD, Université de Lausanne, « Le punk dans les deux Allemagnes, le style comme dynamique contestataire »

16h10 – 16h30 : Harri VEIVO, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, « De la ‘nouvelle poésie’ des férus du jazz à l’underground des rockers subversifs : définitions et auto-définitions des pratiques artistiques expérimentales et contestataires en Finlande dans les années 60 »

17h00 – 17h20 : Pause café

17h20 – 18h00 : CONCLUSIONS DU COLLOQUE : Bernard LACROIX, Université Paris Ouest Nanterre – Institut Universitaire de France

__

COMITÉ SCIENTIFIQUE D’ORGANISATION :

– Ingrid Gilcher-Holtey, Chaire d’Histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Bernard Lacroix, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest – Institut Universitaire de France

– Xavier Landrin, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest Nanterre

– Anne-Marie Pailhès, Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone, Université Paris Ouest Nanterre

– Caroline Rolland-Diamond, Centre de recherches anglophones, Université Paris Ouest Nanterre

INSTITUTIONS ORGANISATRICES ET PARTENARIAT :

– Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), Université Paris Ouest Nanterre

– Centre de recherches anglophones (CREA), Université Paris Ouest Nanterre

– Groupe d’analyse politique (GAP), Université Paris Ouest Nanterre

– Chaire d’histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Institut Universitaire de France

– Institut des Amériques (IdA)

– DAAD – Deutscher Akademischer Austausch Dienst

– Centre d’études littéraires Jean Mourot (CELJM), Université Nancy 2

– Interdisciplinarité dans les études anglophones (IDEA), Université Nancy 2

LIEU : Salle des conférences – Bâtiment B

CONTACT : colloquecontreculture@gmail.com

Parution: Festivals, Raves Parties, Free Parties, Histoire des rencontres musicales actuelles

FESTIVALS, RAVES PARTIES, FREE PARTIES.
Histoire des rencontres musicales actuelles, en France et à l’étranger.

Nicolas BÉNARD (dir.), Festivals, raves parties, free parties. Histoire des
rencontres musicales actuelles, en France et à l’étranger • Camion Blanc • 2012 •
ISBN : 9782357791640• 642 pages • 36 €.
Les éditions Camion blanc publient Festivals, raves parties, free parties. Histoire des rencontres musicales actuelles, en France et à l’étranger, sous la direction de Nicolas Bénard, chercheur associé au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines.
Depuis Woodstock en 1969, le festival correspond à un temps mythique, il est un événement rituel pour les
amateurs de musiques actuelles, et ce quelle que soit la tribu à laquelle ils se rattachent. Lieu de communion
et de convivialité, théâtre de rencontre et d’échange, rite de passage pour intégrer une subculture, il
représente un moment charnière dans la vie de l’homo culturalis.
2.000 rencontres musicales se déroulent chaque année rien que dans l’hexagone. En ce début de XXIe siècle,
le festival est donc un objet culturel essentiel qui méritait enfin une étude pluridisciplinaire. Les 24 textes qui composent ce livre offrent du monde festivalier contemporain un panorama certes non exhaustif, mais suffisamment composite pour entraîner le lecteur dans un voyage par-delà les frontières géographiques et musicales.
Nicolas Bénard est docteur en histoire, chercheur associé auprès du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines). Ses recherches portent sur l’histoire des musiques extrêmes. Il est l’auteur de plusieurs articles et ouvrages sur le sujet, notamment La culture Hard Rock (2008) et Métalorama (2011).

SOMMAIRE
1/ LE FESTIVAL COMME EXPERIENCE
– Charles Calamel, « Une microsociologie du jazz »
– Lisa Diotalevi, « Retour de terrain : Boom festival 2010 »
– Ismaël Ghodbane, « Teknival : apprendre dans l’underground »
– Philippe Gonin, « Un festival à part : Novosonic »
– Roland Labesque, « Pulsations plasticiennes au coeur des free parties »
– Béatrice Mabilon-Bonfils, « Le concert d’un artiste de variétés engagé, Bernard Lavilliers, comme mutation du Politique post-moderne »
– Thierry Morel, « Transformation des villes et des espaces publics lors des festivals »
– Charlotte Poulet, « La pratique locale en partage : un festival de musique traditionnelle irlandaise dans le Donegal »
– Julie Mansion-Vaquié, « Le Reggae Sun Festival : musique et esprit reggae ? »
– Silvina Silva Aras, « La différence fait la fête. Les Fêtes et Festivals dans le quartier parisien de La Goutte d’Or »
– Yvain Von Stebut, « Du collage au mixage : un regard oblique sur la pratique du DJ »

2/ LES MUTATIONS DES RENCONTRES MUSICALES
– Anthony Beauchet, « Drogue et techno : à la croisée des mondes »
– Nicolas Bénard, « Les festivals Hard Rock et Métal en France : histoire d’un rendez-vousmanqué ? »
– Amina Boubia, « Les festivals de musique au Maroc. Fusions artistiques, cultures globales et pratiques locales »
– François Chobeaux, « Interdire, cadrer ou accompagner ? Histoire des présences juvéniles en festivals et des réponses publiques apportées»
– Tamara Dmitrieva, « Les kvartirniki en Russie : phénomène soviétique dans le contexte actuel »
– Laure Ferrand, « Une approche anthropologique des festivals de rock en France et en Europe : une manière alternative de vivre la musique et le rappel d’un Temps mythique »
– Étienne Jardin, « Les premiers festivals de musique à Caen (1844-1877) »
– Nozomi Kondo, « Festivals de rock au Japon »
– Jérémie Kroubo Dagnini, « La genèse de la culture ‘sound system’ jamaïcaine : born ina di ghetto »
– Florian Nigaud, « Le design graphique du festival punk : prélude d’un trouble en Grande-Bretagne (1976-1977) »
– Jean-Philippe Ury-Petesch, « La Thaïlande des festivals : un visage musical du pays du sourire »
– Anne Petiau, « Free parties et teknivals. Dans les marges du marché et de l’état, système de don et de participation »
– Mylenn Zobda-Zebina, « Sound System en Jamaïque, sound system en Martinique, deux réalités bien différentes : histoire, organisation et valeurs »

Contact éditeur : contact@camionblanc.com Tel 03 83 23 04 23