Archives par mot-clé : musique / music studies

Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Nomadland, Chloé Zhao, 2020 – AFP, Searchlight Pictures, Cor Cordium Productions

Colloque international : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités.

Lundi 25 et mardi 26 novembre 2024

Université de Tours

Échéance des propositions : 15 avril 2024

Organisé par Jérémy Michot (Unité de recherche interdisciplinaire Interactions Culturelles et Discursives (ICD) – EA 6297) et Chloé Huvet (EHESS – Centre Maurice Halbwachs)

En juin 2022, Cécile Lacoue présente à Rochefort les résultats d’une enquête intitulée La place des femmes dans l’audiovisuel et le cinéma : vers plus d’égalité ? commandée par le CNC[1]. Largement diffusées et commentées par les sites internet spécialisés dans l’industrie cinématographique[2] ou parmi des collectifs et associations[3], les conclusions générales de ce rapport montrent que la part de femmes dans les différents secteurs des champs audiovisuels et cinématographiques demeure « plus faible dans les entreprise de production et postproduction[4] » (entre 31,7 % et 38,8 %), même si une parité générale semble atteinte. Le volet « Éclairage sur la musique à l’image » du rapport est toutefois bien moins positif : on compte seulement 6,7 % de femmes compositrices dans l’ensemble des projets soutenus par le CNC entre 2012 et 2021[5] – le coût moyen de fabrication des musiques composées par des femmes, précise-t-on, est inférieur de 3,3 % à celles composées par des hommes. Cette étude, menée sur le territoire français, « se vérifie à l’échelle européenne : 9 % de femmes parmi les compositeurs de musiques de films entre 2016 et 2020[6] », conclut Cécile Lacoue. Par ailleurs, la SACEM recense 11 % de compositrices dans le domaine des musiques à l’image en 2022[7], soit une progression très faible qui soulève un certain nombre d’interrogations sur la formation des musicien·nes et leur intégration dans le système de production audiovisuelle dont ce colloque international souhaiterait s’emparer. Continuer la lecture de Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Appel à contributions – prolongé : “Science-fiction sonique et novum sonore” (ReS Futurae n° 25)

Science-fiction sonique et novum sonore

Res Futurae n° 25,  juin 2025

 

Échéance des propositions : PROLONGÉ JUSQU’AU 31 JANVIER

Dirigé par Guillaume Dupetit (Université Gustave Eiffel) et Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre)

Dire que la science-fiction est aussi affaire de sons est à la fois une évidence, un euphémisme et une réalité jusque-là peu explorée dans la recherche, en particulier en français.

Une évidence, premièrement, car malgré des origines littéraires souvent réaffirmées comme preuve de légitimité (Verne et Wells), lesquelles n’ont pas manqué d’ailleurs d’explorer l’exotisme du code oral de langue dans nombre de vocables inventés (« Morlocks » et « Elois » en témoignent), la culture de science-fiction a, dès le début du xxe siècle, constitué des imaginaires sonores via une pléthore de médias dont elle a accompagné le développement et sur lesquels la revue ReS Futurae a déjà donné plusieurs éclairages : le théâtre (n°18), le cinéma (n°17), la radio, la musique, la télévision et les séries (n°19) ou encore les jeux vidéo (n°12) en dessinent une dynamique médiatique complexe et interconnectée, où le son est une pleine composante des référents et des effets science-fictionnels.

Continuer la lecture de Appel à contributions – prolongé : “Science-fiction sonique et novum sonore” (ReS Futurae n° 25)

Journée d’études : Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

15 décembre 2023

Sciences Po, campus St-Thomas / 1 place Saint-Thomas d’Aquin 75007 Paris, salle B.001

Organisé par le CEVIPOF et l’École de recherche de Sciences Po

Programme

  • 8h30-9h accueil et petit déjeuner
9h-11h Panel 1 : “Institutions politiques et pop culture”, animé par Nelly Quemener
  • Djamel Chikh ” La chanson populaire engagée : une politisation alternative” 
  • Antonio Athayde Sauandaj De la relation para-sociale à l’homologie structurale : les usages politiques de la pop culture dans les présidentielles brésiliennes de 2022 thèse portant sur l’instrumentalisation des discours masculinistes dans le cadre de la stratégie de communication politique de Jair Bolsonaro au Brésil.” 
  • Aghiad Ghanem “la politisation des musiques sha’bî en Syrie, des années 2000 à nos jours”
  • Aina Razafimahefa “Au rythme des urnes : le rôle de la musique dans la mobilisation des électeurs à Madagascar” 

Continuer la lecture de Journée d’études : Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

Colloque : Pop after Communism. The Transformation of Popular Culture after 1989/90

15-17 novembre 2023

Flutgraben, Berlin (Allemagne)

Organisé par Jürgen Danyel (ZZF Potsdam)

Les jours 2 et 3 de la conférence se dérouleront en langue anglaise.

PROGRAM

Day 1 (15 Nov. 2023)

18:00  
Book presentation / Buchpräsentation (in German):
Jens Balzer: „No Limit. Die Neunziger – das Jahrzehnt der Freiheit“

Der Journalist Jens Balzer erzählt in seinem im Juni 2023 erschienenen Buch von einem Jahrzehnt, in dem man an die Zukunft glaubte und ans »anything goes« – und in dem doch auch ein neues Zeitalter der Grenzen, der Identitäten und der Kämpfe begann. Er unternimmt einen Streifzug durch die Aufbrüche und Abgründe der Popkulturgeschichte und geht dabei auch auf Aspekte ein, die Gegenstand der Tagung sind.

Die Präsentation des Buches  bildet den Auftakt der Tagung und kann unabhängig von dieser besucht werden.

Day 2 (16 Nov. 2023)

Welcome and Introduction

9:00 – 9:30   
Jürgen Danyel (ZZF Potsdam): Pop in Transition. Perspectives on post-Communist Popular Culture Continuer la lecture de Colloque : Pop after Communism. The Transformation of Popular Culture after 1989/90

Séminaire : Popular culture, politics and identity in Britain

Popular culture, politics and identity in Britain

Octobre 2023 à avril 2024

Université Rennes 2

Organisé par Guillaume Clément (Université Rennes 2/SCELVA) et l’équipe angliciste de Rennes 2

Présentation

In recent years, the study of popular culture has blossomed into a field of study in its own right, at the crossroads of several methodologies (history, political science, literature, sociology, musicology, film studies, and so on). This pluridisciplinary approach will be applied to the analysis of popular culture in the troubled political context that has lately been experienced in Britain and many other parts of the world. While British politics remains, to this day, defined by an increasing sense of polarisation and the influence of populism, not least in the context of the Brexit referendum, it should be interesting to study how British popular culture mirrors and comments upon the state of British society, politics and identity, and whether it portrays it realistically, beyond stereotypes. This seminar aims at providing colleagues from a variety of academic backgrounds (English studies, cultural studies, literature, film studies, history) with a space in which they may showcase their own research. It is hoped that this seminar may also provide doctoral students interested in pursuing research on popular culture in the future with deeper insight into the methodologies that may be applied when considering such a multi-faceted object.

Programme :

– 19 Octobre 2023 (salle L201):
Guillaume Clément – Université de Rennes
“The roots of Brexit in popular culture”

Continuer la lecture de Séminaire : Popular culture, politics and identity in Britain

Parution : “Du disque à l’œuvre / The Recording at Work” (Revue musicale OICRM, vol. 10, n°1)

Revue musicale OICRM, vol. 10, n°1, “Du disque à l’œuvre / The Recording at Work”, 2023.

dirigé par Karine Bouchard et Serge Cardinal

« L’influence du disque, et plus largement des techniques d’enregistrement, d’altération et de diffusion du son, sur les pratiques musicales – composition, interprétation, écoute, analyse – a fait l’objet de nombreuses études poïétiques, esthétiques, sociologiques. Malgré les apparences, le titre stéréophonique de ce numéro n’annonce pas ce genre d’études ; les neuf textes rassemblés ici s’attachent plutôt aux répercussions de ce choc technologique et musical dans des œuvres ou des pratiques appartenant aux arts visuels, au cinéma et aux médias de masse – et, par conséquent, aux réverbérations de ce choc en histoire de l’art, en études cinématographiques, en philosophie ou en histoire culturelle. »

Sommaire

Continuer la lecture de Parution : “Du disque à l’œuvre / The Recording at Work” (Revue musicale OICRM, vol. 10, n°1)

Parution : Sensibles. Une histoire du R&B français (R. Tchokokam)

Rhoda Tchokokam, Sensibles. Une histoire du R&B français, Audimat Éditions, 2023. 

Au début des années 1990, des groupes inspirés du new jack swing états-unien comme N’Groove, Tribal Jam, et les artistes du label Sensitive marquent les premiers pas du R&B français. Avec le succès des Poetic Lover et des refrains du rap français, dont certains des plus connus ont été chantés par des artistes R&B, il s’impose peu à peu dans le paysage. Une série d’excellents premiers albums voit alors le jour (K-Reen, Vibe, Matt Houston ou Wallen) avant qu’une seconde génération ne s’impose au tournant du millénaire, avec les tubes et albums de chanteuses de R&B variété. De leur côté, les médias et la critique ont souvent multiplié les malentendus et les marques de mépris face à ces différents artistes, réduisant leur musique à une version édulcorée du rap, une «revanche des filles de cité», ou en la rejetant comme une importation étrangère. Dans ce premier livre à lui être consacré, Rhoda Tchokokam montre la richesse non seulement d’un R&B en français, mais du R&B français comme genre à part entière.

En s’appuyant sur la parole des principales actrices et acteurs de ce mouvement, Rhoda Tchokokam en propose une histoire culturelle ambitieuse. Sa passion pour les chansons de R&B français croise en permanence l’analyse de leur dimension politique : elle examine aussi bien leur manière d’assumer la sexualité que leurs injonctions à la pudeur, les stratégies de formatage commercial que l’affirmation d’une sororité noire dans les clips.

 

Appel à contributions : Rap queer francophone : formes et enjeux (CY Université)

Appel à contributions pour une journée d’étude : Rap queer francophone : formes et enjeux

14 avril 2023, CY Cergy Paris Université

Échéance des propositions : 7 janvier 2023

Le rap est un genre réputé misogyne, qui met souvent à l’honneur des hommes performant une forme de masculinité hégémonique. Pourtant, de nombreux travaux universitaires se sont attelés à l’analyse de ces performances de genre, pour montrer principalement la façon dont les rappeuses se font une place dans ce milieu (Djavadzadeh, 2021 ;  Ghio, 2020 ;  Bertot, 2019, Bettina Ghio). D’autres ont aussi pu montrer que les masculinités du rap sont variées et largement construites par un discours extérieur et racialisant (Dalibert, 2018).

Cependant, depuis quelques années un certain nombre de rappeurs et rappeuses semblent sortir, dans un même mouvement, de la binarité de genre et d’un discours opposant féminisme  et misogynie, pour se revendiquer du queer. Au Etats-Unis d’abord, avec par exemple Princess Nokia, Mikky Blanco, Big Freedia, Zebra Katz, Youg M.A., Tylor the creator, Lil Nas X ou Franck Ocean ; puis en France, avec entre autres Lalla Rami, Turtle white, Shany Da Flava, Illustre, Lala &ce ou Nyoko Bokbae.

Il s’agira d’étudier la façon dont ce rap, qui se revendique comme queer, invente de nouvelles formes, sur le plan visuel (clip), musical, textuel ; on pourra par exemple étudier la façon dont les clips de ces artistes font de la performance de genre un espace ludique et coloré d’expression de soi ; étudier la place qu’occupe, ou pas, la dénonciation des discriminations de genre : on pourra à ce sujet montrer que certain.es conservent un discours de dénonciation explicite (Illustre, « Type Chelou »), quand d’autres font du clip un espace non conflictuel dans lequel l’expression de soi se fait librement ; on pourra s’attacher à analyser une possible correspondance entre la performance de la non-binarité des artistes, dans les clip, et leur musique : Lala &ce et Nyoko Bokbae font ainsi le choix du « cloud rap », sous-catégorie du rap caractérisé par un tempo assez lent et une instrumentation aérienne, ainsi que des paroles volontiers absurdes ou décousues. Se jouerait alors une esthétique ambiguë et ludique, loin du militantisme féministe et explicite d’autres rappeuses (Chilla, Sale chienne ; Meryl et Rachelle Allison Ma Petite).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Rap queer francophone : formes et enjeux (CY Université)

Appel à contributions : “Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées” (université de Perpignan via Domitia)

[English below]

Colloque international : Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées

16, 17, 18 novembre 2023

Université de Perpignan via Domitia

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Organisé par Florent Favard (université de Lorraine, CREM), Aurélie Huz (université Paris-Nanterre, CSLF) et Jérémy Michot (université de Perpignan Via Domitia, CRESEM)

Appel à communications

« You said memories become stories when we forget them. Maybe some of them become songs. »

(Clara Oswald, « Hell Bent », Dr Who, s09e12)

Musique et son, séries TV, genres de l’imaginaire : trois axes plus ou moins dynamiques mais indéniablement actuels de la recherche sur les cultures médiatiques, qui les a fréquemment croisés en duo plutôt qu’en trio. 

Ainsi, depuis la fin des années 2000, de nombreux ouvrages, articles et colloques ont été consacrés à l’étude des musiques de séries télévisées, qu’elles soient originales ou préexistantes, instrumentales ou chantées, diégétiques ou non diégétiques, comme en attestent les monographies de Jon Burlingame (1996), Ron Rodman (2010) et Janet K. Halfyard (2014) ou les collectifs de James Deaville (2011) et K. J. Donnelly et Philip Hayward (2013). Pleinement inscrites dans le domaine musicologique, ces recherches peinent néanmoins à trouver une place dans le champ universitaire francophone – le colloque pionnier Musiques de séries télévisées, tenu à Nantes en 2013, n’ayant pas été suivi d’un mouvement d’ampleur – tandis que, par contraste, les television et series studies connaissent un essor important dans la recherche en français. Les perspectives théoriques, fondées sur une narratologie renouvelée, des questions esthétiques ou de réception (Benassi, 2000 et 2020, Sépulchre 2017, Goudmand 2018, Favard 2019) côtoient les travaux sur les séries à succès (Star Trek, Game of Thrones), notamment dans les fan studies (Bourdaa 2015), et certaines réflexions plus spécifiquement consacrées aux séries des genres dits de l’imaginaire, fantasy et science-fiction en premier lieu, dont l’importance médiatique actuelle est indéniable (Favard 2018, Machinal 2020, Breton 2023).

De nombreux travaux ont aussi traité de la productivité sonore de ces genres de l’imaginaire. Toutefois, si les fictions audiovisuelles en constituent le terrain d’étude privilégié (davantage que la chanson ou la radio), les séries y sont largement minoritaires et le cinéma s’y taille la part du lion. En témoigne le riche corpus anglophone sur la musique et le sound design du cinéma de science-fiction (Hayward 2004, Whittington 2007, Bartkowiak 2010, Reddell 2018) : les perspectives génériques s’y articulent à l’histoire des techniques et des pratiques médiatiques – au profit toutefois du deuxième point (comprendre le son et la musique au cinéma) et souvent aux dépens du premier (comprendre le son et la musique dans la science-fiction au cinéma), tant s’est imposée l’idée (problématique) que la science-fiction constituerait « naturellement », par son type de monde, le terrain d’étude par excellence des innovations sonores au cinéma.

C’est pour combler ces lacunes et creuser des perspectives nouvelles que ce colloque choisit donc de partir plutôt d’un problème à trois corps : musique et son, série télévisée et genres de l’imaginaire y composent un trio de coordonnées dont il s’agit d’interroger les rapports mutuels à égalité, en prenant au sérieux les problématiques, les théories et les méthodes que chacun de ces objets a cristallisées autour de lui.

On cherchera ainsi à atteindre trois objectifs scientifiques complémentaires.

Premièrement, l’analyse musicologique et sonore nourrira une réflexion sur la poétique télésériale de l’imaginaire. Les dimensions matérielles, technologiques, sémiotiques, narratologiques, fictionnelles, culturelles et historiques composent en effet à la fois la réalité mouvante et « molle » de ces genres (Letourneux 2017 et 2022) et les procédés récurrents de leurs effets de sens. Comment les contraintes de production, les techniques de diffusion, les modes de consommation et la logique des formats des séries TV interagissent-ils avec la poétique sonore des œuvres rattachées à l’imaginaire ? Comment ces paramètres informent-ils l’écoute et la production de significations (fictionnelles, narratives, émotionnelles, idéologiques, etc.) associées au sonore ? Largement étudiés pour le texte littéraire (Saint-Gelais 1999, Langlet 2006, Besson 2015) et en moindre part pour l’image (Huz 2018), la construction de référents nouveaux (novums), le processus d’estrangement (Suvin 2016) ou d’étrangéification (Spiegel 2022) – entre émerveillement et distance critique – et la mise en place d’une xéno-encyclopédie imaginaire (Saint-Gelais 1999) dont les règles sont soit en rupture avec le réel, soit extrapolées rationnellement à partir de lui soit même incertaines, doivent encore être systématiquement explorés pour ce qui est de leurs leviers sonores et musicaux, qui trouvent dans les séries TV un espace de création très fertile. Il s’agira de réévaluer la poétique des genres à l’aune de la pluralité médiatique de leurs objets et de la diversité perceptive et sémiotique impliquée (Huz 2022).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées” (université de Perpignan via Domitia)

Appel à contributions : EUPOP 2023 The Darkness Within (University of Stirling, Scotland)

Call for Papers:  EUPOP 2023 The Darkness Within

University of Stirling, Scotland, July 3rd – 5th, 2023

Deadline: 17th March, 2023

Individual paper and panel contributions are welcomed for the tenth annual international conference of the European Popular Culture Association (EPCA), to be held at University of Stirling, Scotland, July 3rd – 5th, 2023.

With the overarching theme of The Darkness Within, EUPOP 2023 will explore European popular culture in all its various forms. This includes, but is by no means limited to, the following topics: European Film (past and present), Television, Music, Costume and Performance, Celebrity, The Body, Fashion, New Media, Popular Literature and Graphic Novels, Queer Studies, Sport, Curation, Digital Culture, the idea of European identity and its relation to popular culture. A special emphasis, this year, will be on topics such as crime fiction, true crime, film and television.

Papers and Complete Panels for all strands will be subject to peer review. Proposals for individual presentations must not exceed 20 minutes in length, and those for panels limited to 90 minutes. In the latter case, please provide a short description of the panel along with individual abstracts. Poster presentations and video projections are also warmly welcomed.

There will be opportunities for networking and publishing within the EPCA. Presenters at EUPOP 2023 will be encouraged to develop their papers for publication in a number of Intellect journals, including the EPCA’s Journal of European Popular Culture. Journal editors will be working closely with strand convenors – a full list of Intellect journals is available at: http://www.intellectbooks.com

Proposals comprising a 300-word abstract, your full name, affiliation, and contact details (as a Word-file attachment, not a PDF) should be submitted to Dr Jacky Collins (eupop2023@gmail.com) by 17th March, 2023. Receipt of proposals will be acknowledged via e-mail. The conference draft program will be announced in May 2023, along with the conference registration and accommodation details. The likely conference fee will be 150 euros (student), and 200 euros (other). The fee includes coffees, lunches, evening reception and dinner, and EPCA Membership (includes one sample issue European Journal of Popular Culture, Intellect Press). For details of conference fee payment, please contact Kari Kallioniemi, kakallio@utu.fi

The keynote speakers will be announced in early 2023.

Continuer la lecture de Appel à contributions : EUPOP 2023 The Darkness Within (University of Stirling, Scotland)