Archives par mot-clé : musique / music studies

Parution : Réseaux n°223, Médias et racialisation

Réseaux, 2020/5 (n°223) : Médias et racialisation

coordonné par Frank Rebillard

Si le printemps 2020 aura bien sûr été marqué par la pandémie de coronavirus, il aura aussi été traversé sur le plan politique et médiatique par des images de protestations contre les violences policières, doublées de dénonciation du racisme. Depuis les rassemblements Black Lives Matter et les émeutes suivant la mort de George Floyd aux États-Unis, jusqu’aux manifestations du comité La vérité pour Adama en France, sur les écrans de télévision comme sur les plateformes de réseaux sociaux, des expressions telles que « racisme d’État », « privilège blanc », et plus largement celles de « racisation » ou « racialisation », ont pris une place jusqu’ici inédite dans l’espace public.
Depuis une vingtaine d’année déjà, ces notions et concepts, produits de l’univers académique mais bien souvent dans des zones de contact avec les mondes de l’activisme et du militantisme, connaissent de fait un emploi croissant par les sciences sociales. Parce que la « question raciale » constitue ainsi une entrée de plus en plus fréquente pour penser la société, la revue Réseaux a précisément souhaité consacrer un dossier à sa mobilisation pour analyser les médias.
Les articles réunis dans ce dossier, en mettant à jour des représentations médiatiques contribuant à altériser certains individus ou groupes sociaux en raison de leurs supposées origines communes ou mêmes couleurs de peau, prolongent ici des travaux qui, autrefois consacrés à l’image des « immigrés » ou des habitants des « banlieues », n’avaient pas abordé de façon aussi frontale les processus de racialisation. Et ils ouvrent également des voies encore plus originales pour la recherche française, en comparaison notamment de traditions plus établies aux États-Unis. Car ces différents articles, en explorant les modalités de production et les positionnements professionnels, au sein des entreprises de médias et plus largement des secteurs d’activité concernés, aident à mieux comprendre comment des biais racialisants peuvent être véhiculés – ou contrecarrés – par les médias.

Continuer la lecture de Parution : Réseaux n°223, Médias et racialisation

Appel à contributions : Argot(s) et chanson(s) Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Argot(s) et chanson(s). Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Budapest, 17-19 juin 2021

Les auteurs-compositeurs et interprètes de la chanson française et francophone ont souvent eu recours à des variétés périphériques du langage pour exprimer leurs pensées et ont ainsi souvent joué un rôle éminent dans la diffusion de l’argot, du langage populaire, etc., auprès du grand public. À partir du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, des chanteurs tels que Bruant, Fréhel, Perret, Renaud, etc., puis des rappeurs et slameurs de IAM ou Grand Corps Malade à Moha la Squale ou Vîrus, ont marqué la scène musicale par des chansons dont les paroles sont émaillées de variétés argotiques. Revendications, aspirations, affirmations identitaires ainsi que positionnements idéologiques et politiques peuvent expliquer – parmi d’autres motifs et raisons – que, dans de nombreuses chansons, les auteurs emploient, et souvent à dessein, des variétés de langue non standard. 

Dans la lignée de plusieurs colloques sur les variétés et la littérature périphériques voire argotiques, organisés à l’Université ELTE de Budapest (« L’argot : un universel du langage ? », en 2005, « Parlures argotiques et pratiques sportives et corporelles », en 2014, « Langue(s) et littérature des cités », en 2017, et « Comment traduire les variétés périphériques ? De l’argot traditionnel au français contemporain des cités », en 2019), ce colloque a pour but de réunir des spécialistes intéressés par les questions relatives à la mise en musique de variétés périphériques, dans le domaine de la chanson, du rock, du rap, du hip-hop ou du slam, qu’il s’agisse de variétés du français ou d’autres langues, de variétés anciennes ou contemporaines, afin de permettre des échanges et d’aboutir à une réflexion commune. Continuer la lecture de Appel à contributions : Argot(s) et chanson(s) Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Journée d’étude : La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

26 novembre 2020  

Maison de La Conversation, 10-12 rue Maurice Grimaud 75018 Paris

Responsables de la journée : Monique Blanquer, Luc Robène et Solveig Serre

Cette trente-troisième journée d’étude, en partenariat avec Radio Nova, Les Inrockuptibles, La Maison de la Conversation et l’INA, s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France, 1976-2016), soutenu par le CNRS et l’ANR.

Le punk est-il soluble dans la radio ? La radio en tant que média s’est-elle nourrie du punk au point d’en adopter l’éthique, les pratiques ? Quels liens peut-on identifier pour accréditer l’hypothèse d’une symbiose entre punk et cultures radiophoniques ? 

Par les lois du 9 novembre 1981, puis du 29 juillet 1982, le pouvoir politique ouvre les ondes et permet aux Français de créer des radios dites « libres », à condition de se constituer en association et de ne tirer aucun bénéfice de la publicité. La radio qui n’apparaissait jusqu’alors que comme le reflet d’une culture commerciale ou « mainstream », articulée à un monopole d’État ou, a contrario, comme une forme de transgression jouissive inscrite dans l’interdit et l’impertinence des « radios pirates » (Radio Caroline au large des eaux territoriales, Radio Campus en France), devient immédiatement une pratique largement partagée dans le pays : dès les premiers mois, ce sont des centaines de radios libres qui émergent dans l’hexagone, déployant des trésors de débrouillardise pour offrir de nouvelles voies d’expression face à « l’ordre médiarchique ». Cette énergie créatrice et ce bricolage radiophoniques entrent en résonance avec les développements de la scène punk, l’invention de réseaux de diffusion (groupes et concerts de rock), la création de labels indépendants et de fanzines. Si la plupart des radios libres n’ont qu’une existence éphémère, rapidement noyées dans la dynamique commerciale de la bande passante FM, ou carrément interdites par la puissance publique (Radio Carbonne 14 est interdite d’antenne en août 1983), un certain nombre de structures historiques perpétuent depuis leur origine une forme de résistance contre-culturelle (Radio FMR à Toulouse, La clef des Ondes à Bordeaux, PunK à Poitiers, Radio Béton à Tours, etc.). D’autres stations comme radio Nova créée en 1981 par Jean-François Bizot, alors patron d’Actuel, ont tracé leur route en capitalisant l’énergie contre-culturelle des années « pirates » (Radio verte, Radio Ivre, station Nova-Ivre) pour penser des lendemains radiophoniques innovants en imaginant et déclinant des contenus susceptibles d’intégrer l’imagination, l’inédit, les regards décalés. D’autres enfin, comme la radio pirate de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, liées à des contextes et des conjonctures singulières, appellent une réflexion plus spécifique encore, invitant à mesurer finement l’apport, le rôle et la place, des 102 émissions radiophoniques à tendance punk répertoriées aujourd’hui en France.

C’est à cette créativité, à cette résistance radiophonique et aux archives et témoignages de la contre-culture des ondes que s’intéresse cette journée d’étude, ainsi que, de manière plus large, à la mise en onde du punk.

Les propositions de communications (un titre, dix lignes d’intention) seront envoyées avant le 5 novembre 2020 aux adresses suivantes : solveig.serre@gmail.com ; luc.robene@u-bordeaux.fr.

Parution : La propagande par le disque

Jonathan Thomas, La propagande par le disque. Jean-Marie Le Pen, éditeur phonographique, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « Cas de figures », 2020. 

Au début des années 1960, alors que l’extrême droite française est en crise, Jean-Marie Le Pen fonde la Serp (Société d’études et de relations publiques). Maison de disque subversive, elle deviendra un agent central de la propagande culturelle du Front national et de son fondateur pendant plus de trente ans.
Par leurs choix de musiques et de documents historiques édités, d’images et de textes de pochette, les disques de la Serp deviennent le relais d’une politique du ressentiment et d’une révision de l’histoire récente. Jonathan Thomas propose une analyse inédite de la mobilisation du disque par l’extrême droite et redécouvre ainsi un pan oublié de l’histoire du disque politique en France.

Jonathan Thomas est membre du CRAL (EHESS/CNRS). De formation musicologique, il s’intéresse à la dimension sonore des pratiques politiques dans une démarche interdisciplinaire.

Parution : La critique musicale au XXe siècle

Timothée Picard (dir.), La critique musicale au XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020

Cet ouvrage est la première synthèse d’envergure consacrée à la critique musicale occidentale au XXe siècle. Il explore la multiplicité des visages que revêt la musique – classique, jazz, rock, chanson, musiques actuelles – et toutes les formes que prend la critique musicale spécialisée ou généraliste. Il passe en revue les principales théories et conceptions de la critique musicale, les acteurs types ainsi que les genres et formes qu’ils pratiquent. Les spécificités propres à tel pays et telle aire culturelle considérés y sont analysées. Apport décisif à l’histoire culturelle du XXe siècle, ce livre s’impose comme une contribution majeure à une réflexion sur le genre et la pratique de la critique en général. Continuer la lecture de Parution : La critique musicale au XXe siècle

Appel à contributions : Enchanted music / Musique enchantée

(English version below)

La Fantasy et la musique ont toujours été étroitement liées à travers l’association de la musique aux pouvoirs créateurs. Ainsi dans l’Ainulindalë de Tolkien, la musique donne naissance au monde, et le mal se manifeste au départ sous la forme d’un thème discordant dans la symphonie que les Ainur composent. Par ailleurs Le Seigneur des Anneaux est entrelacé de chansons et de poèmes, une particularité que l’on retrouve dans les œuvres d’auteurs post-tolkieniens comme Guy Gavriel Kay. Les chansons s’accompagnent souvent de la présence de personnages musiciens qui peuvent rappeler les figures mythologiques d’Orphée, dont la musique charme tous les êtres vivants, ou du barde Taliesin qui aurait été un compagnon de Bran le Béni et aurait fait partie de la cour du roi Arthur. De fait, Taliesin apparaît dans le roman de Fantasy urbaine de Charles de Lint Moonheart. Et les musiciens sont particulièrement représentés, avec les peintres et les écrivains, dans les œuvres de l’auteur canadien, lui-même musicien, qui explore régulièrement les différents visages de la création artistique et de la créativité. De même, dans le roman War for the Oaks d’Emma Bull, la musique constitue un élément à part entière du récit puisque le personnage principal, Eddi, est chanteuse et guitariste de rock tout comme la romancière. D’autres écrivains imaginent des instruments de musique magiques, comme la harpe du Dagda dans La Sève et le Givre de Léa Silhol, ou des personnages féeriques dont les talents de chanteur et de musicien dépassent ce que de simples êtres humains peuvent produire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Enchanted music / Musique enchantée

Arielle Nganso (Université de Limoges)

Arielle NGANSO est actuellement Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’université de Limoges. Elle y prépare également une thèse portant sur les circulations musicales entre la France, l’Afrique centrale et les États-Unis sous la direction de Loic Artiaga et de Till Kuhnle. Elle est membre du laboratoire EHIC (Espaces humains et interactions culturelles) de l’Université de Limoges et fait partie du réseau de chercheurs du projet Transatlantic Cultures qui vise à la réalisation d’un Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique : une encyclopédie numérique éditée en ligne et en quatre langues (anglais, français, portugais, espagnol), destinée à analyser les dynamiques circulatoires dans l’espace atlantique et à comprendre le rôle de ce dernier dans le processus de mondialisation contemporain. Ses principaux champs de recherches portent sur les transferts culturels, l’histoire culturelle de l’Afrique centrale contemporaine, les postcolonial studies, la Francophonie, le patrimoine immatériel africain, la production et la diffusion des musiques urbaines africaines en France, l’identité. Continuer la lecture de Arielle Nganso (Université de Limoges)

Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Isabelle Marc est maîtresse de conférences en Études françaises, habilitée à diriger des recherches, à l’Université Complutense de Madrid, où elle enseigne la culture française contemporaine et la traduction littéraire.

Elle travaille sur les musiques populaires et la littérature middlebrow en France et en Europe, notamment sur les questions liées à la construction des identités (nationales, de genre…) et aux rapports entre l’esthétique populaire et élevée. Elle s’intéresse aussi aux phénomènes transcuturels et à la diplomatie culturelle et musicale.

Elle dirige la revue Thélème. Revista Complutense de Estudios Franceses. Elle est membre de l’IASPM et co-dirige l’European Popular Musics Research Group à l’Université de Leeds.  

CV complet :

https://www.ucm.es/admin/?pg=133541#

https://ucm.academia.edu/IsabelleMarc

ORCID number: https://orcid.org/0000-0002-2393-5891 Continuer la lecture de Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Marie Gaboriaud (Université de Gênes, Italie)

Marie Gaboriaud est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature des Universités de Paris-Sorbonne, Bonn et Florence (co-diplomation). Elle et actuellement lectrice d’échange à l’Université de Gênes (recherche postdoctorale et enseignement), où elle est également chargée de coopération universitaire pour l’Institut français en Italie.

Sa thèse, menée sous la direction de Didier Alexandre, Michela Landi et Paul Geyer, a été publiée en 2017 sous le titre Une vie de gloire et de souffrance. Le mythe de Beethoven sous la Troisième République. Elle interroge la construction d’un mythe culturel dans l’imaginaire collectif, à travers un corpus musicographique constitué de romans, pièces de théâtre, presse musicale, biographies, littérature de vulgarisation, littérature jeunesse, etc. 

Elle travaille aujourd’hui sur la presse et les biographies musicales, les collections éditoriales de vulgarisation artistique, et plus largement sur la construction des canons culturels dans des corpus “délégitimés”.

Elle coordonne depuis 2018 la rubrique musicale du Magasin du XIXe siècle, dirigé par José-Luis Diaz, ainsi que le site d’informations en études franco-italiennes EFMR, et le carnet Hypothèses lié à ce projet.  Continuer la lecture de Marie Gaboriaud (Université de Gênes, Italie)

Parution : Musique & hacking

« Musique & Hacking », Volume!, 16 : 1, Sous la direction de Baptiste Bacot et Clément Canonne, 2019

Ce numéro se propose d’examiner quelques-uns des points de contacts entre musique et hacking. Ce mouvement, d’abord étroitement lié à l’émergence des laboratoires de computer science dans les universités américaines, touche aujourd’hui de très nombreuses sphères de l’activité humaine, parfois sans rapport avec les technologies de l’information et de la communication. La musique offre ainsi un espace théorique et pratique permettant de questionner les attributs du hacking et d’en cerner les effets qui s’observent, entre autres, dans les conceptions esthétiques ou organologiques des musiciens, ainsi que dans leurs discours ou leurs modes d’appartenance à des communautés musicales.

URL : https://journals.openedition.org/volume/7135

Notes de la rédaction
Publié avec le concours de l’IRMECCEN (EA 7546), université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.