Archives par mot-clé : musique / music studies

Parution : Sex Revolts. Rock’n’roll, genre & rébellion (Simon Reynaud, Joy Press)

Simon Reynaud, Joy Press, Sex revolts. Rock’n’roll, genre & rébellion, La Découverte, 2021.

Iggy Pop a déclaré un jour, à propos des femmes : « Aussi intimes qu’on puisse devenir, je les laisserai toujours tomber. C’est de là que vient ma musique. » Cette férocité masculine, cette répulsion vis-à-vis du féminin, c’est le rock’n’roll à son paroxysme. Que l’on songe aux hymnes machistes des Rolling Stones, au punk et sa glorification de l’abject, ou au culte que Can et Brian Eno vouent à la Terre Mère, la rébellion rock masculine s’est souvent ancrée dans un imaginaire où les femmes étaient sinon absentes, du moins allégoriques ou reléguées à l’arrière-plan.
Sex revolts est le premier ouvrage à faire l’analyse des multiples « misogynies rebelles ». Depuis les premiers rockeurs jusqu’au gangsta rap, en passant par le jazz, le psychédélique, le glam et le postpunk, il dresse un impressionnant panorama de la culture et des artistes rock dans leurs relations au « féminin ». Parallèlement aux généalogies d’une contre-culture qui, depuis les années 1960, s’est attachée à déconstruire certaines formes de masculinité tout en demeurant profondément misogyne, Sex revolts retrace aussi l’histoire de la rébellion des femmes dans le rock ; celle de musiciennes qui, telles Patti Smith, Siouxsie Sioux ou Courtney Love, ont dû composer avec cet héritage majoritairement masculin pour créer leur propre répertoire et libérer leur propre énergie.

Simon Reynolds est un critique musical anglais parmi les plus influents de sa génération. Plusieurs de ses livres ont été traduits en français, notamment Rétromania (Le Mot et le Reste, 2012) et Le Choc du glam (Éditions Audimat, 2020).

Journaliste et éditrice étatsunienne, Joy Press est notamment l’autrice de Stealing the Show : How Women Are Revolutionizing Television (Faber & Faber, 2018).

Appel à contributions : Le music-hall après le music-hall (Sorbonne nouvelle)

Le music-hall après le music-hall

7-9 mars 2022

6e colloque de l’UFR Arts & Médias, Sorbonne Nouvelle

Échéance des propositions : 15 octobre 2022

L’objectif de ce colloque est de resituer le music-hall comme une des matrices du spectacle de divertissement, sur une période large, allant de ses préfigurations au XIXe siècle à ses avatars les plus contemporains, et ce dans le contexte français. Il se propose ainsi d’étudier les spectacles contemporains et la notion même de spectaculaire en les mettant en perspective avec les formules ou formats du music- hall tel qu’il s’est épanoui à Paris entre la Belle Epoque et la Seconde Guerre Mondiale : revues, attractions, tours de chant, opérettes, variétés, numéros de nu… Que reste-t-il du music-hall dans les émissions de variétés de la télévision française des premiers temps ou dans les shows télévisés des années 1970, dans les films à chansons ou musicaux du passé ou d’aujourd’hui, dans les chansons chorégraphiées, les comédies musicales et les scénographies à grand spectacle de certains concerts de variété, de rock ou de pop des dernières décennies, dans les clips depuis les années 1980, dans les spectacles contemporains de salles de « cabaret » toujours prospères de nos jours (Moulin Rouge, Lido, Paradis Latin, Crazy Horse… – et les très nombreux cabarets qui fleurissent en région), dans les pratiques spectaculaires et festives largement underground de ces dernières années (néo-burlesque, drag, soirées « cabaret ») ? Et quels rôles ont joués les grands orchestres de jazz, la chanson rive gauche ou le cabaret rive droite dans l’évolution de la formule spectaculaire du music-hall en France ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le music-hall après le music-hall (Sorbonne nouvelle)

Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Journée d’études : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs

Université de Caen (Laslar), Université de Rouen (CÉRÉdI)

24-25 juin 2021

https://webconf.unicaen.fr/b/dsi-r9t-xrz-kln

PROGRAMME

24 juin (Université de Caen) – Salle des actes de la MRSH

Matin

9h 30 Introduction (J. Anselmini, V. Vignaux)

10 h Conférence inaugurale

Lifranum (L. Perticoz, L. Feugère, J.-P Fewou-N’Gouloure), « Migration de la critique littéraire en régime numérique : des blogs à Youtube »

Session 1 (modérateur : V. Rivron) – Nouveaux périmètres critiques

11 h Samantha Caretti, « Critique d’amateurs, critique d’éclairés ? Pratiques critiques des sociétés d’amis d’écrivains sur le web »

11 h 25 Elisabeth Viain, « La critique de théâtre contemporain sur le web – Entre professionnels et amateurs, entre recensions bienveillantes et polémiques désordonnées : un espace fourre-tout ou fécond et libérateur ? »

Continuer la lecture de Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Marion Brachet (EHESS)

marion.brachet@ehess.fr

Marion Brachet (Dax, 1996) est doctorante en musicologie à l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) et à l’Université Laval (Québec, Canada). Elle a travaillé de 2019 à 2021 comme chargée d’enseignement à l’EHESS dans le master Arts, Littératures, Langages. Après avoir soutenu en 2018 un mémoire de master sur les récits dans le rock progressif, elle travaille maintenant à une thèse de doctorat portant sur les récits des musiques rock et folk des années 1960 à 1980. Elle cherche à comprendre ce que racontent respectivement les chansons rock et folk, comment les récits y sont mis en musique, mais aussi comment ils sont perçus par les auditeurs et dans quelle mesure ils participent à la définition des traditions rock et folk.

Doctorante en cotutelle : EHESS, ED 286, mention « Musique, histoire, société »

Université Laval (Québec, Canada), département de Musicologie

Directeurs de thèse : Esteban Buch (EHESS) et Serge Lacasse (ULaval)

Sujet de thèse : La narrativité dans les musiques populaires : enjeux génériques et politiques des musiques rock et folk des années 1960 aux années 1980

Centres de recherche : CRAL (EHESS) / OICRM-ULaval

Mémoire de master : « Les récits dans le rock progressif. Approches croisées en narratologie et musicologie », sous la direction de Marc Chemillier. Master Arts et Langages, EHESS, soutenu en 2018. https://www.academia.edu/39159191/Les_r%C3%A9cits_dans_le_rock_progressif_Approches_crois%C3%A9es_en_narratologie_et_musicologie

Continuer la lecture de Marion Brachet (EHESS)

Parution: Fantasy Art and Studies n° 10, « Enchanted Music / Musique enchantée »

Fantasy Art and Studies, n° 10, « Enchanted Music / Musique enchantée », édité par les Têtes Imaginaires

Consultable en ligne sur : https://fr.calameo.com/read/004997431dea58cd4769f

Résumé

Fantasy et musique sont étroitement liés à travers l’association de la musique aux pouvoirs créateurs.
Les auteurs et les chercheurs du 10e numéro de Fantasy Art and Studies explorent le lien privilégié entre musique et Fantasy, de la musique créatrice d’univers à la musique qui sauve et qui transforme, en passant par les rapports entre création musicale et inspiration littéraire.
Un numéro superbement illustré par GaëlleC., Hélène Gauthier, Guillaume Labrude, Maïwenn-Iman Le Garff, Antoine Pelloux, Emmanuelle Ramberg et Véronique Thill, et comprenant un nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude.

Fantasy and music are closely linked through the association of music with creative powers.
The authors and researchers of the 10th issue of Fantasy Art and Studies explore the special link between music and fantasy, from world-building music to saving and transforming music, and the relationship between musical creation and creative writing.
A beautifully illustrated issue by GaëlleC., Hélène Gauthier, Guillaume Labrude, Maïwenn-Iman Le Garff, Antoine Pelloux, Emmanuelle Ramberg and Véronique Thill, including a new chapter of Guillaume Labrude’s comics.

Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Trap, Collectif, préface Guillaume Heuguet, Éditions Audimat et Éditions Divergentes, 2021. 

La trap est autant célébrée que stigmatisée et criminalisée. Elle évoque le rap obsessionnel d’artistes comme T.I., Young Jeezy, Gucci Mane, Young Thug ou Future, les planques d’Atlanta et la prison, aussi bien que les trilles de caisses claires devenues incontournables dans les tubes de Miley Cyrus ou Ariana Grande. La trap est ainsi passée d’une tendance propre aux scènes rap à un répertoire de techniques et d’affects qui aimantent aujourd’hui des artistes de musique pop ou électronique du monde entier.

Ce recueil a été élaboré en allant chercher les personnes qui avaient déjà écrit sur ce genre musical, cette sensibilité, ces scènes tels qu’ils s’étaient cristallisés dans le rap depuis le début des années 2000. Si elle ne suit pour l’heure que certaines de ses manifestations entre les Etats-Unis et l’Europe – laissant de côté nombre de voix et de pays, y compris le nôtre – elle rassemble des essais critiques qui enrichissent notre expérience d’amateurs de rap en s’intéressant à ses conditions d’émergence et de circulation, aux vies incarnées ou mises en scènes dans ses productions, ou au quotidien des artistes.

Continuer la lecture de Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Parution : Volume ! n° 18-1 – Back to work

Volume ! n° 18-1 – Back to work

Numéro consacré à la musique comme travail.

Étudier la musique, c’est aussi étudier la manière dont les gens travaillent dans la musique, en particulier pour ceux qui n’accèdent pas à la célébrité et au parcours qu’on peut qualifier d’artisanal. Aujourd’hui, les acquis de la sociologie impliquent de prendre au sérieux, au-delà des travaux sur le numérique, les dimensions les plus laborieuse, matérielle, économique, de pratiques certes « artistiques » mais qui ne s’inscrivent pas moins dans un marché de l’emploi très inégalitaire. Les six articles de ce dossier sont issus d’interventions réalisées dans le cadre du réseau de recherche international Working in Music. Les auteurs, venant de différents pays d’Europe (Grèce, Suisse, Grande-Bretagne, France), mobilisent des terrains variés mais aussi, de plus en plus, un corpus commun de références, montrant là tout le dynamisme et la robustesse des recherches contemporaines sur le travail musical.

Volume ! La revue des musiques populaires est une revue semestrielle à comité de lecture, fondée en 2002 par Samuel Etienne, Gérôme Guibert et Marie-Pierre Bonniol. La revue offre un espace autonome aux chercheurs souhaitant développer des recherches spécifiques consacrées à l’étude pluridisciplinaire des musiques populaires, en croisant les apports méthodologiques et théoriques français (musicologie, ethnomusicologie, sociologie de la culture, histoire culturelle etc.) avec ceux des « cultural » et « popular music studies ». La revue a été publiée sous le titre Copyright Volume ! de 2001 à 2008.
Volume ! est publié par les éditions Mélanie Seteun, une structure associative montée en 1998 par Samuel Etienne et Gérôme Guibert, alors deux doctorants désireux de publier des « réflexions sérieuses sur les musiques populaires », généralement peu investies par la recherche universitaire, ou du moins avec l’attention habituellement accordée à d’autres produits de la culture considérés comme plus légitimes.

Equipe de rédaction : Catherine Guesde, Gérôme Guibert, Emmanuel Parent, Dario Rudy, Matthieu Saladin, Jedediah Sklower.

Journée d’études : La presse musicale (1980-2020)

Journée d’études : La presse musicale (1980-2020)

27 mai 2021, 9h-19h

Campus Condorcet, Centre de colloques, Auditorium 150

Cette journée d’étude est organisée par le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS) de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et le Laboratoire de Sciences de l’Information et de la Communication (LabSic) de l’Université Sorbonne Paris Nord.

Programme

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA JOURNÉE : VÉRONIQUE SERVAT ET CLAIRE BLANDIN (9H30)

LA PRESSE MUSICALE ENTRE RENOUVELLEMENT DES DISCOURS ET DES SUPPORTS 

Animation : Gérôme Guibert (9h45)

  • La presse musicale professionnelle consacrée au rap 1989-2005 (B. Sy Valade) 

  • 1986. Un état du discours musical européen. Les titres de la presse musicale française et britannique au mitan des années 80 à travers les fonds de la Médiathèque musicale de Paris (L. Bichler, D. Poncet)

  • Ibant obscuri… De la noirceur dans un univers pailleté : le cas d’Obsküre. (Samuel Etienne) (S. Etienne, E. Hennequin)

  • Le fanzine, organe de presse et outil de développement de la presse alternative à partir des fonds de la fanzinothèque de Poitiers (Guillaume Gouardes)

Continuer la lecture de Journée d’études : La presse musicale (1980-2020)

Parution : Le charme du microphone (T. Bocquet)

Thelma Bocquet, Le Charme du microphone. Métamorphoses de la chanson dans la France des années 1930, UGA Éditions, 2021

Présentation

Le microphone est un exhausteur de son. Il permet à l’artiste, non pas de chanter plus fort, mais de baisser la voix. Il rend audible un chuchotement dans une grande salle de spectacle. Cet art de l’amplification sonore, encore balbutiant en France dans les années 1930, transforme radicalement le paysage musical et les codes de la performance vocale.

Quelques chanteuses et chanteurs d’avant-garde essaient d’apprivoiser le potentiel de l’instrument, tout comme les crooners américains une décennie plus tôt.Ils ajustent pour cela leur manière de chanter, tentent de répondre aux exigences de la technique par de subtiles adaptations. Souffle, gestuelle, diction, déplacements et expressions du visage se réinventent.
À la croisée de lectures socio-techniques, artistiques et historiques, ce livre propose d’explorer la façon dont le microphone et le corps de l’interprète se rencontrent, ouvrant ainsi la voie à la diversification musicale de la seconde moitié du XXe siècle.

Auteure

Diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales, titulaire d’une licence en ingénierie et aujourd’hui professeure de chant, Thelma Bocquet offre un regard unique à l’intersection des arts, des sciences et des lettres.

Parution : Modulations. Dans la guerre froide – la révolte et son double. Rock, soul, reggae et autres musiques (collectif)

Modulations. Dans la guerre froide – la révolte et son double. Rock, soul, reggae et autres musiques, ouvrage collectif, traduit de l’anglais par Pauline Bruchet et Benjamin Fau, Allia, 2021. 

“En intégrant dans leur musique les bruits de la ville, en trafiquant le cœur de leurs machines, en plongeant tête la première dans des univers mystérieux, en réactivant des rituels oubliés et en s’imaginant de nouvelles identités, ces musiciens se sont ouverts à l’idée que la machine, supposée nous déshumaniser, peut très bien, en réalité, nous rendre plus humains.”

Si vous cherchez un point commun entre Daft Punk et Karlheinz Stockhausen, Giorgio Moroder et Aphex Twin, Public Enemy et Brian Eno, n’allez pas plus loin : ils font tous partie de la plus grande aventure musicale de la fin du XXe siècle (et du début de ce siècle), celle des musiques électroniques. Du futurisme italien jusqu’aux travaux de déconstruction sonore des musiciens de house ou de downtempo, depuis les montages de bandes magnétiques des précurseurs de la musique concrète jusqu’à l’extrémisme brutal du gabber et la douceur ouatée de l’ambiant, en passant par les fulgurances des pionniers de la musique hip-hop et les visions électro-funk des inventeurs de la techno de Detroit, Modulations est la première histoire raisonnée de ces musiques publiée en France. Chaque chapitre, rédigé par un spécialiste, à la fois amoureux sonique et critique érudit, couvre une période de leur développement ou une branche de leur activité créative. Des annexes complètent le panorama en s’attardant sur les sous-genres les plus importants et les styles connexes, tandis que des transcriptions d’interviews donnent la parole aux acteurs eux-mêmes. S’adressant au néophyte autant qu’à l’amateur éclairé, Modulations offre au lecteur les clefs pour comprendre le texte et le contexte d’une musique qui a révolutionné notre approche tant de la composition que de l’écoute musicale, en réconciliant avant-garde et grand public.

Sommaire