Archives par mot-clé : musique

Parution : Le corps en fête dans la bande dessinée

Frédéric Chauvaud et Denis Mellier (dirs.), Le corps en fête dans la bande dessinée, Presses Universitaires de Rennes, « Essais », 2024.

La fête peut être l’occasion d’une expérience singulière pour les corps dessinés. Elle est surtout une expérience collective où s’assemblent familles et groupes, amis et voisins, tribus et foules. Nul doute que les bals, les défilés, les manifestations, les concerts, les festivals, les cérémonies qui marquent les âges de la vie, ou encore les matchs de boxe, de basket ou de football sont autant de circonstances qui permettent de saisir la puissance expressive des corps. En effet, les rituels, les costumes, les accessoires, les lieux et les parcours, les poses et les comportements, ordonnés ou débridés, sont autant d’occasions d’observer les liens qui unissent les personnages selon les époques et les genres de la bande dessinée. La silhouette, que Georges Vigarello a étudiée, n’est pas la même au XIXe et au XXe siècle et elle se retrouve dans les récits graphiques qui traversent les imaginaires et les cultures. Continuer la lecture de Parution : Le corps en fête dans la bande dessinée

Parution : Littératures francophones et musiques de l’Atlantique noir

Sylvie Brodziak et Marion Coste (dirs), Littératures francophones et musiques de l’Atlantique noir, Presses Universitaires de Vincennes, « Littérature Hors Frontière », 2024.

Lire avec les oreilles et les pieds, tel est le défi relevé par Littératures francophones et musiques de l’Atlantique noir qui analyse les formes et les rythmes d’écritures artistiques issues de l’expérience commune de la domination occidentale.

Ancrés dans l’oralité, les écrits de cet espace océanique se nourrissent de la musique dans son ardente diversité : jazz, biguine, reggae, funk, soul, blues, rumba, rap puisent dans l’histoire et les mémoires de la colonisation et de l’esclavage pour faire chanter et danser la langue. A partir d’un corpus classique et contemporain, allant de Batouala de René Maran à l’Afrotrap, les chercheuses et les chercheurs analysent  formes et rythmes, et font des  littératures francophones un art vivant.

Continuer la lecture de Parution : Littératures francophones et musiques de l’Atlantique noir

Séminaire LPCM – séance 9, jeudi 4 avril 2024, 16H-18H30 : Penser le rap (Université Paris Cité / en ligne)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”, vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Séance 8 – Jeudi 4 avril 2024, 16h-18h30 : Penser le rap

Présentation de la séance : Quelles approches méthodologiques permettent de penser le rap comme un objet d’étude dans le cadre d’une thèse ? Quels sont les enjeux soulevés par ce genre musical ? les trois participants, qui préparent des thèses sur le rap depuis des méthodologies variées, présenteront leurs travaux en cours. 

Lieu : Université Paris Cité, Campus des Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris. Salle 578F (Halle aux farines).

À distance :  en ligne sur Zoom

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Interventions

  • Léonard Rembert (Montpellier 3) : « Textuellement parlant » : enjeux et limites d’une approche poétique du rap français
  • Juliette Hubert (Université Polytechnique Hauts-de-France) : Proportion et rôle de la rupture dans le flow de la trap francophone actuelle
  • Hector Jenni (Sorbonne Nouvelle) : Auto(socio)biographie, autoethnographie, autofiction : politique du récit de soi chez Booba

Répondante : Virginie Brinker (Université de Bourgogne)

Continuer la lecture de Séminaire LPCM – séance 9, jeudi 4 avril 2024, 16H-18H30 : Penser le rap (Université Paris Cité / en ligne)

Appel à communications : Urgence climatique : quand les cultures populaires crient au réveil écologique (La Rochelle)

Urgence climatique : quand les cultures populaires crient au réveil écologique (La Rochelle)

La Rochelle Université

Date d’échéance : 19 avril 2024

Texte de l’appel :

C’est principalement le XIXe siècle, et les profonds changements technologiques, sociaux et économiques dus à la seconde révolution industrielle, qui vont poser les bases de ce qui deviendra le mouvement environnementaliste dont différentes branches se développeront à partir des années 1960. Parallèlement, les cultures populaires produisent des œuvres de fiction où les auteurs interrogent la préservation de l’environnement et questionnent les conséquences de nos modes de vie sur la planète. Ainsi sont publiés des récits qui mettent en exergue les conséquences désastreuses que les sociétés humaines peuvent avoir sur les écosystèmes, imaginant aussi des modes de vie alternatifs. Le roman de Frank Herbert, Dune, 1965, est un exemple très connu et représentatif de récit de science-fiction qui traite de l’impact ravageur de l’exploitation des ressources naturelles et prône la préservation des écosystèmes, mais il n’est pas le seul. Continuer la lecture de Appel à communications : Urgence climatique : quand les cultures populaires crient au réveil écologique (La Rochelle)

Appel à contributions – prolongé : “Science-fiction sonique et novum sonore” (ReS Futurae n° 25)

Science-fiction sonique et novum sonore

Res Futurae n° 25,  juin 2025

 

Échéance des propositions : PROLONGÉ JUSQU’AU 31 JANVIER

Dirigé par Guillaume Dupetit (Université Gustave Eiffel) et Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre)

Dire que la science-fiction est aussi affaire de sons est à la fois une évidence, un euphémisme et une réalité jusque-là peu explorée dans la recherche, en particulier en français.

Une évidence, premièrement, car malgré des origines littéraires souvent réaffirmées comme preuve de légitimité (Verne et Wells), lesquelles n’ont pas manqué d’ailleurs d’explorer l’exotisme du code oral de langue dans nombre de vocables inventés (« Morlocks » et « Elois » en témoignent), la culture de science-fiction a, dès le début du xxe siècle, constitué des imaginaires sonores via une pléthore de médias dont elle a accompagné le développement et sur lesquels la revue ReS Futurae a déjà donné plusieurs éclairages : le théâtre (n°18), le cinéma (n°17), la radio, la musique, la télévision et les séries (n°19) ou encore les jeux vidéo (n°12) en dessinent une dynamique médiatique complexe et interconnectée, où le son est une pleine composante des référents et des effets science-fictionnels.

Continuer la lecture de Appel à contributions – prolongé : “Science-fiction sonique et novum sonore” (ReS Futurae n° 25)

Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore

Science-fiction sonique et novum sonore

Res Futurae n° 25,  juin 2025

 

Échéance des propositions : 15 janvier 2024

Dirigé par Guillaume Dupetit (Université Gustave Eiffel) et Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre)

Dire que la science-fiction est aussi affaire de sons est à la fois une évidence, un euphémisme et une réalité jusque-là peu explorée dans la recherche, en particulier en français.

Une évidence, premièrement, car malgré des origines littéraires souvent réaffirmées comme preuve de légitimité (Verne et Wells), lesquelles n’ont pas manqué d’ailleurs d’explorer l’exotisme du code oral de langue dans nombre de vocables inventés (« Morlocks » et « Elois » en témoignent), la culture de science-fiction a, dès le début du xxe siècle, constitué des imaginaires sonores via une pléthore de médias dont elle a accompagné le développement et sur lesquels la revue ReS Futurae a déjà donné plusieurs éclairages : le théâtre (n°18), le cinéma (n°17), la radio, la musique, la télévision et les séries (n°19) ou encore les jeux vidéo (n°12) en dessinent une dynamique médiatique complexe et interconnectée, où le son est une pleine composante des référents et des effets science-fictionnels.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore

Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore (revue Res Futurae)

Science-fiction sonique et novum sonore

Revue Res Futurae, dossier n°25, juin 2025

 

Date d’échéance : 15 janvier 2024

Responsables du dossier : Guillaume Dupetit (Université Gustave Eiffel) et Aurélie Huz (Université Paris Nanterre).

Texte de l’appel :

Dire que la science-fiction est aussi affaire de sons est à la fois une évidence, un euphémisme et une réalité jusque-là peu explorée dans la recherche, en particulier en français.

Une évidence, premièrement, car malgré des origines littéraires souvent réaffirmées comme preuvede légitimité (Verne et Wells), lesquelles n’ont pas manqué d’ailleurs d’explorer l’exotisme du code oral de langue dans nombre de vocables inventés (« Morlocks » et « Elois » en témoignent), la culture de science-fiction a, dès le début du XXe siècle, constitué des imaginaires sonores via une pléthore de médias dont elle a accompagné le développement et sur lesquels la revue ReS Futurae a déjà donné plusieurs éclairages : le théâtre (n°18), le cinéma (n°17), la radio, la musique, la télévision et les séries (n°19) ou encore les jeux vidéo (n°12) en dessinent une dynamique médiatique complexe et interconnectée, où le son est une pleine composante des référents et des effets science-fictionnels. Continuer la lecture de Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore (revue Res Futurae)

PARUTION : L’Oiseau Bleu, n° 5 : Famille et parenté dans les fictions pour la jeunesse : troubles, instabilités et mutations”

L'Oiseau Bleu, n° 5 : L’Oiseau Bleu, n° 5 : “Famille et parenté dans les fictions pour la jeunesse : troubles, instabilités et mutations“, sous la direction de Bochra et Thierry Charnay, octobre 2023

« Les normes de conduite, les valeurs positives ou négatives attachées, dans toutes les sociétés, aux diverses positions de parenté sont le socle sur lequel sont élaborées les figures du père idéal, de la fille modèle, du cousin (croisé) exemplaire et leurs contreparties négatives : la mère indigne, le fils ingrat, l’oncle maternel qui a renié ses devoirs vis-à-vis de ses neveux. Un pas de plus, et l’on se retrouve dans un conte de fées ou au cœur de la Bible, dans ce passage par exemple où Caïn, dévoré de jalousie, tue son frère Abel, le fils obéissant et donc l’enfant préféré de son père ».

Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté, Flammarion, Champs essais, 2010 (2004), p. 306.

Lire en ligne…

Sommaire 

Sylvain BREHM (Université du Québec à Montréal, Canada)
De la cellule à la constellation familiale. On est tous fait de molécules ou l’utopie de la famille élective.

Samuel CHAMPAGNE (Université du Québec, Trois Rivières, Canada) Influences de la famille sur la construction identitaire des protagonistes en littérature à thématique homosexuelle destinée aux adolescents. Continuer la lecture de PARUTION : L’Oiseau Bleu, n° 5 : Famille et parenté dans les fictions pour la jeunesse : troubles, instabilités et mutations”

Appel à contributions : Entre mise en texte de la musique et mise en musique du texte (revue ATeM n°9-1)

Entre mise en texte de la musique et mise en musique du texte

Revue ATeM N°9,1 (Janvier 2025)

Date d’échéance : 30 juin 2024

Éds. Agnetta, Marco / Fuchs, Gerhild / Mathis-Moser, Ursula /
Mertz-Baumgartner, Birgit / Messner, Monika

Texte de l’appel

Musik zur Sprache gebracht – La musique mise en langage. C’est ainsi que s’intitule un volume publié en 1984 par Carl Dahlhaus et Michael Zimmermann, contenant des textes sur l’esthétique musicale de trois siècles, qui montre (entre autres) que la musique incite depuis toujours – en dépit du topos de l’indicibilité – à la réflexion au moyen du langage. À l’inverse, les textes constituent également, à travers toutes les époques, une base riche pour les compositions musicales, que ce soit dans la mise en musique ou dans la mise en forme musicale de narrations initialement verbales (par exemple dans ce que l’on appelle la ‹ musique à programme ›). De telles pratiques légitiment le renversement créatif du titre cité : le langage – mis en musique. Ces transferts et médiations entre langage et musique, qu’ils soient artistiques ou méta-réflexifs, seront au centre du cahier thématique n°9,1 (janv. 2025) d’ATeM. La simple combinaison d’un texte et d’une musique (et d’une interprétation) – comme elle caractérise la chanson – n’est pas au centre de l’intérêt. Continuer la lecture de Appel à contributions : Entre mise en texte de la musique et mise en musique du texte (revue ATeM n°9-1)

Appel à communications : Du cadre à la bordure. Arts plastiques, musique et cinéma (Lyon)

Du cadre à la bordure. Arts plastiques, musique et cinéma 

11 et 12 juin 2024

Université Lyon 2

Date d’échéance : 15 décembre 2023

Colloque organisé par les laboratoires Passages Arts & littératures – XX-XXI (Université Lumière Lyon 2) et ECLLA (Université Jean Monnet Saint-Étienne)

Texte de l’appel

Il semblerait que le cadre, « sorte de bordure dans laquelle on place un tableau, une photographie, un bas-relief… bref, une œuvre à deux dimensions […][1] » soit la condition de l’existence de l’œuvre d’art picturale. Plus que d’être un moyen de protection, le cadre isole l’œuvre « de l’immense nature[2] » selon les mots de Baudelaire, « ménage une transition entre l’œuvre et son entourage quotidien[3] » et assure la présence d’une « fiction » du dedans, par opposition à la réalité de dehors (selon Jacques Morizot et Roger Pouivet[4]). Le cinéma possède son propre cadre – premièrement imposé par l’écran – ainsi que l’a largement étudié Gilles Deleuze, et fait décliner le mot en termes techniques : « cadrer », « cadrage », qui exposent les choix de l’artiste de faire entrer tel ou tel élément dans son périmètre, selon des esthétiques spécifiques. Continuer la lecture de Appel à communications : Du cadre à la bordure. Arts plastiques, musique et cinéma (Lyon)