Archives par mot-clé : music industries

Parution : Living Metal. Metal Scenes around the World (dir. B. Bardine, J. Stueart)

Bryan Bardine et Jerome Stueart (dir.), Living Metal. Metal Scenes around the World, Intellect Books, 2022. 

This is the first study of its kind, focusing exclusively on scenes throughout the world; it makes an important contribution to metal studies.

Metal Scenes around the World is a collection of thirteen chapters that examine metal scenes from smaller communities like Dayton, Ohio in the USA, to entire countries, such as Estonia. The goal of the book is to expand the research on metal scenes.

This is the only book produced on metal scenes to date, and it will lead the way to more research in this new area of metal studies. The strongest element of the book is its international focus, with chapters from such diverse settings as post-apartheid South Africa, Graz, Nantes, Brazil and Turkey. The chapters are detailed, richly embedded in local histories and contexts, and provide important analyses of their respective scenes.

Foreword from Henkka Seppälä, former bassist with the Finnish metal band Children Of Bodom.

Primary readership will be composed of fans and scholars of metal music, and those in the fields of anthropology, musicology and history. The diversity of the chapters connects metal to other disciplines in the music field and the book is likely to have appeal more widely to anyone who likes music.

Bryan Bardine is associate professor of English at the University of Dayton, where he teaches courses in metal studies, composition, pedagogy, and American and Gothic literature.

Jerome Stueart is assistant professor of English (Creative Writing) at Thomas More University, and is a freelance writer, editor, and artist living in Northern Kentucky. His writing has been nominated for a number of awards, including the World Fantasy Award.

Appel à contributions : Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap (Université Paris Cité )

Colloque international : Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap 

18 et 19 novembre 2022, Université Paris Cité (Grands Moulins)

Échéance des propositions : 1er juin 2022

English below

Les MCs renvoient souvent à leurs propres performances vocales par le terme de « flow », qui désigne la façon dont elles ou ils articulent et font sonner la langue. Cette notion entrecroise des questions de rythme musical, de cadence prosodique, d’accentuation, de timbre et de hauteur vocale, autant que d’autorité et de subjectivation. Il s’y joue donc une association spécifique du verbal et du vocal qui, parce qu’elle ne s’embarrasse pas d’une correspondance clairement mesurable entre le langage musical et le langage verbal, permet des nuances et des effets subtils. Il nous semble que l’étude du flow permettrait de penser l’association musicale et verbale au sein de l’art de la ou du MC, à condition de nous donner les moyens de mobiliser des outils d’analyse aussi bien littéraires (thématiques, prosodiques) que musicaux, de rythme, de timbre ou de hauteur. C’est à une réflexion sur les outils d’analyse nécessaires à l’étude du flow que nous souhaitons nous consacrer, en évitant le double piège d’un réductionnisme technique et d’un impressionnisme métaphorique.

Une première piste serait d’abord d’écouter les discours des MC, souvent prolixes quant aux qualités de leur flow et/ou de leur voix, notamment dans les morceaux de type egotrip. Il s’agirait alors de comprendre quelles sont les caractéristiques sonores mises en évidence, et de se demander s’il apparaît là un système de valeurs esthétiques partagé. Très souvent, en contrepoint de « mon flow », il y a « leur flow », celui des rivaux et rivales, qui n’est pas à la hauteur, qui manque de souplesse ou d’originalité… Il pourrait également être intéressant de se tourner vers le monde des fans et autres « rap nerds » qui participent également, au fil de longues discussions sur des médiums variés (forums en ligne, chaînes youtube, podcasts), à la constitution d’un consensus toujours temporaire et partiel autour de ce qui fait un bon flow, de quel type de flow est « frais » ou au contraire totalement dépassé.

Une seconde piste de réflexion pourrait proposer des études de cas, et ce à deux échelles : celle de l’individu, dont le flow est la signature vocale, et celle du groupe défini de diverses manières (régional, générationnel, genré, par sous-genre rapologique). On peut se proposer d’analyser le flow d’un ou d’une rappeur.se. Il s’agirait peut-être, dans un premier temps, d’isoler les différents caractères du flow, c’est-à-dire de proposer des analyses rythmiques, qui confronteraient accents prosodiques et accents musicaux du beat ou s’attacherait à analyser les variations rythmiques du flow dans un même morceau (accélérations, ralentissements, ruptures), ou des analyses de voix, et notamment des variations de timbres ou hauteurs proposées par certain.es rappeur.ses. Ces différentes caractéristiques sonores pourraient être mises en relation avec les postures énonciatives variées. Ce travail associerait les méthodes mises au point par des musicologues depuis quelques années (Adams 2008, 2009, 2015, Condit-Schultz 2016, Duinker 2019-2020, Komaniecki 2017, 2020, Migliore 2020, Ohriner 2016, 2019) avec l’étude du contenu verbal et de l’ethos construit en discours.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap (Université Paris Cité )

Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances

Sous la direction de Magali Nachtergael

“Considérer le rap dans le sillage croisé de la performance poétique et de la tradition orale simplifie immédiatement le lien entre études littéraires et cette forme littéraire contemporaine populaire. Cependant le rap, véritable art total, embrasse des problématiques liées à ses diverses modalités de performance – orale, rythmée, visuelle, sociale – mais aussi à l’histoire de la poésie en tant que création expérimentale et socioculturelle. Les contributions émanent de chercheurs et chercheuses internationaux (Belgique, Cameroun, États-Unis, Grande-Bretagne, France, Haïti, Québec, Sénégal) et le volume aborde des productions rappées francophones et anglophones selon une perspective à la fois globalisée et située. Partant du point de vue des études littéraires, il considère les dimensions rythmique, visuelle et sociopolitique de cette performance poétique plurimédiale.”

Continuer la lecture de Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Trap, Collectif, préface Guillaume Heuguet, Éditions Audimat et Éditions Divergentes, 2021. 

La trap est autant célébrée que stigmatisée et criminalisée. Elle évoque le rap obsessionnel d’artistes comme T.I., Young Jeezy, Gucci Mane, Young Thug ou Future, les planques d’Atlanta et la prison, aussi bien que les trilles de caisses claires devenues incontournables dans les tubes de Miley Cyrus ou Ariana Grande. La trap est ainsi passée d’une tendance propre aux scènes rap à un répertoire de techniques et d’affects qui aimantent aujourd’hui des artistes de musique pop ou électronique du monde entier.

Ce recueil a été élaboré en allant chercher les personnes qui avaient déjà écrit sur ce genre musical, cette sensibilité, ces scènes tels qu’ils s’étaient cristallisés dans le rap depuis le début des années 2000. Si elle ne suit pour l’heure que certaines de ses manifestations entre les Etats-Unis et l’Europe – laissant de côté nombre de voix et de pays, y compris le nôtre – elle rassemble des essais critiques qui enrichissent notre expérience d’amateurs de rap en s’intéressant à ses conditions d’émergence et de circulation, aux vies incarnées ou mises en scènes dans ses productions, ou au quotidien des artistes.

Continuer la lecture de Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Parution : Volume ! n° 18-1 – Back to work

Volume ! n° 18-1 – Back to work

Numéro consacré à la musique comme travail.

Étudier la musique, c’est aussi étudier la manière dont les gens travaillent dans la musique, en particulier pour ceux qui n’accèdent pas à la célébrité et au parcours qu’on peut qualifier d’artisanal. Aujourd’hui, les acquis de la sociologie impliquent de prendre au sérieux, au-delà des travaux sur le numérique, les dimensions les plus laborieuse, matérielle, économique, de pratiques certes « artistiques » mais qui ne s’inscrivent pas moins dans un marché de l’emploi très inégalitaire. Les six articles de ce dossier sont issus d’interventions réalisées dans le cadre du réseau de recherche international Working in Music. Les auteurs, venant de différents pays d’Europe (Grèce, Suisse, Grande-Bretagne, France), mobilisent des terrains variés mais aussi, de plus en plus, un corpus commun de références, montrant là tout le dynamisme et la robustesse des recherches contemporaines sur le travail musical.

Volume ! La revue des musiques populaires est une revue semestrielle à comité de lecture, fondée en 2002 par Samuel Etienne, Gérôme Guibert et Marie-Pierre Bonniol. La revue offre un espace autonome aux chercheurs souhaitant développer des recherches spécifiques consacrées à l’étude pluridisciplinaire des musiques populaires, en croisant les apports méthodologiques et théoriques français (musicologie, ethnomusicologie, sociologie de la culture, histoire culturelle etc.) avec ceux des « cultural » et « popular music studies ». La revue a été publiée sous le titre Copyright Volume ! de 2001 à 2008.
Volume ! est publié par les éditions Mélanie Seteun, une structure associative montée en 1998 par Samuel Etienne et Gérôme Guibert, alors deux doctorants désireux de publier des « réflexions sérieuses sur les musiques populaires », généralement peu investies par la recherche universitaire, ou du moins avec l’attention habituellement accordée à d’autres produits de la culture considérés comme plus légitimes.

Equipe de rédaction : Catherine Guesde, Gérôme Guibert, Emmanuel Parent, Dario Rudy, Matthieu Saladin, Jedediah Sklower.

Appel à contributions : Les contributions artistiques de Michael Jackson : un autre regard (NaKan, Journal of Cultural Studies)

“Les apports artistiques de Michael Jackson : un autre regard”

Nakan, Journal of Cultural Studies

Échéance des propositions  : 31 mars 2021

Numéro de la revue dirigé par Isabelle Petitjean

[Englis version below]

Le nombre des études universitaires portant sur Michael Jackson s’est accru ces dernières années, coïncidant sans doute, tout à la fois, avec une prise de conscience de son impact au sein de l’industrie musicale, de l’Histoire de la musique et de la société, et un intérêt croissant développé à son égard par les cultural studies. Pour autant, nombre des études le concernant ciblent bien moins ses apports artistiques que la fluidité dite anxiogène de son image artistique (Dalmazzo 2009, 2010 ; Scott 2012), de son startext (Raphael 2012) ou que sa capacité à brouiller tous les codes simultanément (Fast 2010, 2012). Michael Jackson intéresse essentiellement les domaines de la « race » (Zulu ed. 2010 ; Brackett 2012 ; Woodward 2014) du genre (Scott 2012), du sexe (Fuchs 1995), de l’altérité « étrange » (Fast 2012 ; Jefferson 2006) et ce, même dans le cadre musical (Roberts 2011 ; Malela 2012 ; Gondwe 2013 ; Petitjean 2019) ou chorégraphique (Takiguchi 2014). Ses chansons et ses courts-métrages musicaux ont été passés au crible d’interprétations tantôt orientalistes (Faust 2012), tantôt nationalistes (Rossiter 2012), tantôt post essentialistes ou post constructivistes (Fuss 1989 ; Awkward 1995) et les précédentes revues qui lui ont été consacrées (Zulu ed. 2010 ; Hawkins & Fast eds. 2012) ont largement souscrit à ces prismes mélaniques et musico-coloristes. Si son œuvre sonore et visuelle a, certes, évolué dans un contexte où genre et pigmentation ont toujours été connectés, Michael Jackson n’a, cependant, jamais eu de cesse de se battre pour ne pas être enfermé dans une niche marketing monoraciale. Et pour ce faire, il n’a eu de cesse de répercuter et de déployer un vivier de références pluralistes, interagissant avec la fragmentation et la rotation des genres au sein du courant dominant (Mercer 1994 : 95), jouant, plutôt que brisant les catégories (Brackett 2012), et proposant un art éminemment pluridisciplinaire, combinatoire et fédérateur.

En consacrant un numéro spécial à Michael Jackson, NaKan propose de décaler un regard et un faisceau d’approches trop souvent mélano-centrés pour générer une réflexion davantage tournée vers l’œuvre et les mediums d’expression de l’artiste, comme autant de canaux offrant une possibilité de contextualisations et d’analyses historiques et stylistiques. Les défis de cette édition résideront dans la capacité des contributeurs à renouveler le discours sur cette question « raciale » en s’éloignant du contexte étatsunien par exemple, et à proposer des approches disciplinaires ou pluridisciplinaires de la production sonore, chorégraphique, vidéographique et scénique de l’artiste, per se. C’est là tout l’enjeu des trois champs d’investigations et d’analyses qui sont proposés.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les contributions artistiques de Michael Jackson : un autre regard (NaKan, Journal of Cultural Studies)

Parution : Music by Numbers

Richard Osborne and Dave Laing (dir.), Music by Numbers. The Use and Abuse of Statistics in the Music Industries, Intellect, 2021

The music industries are fuelled by statistics: sales targets, breakeven points, success ratios, royalty splits, website hits, ticket revenues, listener figures, piracy abuses and big data. Statistics are of consequence. They influence the music that consumers get to hear, they determine the revenues of music makers, and they shape the policies of governments and legislators. Yet many of these statistics are generated by the music industries themselves, and their accuracy can be questioned. This original new book sets out to explore this shadowy terrain.

While there are books that offer guidelines about how the music industries work, as well as critiques from academics about the policies of music companies, this is the first book that takes a sustained look at these subjects from a statistical angle. This is particularly significant as statistics have not just been used to explain the music industries, they are also essential to the ways that the industries work: they drive signing policy, contractual policy, copyright policy, economic policy and understandings of consumer behaviour.

Continuer la lecture de Parution : Music by Numbers

CFP : A long way to the top: The production and reception of music in a globalized world

A long way to the top: The production and reception of music in a globalized world, Erasmus University Rotterdam, the Netherlands, 6-7 November 2014

Together with the International Association for the Study of Popular Music and Tilburg University we are organizing an international conference on popular music at Erasmus University titled:

A long way to the top: The production and reception of music in a globalized world

Erasmus University Rotterdam, the Netherlands, 6-7 November 2014

Keynotes by John Street and Fabian Holt

 

AIM

Once upon a time, a famous rock ‘n’ roll group sang about what it means to play in a music band. In their lyrics they touch upon the role of the music industry (‘getting sold’), the difficulties of a musical career  (‘under-paid’ and ‘getting grey’) and music consumption (‘if you wanna be a star’), while celebrating music for music’s sake. As such, this song addresses many issues in the production and reception of popular music in the contemporary globalized world. Yet, recent developments in the field of music have changed the ‘way to the top’, such as governmental policy on music, the rise of new media, and the growing number of music festivals. Focusing on a select number of interrelated themes, this conference aims to bring together scholars from various countries each with their own perspective to engage in an international exchange of ideas and current research insights about music production and reception.

 

THEMES

Regarding the production of music, we aim for papers on – but not strictly limited to – these themes:

  • Music industries and scenes: for example, what challenges are music industries facing in the 21st century? How have their business models changed over the last decade? To what extent is music increasingly produced within translocal and virtual scenes outside of traditional music industries?
  • Careers in pop music: for example, to what extent have artist labor markets changed over the last decades? Have music careers become longer and more flexible? What factors determine success?
  • Pop music policy: for example, to what extent and why do government organizations (national and local) fund what types of music? How are pop musicians promoted abroad and for what reasons? What role does music play in urban development and city branding?
  • New media and pop music: for example, how have streaming services changed music industries?   Did social media affect the marketing of pop music? How do (online) consumer critics affect sales?

Regarding the reception of music, we aim for papers on – but not strictly limited to – these themes:

  • Pop music consumption and identity construction: for example, how important is pop music in processes of bounding and bridging social groups and group identities? How do music fans use the Internet in processes of meaning-making and sacralization?
  • Music performance, festivals and rituals: for example, how can music performances achieve intended transformative effects? How are they clustered in a particular period of time at a particular place? How can we explain the growing popularity of music festivals among international audiences?
  • Pop music, political activism and social movements: for example, what role does pop music play in social change? How politically engaged are pop musicians and what topics do they address?
  • Popular music heritage and tourism: for example, how and which pop music is being canonized? How does this relate to generational conflict, feelings of nostalgia and authenticity?

 

INSTRUCTIONS

Please send your abstract of 400 words in English (including a research question, theory and methodology) together with a short biography (100 words), including name, institutional affiliation and position, phone number, postal and e-mail addresses, to:  iaspmconference@eshcc.eur.nl

Abstract deadline: 1 June, 2014. Participants will receive notifications of acceptance by 1 August, 2014.

If you have any questions, don’t hesitate to contact us:

E-mail:  iaspmconference@eshcc.eur.nl

WWW: www.eshcc.eur.nl/iaspmconference

www.facebook.com/alongwaytothetop

 

MUSIC MATTERS MASTER CLASS!  (5 November)

Are you a PhD student? Then definitely consider joining one day earlier to take part in the very first Music Matters Master Class. This master class is hosted in Tilburg as a prelude to the conference in Rotterdam (just 45 min. by train). Also if you can’t make the conference, but would like to discuss your work in an inspiring setting: continue reading! We aim to get together a group of PhD students who conduct research on music and meaning making in the broadest sense. Think of topics such as music in relation to identity formation, rituals, tourism, festivals, and urban and social development: but the scope of the master class is certainly not limited to these topics. We invite proposals that deal with both popular and classical music. We will be asking at least two conference speakers to host the master class.

Please e-mail your proposal to Lieke Wijnia (TiU): l.wijnia@tilburguniversity.edu

 

EVENING SYMPOSIUM ON RACE/ETHNICTY AND MUSIC    (5 November)

In addition, there will be an evening symposium on race/ethnicity and music at Erasmus University Rotterdam which is open to all conference and master class participants. We also welcome abstracts on this topic. This event is linked to the research project Elvis has finally left the building? Boundary work, whiteness and the reception of rock music in comparative perspective (www.elvishasfinallyleft.com). More details will be announced on the conference website and Facebook page as well as in the conference program.