Archives par mot-clé : musée

Appel à contributions : Retour vers le vivant : valoriser les archives filmiques et sonores dans le domaine des arts du spectacle

Retour vers le vivant : valoriser les archives filmiques et sonores dans le domaine des arts du spectacle

Date d’échéance : 15 mai 2024

Texte de l’appel :

Dans le prolongement du colloque 2023 du Centre d’études théâtrales de l’UNIL, consacré à la valorisation des archives filmiques et sonores dans le domaine des arts du spectacle, voici un appel à contributions complémentaires pour les actes. Ceux-ci paraîtront chez un éditeur à confirmer. Si vous êtes intéressé·e à participer, n’hésitez pas à nous envoyer votre texte (après une prise de contact préalable avec les responsables.

Les textes sont attendus pour le 15 mai 2024. Ils devront comporter 35000 signes au grand maximum, notes comprises, hors bibliographie ni résumés (en français et en anglais). Les consignes de rédaction à suivre sont celles de la revue Fabula-LhT, que voici.

Pour mémoire :

Retour vers le vivant : valoriser les archives filmiques et sonores dans le domaine des arts du spectacle

Journées d’étude 2023 du Centre d’études théâtrales consacrées à la question de la valorisation des archives filmiques et sonores dans la recherche, l’enseignement, la médiation culturelle ou la création contemporaine.

Les archives filmiques et sonores qui documentent les spectacles connaissent aujourd’hui une multiplicité d’usages. Qu’il s’agisse de captations, avec ou sans public, ou de moments de répétitions, elles fournissent des sources précieuses aux historien·nes intéressés par les pratiques performatives du passé. Le plus souvent sous forme d’extraits, on les retrouve sur les cimaises des expositions, sur les sites internet des institutions à vocation patrimoniale, dans des bases de données élaborées par des chercheur·ses et au cœur de nombreuses activités d’enseignement et de médiation culturelle. Elles contribuent aussi à la formation des praticien·nes de la scène et nourrissent une création contemporaine volontiers réflexive, critique ou mélancolique. Continuer la lecture de Appel à contributions : Retour vers le vivant : valoriser les archives filmiques et sonores dans le domaine des arts du spectacle

APPEL A CONTRIBUTIONS : AMUS(É)EMENT : DU MUSÉE POP À L’ARTIALISATION POPULAIRE (Journée d’études)

Amus(é)ement : du musée pop à l’artialisation populaire

Jeudi 28 mars 2024

Le Mans Université

Échéance des propositions : 10 décembre 2023

Organisé par Charles Joseph, 3L.AM

Dans son investigation du monde de l’art contemporain, Catherine Millet pose la question suivante : « l’art est-il dans l’objet qui incarne l’idée ou dans l’idée elle-même ? » (Millet, 120) Lors de cette journée d’étude, ce n’est pas tant l’incarnation même de l’art dans et par l’objet identifié comme artistique qui sera étudiée, mais plutôt son intégration dans notre quotidien, et les fonctions aussi bien culturelles que sociales que cette dernière implique. Cette intégration, d’abord très codifiée et clairement spatialisée dans l’enceinte des musées, semble devenir de moins en moins rigide, et semble également induire une circulation moins verticale des œuvres et des valeurs qui y sont adossées.

La multiplication des galeries d’art spécialisées dans la photographie ou les lithographies, allant parfois même jusqu’à la franchisation comme avec les boutiques Yellow Korner, ou bien la création de musées d’arts décoratifs, d’artisanat, ou d’autres arts visuels comme la bande dessinée ou le cinéma (feu-le musée Art ludique quai d’Austerlitz à Paris, devant prochainement rouvrir ses portes Gare Saint-Lazare et qui s’est distingué par des expositions toujours très médiatisées sur Pixar, Ghibli, Marvel ou DC Comics), induit également une porosité nouvelle. L’accueil d’expositions temporaires d’icônes de la culture populaire dans des musées nationaux comme stratégie de modernisation de ces espaces, encore souvent perçus comme immuables et parfois élitistes, provoque également un dialogue autour des valeurs artistiques intrinsèques de ces objets pourtant très différents. Dans Artificial Hells : Participatory Art and the Politics of Spectatorship, Claire Bishop analyse ces stratégies visant à impliquer toujours davantage les visiteurs avec un art se voulant de plus en plus participatif. Selon Bishop, le visiteur doit devenir un spectateur actant et ainsi participer à la vie de l’œuvre pour que l’œuvre l’atteigne.

Continuer la lecture de APPEL A CONTRIBUTIONS : AMUS(É)EMENT : DU MUSÉE POP À L’ARTIALISATION POPULAIRE (Journée d’études)

Parution : Vidéos en ligne du colloque Exposer la littérature jeunesse

En 2021, la médiathèque José Cabanis de Toulouse accueillait l’exposition Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse, prolongée par une expo en ligne. En 2022, la médiathèque de Lyon a présenté Sans fin la fête, les années pop de l’illustration (1963-1983). Fin 2022-début 2023, la médiathèque Françoise Sagan accueille Lire l’enfance avec les éditions MeMo, à l’occasion des trente ans et du versement des archives de la maison d’édition au fonds patrimonial Heure joyeuse.
Si les bibliothèques semblent être des lieux privilégiés de ces expositions portant sur la littérature jeunesse, les musées et autres lieux d’exposition municipaux ne sont pas en reste. En 2021, le Palais Lumière d’Evian proposait de découvrir l’œuvre d’Alain Le Foll à travers ses ouvrages pour adultes et pour enfants. En 2022 le Musée des Arts Décoratifs à Paris partait à la rencontre du Petit prince tandis le MUNAE de Rouen invitait à découvrir les chansons du répertoire enfantin.
Ces quelques exemples récents – et bien d’autres, que l’on peut retrouver dans l’Agenda du site www.litteraturesmodesdemploi.org – témoignent de la vitalité actuelle de la pratique de l’exposition du littéraire à destination des plus jeunes et de l’intérêt réel du public d’enfants et d’adultes pour cette forme de médiation culturelle qui permet parfois, au-delà de la découverte de cette production éditoriale, d’en toucher du doigt les coulisses.

Une journée d’étude, accueillie par la médiathèque Françoise Sagan, à Paris, le 16 février 2023, a été la première organisée au sein du réseau PatrimoniaLitté, qui fédère les recherches sur les rapports entre littérature et patrimoine, et la quatrième organisée dans le cadre des recherches conduite au sein du réseau RIMELL (Recherches interdisciplinaires sur la muséologie et l’exposition de la littérature et du livre ), qui nouent un partenariat à l’occasion de cette rencontre. Mise sur pied par Laurence Le Guen, Hélène Vallotteau et David Martens, cette rencontre sera la première d’un programme consacré à l’exposition de la littérature jeunesse inscrit dans le cadre des travaux des RIMELL.

Si vous souhaitez prendre connaissance de la teneur de cette première journée d’échanges, les vidéos de cette rencontre sont désormais à votre disposition via ce lien : Des colloques – PatrimoniaLitté (hypotheses.org), ainsi que sur le Carnet de recherche de PatrimoniaLitté

Parution : Image & Narrative, vol. 24, n° 1 : “Le livre, le musée et l’enfant”

Image & Narrative, vol. 24, n° 1, “Le livre, le musée et l’enfant“, 2023

Ce numéro entièrement bilingue (français/anglais) d’Image & narrative analyse les relations entre le musée d’art et le livre jeunesse : comment les livres pour enfants édités par les musées s’articulent-ils avec leurs collections ? Quelle image donnent-ils de l’institution ? Quelle place a le livre dans le cadre du dispositif global de médiation élaboré par le musée ?

Un prochain numéro, à paraître en octobre 2023, prolongera la réflexion en se demandant quel type d’initiation à l’art proposent ces «musées de papier».

Sommaire

Thematic Cluster
Introduction: Le livre jeunesse sur l’art et le musée
Ivanne Rialland 1-11

Le musée du Louvre et ses collections dans les livres jeunesse sur l’art (1990-2020) : entre plaisir des yeux, imaginaire et savoirs historiques
Myriam Metayer 23-37

Un musée des merveilles : le livre jeunesse comme vecteur d’attachement au lieu muséal. L’exemple des éditions du Louvre
Ivanne Rialland 52-65

Quelle place pour l’art à destination des enfants dans les livres du fonds patrimonial Heure joyeuse – médiathèque Françoise-Sagan?
Hélène Valotteau 79-92

Art Museums as Educators: Publishing for Young People
Philip Yenawine 107-120

Various Articles
L’Homme à la Tête de Télé. Serge Gainsbourg’s subversive stylisation of a television persona
Tessa Vannieuwenhuyze 138-162

“News Portraits:” the Photojournalism of Gilles Caron (1965-1970)
Clara Bouveresse 163-186

Experiences
Retour à Rome
Beat Streuli 187-195

Ring the Bells (Prologue): Moirai, 2023
Hilde Van Gelder 196-230

Review Articles
The Comics Form: The Art of Sequenced Images
Maahen Ahmed 231-233

L’Incroyable Histoire de la littérature française
Chris Reyns-Chikuma 234-237

L’affaire Delorme
Chris Reyns-Chikuma 238-240

Aramus : À la recherche d’une civilisation perdue
Chris Reyns-Chikuma 241-245

Appel à contributions : Musées, galeries et collections à la loupe : enquêtes en milieu « muséal » dans la fiction, XIXe-XXIe s. (Nancy)

Colloque international : Musées, galeries et collections à la loupe: enquêtes en milieu “muséal” dans la fiction (XIXe-XXe siècles)

Organisé par Marine Le Bail ( Université Toulouse II Jean-Jaurès) et Marie-Clémence Régnier (Université d’Artois)

25-26 janvier 2024, Museum-Aquarium et Musée des Beaux-Arts, musées de la ville de Nancy

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Comité scientifique : Jessica de Bideran, Cédric Hannedouche, Marine Le Bail, Dominique Pety, Marie-Clémence Régnier, Frédéric Sounac, Dominique de Font-Réaulx, Kenza-Marie Safraoui

Ce colloque s’inscrit dans la continuité de l’atelier de réflexion qui a eu lieu en partenariat avec le musée du Louvre le 28 janvier 2022.

Le 8 janvier 2021, Netflix lançait la série Lupin dont l’affiche met autant en valeur le héros de Maurice Leblanc que la pyramide du Louvre : à la clé, un succès planétaire à l’origine d’un sursaut spectaculaire des ventes impliquant le « gentleman cambrioleur ». En mars, l’institution parisienne inaugurait à son tour les « Enquêtes du Louvre », une série de podcasts reposant sur des histoires rocambolesques de forfaits liés au monde de l’art. Et comment ne pas penser à l’engouement extraordinaire que provoqua, en 2003, la parution du Da Vinci Code de Dan Brown, comme les aventures télévisées du fantôme de Belphégor, en 1965, ou celles d’Adèle Blanc-Sec (1978, 2010). L’exemple est emblématique mais il n’est pas unique. Il est frappant de constater qu’un point commun rassemble ces différentes références : le « Musée des musées », bien sûr, mais aussi la littérature au travers de genres et de récits variés que sont le roman policier, le récit d’aventure, le thriller ou encore la BD . À l’origine de ce projet, une observation et une hypothèse : d’une part, collections, galeries, musées et bibliothèques sont des lieux d’enquête par excellence, d’autre part, la littérature se situe au point de convergence de ces univers depuis leurs origines. Le projet de colloque international et de médiations culturelles envisagé sera donc consacré à l’analyse de ce phénomène au prisme d’une approche poétique, esthétique et sociologique : il placera au cœur de la réflexion les interactions entre les pratiques patrimoniales et les espaces muséaux considérés dans la littérature et vice versa, sous l’angle du récit de fiction en particulier .

Les propositions pourront notamment s’inscrire dans les axes suivants, sans s’y limiter :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Musées, galeries et collections à la loupe : enquêtes en milieu « muséal » dans la fiction, XIXe-XXIe s. (Nancy)

Appel à propositions : La vie culturelle en 1921

Un groupe international d’enseignants, d’auteurs et de lecteurs annonce la publication en ligne d’une revue trimestrielle pluridisciplinaire intitulée La Vie culturelle en 19**, dont le premier numéro sera consacré à l’année 1921. Les numéros suivants devraient concerner les années 1922, 1923 et 1924.

La vie culturelle, c’est celle des spectateurs et des critiques au théâtre, au musée, au cinéma, (et au cirque) ; celle des auditeurs au concert et aux conférences (au Collège de France, par exemple) mais aussi dans les réunions politiques et à la Chambre. C’est la vie des libraires et de lectrices et des lecteurs, abonnés des journaux et des revues.

C’est tout cela, mais ce qui intéresse la revue au premier chef, ce sont les liens qu’entretiennent ces petits évènements les uns avec les autres : ce que la mode de l’année fait écrire aux uns, l’influence de la politique, mais aussi de la science, voire du fait divers sur l’inspiration des uns et des autres, sur les affiches des spectacles. Ce sont aussi les longues séries, les « tendances » qui s’installent (ou sont déjà installées) dans l’esprit du public en général et dans celui de cet acteur influent : l’opinion publique.

La revue La Vie culturelle en 19** voudrait détailler, au fil des ans mais en revenant quelquefois sur ses pas, ces interactions entre les arts et les idées, à l’occasion des parutions, découvertes, expositions, évènements divers survenus au cours du siècle qui a précédé le nôtre.

Les contributions attendues comporteront un titre, un texte de moins de 3000 mots, accompagné éventuellement d’une ou deux illustrations libres de droits.

Les propositions de contribution, de 200 à 300 mots, accompagnés d’un très bref C.V sont à adresser à vieculturelle19@orange.fr avant le 10 décembre 2020.

Une réponse vous sera donnée le 15 décembre, pour une parution que nous envisageons avant la fin janvier 2021.

Campaigning for a Conan Doyle Museum and Centre for British and Irish Crime Writing

Mission Statement

To save Undershaw for the Nation by relaunching it as the Conan Doyle Museum and Centre for British and Irish Crime Writing, thus affirming its cultural value and Conan Doyle’s place in the literary heritage of Great Britain and Ireland, and beyond.

Dear Colleagues,

We now have only a little time left before the High Court hearing (23rd May) to rally support for saving Undershaw as a Conan Doyle Museum / Centre for British & Irish Crime Writing, establishing and furthering the cultural and social value of the house.

UNDERSHAW & CONAN DOYLE

Undershaw was built to Conan Doyle’s own designs in 1897, one of the very few writers’ houses with this input. During the ten years that he lived there he wrote many of his most popular stories including fourteen Sherlock Holmes adventures, and ten Brigadier Gerard tales. This has recently been documented by Alistair Duncan in his An Entirely New Country – Arthur Conan Doyle, Undershaw and the Resurrection of Sherlock Holmes (MX Publishing 2011). When Conan Doyle sold Undershaw in 1927 it became an hotel. This closed its doors in 2004 and the property was sold to a development company, Fosseway Ltd.

Now Undershaw may be turned into maisonettes, its gardens built over. Planning permission for this was granted by Waverley Borough Council, a decision which should be overturned at judicial review at the High Court in London on 23rd May 2012. But what better or more appropriate place could there be for a Conan Doyle Museum and Centre for British and Irish Crime Writing, thus affirming its cultural value and Conan Doyle’s place in the literary heritage of Great Britain and Ireland, and beyond, open and accessible to the public all year round (including school visits), with a library, conference facilities, crime writing courses and a writer in residence?

THE UNDERSHAW ALLIANCE

Many heritage houses have been lost, but many more have been saved: why should Undershaw not be one of them? To campaign for its conservation as a Conan Doyle Museum and Centre for British and Irish Crime Writing, two supporters’ groups have been set up, Academics for Undershaw and Crime Writers for Undershaw , the first as a body of authoritative opinion affirming the cultural value of Undershaw, the second honouring Conan Doyle’s place as an ancestor of to-day’s detective fiction. These two groups form the UNDERSHAW ALLIANCE, more than 500 strong, and working to enlist opinion formers and professionals.

The Undershaw Alliance believes that Undershaw can and must be saved for the nation, for the enjoyment of the nation: indeed, in the context of cultural tourism, of all the nations. Our task now is to appeal to a broader public and enlist greater international public support for this.

More information at  www.undershawalliance.com.

Best wishes,

David Charles Rose