Archives par mot-clé : mouvement punk

Parution : Trans-Global Punk Scenes. The Punk Reader Volume 2

Russ Bestley, Mike Dines, Paula Guerra and Alastair Gordon (eds.), Trans-Global Punk Scenes. The Punk Reader Volume 2, Intellect Books, 2021. 

The second offering in Intellect’s Global Punk series, this edited volume is an interdisciplinary exploration of contemporary trans-global punk scenes. 

While the punk scenes and subcultures of the late 1970s and early 1980s are well known and well documented, the proliferation of punk after the year 2000 has been far less studied. Trans-Global Punk Scenes brings together contributors from a range of disciplines to examine the global influence of punk in the new millennium, with a focus on punk demographics, the evolution of subcultural punk styles, and the notion of punk identity across cultural and geographic boundaries.

International in scope and analytical in perspective, the chapters offer insight into the dissemination of punk scenes and their form, structure, and contemporary cultural significance in New Zealand, Indonesia, Singapore, Ireland, South Africa, Mexico, the UK and US, Siberia and the Philippines. Continuer la lecture de Parution : Trans-Global Punk Scenes. The Punk Reader Volume 2

Parution : Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989)

Olivier Migliore, Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989), Riveneuve, « En marge ! », 2020. 

Troisième ouvrage de la collection sur le punk « En marge ! » pilotée par des chercheurs reconnus sur le phénomène de la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.

Le troisième ouvrage d’une collection « En marge ! » sur le punk et les cultures marginales qui s’impose
Une analyse hors pair sur la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.
Un ouvrage très graphique de format élégant, avec un couverture de couleur et des rabats souples.

Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

« VIVE LE FEU ! »

Bérurier Noir, branchés sur courant alternatif

 Ça a existé, ici, en France…

Ça n’est pas encore assez su mais il s’est passé quelque chose de puissant et de profond au sein de la société française des années 80. Une agitation, plus qu’une révolte à proprement parler, qui a secoué ces années Mitterrand pendant lesquelles fut enterré l’espoir d’une révolution socialiste et même d’un simple changement qui transformerait la vie de tous. L’expression fut musicale, rageuse et festive, mais plus fondamentalement elle fut l’expression d’une immense envie de vivre et de vivre libre, c’est-à-dire libéré des carcans imposés par une société vieille, vieille de ses sempiternelles considérations « bourgeoises ». Sans doute y avait-il encore un écho lointain de 68, mais sans le soulèvement et avec une génération toute fraîche qui n’avait pas connu l’effervescence de mai, parce qu’elle était précisément sortie du ventre maternel à peu près à ce moment là, ou juste après. Une réplique, éloignée donc, du même cri de la jeunesse, contre la pesanteur étouffante de la société.

Apparu dans les squats puis sur les petites scènes de MJC avec des groupes chantant presque exclusivement en français, ce souffle naît aussi des derniers soubresauts importés du punk anglais de la décennie précédente. Même si l’énergie est sensiblement la même, le phénomène est bien différent dans le sens où l’esprit et les formes du mouvement sont nourris de conditions socioculturelles bien d’ici, en faisant un bouillonnement de culture tout à fait hexagonal. Il s’agissait d’insuffler un peu de jus et de décibels dans cette société française un peu terne et timorée, de vivre à nouveau au contact cru de la liberté, de crier, de créer, de vivre comme on voulait, entre « nous » les jeunes, à notre sauce (tomato Ketchup bien sûr), avec nos haines, nos joies et nos peines.

 Le phénomène n’a pas duré, à peine une décennie, et fut d’ailleurs baptisé «  alternatif », comme si le retour inexorable du continu devait dès le départ l’emporter sur cette fièvre trop forte pour être autre chose que passagère. Mais dans cette parenthèse, que d’aventures et de rages existentielles se sont jouées ! C’est pour cela que trente cinq ans plus tard, dans la jeunesse à son tour renouvelée, beaucoup les connaissent et les écoutent encore, y retrouvent quelque chose de sismique et d’authentiquement jouissif.

 Ce cri de la jeunesse, même s’il a été porté par beaucoup de groupes dans cette décennie (Oberkampf, La souris déglinguée, Ludwig von 88, Les Endimanchés, Les Wampas, etc.), s’est surtout incarné dans Bérurier Noir. « Les Bérus » sont, et de loin, le groupe phare de la scène underground française de l’époque, du « rock alternatif » comme on l’a appelé. À l’occasion d’une poignée d’albums et d’un peu plus de concerts, ils ont marqué profondément de leur rage contagieuse le paysage affectif de leur génération, des squats parisiens aux cours de lycée de province. Peu médiatisés évidemment, ils ont cependant massivement investi les radiocassettes et les conversations d’une frange de la jeunesse qui a étrenné avec eux sa sensibilité révoltée et une forme encore tâtonnante de radicalité. Continuer la lecture de Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

Colloque sur les mouvements punk/post-punk, 27-28 mars 2015

unnamed

Disorder : Histoire sociale des mouvements punk/post-punk

Programme du colloque 

Vendredi 27 mars

Université Paris Diderot – Amphithéâtre Buffon, bâtiment Buffon, 15 rue Hélène Brion, Paris 750139h Accueil et allocution d’ouverture – Mathieu Duplay, directeur de l’UFR d’Études Anglophones, LARCA, Université Paris Diderot9h30-10h30 CONFERENCE PLENIERE – Nick Crossley, Professor of Sociology, University of Manchester, « A Network of Sound, Style and Subversion: the formation of the London Punk World, 1975-1976 »

 

Coffee Break – Pause café

10h45-12h45 – ATELIER 1 – Cultural transfers – Transferts culturels

Présidente de séance : Elodie Grossi (URMIS-CNRS) / Discutante : Florence Tamagne (Univ. Lille III)

Thomas Bacquet (U. Rouen), « L’impossible émergence du punk en Corée du Sud : une voie vers la démocratisation et la naissance d’une scène indépendante dans les années 1990. »

Djordje Sredanovic (U. Bologna), « Huligani dangereux: “new punk wave” imaginations between Eastern and Western Europe »

Simone Tosoni (U. Cattolica Milano), « Enacting Goth in Milan, Italy:local appropriations of a trans-national post-punk subculture in the ‘80s »

Pierre Raboud (U. Lausanne), « La scène punk suisse et l’injonction à l’engagement : mobilisations politiques et replis esthétiques (1976-1980) »

Lunch break – Pause déjeuner : 12h45-14h

14h-16h – ATELIER 2 –

Different French Punk generations – Les générations du punk français

Président de séance et discutant : Arnaud Baubérot (UPEC)

Pierig Hummeau (CURAPP – CNRS) , « De l’avant-garde « proto-punk » à l’espace punk « indépendant » français. »

Luc Robène (U. Bordeaux) et Solveig Serre (THALIM –CNRS), « To be or not to be punk. L’invention du punk dans la presse musicale spécialisée en France (1976-1978) »

Christophe Broqua (U. Paris Ouest Nanterre) et Vincent Douris, « La musique industrielle, héritière du mouvement punk ? Racines et pluralité de la scène française des années 1980 »

Thomas Loué (U. Strasbourg), « L’efficacité monographique dans l’histoire sociale du punk. L’exemple d’Oth (1978-1991) » »

Coffee Break – Pause café

16h30-18h – Table ronde – Alternative Punk and Post-Punk scenes outside the English-speaking context: the underground, marginality and repression – Scène alternative punk et post-punk en dehors du monde anglophone : entre marginalité, underground et répression.

Président de séance : Paul Schor (U. Paris Diderot). Avec Nathanel Amar, Pascale Le Berre, François Ooghe (Marsu), Mona Soyoc et Spatsz, Hervé Zénouda.

CONCERT AU PETIT BAIN À 19h30 (OUVERTURE DES PORTES 19H) AVEC LYDIA LUNCH’S RETROVIRUS ET KAS PRODUCT

Continuer la lecture de Colloque sur les mouvements punk/post-punk, 27-28 mars 2015