Archives par mot-clé : mondes fictionnels

APPEL À COMMUNICATION : MONDES IMAGINAIRES ET UNIVERS TRANSMÉDIATIQUES

La date limite d’envoi des propositions pour le colloque “Mondes imaginaires et univers tansmédiatiques” a été repoussée au 1er mars 2020

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Texte de l’appel

Les propositions devront être envoyées sous format *.doc ou *.docx à l’adresse de messagerie suivante : ugo.roux@univ-amu.fr, laurent.collet@univ-tln.fr, anne.gagnebien@univ-tln.fr et alessandro.leiduan@univ-tln.fr. 

Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Colloque international organisé par Ugo ROUX, Laurent COLLET, Anne GAGNEBIEN et Alessandro LEIDUAN 

Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) 

Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI) 

7, 8 et 9 avril 2020 à Toulon, France

Date limite d’envoi des propositions : 15 février 2020

D’un côté la fiction et le récit occupent une place majeure au sein de la culture dans nos sociétés modernes, et de l’autre les technologies de l’information et de la communication étendent les possibilités de leur production et de consommation. Parmi les diverses formes d’expression des récits qui ont vu leurs logiques changées par cette imprégnation numérique, la transmédialité apparaît comme étant une facette fondamentale (Cornillon, 2018), notamment au sein des industries culturelles.

La notion de transmédia a ainsi été créée pour qualifier les phénomènes d’extension de structures narratives sur de multiples médias « pour créer des oeuvres aux développements transmédiatiques autant qu’intertextuelles et autoréférentielles » (Peyron, 2008, pp. 355-356). Plus généralement, la production de contenus transmédiatiques semble s’articuler autour de trois éléments principaux : 

1. L’extension de l’oeuvre originale sur plusieurs médias ; chaque extension est autonome (elle n’a pas besoin de l’oeuvre originale pour être appréciée et inversement) et contribue par son apport à l’oeuvre globale. 

2. Le monde narratif qui doit idéalement proposer à la fiction la possibilité d’évoluer avec de nouveaux contenus pertinents, ce que Henry Jenkins (2008) qualifie de « worldmaking » ; afin d’assurer sa cohérence lors de son expansion, un univers fictionnel doit se conformer au canon que fixe l’oeuvre dont il est tiré (Saint-Gelais, 2011) ; cette règle tend à s’effacer lorsque cette extension se tourne vers une terra incognita de l’oeuvre de départ (Périer, 2017). 

3. Le public ; la participation de ce dernier est essentielle à mesure que la narration gagne de nouveaux médias ; « il s’agit de miser sur l’engagement des fans et leur goût pour l’approfondissement, ce que Henry Jenkins nomme le forage (drillability) » (Peyron, 2014, p. 53). 

Or, si ce phénomène a fait l’objet d’une cristallisation autour d’une notion partagée chez les chercheurs, les professionnels et (éventuellement) les amateurs de la culture populaire, et même si des propositions de catégorisations ont vu le jour (Cailler et Masoni Lacroix, 2017 ; Groupierre, 2017 ; Ryan, 2017), la définition du transmédia et sa circonscription ne font pas encore consensus. Cette déficience a certainement pour cause le continuum des possibilités induit par « la ductilité du concept de storytelling transmedia proposé par Henry Jenkins. » (Cailler et Masoni Lacroix, 2017).  Continuer la lecture de Appel à communication : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

RAPPEL : COLLOQUE “La fiction change-t-elle le monde ?” 28-30 novembre 2019

La Société Internationale des Recherches sur la Fiction et la Fictionnalité (S.I.R.F.F.) / The international Society for Fiction and Fictionality Studies (I.S.F.F.S.) a pour but de mettre en relation les chercheurs et les chercheuses sur la fiction dans le monde. Elle vise à promouvoir les études sur la fiction, à favoriser les échanges, dans un esprit résolument comparatiste et interdisciplinaire. Elle réunit des spécialistes de littérature et de théorie littéraire, de cinéma, de jeux vidéo, des philosophes, des psychologues et des spécialistes de neurosciences. Les langues de communication sont le français et l’anglais. Le site de la société est bilingue. Le projet initial est issu de la collaboration de Françoise Lavocat (Université Sorbonne nouvelle, France), Alison James (Université de Chicago, Etats-Unis), et Akihiro Kubo (Université de Kwansei Gakuin, Japon). L’objectif est d’étendre ce réseau collaboratif au plus grand nombre possible de sphères culturelles et linguistiques. Les colloques de la société auront lieu tous les deux ans. Dans la mesure du possible, la société organisera des séminaires au sein des manifestations scientifiques d’autres grandes sociétés internationales (AILC, MLA, ISSN….). Le premier colloque de la S.I.R.F.F./ I.S.F.F.S. aura lieu du 28 au 30 novembre 2019 à Paris. Les résumés des interventions sont disponibles à l’adresse : https://fiction.hypotheses.org/1295

La Fiction change-t-elle le monde ?
Does Fiction Change the World ?

Congrès de fondation de la Société internationale de recherches sur la fiction et la fictionnalité (SIRFF)
Founding Conference of the International Society for Fiction and Fictionality Studies (ISFFS)

Organisé par Françoise Lavocat, Alison James, Akihiro Kubo

28-30 novembre 2019/ 28-30 November 2019

Source : https://fiction.hypotheses.org/evenement-events
Continuer la lecture de RAPPEL : COLLOQUE “La fiction change-t-elle le monde ?” 28-30 novembre 2019

Parution : Mondes imaginaires

The Routledge Companion to Imaginary Worlds, Ed. Mark J.P. Wolf

Présentation

This companion provides a definitive and cutting-edge guide to the study of imaginary and virtual worlds across a range of media, including literature, television, film, and games. From the Star Trek universe, Thomas More’s classic Utopia, and J. R. R. Tolkien’s Arda, to elaborate, user-created game worlds like Minecraft, contributors present interdisciplinary perspectives on authorship, world structure/design, and narrative. The Routledge Companion to Imaginary Worlds offers new approaches to imaginary worlds as an art form and cultural phenomenon, explorations of the technical and creative dimensions of world-building, and studies of specific worlds and worldbuilders.

Table des matières

Content and Story

1. Locations and Borders Gerard Hynes

2. The Hero’s Journey Lily Alexander

3. Invented Languages Dimitra Fimi and Andy Higgins Continuer la lecture de Parution : Mondes imaginaires

Parution : Voyages imaginaires

Colloque en ligne “Voyages imaginaires et récits des autres mondes (XIXe-XXIe siècles)”

Textes réunis par Elsa Courant (École normale supérieure, Paris), mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

http://www.fabula.org/colloques/sommaire4748.php

L’ensemble de ces articles est le fruit d’un cycle de conférences mené en 2016 à l’École Normale Supérieure de Paris, sur le thème des « Voyages imaginaires et récits des autres mondes dans la littérature européenne ». L’idée de ce séminaire provenait d’une intuition partagée, celle de l’importance de la sensation d’étrangeté dans le plaisir de la fiction. Ce constat, assez simple en apparence, est apparu comme un fil directeur assez fort pour réunir les travaux de chercheurs portant sur Balzac, Jules Verne ou Tolkien. Ces études basées sur des corpus originaux nous permettent de poser en diachronie de nouvelles questions relatives à une double tradition littéraire, celle de l’itinérance imaginaire et de la construction de mondes de papier. Parce que rien n’est jamais tout à fait neuf, ni tout à fait banal, ce recueil d’articles se présente comme une occasion nouvelle d’étudier un fondement du récit : la fabrique d’un imaginaire.

 

Appel : “Des jeux et des mondes”

 

Revue en ligne ¿ Interrogations  ? n°23 :

Appel à contributions : Des jeux et des mondes

Numéro coordonné par Laurent Di Filippo et Audrey Tuaillon Demésy

La notion de “monde(s)” a connu de nombreux développements théoriques en sciences humaines et sociales. Le présent appel à contributions propose d’en renouveler l’approche à travers l’étude des jeux dans la diversité des dimensions qui permettent de les caractériser, c’est-à-dire en tant qu’activités ludiques, dans leurs matérialisations en tant qu’objets ou encore, à travers l’attitude qui les accompagne (Henriot, 1989). Dans une optique pluri- ou interdisciplinaire, il s’agira également de sortir de l’ambiguïté des usages du terme de “mondes”, afin de fournir des pistes à la fois théoriques et méthodologiques aux chercheurs désirant aborder ces sujets.

Continuer la lecture de Appel : “Des jeux et des mondes”

Anne Besson, “Constellations”

 

Anne BESSON, “Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain”, CNRS Editions

 

 

Univers alternatifs proliférants, jeux de rôle, fan fictions, atlas imaginaires, bibliographies fictives: les indices d’une évolution de notre rapport aux fictions sont partout. Ils participent à la construction d’un imaginaire commun propre à l’Occident post-moderne: le monde est une histoire, l’oeuvre est un monde, tout est jeu, hors le jeu lui-même.

Les producteurs et les consommateurs se saisissent de plus en plus des oeuvres aimées pour en poursuivre ou en détourner l’intrigue, en incarner les personnages. Si cela n’est pas fondamentalement nouveau, le nombre de ces phénomènes d’expansion et d’appropriation explose avec la démocratisation d’Internet. Usagers, lecteurs, spectateurs, joueurs peuvent devenir créateurs à leur tour, avec un considérable public potentiel. Les oeuvres de fiction deviennent des mondes, le monde réel est fictionnalisé. Nous vivons une ère de l’imagination réhabilitée… Anne Besson décrypte pour nous ce nouvel âge de la fiction.

Appel : Colloque du CERLI 2015

Appel à communications, Colloque du CERLI 2015

États et empires de l’imaginaire

Christian Chelebourg, Laurent Bazin

Nancy, 19-21 novembre 2015

Crédits image : Inga Nielsen, The Bridge in the Forest (2010)

Les fictions de l’imaginaire sont cosmogoniques, elles ne cessent d’inventer des mondes plus ou moins proches, plus ou moins éloignés de celui dans lequel nous vivons. Elles regorgent d’états, de royaumes et d’empires aux lois étranges, aux mœurs variées, peuplés de monstres cruels et de créatures attachantes. Ce colloque sera l’occasion de revenir sur le sens et la portée de ces univers, mais aussi sur les modalités, tant poétiques que médiatiques, de leur création et de leur développement. Comment l’imagination s’empare-t-elle de l’espace ? Quels rêves et quels cauchemars transpose-t-elle sur ces terres d’invention ? Comment se saisit-elle aussi bien de la physique que de la biologie, de la politique ou de l’économie pour engendrer des chronotopes et des systèmes sociaux dans lesquels lecteurs, spectateurs et gamers s’immergent avec délice ?

Feuilleter cet atlas improbable, c’est aussi questionner l’empire qu’il prend sur le public. C’est l’occasion de s’interroger sur la place de l’imaginaire dans notre représentation du monde. Continuer la lecture de Appel : Colloque du CERLI 2015

Exposition “Alphabrick”, Maison d’Ailleurs

Maison d’Ailleurs, Yverdon, Suisse

Alphabrick (16 novembre 2014 – 31 mai 2015)

Crédit photo : Hobbitbourg_2014-“SwissLUG_web” science-fiction-fantastique.com

Avec l’accord des groupes LEGO®, Warner Bros. et Disney,  “Alphabrick” est une exposition qui traite des modalités de fabrication des univers fictionnels de H. P. Lovecraft (le « Mythe de Cthulhu »), de George Lucas (Star Wars) et de J. R. R. Tolkien (Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit). Ces modalités – constituées à l’origine par plusieurs « briques » médiatiques – trouvent aujourd’hui un renouveau significatif grâce à l’industrie du jouet, en particulier au travers des modèles LEGO®.

La perspective est inédite : en faisant dialoguer les œuvres artistiques de John Howe et de Benjamin Carré avec les modèles Continuer la lecture de Exposition “Alphabrick”, Maison d’Ailleurs

Parution: Alain Boillat Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Print-Couv-1. Cinémondes

Parution

Alain Boillat

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Genève, Georg, février 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur

 

Dans cet ouvrage, l’auteur propose une conceptualisation théorique de la coprésence en un même film de mondes multiples en abordant différents paramètres (hétérogénéité de la facture de l’image, pratiques du montage alterné, typologie des enchâssements, expansion sérielle, etc.) sur la base d’un corpus de films de fiction récents qui appartiennent pour la plupart au genre de la science-fiction (Matrix, Dark City, Avalon, Resident Evil, Avatar,…). Issue de la filmologie, la notion de « diégèse » y est développée à la fois dans le potentiel d’autonomisation dont témoigne la conception mondaine qui semble dominer d’aujourd’hui à l’ère des jeux vidéo, dans ses liens avec le récit et dans une perspective intermédiale. La comparaison entre les films (Tron et son récent sequel, Totall Recall et son remake) et entre des œuvres filmiques et littéraires (en particulier les nouvelles de Philip K. Dick et Simlacron 3 de Galouye) constitue un outil d’analyse permettant de saisir la contemporanéité de cette problématique, envisagée sur le plan esthétique dans le contexte de l’imagerie numérique.

Cette parution marque le coup d’envoi de la collection « Emprise de vue » chez l’éditeur genevois Georg. Principalement dédiée au cinéma contemporain, elle se donne pour but d’envisager les imaginaires technologiques dont ce dernier témoigne, les traditions dans lesquelles il s’inscrit et les enjeux formels qu’il soulève.

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples, Genève, Georg, 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur.

Sommaire

Préface de Marc Atallah…………………………………………………………… 13
Préambule……………………………………………………………………………. 19
1 – Introduction aux « machines à mondes »…………………………………. 27
Entrée en matière à l’ère du « virtuel » :
Alice au pays des nouvelles technologies………………………………………………. 35
La science en fiction (et autres genres)………………………………………………….. 45
Moyen et objet de la représentation……………………………………………………….. 48
La technologie en abyme : l’acte de création dans Jurassic Park…………………..51
Espaces « insulaires » : aux limites de Pandora (Avatar)……………………………. 56
Voyages immobiles en situation de « projection »……………………………………. 64
Corpus et période……………………………………………………………………………….. 72
Notes du chapitre 1…………………………………………………………………………….. 77
2 – La « diégèse » filmique et ses possibles……………………………………. 87
Prémices filmologiques d’une conception mondaine du cinéma……………….89
« Mondes possibles » et transfictionnalité……………………………………………… 97
L’écart entre les mondes……………………………………………………………………..101
Typologie des univers multiples…………………………………………………………. 105
Mondes exotiques…………………………………………………………………………………………….106
Mondes factices………………………………………………………………………………………………..106
Mondes surnaturels…………………………………………………………………………………………. 110
Mondes mentaux et relation d’attribution………………………………………………………..112
Mondes alternatifs…………………………………………………………………………………………..120
Mondes virtuels……………………………………………………………………………………………….. 126
Commentaires conclusifs………………………………………………………………….. 130
Notes du chapitre 2…………………………………………………………………………….132
3 – Les mondes en film(s) : image et montage……………………………….139
Matière de l’image……………………………………………………………………………..143
La couleur est-elle diégétique ?…………………………………………………………….147
Les possibles en séries (Lost, Fringe)…………………………………………………….. 169
Un monde de circuits imprimés (sur pellicule)………………………………………..185
Un montage qui déraille : la figure de la boucle (Je t’aime je t’aime, 1968)…….188
Agencements : le principe de l’alternance……………………………………………. 203
D’un Total Recall l’autre : l’immersion comme indice……………………………… 226
Notes du chapitre 3…………………………………………………………………………….241
4– Cyberespace : le monde-simulacre de la « matrice »………………….. 253
John et Neo : les signes d’un temps……………………………………………………… 254
Le simulacre urbain du cinéma postmoderne : Dark City………………………… 263
Simulacron 3 : les mondes de la cyberculture………………………………………….275
Le système informatique vécu de l’intérieur : Tron et son « héritage »……….. 293
Notes du chapitre 4……………………………………………………………………………308
5 – Un (autre) monde sans 11 septembre………………………………………313
L’imaginaire audiovisuel post-11 septembre…………………………………………..314
L’autre World Trade Center de la série Fringe…………………………………………. 317
En deçà de l’effondrement urbain : une posture révisionniste…………………..318
Next (le monde d’après) : de la nouvelle au film……………………………………….323
Les possibles de l’impossible : un sentiment de « déjà vu »……………………… 328
Le fantasme d’une porte dérobée à l’inéluctabilité du code………………………334
Notes du chapitre 5…………………………………………………………………………… 346
Conclusion……………………………………………………………………………351
Notes de la conclusion………………………………………………………………………. 366
Index des films cités……………………………………………………………… 369
Bibliographie………………………………………………………………………..381