Archives par mot-clé : mondes fictionnels

Parution : Dragon Ball : Une histoire française (Bounthavy Suvilay)

Bounthavy Suvilay, Dragon Ball : une histoire française, Presses Universitaires de Liège, 2021.

Dragon Ball n’est pas qu’un manga créé par Akira ­Toriyama en 1984. L’univers de fiction s’étend sur une multitude de supports et il se déploie aujourd’hui encore à travers diverses continuations et séries dérivées. La diffusion de son adaptation animée à la télé­vision est même à l’origine du développement des mangas traduits en France. Les productions contem­poraines prennent d’ailleurs en compte l’importance graduelle des publics occidentaux à mesure que le marché intérieur japonais décline.

Lors des circulations de produits culturels, les acteurs des sociétés locales occupent une position de récep­teurs premiers. Ils interprètent l’œuvre selon le para­digme de lecture de leur pays et ils n’ont pas toujours accès à l’histoire des genres dans laquelle s’inscrit l’objet source. Leurs préconceptions déterminent la manière dont celui-ci est traduit et remodelé. Plu­sieurs stratégies se sont succédées afin d’adapter les objets culturels étrangers aux conventions hexa­gonales. Elles correspondent à des réceptions diver­gentes, chacune produisant des écarts esthétiques qui font émerger un nouveau cadre de compréhen­sion. Ces modifications manifestent les successions d’horizons d’attente de ce premier public (nouvelle traduction, réédition). En retour, ces objets culturels transformés ont modifié à la fois cet environnement cible et l’écosystème source. Les adaptations occiden­tales circulent vers l’Asie et changent à leur tour les conventions de production et de réception.

Prenant appui sur les productions liées à Dragon Ball, cette étude montre comment les adaptations et les circulations internationales modifient les objets culturels. En ce sens, l’objet matériel témoigne de la concrétisation d’un cadre de compréhension. Il est un dispositif rendant visible l’articulation entre production, diffusion et réception. Il concrétise un dialogue où les différents publics renégocient le réfé­rent et les manières de l’appréhender. L’histoire des réceptions permet ainsi de saisir les processus his­toriques ayant conduit à ces transformations culturelles.

Agrégée de Lettres modernes, Bounthavy Suvilay est docteur en Littérature. Ses recherches portent sur les transformations liées aux adaptations des récits de fiction dans différents médias et leurs impacts sur les réceptions divergentes des œuvres selon les pays. Spécialiste du jeu vidéo, elle a également publié Indie Games – Histoire, artwork, sound design des jeux vidéo indépendants (Paris, Bragelonne, 2018).

Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Colloque Créer et incarner des créatures fantastiques

18 et 19 février 2022

Dans le cadre du Festival Atrebatia (Arras)

Échéance des propositions : 30 septembre 2021

Organisé par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

 

Argumentaire

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Parution : La Littérature-monde de J.R.R. Tolkien (Enrico Spadaro)

Enrico Spadaro, La Littérature-monde de J.R.R. Tolkien – Pertinence, discours et modernité d’une oeuvre originalePréface de Joanny Moulin, L’Harmattan, coll. « Espaces littéraires », 2021.

L’intention que Tolkien avait au début de sa carrière littéraire était la création d’une mythologie pour son pays, l’Angleterre. Cette profonde ambition s’unit à sa passion de jeunesse pour les langages imaginaires ainsi qu’à sa profession de philologue à l’université d’Oxford. La Terre du Milieu, le monde que Tolkien dessine, devient alors le lieu où ses contes se déroulent et où ses langages peuvent se développer. Dans cet ouvrage, Enrico Spadaro démontre la pertinence de l’oeuvre de Tolkien dans le contexte de la littérature contemporaine et le fait que sa production littéraire implique plusieurs éléments qui relient mythologie, philologie, fantaisie et modernité. Il revient sur certains aspects thématiques de la littérature européenne qui ont inspiré la création mythologique par Tolkien, puis explique le point de vue linguistique au sein de son oeuvre et le fait que la langue a la force de former un monde imaginaire. Il analyse également la théorisation des contes de fées par Tolkien, avant d’évoquer sa réception critique dans le monde moderne et contemporain, qui lui a aussi permis d’être l’un des auteurs les plus lus et influents du XXe siècle.

Enrico Spadaro (né en 1991) est traducteur, enseignant de langues et passionné des oeuvres de l’écrivain britannique J.R.R.Tolkien, auxquelles il a dévoué ses recherches. En 2018, il a obtenu le doctorat en études anglophones auprès de la faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines de l’université d’Aix-Marseille.

Colloque : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

Colloque International en ligne : Mondes imaginaires et univers transmédiatiques

20 et 21 Avril 2021 

Université de Toulon – Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC), Observatoire des Mondes Imaginaires (OMI), Laboratoire BABEL

organisé par Ugo ROUX, Laurent COLLET, Anne GAGNEBIEN et Alessandro LEIDUAN 

Voir l’appel à contributions 

Télécharger le programme

Appel à contributions : Frontières de la transfictionnalité (InterArtes, n° 1)

Revue  InterArtes, n° 1, 2021 : « Frontières de la transfictionnalité » (échéance : 15 juin 2021)

Dirigée par : Laura Brignoli, Silvia Zangrandi

Département de « Studi Umanistici » — Université IULM – Milan

Frontières de la transfictionnalité

Dans un monde où abondent les invitations à franchir les frontières, du moins avant qu’un maudit virus ne les rende dramatiquement actuelles, vouloir les rétablir semble un geste destiné à l’échec. Et encore plus si l’on regarde la société liquide dans laquelle nous sommes plongés, où la perméabilité des frontières – signe d’actualité – confirme une esthétique de l’hybride qui tend à dépasser les bords, même de façon radicale, jusqu’à nier leur existence même. La production artistique contemporaine, marquée par l’hybridation, ne fait qu’épouser cette tendance.

À la lumière de ce que l’on vient d’observer, tracer la frontière à l’intérieur de laquelle il est légitime de parler de réécriture et transfictionnalité semble donc être une opération inutile, sinon irréalisable. Vouloir établir des limites, pourquoi ? Pourquoi vouloir mener une opération « Politiquement incorrecte, moralement antipathique ? ». Régis Debray, après s’être posé la question (dans Éloge des frontières), nous offre une réponse exemplaire : « Le mur interdit le passage ; la frontière le régule. Dire d’une frontière qu’elle est une passoire, c’est lui rendre son dû : elle est là pour filtrer. »

Mais il s’agit aussi d’échapper au chaos du hasard : sans frontières, tout est nivelé, et alors la clarté de l’analyse sera contaminée par l’indétermination du matériel analysé. L’opération nous semble très nécessaire à partir du moment où l’on réfléchit sur l’hypertextualité / transfictionnalité / réécriture. Accepter la porosité des frontières ne signifie pas nécessairement niveler sur un même plan toutes les œuvres qui en réécrivent d’autres : dans son sens le plus large, chaque aventure, réduite à ses éléments essentiels, reproduit un archétype préexistant.

Il s’agit donc, pour ce premier numéro d’InterArtes, de faire un effort de définition, en se demandant s’il est possible de décrire la réécriture, si l’on peut essayer de définir le périmètre à l’intérieur duquel il est légitime de parler de transfictionnalité ; et quels sont les critères à prendre en compte pour placer légitimement une œuvre dans ce périmètre.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Frontières de la transfictionnalité (InterArtes, n° 1)

Appel à contributions : Nouveaux regards sur la fantasy / New visions on fantasy

Appel à contributions : Revue Jangada #18 – Décembre 2021

Dossier : Nouveaux regards sur la Fantasy

Soumission d’articles jusqu’au 30 juin 2021

[English version below] [Version en français au-dessus] [Versión en español abajo]

Parmi les genres regroupés sous la notion de littératures de l’imaginaire, la fantasyest sans doute l’un des plus réussis, en ce qui concerne la réception du public et aussi pour être celui qui révèle le potentiel adaptatif le plus expressif pour d’autres médias. La Fantasy acquiert ses formes actuelles à la fin du XIXe siècle, dans un contexte essentiellement anglophone, avec des auteurs comme l’anglais William Morris (1834-1896), l’Écossais George MacDonald (1824-1905) et le Nord-Américain L. Frank Baum (1856-1919). Comme point commun pour ces écrivains, nous observons la récupération d’éléments liés à des catégories plus anciennes telles que le Merveilleux et l’Utopie avec l’utilisation de caractéristiques très propres, telles que la création de « Mondes Secondaires » (caractéristiques de soi-disant « high fantasy » et de l’« immersive fantasy»), c’est-à-dire, des mondes autonomes au nôtre, qui peuvent ou pas être accédés par des portails. Avec la parution des œuvres de J. R. R. Tolkien (1892-1973), la high fantasy a acquis les contours avec lesquels nous le connaissons aujourd’hui, impactant de nouvelles générations de lecteurs et d’écrivains et culminant dans un phénomène d’un grand impact culturel et commercial.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Nouveaux regards sur la fantasy / New visions on fantasy

Appel à communications : Science-fiction, religion, théologie

Journée d’étude, « Science-fiction, religion, théologie »

21 avril 2021

Université catholique de Lille

organisé au sein du laboratoire Ethics (EA 7446) – Chaire Ethique, technologie et transhumanismes

Modalités : en webinaire

Comité scientifique :

  • Ugo Bellagamba (Université Côte d’Azur)
  • Franck Damour (Université catholique de Lille)
  • David Doat (Université catholique de Lille)
  • Dominique Foyer (Université catholique de Lille)
  • Carole Guesse (Université de Louvain)
  • Jessica Lombard (Université du Piémont Oriental)
  • Jean-Guy Nadeau (Université de Montréal)
  • Tyler Reigeluth (Université catholique de Lille)
  • Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne)

Argument : 

Sans en être totalement absentes, la religion et la théologie sont des champs qui sont peu investis par les formes contemporaines de fictions. Un tel constat ne tient pas devant les œuvres de science-fiction qui abondent en références théologiques et religieuses. La littérature de science-fiction recourt en effet fréquemment au référentiel des croyances et des pratiques religieuses, à leurs rôles dans les sociétés, à leurs relations avec les identités, à la façon dont elles codent les rapports au monde et aux autres. Mais elles traitent aussi fréquemment de questions théologiques : les dieux sont souvent présents, ou des formes de vie dont les caractères (omniscience, omniprésence, éternité) les rapprochent des dieux ; plus généralement, bien des romans, films et séries de science-fiction scénarisent des formes du sacré, permettent de poser des questions métaphysiques sur l’origine des choses et leur finalité, sur le Bien et le Mal, sur la finitude, sur la mort et les au-delà, etc. Autant de thématiques que la théologie prend en charge. Ces questionnements sont parfois explicites, parfois implicites, et ne sont pas du tout marginaux : Olaf Stapledon, Philip K. Dick, Arthur C. Clarke, Stanislas Lem, Greg Bear, Dan Simmons, Pierre Bordage, Frank Herbert, Ray Bradbury, Orson Scott Card… la liste semble infinie. Faut-il y voir un intérêt de circonstances ou un élément propre à la démarche de la science-fiction ? Gérard Klein, dans sa préface à l’anthologie Histoires divines, soutient la seconde hypothèse : « Il peut sembler singulier que la Science-Fiction, tout imprégnée de science positive, ait parfois trouvé une source d’inspiration dans la théologie. Mais à y regarder d’un peu plus près, c’est là une rencontre inévitable. (…) La Science-Fiction confine volontiers au délire d’interprétation, et n’était son caractère affirmé de fiction, elle y sombrerait tout à fait. Or quel domaine offre plus que la théologie un champ vaste et définitif à l’interrogation, à la spéculation et à l’interprétation ! » (Librairie Générale française, Paris, 1983, p. 5) Continuer la lecture de Appel à communications : Science-fiction, religion, théologie

Parution : Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux

Fantasy Art and Studies . Fantasy Art and Studies... de Les têtes  Imaginaires - Livre - DecitreRevue Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux, décembre 2020.

Disponible en impression à la demande sur la librairie de BoD. Une édition ebook sera prochainement disponible.

Ce numéro, intitulé Amazing Beasts / Animaux fabuleux, rassemble les actes du colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires » (Université d’Artois, novembre 2019) organisé par Marie-Lucie Bougon, Charlotte Duranton et Laura Muller-Thoma. Les articles abordent les divers aspects de la thématique animale dans la Fantasy et en particulier dans Harry Potter, Game of Thrones, dans l’œuvre de Robin Hobb…
Il rassemble également des nouvelles dont un récit inédit de Charlotte Bousquet et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude. Il est illustré par Océane Azeau, GaëlleC., Antoine Pelloux, Guillaume Labrude, Guillaume Sallah Thomas, Princesse Manadragore Art et Véronique Thill, qui signe l’illustration de couverture.

Parution : Res Futurae, 16, « Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction »

Res Futurae, 16, 2020, Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

sous la direction de Jean Nimis et Yves Iehl

Sommaire

Yves Iehl et Jean Nimis : Terres agglutinées, fragments de mondes possibles : les récits brefs de science-fiction [Texte intégral]

Yves Iehl : Les Novelettes astrales (1912) ou l’utopie subversive de Paul Scheerbart [Texte intégral]

Raphaëlle Costa de Beauregard : Aelita (Iakov Protazanov, 1924) : la science-fiction à l’écran en question [Texte intégral]

Jean Nimis : Lemmings : le récit de science-fiction et le « vice de forme »  [Texte intégral]

Sylvia Chassaing : Robots poètes chez Stanisław Lem : réflexions sur la nécessaire étrangeté de la langue littéraire en contexte soviétique [Texte intégral]

Dominique Kunz Westerhoff : Toi, cyborg ? L’hybridation prothétique dans la nouvelle de science-fiction [Texte intégral]

Michèle Soriano : « Monstreuses » : biotechnologies, figures et fictions féministes dans le récit bref de science-fiction [Texte intégral]

Simon Bréan : L’altérité au prisme de la polytextualité : les artefacts science-fictionnels de Points chauds (Laurent Genefort) [Texte intégral]

En direct de Science Fiction Studies

Connor Pitetti : Les usages de la fin du monde : L’apocalypse et la post-apocalypse en tant que modes narratifs [Texte intégral]

En direct de Foundation

Paul Graham Raven : Rhétorique de la futurité : scénarios, design fiction, prototypes et autres modalités évaporées de la science-fiction [Texte intégral]

Comptes rendus

Irène Langlet : Répertoires visuels, matrices narratives : spéculations astronomiques et science-fiction  [Texte intégral]

Yannick Rumpala : Quelques précisions et remarques à propos du compte rendu « Science-fiction et fin du monde » [Texte intégral]

Appel à communications : Twin Peaks Saison 3

Colloque en ligne : Twin Peaks Saison 3 (The Return)

19-20 Juin 2021

“It is in Our House Now”

Organisé en partenariat avec Lynchland (https://www.facebook.com/Lynchland), l’Université de Cork (Irlande), l’Université Bordeaux Montaigne (France) & l’Université de Liège (Belgique), la Supernatural Studies Association, et le magazine de cinéma La Septième Obsession.

Cette conférence en ligne portera essentiellement sur les 18 épisodes de la troisième saison de la série télévisée de Mark Frost et David Lynch, diffusée par Showtime au mois de mai 2017. Il sera toutefois possible de faire référence aux deux premières saisons de Twin Peaks, au film Twin Peaks: Fire Walk with Me, aux Missing Pieces, ainsi qu’aux divers ouvrages en lien avec cet univers publiés par Mark Frost, Jennifer Lynch et Scott Frost.

Twin Peaks : The Return n’ayant pas encore bénéficié d’un colloque interdisciplinaire international, nous sommes ravis de pouvoir utiliser les possibilités de l’Internet à cet effet et d’engager la discussion avec nos collègues internationaux au sein de divers champs de recherche.  Continuer la lecture de Appel à communications : Twin Peaks Saison 3