Archives par mot-clé : minorités

Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

“Un/Making Graphic History : BD and Narratives of Resistance in French”, New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness. 

Échéance des propositions : 1er juin 2022

In recent years, bande dessinées and graphic novels, as both fiction and/or documentary, have become a popular medium to shed light on unknown or forgotten parts of history or to raise awareness on current socio-political realities and challenges. BDs and graphic novels in French have tackled various topics such as the environmental and socio-economic impact of urban growth (Rural!, 2001), the chlordecone pollution in the French Antilles from 1972 to 1993 (Tropiques toxiques, 2020), the infestation of sargassum seaweed on the shores of Caribbean islands (Mission Pas Possible-Opération Sargasses, 2020), the deportation of children from Réunion to rural hexagonal France (mainly Creuse) from 1964 to 1984 (Piments zoizos: les enfants oubliés de La Réunion, 2020), or the formation of the Vietnamese diaspora in French territories in the context of the Vietnam War (series Mémoires de Viet-Kieu, 2010 – 2020).

We invite chapter proposals in English for a forthcoming edited volume with New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness (an EUP series). This collection will examine the political, aesthetic, and ethical gestures embedded in bande dessinées and graphic novels in order to bear witness to, inform, or question our past and contemporary realities. Through the combination of image and text, the medium encourages us to reconsider the possibilities and limits of documentary and/or fictional, personal, and collective accounts, examining the historical, political, aesthetic, and pedagogical relevance of the medium. This volume will explore some of the following questions: how do BDs and graphic novels examine environmental, gender, racial, religious, political, and social questions? How do the media, through the combination of text and image, engage with notions of voice, power, bias, and perspective? How are the media relevant to the exploration of individual and collective identity de/construction? How are BDs and graphic novels a valuable pedagogical tool to discuss diversity, decolonization, inclusion, and social justice issues?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Le présent projet d’ouvrage collectif s’inscrit à la suite du volume publié en 2020 aux Presses universitaires de Bordeaux, Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (coll. « Modernités », n° 45, série « Littérature, enseignement, recherche »).

Ce second volume a vocation à faire l’objet d’une publication dans la même collection, en 2024. Nous poursuivons ainsi notre dialogue entre littérature et histoire pour étudier les récits d’esclavage adressés à la jeunesse. Le point de départ de notre réflexion s’ancre dans un constat : l’impact manifeste sur l’édition pour la jeunesse de la promulgation de la Loi Taubira qui institue en 2001 l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes. En effet, les trois quarts du corpus réuni – plus d’une centaine d’ouvrages pour la jeunesse publiés en France depuis un demi-siècle, parfois en traduction – sont parus après cette date et le rythme des publications ne cesse d’augmenter.

Pour ne citer que quelques titres récents, des auteurs appartenant à la frange la mieux légitimée du domaine abordent désormais la question, tel Timothée de Fombelle qui lance en 2020 sa trilogie « d’aventure sur le combat de l’esclavage et de l’abolition » (Alma, ill. François Place, Gallimard jeunesse) ; de même, Jean-Luc Marcastel, écrivain reconnu de romans fantastiques et de fantasy, publie Libertalia, (ill. Cécile et Lionel Marty, Gulf Stream éditeur, 2020), un roman historique qui croise les destins de trois jeunes Nantais confrontés au commerce triangulaire » ; certains auteurs de littérature tout public prennent l’initiative de parler de l’esclavage aux enfants, comme Paula Jacques (Blue Pearl, Gallimard jeunesse, 2020) ; les traductions se multiplient, souvent en provenance des États-Unis, comme La longue route de Little Charlie, de Christopher Paul Curtis (trad. F. Pressmann, L’École des loisirs, 2021), mais aussi d’ailleurs comme Dandara et les esclaves libres de Jarid Arraes (trad. du brésilien P. Anacaona, Anacaona éditions, 2018) ; on ne compte plus les documentaires – narrativisés, habilement fictionnalisés et présentés sous le format de l’album – qui visent à informer les jeunes lecteurs sur cette page douloureuse de l’histoire, par exemple Harriet Tubman, une héroïne américaine, de Fleur Daugey (ill. Olivier Charpentier, Actes sud junior, 2020) et L’incroyable histoire de l’Underground Railroad de Jennifer Dalrymple (ill. Justine Brax, Albin Michel Jeunesse, 2021).

Cette sensibilisation accrue à la question de l’esclavage dans les livres pour la jeunesse reflète celle qui s’affiche dans le contexte de ce début de XXIe siècle qui prête une attention soutenue aux minorités, se penche sur les non-dits de l’histoire et multiplie les actions pour mieux faire connaître et comprendre les tragédies du passé. C’est bien en lien avec l’histoire de l’esclavage que Pap Ndiaye publie en 2008 La Condition noire, que les villes de la façade atlantique enrichies par les traites et l’esclavage, se dotent de musées dédiés et érigent des statues d’esclaves dans l’espace public ; la ville de Nantes crée la Fondation pour la mémoire de l’esclavage en 2019 et, la même année, le Musée d’Orsay met en valeur la présence des esclaves et de leurs descendants dans la peinture française depuis le XIXe siècle avec l’exposition consacrée au Modèle noir de Géricault à Matisse. Dans le même ordre d’idées, on signalera l’exposition « Slavernij » (« Esclavage ») qui s’est tenue au Rijksmuseum d’Amsterdam en 2021 : consacrée au passé colonial des Pays-Bas, elle dénonçait les exactions inhérentes à l’esclavage à travers l’histoire de dix personnages. Par ailleurs, sont parues deux sommes : Mémoire noire. Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne , sous la direction de Caroline Le Mao (Mollat, 2020) et Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée qui propose, sous la direction de Paulin Ismard (Seuil, 2021) « une histoire inédite de l’esclavage depuis la Préhistoire jusqu’au présent ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)

Journée d’études organisée par TransCrit (Transferts Critiques anglophones) : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama

Jeudi 17 novembre 2022, Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis

Échéance des propositions : 30 avril 2022

Conférence plénière : Alfred L. Martin (University of Iowa)

Scroll down for English 

Queer, fluid, gender-queer, nonconforming, gray, neutrois, agender, non-binary, pan… autant de termes, mots-valises, emprunts ou raccourcis qui rivalisent à nommer le rejet des normes sociétales états-uniennes, si influentes à l’international. Mais, dans cette société américaine, ce rejet revêt-il, lui aussi, des tendances normatives, disproportionnellement racisées, socialement marquées ? Ou bien émane-t-il fondamentalement des populations les plus opprimées, à la fois hautement vulnérables et combatives ? 

Ces questionnements évoluent en parallèle de la longue lutte pour les droits civiques aux États-Unis, toile de fond théorique et militante qui se poursuit aussi bien avec l’élection du premier président noir d’une nation qui, seulement cinquante ans plus tôt, séparait sa population en fonction de sa race, qu’à travers l’essor du mouvement #BlackLivesMatter sous la présidence Trump, la pandémie et ses inégalités. Aussi, que cela signifie-t-il qu’un corps non-blanc, faussement accusé d’être né hors-sol, dont le deuxième prénom est homonyme de l’ennemi public à l’international des années quatre-vingt-dix, accède à la plus blanche des maisons américaines ? Quelles implications sa position de Président ont-elles eu alors qu’il a dû, avec sa famille hétéronormée africaine américaine, passer la main à son premier critique, parangon d’une Amérique nostalgique du « bon vieux temps », époux d’une troisième femme d’origine slovène et patriarche de multiples lits ? Les cartes de l’hétéronormativé cisgenre WASP sont-elles dorénavant redistribuées aléatoirement au sein d’un château dont l’équilibre ne serait plus dépendant de critères normatifs obligatoires ? Ou, au contraire, gardent-elles leurs pouvoirs de domination, tels les atouts d’une partie éternellement rejouée ? Les cultures populaires reflètent ces interrogations qui parcourent la société états-unienne et offrent de nouveaux modèles sans pouvoir ou vouloir toujours contrecarrer des stéréotypes bien ancrés d’hyper-virilité et/ou hypersexualité noires américaines, parfois soulignés par leur déni même.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)

Parution : Penser avec Stuart Hall (dir. M. Bouyahia, F. Freitas-Ekué, K. Ramdani)

Malek Bouyahia, Franck Freitas-Ekué, Karima Ramdani (dir.), Penser avec Stuart Hall, La Dispute, 2021.

Précédé de deux textes inédits de Stuart Hall.

Cet ouvrage collectif présente et examine l’oeuvre de Stuart Hall, pionnier des cultural studies, mais aussi théoricien postcolonial de première importance. Les chapitres font alterner des éclairages du contexte théorique, institutionnel et politique du développement de sa pensée, des explications de ses conceptions de la race, de l’hégémonie et des usages contemporains de sa théorie. Cette dernière est mobilisée pour penser notamment le renouveau de la gauche ou encore l’expérience politique des groupes minoritaires.

Le livre est précédé de la traduction de deux textes majeurs de Stuart Hall par Séverine Sofio, au sujet des identités diasporiques et des rapports entre discours et pouvoir dans la période postcoloniale.

Avec des contributions de : Lotte Arndt, Malek Bouyahia, Maxime Cervulle, James Cohen, Taous Dahmani, Franck Freitas-Ekué, Marc Lenormand, Kolja Lindner, Éric Maigret, Nelly Quemener  et Karima Ramdani.

Table des matières 

Appel à contributions : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022) (Université de Strasbourg)

Journées d’étude : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022)

Université de Strasbourg, 29 – 30 juin 2022

USIAS, CREAA 

Échéance des propositions : 31 janvier 2022

Coordination : Isabelle Marc (USIAS Strasbourg, Universidad Complutense) et Barbara Lebrun (University of Manchester, GB)

Comité scientifique : Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle, CERLIS), Céline Pruvost (Université de Picardie, CERCLL), Catherine Rudent (Université Sorbonne Nouvelle, CERLIS), Chris Tinker (Heriot Watt University, GB)

Depuis le tournant du 21e siècle, l’essor, la visibilité et le succès des femmes dans les musiques populaires en France ont trouvé leur pendant universitaire dans l’éclosion des travaux sur la place des femmes et les représentations du genre et de la sexualité en chanson (Prévost-Thomas, Ravet et Rudent 2005 ; Prévost-Thomas et Ravet 2007 ; Pénet 2007 ; Hirschi 2017 ; Chaudier 2018 ; Pruvost 2018 ; Deniot 2019, entre autres). De façon plus ou moins directe, ces publications rejoignent la recherche internationale sur le féminisme, le genre, et les identités queer dans la littérature, le cinéma, et, bien- sûr, dans la popular music anglophone (Frith et McRobbie 1990 ; McClary 1991 ; O’Brien 1995 ; Whiteley 1997, 2000 et 2006 ; Brett et al. 2006 ; Jarman-Ivens 2007 et 2011, parmi beaucoup d’autres). Partant d’une conception pragmatique de la notion de genre, défini comme outil d’analyse des rapports de pouvoir entre les pôles du féminin et du masculin propres aux sociétés patriarcales (Octobre 2014), ces journées d’étude souhaitent revenir sur la profusion de talents féminins dans la chanson d’expression française et discuter des changements esthétiques et sociaux qu’elle accompagne, promeut et représente. Ce que nous appelons la féminisation de la musique populaire en France servira de point de départ pour explorer les rapports actuels entre les genres humains, qu’ils soient masculins, féminins ou autres, et les genres musicaux. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022) (Université de Strasbourg)

Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Colloque : Alliances et communautés en fantasy et science-fiction

2-4 mai 2022, Université du Québec à Montréal, Université d’Artois (en ligne)

Échéance des propositions : 5 janvier 2022

Suite au colloque Fantasy et féminismes : à l’intersection du/des genres, qui a eu lieu en mai 2021 et qui a rassemblé un nombre surprenant de chercheureuses[1], auditeurices, – et qui a, de ce fait, montré la pertinence du sujet et des nombreux enjeux soulevés – le comité d’organisation a décidé de lancer un nouvel appel. Pour cette deuxième édition, nous explorerons plus spécifiquement l’axe des alliances et des communautés de femmes[2], et/ou d’individus issus de la diversité sexuelle et de genre[3] (personnes réelles ou personnages) en fantasy et en science-fiction.

Impacts politiques de la fantasy et de la science-fiction

La science-fiction et la fantasy sont des genres proposant souvent une remise en perspective d’enjeux sociaux actuels, voire la mise en place de discours critiques sur le monde et le genre humain (Besson, 2021, 28; 33; 45-48). Si la science-fiction nous pousse à nous interroger sur nos normes référentielles en nous projetant dans un potentiel futur où, par exemple, certaines menaces (nucléaire, désastre écologique, contrôle des corps des femmes2) sont actualisées (45), la fantasy, quant à elle, propose des mondes secondaires qui permettent « d’explorer tous les thèmes sous la forme de la métaphore ou du symbole » (Davoust, 2018, 164). 

Quant à eux, les impacts de la fantasy et de la science-fiction sur le public ne peuvent évidemment être ignorés : sources d’actions dans le réel (Blanc, 2019; Demeule, 2020; Besson, 2021), les genres de l’imaginaire rassemblent autour de communautés d’appartenance, au cœur desquelles entrent en jeu diverses dynamiques de pouvoir. 

En bref, science-fiction et fantasy permettent de penser l’ailleurs, l’altérité, l’autrement; de penser d’autres systèmes politiques et sociaux, d’autres modes d’interaction, d’autres manières d’être, individuellement et collectivement. Dans le cadre de ce colloque, c’est la dimension collective que nous souhaitons explorer.

Continuer la lecture de Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Appel à contributions : Cultures populaires postcoloniales : critique du colonialisme, décolonisation et #BlackLivesMatter (Université de Vienne)

Colloque international : Cultures populaires postcoloniales : critique du colonialisme, décolonisation et #BlackLivesMatter

21-24 septembre 2022

Université de Vienne (Autriche)

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Cette section dans le cadre du 13e congrès des francoromanistes (21-24 Septembre 2022 à Vienne (Autriche)) explore comment le processus historique de la décolonisation se reflète dans les cultures populaires francophones mondiales. Elle explore la question de la renégociation des dynamiques de l’altérité et de la production de nouveaux langages esthétiques. Le postcolonial est compris comme un processus en mouvement qui commence bien avant l’indépendance des colonies françaises et s’étend jusqu’à l’époque actuelle des mouvements de protestation mondiaux.

Dans le prolongement des études culturelles, la culture pop postcoloniale est définie ici comme les médias de masse, mais aussi comme les expressions des cultures protestataires d’artistes et d’intellectuels ou de mouvements collectifs, telles qu’on peut les observer actuellement sur tous les continents. Dans le contexte d’une mondialisation accrue, une réflexion critique s’impose sur la manière dont les sous-cultures et les cultures de protestation deviennent de plus en plus rapidement dominantes ; c’est-à-dire sur la question comment elles sont intégrées dans la rhétorique politique et le langage visuel de la publicité, par exemple, ou comment elles oscillent elles-mêmes de plus en plus entre attitude protestataire et le mainstream grand public.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Cultures populaires postcoloniales : critique du colonialisme, décolonisation et #BlackLivesMatter (Université de Vienne)

Sarah GHELAM (Université Paris-Nanterre)

Formation universitaire

  • 2019 – 2021 Master Sciences Humaines et Sociales Métiers de l’Edition – Parcours Edition.
  • 2016 – 2019 Licence Lettres Edition Média Audiovisuel – Erasmus à Charles University, Prague.

Travaux de recherche

  • 2020 Mémoire : La représentation de personnages enfantins non blancs dans les albums publiés entre 2010 et 2020 en France.
  • 2019 Mémoire : L’énonciation éditoriale des maisons d’édition jeunesse à portée féministe.

Articles

  • Véronique Francis, Sarah Ghelam. « Les représentations de l’enfant noir dans la littérature jeunesse : quelles évolutions ?». Revue NVL n°229, 2021.

Interventions en journée d’étude, congrès et colloques

  • Colloque, « Femmes sauvages, Amazones et femmes viriles : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ? » du 7 et 8 avril 2022, Université Clermont Auvergne, « Le personnage de la fille sauvage est-il une figure subversive de l’album jeunesse ? ».
  • Journée d’étude, « Epinglé.es », 28 novembre 2020, Sorbonne Université. « Où sont les lesbiennes ? ».

Séminaires

  • Séminaire, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique », 2022, « À la recherche du reflet – Retour sur une pratique de lecture ».
  • Séminaire, « Pratiques d’enquête sur les rapports sociaux de race en France hexagonale et ultramarine », 2022, « De quelle couleur ? Comment étudier la représentation de la race en littérature jeunesse ».

Fonctions institutionnelles et associatives

  • 2019 – 2021 Membre du collectif de chercheuse Les Jaseuses.

Publication d’articles sur le carnet du collectif,
Mise en place d’une formation égalité filles-garçons,
Participation à l’organisation du colloque « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer ».

  • 2017 – 2020 Membre du bureau de l’association féministe de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.

Gestion, communication interne et externe
Organisation du mois féministe (conférences, journées d’étude, ateliers, etc.) en collaboration avec les différentes associations de Sorbonne Université,
Mise en place de distributeurs de protections menstruelles sur les centres Sorbonne Université.

Carnet de recherche

Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)

“Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias”

Journée d’études : Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (4 Rue des Irlandais, Paris) – en format hybride, 22-23 octobre 2021

Publication : Revue Traits d’Union

Échéance des propositions : 3 septembre 2021

Le 12e numéro de la Revue Traits d’Union se propose d’étudier la notion d’âgisme et ses représentations dans la littérature, les arts et les médias. Ce concept permet essentiellement d’identifier et de dénoncer les stéréotypes et les discriminations qui affectent la vieillesse, classe d’âge qui tend à être invisibilisée et stigmatisée dans les représentations et les pratiques. Il est possible cependant de l’étendre à l’ensemble des discriminations fondées sur l’âge, notamment celles qui touchent la jeunesse. Il s’agira ainsi de voir comment la littérature, les arts et les médias participent au renforcement, à la dénonciation ou à la déconstruction des stéréotypes âgistes.

La Revue Traits d’Union publie prioritairement de jeunes chercheur·euse·s, doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s, en lettres, arts, médias, sciences humaines et sociales.

Apparu pour la première fois en 1969 sous la plume de Robert Butler, le terme « âgisme » désigne « une profonde gêne chez les jeunes et les personnes d’âge moyen – une répugnance personnelle et un dégoût envers le vieillissement, la maladie et l’infirmité ;

ainsi que la peur de l’impuissance, de l’inutilité et de la mort1 ». Il prend peu à peu sa place dans le langage courant, faisant émerger l’idée qu’à l’instar d’autres formes de discriminations comme le racisme ou le sexisme2, il existe une ségrégation en fonction de l’âge. D’ailleurs, la pandémie de Covid-19 qui a frappé le monde à partir de 20193 ou encore le débat récurrent sur les retraites4 en France, tout comme celui sur les Ehpad5, ne font que réactualiser les stéréotypes que l’on accole aux personnes âgées. Il n’est qu’à lire La Vieillesse de Simone de Beauvoir6, tout récemment réédité, ou encore Histoire de la vieillesse de Jean-Pierre Bois7 pour s’en rendre compte.

Vieillesses et stéréotypes

Il s’agirait pourtant de clarifier tout d’abord ce que désigne la vieillesse, notion aussi vague que fluctuante. En effet, on ne vieillit pas de manière uniforme suivant sa classe sociale, son activité professionnelle, son parcours de vie, son environnement, etc. De plus, la représentation de la vieillesse varie selon l’époque et la culture. Chaque vieillesse est singulière et pourtant la représentation de la vieillesse donne lieu à un ensemble de stéréotypes qui sont souvent négatifs. Certes, celles-ci présentent aussi la figure bienveillante du grand-parent adoré (Victor Hugo, L’art d’être grand-père, Madame de Grand Air dans la série de bandes-dessinées Bécassine) ou celle du vieux sage (Socrate peint par Jacques-Louis David ou Salvator Rosa, le père Fouras dans l’émission Fort Boyard) dont l’expérience profite à tou·te·s mais cette image est minoritaire, du moins en Occident8. Ici encore, la nuance est de mise et chaque aire géographique et culturelle semble présenter son lot de spécificités.

Qu’en est-il alors des stéréotypes liés à la vieillesse ? Existe-t-il des invariants ? Quel lien y a-t-il entre ces représentations caricaturales et la société qui les produit ? Quelle place l’aire géographique et l’ère temporelle prennent-elles dans leurs constructions ? En termes artistiques et médiatiques, les formes, mouvements et supports jouent-ils un rôle dans la manière dont l’âgisme transparaît ? Les arts et les médias sont-ils des vecteurs efficaces pour déconstruire ces représentations ? Quels chemins, singuliers ou communs, ces déconstructions prennent-elle ? Les circonvolutions langagières pour désigner cet âge de la vie – 3e âge, 4e âge, seniors – ne sont-elles pas déjà une trace de cet âgisme ? Si « gros » ne devrait pas être un gros mot9, n’en serait-il pas de même pour « vieux » ? Ces quelques questionnements ne peuvent qu’être frappés du sceau de l’incomplétude, d’autant que l’aspect intersectionnel a une place prépondérante dans la construction mais aussi dans la déconstruction de ces stéréotypes âgistes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)