Archives par mot-clé : minorités

Appel à contributions : Les contributions artistiques de Michael Jackson : un autre regard (NaKan, Journal of Cultural Studies)

« Les apports artistiques de Michael Jackson : un autre regard »

Nakan, Journal of Cultural Studies

Échéance des propositions  : 31 mars 2021

Numéro de la revue dirigé par Isabelle Petitjean

[Englis version below]

Le nombre des études universitaires portant sur Michael Jackson s’est accru ces dernières années, coïncidant sans doute, tout à la fois, avec une prise de conscience de son impact au sein de l’industrie musicale, de l’Histoire de la musique et de la société, et un intérêt croissant développé à son égard par les cultural studies. Pour autant, nombre des études le concernant ciblent bien moins ses apports artistiques que la fluidité dite anxiogène de son image artistique (Dalmazzo 2009, 2010 ; Scott 2012), de son startext (Raphael 2012) ou que sa capacité à brouiller tous les codes simultanément (Fast 2010, 2012). Michael Jackson intéresse essentiellement les domaines de la « race » (Zulu ed. 2010 ; Brackett 2012 ; Woodward 2014) du genre (Scott 2012), du sexe (Fuchs 1995), de l’altérité « étrange » (Fast 2012 ; Jefferson 2006) et ce, même dans le cadre musical (Roberts 2011 ; Malela 2012 ; Gondwe 2013 ; Petitjean 2019) ou chorégraphique (Takiguchi 2014). Ses chansons et ses courts-métrages musicaux ont été passés au crible d’interprétations tantôt orientalistes (Faust 2012), tantôt nationalistes (Rossiter 2012), tantôt post essentialistes ou post constructivistes (Fuss 1989 ; Awkward 1995) et les précédentes revues qui lui ont été consacrées (Zulu ed. 2010 ; Hawkins & Fast eds. 2012) ont largement souscrit à ces prismes mélaniques et musico-coloristes. Si son œuvre sonore et visuelle a, certes, évolué dans un contexte où genre et pigmentation ont toujours été connectés, Michael Jackson n’a, cependant, jamais eu de cesse de se battre pour ne pas être enfermé dans une niche marketing monoraciale. Et pour ce faire, il n’a eu de cesse de répercuter et de déployer un vivier de références pluralistes, interagissant avec la fragmentation et la rotation des genres au sein du courant dominant (Mercer 1994 : 95), jouant, plutôt que brisant les catégories (Brackett 2012), et proposant un art éminemment pluridisciplinaire, combinatoire et fédérateur.

En consacrant un numéro spécial à Michael Jackson, NaKan propose de décaler un regard et un faisceau d’approches trop souvent mélano-centrés pour générer une réflexion davantage tournée vers l’œuvre et les mediums d’expression de l’artiste, comme autant de canaux offrant une possibilité de contextualisations et d’analyses historiques et stylistiques. Les défis de cette édition résideront dans la capacité des contributeurs à renouveler le discours sur cette question « raciale » en s’éloignant du contexte étatsunien par exemple, et à proposer des approches disciplinaires ou pluridisciplinaires de la production sonore, chorégraphique, vidéographique et scénique de l’artiste, per se. C’est là tout l’enjeu des trois champs d’investigations et d’analyses qui sont proposés.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les contributions artistiques de Michael Jackson : un autre regard (NaKan, Journal of Cultural Studies)

Parution : Queer and Feminist Theories of Narrative

Tory Young (ed.), Queer and Feminist Theories of NarrativeRoutledge, 2021

This book argues for the importance of narrative theories which consider gender and sexuality through the analysis of a diverse range of texts and media.

Classical Narratology, an allegedly neutral descriptive system for features of narrative, has been replaced by a diverse set of theories which are attentive to the contexts in which narratives are composed and received. Issues of gender and sexuality have, nevertheless, been sidelined by new strands which consider, for example, cognitive, transmedial, national or historical inflections instead. Through consideration of texts including the MTV series Faking It and the papers of a nineteenth-century activist, Queer and Feminist Theories of Narrative heeds the original call of feminist narratologists for the consideration of a broader and larger corpus of material. Through analysis of issues including the popular representation of lesbian desire, the queer narrative voice, invisibility and power in the digital age, embodiment and cognitive narratology, reading and racial codes, this book argues that a named strand of narrative theory which employs feminist and queer theories as intersectional vectors is contemporary and urgent.

The chapters in this book were originally published as a special issue of the journal Textual Practice.  Continuer la lecture de Parution : Queer and Feminist Theories of Narrative

Parution : De l’exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias

Josette Brun (dir.), De l’exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias, Éditions du remue-ménage, 2021.

L’intersectionnalité, telle qu’élaborée par les féministes noires dans les années 1980, permet de réfléchir aux rapports de pouvoir dans leur complexe enchevêtrement. Au-delà d’un certain effet de mode, cette éthique est plus que jamais nécessaire pour comprendre le monde, à l’aube d’une décennie marquée par un virus ayant partout exacerbé la violence et les inégalités, et mis en évidence les systèmes de privilèges.
Et qu’arrive-t-il lorsque l’on porte ce regard attentif sur les médias ? Les textes rassemblés dans cet ouvrage explorent avec aplomb les questions de l’inclusion et de l’exclusion médiatiques. Que décoder du traitement média réservé au port du hijab dans le sport, aux agressions sexuelles à l’endroit des femmes noires et autochtones, ou encore, de la place de la sourditude et des transidentités dans l’espace public ? Un recueil qui amène son lot de réponses éclairantes et douloureuses, une rareté dans le paysage des études culturelles et médiatiques francophones. Continuer la lecture de Parution : De l’exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias

Parution : Ethnic Minorities, Media and Participation in Hong Kong. Creative and Tactical Belonging

Lisa Y. M. Leung, Ethnic Minorities, Media and Participation in Hong Kong. Creative and Tactical Belonging, Routledge, 2021. 

Second and third generation South and Southeast Asian minorities in Hong Kong, being marginalized from mainstream social and political affairs, have developed an ambivalent sense of belonging to their host society. Unlike their forefathers who first settled in Hong Kong under British colonial rule, these younger generations have spent their formative years in the territory. As such, they have increasingly engaged in the public and political realms of society, partly in response to the territory’s rapid political changes. Leung discusses and analyses the complex and diverse engagement of migrant and minority youths in Hong Kong – and their struggle for recognition, while desiring to ‘be-long’ to a place they call home. Some are joining the calls for democratic changes in the territory. In particular, she argues that much of this struggle can be seen in minorities’ involvement in creative sectors of society.

While it will be of especial interest to scholars with an interest in Hong Kong, this book presents a compelling case study for anyone interested in the dynamics of migrant and minority engagement in the creative sector as a strategy for engagement.

Lisa Y.M. Leung is Associate Professor in the Department of Cultural Studies, Lingnan University, Hong Kong. She has researched and published extensively in the area of minority and migration studies, and is co-author of the book Understanding South Asian Minorities in Hong Kong (2014). She has also researched extensively into the role of social media in social movements, having published journal articles such as ‘Online radio listening as affective publics? (Closeted) participation in the post-Umbrella Movement everyday’ in Cultural Studies (2018), and ‘Free TV as Cultural Right: the case of HKTV Movement’ in Inter-Asia Cultural Studies (2015).

Parution : The Revolution in Transmedia Storytelling through Place

Donna Hancox, The Revolution in Transmedia Storytelling through Place, Routledge, 2021. 

This book proposes that the theory and practice of transmedia storytelling must be re-considered from a social impact and community development perspective, and that time has come for a rigorous critique of the limited ways in which it has been commonly represented.

Transmedia storytelling has become one of the most influential and profitable innovations in the field of media and entertainment. It has changed the ways audiences interact with films, television and web series, advertising, gaming and book publishing. It has also shifted the practices around creation and dissemination of such content. This book asserts that the futures of transmedia storytelling for social impact or change are deeply tied to understandings of place grounded in human geography. Through a series of case studies of projects which challenge the status quo of transmedia, this book explores the elements of transmedia that can be used to amplify under-represented voices and make stories that signal a more inclusive and sustainable future.

This book offers a valuable contribution to the literature in the areas of transmedia storytelling, narratology, digital fiction, electronic literature, locative storytelling, performative writing, digital culture studies and human geography.

Table of contents

Appel à contributions : Cultures urbaines et littératures francophones

Revue Interculturel Francophonies n°42, novembre-décembre 2022.

DOSSIER: Cultures urbaines et littératures francophones

Les cultures urbaines ont, dès leur émergence, eu une relation très évidente avec la littérature.  Ce lien est aujourd’hui illustré par l’existence d’une littérature urbaine dynamique qui rend compte des réalités diverses et particulières de certaines grandes métropoles comme Dakar, Londres, New York, Paris, Johannesburg ou Lagos. L’importance qualitative et quantitative de cette catégorie esthétique a poussé Céline Ngi (cité par Steve Puig), à avancer que «plus qu’une tendance sociale, la littérature urbaine s’est affirmée ces dernières années comme un vrai mouvement littéraire, avec ses propres codes stylistiques, ses références et ses objectifs » (Puig, 60: 2019). Elle tient son originalité aussi de son rapport particulier avec les expressions culturelles et artistiques nées dans l’espace urbain comme les disciplines du mouvement hip hop. Le rap, par exemple, est considéré par certains comme une musique qui aspire au même statut que la littérature dans la société, si l’on considère sa tendance à dire notre modernité dans ses aspects les plus problématiques. Pour Steve Puig «il n’est d’ailleurs totalement pas fortuit de considérer le rap et la littérature urbaine comme deux façons de faire passer le même message» (p.67). G. Andi Rhos, voulant montrer l’influence que l’art afro-américain exerce sur la littérature urbaine, n’hésite pas à présenter celle-ci comme une version littéraire du rap à cause justement de sa thématique et de l’univers décrit qui rappellent fortement les réalités des ghettos américains (2006). En dehors du rap, le slam, le tag, le graffiti, le street art, la break dance ainsi que les sports urbains font aussi leur apparition dans bon nombre de récits dont les auteurs sont souvent issus des banlieues des grandes villes. Ces éléments constitutifs des cultures urbaines y exercent une influence décelable dans les intrigues et la forme des textes.      Continuer la lecture de Appel à contributions : Cultures urbaines et littératures francophones

Appel à propositions : Podcasting Disruptive Voices. New Narratives of Race, Gender & Sexuality

Podcasting Disruptive Voices. New Narratives of Race, Gender & Sexuality

Inspired by Marshall MacLuhan’s pivotal statement that “the medium is the message,” this volume seeks to explore how the emergence of new media has challenged public discourse and epistemological approaches on societal issues in France. While we welcome contributions on new platforms like webseries, online newsletters, YouTube channels, and blogs, the present study will mainly focus on podcasts, which, with their growing popularity, have become a cultural phenomenon in France. In the same way that increased accessibility of the video format supported the feminist and the gay and lesbian movements in the 1970s, by allowing these underrepresented subjects to show images of themselves and politicize their personal lives, podcasts are now considered the platform of choice to give a voice to invisible bodies and communities. Through this medium, minority groups challenge gender normativity, embrace intersectional feminism, and unveil France’s deep-rooted racism (whether systemic, casual, or stereotypical) and its biases. As the title of the section — recently dedicated to this media form in Les Inrocks (14/10/2020) — suggests, podcasts “f[ont] entendre des voix qui n’ont pas été entendues” (allow us to hear voices that have not yet been heard) (23-25).   Continuer la lecture de Appel à propositions : Podcasting Disruptive Voices. New Narratives of Race, Gender & Sexuality

Appel à contributions : Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

coordonné par Denis Saint-Amand et Mathilde Zbaeren

En 2017, l’éclatement de l’affaire Weinstein a favorisé le rayonnement du mouvement #MeToo, chaîne de solidarité rassemblant les victimes d’agressions sexuelles initiée en 2007 par Tarana Burke, une militante et travailleuse sociale noire américaine. La médiatisation de cette campagne dix ans après l’appel initial de Burke a non seulement permis de révéler au grand public le système de prédation en vigueur au sein du milieu hollywoodien, mais aussi de faire apparaître plus largement l’omniprésence des formes et mécanismes de la violence sexuelle et sexiste au sein des différents espaces sociaux. Autour d’une devise qui fonde les possibilités de reconquérir un pouvoir dans l’empathie, le mouvement #MeToo s’est largement déployé pour impliquer et rallier progressivement des voix de femmes victimes de harcèlement et de violences sexuelles au sein de communautés diverses. Émergeant il y a trois ans comme une dynamique réflexive puissante et polymorphe, ce phénomène médiatique et politique trouve un appui solide sur une tradition de luttes féministes articulées, dans une perspective intersectionnelle (Crenshaw, 1989 ; McCall, 2005), à d’autres mouvements d’émancipation, luttes décoloniales et LGBTQIA+, notamment. Ces perspectives conjointes fournissent des outils épistémologiques puissants permettant à des actrices et acteurs sociaux de défier l’hégémonie d’un patriarcat autant prescriptif que restrictif. Une opération médiatique telle que celle menée en 2017 atteste d’une volonté de démocratiser l’accès aux luttes et de donner au plus grand nombre les moyens de secouer les normes imposées en matière de rapport de genre et de sexualités. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colloque à l’Université de Toronto, les 30 avril et 1er mai 2020

Organisé par Isabella Huberman et Isabelle Kirouac Massicotte

Les productions culturelles québécoises, quʼil sʼagisse de la littérature, du cinéma, des séries télévisées, du théâtre ou des arts picturaux, sont traversées par le colonialisme et la race, que ce soit implicitement ou explicitement. Cependant, ces questions demeurent peu étudiées dans les études littéraires québécoises; cʼest le constat que fait Corrie Scott à propos de la race dans De Groulx à Laferrière. Un parcours de la race dans la littérature québécoise (2014). Bien que nous nous situions dans la foulée des travaux de Scott, nous souhaitons ouvrir la discussion à dʼautres genres artistiques et au colonialisme qui, à notre sens, même sʼil se distingue du concept de race, en partage la logique : celle de légitimer la domination et lʼexploitation. Les contributions pourront aborder lʼune ou lʼautre notion, mais les études portant sur lʼintersection du colonialisme et de la race sont également les bienvenues. Bien que notre activité nʼexclut pas les perspectives des créateur.trice.s racisé.e.s et autochtones, elle se concentre sur des œuvres réalisées par des personnes allochtones et blanches, parce que nous considérons que le travail de décolonisation et dʼanti-racisme devrait être la responsabilité de ces dernières, et non le fardeau des premier.ère.s. À lʼinstar de Scott, nous nous intéresserons non seulement à la racisation des Autochtones et des immigrants, mais aussi à celle des Québécois.e.s dit.e.s de souche, quʼil sʼagisse de lʼappropriation du discours racial (lʼexemple de Nègres blancs dʼAmérique de Pierre Vallières est emblématique) ou de la figure du white trash, considéré comme moins que blanc. Nous tenterons notamment de répondre à lʼappel que lance Scott dans lʼintroduction à son ouvrage, à savoir si la production récente affiche une persistance des modèles traditionnels de la race (de lʼabsence à la stéréotypie) ou encore si elle présente des changements. Du côté du colonialisme, il sera question de déterminer sʼil est présenté comme une condition du progrès, ou encore sʼil est problématisé. Que ce soit en révisant les classiques ou en sʼattardant à des œuvres de lʼextrême contemporain, il sʼagira dʼétudier le colonialisme et la race sous toutes leurs coutures. Lʼévénement se déroulera en français. À titre informatif, voici certains thèmes qui pourraient être abordés : Continuer la lecture de Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Parution : Réseaux n°223, Médias et racialisation

Réseaux, 2020/5 (n°223) : Médias et racialisation

coordonné par Frank Rebillard

Si le printemps 2020 aura bien sûr été marqué par la pandémie de coronavirus, il aura aussi été traversé sur le plan politique et médiatique par des images de protestations contre les violences policières, doublées de dénonciation du racisme. Depuis les rassemblements Black Lives Matter et les émeutes suivant la mort de George Floyd aux États-Unis, jusqu’aux manifestations du comité La vérité pour Adama en France, sur les écrans de télévision comme sur les plateformes de réseaux sociaux, des expressions telles que « racisme d’État », « privilège blanc », et plus largement celles de « racisation » ou « racialisation », ont pris une place jusqu’ici inédite dans l’espace public.
Depuis une vingtaine d’année déjà, ces notions et concepts, produits de l’univers académique mais bien souvent dans des zones de contact avec les mondes de l’activisme et du militantisme, connaissent de fait un emploi croissant par les sciences sociales. Parce que la « question raciale » constitue ainsi une entrée de plus en plus fréquente pour penser la société, la revue Réseaux a précisément souhaité consacrer un dossier à sa mobilisation pour analyser les médias.
Les articles réunis dans ce dossier, en mettant à jour des représentations médiatiques contribuant à altériser certains individus ou groupes sociaux en raison de leurs supposées origines communes ou mêmes couleurs de peau, prolongent ici des travaux qui, autrefois consacrés à l’image des « immigrés » ou des habitants des « banlieues », n’avaient pas abordé de façon aussi frontale les processus de racialisation. Et ils ouvrent également des voies encore plus originales pour la recherche française, en comparaison notamment de traditions plus établies aux États-Unis. Car ces différents articles, en explorant les modalités de production et les positionnements professionnels, au sein des entreprises de médias et plus largement des secteurs d’activité concernés, aident à mieux comprendre comment des biais racialisants peuvent être véhiculés – ou contrecarrés – par les médias.

Continuer la lecture de Parution : Réseaux n°223, Médias et racialisation