Archives par mot-clé : minorités

Parution : Inclusive Screenwriting for Film and Television (Jesse King)

Jesse King, Inclusive Screenwriting for Film and Television, Routledge, 2022. 

Breaking down the traditional structures of screenplays in an innovative and progressive way, while also investigating the ways in which screenplays have been traditionally told, this book interrogates how screenplays can be written to reflect the diverse life experiences of real people.

Author Jess King explores how existing paradigms of screenplays often exclude the very people watching films and TV today. Taking aspects such as characterization, screenplay structure, and world-building, King offers ways to ensure your screenplays are inclusive and allow for every person’s story to be heard. In addition to examples ranging from Sorry to Bother You to Portrait of a Lady on Fire, four case studies on Killing Eve, Sense8, I May Destroy You, and Vida ground the theoretical work in practical application. The book highlights the ways in which screenplays can authentically represent and uplift the lived experiences of those so often left out of the narrative, such as the LGBTQIA+ community, women, and people of color. The book addresses a current demand for more inclusive and progressive representation in film and TV and equips screenwriters with the tools to ensure their screenplays tell authentic stories, offering innovative ways to reimagine current screenwriting practice towards radical equity and inclusion.

This is a timely and necessary book that brings the critical lenses of gender studies, queer theory, and critical race studies to bear on the practice of screenwriting, ideal for students of screenwriting, aspiring screenwriters, and industry professionals alike.

Jess King is an Instructor of Screenwriting and Cinema Production at DePaul University, USA. Jess is an educator, scholar, and interdisciplinary filmmaker, teaching courses in screenwriting, independent television, and film analysis. King’s creative scholarship revolves around frameworks for reimagining screenwriting for inclusion and social justice.

Continuer la lecture de Parution : Inclusive Screenwriting for Film and Television (Jesse King)

Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Séminaire doctoral Science-fiction, séance 2 : “Politiques de l’imaginaire“.

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h, Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).

Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Parution : Critique, n° 900, “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel”

Critique, n° 900 , “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel“, 2022.

C’est un divertissement d’ilotes, un passe-temps d’illettrés, un spectacle qui ne demande aucun effort » : ce célèbre et féroce jugement, que Georges Duhamel portait sur le cinéma en 1930, d’autres avant et après lui l’ont appliqué à la bande dessinée. Avec le même aveuglement. Car dans le monde de la culture et de l’art, la BD a obtenu elle aussi droit de cité. Non seulement elle représente aujourd’hui un des secteurs les plus dynamiques du marché de la librairie – en 2020, plus de 53 millions d’exemplaires vendus en France –, mais elle a obtenu une véritable reconnaissance critique, qui n’est plus inversement proportionnelle à sa popularité.

À cette vitalité, bien des explications. La bande dessinée est devenue adulte et s’est internationalisée en se diversifiant ; tout en renouvelant les conventions du fantastique, de l’aventure, de la science-fiction ou du roman noir, elle a investi de nouveaux domaines, comme l’autobiographie et le reportage ; elle a inventé de nouvelles formules éditoriales et chamboulé ses procédés graphiques ou narratifs – sans renoncer (en général) à son essentielle hybridité, c’est-à-dire à sa manière de marquer la solidarité du visible et du lisible. Son « inventeur » supposé, Rodolphe Töpffer, l’affirmait dès 1837 : « Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. »

Parmi les auteurs actuels qui savent associer qualité, popularité et drôlerie, Riad Sattouf se signale par une aptitude particulière à débusquer l’étrangeté dans le réel ; il s’en explique dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder. Attentif aux qualités formelles du dessinateur, Yves Hersant rend compte ici de son dernier livre paru, Le Jeune Acteur 1, tandis que Thierry Hoquet interroge la « virilité » de Pascal Brutal, héros éponyme d’une série publiée entre 2006 et 2014 ; sociologue elle-même, Christine Détrez commente l’« imagination sociologique » de Riad Sattouf, telle qu’elle se révèle dans les réjouissants Cahiers d’Esther (qui en disent long sur la « culture jeune »). Il revenait à des spécialistes du monde arabe, François Pouillon et Mercedes Volait, de parcourir les cinq volumes publiés de L’Arabe du futur, récit d’enfance qui a « quelques leçons à donner aux ethnologues ».

Continuer la lecture de Parution : Critique, n° 900, “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel”

Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

“Un/Making Graphic History : BD and Narratives of Resistance in French”, New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness. 

Échéance des propositions : 1er juin 2022

In recent years, bande dessinées and graphic novels, as both fiction and/or documentary, have become a popular medium to shed light on unknown or forgotten parts of history or to raise awareness on current socio-political realities and challenges. BDs and graphic novels in French have tackled various topics such as the environmental and socio-economic impact of urban growth (Rural!, 2001), the chlordecone pollution in the French Antilles from 1972 to 1993 (Tropiques toxiques, 2020), the infestation of sargassum seaweed on the shores of Caribbean islands (Mission Pas Possible-Opération Sargasses, 2020), the deportation of children from Réunion to rural hexagonal France (mainly Creuse) from 1964 to 1984 (Piments zoizos: les enfants oubliés de La Réunion, 2020), or the formation of the Vietnamese diaspora in French territories in the context of the Vietnam War (series Mémoires de Viet-Kieu, 2010 – 2020).

We invite chapter proposals in English for a forthcoming edited volume with New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness (an EUP series). This collection will examine the political, aesthetic, and ethical gestures embedded in bande dessinées and graphic novels in order to bear witness to, inform, or question our past and contemporary realities. Through the combination of image and text, the medium encourages us to reconsider the possibilities and limits of documentary and/or fictional, personal, and collective accounts, examining the historical, political, aesthetic, and pedagogical relevance of the medium. This volume will explore some of the following questions: how do BDs and graphic novels examine environmental, gender, racial, religious, political, and social questions? How do the media, through the combination of text and image, engage with notions of voice, power, bias, and perspective? How are the media relevant to the exploration of individual and collective identity de/construction? How are BDs and graphic novels a valuable pedagogical tool to discuss diversity, decolonization, inclusion, and social justice issues?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Le présent projet d’ouvrage collectif s’inscrit à la suite du volume publié en 2020 aux Presses universitaires de Bordeaux, Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (coll. « Modernités », n° 45, série « Littérature, enseignement, recherche »).

Ce second volume a vocation à faire l’objet d’une publication dans la même collection, en 2024. Nous poursuivons ainsi notre dialogue entre littérature et histoire pour étudier les récits d’esclavage adressés à la jeunesse. Le point de départ de notre réflexion s’ancre dans un constat : l’impact manifeste sur l’édition pour la jeunesse de la promulgation de la Loi Taubira qui institue en 2001 l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes. En effet, les trois quarts du corpus réuni – plus d’une centaine d’ouvrages pour la jeunesse publiés en France depuis un demi-siècle, parfois en traduction – sont parus après cette date et le rythme des publications ne cesse d’augmenter.

Pour ne citer que quelques titres récents, des auteurs appartenant à la frange la mieux légitimée du domaine abordent désormais la question, tel Timothée de Fombelle qui lance en 2020 sa trilogie « d’aventure sur le combat de l’esclavage et de l’abolition » (Alma, ill. François Place, Gallimard jeunesse) ; de même, Jean-Luc Marcastel, écrivain reconnu de romans fantastiques et de fantasy, publie Libertalia, (ill. Cécile et Lionel Marty, Gulf Stream éditeur, 2020), un roman historique qui croise les destins de trois jeunes Nantais confrontés au commerce triangulaire » ; certains auteurs de littérature tout public prennent l’initiative de parler de l’esclavage aux enfants, comme Paula Jacques (Blue Pearl, Gallimard jeunesse, 2020) ; les traductions se multiplient, souvent en provenance des États-Unis, comme La longue route de Little Charlie, de Christopher Paul Curtis (trad. F. Pressmann, L’École des loisirs, 2021), mais aussi d’ailleurs comme Dandara et les esclaves libres de Jarid Arraes (trad. du brésilien P. Anacaona, Anacaona éditions, 2018) ; on ne compte plus les documentaires – narrativisés, habilement fictionnalisés et présentés sous le format de l’album – qui visent à informer les jeunes lecteurs sur cette page douloureuse de l’histoire, par exemple Harriet Tubman, une héroïne américaine, de Fleur Daugey (ill. Olivier Charpentier, Actes sud junior, 2020) et L’incroyable histoire de l’Underground Railroad de Jennifer Dalrymple (ill. Justine Brax, Albin Michel Jeunesse, 2021).

Cette sensibilisation accrue à la question de l’esclavage dans les livres pour la jeunesse reflète celle qui s’affiche dans le contexte de ce début de XXIe siècle qui prête une attention soutenue aux minorités, se penche sur les non-dits de l’histoire et multiplie les actions pour mieux faire connaître et comprendre les tragédies du passé. C’est bien en lien avec l’histoire de l’esclavage que Pap Ndiaye publie en 2008 La Condition noire, que les villes de la façade atlantique enrichies par les traites et l’esclavage, se dotent de musées dédiés et érigent des statues d’esclaves dans l’espace public ; la ville de Nantes crée la Fondation pour la mémoire de l’esclavage en 2019 et, la même année, le Musée d’Orsay met en valeur la présence des esclaves et de leurs descendants dans la peinture française depuis le XIXe siècle avec l’exposition consacrée au Modèle noir de Géricault à Matisse. Dans le même ordre d’idées, on signalera l’exposition « Slavernij » (« Esclavage ») qui s’est tenue au Rijksmuseum d’Amsterdam en 2021 : consacrée au passé colonial des Pays-Bas, elle dénonçait les exactions inhérentes à l’esclavage à travers l’histoire de dix personnages. Par ailleurs, sont parues deux sommes : Mémoire noire. Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne , sous la direction de Caroline Le Mao (Mollat, 2020) et Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée qui propose, sous la direction de Paulin Ismard (Seuil, 2021) « une histoire inédite de l’esclavage depuis la Préhistoire jusqu’au présent ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)

Journée d’études organisée par TransCrit (Transferts Critiques anglophones) : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama

Jeudi 17 novembre 2022, Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis

Échéance des propositions : 30 avril 2022

Conférence plénière : Alfred L. Martin (University of Iowa)

Scroll down for English 

Queer, fluid, gender-queer, nonconforming, gray, neutrois, agender, non-binary, pan… autant de termes, mots-valises, emprunts ou raccourcis qui rivalisent à nommer le rejet des normes sociétales états-uniennes, si influentes à l’international. Mais, dans cette société américaine, ce rejet revêt-il, lui aussi, des tendances normatives, disproportionnellement racisées, socialement marquées ? Ou bien émane-t-il fondamentalement des populations les plus opprimées, à la fois hautement vulnérables et combatives ? 

Ces questionnements évoluent en parallèle de la longue lutte pour les droits civiques aux États-Unis, toile de fond théorique et militante qui se poursuit aussi bien avec l’élection du premier président noir d’une nation qui, seulement cinquante ans plus tôt, séparait sa population en fonction de sa race, qu’à travers l’essor du mouvement #BlackLivesMatter sous la présidence Trump, la pandémie et ses inégalités. Aussi, que cela signifie-t-il qu’un corps non-blanc, faussement accusé d’être né hors-sol, dont le deuxième prénom est homonyme de l’ennemi public à l’international des années quatre-vingt-dix, accède à la plus blanche des maisons américaines ? Quelles implications sa position de Président ont-elles eu alors qu’il a dû, avec sa famille hétéronormée africaine américaine, passer la main à son premier critique, parangon d’une Amérique nostalgique du « bon vieux temps », époux d’une troisième femme d’origine slovène et patriarche de multiples lits ? Les cartes de l’hétéronormativé cisgenre WASP sont-elles dorénavant redistribuées aléatoirement au sein d’un château dont l’équilibre ne serait plus dépendant de critères normatifs obligatoires ? Ou, au contraire, gardent-elles leurs pouvoirs de domination, tels les atouts d’une partie éternellement rejouée ? Les cultures populaires reflètent ces interrogations qui parcourent la société états-unienne et offrent de nouveaux modèles sans pouvoir ou vouloir toujours contrecarrer des stéréotypes bien ancrés d’hyper-virilité et/ou hypersexualité noires américaines, parfois soulignés par leur déni même.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)

Parution : Penser avec Stuart Hall (dir. M. Bouyahia, F. Freitas-Ekué, K. Ramdani)

Malek Bouyahia, Franck Freitas-Ekué, Karima Ramdani (dir.), Penser avec Stuart Hall, La Dispute, 2021.

Précédé de deux textes inédits de Stuart Hall.

Cet ouvrage collectif présente et examine l’oeuvre de Stuart Hall, pionnier des cultural studies, mais aussi théoricien postcolonial de première importance. Les chapitres font alterner des éclairages du contexte théorique, institutionnel et politique du développement de sa pensée, des explications de ses conceptions de la race, de l’hégémonie et des usages contemporains de sa théorie. Cette dernière est mobilisée pour penser notamment le renouveau de la gauche ou encore l’expérience politique des groupes minoritaires.

Le livre est précédé de la traduction de deux textes majeurs de Stuart Hall par Séverine Sofio, au sujet des identités diasporiques et des rapports entre discours et pouvoir dans la période postcoloniale.

Avec des contributions de : Lotte Arndt, Malek Bouyahia, Maxime Cervulle, James Cohen, Taous Dahmani, Franck Freitas-Ekué, Marc Lenormand, Kolja Lindner, Éric Maigret, Nelly Quemener  et Karima Ramdani.

Table des matières 

Appel à contributions : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022) (Université de Strasbourg)

Journées d’étude : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022)

Université de Strasbourg, 29 – 30 juin 2022

USIAS, CREAA 

Échéance des propositions : 31 janvier 2022

Coordination : Isabelle Marc (USIAS Strasbourg, Universidad Complutense) et Barbara Lebrun (University of Manchester, GB)

Comité scientifique : Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle, CERLIS), Céline Pruvost (Université de Picardie, CERCLL), Catherine Rudent (Université Sorbonne Nouvelle, CERLIS), Chris Tinker (Heriot Watt University, GB)

Depuis le tournant du 21e siècle, l’essor, la visibilité et le succès des femmes dans les musiques populaires en France ont trouvé leur pendant universitaire dans l’éclosion des travaux sur la place des femmes et les représentations du genre et de la sexualité en chanson (Prévost-Thomas, Ravet et Rudent 2005 ; Prévost-Thomas et Ravet 2007 ; Pénet 2007 ; Hirschi 2017 ; Chaudier 2018 ; Pruvost 2018 ; Deniot 2019, entre autres). De façon plus ou moins directe, ces publications rejoignent la recherche internationale sur le féminisme, le genre, et les identités queer dans la littérature, le cinéma, et, bien- sûr, dans la popular music anglophone (Frith et McRobbie 1990 ; McClary 1991 ; O’Brien 1995 ; Whiteley 1997, 2000 et 2006 ; Brett et al. 2006 ; Jarman-Ivens 2007 et 2011, parmi beaucoup d’autres). Partant d’une conception pragmatique de la notion de genre, défini comme outil d’analyse des rapports de pouvoir entre les pôles du féminin et du masculin propres aux sociétés patriarcales (Octobre 2014), ces journées d’étude souhaitent revenir sur la profusion de talents féminins dans la chanson d’expression française et discuter des changements esthétiques et sociaux qu’elle accompagne, promeut et représente. Ce que nous appelons la féminisation de la musique populaire en France servira de point de départ pour explorer les rapports actuels entre les genres humains, qu’ils soient masculins, féminins ou autres, et les genres musicaux. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022) (Université de Strasbourg)

Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)

Colloque : Alliances et communautés en fantasy et science-fiction

2-4 mai 2022, Université du Québec à Montréal, Université d’Artois (en ligne)

Échéance des propositions : 5 janvier 2022

Suite au colloque Fantasy et féminismes : à l’intersection du/des genres, qui a eu lieu en mai 2021 et qui a rassemblé un nombre surprenant de chercheureuses[1], auditeurices, – et qui a, de ce fait, montré la pertinence du sujet et des nombreux enjeux soulevés – le comité d’organisation a décidé de lancer un nouvel appel. Pour cette deuxième édition, nous explorerons plus spécifiquement l’axe des alliances et des communautés de femmes[2], et/ou d’individus issus de la diversité sexuelle et de genre[3] (personnes réelles ou personnages) en fantasy et en science-fiction.

Impacts politiques de la fantasy et de la science-fiction

La science-fiction et la fantasy sont des genres proposant souvent une remise en perspective d’enjeux sociaux actuels, voire la mise en place de discours critiques sur le monde et le genre humain (Besson, 2021, 28; 33; 45-48). Si la science-fiction nous pousse à nous interroger sur nos normes référentielles en nous projetant dans un potentiel futur où, par exemple, certaines menaces (nucléaire, désastre écologique, contrôle des corps des femmes2) sont actualisées (45), la fantasy, quant à elle, propose des mondes secondaires qui permettent « d’explorer tous les thèmes sous la forme de la métaphore ou du symbole » (Davoust, 2018, 164). 

Quant à eux, les impacts de la fantasy et de la science-fiction sur le public ne peuvent évidemment être ignorés : sources d’actions dans le réel (Blanc, 2019; Demeule, 2020; Besson, 2021), les genres de l’imaginaire rassemblent autour de communautés d’appartenance, au cœur desquelles entrent en jeu diverses dynamiques de pouvoir. 

En bref, science-fiction et fantasy permettent de penser l’ailleurs, l’altérité, l’autrement; de penser d’autres systèmes politiques et sociaux, d’autres modes d’interaction, d’autres manières d’être, individuellement et collectivement. Dans le cadre de ce colloque, c’est la dimension collective que nous souhaitons explorer.

Continuer la lecture de Alliances et communautés en fantasy et science-fiction (UQAM/Université d’Artois, en ligne)