Archives par mot-clé : méthode

Appel à propositions : Appropriations francophones des Feminist Cultural Studies

« Appropriations francophones des Feminist Cultural Studies », Revue Poli – Politiques des Cultural Studies, n° 16 – printemps 2022

Coordinatrices

Viviane Albenga (Université Bordeaux Montaigne)

Delphine Chedaleux (Université de Technologie de Compiègne)

L’objectif de ce numéro thématique est de dresser un panorama inédit des appropriations contemporaines des Feminist Cultural Studies dans l’espace francophone ; nous souhaitons ici mettre à l’honneur les travaux en français qui reprennent à leur compte la démarche initiée par les Cultural Studies féministes, quelle que soit la discipline au sein de laquelle ils opèrent.

Depuis la publication en 1978 de l’ouvrage collectif Women Take Issue : Aspects of Women’s Subordination co-écrit par les chercheuses du Women’s Studies Group du Centre for Contemporary Cultural Studies (CCCS), de nombreux travaux ont vu le jour au confluent de la théorie féministe et des Cultural Studies. Les Feminist Cultural Studies ne constituent pas un champ strictement défini mais désignent un ensemble de travaux qui se revendiquent frontalement ou non de cette catégorie ou d’une catégorie proche telle que la Feminist Cultural Theory (Skeggs, 1995) ; leur hétérogénéité conduit Anne Balsamo à les qualifier de post-disciplinaires (Balsamo, 1991). Qu’elles s’articulent autour de la critique littéraire, de l’ethnographie des subcultures, des études postcoloniales, des théories du corps, de la critique féministe des sciences et des techniques ou encore de la relecture féministe des concepts bourdieusiens, les Feminist Cultural Studies anglo-américaines ont en commun d’investiguer la production culturelle des rapports de genre dans ses imbrications avec la classe et la race. Le culturel s’entend ici dans une acception large : s’il est évidemment question des productions médiatiques (cinématographiques, télévisuelles, journalistiques, littéraires, théâtrales, etc.), le terme désigne plus largement les systèmes de représentations symboliques (qui structurent par exemple les champs politiques ou scientifiques) et, dans un sens anthropologique, les modes de vie.

Continuer la lecture de Appel à propositions : Appropriations francophones des Feminist Cultural Studies

Appel à articles : Ecrans n°3, analyser les séries télévisées

ECRANS N°3 ANALYSER LES SERIES TELEVISEES

Les séries télévisées sont des produits culturels industriels narratifs, qui offrent à l’analyste deux difficultés majeures.

La première concerne leur temporalité. Produites durant plusieurs années sous des conditions variables et souvent par des individus différents, évoluant sous l’action de réceptions plus que jamais actives, elles n’apparaissent ni uniformes ni stables.

La seconde peut être formulée sous la forme d’un paradoxe : une série est un objet narratif, mais qui n’est pas du tout un récit. Une série en tant qu’objet textuel s’apparente plutôt à une machine à fabriquer des récits à l’intérieur d’un univers fictionnel (relativement) stable.

La temporalité sérielle nous oblige à rendre compte des inflexions à l’intérieur de cet objet long. Peut-on la comparer à celles d’autres « objets longs » comme l’œuvre d’un cinéaste ? À quoi oblige et que permet ce temps long ? Une série est-elle un objet à la dérive, inventé au fur et à mesure des épisodes ? Ou doit l’examiner à partir d’un potentiel narratif dont il serait possible de rendre compte ? Et comment rendre compte de l’intervention de la réception-interprétation par des publics, déjà mentionnée par Dominique Pasquier à propos de Hélène et les garçons ou par Henry Jenkins à propos de Star trek ?

Nous savons analyser des objets narratifs clos, comme les films ou les romans. Comment analyser des objets narratifs ouverts comme des séries télévisées ? La solution consiste trop souvent à revenir à des analyses de contenu qui négligent toute mise en scène (et toute mise en temps, voir le paragraphe précédent) aussi bien que l’expansion narrative, saison après saison, des séries télévisées. Les catégories classiques de genre ou d’auteur sont-elles d’une quelconque utilité ? L’analyse du film a mis au point des méthodes fructueuses : dans quelle mesure sont-elles exportables vers les séries télévisées ? Pour rendre compte de la narrativité spécifique des séries, faut-il rechercher de nouvelles méthodes ?

Écrans propose à la sagacité des chercheurs ces questions et sans doute quelques autres. Les propositions privilégiées manifesteront une démarche méthodologique explicite, soit de façon théorique, soit accompagnant l’analyse d’une série particulière.

Les propositions sont à envoyer à jpierre.esquenazi@wanadoo.fr avant le 30 juin (désolé de ce temps court). On connaîtra les propositions acceptées avant le 10 juillet.

Les articles sont à rendre pour la fin du mois d’octobre.