Archives par mot-clé : merveilleux

Appel à contributions : Fantasy flora / Flore imaginaire (revue Fantasy Art and Studies)

Fantasy Flora / Flore imaginaire

Revue Fantasy Art and Studies

Nouvelle date d’échéance : 30 juin 2024

(English version below)

Branchiflore, athelas, feainnewedd ou rougeoyeur : tels sont les noms de quelques végétaux imaginaires qui croissent dans des mondes de Fantasy[1]. Qu’elle soit merveilleuse ou non, inventée de toutes pièces ou empruntée à notre réalité, la flore participe à la création d’univers. En tant qu’élément constitutif de la xéno-encyclopédie (Saint-Gelais, 1999) d’une œuvre, elle  enrichit un monde fictif, lui donne une profondeur et permet au lectorat de mieux imaginer l’espace dans lequel il plonge.

En ce que la Fantasy médiévaliste occidentale met régulièrement en scène des environnements naturels, il n’est guère étonnant de trouver des descriptions de forêts et d’arbres. Quelques auteurs, à l’image de J. R. R. Tolkien, offrent une grande place aux plantes dans leurs textes. Le professeur d’Oxford représente d’ailleurs volontiers arbres, fleurs et motifs végétaux dans ses illustrations. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fantasy flora / Flore imaginaire (revue Fantasy Art and Studies)

Parution : L’imaginaire en séries

Otrante, n°53, « L’imaginaire en séries II », sous la direction d’Anne Besson, 2024. 

Depuis plusieurs années, les séries télévisées retiennent l’attention de la recherche universitaire… mais la fantasy fait très pauvre figure dans ces travaux : il n’y est jamais question du merveilleux contemporain, dont les variantes historiques ou urbaines sont pourtant omniprésentes dans la culture contemporaine depuis un quart de siècle. Il est vrai que la rencontre entre fantasy et séries télévisées apparait plus récente ; mais son expansion est telle qu’elle mérite amplement que l’on s’y arrête.
Ce volume vise à proposer un premier panorama collectif du sujet, sur la piste des éventuelles spécificités de la série de fantasy (si on la rapproche des séries de science-fiction notamment, mais aussi des autres expressions médiatiques successivement explorées par le genre), en tant qu’elles témoignent de la reconfiguration des dynamiques entre genres de l’imaginaire, médias et publics intergénérationnels.

Appel à communications : Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe s. (Champs-sur-Marne)

Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe

13 juin 2024

Université Gustave-Eiffel (Paris-Est), Champs-sur-Marne

Date d’échéance : 24 mars 2024

Journée d’étude jeunes chercheurs organisée par Tristan Tailhades (LISAA) et Sarah Mallah (LISAA). Invitée : Claire Barel-Moisan (CNRS/ENS-Lyon).

Texte de l’appel : 

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est à la géologie qu’il est revenu de s’engager dans « le sombre abîme du temps » qu’évoquait Buffon, et de révéler que l’histoire du monde ne s’écrivait pas en milliers d’années, comme l’enseignait l’Écriture, mais en millions et bientôt en milliards d’années. On sait l’usage qu’ont fait les sciences de ces très longues durées : Charles Darwin y a adossé sa théorie de l’évolution, qui ne réclamait pas moins que « des milliers de générations » (Darwin, 1859) pour expliquer le passage progressif d’une espèce à une autre. Les temporalités longues des sciences de la nature ont inspiré à Michelet, dans le domaine des sciences humaines, des développements sur la préhistoire des nations (Petitier, 1997). Les découvertes scientifiques rendent possible d’imaginer le monde en des temps très éloignés, dans le passé comme dans le futur. Sur le plan politique, Roger Luckhurst rappelle que le XIXe siècle est le grand moment de la domination des empires coloniaux, ce qui explique selon lui l’élargissement des échelles à la fois temporelles et spatiales  (Luckhurst, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe s. (Champs-sur-Marne)

Appel à communications : La collaboration homme-animal dans les contes, leurs expansions hypertextuelles et hypericoniques : des « Animaux reconnaissants » à « La Belle aux cheveux d’or » (Lille)

La collaboration homme-animal dans les contes, leurs expansions hypertextuelles et hypericoniques : des “Animaux reconnaissants” à “La Belle aux cheveux d’or”

4 et 5 mars 2024

Université de Lille. Campus Pont de Bois, Maison de la Recherche

Date d’échéance : 2 janvier 2024

Colloque international annuel organisé par Organisé par Bochra et Thierry Charnay, Alithila, Université de Lille. Cycle “Un jour, un conte”.

Texte de l’appel :

Le conte « Les animaux reconnaissants » (ATU 554) est manifesté à la fois comme récit à part entière et comme épisode d’un autre conte, selon le principe : « le conte emprunte au conte ». Dans ce cas, selon Josiane Bru, il est essentiellement constitutif des contes : « Le corps sans âme » (ATU 302), « La fille du magicien » (ATU 329) et « La Belle aux cheveux d’or » (ATU 531), tous classés contes merveilleux. Le terme d’emprunt est préférable à celui souvent employé de « contamination », péjoratif, qui laisse supposer l’existence de formes pures, ou plus pures que d’autres, ce qui n’existe pas. Le thème peut être résumé par la sentence : « un bienfait n’est jamais perdu » ; en effet, un humain, un homme, vient en aide à des animaux sauvages, soit en effectuant le partage équitable d’une proie, soit en leur rendant service, ce qui les oblige envers lui, leur donne une dette symbolique. De sorte que, quand il est en difficulté, il les appelle, ils arrivent alors pour le secourir. Il s’agit donc d’une collaboration humain-animal fondée sur la réciprocité des services, sur un échange de bons procédés, sur le modèle don/contre-don. Continuer la lecture de Appel à communications : La collaboration homme-animal dans les contes, leurs expansions hypertextuelles et hypericoniques : des « Animaux reconnaissants » à « La Belle aux cheveux d’or » (Lille)

Appel à contributions : Littératures de l’imaginaire en Amérique latine (Strasbourg)

Littératures de l’imaginaire en Amérique latine

Revue reCHERches des Presses universitaires de Strasbourg

Date d’échéance : 15 novembre 2023

Texte de l’appel

« Human kind cannot bear very much reality ».

T. S. Eliot, « Burnt Norton », Four Quartets.

« Littératures de l’imaginaire » : c’est sous cette dénomination, qui paraît naïvement redondante, que l’on réunit le fantastique, la science-fiction, la fantasy ou le merveilleux, c’est-à-dire des genres dont « l’univers fictionnel qu’ils décrivent ne prétend pas constituer une mimèsis du monde réel […] mais s’en démarque par l’introduction d’un ou plusieurs éléments outrepassant les limites qu’on lui connaît », d’après Francis Berthelot[1], ce qui reste à nuancer concernant le fantastique qui introduit un élément inexplicable dans un univers précisément réaliste. S’il y a beau temps que la littérature ne se satisfait plus du réalisme, dont la relativité a d’ailleurs été montrée[2], les genres de l’imaginaire n’empêchent aucunement — et favoriseraient plutôt, par la fascination et la curiosité qu’ils suscitent ? — l’immersion dans la fiction mais également, à leur façon, dans la réalité, ainsi redécouverte et repensée. Continuer la lecture de Appel à contributions : Littératures de l’imaginaire en Amérique latine (Strasbourg)

Appel à communications : Zombis, dorlis, soukounyan : figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe

Zombis, dorlis, soukounyan : figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe 

25-26 avril 2024

Aix-Marseille Université – Maison de la Recherche – 29, avenue Robert Schuman

Échéance des propositions : 15 décembre 2023

Organisé par Marine CELLIER (Aix-Marseille Université, CIELAM) et Cécile CHAPON (Université de Tours, ICD)

Texte de l’appel

À l’occasion de la célébration de ses cinq premières années d’existence, et dans le cadre de ses rencontres annuelles, le prochain colloque de l’association CARACOL (Observatoire des littératures caribéennes[1]) aura lieu les jeudi 25 et vendredi 26 avril, en présentiel, à Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université), siège et berceau de l’association.

Le thème retenu pour cette 6e rencontre est le suivant :

Zombie, soukounyan, bizango, dorlis, sirène, loup-garou, loa, orisha, trickster, gardien de la forêt, ciguapa : ce colloque entend se concentrer sur un type de personnage et un rapport particulier au sacré/surnaturel qui n’a pas encore été travaillé de près dans les rencontres précédentes de l’association et qui a fait l’objet d’un certain nombre de travaux anthropologiques ou culturalistes, mais qui est rarement traité d’un point de vue littéraire, en dehors de la catégorie du réalisme magique, à la fois opérante et trop lissante. Les littératures caribéennes sont en effet fréquemment habitées par tout un cortège d’entités – divines (dieux des panthéons religieux afrocaribéens), humaines (soukounyans, zombies, ciguapas, bizangos), animales et monstrueuses (Anansi ; Sirènes), métamorphiques (loup-garous) – que nous souhaiterions examiner ensemble, non pas pour en tirer une classification anthropologique, mais pour étudier la manière dont ces figures récurrentes (dé)structurent les textes d’un point de vue générique et nourrissent un imaginaire commun.

Continuer la lecture de Appel à communications : Zombis, dorlis, soukounyan : figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe

Parution : J.R.R. Tolkien, Du conte de fées (nouvelle éd.)

J.R.R. Tolkien, Du conte de fées (nouvelle éd.), Paris, Christian Bourgois, 2022

Avant-propos Nathalie Prince

Traduit de l’anglais par Christine Laferrière

Le texte fondateur de J.R.R. Tolkien, précurseur des théories sur le conte de fées, le merveilleux et la littérature de Fantasy.

Du conte de fées (1945) est l’essai de Tolkien qui correspond le mieux à l’ensemble de son œuvre créatrice. Il est essentiel à la compréhension des écrits de Tolkien lui-même, et il pose bon nombre de ses principes créateurs, parmi lesquels la subcréation, le concept de Faërie et la valeur de la fantasy. Cette nouvelle édition française est accompagnée d’une préface de Nathalie Prince, universitaire spécialiste des littératures jeunesse et de Fantasy. Dans cet essai, Tolkien se pose trois questions, trente ans avant Bettelheim : qu’est-ce qu’un conte de fées ? Quelles en sont les origines ? Et surtout : quelle est leur utilité ? Les notions abordées y sont très importantes pour cerner l’importance qu’accorde Tolkien au conte de fées et mieux comprendre l’univers original qu’il a créé au fil de ses ouvrages.

Parution : Oceans of Wonders / Océans merveilleux (Fantasy Art and Studies 11)

Fantasy Arts and Studies, n° 11, « Oceans of Wonders / Océans merveilleux », 2021.

Le 11e numéro de Fantasy Art and Studies, consacré aux univers océaniques dans la Fantasy, est maintenant disponible en impression à la demande. Le numéro peut être dès à présent commander sur la librairie de BoD et est en cours de référencement sur les autres librairies en ligne.

Une édition ebook sera prochainement disponible.

 

Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux 

sous la direction d’Anne Chassagnol

Date limite d’envoi des propositions : 1er septembre 2021

Notification d’acceptation : 10 septembre 2021

Date limite pour le rendu de l’article final : mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Parution : Féérie n°16, Le conte, les mythes antiques, la Bible

Pierre-Emmanuel Moog et de Jean-Paul Sermain (dir.), Fééries n° 16, “Le conte, les mythes antiques, la Bible”, 2020. 

Ce numéro est ligne et en libre accès sur Open Edition Journals.   

Les contes dits merveilleux partagent avec les mythes gréco-romains et la Bible hébraïco-chrétienne l’intervention courante du surnaturel dans leurs récits. Peut-on pour autant les considérer de manière identique comme des littératures merveilleuses ? Qu’elles soient ou non en filiation les unes aux autres, comme certains le pensent, ces littératures sont parcourues de motifs communs, quoique reconfigurés, et s’échangent des personnages types, dont les rôles narratifs évoluent. Leurs enjeux poétiques sont similaires, en raison notamment de leur forme courte. À travers huit études, ce numéro de Fééries vise à multiplier les points de vue, les études de cas, pour rapprocher les textes et les procédés d’analyse. Il ne s’agit pas pour autant de réduire les textes sacrés de la Bible ou les textes mythologiques à des contes merveilleux, ou de nier la spécificité de chacun de ces genres qui se présentent d’emblée comme plus ou moins véridiques. Mais nous pensons que la confrontation des récits par‑delà les genres stricts peut les éclairer mutuellement de manière bénéfique. Continuer la lecture de Parution : Féérie n°16, Le conte, les mythes antiques, la Bible