Archives par mot-clé : merveilleux

Parution : Res Futurae “Maurice Renard”

Res Futurae n°11, 2018 : “Maurice Renard”

https://journals.openedition.org/resf/

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » s’est vu ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieuLe Péril bleuLes Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Parution: “Le Nouveau Pays des Merveilles”

Revue en ligne Strenae n°8, “Le Nouveau Pays des Merveilles. Héritage et renouveau du merveilleux dans la culture de jeunesse contemporaine”

http://strenae.revues.org/

dossier sous la direction d’Anne Besson et Matthieu Letourneux

Le territoire du merveilleux contemporain s’est formidablement étendu, plus de quinze ans après les débuts du « phénomène Harry Potter » et tandis que les médias pour la jeunesse ne cessent de l’arpenter en tous sens. De fait, les innombrables variations sur cet « imaginaire » surnaturel inspiré des contes et des mythes constituent sans doute la face la plus visible auprès du grand public de l’importante croissance du secteur éditorial des livres pour la jeunesse et de leurs déclinaisons durant cette même période.

Au passage bien sûr, ses frontières se sont considérablement modifiées : le « pays des merveilles » qu’explorent les huit articles de ce numéro a ceci d’inédit qu’il ne cesse de retravailler ses motifs (venus des contes et d’un passé « enchanté » de la culture de jeunesse), de coloniser de nouveaux publics (les adolescents et « jeunes adultes ») et de nouveaux supports (de l’intime au virtuel), trois dimensions dont l’interaction est permanente.

Photo : série Once Upon a Time in Wonderland, 2013-2014

Parution : “Poétiques du merveilleux”

“Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy, en littérature et dans les arts visuels”

brauner

Recueil dirigé par Anne Besson et Evelyne Jacquelin, Artois Presses Université, janvier 2015.

Réunir sous le signe du merveilleux les domaines du fantastique, de la science-fiction et de lafantasy ne va pas de soi si l’on se réfère aux théories établies qui ont d’abord cherché à saisir la spécificité de chacun d’entre eux en tentant de les circonscrire comme des territoires limités par des frontières. Cet ouvrage se propose de revenir sur les poétiques des genres de l’imaginaire pour mettre en lumière la porosité des catégories héritées, et notamment de la célèbre tripartition todorovienne entre merveilleux, fantastique et étrange. Les articles réunis repèrent avec une grande cohérence cette plasticité théorique contemporaine, qui s’impose à eux dans des corpus diversifiés, du roman post-moderne à la littérature pour la jeunesse en passant par le cinéma et les séries télévisées.

Image (couverture du recueil)  : Victor Brauner, “A la découverte de la conscience”, Musée d’Art Moderne de Stockholm.

Table des matières Continuer la lecture de Parution : “Poétiques du merveilleux”

Appel: Le nouveau pays des merveilles (strenae)

Le-livre-des-choses-perdues

Le nouveau pays des merveilles 

Héritage et renouveau du merveilleux dans la culture de jeunesse contemporaine

 

Strenae n°9, sous la direction d’Anne Besson

 

Les médias pour la jeunesse continuent de façon massive, quinze ans après les débuts du « phénomène Harry Potter »,  à arpenter les territoires du merveilleux. Les innombrables variations sur cet « imaginaire » surnaturel inspiré des contes et des mythes constituent sans doute la face la plus visible auprès du grand public de l’importante croissance du secteur éditorial des livres pour la jeunesse et de leurs déclinaisons durant cette même période. Certes, l’association entre enfance et merveille – sous la forme de la pensée magique, de l’âge d’or, du paradis perdu, etc. – semble spontanée et comme atemporelle ; on peut en tout cas en faire remonter l’ancrage à la seconde moitié du XIXe siècle, quand les éditions de contes folkloriques (Grimm, Afanassiev) coïncident avec la naissance anglaise de la fantasy et avec le développement des premières formes d’industrie culturelle. Le retour au premier plan des genres et motifs du merveilleux se trouve puiser très largement dans cet héritage, tout en lui conférant, sur des supports renouvelés, des enjeux inédits.

 

Le nouveau pays des merveilles que nous souhaitons explorer dans ce numéro englobe ainsi d’abord et avant tout le renouveau des genres du merveilleux (fantasy, contes, science-fiction dans moindre mesure), et le destin fécond de leurs personnages «mythiques » dans la culture médiatique contemporaine pour la jeunesse. On peut ainsi penser par exemple aux avatars du conte, dans le roman (l’œuvre de Cornelia Funke, et notamment sa série en cours, Reckless ; Le Livre des choses perdues de John Connolly), dans la fiction graphique (le grand modèle est ici le comics Fables de Bill Willingham), ou bien encore dans les médias audiovisuels (les séries télévisées Grimm, Once Upon a Time et Once Upon a Time in Wonderland, les films en images réelles débordant la tradition de l’animation pour proposer des versions destinées cette fois au public adolescent de Blanche Neige, du Petit Chaperon Rouge ou d’Hansel et Gretel).

Les personnages de la tradition merveilleuse, qu’il s’agisse de ceux du merveilleux médiéval, essentiellement arthurien, comme de ceux de l’âge d’or victorien (Peter Pan et surtout Alice, encore et toujours), font de la même façon l’objet d’une foisonnante exploitation multi-supports qu’il s’agirait d’interroger – pourquoi ces personnages, pourquoi une telle plasticité contemporaine, pour  quelles réinventions ?

Mais le « pays des merveilles » de cet appel veut aussi renvoyer aux promesses éditoriales et commerciales portées par le secteur, et susciter des études sur les marchés et les publics : qu’en est-il finalement de cet Eldorado-là ? On semble assister en effet à une redéfinition du territoire du merveilleux : l’importance prise par un public adolescent et young adult entraîne la multiplication des projets « passerelles » (crossover), et thématiquement, la recherche d’un équilibre entre merveille et noirceur. De son côté la « magie » technologique impose toujours davantage ses séductions, en se disant capable de donner vie à l’imagination et consistance au fantasme : les genres du merveilleux sont significativement les premiers à tirer parti des promesses de la « réalité augmentée » ou des jeux immersifs.

 

Enchanter la vie, en se plongeant dans une enfance baignée de merveilles, en en reprenant inlassablement les traditions pour les adapter à l’époque et aux publics d’aujourd’hui, tel est le projet contemporain, culturel et plus largement sociétal, que ce numéro voudrait permettre de mieux appréhender, dans ses présupposés comme dans ses conséquences.

 

Les propositions d’articles (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 1er avril 2014 à la revue Strenae : strenae@revues.org

Les propositions seront examinées par les responsables scientifiques du dossier et par le comité de rédaction de la revue. Les auteurs seront rapidement prévenus de l’acceptation ou non de leur proposition. Les articles seront à remettre pour le 15 septembre 2014.

La publication est prévue pour janvier 2015.

 

 

Appel: Dimension merveilleux scientifique

Appel à texte : Dimension Merveilleux scientifique
(Rivière blanche)
Depuis déjà une dizaine d’années, le merveilleux scientifique a réalisé un retour en force au sein du monde éditorial, dans la vague du rétro-futurisme. Cette première science-fiction française, ayant précédé la découverte massive du genre anglo-saxon à compter du début des années 1950, a longtemps été négligée ou réduite à quelques auteurs servant de buttes témoins, tels Jules Verne, J.H. Rosny aîné, ou Maurice Renard. Et pourtant, sa profonde richesse est peu à peu remise en lumière à travers des rééditions croissantes, des anthologies comme Chasseurs de chimères ou même la réutilisation de ce patrimoine littéraire dans des bandes-dessinées (La Brigade chimérique, également déclinée en jeu de rôles, L’Homme truqué…) et des nouvelles, comme celles déjà publiées par Rivière blanche (Les Compagnons de l’Ombre, La Nuit du Nyctalope…).
Il faut dire que de la seconde moitié du XIXe siècle à ses derniers feux, à la fin des années 1940, cette première science-fiction française a produit une masse considérable d’aventures, de personnages et de visions d’un futur rêvé ou cauchemardé. C’est pour affirmer encore davantage toute l’actualité de ce que Maurice Renard avait baptisé de merveilleux scientifique, et pour rendre hommage à cet imaginaire foisonnant qui déborde de formes de vie autres, de mécaniques improbables, de savants fous , tout en étant fortement ancré dans les idéologies dominantes de son temps, que nous lançons cet appel à textes. L’objectif est simple : proposer des nouvelles inédites, ne dépassant pas 40 000 signes, et reprenant personnages, artéfacts, univers ou même auteurs du genre, dans une démarche à la métatextualité assumée et revendiquée.
Le choix est fait de se limiter à la France, où la production a été suffisamment abondante pour stimuler l’imaginaire. Saisissez-vous donc des visions d’un futur incertain (La Mort de la Terre, Sur l’autre face du monde), des extra-terrestres de Théo Varlet (La Grande panne), des dimensions multiples de Léon Groc (La Planète de cristal), des mystérieux surhommes campés par René Thevenin (Chasseurs d’hommes), identifiez les Vénusiens et les Martiens des Signaux du soleil de Jacques Spitz ou Le Messager de la planète de José Moselli, élucidez ce que sont devenus aujourd’hui les sarvants du Péril bleu ou les travaux inédits du Docteur Lerne ; ou comment le merveilleux scientifique, à travers une véritable collision avec des problématiques plus contemporaines, peut s’intégrer (ou non) dans un âge de progrès scientifiques ininterrompus, de défiance vis-à-vis des idéologies et de crise généralisée…
Les auteurs sont également invités, en postface de leur texte, à expliciter leur rencontre avec le merveilleux scientifique et ce qui les a séduits en lui. Nous écartons par contre volontairement le Nyctalope de Jean de La Hire de cette entreprise, dans la mesure où il a été déjà largement mis à l’honneur par Serge Lehman et Gess d’une part, par les éditions Rivière blanche d’autre part. Les textes sont à envoyer à Jean-Guillaume Lanuque (jeanguillaume.lanuque@wanadoo.fr) avant le 1er mai 2014.

CFP: Belphégor, Les narrations fantastiques et le monde naturel (1e septembre 2012)

Appel à contributions

Belphégor – Littérature populaire et culture médiatique

http://etc.dal.ca/belphegor/

Les narrations fantastiques et le monde naturel

La littérature fantastique a toujours entretenu une étroite relation avec le monde naturel. Pour que s’affichent leur spécificité, les événements contre nature ou surnaturels nécessitent un arrière-plan contre lequel se dessiner. Dans son étude consacrée à l’inquiétante étrangeté, Freud remarquait que le mot allemand unheimlich est à la fois un antonyme et un synonyme de heimlich, un terme évoquant le bien-être et la familiarité, mais également le secret et la dissimulation. Le surnaturel ne peut émerger que du naturel, et c’est ce qui est beau, attrayant et sublime, qui se transforme le mieux d’inquiétantes forces, créant ainsi le lieu de l’incertitude que Todorov identifie comme étant la caractéristique déterminante du fantastique.

L’Histoire naturelle de Pline illustrait déjà les particularités du monde animal et végétal à l’aide de légendes et d’histoires où se mêlent savoir et mystères, où s’allient l’étude scientifique et la recherche de l’inexplicable. Alors que le recours au surnaturel est une stratégie courante pour expliquer le naturel, ce dernier sous-tend notre compréhension et notre représentation de ce qui se trouve au-delà de ses limites. Lors de sa descente aux enfers, Dante parcoure différents paysages peuplés d’être hybrides, et caractérisés par leurs infractions aux lois naturelles; néanmoins, le Paradis terrestre y est simplement comparé à la forêt de pins aux abords de Ravenne. Dans Macbeth, quand Birnam Wood parvient à Dunsinane, le fantastique n’y est qu’un bref éclair, car aussitôt la réalité est rétablie par l’explication rationnelle. Quand, dans Le Seigneur des Anneaux, les Ents de Fangorn attaquent Isengard, la signification même de la réalité est mise en doute.

Tout comme la flore, la faune est loisible de dépasser sa représentation traditionnelle en force étrangère à maîtriser, de se métamorphoser et d’inspirer quelques déconcertantes identifications. La pseudo-science de la physiognomonie (littéralement: « connaissance de la nature ») et ses adeptes proposaient une concordance entre les traits humains et les espèces animales; dans la littérature fantastique, ces affinités s’expriment parfois littéralement, alors que l’humain et l’animal se métamorphosent l’un en l’autre. Pareillement, les théories darwiniennes ont inspiré certaines narrations fantastiques qui, en poussant la notion de sélection naturelle jusqu’à d’extrêmes conséquences, ont illustré la correspondance de l’ontogenèse et de la phylogenèse, les origines des organismes individuels et le développement des espèces.

Nous invitons donc les propositions de communication abordant les problèmes d’intersection entre le monde naturel et le fantastique, et tout particulièrement d’approches pan-culturelles ou pluridisciplinaires. Les articles, accompagnés d’un bref paragraphe bio-bibliographique, doivent être envoyés au plus tard le premier septembre 2012 à l’attention de Elisa Segnini à l’adresse fantasticnarratives@gmail.com

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

– La nature comme arrière-plan ou comme personnage du fantastique

– La nature fantastique, merveilleuse, étrange

– Les lectures allégoriques et poétiques de paysages imaginaires

– Les forêts enchantées

– Les végétations imaginaires et les écosystèmes impossibles

– Les métamorphoses et les créatures hybrides

– L’intrusion du fantastique dans les sciences de la nature

Instructions pour la présentation de l’article:

Longueur: 15-20 pages à double interligne.

Police de caractères: Times New Roman 12, marges d’un pouce. Document à envoyer en format Word.

Prière de s’en tenir au style MLA (Modern Language Association) pour les références et la bibliographie (instructions : http://www.library.dal.ca/Files/How_do_I/pdf/mla_style6.pdf)

Notes en fin de document plutôt qu’en bas de page.

Inclure une bibliographie à la fin de l’article.

Illustrations:

• Les illustrations doivent être numérotées en séquence (par exemple : Fig. 1, Fig. 2). Le titre de l’illustration doit comprendre le nom du détenteur du copyright (par exemple: reproduit avec l’aimable autorisation de…).

• Les images doivent être  en format TIFF plutôt que Jpeg, scannées avec une résolution de 300 dpi.

• L’auteur de l’article est responsable de l’obtention des autorisations de reproduction nécessaires de la part du détenteur des droits.

• L’auteur de l’article est responsable pour tout frais pour l’acquisition desdits droits de reproduction.

Responsable : Elisa Segnini
Url de référence :
http://etc.dal.ca/belphegor/