Archives par mot-clé : médias

Justine Simon (Université de Franche-Comté)

Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), CNU 71ème section, Université de Franche-Comté (France)

Laboratoire ELLIADD (UR 4661), pôle DTEPS

Chercheuse associée au CREM (UR 3476), pôle PIXEL

 

Justine Simon est docteur en Sciences du langage et Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Franche-Comté (Unité de recherche ÉLLIADD : Éditions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours – Chercheur associé au CREM : Centre de Recherche sur les Médiations). Ses recherches sont consacrées à la communication numérique autour des axes d’analyse du discours numérique, d’interaction, d’infox par l’image, de partage d’images, de détournements et plus récemment des mèmes. Elle a développé une réflexion sur la notion de « discours hypertextualisé » à travers l’analyse de différents dispositifs interactifs. La question de la sensibilisation aux formes d’infox par l’image est considérée comme essentielle par la chercheuse dans un contexte actuel de malveillance généralisée sur Internet. La problématique du rôle de l’image et de sa circulation via les réseaux socionumériques est centrale. Avec sa collègue Magali Bigey, elle est à l’origine d’un récent projet portant sur la viralité des publications de chats et autres chatons mignons (2021-auj.). Elle va enfin co-diriger un dossier pour la revue Semen avec Albin Wagener consacré à l’approche discursive des mèmes en politique.

CV HAL 

Continuer la lecture de Justine Simon (Université de Franche-Comté)

Parution : L’Écriture radiophonique en environnements numériques. Le cas du magazine (S. Equoy Hutin)

Séverine Equoy Hutin, L’Écriture radiophonique en environnements numériques. Le cas du magazine, Classiques Garnier, 2022.

Comment la radio circule-t-elle en environnements numériques (réseaux sociaux, applications, soundcloud, sites web) ? L’ouvrage problématise cette question à partir de travaux en sciences de l’information, communication et sciences du langage et propose un modèle pour l’analyse du magazine radio.

Appel à contributions : revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (Varia)

Genre en séries : cinéma, télévision, médias 

PPEL PERMANENT à dossiers thématiques et articles pour la rubrique « Varia » 

Contact : genreenseries@gmail.com 

La revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias consacrée aux approches genrées, et plus largement culturelles, des productions médiatiques, diffuse un Appel permanent à lui soumettre des propositions d’articles destinés à sa rubrique Varia et des propositions de dossiers thématiques.

Genre en séries est une revue à comité de lecture pluridisciplinaire consacrée aux approches genrées, et plus largement culturelles, des productions médiatiques. Qualifiante en section CNU 71, sous contrat de diffusion avec les Presses universitaires de Bordeaux, elle est membre du bouquet OpenEdition Journals. 

Appel à dossiers thématiques 

Afin de poursuivre son développement à l’occasion de la migration de son site internet sur le portail revues.org, Genre en séries lance un appel permanent à proposition de dossiers thématiques relevant du champ couvert par la revue, dont le projet principal est d’explorer la manière dont le genre (gender) traverse les cultures médiatiques. Il s’agit de participer à l’appropriation, tardive pour les études médiatiques et audiovisuelles, de ces approches et outils d’analyse par le champ universitaire français. La place des médias dans la vie sociale, comme lieu spécifique de construction des identités et rapports de genre, nous impose d’analyser collectivement les questions de pouvoir, de structure sociale et de normes à l’œuvre dans les cultures médiatiques. Dans cette perspective, Genre en séries se donne pour ambition de diffuser et discuter des travaux originaux situés au croisement des études cinématographiques et audiovisuelles, des sciences de l’information et de la communication, de la sociologie (de la culture, des médias) et des cultural studies. La cohérence scientifique du projet éditorial réside à la fois dans l’héritage revendiqué de la critique féministe des médias et dans l’articulation des débats épistémologiques portés par les cultural et gender studies avec l’étude des cultures médiatiques. 

Les coordinateur·rices sont invité·es à soumettre au comité éditorial un appel à contributions, indiquant les angles envisagés et les références bibliographiques correspondantes. Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation interne et, en cas de réponse favorable donnée au projet, d’un accompagnement par la revue aux différents stades du processus éditorial, de la finalisation et de la diffusion de l’appel à contribution à l’expertise des travaux. 

Appel à articles pour la rubrique « Varia » 

En complément du dossier central explorant dans chaque numéro une problématique spécifique au prisme du genre, la revue propose deux autres rubriques, l’une consacrée aux notes de lecture, l’autre aux varia. Cette dernière est destinée, depuis la création de la revue, à publier des articles hors thématiques qui mobilisent l’étude des rapports de genre dans les cultures et pratiques médiatiques, mais aussi la mise en lumière des rapports sociaux (de classe, race, âge, etc…) qui leur sont consubstantiels et coextensifs. Aussi la rubrique Varia est ouverte à des questionnements s’inscrivant plus largement dans l’articulation des débats épistémologiques portés par les cultural studies avec l’étude des cultures médiatiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (Varia)

Appel à contributions : “The Meaning of Collections between Media and Practices” (revue Punctum)

“The Meaning of Collections between Media and Practices”,  revue Punctum

Échéance des proposition : 31 Mai 2023

In 2009, in an essay that was to become famous, Umberto Eco associated the list with a kind of dizzying, vertigo-like semiotic mode of accumulation and categorization. The list, the catalog, the register, the inventory, are indeed quasi-synonyms, all united by their belonging to a specific semantic area: they refer to a set of things, whose being together is governed by some kind of pertinence and relevance. This is, de facto, the very same principle that guides the semiotic researcher in the act of carving up the text to be studied, in the act of constructing the corpus of analysis, which to be meaningful must show an isotopic coherence, at least – as Peirce puts it – in some respects. There is, therefore, a sort of elective affinity between the procedure that the semiotician puts in place in building their own field of action and the subject who draws up their lists and, even more generically, collects and sorts things. 

But this is not all, because sets are also capable not only of signifying as semiotic objects, but also of profoundly resemanticizing the elements that compose them. This is precisely the principle of the collection. For instance, a beer cap is, in itself, an object whose significance is rapidly exhausted and, basically, strictly limited to its primary function (that of preventing the liquid from escaping from a bottle). However, that same stopper takes on another, higher value when it is associated with others in a syntagma defined by the collector. The collection is therefore a primary whole, which by semiotic statute precisely defines its boundaries and their value, what they contain and what they exclude. Collecting is a practice already codified in antiquity, as demonstrated by the medieval and then Renaissance Wunderkammer, an exercise in orderly accumulation that ennobles both the contained object and the container context. From here arises the iconographic flow that makes the “chamber of wonders” a spectacle for the eyes not only on account of the objects it contains, but also because of how they are contained. Collecting is not simply gathering, since the term takes on specific semantic values, which recall the grafting around the practice of identity communities, forms of life, market sectors. The collection also pushes us to reconsider an assumption shared by semiotics: the collecting market is in fact a market dominated by tokens, rather than by types (essential for the expert in establishing, however, the authenticity of the token). The sense of the whole is capable, à la Aby Warburg, of illuminating the sense of the single component.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “The Meaning of Collections between Media and Practices” (revue Punctum)

Parution : La boîte à images (Nicolas Bouvier)

Nicolas Bouvier, La boîte à images, Genève, Héros-Limite, 2022.

Chronique rééditée pour la première fois depuis 1979

Préface d’Alexandre Chollier

Nicolas Bouvier raconte les débuts de la télévision, une épopée technologique, mais aussi humaine, avec des métiers et tout un art visuel en pleine création. L’écrivain illustre son récit de nombreuses anecdotes qu’il a recueillies auprès du personnel de la grande maison, avec l’humour et la verve qui lui sont propres. Il faut dire que le journaliste et photographe connaît bien la structure, il y collabore tout en en étant indépendant. Une position qui lui permet une justesse dans le propos autant qu’elle lui offre une liberté de ton dont il ne se privera guère.

La boîte à images témoigne de l’évolution d’un média et de ses révolutions successives : élargissements des horaires de diffusion, croissance exponentielle des concessionnaires, spécialisation des métiers (cinquante-deux sont recensés par Bouvier), arrivée de la couleur et de la publicité ou encore de l’eurovision… Du travail de pionnier fourni par les premiers passionnés avec des moyens de fortune jusqu’aux «années héroïques» du média, entre 1954 à 1979, période charnière, le livre illustre combien la télévision prendra en Suisse romande comme ailleurs l’importance que l’on sait. Une ascension que Bouvier ne manque pas de questionner, que ce soit dans sa structure, son rôle, mais aussi de ses limites et de sa liberté.

Parution : Sociétés & Représentations, n° 54, “Cultures publicitaires”

Sociétés & Représentations, n° 54, “Cultures publicitaires”, dir. Anne-Sophie Aguilar, Eléonore Challine, 2022. 

Affiches, panneaux, enseignes, hommes-sandwichs, spots radio ou télé-diffusés, annonces imprimées ou en ligne : les visages de la publicité sont aussi multiples que quotidiens. Ce numéro de Sociétés et représentations envisage différents aspects de ces phénomènes, qui constituent un vaste champ d’exploration pour les sciences humaines et sociales. Que dit la publicité de notre rapport au monde ? En tant qu’objet opportuniste se glissant sur de nombreux supports et signe visible d’une société capitaliste et marchande, la publicité ne cesse de toucher à nos conceptions sociales et politiques, et de susciter réactions et émotions. À travers des contributions s’intéressant aux formes et pratiques publicitaires depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours – et en particulier à l’heure de la professionnalisation du milieu publicitaire dans le premier XXe siècle –, il s’agit non seulement de documenter une histoire interne à cette industrie, mais également d’interroger ses relations avec des sociétés, des époques et des lieux divers, dessinant non pas une mais des cultures publicitaires. C’est dans une perspective pluridisciplinaire, au croisement de l’histoire sociale et culturelle, de l’histoire des techniques, de la typographie, de la littérature, de l’art, des médias audiovisuels ou encore de la sociologie, que ce dossier interroge les cultures publicitaires foisonnantes de la période contemporaine.

Continuer la lecture de Parution : Sociétés & Représentations, n° 54, “Cultures publicitaires”

Parution : Voix sur les ondes : enquêtes orales et témoignages dans le reportage radiophonique. XXe-XXIe s. (Université Grenoble Alpes)

Colloque : Voix sur les ondes : enquêtes orales et témoignages dans le reportage radiophonique (XXe-XXIe siècles)

Organisé par Aurélie Adler, Maud Lecacheur et Anna Saignes

Université Grenoble Alpes, 15 et 16 juin 2023

Échéance des propositions : 15 décembre 2022

En se consacrant aux pratiques du reportage radiophonique aux xxe et xxie siècles, ce colloque voudrait prolonger un certain nombre de réflexions récentes[1], tout en amorçant un croisement entre les champs radiophonique et littéraire autour des enjeux esthétiques, éthiques et politiques soulevés par l’essor de l’usage des témoignages et de l’enquête orale. À la croisée du journalisme et de la littérature, prolifèrent en effet depuis les années 2000 livres d’enquêtes, reportages au long cours et recueils de témoignages salués tant par le public que par la critique, comme en témoignent le succès des récits rwandais de Jean Hatzfeld, celui de Roberto Saviano, de W. T. Vollmann, ainsi que la consécration des fresques polyphoniques de l’écrivaine biélorusse Svetlana Alexievitch, lauréate du Prix Nobel de Littérature en 2015 pour ses enquêtes orales sur l’ex-empire soviétique. Cette « littérature de terrain[2] », qui prend souvent la forme de « narrations documentaires[3] », a fait l’objet de nombreux travaux qui en ont révélé la teneur interdisciplinaire : Laurent Demanze, Mathilde Roussigné et Dominique Viart[4] ont en effet montré comment ces formes et ces pratiques contribuent à renouveler les liens entre littérature et sciences sociales, auxquelles elles empruntent méthodes, outils et protocoles, tels que l’exigence du terrain, l’observation participante, l’entretien ou encore le souci de réflexivité[5].

Tout en prenant acte de ces recherches, ce colloque propose de déplacer le regard vers un autre champ. Il nous semble en effet que les formes contemporaines de l’enquête et du reportage appellent à tisser un autre dialogue, s’inscrivent dans une autre lignée, connaissent d’autres vies parallèles du côté du documentaire sonore et de la création radiophonique. De nombreuses émissions (Sur les docks, Creation on air, Les Pieds sur terre, La Série Documentaire), plateformes (Arte radio, Louie Media, Binge Audio) et webradios associatives (Radio Grenouille, Canal Sambre), festivals (Longueur d’ondes, Sonar), podcasts au succès de best-seller (S-Town de Brian Reed) et documentaires d’auteur montrent que loin d’être l’apanage de la littérature contemporaine, le souci de l’enquête et l’art de la rencontre font du reportage diffusé sur les ondes le pendant radiophonique de ces polyphonies littéraires. Nous faisons en effet l’hypothèse que le geste qui consiste à aller à la rencontre de groupes ou d’individus pour recueillir et transmettre leurs paroles est profondément transdisciplinaire et transmédiatique. Ces journées seront ainsi l’occasion d’explorer les manières dont le médium radiophonique (les dispositifs techniques qu’il invente, les institutions qui l’entourent et les acteurs qui l’animent) rejoue et infléchit les multiples enjeux qui traversent les collectes et enquêtes littéraires.

Continuer la lecture de Parution : Voix sur les ondes : enquêtes orales et témoignages dans le reportage radiophonique. XXe-XXIe s. (Université Grenoble Alpes)

Parution : Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle (R. Pinker)

Roy Pinker, Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 2022.

Un « chourinage » dans la Seine en 1890, l’empoisonnement d’une archiduchesse d’Autriche par ses bas noirs en 1894, l’inquiétude autour d’une maison hantée à Yzeures-sur-Creuse en 1897, la mystérieuse disparition d’un étudiant en 1906, l’explosion de l’outil piégé d’un marbrier en 1914, un meurtre de chien en 2015 : voilà quelques-unes des affaires sélectionnées ici par Roy Pinker dans la presse du XIXe au XXIe siècle. Ces faits divers, incidents, accidents, canulars, délits, voire crimes, mettent en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie obscure ou infâme soudainement rendue visible par un journal.

Ces petits faits curieux, loin d’être insignifiants, apparaissent alors comme les symptômes des inquiétudes ou des enthousiasmes d’une société ; ils forment les éléments significatifs d’un vaste imaginaire social et médiatique, qui passionnait l’historien du crime, Dominique Kalifa, auquel ce livre est dédié, abordant tous ses sujets de prédilection : le fait divers, le sensationnalisme, les marginaux, la Belle Époque, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme.

Pour Faits divers et vies déviantes (2022), Roy Pinker dissimule une trentaine d’universitaires, de journalistes et d’écrivains, amis de Dominique Kalifa auquel le livre rend hommage. L’ouvrage a été piloté par Marie-Ève Thérenty.

Préface d’Alain Corbin.

Roy Pinker était un pseudonyme collectif utilisé par les journalistes de Détective dans les années trente pour faire croire que leur hebdomadaire avait aux États-Unis un dynamique correspondant particulier et pour pratiquer en fait un journalisme inventif, créatif et parfois romancé. Ce pseudonyme a été repris par une équipe d’historiens de la presse (voir le projet Numapresse) qui signent ainsi des livres inventifs avec une écriture plus grand public que les ouvrages académiques.  

Appel à contributions : Assises CPM 2023

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, seconde édition – CPM 2023

Appel à contributions

Futurs POP – Quel(s) avenir(s) pour les études en cultures populaires et médiatiques ?

Dates : 12, 13 et 14 octobre 2023

Lieux : Nanterre et Paris

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Appel prolongé jusqu’au 15 janvier 2023

Retour aux auteur·rice·s : mars 2023

Les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 visaient à constituer un événement scientifique centralisateur autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ». Réunissant une centaine d’intervenant·e·s issu·e·s de diverses disciplines, cet événement a permis de confronter les objets, les méthodes et les champs théoriques, confirmant le dynamisme des recherches en cultures populaires et médiatiques et contribuant à affirmer la place incontournable qu’elles occupent dans le paysage universitaire.  

Après ce premier état des lieux des recherches sur les cultures populaires et médiatiques, cette deuxième édition des Assises, qui se tiendra cinq ans plus tard, choisira cette fois de regarder vers l’avenir – le terme étant ici entendu dans un sens large. Ce terme fédérateur pourra être développé selon une variété d’axes de réflexion, parmi lesquels :

  • l’avenir institutionnel de l’étude de la culture populaire et des médias dans l’enseignement, dans le champ académique, etc. ;
  • les nouveaux courants et nouvelles méthodologies (écocritique, humanités numériques, recherche-création, matérialisme culturel, etc.) ;
  • nouvelles orientations des études culturelles et incidences sur le champ de recherche des CPM;
  • l’évolution de la notion du “populaire” dans ses conceptualisations et ses usages culturels;
  • l’étude de la transition numérique de la culture : convergence médiatique, transmédia storytelling, remédiatisation, plateformisation, post-média, etc. ;
  • les redéfinitions de la mémoire et de l’histoire culturelle ;
  • les défis et perspectives de l’histoire des médias et de l’archéologie des médias aujourd’hui ;
  • les nouveaux objets, les genres émergents, les nouvelles représentations des crises actuelles et de l’avenir ;
  • les déplacements des frontières du champ de la fiction (diffusion des pratiques de storytelling, narrations médiatiques non fictionnelles…) ;
  • plus largement, les redéfinitions et déplacements des concepts, méthodologies et périmètres disciplinaires induits par l’émergence de nouveaux objets ou pratiques médiatiques, au-delà du domaine de la fiction (ex : refonte du périmètre de l’esthétique au-delà du domaine de la production culturelle, extension de la narratologie et de la rhétorique à de nouveaux champs…).  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Assises CPM 2023

Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)

Colloque : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet.

Organisé par Stéphanie Dord-Crouslé et Sarah Mombert dans le cadre de l’ANR Numapresse

Jeudi 9 et vendredi 10 février 2023, École Normale Supérieure de Lyon

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

L’un des objectifs que s’est fixés le projet ANR Numapresse est d’analyser les phénomènes de viralité médiatique à l’œuvre tout au long de l’histoire de la presse périodique. C’est une expérience commune que de constater d’une part que les journaux semblent se recopier les uns les autres, d’autre part que certains textes journalistiques sont repris dans des contextes éditoriaux différents, parfois longtemps après leur première parution. Certains genres journalistiques, par exemple les faits divers, les anecdotes et les bons mots, circulaient d’un journal à l’autre aux débuts de la presse de masse comme les fake news font aujourd’hui le tour d’internet.

Mais certains journaux se sont fait une spécialité de reproduire du texte produit par leurs confrères. Dans la lignée du Voleur, lancé en 1828 par Émile de Girardin, on voit se multiplier les titres tels que Le Compilateur, L’Estafette ou le Journal des faits. Certains sont des journaux reproducteurs ou compilateurs plus qu’exclusivement voleurs, mais ils partagent une caractéristique commune : ils pratiquent de façon systématique la reproduction littérale sans accord préalable et prospèrent dans la zone grise des lois sur la propriété littéraire.

L’atelier préparatoire de ce colloque, qui s’est tenu à l’ENS de Lyon pendant deux ans, s’est concentré sur l’exploration d’un corpus d’une dizaine de ces feuilles prédatrices. Il a tenté de comprendre le contexte historique, industriel et légal des journaux voleurs des années 1828-1860. Une version aboutie de ces travaux préparatoires sera présentée lors du colloque, qui sera l’occasion d’approfondir certaines pistes et d’en explorer de nouvelles.

Nous souhaitons que cette rencontre donne l’occasion de croiser les approches disciplinaires, en mobilisant sur ce phénomène du couper/coller journalistique des historiens, des juristes, des spécialistes de la communication médiatique et des humanités numériques. Au-delà de notre premier terrain d’exploration, nous voudrions que le phénomène de la reproduction journalistique soit envisagé sur le temps long et à l’échelle mondiale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)