Archives par mot-clé : médias

Parution : Voix sur les ondes : enquêtes orales et témoignages dans le reportage radiophonique. XXe-XXIe s. (Université Grenoble Alpes)

Colloque : Voix sur les ondes : enquêtes orales et témoignages dans le reportage radiophonique (XXe-XXIe siècles)

Organisé par Aurélie Adler, Maud Lecacheur et Anna Saignes

Université Grenoble Alpes, 15 et 16 juin 2023

Échéance des propositions : 15 décembre 2022

En se consacrant aux pratiques du reportage radiophonique aux xxe et xxie siècles, ce colloque voudrait prolonger un certain nombre de réflexions récentes[1], tout en amorçant un croisement entre les champs radiophonique et littéraire autour des enjeux esthétiques, éthiques et politiques soulevés par l’essor de l’usage des témoignages et de l’enquête orale. À la croisée du journalisme et de la littérature, prolifèrent en effet depuis les années 2000 livres d’enquêtes, reportages au long cours et recueils de témoignages salués tant par le public que par la critique, comme en témoignent le succès des récits rwandais de Jean Hatzfeld, celui de Roberto Saviano, de W. T. Vollmann, ainsi que la consécration des fresques polyphoniques de l’écrivaine biélorusse Svetlana Alexievitch, lauréate du Prix Nobel de Littérature en 2015 pour ses enquêtes orales sur l’ex-empire soviétique. Cette « littérature de terrain[2] », qui prend souvent la forme de « narrations documentaires[3] », a fait l’objet de nombreux travaux qui en ont révélé la teneur interdisciplinaire : Laurent Demanze, Mathilde Roussigné et Dominique Viart[4] ont en effet montré comment ces formes et ces pratiques contribuent à renouveler les liens entre littérature et sciences sociales, auxquelles elles empruntent méthodes, outils et protocoles, tels que l’exigence du terrain, l’observation participante, l’entretien ou encore le souci de réflexivité[5].

Tout en prenant acte de ces recherches, ce colloque propose de déplacer le regard vers un autre champ. Il nous semble en effet que les formes contemporaines de l’enquête et du reportage appellent à tisser un autre dialogue, s’inscrivent dans une autre lignée, connaissent d’autres vies parallèles du côté du documentaire sonore et de la création radiophonique. De nombreuses émissions (Sur les docks, Creation on air, Les Pieds sur terre, La Série Documentaire), plateformes (Arte radio, Louie Media, Binge Audio) et webradios associatives (Radio Grenouille, Canal Sambre), festivals (Longueur d’ondes, Sonar), podcasts au succès de best-seller (S-Town de Brian Reed) et documentaires d’auteur montrent que loin d’être l’apanage de la littérature contemporaine, le souci de l’enquête et l’art de la rencontre font du reportage diffusé sur les ondes le pendant radiophonique de ces polyphonies littéraires. Nous faisons en effet l’hypothèse que le geste qui consiste à aller à la rencontre de groupes ou d’individus pour recueillir et transmettre leurs paroles est profondément transdisciplinaire et transmédiatique. Ces journées seront ainsi l’occasion d’explorer les manières dont le médium radiophonique (les dispositifs techniques qu’il invente, les institutions qui l’entourent et les acteurs qui l’animent) rejoue et infléchit les multiples enjeux qui traversent les collectes et enquêtes littéraires.

Continuer la lecture de Parution : Voix sur les ondes : enquêtes orales et témoignages dans le reportage radiophonique. XXe-XXIe s. (Université Grenoble Alpes)

Parution : Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle (R. Pinker)

Roy Pinker, Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 2022.

Un « chourinage » dans la Seine en 1890, l’empoisonnement d’une archiduchesse d’Autriche par ses bas noirs en 1894, l’inquiétude autour d’une maison hantée à Yzeures-sur-Creuse en 1897, la mystérieuse disparition d’un étudiant en 1906, l’explosion de l’outil piégé d’un marbrier en 1914, un meurtre de chien en 2015 : voilà quelques-unes des affaires sélectionnées ici par Roy Pinker dans la presse du XIXe au XXIe siècle. Ces faits divers, incidents, accidents, canulars, délits, voire crimes, mettent en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie obscure ou infâme soudainement rendue visible par un journal.

Ces petits faits curieux, loin d’être insignifiants, apparaissent alors comme les symptômes des inquiétudes ou des enthousiasmes d’une société ; ils forment les éléments significatifs d’un vaste imaginaire social et médiatique, qui passionnait l’historien du crime, Dominique Kalifa, auquel ce livre est dédié, abordant tous ses sujets de prédilection : le fait divers, le sensationnalisme, les marginaux, la Belle Époque, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme.

Pour Faits divers et vies déviantes (2022), Roy Pinker dissimule une trentaine d’universitaires, de journalistes et d’écrivains, amis de Dominique Kalifa auquel le livre rend hommage. L’ouvrage a été piloté par Marie-Ève Thérenty.

Préface d’Alain Corbin.

Roy Pinker était un pseudonyme collectif utilisé par les journalistes de Détective dans les années trente pour faire croire que leur hebdomadaire avait aux États-Unis un dynamique correspondant particulier et pour pratiquer en fait un journalisme inventif, créatif et parfois romancé. Ce pseudonyme a été repris par une équipe d’historiens de la presse (voir le projet Numapresse) qui signent ainsi des livres inventifs avec une écriture plus grand public que les ouvrages académiques.  

Appel à contributions : Assises CPM 2023

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, seconde édition – CPM 2023

Appel à contributions

Futurs POP – Quel(s) avenir(s) pour les études en cultures populaires et médiatiques ?

Dates : 12, 13 et 14 octobre 2023

Lieux : Nanterre et Paris

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Retour aux auteur·rice·s : mars 2023

Les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 visaient à constituer un événement scientifique centralisateur autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ». Réunissant une centaine d’intervenant·e·s issu·e·s de diverses disciplines, cet événement a permis de confronter les objets, les méthodes et les champs théoriques, confirmant le dynamisme des recherches en cultures populaires et médiatiques et contribuant à affirmer la place incontournable qu’elles occupent dans le paysage universitaire.  

Après ce premier état des lieux des recherches sur les cultures populaires et médiatiques, cette deuxième édition des Assises, qui se tiendra cinq ans plus tard, choisira cette fois de regarder vers l’avenir – le terme étant ici entendu dans un sens large. Ce terme fédérateur pourra être développé selon une variété d’axes de réflexion, parmi lesquels :

  • l’avenir institutionnel de l’étude de la culture populaire et des médias dans l’enseignement, dans le champ académique, etc. ;
  • les nouveaux courants et nouvelles méthodologies (écocritique, humanités numériques, recherche-création, matérialisme culturel, etc.) ;
  • nouvelles orientations des études culturelles et incidences sur le champ de recherche des CPM;
  • l’évolution de la notion du “populaire” dans ses conceptualisations et ses usages culturels;
  • l’étude de la transition numérique de la culture : convergence médiatique, transmédia storytelling, remédiatisation, plateformisation, post-média, etc. ;
  • les redéfinitions de la mémoire et de l’histoire culturelle ;
  • les défis et perspectives de l’histoire des médias et de l’archéologie des médias aujourd’hui ;
  • les nouveaux objets, les genres émergents, les nouvelles représentations des crises actuelles et de l’avenir ;
  • les déplacements des frontières du champ de la fiction (diffusion des pratiques de storytelling, narrations médiatiques non fictionnelles…) ;
  • plus largement, les redéfinitions et déplacements des concepts, méthodologies et périmètres disciplinaires induits par l’émergence de nouveaux objets ou pratiques médiatiques, au-delà du domaine de la fiction (ex : refonte du périmètre de l’esthétique au-delà du domaine de la production culturelle, extension de la narratologie et de la rhétorique à de nouveaux champs…).  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Assises CPM 2023

Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)

Colloque : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet.

Organisé par Stéphanie Dord-Crouslé et Sarah Mombert dans le cadre de l’ANR Numapresse

Jeudi 9 et vendredi 10 février 2023, École Normale Supérieure de Lyon

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

L’un des objectifs que s’est fixés le projet ANR Numapresse est d’analyser les phénomènes de viralité médiatique à l’œuvre tout au long de l’histoire de la presse périodique. C’est une expérience commune que de constater d’une part que les journaux semblent se recopier les uns les autres, d’autre part que certains textes journalistiques sont repris dans des contextes éditoriaux différents, parfois longtemps après leur première parution. Certains genres journalistiques, par exemple les faits divers, les anecdotes et les bons mots, circulaient d’un journal à l’autre aux débuts de la presse de masse comme les fake news font aujourd’hui le tour d’internet.

Mais certains journaux se sont fait une spécialité de reproduire du texte produit par leurs confrères. Dans la lignée du Voleur, lancé en 1828 par Émile de Girardin, on voit se multiplier les titres tels que Le Compilateur, L’Estafette ou le Journal des faits. Certains sont des journaux reproducteurs ou compilateurs plus qu’exclusivement voleurs, mais ils partagent une caractéristique commune : ils pratiquent de façon systématique la reproduction littérale sans accord préalable et prospèrent dans la zone grise des lois sur la propriété littéraire.

L’atelier préparatoire de ce colloque, qui s’est tenu à l’ENS de Lyon pendant deux ans, s’est concentré sur l’exploration d’un corpus d’une dizaine de ces feuilles prédatrices. Il a tenté de comprendre le contexte historique, industriel et légal des journaux voleurs des années 1828-1860. Une version aboutie de ces travaux préparatoires sera présentée lors du colloque, qui sera l’occasion d’approfondir certaines pistes et d’en explorer de nouvelles.

Nous souhaitons que cette rencontre donne l’occasion de croiser les approches disciplinaires, en mobilisant sur ce phénomène du couper/coller journalistique des historiens, des juristes, des spécialistes de la communication médiatique et des humanités numériques. Au-delà de notre premier terrain d’exploration, nous voudrions que le phénomène de la reproduction journalistique soit envisagé sur le temps long et à l’échelle mondiale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Couper/coller. Le journalisme aux ciseaux du XIXe siècle à Internet (ANR Numapresse, ENS Lyon)

Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Colloque : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles

14 -15 septembre 2023, Université de Gand, Belgique

Échéance des propositions : 15 novembre 2022

En partenariat avec l’université d’Anvers (Belgique), l’université de Göteborg (Suède), l’université de Louvain (Belgique) et la Vrije Universiteit Brussels (VUB) (Belgique)

L’histoire du féminisme et le féminisme à travers la littérature sont souvent étudiés séparément, alors que ces deux domaines sont fortement liées. Afin de mieux étudier leurs points communs et leurs intersections, ce colloque international propose d’aborder le thème du féminisme à travers le prisme médiatique. Plus spécifiquement, nous proposons d’aborder les modes de popularisation (nationaux, internationaux, transnationaux) auxquels les militant(e)s des droits des femmes (journalistes, rédacteurs en chef, écrivains) ont eu recours du début du dix-neuvième jusqu’à la fin du vingtième siècle. Le but de ce colloque est d’engager une discussion sur l’évolution et surtout les transformations culturelles et idéologiques du féminisme au-delà des frontières géographiques et linguistiques.

Ce colloque est organisé grâce à un projet financé par le fonds de la recherche scientifique flamande (FWO) affilié à l’université de Gand (Belgique). Cet appel à contributions concerne toute question et tout thème liés au sujet principal, mais nous nous intéresserons plus particulièrement aux perspectives transnationales et transculturelles, aux approches multilingues et globales, sur le thème du féminisme. Pour des questions pratiques, la langue de travail du colloque sera l’anglais.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féminisme(s) dans les médias : popularisation et transformations culturelles (Université de Gand)

Appel à contributions : Dispositifs spectaculaires dans le long XIXe siècle (Université de Lausanne)

Conférence internationale : Dispositifs spectaculaires : cultures visuelles, littéraires et matérielles de l’émerveillement dans le long XIXe siècle

Université de Lausanne,  1-2 décembre 2022

Échéance des propositions : 18 septembre 2022

Ce colloque vise à investiguer, dans une optique d’interdisciplinarité, valeurs, critères et modalités qui régissent les représentations de l’émerveillement, de l’étonnement et des approches spectaculaires dans la culture visuelle du long XIXe siècle. Une attention particulière sera portée à la manière dans laquelle les notions d’émerveillement et de spectaculaire sont dépeintes, perçues, diffusées, mises en question, reprises et modifiées.
L’importance croissante des individualités liée à la période romantique, ainsi qu’une demande grandissante d’images, ont nourri, entre autres, les représentations d’émerveillement et de spectaculaire, entendu comme l’étonnant, l’impressionnant, le sensationnel, l’extra-ordinaire. L’industrialisation, tout comme les nouvelles technologies, a sans doute aidé à développer des nouvelles formes d’expression visuelle et culturelle. Cette matérialité résulte dans une multitude de supports, médias et pratiques qui se soutiennent mutuellement et se réfèrent les uns aux autres. Peintures, estampes, photographies, écrans portatifs, toute sorte de boîtes à images ou encore des textes littéraires, pour ne mentionner que quelques-uns, contribuent à des synergies et dialogues entre facettes de la matérialité. Dans ce contexte, les représentations de l’émerveillement et du spectaculaire permettent la connexion entre différentes sphères, telles que, par exemple, l’émotionnel et le pragmatique, le fantastique et le réaliste, ou encore le spirituel et le tangible.
Deux aspects sont ici importants dans le cadre de ce colloque : les valeurs de l’émerveillement et du spectaculaire et la capacité de projection et de production d’images qui est ancrée dans ces notions. Dans un premier temps, les valeurs de l’émerveillement et du spectaculaire permettent une analyse multiple de la manière dans laquelle ces notions sont exprimées, des médias qui sont impliqués dans ce processus de matérialisation et des codes et règles sur lesquels elles reposent. L’interdisciplinarité du discours est cruciale pour l’étude des interactions, échanges et correspondance entre plusieurs contextes. Deuxièmement, les représentations de l’émerveillement et du spectaculaire contribuent à la création d’une série d’images et d’espaces imaginaires qui méritent une discussion approfondie. Ces dimensions communiquent entre elles, facilitant l’essor de nouvelles formes de représentation et d’expression menant à des nouvelles réalités visuelles et littéraires, ainsi qu’à des nouveaux dispositifs et thématiques.
L’objectif de ce colloque est de réunir ces multiples dimensions et d’étudier leurs différentes formes d’expression.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Dispositifs spectaculaires dans le long XIXe siècle (Université de Lausanne)

Parution : Intermediality in French-Language Comics and Graphic Novels (dir. J. Baetens, H. Frey, and F. Leroy)

Jan Baetens, Hugo Frey, and Fabrice Leroy (dir.), Intermediality in French-Language Comics and Graphic Novels, University of Louisiana Press, 2022. 

This collection of essays is devoted to the study of intermediality in French-language comics and graphic novels. It explores the relations or interconnections between the modalities of expression and representation used in bande dessinée and that of other media. This book provides a theoretical reflection on the notion of intermediality in comics, as well as thirteen chapters studying comics that transgress established boundaries between media, create a dialogue between their respective devices, or combine various vehicles or platforms of representation. These individual analyses discuss mixed-media uses of comic art and film, literature, reportage, painting, photography, religious iconography, history, memory studies, video games, and music. All chapters primarily focus on French-language works, although some comparative essays partially discuss graphic works in other languages.

Essays by Maaheen Ahmed, Renée Altergott, Jan Baetens, Livio Belloï, Michelle Bumatay, Erwin Dejasse, Hugo Frey, Maxence Leconte, Fabrice Leroy, Mark McKinney, Ana Oancea, Tamara Tasevska, Fred Truyen, and Charlotte F. Werbe. 

Continuer la lecture de Parution : Intermediality in French-Language Comics and Graphic Novels (dir. J. Baetens, H. Frey, and F. Leroy)

Journées d’études :

Journées Textyles :  De la page au micro. Radio et littérature en Belgique francophone (1924-2022)

KBR, audiorium De Greef, Bruxelles, 20 et 21 octobre 2022.

Alors que les rapports entre littérature et radio font l’objet d’un intérêt académique croissant dans le domaine des lettres anglo-américaines, germaniques et françaises, l’histoire de la production radiolittéraire belge demeure une parfaite terra incognita. La numérisation progressive des fonds sonores de la Sonuma et des Archives & Musée de la Littérature, combinée au récent inventaire des archives papier de la Radio-télévision belge (RTB), autorisent désormais l’ouverture des études littéraires à ces ressources riches et méconnues. 

À la veille du centenaire de la radiodiffusion belge, à l’heure où les podcasts et la création sonore rencontrent un succès toujours plus vif, nous voulons poursuivre un chantier engagé en 2021 à l’occasion de la journée Textyles « Écrans à la page : littérature et télévision en Belgique », en proposant un second volet d’exploration des archives audiovisuelles de la littérature belge. 

Les journées des 20 et 21 octobre 2022 permettront de poser les premiers jalons d’une recherche au long cours, que nous souhaitons collective et interdisciplinaire. Les points de rencontre entre radio et lettres seront considérés dans leurs déclinaisons multiples ; les corpus soumis à l’analyse iront des productions proprement littéraires (captations théâtrales, adaptations et œuvres spécialement conçues pour la radio) aux émissions vouées à la médiatisation de l’œuvre et/ou des auteurs et autrices. 

Trois axes transversaux structurent les communications et discussions au programme :

Continuer la lecture de Journées d’études :

Appel à contributions : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter (séminaire “Modernités médiévales”, en ligne)

Appel à propositions pour le séminaire 2022-2023 de l’association « Modernités médiévales » : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter

Date limite d’envoi des propositions : 10 septembre 2022

Date des réponses du comité scientifique : 20 septembre 2022

Le séminaire « Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter » de l’association « Modernités médiévales » s’intéressera en 2022-2023 aux usages humoristiques associés à la période médiévale et à son imaginaire au fil de l’histoire.

On voit en effet se développer aujourd’hui un humour médiévaliste, et s’il a déjà été étudié sur son versant audiovisuel, c’est par exemple moins le cas pour ses déclinaisons sur les médias numériques ou sur les réseaux sociaux, qui se sont en particulier fait remarquer en France durant la période très incertaine des débuts du COVID. L’on y revisite aussi bien les enluminures (Simon de Thuillières) et la langue médiévale pour commenter l’actualité (compte Twitter @Jehan le Brave) que des tubes des années 80 dans le sillage du « bardcore », avec des exemples comme Hildegard Von Binglin ou Maître Frelon (« Elle a les yeux arquebuse »). Le jeu sur un faux ancien français, expérimental et potache, reposant surtout sur la réinvention lexicale, serait une sorte de retour aux sources fantasmé en même temps peut-être qu’une forme de parade (aux deux sens du terme : résistance et ostentation) au franglais, au globish… 

Cette nouvelle sociabilité et ces pratiques humoristiques contemporaines en lien avec le médiéval nous invitent à nous demander avec Michèle Gally, dans son dernier ouvrage, A la croisée des temps. Les avatars littéraires du Moyen Âge, « quelle représentation du passé (et ce qu’il contribue à en construire) et aussi quel souci le geste de remonter au Moyen Âge – et non à une autre époque – engagent chez nos contemporains » (CNRS Editions, 2022, p. 189). Rit-on du Moyen Âge ou des représentations et visages qu’on lui prête ? Les temps épidémiques sont-ils à l’origine de rapprochements ? Rit-on avec le Moyen Âge, contre lui ? A côté ou en opposition à lui ? Cette recréation témoignerait peut-être aussi de « l’attitude inquiète vis-à-vis du présent et de l’avenir », souligne ainsi Michèle Gally (p. 191).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter (séminaire “Modernités médiévales”, en ligne)

Parution : Aquariorama. Histoire d’un dispositif (Guillaume Le Gall)

Guillaume Le Gall, Aquariorama. Histoire d’un dispositif, Sesto San Giovanni (Italie), Mimèsis, 2022.

Apparu dans les années 1840, l’aquarium offre un accès visuel à un milieu et à des formes en mouvement jusqu’alors inaccessibles. Cette révolution du regard marque une rupture dans l’histoire de la représentation. Mais cet objet technique va rapidement sortir de son cadre expérimental et fournir dans le contexte des expositions universelles des mises en scène spectaculaires et des images luminocinétiques originales.

De ce point de vue, l’aquarium est un objet hybride qui s’enracine dans la culture visuelle et littéraire du XIX e siècle, et au-delà, au point de constituer une forme paradigmatique des dispositifs de vision à travers.

Ce livre propose une archéologie de l’aquarium comme média en replaçant cet objet dans une nouvelle généalogie des dispositifs optiques, depuis le diorama daguerrien jusqu’aux tableaux lumineux de Jeff Wall en passant par le cinéma, la vitrine, la morgue, le théâtre de Loïe Fuller ou l’architecture de la serre.