Archives par mot-clé : médias

Aurore Courte (Université Catholique de Louvain, Belgique)

Aurore Courte 

Doctorante – analyse des médias 

Parcours académique 

  • Licence en philosophie (distinction) – UCL – (2002). Mémoire : Aristote et le destin. Entre conscience tragique et tension vers l’action : un plaidoyer humaniste. 
  • Agrégation d’enseignement secondaire supérieur – UCL – (2002) 
  • Masters en information et communications Option : Analyse des Médias (grande distinction) – UCL – (2006). Mémoire : South Park et la morale 

Thèse en cours auprès de M. Lits et S. Sépulchre à l’UCLouvain. 

  • Analyse de séries télévisées sur le rapport entre individu et société. 
  • Lien entre investigation philosophique et analyse de fictions. 
  • Représentation contemporaine de l’individualité. 

Publications 

  • « South Park et la morale », in Recherches en communication, n°25, 2006 
  • « La crise en dérision », in Médiatiques, n°48, 2012 

Contact :  aurore.courte@uclouvain.be 

Appel à contributions : Science Fiction and Fantasy International Conference. Messengers from the Stars: Episode VI (Université de Lisbonne, en ligne)

Science Fiction and Fantasy International Conference

Messengers from the Stars: Episode VI

Online Conference

School of Arts and Humanities, University of Lisbon

November 25-26, 2021

Nature and Overnature in SF and Fantasy Discourses

Science Fiction and Fantasy are lasting fields of inquiring into today’s world. They have become privileged means to question issues of aesthetic, ethical, political, social, economic, environmental and historical nature with high impact on contemporary societies. They have promoted hot-button issues and rich critical debates in literature as well as in cinema, TV, and videogames among other media.

The University of Lisbon Centre for English Studies (ULICES) invites you to take part in the 6thInternational Conference Messengers from the Stars: On Science Fiction and Fantasy to be held at the School of Arts and Humanities, University of Lisbon, on November 25-26, 2021. This year Episode VI will focus on the theme “Nature and Overnature in SF and Fantasy Discourses”.

Since humankind’s early days, our relationship with nature has undergone different stages and attitudes. From fear and antagonism to deep integration or attempt at subjugation, we humans have tried both to understand our environment and make the most of it. “What is our bond with Nature? Are we part of it or are we its destroyers?”; “What will be the consequences of our former and current actions towards Nature?”; “Are we the dominant species or is this just a human delusion?”; “What is the connection between Nature and social environment?”.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Science Fiction and Fantasy International Conference. Messengers from the Stars: Episode VI (Université de Lisbonne, en ligne)

Parution : Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical (Helen Thornham)

Helen Thornham, Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical, Routledge, 2021. 

Gender and Digital Culture offers a unique contribution to the theoretical and methodological understandings of digital technology as inherently gendered and classed. The silences within, through and from the systems we experience every day, create inequalities that are deeply affective and constitute very real forms of algorithmic vulnerability. The book explores these lived and mundane algorithmic vulnerabilities across three interrelated research projects. These focus on recent digital phenomena including sexting, selfies and wearables, and particular decision-making systems used in health, education and social services.

Central to this book are the themes of irreconcilability and the datalogical. It makes the case that feminism and gender politics have become increasingly irreconcilable with not only long-running debates around representation and embodiment, but also with conceptions of the technological, conceptions of the user and of the systems themselves. In keeping with longstanding feminist scholarship, these irreconcilabilities can be productive and generative; they can be used to interrogate the power politics of digital culture.

By studying the lived and routine elements of digital technologies, Gender and Digital Culture asks about the many convolutions that are held together through the everyday use of these technologies, and the implications for how gender and technology are approached, discussed and theorised.

Table of Contents:

Chapter 1: Gender, Irreconcilability and the Datalogical Anthropocene Chapter 2: Being data(logical) Chapter 3: Being accountable: practices, images, infrastructure Chapter 4: Being known: autom-data-ed bodies, maternal subjectivity Chapter 5: Gender and the digital mundane Chapter 6: Gender and the digital mundane

Helen Thornham is Associate Professor in Digital Cultures at the University of Leeds, UK. Her publications include Ethnographies of the Videogame (2011, Renewing Feminisms (2013) and Content Cultures (2014). Her research focuses on gender and technological mediations, data and digital inequalities.

Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Biens symboliques – Revue de sciences sociales sur les arts, la culture et les idées, n°7, « Lire en numérique », sous la direction de Cécile Rabot, OpenEdition, 2021. 

Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier de Biens symboliques entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Le dossier s’ouvre par un entretien avec Roger Chartier qui situe la lecture numérique dans le temps long de l’histoire de l’écrit et interroge la rupture que le numérique a opérée dans l’ordre des livres. Trois enquêtes sociologiques sur des pratiques de lecture ordinaire mettent ensuite cette interrogation à l’épreuve du terrain : qu’est-ce qui change dans le passage de l’imprimé aux écrans pour les lecteur·rice·s socialisé·e·s dans l’ordre des livres qui deviennent des adeptes du support numérique, testent un dispositif de prêt de liseuses ou au contraire n’imaginent pas du tout transposés en numérique les profits qu’ils tirent du livre papier ? Le dossier explore enfin quelques usages propres permis par le numérique, de pratiques savantes ordinaires qui passent par l’usage de corpus numérisés à des pratiques de lecture/commentaire d’une production littéraire de bande dessinée nativement numérique. Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’expression de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte.

Continuer la lecture de Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Parution : L’éthique du regard (Télévision n°12)

Télévision, n° 12, « L’éthique du regard », sous la direction de François Jost, avril 2021

Régulièrement, la télévision déclenche des débats de société qui s’avèrent parfois futiles (la télé-réalité traitée de « télé-poubelle » en 2001) ou, au contraire, graves (les retransmissions en direct des attentats de 2015). À chaque fois, sont soulevées des questions éthiques sur les limites du représentable et du montrable. Si l’information soulève de nombreuses questions, il en va de même des autres genres.

Mais au nom de quelle éthique parle-t-on ? La déontologie ? Le conséquentialisme ? Une éthique des valeurs ? Cela dépend des programmes comme des acteurs de la communication. Sous couvert de devoirs moraux à l’égard du public, n’assiste-t-on à l’émergence de thèses « maximalistes », selon le terme de Ruwen Ogien, sortes de nouvelles formes de « censure » voire d’« auto-censure » ?

Il ne s’agit nullement de livrer un code de bonnes conduites, mais seulement de poser des questions. Questionner l’éthique de la télévision, c’est d’abord considérer les diverses émissions diffusées comme des actes, actes d’auteurs, de réalisateurs, de diffuseurs, qui, comme tels, recourent, peu ou prou, à des normes morales. Malgré la diversité des thèmes abordés, tous les textes ici réunis s’accordent sur un point : la nécessité de s’interroger sur le regard. Regard de ceux qui médiatisent le monde et qui nous proposent des points de vue, qu’il s’agisse de retransmettre un match de football en direct ou de raconter un fait divers, d’évoquer la sexualité ou de montrer le handicap ou la mort. Regard que nous portons sur ces façons de voir. 

Table des matières

 

Séminaire Numapresse : « La fabrique médiatique des récits de vie » (en ligne)

Séminaire Numapresse : « La fabrique médiatique des récits de vie »

Lundi 22 mars de 14h à 16h

lien du séminaire : meet.google.com/jss-yahc-zzj

Dans le cadre des études portant, au sein de Numapresse, sur les phénomènes médiatiques de viralité, on se propose d’accorder une attention particulière aux récits de vie et à leur circulation médiatique et transmédiatique, depuis les biographies de contemporains en vogue sous le Second Empire (du Dictionnaire universel des contemporains de Vapereau aux Binettes contemporaines ou au Panthéon-Nadar qu’étudia Loïc Chotard) jusqu’aux pages biographiques rédigées aujourd’hui selon un mode collectif et participatif sur Wikipédia. Plus précisément, il s’agira d’observer de près la mise en place, l’imposition et la circulation d’une série de biographèmes, ces passages obligés de toute biographie, attachés à des personnalités du monde artistique, culturel ou politique. On tentera ainsi de remonter à l’acte de naissance supposé de tel biographème dans une rubrique journalistique (portrait, interview, nécrologie…), dans une brochure (comme Les Contemporains de Mirecourt), dans une notice de dictionnaire. On observera aussi la circulation de ce biographème et le jeu d’inflexions, modifications, amplifications qui l’affectent au fil des reprises, avant leur éventuel effacement ou remplacement. Les travaux pourront ainsi concerner une vie illustre dont on suivrait la mise en récit transmédiatique sur un temps long, ou se concentrer sur un ensemble de biographèmes attachés à une catégorie de personnalités (l’acte de naissance supposé d’une vocation artistique, par exemple), ou encore envisager l’élection soudaine d’une personne élevée par la viralité (trans)médiatique, hier ou aujourd’hui, au rang de « figure publique » (voir Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850, Fayard, 2014). Les raisons de l’élection d’une personne ou de la crispation à son sujet sur tels biographèmes seront questionnées. Plus généralement, une réflexion poétique sur l’évolution des codes biographiques pourra accompagner l’étude culturelle des modifications historiques des conditions de la célébrité.  

Lors du séminaire, deux exemples seront traités en guise de mise à l’épreuve des hypothèses et des outils de recherche ou d’analyse : Bocage, comédien et directeur de théâtre (Olivier Bara) et George Sand (Marie-Eve Thérenty).  Pierre-Carl Langlais présentera également les outils d’analyse de viralité permettant ces nouvelles explorations.

Contact : Julien Schuh – schuh.julien@gmail.com 

Appel à contributions : Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Journal of Italian Cinema and Media Studies

Échéance des propositions : 30 avril 2021

Dirigé par Luca Barra and Valentina Re

Most of the Italian television drama able to circulate internationally belongs to the multifaceted crime genre, both in some sparse examples from the past and in growing contemporary productions (from premium channels and digital platforms to public service and commercial broadcasters). However, for many decades, only a limited range of titles has been given scholarly attention, drawing a useful yet partial account of an otherwise dense and multilayered history. Moreover, exceptions have often been studied far more than the most conventional crime series in the ‘giallo’ spectrum: most police procedurals are deemed too formulaic, or too popular, to be distinguished. Therefore, this special issue intends to overcome these limits by focusing on the historical evolution of the crime genre inside the development of Italian television, from the early stages to the latest mainstream and niche successes, and by highlighting the many crime titles that have become familiar to large Italian audiences. Continuer la lecture de Appel à contributions : Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Parution : Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain

David Colon, Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain, Flammarion, « Champs histoire », 2021

« Fake news», « infox », « post-vérité » : le monde contemporain ne cesse d’être confronté aux enjeux de l’information de masse. On croyait la propagande disparue avec les régimes totalitaires du XXe siècle mais, à l’ère de la révolution numérique et des réseaux sociaux, elle est plus présente et plus efficace que jamais. Chaque jour apporte ainsi son lot de désinformation, de manipulation, de rumeurs et de théories du complot.
Loin de se limiter à la sphère politique et à la « fabrique du consentement », la propagande imprègne aujourd’hui tous les aspects de notre vie en société, les spécialistes du marketing, du storytelling ou les théoriciens du nudge s’efforçant d’influencer nos choix et comportements.
Embrassant plus d’un siècle d’histoire et couvrant un vaste espace géographique, David Colon explique les fondements et les techniques de la persuasion de masse dans le monde contemporain. Il montre que la propagande n’a cessé de se perfectionner à mesure que les sciences sociales et les neurosciences ont permis d’améliorer l’efficacité des techniques de persuasion, d’influence ou de manipulation.
À travers une synthèse accessible et percutante, David Colon livre une contribution essentielle pour mieux cerner les ravages causés par la désinformation, hier comme aujourd’hui.

Parution : Marâtre Nature. Quand Gaïa contre-attaque

Publication du premier numéro de la revue Pagaille

http://revue-pagaille.fr

Marâtre Nature. Quand Gaïa contre-attaque (1 | 2021)

Par sa puissance heuristique, la comparaison fait naître des chemins de traverse sans nul doute essentiels dans ce moment de crise qu’est l’Anthropocène. Face à des défis qui paraissent insurmontables, les sociétés néolibérales ont plus que jamais besoin d’une pensée mise en regard d’un Autre, construit volontairement comme représentation alternative.

Sommaire

Introduction
Manon Amandio, Julie Brugier, Hélène Dubail, Amandine Lebarbier & Sébastien Wit

Perspectives historiques

Gaï/ia sur la scène. Figurations de la terre chez Eschyle et Bruno Latour
Déborah Bucchi

La Marâtre indifférente et le poète inconsolable (Du Bellay, Ronsard et Leopardi)
Louise Dehondt

« La nature finira par se venger ! » Lectures croisées de Chen Yingsong, Gao Xingjian et Yan Lianke
Virginie Berthebaud

Perspectives écoféministes

La « Marâtre nature » et la femme révoltée : visions subversives chez Marie Darrieussecq, Laura Pugno et Han Kang
Irene Cecchini

Le Mur invisible [Die Wand] de Marlen Haushofer, une robinsonnade moderne au féminin
Annabel Audureau

Fictions de la catastrophe et extinction de l’être humain

De la violence naturelle à la nature des violences contemporaines. Considérations sur les présupposés théoriques des fictions catastrophistes
Miruna Craciunescu

Du figuré au littéral. Apocalypse végétale dans quelques récits de fin du monde
Aude Volpilhac

Billets d’humeur

Pompéi au Grand Palais : la violence de la Nature en 3 dimensions
Amandine Lebarbier

Temporalités de la catastrophe. Marâtre Nature en bande dessinée
Hélène Dubail