Archives par mot-clé : médias

Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

La revue Il Tolomeo – journal d’études postcoloniales invite tous les chercheurs intéressés à soumettre leurs contributions pour le prochain numéro de 2022 (n° 24). Le numéro sera structuré en une section généraliste à sujet libre et une section thématique consacrée aux transmédialités postcoloniales, à savoir aux récits postcoloniaux dans les médias.

Échéance des propositions : 15 février 2022

Ces dernières décennies, l’intérêt de la critique pour des structures narratives fondamentales non plus réservées à la littérature mais spécifiques à tout média capable de raconter une histoire, s’est traduit par une multiplication considérable de publications consacrées à la narratologie transmédiale. Nous pouvons citer à titre d’exemple : l’étude monographique de J.-N. Thon, Transmedial Narratology and Contemporary Culture (2016) ; l’article de R. Baroni, «Pour une narratologie transmédiale», publié dans Poétique, n° 182 (2017) ; le texte de M.-L. Ryan «Sur les fondements théoriques de la narratologie transmédiale», paru dans Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit (2018), sous la direction de S. Patron ; les deux numéros monographiques des revues Mediapolis – Revista de Comunicação, Jornalismo e Espaço Público («Personagens mediáticas: teoria, problemas, análises», n° 6, 2018) et 2i – Revista de Estudos de Identidade e Intermedialidade(«Literatura e televisão: novas narrativas – Ficções transmédia», vol. 2, n° 1, 2020). Si l’idée d’une grammaire des récits propre à l’ensemble des médias avait déjà été proposée par les pionniers de la narratologie (cf. Communications, n° 8, « Recherches sémiologiques : l’analyse structurale du récit », 1966), la discipline ne s’est que très récemment émancipée de son périmètre littéraire d’origine (Baroni 2017, 155). Aujourd’hui, les spécialistes préfèrent plutôt parler de narratologie transmédiale pour mettre davantage l’accent sur le caractère pluriel de certains phénomènes narratifs, en renvoyant ainsi à une approche comparative des médias qui ne privilégie pas un support particulier au détriment des autres (Wolf 2011, 5). Si l’identification de pratiques narratives communes aux différents médias demeure un objectif majeur de la discipline, A. Goudmand et R. Baroni (2019) soulignent cependant que la narratologie transmédiale a aussi pour but de voir « comment les récits exploitent les ressources particulières du support dans lesquels ils s’inscrivent afin d’actualiser ces invariants dans une forme spécifique ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

Programme du séminaire LPCM 2022 : “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”

 Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine.

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le mercredi de 17h à 19h, à l’exception des séances partagées (séances 4 et 7) et de la journée d’études (mardi 7 juin 2022, Université de Lausanne). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Sorbonne Université, Université Paris Nanterre…). 

Le lien de connexion sera communiqué quelques jours avant chaque séance. Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation  

PRINTEMPS 2022

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Pour obtenir le lien vers la salle de visioconférence, voir cette page.

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »
  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Séance 2 – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h : Animation japonaise

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

  • Oriane Sidre (Université Picardie Jules Verne) : « Une médiatisation qui définit ses propres règles ? L’écrivain Kenji Miyazawa et l’industrie animée japonaise : le cas du film biographique Fantaisie d’Îhatôbu : Le Printemps de Kenji (Kawamori Shôji, 1996) »
  • Matteo Watzky (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) : « Comment étudier l’animation ? Enjeux et méthode de la “micro-analyse” »

Répondant : Julien Bouvard (Université Jean Moulin Lyon 3)

Séance 3 – Mercredi 16 mars 2022, 17h-19h : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD)

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

  • Ada Lipman (Inalco) : « Ludique et éducatif : l’étude de la bande dessinée indienne Akbar Bīrbal Digest»
  • Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre) : « À la recherche du reflet – Retour sur une pratique de lecture »

Répondante : Cécile Boulaire (Université de Tours)

Séance 4 – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h : Feat. PHisTEM

Séance partagée avec le séminaire général de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

  • Yoan Vérilhac (Université de Nîmes/RIRRA 21) : « Sublime, mélodrame, sensationnalisme : esthétiques de l’excès et démocratisation culturelle »
  • Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) : « La science-fiction : une approche par les sons »

Séance 5 – Mercredi 18 mai, 17h-19h : La lanterne magique : un impact culturel insoupçonné. Retour sur un processus de recherche

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

Répondant : Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Séance 6 – Mardi 7 juin 2022 : JOURNÉE D’ÉTUDES. La recherche doctorale sur la bande dessinée à l’UNIL.

Université de Lausanne (salle à déterminer)

  • Intervenant·e·s confirmé·e·s : Justine Favre, Gaëlle Kovaliv, Raphaël Oesterlé, Camille Schaer, Olivier Stucky, Maelys Tirehot-Corbin

En partenariat avec le Groupe d’Études sur la BD (GrEBD), avec le soutien de la formation doctorale interdisciplinaire de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

Séance 7 – Vendredi 17 juin, 10h-13h : Science-fiction et créations sonores

Séance partagée avec le séminaire doctoral SF de l’Université Gustave Eiffel

Université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée (salle à déterminer)

  • Margot Châtelet (Université Gustave Eiffel) : « Des artefacts sonores science-fictionnels : quand la radio joue avec le réel »
  • Crys Aslanian (Université Gustave Eiffel) : « Futurotopies Féministes et Mutin·es Mutant·e·s, la  SF radiophonique comme possibilité de rêver l’obscur » 
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Pour une pharmacologie du son : collage, montage et détournement sonores dans quelques fictions dystopiques »

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre)

AUTOMNE 2022

Les lieux et les répondant·e·s des séances du semestre d’automne seront annoncés dans le courant de l’été 2022.

Séance 8 – Mercredi 5 octobre, 17h-19h : Médias audiovisuels et études culturelles

  • Elena Defay-Thibaud (Université du Mans) : « Étude des enjeux médiologiques de la représentation de la female loser dans la série Fleabag : la narratologie, un outil d’analyse pertinent ? »
  • Yoshiko Suto (Université Nihon, Tokyo) : « L’affiche japonaise de film, univers cinématographique ou culturel ? »

Séance 9 – Mercredi 9 novembre, 17h-19h : Musiques populaires, narration et intermédialité

  • Jason Julliot (Université de Rouen, Université de Liège) et Jérémy Michot (Université Clermont Auvergne) : « L’analyse des musiques populaires dans la cinémusicologie française : enjeux méthodologiques et disciplinaires »
  • Marion Brachet (EHESS, Université de Laval, Québec) : « “Like short movies in my head” : les mondes narratifs dans les musiques populaires »

Séance 10 – Mercredi 30 novembre, 17h-19h : Jeu vidéo, littérature et littératie

  • Benjamin Demassieux (Professeur agrégé de lettres classiques, Académie de Lille) : « Une poétique vidéoludique ? »
  • Lana Maldonado (Université Côte d’Azur) : « L’engagement narratif dans les jeux vidéo comme engagement d’apprentissage : la conception d’un protocole expérimental »

Séance 11 – Mercredi 14 décembre, 17h-19h : Récits science-fictionnels

  • Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Imaginaires du voyage temporel : peut-on sauver le passé ? »
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Implications narratives, esthétiques, historiques et génériques d’une stratégie éditoriale : le cas du fix-up en science-fiction »

Télécharger le programme (PDF)

Appel à contributions : La fantasy au prisme des médias (Épinal)

Colloque des Imaginiales : La fantasy au prisme des médias. BD, jeux, cinéma, télévision, musique… : métamorphoses d’un genre et de ses usages

Jeudi 19 et vendredi 20 mai 2022

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

Échéance des propositions : 30 janvier 2022

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne) et Florent Favard (Université de Lorraine)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est 

 La fantasy se présente dès ses origines comme un genre multimédiatique, favorisant des formes de création et de réception qui empruntent aussi bien les voies de l’écrit que de l’image, du son ou de l’objet – William Morris, un des créateurs de la fantasy romanesque à la fin de sa fructueuse carrière, n’était-il pas, aussi et indissociablement, designer, créateur d’arts graphiques et décoratifs, peintre, éditeur, traducteur, poète… ? Tout au long de l’histoire du genre, les romanciers ont été aussi illustrateurs, comme J.R.R. Tolkien, Mervyn Peake ou plus récemment Melchior Ascaride par exemple, musiciens, comme Michael Moorcock ou Morgan of Glencoe, puis scénaristes pour le cinéma ou la télévision, de George Martin à Estelle Faye, ou encore et très souvent rôlistes, de Raymond Feist à Jean-Philippe Jaworski. Quand ce n’était pas l’auteur qui exerçait sur plusieurs médiums, ce sont certaines œuvres dont l’appréhension s’est faite en fonction de leurs avatars visuels, audiovisuels ou vidéo-ludiques – le Conan de Robert E. Howard prend ainsi forme dans les images de Frank Frazetta, avant que sa perception ne soit largement transformée, voire déformée, par le film de John Milius en 1982. Les textes d’Andrzej Sapkowski consacrés au Sorceleur, parus en Pologne au début des années 90, n’ont accédé à une très large reconnaissance qu’à l’occasion de leur adaptation en jeu vidéo à partir de 2007, avant que l’ensemble ne donne lieu à une série télévisée diffusée sur Netflix en 2019.

La dynamique de « world builiding », fondamentale à la fantasy, fournit une piste « interne » pour comprendre un tel déploiement multi ou trans-médiatique – tout un monde à explorer, cela nécessite d’y donner accès par tous les sens, de le faire voir et entendre, d’en développer la culture matérielle et d’en documenter l’existence dans des manuels de règles, afin d’y permettre l’immersion la plus complète. Les « univers partagés », créations collectives comme Thieves’ World de Robert L. Asprin, ou étendues, comme autour du Darkover de Marion Zimmer Bradley, font partie des expériences les plus caractéristiques de ce qui fait la spécificité de la fantasy, dans le mélange des supports médiatiques comme dans les passages entre création et réception qu’elle permet. En cela le genre entretient le plaisir de pratiques courantes de l’imaginaire enfantin, et ce n’est pas un hasard si une part des univers parmi les plus développés sont (au départ !) destinés au jeune public, de Yu-gi-oh à Harry Potter.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La fantasy au prisme des médias (Épinal)

Appel à communications : À la croisée des chemins : l’intermédialité comme point de rencontre (Université de Sherbrooke)

Colloque : “À la croisée des chemins : l’intermédialité comme point de rencontre“, 19e colloque étudiant en littérature canadienne de l’Université de Sherbrooke

18 mars 2022

Université de Sherbrooke

Le 19e colloque étudiant en littérature canadienne de l’Université de Sherbrooke, qui aura lieu en ligne le 18 mars 2022, aura pour thème À la croisée des chemins : l’intermédialité comme point de rencontre.

Il souhaite mettre l’accent sur la transmédialité dans ses relations avec la littérature et la traduction. Des présentations d’une durée de 20 minutes examinant des œuvres contemporaines canadiennes en français, en anglais ou en langues autochtones sous l’angle de l’intermédialité seront les bienvenues. Seront également considérées les contributions prenant la forme d’une production audiovisuelle ou d’une performance.

Nous vous invitons à faire parvenir votre proposition de communication de 250 mots et une courte notice biographique (150 mots) à l’adresse courriel TTT2021usherbrooke@gmail.com au plus tard le 30 novembre 2021. 

Appel à communications

Appel à contribution : Vilém Flusser : la technique et les médias à la croisée des disciplines (revue Appareil)

Appel à contributions :Vilém Flusser : la technique et les médias à la croisée des disciplines” – Revue  en ligne Appareil 

Échéance des propositions : 1er janvier 2022

Figure singulière de la pensée des techniques, de la communication et des médias de la deuxième moitié du XXe siècle, Vilém Flusser est un penseur à la fois nomade au point de vue géographique et pluriel dans ses intérêts. Ainsi, né à Prague en 1920, il s’est ensuite installé au Brésil de 1940 à 1972, et a passé la fin de sa vie entre l’Allemagne et le Sud de la France. De plus, les nombreux essais dont il est l’auteur, écrits ou traduits en plusieurs langues, croisent les territoires de la philosophie du langage, l’histoire culturelle, la technologie, la théorie de l’écriture, l’archéologie des médias, la théorie de la communication et des arts et une réflexion philosophique sur les images. La dissémination des écrits, le plurilinguisme, la multiplicité des lieux d’enseignement, le caractère résolument multidisciplinaire de son travail ont rendu difficile la réception de sa pensée, qui n’a été traduite en français qu’à partir des années 1990.

La spécificité de l’approche de Flusser consiste à s’intéresser à l’évolution historique des nouvelles formes d’expérience associées au développement des techniques et des médias, avec une attention constante à la compréhension des fonctionnements singuliers des dispositifs et des appareils, que ce soit à l’échelle des objets du design, des images photographiques, du cinéma, de la presse, de la télévision, de l’informatique ou de la ville. Parallèlement à des analyses extrêmement détaillées et situées d’objets et de dispositifs du quotidien, allant de la tente et du parapluie au tracé des routes et des autoroutes dans les paysages naturels en passant par l’appareil photographique et les ordinateurs (dont il pressent la mise en réseau), Flusser développe des considérations plus systémiques et philosophiques sur la dynamique historique de l’évolution technologique, sur les transformations des rapports entre nature et culture, entre civilisation et médias. C’est à la fois dans cette approche au-delà des frontières des disciplines académiques et dans cette double échelle, qui va de la microanalyse de dispositifs et appareils jusqu’à une ambition plus philosophique de compréhension systémique et de périodisation historique des relations entre expérience humaine et médiation technique, que se situe l’intérêt de cette pensée pour la compréhension du monde contemporain.

Continuer la lecture de Appel à contribution : Vilém Flusser : la technique et les médias à la croisée des disciplines (revue Appareil)

Parution : Culture de masse et société de classes (Philippe Coulangeon)

Philippe Coulangeon, Culture de masse et société de classes. Le goût de l’altérité, PUF, 2021

Nous vivons dans des sociétés dans lesquelles la diffusion de l’éducation et les transformations de l’économie des biens culturels semblent produire une certaine uniformisation des goûts et des styles de vie. Un peu partout dans le monde, alors que les classes supérieures diplômées conservent un accès privilégié aux répertoires culturels les plus légitimes, elles sont aussi partie prenante à l’univers de la culture de masse et des médias.

Cette transformation n’est pourtant pas à proprement parler synonyme de démocratisation culturelle. L’éclectisme des préférences et des pratiques tend à devenir l’expression contemporaine du privilège culturel de catégories immergées dans une grande variété de répertoires savants et populaires, lettrés et audio-visuels, locaux et cosmopolites. L’ouverture à la diversité apparaît comme la norme émergente du privilège et de la légitimité culturelle, morale et politique, qui s’inscrivent dans une reconfiguration plus vaste des rapports sociaux mettant en jeu l’accès inégal aux ressources de la confrontation à l’altérité. C’est ce que montre cet ouvrage, qui s’appuie sur les recherches les plus récentes et les résultats d’enquêtes approfondies.

Philippe Coulangeon est directeur de recherche au CNRS, membre de l’Observatoire sociologique du changement à Sciences Po, spécialiste de sociologie de la culture. Ses recherches portent notamment sur la démocratisation de la culture et de l’éducation.

 

Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)

Hans Magnus Enzensberger, Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias , Paris, Les Presses du Réel, 2021

Essai de référence qui n’a cessé d’inspirer les études médiatiques, le « Jeu de construction pour une théorie des médias » (1970) de l’écrivain et intellectuel Hans Magnus Enzensberger plaide, dans le sillage de Brecht et de Benjamin, pour un contre-usage des médias de masse. Inédit en français, cet essai est accompagné dans ce volume de la réponse que lui apporta Baudrillard, d’un texte postérieur d’Enzensberger sur « L’évangile digital », ainsi que d’un dossier qui en explore les résonances théoriques toujours fécondes dans les champs intellectuels français, allemand, italien, britannique et américain.

L’ensemble de ces textes, où se mêlent approches philosophiques, médiatiques et littéraires révèle l’absolue actualité d’un essai qui, dès 1970, dépassa le partage trop simple – et pourtant toujours vivace à l’ère numérique – entre médias-pessimistes et médias-optimistes, pour lui préférer un singulier jeu de construction théorique qui fait de la manipulation des médias, le socle même d’une véritable pensée critique.

Hans Magnus Enzensberger (né en 1929 à Kaufbeuren, en Bavière) est un poète, essayiste, romancier (également connu sous le pseudonyme de Andreas Thalmayr), dramaturge, journaliste et éditeur allemand, figure de la scène intellecuelle de gauche et représentant incontournable de la littérature allemande de l’après-guerre.

Continuer la lecture de Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)

Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Colloque : Imageries et imaginaires du cirque

Rouen, Musée des Beaux-arts, Hôtel des sociétés savantes

2, 3, 4 mars 2022

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Organisé à Rouen au Musée des Beaux-arts et à l’Hôtel des sociétés savantes, ce colloque international sera consacré aux imageries et imaginaires du cirque. Il s’agira de faire de cette thématique l’objet central des débats en conviant des chercheur·e·s inscrit·e·s dans divers cadres disciplinaires et spécialités universitaires : sociologie, anthropologie, histoire, littérature, musicologie, arts du spectacle, études visuelles, STAPS… Les travaux de recherche sur le cirque connaissent aujourd’hui un essor important. En France, le Collectif de Chercheur·e·s sur le Cirque initié au milieu des années 2000 autour de travaux portant alors principalement sur l’émergence du cirque contemporain, est aujourd’hui structuré en association et rassemble des chercheurs et chercheuses français comme étrangers. En Amérique du Nord, d’autres réseaux (comme le Montreal Working Group/Groupe de recherches montréalais en arts du cirque ou le réseau Circus and Its Others), contribuent à dynamiser les travaux de recherche sur le cirque. À l’Université de Rouen-Normandie, des recherches ont été menées sur le cirque et ses espaces, notamment régionaux (Lefevre et Sizorn, 2004 ; Percheron, 2007 ; Loret, 2012). L’histoire locale du cirque comme sa dynamique contemporaine sont en effet particulièrement riches. Rouen accueillait le premier manège stable de France en 1797, rue Duguay-Trouin, où Franconi se produisit ; Philip Astley, considéré comme le fondateur du cirque moderne vint à Rouen en 1785-1786 ; le Cirque de Rouen, inauguré en 1894 par le Cirque Rancy et détruit en 1973, fut une salle de spectacle très importante pour la ville, accueillant la programmation du Théâtre des Arts suite à sa destruction pendant les bombardements de 1944. À une vingtaine de kilomètres, le Cirque-Théâtre, construit à Elbeuf en 1892 et rénové en 2007, est aujourd’hui Pôle national Cirque. Il accompagne la production et la diffusion du cirque contemporain. Le bâtiment est l’un des huit derniers cirques stables historiques encore visibles en France, le seul avec piste et scène de théâtre à l’italienne.

La 9e édition du Temps des collections organisée par la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie accueillera l’exceptionnelle collection de Jeanne-Yvonne et Gérard Borg « Cirque et Saltimbanques » dans 4 musées de la Métropole de décembre 2021 à mai 2022 : affiches, photographies, peintures, costumes sont des traces de l’histoire du cirque, comme de ses liens avec d’autres arts.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)

“Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias”

Journée d’études : Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (4 Rue des Irlandais, Paris) – en format hybride, 22-23 octobre 2021

Publication : Revue Traits d’Union

Échéance des propositions : 3 septembre 2021

Le 12e numéro de la Revue Traits d’Union se propose d’étudier la notion d’âgisme et ses représentations dans la littérature, les arts et les médias. Ce concept permet essentiellement d’identifier et de dénoncer les stéréotypes et les discriminations qui affectent la vieillesse, classe d’âge qui tend à être invisibilisée et stigmatisée dans les représentations et les pratiques. Il est possible cependant de l’étendre à l’ensemble des discriminations fondées sur l’âge, notamment celles qui touchent la jeunesse. Il s’agira ainsi de voir comment la littérature, les arts et les médias participent au renforcement, à la dénonciation ou à la déconstruction des stéréotypes âgistes.

La Revue Traits d’Union publie prioritairement de jeunes chercheur·euse·s, doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s, en lettres, arts, médias, sciences humaines et sociales.

Apparu pour la première fois en 1969 sous la plume de Robert Butler, le terme « âgisme » désigne « une profonde gêne chez les jeunes et les personnes d’âge moyen – une répugnance personnelle et un dégoût envers le vieillissement, la maladie et l’infirmité ;

ainsi que la peur de l’impuissance, de l’inutilité et de la mort1 ». Il prend peu à peu sa place dans le langage courant, faisant émerger l’idée qu’à l’instar d’autres formes de discriminations comme le racisme ou le sexisme2, il existe une ségrégation en fonction de l’âge. D’ailleurs, la pandémie de Covid-19 qui a frappé le monde à partir de 20193 ou encore le débat récurrent sur les retraites4 en France, tout comme celui sur les Ehpad5, ne font que réactualiser les stéréotypes que l’on accole aux personnes âgées. Il n’est qu’à lire La Vieillesse de Simone de Beauvoir6, tout récemment réédité, ou encore Histoire de la vieillesse de Jean-Pierre Bois7 pour s’en rendre compte.

Vieillesses et stéréotypes

Il s’agirait pourtant de clarifier tout d’abord ce que désigne la vieillesse, notion aussi vague que fluctuante. En effet, on ne vieillit pas de manière uniforme suivant sa classe sociale, son activité professionnelle, son parcours de vie, son environnement, etc. De plus, la représentation de la vieillesse varie selon l’époque et la culture. Chaque vieillesse est singulière et pourtant la représentation de la vieillesse donne lieu à un ensemble de stéréotypes qui sont souvent négatifs. Certes, celles-ci présentent aussi la figure bienveillante du grand-parent adoré (Victor Hugo, L’art d’être grand-père, Madame de Grand Air dans la série de bandes-dessinées Bécassine) ou celle du vieux sage (Socrate peint par Jacques-Louis David ou Salvator Rosa, le père Fouras dans l’émission Fort Boyard) dont l’expérience profite à tou·te·s mais cette image est minoritaire, du moins en Occident8. Ici encore, la nuance est de mise et chaque aire géographique et culturelle semble présenter son lot de spécificités.

Qu’en est-il alors des stéréotypes liés à la vieillesse ? Existe-t-il des invariants ? Quel lien y a-t-il entre ces représentations caricaturales et la société qui les produit ? Quelle place l’aire géographique et l’ère temporelle prennent-elles dans leurs constructions ? En termes artistiques et médiatiques, les formes, mouvements et supports jouent-ils un rôle dans la manière dont l’âgisme transparaît ? Les arts et les médias sont-ils des vecteurs efficaces pour déconstruire ces représentations ? Quels chemins, singuliers ou communs, ces déconstructions prennent-elle ? Les circonvolutions langagières pour désigner cet âge de la vie – 3e âge, 4e âge, seniors – ne sont-elles pas déjà une trace de cet âgisme ? Si « gros » ne devrait pas être un gros mot9, n’en serait-il pas de même pour « vieux » ? Ces quelques questionnements ne peuvent qu’être frappés du sceau de l’incomplétude, d’autant que l’aspect intersectionnel a une place prépondérante dans la construction mais aussi dans la déconstruction de ces stéréotypes âgistes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)

Appel à contributions : Rubrique Hors dossier de la revue Captures

La revue à comité de pairs (RAC) Captures (www.revuecaptures.org) invite les chercheur.e.s en études littéraires et cinématographiques, en sciences humaines, en histoire de l’art ou en arts visuels et médiatiques à soumettre un article pour publication dans la rubrique Hors dossier de l’un de ses prochains numéros. 

Les articles paraissant dans cette rubrique traitent de problématiques liées aux figures, théories et pratiques de l’imaginaire, sans limitations territoriales ou nationales. D’une longueur de 5000 mots environ, ils sont soumis à un processus d’évaluation par les pairs à double insu.

Affiliée au Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire Figura (Université du Québec à Montréal), Capturese st une revue francophone accueillant aussi des publications écrites en anglais. Elle paraît deux fois l’an. Les articles parus dans Captures mettent en valeur la dimension théorique et culturelle des rapports que le sujet entretient avec le monde contemporain. Cette relation s’établit à travers des figures et des mythes, des fictions et des croyances, des représentations sociales, culturelles et des mutations technologiques, des textes et des images, des lieux et des interfaces numériques, autant de formes et de phénomènes constitutifs d’un imaginaire contemporain.

Toute proposition s’effectue par courriel à revuecaptures@gmail.com

Le protocole de soumission se trouve au bas de cette page [document « Publier un article HD »] : 

http://www.revuecaptures.org/page/protocoles