Archives par mot-clé : media studies

Séminaire LPCM “Fictions médiatiques”

 

« Fictions médiatiques »

 

Séminaire LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures populaires et Culture Médiatique) et CSLF (EA 1586, équipe Phistem)

coordonné par Anne Besson (Université d’Artois) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense).

 

Université Paris Ouest-Nanterre La Défense,

vendredi 11 décembre 2015, vendredi 11 mars 2016, vendredi 13 mai 2016

15-18h, salle L 205

11 décembre : Ruth Mayer (Université de Hanovre) : “In the Nick of Time? Detective Film Serials, Temporality, and Contingency Management, 1919-1926”

11 mars : Irène Langlet (Université de Limoges) : “Pour une poétique des fictions industrielles”

13 mai : Marie-Eve Thérenty (Université Paul-Valery, Montpellier) : “Chalumeaux, espadrilles de crêpe et escarpins. Dispositifs fictionnels, médiatiques et sériels dans Détective (1928-1940)”

 

[Image : la fresque du bar “Fu Manchu”, Clapham, Londres]

Depuis le XIXe siècle, on a vu se multiplier les dispositifs médiatiques. Ceux-ci ont pris une place de plus en plus importante dans l’espace culturel et social, au point d’apparaître au début du XXIe siècle comme le principal mode d’appréhension de la réalité et le vecteur essentiel de consommation des œuvres de fiction. Dans le domaine de la culture populaire, le basculement d’une culture de transmission communautaire (folklore, légendes) à une culture médiatique portant déjà en elle la logique de la culture de masse, ou tout au moins celle des communautés médiatisées, a changé en profondeur la relation aux récits, au point que celle-ci apparaît comme l’une des sources de structuration majeures de l’imaginaire collectif et du discours social. C’est en ce sens que l’articulation entre le médiatique et le fictionnel s’impose tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’étudier les productions sérielles, d’autant que celles-ci tendent à reformuler dans leurs structures narratives ou leurs thèmes les contraintes que fait peser sur elles la reproductibilité technique associée aux médias de masse. C’est cette relation entre fiction et culture médiatique que le séminaire monté en association par la LPCM et le CSLF (équipe PHISTEM) se propose d’examiner en mettant l’accent sur différents niveaux :

 

D’abord, il apparaît que les contraintes du support de production s’imposent sur les formes des récits, non seulement à travers les modes d’expression qui leur sont associés mais aussi à travers les dynamiques de communication et la matérialité du support elle-même. Chaque nouveau média a altéré la façon de concevoir les fictions, affectant à la fois les structures narratives et les imaginaires des auteurs qui ont choisi d’en exploiter les possibilités.

La multiplication des médias a en outre entraîné la circulation transmédiatique des œuvres et des imaginaires et leur déclinaison dans des modes d’expression différents. Une telle circulation a favorisé la cohésion des imaginaires. Elle a permis le développement de nouvelles logiques transfictionnelles, a imposé des univers de fiction encyclopédiques excédant largement leur actualisation dans la somme des œuvres qui les explorent, et de véritables synergies transmédiatiques. Mais elle a entraîné en parallèle une fragmentation de ces œuvres-architextes, invitant aux appropriations et aux recompositions, et favorisant les logiques de participation communautaires.

Le rythme et la logique des médias ont par ailleurs structuré notre manière d’appréhender la réalité, imposant une relation de la littérature sérielle au monde oscillant en permanence entre des logiques réalistes de représentation (celles d’une relation médiatisée et périodique au monde) et une vraisemblance intertextuelle insistant sur le spectaculaire et l’émerveillement (celle qui accompagne la standardisation des imaginaires sérialisés et l’autonomisation des logiques référentielles).

Enfin les conditions de production des œuvres, marquées par une industrie culturelle et médiatique toujours plus puissante, ont imposé leurs logiques industrielles et commerciales aux œuvres, à leurs formes et à leurs imaginaires, mettant en évidence une articulation profonde entre le développement des fictions sérielles, de la culture médiatique et de la culture de consommation. Favorisant une logique de circulation de plus en plus grande de la fiction entre les formes narratives et les formes mimétiques et ludiques (celles en particulier des produits dérivés, jeux, jouets et biens de consommation courante), ces « fictions médiatiques » sont donc au cœur des phénomènes de « consommation culturelle » sur lesquels on peut aujourd’hui s’interroger en en rappelant les contextes successifs de développement.

 

Call for paper – appel à communication : ESSACHESS, volume 7, n°2(14)/2014

Call for Papers for volume 7, n° 2(14)/ 2014

FRENCH BELOW

How does Gender matter? Analyzing media discourses, media organizations and media practices

Guest editors:

Margreth LŰNENBORG (Director of the International Centre of Journalism, Free University of Berlin, Germany)

Using the concept of gender as a crosscutting principle underlying all aspects of social life (work, family, religion, migration, research, etc.) we intend to highlight the gender dimension of social life, a major phenomenon ignored for a long time (some researchers such as Marcel Mauss identified the division by gender as a fundamental matrix even if most sciences: from sociology to medicine were gender blind). The “liquidity of the modern society” (Bauman) also marked the concept of gender, floating “between social sex”, “gender relations” or “gender difference” understood as a socio-anthropological difference constructed and disseminated through standards and customs both practiced by and distributed via media. Entered fully into the social sciences (sociology and history in the first place), the gender is built conceptually in a wide range of feminist theories (universalists, differentialists, Marxists, radicals, deconstructionists, culturalists, queer) as a “differential valence” (Françoise Héritier) which provides / prospects on “the genesis and transmission of inequality and gender and sexual hierarchies” (I. Thery, 2010); gender is a relevant but not single dimension of social and cultural inequality as discussed in the concept of intersectionality.

The approach in terms of gender represents a paradigm shift in the Kuhnian sense, since it involves the radical transformation of social representations and collective values and norms, transformation correlated with the democratization of societies and promotion of the equality principle.

“Gender is a socially imposed division of the sexes. It is the product of social relations of sexuality. Kinship systems are based on marriage. They transform males and females in men and women”. (Gayle Rubin, 1975/1998).

In accordance with feminist methodology breaking with the epistemic ideal of “objectivity” to use the grounded theory rooted in the field, observation and data collection in situ, we are interested in papers referring to the analysis of the gendered structures and gendering practices of media images, media discourse and media practices.

In the theoretical tradition of Luce Irigaray articulations and modalities of communication distinguish male and female discourse. If speaking is never neutral to resume Luce Irigaray, we think we believe that the issues related to the use of discourse and media genres in the “feminine” media are as important as the presence / absence of women in mainstream media, especially in the news. The findings are that men and women do not use language in a similar way therefore demonstrates that language is gendered. The feminist theorists assert that it would be possible to create new forms of female thought, transforming the structures of the traditional way of thinking, because “it is not enough to change certain things in the horizon that defines human culture, but to change the horizon itself” (Luce Irigaray, 1992: 36). Yet these changes of horizon include both the change in the message, change of media production and obviously change the public.

Following Judith Butler’s concept of performativity of sex and gender (1990, 1993), we need to go beyond the essentialist concepts of “femininity” and “masculinity”. Thus distinctions between “male” and “female” writing, talking or reading are seen as obsolete. How can we then analyse distinct concepts of writing, journalistic production, public forms of articulation? How do we conceptualize the relationship of gendered media practices, media images and social constructions of gender?

Angela McRobbie (2009) refers to the term “Postfeminism” when critically discussing how originally feminist approaches to new gender relations have been instrumentally incorporated into popular culture. Thus we need to ask how to analyse the relationship of popular culture and changing gender orders.

Both Francophone and Anglophone approaches and concepts discussed in the field of gender studies refer to distinct theoretical framework, but offer complex opportunities for bridging academic cultures. We thus are interested in theoretical and empirical work going beyond well-established concepts of explanation and interpretation.

Analyses can be addressed (without excluding other possible approaches and angles) to:

i) Gender / women’s issues as topics of the mainstream media (such as the unemployment of women, female migration, female poverty, health etc.) and the journalistic treatment of these issues: scientific, sensationalist or trivialized in the print and online media;

– the manner of articulating the iconic and verbal text in the case of the representation of different sexes in the same referential area (sportswomen fragmented and connoted in the mode of appearance: emotion, aestheticism and sportsmen in the mode of being: prize, victory; in the field of politics the gendered conceptualization of power and success, the representation of political bodies etc.)

– the impact of the message on the public;

ii) the thematic and organizational modes of discourse (narrative, argumentative, descriptive) in the “feminine”  media (correlated or not to post-feminism, to backlash of feminism or to ordinary anti-feminism);

– the hybridization of genres and types of discourse by intertextuality / intersemioticity/ plurimodality.

iii) the gendered practices of and by digital media: modes of incorporation of media practices into professional habits and routines as well as into ‘private’ lifeworlds; the use of digital media in protest cultures (e.g. FEMEN).

The selected study corpus may be represented by all forms of media content including press, audio-visual media as well as online communication (electronic journals, personal blogs, professional blogs, etc.). Analyzing practices and discursive strategies of media in their constitutive relationship to gender structures in society we propose interdisciplinary reflections bringing together sociologists, political scientists, anthropologists, linguists and semioticians, researchers from information sciences, media and communication, interested gender images, actions and aspirations.

The field of gender studies has been a work in progress for more than forty years not only in Western countries, but also in non-European space. Gender studies develop complex theoretical perspectives, innovative methodologies evolved into practices (e.g. action research), and practices are used within and outside of academia. Our volume participates in the global movement of de-westernization of research and denaturalization of ‘gender hierarchy’ building a new reflexivity with the ultimate goal of emancipation

The analysis in the context of “situated knowledge” located at the intersection of political, economic and social ‘redistribution’ (absent from the public debate) and the policies of the specific claims of national or cultural minorities ‘recognition’ could show how identity minorisation goes hand in hand with the socio-economic discrimination in inertia of gender roles produced by the institutions of socialization

As we are now in a century characterized by “fast and furious developments in media products, technologies and institutions” (K. Ross, 2009) it becomes essential to re-examine in a critical perspective the concepts of media representation, media discourse, media practice bridging media culture and academy. We especially aim at bringing together the Anglophone research as well as the Francophone research in the field.

Important Deadlines

February 15, 2014: submission of the proposal in the form of an abstract of 400-500 words. The proposal must include a list of recent references;

– March 30, 2014: acceptance of the proposal;

July 15, 2014: full paper submission;

– September 30, 2014: full paper acceptance.

Papers should be between 6,000-10,000 words in length. Papers can be submitted in English or French. The abstracts should be in English and French, max. 200-250 words followed by 5 keywords. Please provide the full names, affiliations, and e-mail addresses of all authors, indicating the contact author. Papers, and any queries, should be sent to: essachess@gmail.com

Authors of the accepted papers will be notified by e-mail. The journal will be published in December 2014.

References

  • Bem, Sandra, 1993 The Lenses of Gender: Transforming the Debate on Sexual Inequalities,New Haven, Yale University Press.
  • Blandin, Claire & Méadel, Cécile (éditrices) 2009,  « La Cause des femmes » dossier thématique Le Temps des médias no 12, printemps-été.
  • Butler Judith, 1990, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity London Routledge (trad.fr. 2005, Trouble dans le genre: pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte).
  • Butler, Judith, 1993 Bodies that Matter: On the Discursive Limits of “Sex” , New York, Routledge Byerly Carolyn and Ross Karen, 2006 Women and Media. A Critical Introduction, Blackwell.
  • Chabaud-Rychter, Danielle, Descoutures, Virginie, Devreux, Anne-Marie,Varikas, Eleni, (sous la direction de), 2010, Sous les sciences sociales le genre. Relectures critique de Max Weber à Bruno Latour, Paris, La Découverte.
  • Carter Cynthia, Branston Gill, Stuart Allen (eds), 1998 News, Gender and Power, London, Routledge
  • De Bruin Marian and Ross Karen (eds), 2004, Gender and Newsroom Cultures, Hampton Press, pp. 81-104.
  • Dorlin, Elsa (sous la direction de), 2010, Sexe, Race, Classe Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF.
  • Gauntlett, David, 2008, Media, Gender and Identity, New York, London, Routledge.
  • Gill Rosalind, 2006, Gender and the Media, Cambridge, Polity Press.
  • Gill Rosalind and Scharff Christina, 2013, New Femininities. Postfeminism, Neoliberalism and Subjectivity, Palgrave Macmillan.
  • Gubin, Eliane; Jacques Catherine; Rochefort Florence; Studer Brigitte; Thébaud Françoise ; Zancarini-Fournel Michelle, 2004,  Le siècle des féminismes, Paris, Editions de l’Atelier.
  • Harding, Sandra, (dir.), 2004, The Feminist Standpoint Theory Reader, New York, London, Routledge.
  • Héritier, Françoise, 1996, Masculin, féminin. I. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.
  • Hirata, Helena; Laborie, Françoise; Le Doaré, Hélène; Senotier, Danièle, 2000, Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF.
  • Lazar, Michelle (ed.), 2005, Feminist Critical Discourse Analysis:Gender, Power and Ideology in Discourse, Palgrave Macmillan.
  • Lünenborg, Margreth, Majer, Tanya (eds.), 2013 Gender Media Studies. Eine Einführung, Konstanz, UVK.
  • McRobbie, Angela, 2009 The Aftermath of Feminism: Gender, Culture and Social Change, London, Sage.
  • Neveu, Eric, 2001, „Le genre du journalisme. Des ambivalences de la féminisation d’une profession”, Politix, 13, 51, 2000, pp. 179-212.
  • Ollivier, Michèle, Tremblay, Manon, 2000, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, Montréal, Harmattan.
  • «  Review of the Implementation of the Beijing Platform for Action in the EU Member States :Women and the Media- Advancing Gender Equality in decision-making in media organizations», 2013, Report realized by EIGE (European Institute for Gender Equality), Luxembourg : Publications Office of the European Union
  • Robinson, Gertrude, 2005, Gender, Journalism and Equity: Canadian, U.S and European Perspectives, Hampton Press, Communication Series, Cresskill, New Jersey.
  • Ross, Karen, 2009, Gendered Media. Women, Men and Identity Politics, Rowman & Littlefield Publications
  • Ross Karen, 2011, « Women and News. A long and winding road », Media, Culture and Society vol.33, no 8, 99, pp. 1148-1165.
  • Rubin, Gayle, 1975 (1998), « L’économie politique du sexe. Transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre », Cahiers d’études féministes, Paris, CEDREF no 7, pp. 3-81.
  • Roventa-Frumusani, Daniela, 2009, Concepts fondamentaux pour les études de genre, Paris, Editions des Archives Contemporaines.
  • Scott, Joan 1988) «Genre: une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du Grif: le genre de l’histoire, no 37-38, printemps, pp. 125-153.
  • Saint-Jean, Armande, 2000,  « L’apport des femmes au renouvellement des pratiques professionnelles : le cas des journalistes » in Recherches féministes vol 13, no 2, pp.77-93.
  • Thébaud, Françoise, 2003 « Histoire des femmes, histoire du genre et sexe du chercheur » in Jacqueline Laufer, Catherine Mary, Margaret Maruani (dir.) Le travail du genre. Les sciences sociales à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte,/MAGE, pp.70-87.
  • Théry, Irène, 2007, La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Odile Jacob.
  • Théry, Irène, 2010 « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? » in Revue française de pédagogie, 171, avril-mai-juin, pp. 103-117.
  • Van Zoonen, Liesbet, 2002, Feminist Media Studies, London, Sage Publications.

***

La dimension de genre dans les discours, organisations et pratiques médiatiques

Coordination du dossier :

Margreth LŰNENBORG (Directrice du Centre International du Journalisme, Université Libre, Berlin, Allemagne) et

Daniela ROVENTA-FRUMUSANI (Directrice du Département d’Anthropologie culturelle et Communication, Université de Bucarest, Roumanie)

En utilisant la notion de genre comme principe transversal sous-tendant toutes les composantes de la vie sociale : travail, famille, religion, migration, recherche, etc., nous nous proposons au travers de ce dossier de mettre en exergue la dimension sexuée de la vie sociale, aspect majeur longtemps ignoré (très peu de chercheurs parmi lesquels Marcel Mauss ont considéré la division par sexes comme matrice fondamentale alors que la plupart des sciences, de la sociologie à la médecine étaient gender blind). La « liquidité de la société moderne » (Bauman) a marqué aussi le concept de genre se situant entre « entre sexe social », « rapports sociaux de sexe » ou « différence de sexes » entendue comme différence socio-anthropologique construite et disséminée à travers les normes et les coutumes. Entré de plain-pied dans les sciences sociales (d’abord la sociologie et l’histoire), le genre s’édifie conceptuellement dans le vaste champ des théories féministes (universalistes, différentialistes, marxistes, radicales, déconstructionnistes, culturalistes, queer) comme « valence différentielle « (F. Héritier) qui fournit une / des perspective(s) sur « la genèse et la transmission des inégalités et hiérarchies sexuées et sexuelles» (I. Thery, 2010).

L’approche en termes de genre représente un changement paradigmatique dans le sens de T. Kuhn puisqu’elle implique la transformation radicale des représentations sociales, des valeurs et normes collectives, transformation connexe à la démocratisation des sociétés et à la promotion du principe d’égalité.

« Le genre est une division des sexes socialement imposée. Il est le produit des rapports sociaux de sexualité. Les systèmes de parenté reposent sur le mariage. Ils transforment donc des mâles et des femelles en « hommes » et en « femmes », chaque catégorie étant une moitié incomplète qui ne peut trouver sa plénitude que dans l’union avec l’autre. » (G. Rubin, 1998 : 48).

En accord avec la méthodologie féministe rompant avec la recherche « objective » pour utiliser la grounded theory enracinée dans le terrain – l’observation et le recueil de données in situ, ce dossier s’intéresse également à interroger toutes les expériences oubliées ou refoulées afin d’éclairer trois univers essentiels : l’économique, le politique et le scientifique dans leurs images et stéréotypes médiatiques.

Puisque « parler n’est jamais neutre » pour reprendre une citation de Luce Irigaray, on pourrait dire que les enjeux liés à l’usage de la langue et du discours dans les médias « au féminin » sont aussi importants que la présence / absence des femmes dans les mainstream / malestream media (surtout dans les news). Les théoriciennes féministes affirment qu’il serait possible de créer de nouvelles formes de pensée féminine en transformant les structures mêmes du système traditionnel de pensée, car « il ne suffit pas de changer telle ou telle chose dans l’horizon qui définit la culture humaine, mais bien de changer l’horizon lui-même » (L. Irigaray, 1992 : 36). Or, ce changement d’horizon comprend aussi bien le changement du message, le changement de la production médiatique et bien évidemment le changement du public .

En reprenant le concept de performativité du genre (J. Butler 1990, 1993) on réaffirme la nécessité d’aller au-delà des concepts essentialistes de « féminité » et de « masculinité ». Comment peut-on analyser les concepts d’écriture journalistique, d’articulation production / interprétation des messages journalistiques à travers le prisme du genre ? Quelle est la relation entre les images médiatiques, les pratiques journalistiques et la construction  sociale du genre ?

Angela McRobbie (2009) aborde de manière critique la modalité dans laquelle les approches originales du féminisme et surtout les « rapports sociaux de sexe » ont été incorporés et instrumentalisés dans la popular culture au seuil du troisième millénaire. Il nous semble légitime d’examiner les rapports qu’entretiennent la culture media et l’ordre du genre.

Les recherches anglophone et francophone conceptualisent de manière différente le champ des gender studies. Dans ce contexte, ce numéro de la revue Essachess – Journal for Communication Studies tente de rassembler ces cadres théoriques distincts afin d’offrir un tableau de l’actualité de la recherche sur le genre.

Les propositions pourront s’intéresser aux :

i) thématiques « féminines » de la presse généraliste (chômage des femmes, migration au féminin, pauvreté au féminin, santé, etc.) et leur approche (scientifique, sensationnaliste, banalisant, etc.) dans la presse papier et / ou en ligne ;

– la manière d’articuler  iconiquement et visuellement le texte dans le cas de la représentation des sexes différents dans la même zone référentielle (sportives « fragmentarisées » et connotées dans la logique du paraître – émotion, esthétisation –  et sportifs dans la logique de l’être – prix, victoire);

– l’impact du message sur les publics ;

ii) thématiques et modes d’organisation du discours (narrativité, argumentativité, description) dans les médias « au féminin » (médias corrélés ou non au post féminisme, au backlash du féminisme ou à l‘antiféminisme ordinaire) ;

– l’hybridation des genres et des modes de discours par intertextualité / intersémioticité / plurimodalité ;

iii) les pratiques genrées de la presse en ligne : la transformation des pratiques médiatiques par l’incorporation des nouvelles routines dans la vie professionnelle ainsi que dans la vie privée ; l’utilisation des moyens digitaux dans les cultures de la protestation (e.g. FEMEN).

Les corpus choisis pourraient être constitués des textes  de presse écrite et audio-visuelle ainsi que des cybertextes (journaux  électroniques, blogs professionnels, etc.).

En se focalisant sur l’analyse des pratiques et des stratégies discursives des medias conjugués d’une façon ou d’une autre à la problématique des femmes, ce dossier vise également à réunir des recherches interdisciplinaires menées par les chercheurs en sciences de l’information et de la communication avec les sociologues, les anthropologues, les sémioticiens, les linguistes, etc. qui s’intéressent aux femmes journalistes et aux images  et problématiques de genre.

Le domaine des gender studies est un work in progress depuis plus de quarante ans dans les pays de l’Europe Occidentale et de l’Est mais aussi dans l’espace non européen. Les études de genre développent des perspectives théoriques complexes, des méthodologies novatrices transformées en pratiques (recherche-action par exemple) utilisées et utilisables à l’intérieur et à l’extérieur de l’Académie. Dans ce cadre, ce volume participera au mouvement global de désoccidentalisation de la recherche et de dénaturalisation de la « valence différentielle des sexes » (F. Héritier), construisant une nouvelle réflexivité dans le but ultime de l’émancipation d’une moitié de l’humanité.

L’analyse dans le cadre de la « connaissance située », à l’intersection des politiques de « redistribution » économique et sociale (absentes du débat public) et des politiques de la « reconnaissance » propres aux revendications des « minorités » pourrait mettre en évidence la manière dont la minorisation identitaire va de pair avec la discrimination socio-économique dans une inertie des rôles de genre produits par les instances de socialisation.

Au seuil du troisième millénaire caractérisé par des développements rapides et turbulents des produits, technologies et institutions médiatiques (K. Ross, 2009), il devient essentiel de réexaminer dans une perspective critique les concepts de représentation et de discours media, de pratique journalistique dans une connectivité reliant culture media et académie, recherche francophone et recherche anglophone.

Dates importantes :

– 15 février 2014 : envoi de la proposition d’article sous forme d’un résumé d’environ 2500-3500 signes espaces compris (comportant 5 mots clés et bibliographie sélective récente) ;

– 30 mars 2014 : notification des résultats ;

15 juillet 2014 : soumission intégrale de l’article;

– 30 septembre 2014 : acceptation définitive de l’article.

Les articles devront comprendre entre 20 000 et 25 000 signes espaces compris. Ils peuvent être soumis en français ou en anglais et doivent être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail de tous les auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à : essachess@gmail.com

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail. La revue sera publiée le 23 décembre 2014.

Références

  • Bem, Sandra, 1993 The Lenses of Gender: Transforming the Debate on Sexual Inequalities,New Haven, Yale University Press.
  • Blandin, Claire & Méadel, Cécile (éditrices) 2009,  « La Cause des femmes » dossier thématique Le Temps des médias no 12, printemps-été.
  • Butler Judith, 1990, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity London Routledge (trad.fr. 2005, Trouble dans le genre: pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte).
  • Butler, Judith, 1993 Bodies that Matter: On the Discursive Limits of “Sex” , New York, Routledge Byerly Carolyn and Ross Karen, 2006 Women and Media. A Critical Introduction, Blackwell.
  • Chabaud-Rychter, Danielle, Descoutures, Virginie, Devreux, Anne-Marie,Varikas, Eleni, (sous la direction de), 2010, Sous les sciences sociales le genre. Relectures critique de Max Weber à Bruno Latour, Paris, La Découverte.
  • Carter Cynthia, Branston Gill, Stuart Allen (eds), 1998 News, Gender and Power, London, Routledge
  • De Bruin Marian and Ross Karen (eds), 2004, Gender and Newsroom Cultures, Hampton Press, pp. 81-104.
  • Dorlin, Elsa (sous la direction de), 2010, Sexe, Race, Classe Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF.
  • Gauntlett, David, 2008, Media, Gender and Identity, New York, London, Routledge.
  • Gill Rosalind, 2006, Gender and the Media, Cambridge, Polity Press.
  • Gill Rosalind and Scharff Christina, 2013, New Femininities. Postfeminism, Neoliberalism and Subjectivity, Palgrave Macmillan.
  • Gubin, Eliane; Jacques Catherine; Rochefort Florence; Studer Brigitte; Thébaud Françoise ; Zancarini-Fournel Michelle, 2004,  Le siècle des féminismes, Paris, Editions de l’Atelier.
  • Harding, Sandra, (dir.), 2004, The Feminist Standpoint Theory Reader, New York, London, Routledge.
  • Héritier, Françoise, 1996, Masculin, féminin. I. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.
  • Hirata, Helena; Laborie, Françoise; Le Doaré, Hélène; Senotier, Danièle, 2000, Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF.
  • Lazar, Michelle (ed.), 2005, Feminist Critical Discourse Analysis:Gender, Power and Ideology in Discourse, Palgrave Macmillan.
  • Lünenborg, Margreth, Majer, Tanya (eds.), 2013 Gender Media Studies. Eine Einführung, Konstanz, UVK.
  • McRobbie, Angela, 2009 The Aftermath of Feminism: Gender, Culture and Social Change, London, Sage.
  • Neveu, Eric, 2001, „Le genre du journalisme. Des ambivalences de la féminisation d’une profession”, Politix, 13, 51, 2000, pp. 179-212.
  • Ollivier, Michèle, Tremblay, Manon, 2000, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, Montréal, Harmattan.
  • «  Review of the Implementation of the Beijing Platform for Action in the EU Member States :Women and the Media- Advancing Gender Equality in decision-making in media organizations», 2013, Report realized by EIGE (European Institute for Gender Equality), Luxembourg : Publications Office of the European Union
  • Robinson, Gertrude, 2005, Gender, Journalism and Equity: Canadian, U.S and European Perspectives, Hampton Press, Communication Series, Cresskill, New Jersey.
  • Ross, Karen, 2009, Gendered Media. Women, Men and Identity Politics, Rowman & Littlefield Publications
  • Ross Karen, 2011, « Women and News. A long and winding road », Media, Culture and Society vol.33, no 8, 99, pp. 1148-1165.
  • Rubin, Gayle, 1975 (1998), « L’économie politique du sexe. Transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre », Cahiers d’études féministes, Paris, CEDREF no 7, pp. 3-81.
  • Roventa-Frumusani, Daniela, 2009, Concepts fondamentaux pour les études de genre, Paris, Editions des Archives Contemporaines.
  • Scott, Joan 1988) «Genre: une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du Grif: le genre de l’histoire, no 37-38, printemps, pp. 125-153.
  • Saint-Jean, Armande, 2000,  « L’apport des femmes au renouvellement des pratiques professionnelles : le cas des journalistes » in Recherches féministes vol 13, no 2, pp.77-93.
  • Thébaud, Françoise, 2003 « Histoire des femmes, histoire du genre et sexe du chercheur » in Jacqueline Laufer, Catherine Mary, Margaret Maruani (dir.) Le travail du genre. Les sciences sociales à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte,/MAGE, pp.70-87.
  • Théry, Irène, 2007, La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Odile Jacob.
  • Théry, Irène, 2010 « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? » in Revue française de pédagogie, 171, avril-mai-juin, pp. 103-117.
  • Van Zoonen, Liesbet, 2002, Feminist Media Studies, London, Sage Publications.

Publication : Renewing Feminisms: Radical Narratives, Fantasies and Futures in Media Studies (Helen Thornham, Elke Weissmann eds.)

Helen Thornham and Elke Weissmann (eds.), Renewing Feminisms: Radical Narratives, Fantasies and Futures in Media Studies, London, New York: I.B. Tauris, 2013.

The feminist movement, we have been told, is history. This lively book proposes that on the contrary the feminist movement is alive and kicking, still as engaged with the concerns and ways of seeing as it was in the 1960s, ’70s and ’80s; still demanding its political place. Renewing Feminisms sets out the claim for a feminism that is renewed, reinvigorated and re-imagined. The book offers a timely contribution to current debates about lived and imagined feminism today. The contributors, both longstanding feminists and emerging feminist scholars, take a fresh look at feminist critiques and methodologies, recalling the power of past feminist interventions, as well as presenting a new call for future initiatives in media and cultural studies. They revisit major feminist areas, investigating representational issues, those of agency and narrative, media forms and formats, and the traditional boundaries of the public and the private. What emerges is a real intervention into media and cultural studies in terms of how we understand them today.

Table of Contents:

Introduction: Renewing-Retooling Feminisms | Helen Thornham and Elke Weissmann

The BFI Women and Film Study Group 1976 – ? | Christine Geraghty

Section 1: Relaying Feminism

  • Relaying Feminism: Introduction
  • Rebranding Feminism: Post-Feminism, Popular Culture and the Academy | Sue Thornham
  • Third-Wave Feminism and the University: On Pedagogy and Feminist Resurgence | Kristin Aune

Section 2: Lived Feminist Identities

  • Lived and Imagined Feminist Identities: Introduction
  • Classy Subjects | Maureen McNeil
  • Imagining Her(story): Engendering Archives | Roshini Kempadoo
  • Weaving the Life of Guatemala: Reflections of the Self and Others through Visual Representations | Sonia De La Cruz

Section 3: From Soap Opera to

  • From Soap Opera to … : Introduction
  • ‘They’re ‘Doped’ by That Dale Diary’: Women’s Serial Drama, the BBC and British Post-war Change | Kristin Skoog
  • Scheduling as Feminist Issue: UK’s Channel 4 and US Female-Centred Sitcoms | Elke Weissmann
  • Separating the Women from the Girls: Reconfigurations of the Feminine in Contemporary British Drama | Vicky Ball

Section 4: Futuristic Feminisms

  • Futuristic Feminisms: Introduction
  • New Media, New Feminism: Evolving Feminist Analysis and Activism in Print, on the Web and Beyond | Andi Zeisler
  • Articulating Technology and Imagining the User: Generating Gendered Divides across Media | Helen Thornham and Angela McFarlane
  • Feminism, Expertise and the Computational Turn | Caroline Bassett

Conclusions | Anita Biressi and Heather Nunn

Bibliography

Index