Archives par mot-clé : marginalité

Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

Rennes

Date d’échéance : 13 mars 2024

Texte de l’appel :

Ce deuxième numéro de la revue L’ELaborée mêlera recherche et création. Nous souhaitons pour ce second numéro proposer un format hybride, qui comportera quatre créations originales, et huit articles. Pour les créations, nous souhaitons avoir une nouvelle de fiction, de la poésie, une création visuelle, et une illustration. Les contributeurices sont à définir, nous les contacterons directement, sans appel à communication de ce côté. Étant chercheur·euse·s en histoire et en littérature, nous ne nous sentons en effet pas légitimes à répondre à un appel à communications de ce côté.

En ce qui concerne l’aspect recherche, nous ouvrons un appel à communications qui visera à sélectionner huit articles. Ces derniers seront publiés sous deux formats : un format « traditionnel » sur notre carnet Hypothèses ; et un format court (environ trois pages) qui sera publié dans une version papier. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Les vendredi 7 et samedi 8 juin 2024

Université Gustave Eiffel

Date d’échéance : 29 janvier 2024

Journée d’étude organisée par Stella Louis et Fabien Delmas (LISAA, CCAMAN, Université Gustave Eiffel).

Texte de l’appel :

Le développement spectaculaire des séries américaines et l’avènement de “l’âge d’or”[1] qu’elles ont connu à partir de la seconde moitié des années 1990 sont associés à l’émergence d’une figure à la notoriété nouvelle dans le champ du système de production : le showrunner. À la fois scénariste, producteur et parfois réalisateur, le showrunner apparaît comme une figure démiurgique propre à l’ère de la convergence[2] et de la sérialité telle qu’elle s’affirme à partir du début du XXIe siècle. Si Steven Bochco apparaît comme le précurseur de cette nouvelle fonction, voire de cet art nouveau, l’âge d’or des séries américaines du premier quart du XXIe siècle est jalonné de noms qui ont permis l’émergence d’œuvres sérielles souvent décriées artistiquement et défavorablement comparées au cinéma. Continuer la lecture de Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016) (BnF / Issy-Les-Moulineaux)

Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016)

9 h 30 – 18 h, BnF, François-Mitterrand, Petit auditorium
 
12 mars 2022, Réacteur, Issy-les-Moulineaux
 

À l’occasion de l’entrée des archives du groupe punk Bérurier noir à la BnF, un colloque revient sur un pan majeur de la contre-culture musicale incarnée par les Bérus à partir du début des années 1980.

Fanfan et Masto, deux membres du mythique groupe de rock alternatif Bérurier noir, ont fait récemment don de leurs archives à la BnF. Leurs manuscrits musicaux, affiches, brouillons, carnets de notes, correspondance, enregistrements sonore, agendas et articles de presse ont ainsi rejoint les collections du département de la Musique. Pour célébrer l’entrée de ce fonds, PIND et la BnF organisent un colloque, les 11 et 12 mars 2022, qui illustre tout un pan de l’histoire du rock alternatif en France.

Programme de la journée du 11 mars à la BnF

11 mars

10 h – 10 h 30 : Ouverture officielle du colloque

10 h 30 – 12 h 30 : Les Bérus, une question de génération ?
Les Bérus, comment ai-je pu passer à côté ? – Par Laurent Grün
Les Bérus en Normandie (1985-1987) : regards croisés – Par Christophe Pécout 
Ma rage n’est pas perdue : être lycéen au temps des Bérus – Par Sylvain Boulouque 
Itinéraires : écouter les Bérus, trouver sa « raïa » et devenir punk dans les années 2000 – Par Coralie Douat  

Continuer la lecture de Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016) (BnF / Issy-Les-Moulineaux)

Appel à contributions : la scène punk à Laval (1976-2016) (SCOMAM, Laval)

Journée d’étude : La scène punk à Laval (1976-2016) 

2 avril 2022, SCOMAM, Laval

Échéance des propositions : 10 mars 2022

Responsables scientifiques de la journée : Luc Robène, Manuel Roux et Solveig Serre

Cette trente-troisième journée d’étude en partenariat avec le 6PAR4 et Mayenne Culture s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead, une histoire de la scène punk en France, 1976-2016), soutenu par le programme Intelligence des patrimoines du CESR, THALIM et la DRAC Île-de-France. Dès 1976, le punk est en France un phénomène total. La montée de sève qui propulse sur scène des groupes à peine formés et déjà célèbres à l’échelle de leur quartier, de leur ville ou de leur région montre combien le mouvement ne se limite pas à un phénomène parisien, même si la capitale constitue un centre de gravité qui attire ou, au contraire, qui suscite méfiance et défiance. Dans les années 1970, le punk à Laval c’est d’abord quarante gamins arborant épingles à nourrices et spikes sur cheveux verts, coincés entre pavillons et tours au cœur du quartier Saint-Nicolas, et les premiers groupes – Génocide, Détritus – qui réinventent une manière de sonner punk, avant d’envahir les locaux de Radio-Mayenne pour vibrer aux fulgurances de l’émission « Whasa Whasa ». C’est ensuite l’ébauche d’une scène qui se structure dans les années 1980 autour du disquaire indépendant Mélody, lieu de rencontre lavallois ouvert sur les contrées rennaises et mancelles, puis le festival de La Rouaudière qui mobilise les groupes locaux à l’image  de Réseau d’Ombres. C’est enfin l’ère des projets et des structures punk. En 1992, David Tessier et Patrick  Levanier fondent l’école Créazic, qui permet à un nombre important d’acteurs de la scène actuelle d’apprendre le « métier punk ». Sous l’impulsion de ses élèves, une scène s’organise autour de projets menés jusqu’à la côte bretonne, avant de résonner à l’international. Birds In Row qui signe en 2012 avec le label américain Deathwish, l’un des plus célèbres de la scène hardcore, est emblématique de cette dynamique, tout comme le projet porté par Amaury Sauvé pour construire un studio familial d’enregistrement entièrement DIY, devenu The Apiary, prisé par la sphère punk au niveau national et bien au-delà des frontières. Reconnue aujourd’hui pour ses initiatives inédites de rencontres intergénérationnelles mais également institutionnelles dans le développement des pratiques amateurs et professionnelles, la scène punk de Laval réinterroge fortement l’image traditionnelle du punk réduite aux formes de marginalités et de radicalités.

Cette journée d’étude consacrée à l’histoire du punk en Mayenne s’intéressera donc à la singularité de la scène lavalloise, aux jalons historiques qui marquent ses développements. Elle éclairera les réseaux et tensions qui définissent ses ancrages locaux, et régionaux, entre Rennes et Le Mans, elle questionnera son identité au cœur du punk national et international.  Les propositions de contribution (un titre, 20 lignes de résumé, 10 lignes de biographie) se feront avant le 10 mars 2022 aux adresses suivantes : solveig.serre@gmail.com; luc.robene@u-bordeaux.fr

Journée d’études : Hommage à l’historien Dominique Kalifa. L’histoire en jeu. Vies déviantes et faits divers (Université Paul-Valéry, Montpellier)

Journée d’études : Hommage à l’historien Dominique Kalifa. L’histoire en jeu. Vies déviantes et faits divers

20 novembre 2021, 9h30-17h

Université Paul-Valéry, Amphithéâtre de Pierrevives, 907 Rue du Professeur Blayac 34000 Montpellier

TRAM Ligne 3 : arrêt “Hôtel du département” ou Ligne 1 : arrêt “Halles de La Paillade”

Cette journée, pensée dans le sillon des recherches menées par l’historien Dominique Kalifa, disparu à l’automne 2020, souhaite différer des colloques d’hommage pour mettre en avant son goût pour le jeu. Chaque participant va choisir dans le journal de son choix un article (fait divers énigmatique, canard, canular, petite annonce…) mettant en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie déviante soudainement placée sous les feux des projecteurs. Dans un premier temps, une lecture théâtralisée de l’article aura lieu. Dans un second temps, chaque participant, dans l’esprit des travaux de Dominique Kalifa, expliquera en quoi ce petit fait est un symptôme éclairant les peurs, les désirs, les aspirations de la société qui l’a produit ou un régulateur des affects et des sensibilités. L’objectif est d’identifier certaines thématiques chères à Dominique Kalifa : le fait divers, le crime, le sensationnalisme, la presse, les marginaux, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme…

Télécharger le programme

Organisé dans le cadre de l’exposition “La science à la poursuite du crime Alphonse Bertillon, pionnier des experts policiers”.

Renseignements : 04 67 67 37 68 / psecondy@herault.fr

 

Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.

Ouvrage collectif :  Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie

Échéances des propositions : 4 juillet 2021

Dirigé par Aurore Turbiau, Samy Lagrande, Judith Cohen

Appel

L’ouvrage Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie vise à proposer une relecture du genre de l’utopie sous l’angle du désordre, de l’anarchie, de la déconstruction et de la destruction.

L’utopie est ordinairement définie comme un genre fictionnel et politique apparu à la suite de l’œuvre éponyme de Thomas More en 1516, Utopia. Ce modèle classique de l’utopie, celui de la fiction méditative, semble, aujourd’hui encore, nourrir les imaginaires – bien que d’autres modèles eussent pu, dans l’histoire, le remplacer.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.

Parution : Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989)

Olivier Migliore, Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989), Riveneuve, “En marge !”, 2020. 

Troisième ouvrage de la collection sur le punk “En marge !” pilotée par des chercheurs reconnus sur le phénomène de la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.

Le troisième ouvrage d’une collection “En marge !” sur le punk et les cultures marginales qui s’impose
Une analyse hors pair sur la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.
Un ouvrage très graphique de format élégant, avec un couverture de couleur et des rabats souples.

Appel : Marginalité en littérature populaire

Pour sa prochaine livraison, à paraître mi-2018, La revue L’Ull crític lance un appel à contribution pour un numéro portant sur la marginalité dans la littérature populaire.

 L’Ull crític est une revue d’études de langue et de littérature françaises et francophones. Elle contient des articles originaux et inédits portant sur les domaines cités, en plus d’autres sur des aspects culturels, de littérature comparée, de réception. Ses langues de rédaction sont le catalan, le castillan et le français.

Responsables du numéro : Dr. Àngels Santa – Dr.Carme Figuerola

Descriptif :

La littérature populaire est déjà en soi même une littérature de la marge par les circonstances de sa naissance et par l’emplacement  Continuer la lecture de Appel : Marginalité en littérature populaire

Appel: Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles (date limite: 28 février)

CULTURHISTO 2013, la journée d’études des doctorants du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines se tiendra mercredi 29 Mai 2013 à l’auditorium de la BU de l’UVSQ sur le thème “Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles”

Si la notion de marge renvoie plus facilement à la géographie, sa richesse lui vaut d’être mobilisée par plusieurs disciplines des sciences sociales et d’être appliquée à des champs d’études très variés. Définir la marge implique dans un premier temps d’identifier deux types d’espaces : le centre et la périphérie. En effet, les enjeux et les problématiques qui y sont liés résident dans le rapport qu’elle entretient avec son centre de gravité, et ce dans de nombreuses disciplines. Selon les critères choisis pour définir la marge, nous pouvons alors analyser plusieurs types de rapports : ceux de la banlieue à sa ville-centre si nous la considérons dans sa dimension spatiale, la classe dominée face à la classe dominante au niveau sociologique, ou encore entre mainstream et subculture d’un point de vue culturel.

Tout en s’intéressant à sa définition, il nous importera également de réfléchir très spécifiquement à la marge en tant qu’espace productif de tout ordre, tant de normes, de construits sociaux, que de culture. Par la présente journée il s’agira de ainsi de mettre la marge en concurrence avec les centres de pouvoir et les groupes dominants qui possèdent ces fonctions productives et normatives. Souvent contestataires, les marges se présentent comme des lieux de bouillonnement et d’agitation : ses acteurs savent porter une revendication, questionner les frontières et les normes qui ont cours. De même, la connaissance de la marge peut permettre d’en savoir plus sur son centre d’attraction : dès lors, comment parvient-elle à investir l’espace social, le perturber et l’enrichir ?

Le sujet pourra alors s’envisager selon plusieurs approches et dépasser la seule définition géographique de territoire marginal pour investir des champs symboliques. En lui associant le terme de création, l’approche que nous avons de la marge nous amènera à nous interroger sur les formes de production qui s’y exercent.
Sur ce point, nous souhaiterons nous intéresser à d’anciennes subcultures devenues légitimes – a contrario celles restées illégitimes. Il nous faudra donc nous interroger sur les modalités de leur diffusion. En effet, faire l’histoire des cultures dominantes revient parfois à retourner vers la marge : selon des problématiques multiples, on pourra parler par exemple du rock, du sport ou des grands ensembles. La question de la légitimation nous amènera naturellement à nous intéresser aux publics : en effet, comment se repérer face à une offre culturelle grandissante ? Surtout, par quels canaux ces productions circuleraient-elles, et quels seraient ses éléments d’incubation ou de blocage ?

De plus, il paraitra aussi important de s’intéresser à la portée de la marge, que ce soit en terme de réception ou de création. La diffusion de la culture ne se faisant pas en sens unique, les marges doivent donc être vues à la fois comme des espaces créateurs et récepteurs. Le premier terme postule une culture dite alternative quand le second invoquerait plutôt celui de la culture de masse. Cependant ne peut-on pas dépasser ce schéma si l’on remet en question la marge comme espace sous domination du centre ?
Il faut en effet se garder de plaquer sur la marge les idées préconçues qui ont cours. La culture produite dans les marges ne saurait-elle se diffuser hors de celles-ci ? Dans toute l’offre culturelle contemporaine, quel statut occupe cette culture de la marge ? Ne peut-elle être autre chose qu’une « sous-culture » ?

Née d’observations faites aux cours de nos travaux respectifs, cette journée d’études a pour objectif de développer de telles problématiques, en favorisant la rencontre entre de jeunes chercheurs venus d’horizons et de disciplines différentes. Loin de se limiter aux seuls travaux d’historiens, notre journée d’études sera largement ouverte aux chercheurs en sciences politiques, en géographie, littérature, sociologie, médiologie, le tout dans une perspective n’excluant pas les comparaisons extra-nationales ou transmédiatiques. Nous tenterons ce faisant de balayer un horizon chronologique large afin d’offrir un aperçu de la marge le plus complet possible.
De manière non exhaustive, les domaines de recherche à privilégier seront les suivants : les territoires, la culture populaire, la création artistique contemporaine, la contestation et les normes, les pratiques de classes et de genres, ainsi que les médiations culturelles.

Comité d’organisation :

Nicolas Lahaye (CHCSC-UVSQ),
Thibault Le Hégarat (CHCSC-UVSQ),
Justine Delassus (CHCSC-UVSQ),
Frédéric Monvoisin (IRCAV-Paris 3).

La journée d’études se tiendra à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines le mercredi 29 mai 2013, à l’auditorium de la Bibliothèque Universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, site de Guyancourt.

Les propositions de communication (500 mots environ), comprenant notamment la méthode utilisée et les matériaux mobilisés, sont à envoyer accompagnées d’une présentation de l’auteur avant le 28 février 2013 à l’adresse suivante : culturhisto2013@uvsq.fr

Les propositions émanant de jeunes chercheuses et chercheurs sont naturellement les bienvenues.