Archives par mot-clé : manga

Colloque : BD et catastrophes

L’art séquentiel et les catastrophes: Bande dessinée, manga, roman graphique

Sequential Art and Catastrophes: Comics, Mangas, Graphic Novels

jeudi 11 – samedi 13 février 2016

Colloque international, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Maison de la Recherche

4 rue des Irlandais

75005 Paris

organisé par Charlotte Krauss et Françoise Lavocat

Crédits image :  AD, La Nouvelle-Orléans après le déluge de Josh Neufeld.

Programme

Jeudi, 11 février

13:30   Ouverture du colloque Continuer la lecture de Colloque : BD et catastrophes

Appel à textes: La nouvelle manga, la manfra ou manga française

th-1

Appel à textes

Nouvelle manga, Manfra, franga: influences diverses et mutuelles entre la manga et la BD

Au XIXe siècle, des artistes tels que Monet, Renoir, Gauguin produisirent des œuvres s’inscrivant dans le japonisme, c’est-à-dire qu’elles furent influencées par l’art et le style japonais. Van Gogh, grand admirateur des dessins d’Hiroshige, ira jusqu’à dire, dans une lettre à son frère, que « Tout mon travail est un peu basé sur la japonaiserie… ». L’influence des arts japonais chez les artistes européens n’est donc pas un phénomène nouveau, mais il connaît un essor exponentiel depuis que la télévision française commence à diffuser des animés japonais, dès 1972 en France. Tout comme c’était le cas au XIXe siècle, c’est d’abord l’art populaire qui séduit les esprits. Les animés étonnants de Tezuka Osamu (Le Roi Léo, La Princesse Saphir) et le manga à la fois poétique et violent d’Otomo Katsuhiro (Akira) ont ouvert la voie à une véritable invasion des écrans et des librairies francophones. En 2001, Frédéric Boilet publie une sorte de manifeste pour la nouvelle manga dans lequel il explique :

Continuer la lecture de Appel à textes: La nouvelle manga, la manfra ou manga française

Perez Prada, Nicolas (Université de Limoges)

 

Doctorant, Université de Limoges

Nicolas Perez-Prada prépare actuellement une thèse sur la réflexivité médiatique dans le manga, l’anime et les fictions transmédiatiques japonaises sous la direction d’Irène Langlet à l’Université de Limoges. Il est membre de l’association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Cultures Médiatiques (LPCM).

Contacts :

Publications :

  • HUZ Aurélie, PEREZ-PRADA Nicolas, SELLIER Hélène, « Littérature et cultures médiatiques : positionnement, pratiques et dynamiques de la jeune recherche », in Anne Besson (dir.), Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ?, Paris, SFLGC, coll. « Poétiques comparatistes », 2016, p. 73-86.
  • PEREZ-PRADA Nicolas, « La Nouvelle Manga et autres vicissitudes de la légitimation du manga en France », Alternative francophone, University of Alberta, [En ligne], 2016.

En cours de parution :

  • PEREZ-PRADA Nicolas, « Les représentations du manga dans l’anime », in Elsa Caboche et Désirée Lorenz (dir.), actes des journées d’étude Bande dessinée et intermédialité (université de Poitiers, 9-10 octobre 2014), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, à paraître, 2017.
  • PEREZ-PRADA Nicolas, « L’empreinte du jeu vidéo dans les anime de Pokémon », in Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince (dir.), actes du colloque de l’association internationale LPCM Mondes possibles, mondes numériques. Enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle (Le Mans, université du Maine, 18-20 juin 2014), Publije, revue de critique littéraire (littérature pour la jeunesse et littérature générale) [En ligne], URL : http://publije.univ-lemans.fr, à paraître, 2017.

Communication :

  • PEREZ-PRADA Nicolas, « Minecraft, le jeu qui ne racontait rien ? », séminaire doctoral Alexis Blanchet : Les jeux vidéo dans les cultures médiatiques, organisé par Fabien Fakhimi, Aurélie Huz, Nicolas Perez-Prada et Hélène Sellier, Université de Limoges, 1er octobre 2013.

Organisation de journées d’étude :

 

Colloque: 6ème université d’été de la bande dessinée mangaphilie, mangafolie ? du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)

6ème université d’été de la bande dessinée

mangaphilie, mangafolie ?

du 2 au 4 juillet 2012 (Angoulême)


Après plus de vingt ans de présence du manga en France, l’Université d’été de la bande dessinée, organisée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Pôle Image Magelis, fait le bilan du phénomène qui a modifié le paysage de l’édition de la bande dessinée et établi un nouveau modèle économique, voire engendré une nouvelle culture.

Alors phénomène de société ou mode ? Comment expliquer le succès fulgurant des mangas chez les jeunes ? Quid de la « japanisation » de la bande dessinée ?
Pour répondre à ces interrogations les différents spécialistes réunis pour ce rendez-vous désormais incontournables évalueront les conséquences de l’arrivée du manga en occident, analyseront sa situation économique après deux décennies de succès et regarderont la situation de la bande dessinée japonaise aujourd’hui, en France, au Japon et dans le reste du monde, et les développements à venir.
Les conférences permettront de mieux cerner la notion de « culture manga » – à travers des études inédites sur le lectorat des mangas par exemple – et les débats porteront sur le statut des mangakas, le manga à la française ou encore la place du manga au sein de l’édition numérique…

Benoît Berthou sera le grand témoin des débats.
Frédéric Bézian sera le témoin graphique.

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

p r o g r a m m e

lundi 2 juillet 2012 de 14h à 18h
le phénomène manga

l’arrivée du manga en Occident, les conséquences
Retour sur l’histoire de la diffusion des mangas dans le monde. Impacts sur les territoires ayant une forte tradition bande dessinée : la France et les États-Unis. Conséquences pour l’édition, en librairie, en bibliothèque.
en Europe par Jean-Pierre Mercier
en Amérique du Nord par Paul Gravett

la situation économique en Occident
L’étranger représente la part croissante des ventes de mangas. Les demandes des éditeurs en Occident n’ont cessé d’augmenter ces dix dernières années, au point que dans certains pays « consommateurs » elles ont pratiquement supplanté les productions nationales. Et en France ? La machine à succès a-t-elle encore de belles années devant-elle ? Le marché n’est-il pas en train de se tasser, quid des autres productions asiatiques ?
par Xavier Guilbert

l’économie du manga aujourd’hui au Japon Même s’il accuse un tassement significatif ces dernières années, le manga représente tout de même 40% du marché de l’édition japonaise pour un chiffre d’affaires qui dépasse les 4 milliards d’euros par an. Examen de ce marché et de la situation aujourd’hui.
par Kensuké Noda

table ronde : les implications économiques et politiques du système de publication japonais et de la diffusion des mangas dans le reste du monde

mardi 3 juillet 2012 de 9h à 18h
manga et culture

le manga d’auteur
Un des pionniers de l’édition du manga en France, Tonkam, devenu depuis une des collections des éditions Delcourt, a très vite défriché le terrain de la bande dessinée d’auteur (Taiyō Matsumoto, par exemple) avec Amer béton, Frères du Japon. Ouvrant la voie à d’autres : Vertige Graphic (Gen d’Hiroshima de Keiji Nakasawa, Coup d’éclat de Yoshihiro Tatsumi), ego comme X (Yoshiharu Tsuge, Kazuichi Hanawa), Cornélius (Shigeru Mizuki), Imho (Tori Miki, Nekojiru, Junko Mizuno, Shigeru Sugiura), le Lézard noir (Suehiro Maruo, Akino Kondoh, Ax, Takashi Fukutani). Ces dernières années la bande dessinée d’auteur n’est plus seulement l’apanage des indépendants. Casterman avec ses collections « Écritures » et « Sakka », outre Jirô Taniguchi, publie Yôji Fukuyama, Kiriko Nananan, Hideji Oda, Kan Takahama… Pika (Hachette) a fait découvrir l’œuvre de Moyoko Anno. Kana (Dargaud) a introduit le travail de Naito Yamada ou de Kamimura.
par Pierre Laurent Daurès

figures du mangaka dans les manga une approche de la condition d’auteur de bande dessinée au Japon à travers ses représentations dans les fictions et les autobiographies.
par Nobuhiko Saito

table ronde : la bande dessinée japonaise d’auteur dans l’édition française.

la culture manga ?

Difficile d’imaginer désormais un festival de la bande dessinée, du dessin animé, du jeu vidéo, un tant soit peu important, sans son versant manga, fût-il symbolique : bandes dessinées, produit dérivés (goodies), musiques, jeux vidéo, travestissements (cosplay), formant un ensemble solidaire auquel s’identifient des communautés aux comportements fortement ritualisés. Se reconnaissant donc dans ce que certains désignent comme la « culture manga ». Mais peut-on véritablement parler de culture ?

les lecteurs de mangas : qui lit des mangas, quels mangas ?
Présentation des résultats de la vaste étude sur les lecteurs de bandes dessinées réalisée par le Département des études et de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et la Bibliothèque publique d’information. Destinée à compléter les premières données issues de l’enquête sur les Pratiques culturelles de 2008, cette enquête nationale apporte des éléments inédits en termes de taux de pénétration de la lecture de bandes dessinées et de profil sociodémographique des lecteurs. Cette présentation situera plus particulièrement la lecture des mangas dans le champ de la lecture des bandes dessinées.
par Christophe Evans

les mangados, lire des mangas à l’adolescence
Titre de l’ouvrage de Christine Détrez et Olivier Vanhée, fruit d’une enquête sur les pratiques de lecture adolescentes. Comprendre ce qui pousse un adolescent ou une adolescente à lire des mangas aujourd’hui oblige à procéder en deux temps. Tout d’abord, le manga « s’encastre » parfaitement dans la « culture jeune » : il s’insère dans toute une constellation d’intérêts, dont la musique, la sociabilité, le numérique, les pratiques amateurs. Mais le manga est aussi le support d’appropriations savantes ou concrètes (apprendre à dessiner, s’habiller, etc.), éthiques et identificatoires.
par Christine Détrez

table ronde : la culture manga, la segmentation du lectorat, les festivals, les cosplays…

mercredi 4 juillet 2012 de 9h à 13h
extensions

l’édition numérique au japon
Selon certains observateurs : l’édition du manga au Japon doit sa sortie de crise au numérique qui lui a ouvert de nouveaux débouchés économiques. Quelle place occupe occupe le manga numérique aujourd’hui. Quelle est son influence sur l’édition papier traditionnelle ?

manga numérique, quelle offre chez les éditeurs français ?
Étonnamment, l’édition française de manga semble accuser un certain retard en la matière. Quelles en sont les raisons ?
par Mario Geles

le scantrad
Entre démarche fanique et piratage industriel, le phénomène a pris une ampleur telle que les auteurs et les éditeurs, hier complaisants, se mobilisent pour limiter voire s’opposer au phénomène. Mais de nouvelles relations ne sont-elles pas en train de se développer entre éditeurs et “teams” de “scantrad” ?
par Aurélien Pigeat

vers une bande dessinée globale
Bandes dessinées « hybrides », global manga, manfra… : doit-on voir dans ces productions l’émergence de ce qui pourrait s’apparenter à une « bande dessinée globale » ? Quelle est la place aujourd’hui occupée par ces mangas « locaux » ?
par Benoit Berthou

i n s c r i p t i o n

Vous pouvez vous inscrire en complétant le formulaire en ligne,
ou en imprimant la fiche d’inscription au format PDF.

Parutions: Comicalités, nouveaux articles.

Comicalités

En ce glacial mois de février, Comicalités vous propose trois nouveaux articles (résumés plus bas).

– « Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations » de Xavier Guilbert ;
– « La théorie du 0 %. Petite étude critique de la critique en bande dessinée » de Jean-Philippe Martin ;
– « La bande dessinée en Belgique francophone au XIXe siècle » de Frédéric Paques.

———————-

Résumés
Xavier Guilbert, « Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations »

Le succès du manga en France au cours de la décennie passée a été accompagné d’un développement du discours tant critique qu’historique s’y rattachant. Cet article se propose d’examiner le traitement accordé à l’histoire de la bande dessinée japonaise dans les ouvrages de référence disponibles en français, ainsi que les idées reçues qui l’entourent. On s’y intéressera en particulier à la question de l’origine et du traitement de la figure centrale de Tezuka Osamu. On évoquera ensuite les déformations liées au prisme de l’accessibilité des œuvres à un lectorat francophone, qu’il s’agisse de l’importance accordée à un auteur comme Taniguchi Jirô, ou à la faible attention accordée à une production alternative encore peu traduite. On examinera également la vision de l’industrie du manga au Japon, et comment celle-ci s’établit principalement autour du cas emblématique de la revue Shônen Jump. Enfin, on observera la manière dont les éditeurs français retranscrivent cette vision dans leur approche et la constitution de leurs collections.

Jean-Philippe Martin, « La théorie du 0 %. Petite étude critique de la critique en bande dessinée »

Si la naissance de la bande dessinée s’accompagne d’une théorisation à travers les travaux d’un Töpffer cherchant à circonscrire l’ensemble des possibles qui s’offrent à lui, force est de constater que la veine va bien vite se tarir. Rapidement exclue du champ critique, la bande dessinée semble ne bénéficier d’aucune analyse sérieuse qui soit de nature à lui forger des repères. L’Histoire montre que c’est de manière empirique qu’elle a travaillé sa substance, parfois avec génie (McCay, Hergé…) souvent sans âme, à l’exception de quelques tentatives que le présent article entend présenter.

Frédéric Paques, « La bande dessinée en Belgique francophone au XIXe siècle »

La Belgique a une grande tradition de production de bandes dessinées et reconnaît le neuvième art comme l’un des fleurons de sa culture nationale. Pourtant, la plupart des livres traitant d’histoire de la bande dessinée dans ce pays ignorent totalement l’époque pré-hergéenne. Et pour cause, la production de bande dessinée en Belgique est à la fois relativement peu nombreuse et, pour une bonne part, tributaire de l’influence étrangère. De plus, les bandes dessinées présentant du texte sous l’image ont longtemps été complètement ignorées par les historiens du sujet. Cet article se propose de rechercher les diverses apparitions de séquences d’images au XIXe siècle et de les contextualiser. Nombre des exemples que nous avons trouvés constituent des expériences sans lendemain, produites dans des contextes différents de celui qui donnera naissance à la bande dessinée belge de l’âge d’or : trouver une filiation directe n’était pas notre but premier. Pourtant, du Déluge à Bruxelles créé en 1843 par Richard de Querelles aux images populaires du Liégeois Georges Ista, juste avant la première guerre mondiale, la bande dessinée belge au XIXe siècle se révèle au final d’une richesse et d’un intérêt insoupçonnés jusqu’ici.