Archives par mot-clé : mainstream culture

Journée d’études : Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

15 décembre 2023

Sciences Po, campus St-Thomas / 1 place Saint-Thomas d’Aquin 75007 Paris, salle B.001

Organisé par le CEVIPOF et l’École de recherche de Sciences Po

Programme

  • 8h30-9h accueil et petit déjeuner
9h-11h Panel 1 : “Institutions politiques et pop culture”, animé par Nelly Quemener
  • Djamel Chikh ” La chanson populaire engagée : une politisation alternative” 
  • Antonio Athayde Sauandaj De la relation para-sociale à l’homologie structurale : les usages politiques de la pop culture dans les présidentielles brésiliennes de 2022 thèse portant sur l’instrumentalisation des discours masculinistes dans le cadre de la stratégie de communication politique de Jair Bolsonaro au Brésil.” 
  • Aghiad Ghanem “la politisation des musiques sha’bî en Syrie, des années 2000 à nos jours”
  • Aina Razafimahefa “Au rythme des urnes : le rôle de la musique dans la mobilisation des électeurs à Madagascar” 

Continuer la lecture de Journée d’études : Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

Appel à contributions : Créer, résister et faire soi-même : le do it yourself (DIY) et ses imaginaires

Journée d’études : Créer, résister et faire soi-même : le do it yourself (DIY) et ses imaginaires

Mardi 4 juillet 2023, UFR STAPS, Université de Franche-Comté, Besançon

Échéance des propositions : 20 février 2023

Cette journée d’étude est en partenariat entre l’ANR Aiôn et le laboratoire Idea (Nancy). Elle fait suite à un cycle de séminaires éponymes qui se sont déroulés en 2022. Elle vise plus précisément à questionner les imaginaires associés au « faire soi-même » à différents niveaux, afin d’approcher la problématique des tensions entre création et résistance. Elle se situe dans une perspective pluridisplinaire. 

Cet appel à communications vient conclure un cycle de séminaires éponymes qui se sont déroulés entre Besançon et Nancy au cours de l’année 2022. Les contributions et les échanges qui ont émergé au cours de ces rencontres ont fait ressortir différentes pistes de réflexion autour des usages du « faire soi-même », pistes que nous souhaitons prolonger à travers cette journée d’étude. Ce projet fait partie du programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) et est élaboré conjointement avec le laboratoire IDEA (Université de Lorraine). L’expression Do it yourself désigne une attitude qui consiste à préférer le « faire par soi-même » plutôt qu’à consommer (cultiver son jardin, construire sa maison, fabriquer ses vêtements, etc.). Une réappropriation de techniques de fabrication ou de création oubliées, remplacées par l’organisation capitaliste, constitue ainsi un moyen de lutter contre le modèle consumériste en place (Duncombe, 2008). Dans une dynamique collective, il accompagne la structuration de véritables « communautés de pratique » (Wenger, 2005) qui en font l’étendard d’un style de vie (Hebdige, 2008 [1979]). Ces dernières tendent à se l’approprier dans une perspective radicale afin de l’ériger comme une « critique en acte de la marchandisation » (Grün, 2022). En ce sens, de nombreux travaux portant sur le Do it yourself (DIY) se situent aux confins des contre-cultures musicales, en particulier du mouvement punk1 (Dale, 2016 ; Robène et Serre, 2016) qui a érigé le DIY en un véritable « modus operandi » (Hein, 2012 : 15). Dans son étude sur les fanzines DIY punk, Anna Zaytseva (2018) l’appréhende sous le prisme d’une éthique libertaire d’autogestion. Dans la fabrication des fanzines, le DIY permet de repenser la division du travail productif et l’on observe ainsi une absence de division du travail « traditionnelle » (conception/production/distribution) au profit d’une organisation horizontale et non-hiérarchique. Le DIY semble conduire en permanence ceux et celles qui le pratiquent aux frontières d’un système institué, normalisé et il s’exprime dans des marges qu’il contribue à façonner et à structurer ; il produit une culture liminale. Le domaine des arts tend également à constituer un espace d’expression privilégié du DIY puisque certains courants artistiques partagent une posture critique dont les formes d’expression peuvent être plurielles. Faire soi-même, ou nous-mêmes, amène à naviguer entre une structuration plutôt flottante (la débrouille, le système D) et une structuration plus radicale, qui se définit par opposition à un système dominant. Le DIY apparaît ainsi comme un mode de fonctionnement, plus ou moins délimité par des valeurs et des normes, partagées par des individus souhaitant rejoindre un style de vie autre que celui proposé par les sphères capitalistes ou bien s’inscrivant dans ce qu’Étienne Wenger appelle un « répertoire partagé » par les membres d’une communauté (Wenger, 2005).

Tout à la fois mouvement, philosophie et pratiques, le DIY constitue autant une solution concrète à une situation donnée (manque de moyens, notamment) qu’une réponse apportée à différentes formes d’institutionnalisation, de normalisation et de régulation. Au cours de plusieurs séminaires thématiques portant sur cette question du « faire soi-même », nous avons souhaité étudier plus précisément la postérité du DIY et, en particulier, les imaginaires afférents que produisent et révèlent ses manifestations toujours renouvelées. La première séance du séminaire avait pour thématique l’usage du DIY dans les recherches universitaires, notamment dans une perspective méthodologique. À cet égard, il s’agissait de questionner la manière dont la recherche peut se positionner sur le terrain et auprès des acteurs rencontrés, sous l’angle du Do it together (DIT) et du Do it ourselves (DIO) et des recherches participatives et/ou créatives (Donaghey, 2022). Le second séminaire, pour sa part, a mis en dialogue le DIY et les mécanismes de résistance. Si l’accent, pour cette séance, a davantage été porté sur la dimension musicale – les scènes punks mobilisant le DIY comme outil de résistance face à la dimension mercantile des sociétés capitalistes –, d’autres pratiques pourraient également être étudiées par ce prisme de la résistance, à l’instar de l’usage de l’éthique du « faire soi-même » dans les sports alternatifs et/ou émergents, tels que le quidditch ou le roller derby (Riffaud, 2018 ; Tuaillon Demésy, 2021 ; Soulé et Walk, 2007). Le troisième séminaire conduisant au présent appel à communications était consacré aux usages créatifs du DIY, à la manière dont celui-ci favorise le l’apparition de nouvelles pratiques, que celles-ci soient artistiques, culturelles, sportives, littéraires, etc. Cette troisième séance a souligné comment la pratique collective, notamment par le biais du DIT, permet de dynamiser différentes formes de création. Les contributions et les échanges de ces trois séminaires, ainsi que diverses recherches menées en parallèle (Messey et Tuaillon Demésy, 2023) ont fait émerger le fait que le DIY pouvait être appréhendé comme un outil, pratique et réflexif, permettant de s’extirper d’un système dominant ou bien d’y créer des brèches afin de proposer d’« autres choses ». Qu’il vise à créer et/ou à résister, qu’il soit imposé ou choisi, revendiqué ou subi (Le Roulley, 2016), il peut être mobilisé par une pluralité d’acteurs, aussi bien dans le champ contre-culturel ou subculturel que dans le cadre de pratiques davantage mainstream. Nous proposons, à travers cet appel d’approfondir, ces différentes réflexions. Si les pistes à explorer sur la question des imaginaires associés au « faire soi-même » sont plurielles, elles nous semblent partager la problématique des tensions entre création et résistance. Nous suggérons donc plusieurs axes pour aborder le DIY selon cette approche. Ces derniers ne sont ni hermétiques ni contraignants, et nous encourageons les croisements thématiques ainsi que les propositions marginales.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer, résister et faire soi-même : le do it yourself (DIY) et ses imaginaires

Appel à contributions : Cris et chuchotements : le mainstream musical contemporain (Université Paul-Valéry, Montpellier 3)

Cris et chuchotements : le mainstream musical contemporain

Échéance des propositions : 6 février 2023

Paul-Thomas Cesari, Simon Hierle, Claude Chastagner (université Paul-Valéry, Montpellier 3)

Pendant longtemps, la chanson « engagée », la protest song, est restée relativement à la marge de l’économie du spectacle. Certes, du fait même de leurs protestations, certaines voix ont accédé au statut de star, mais la plupart sont restées, malgré leur rage et leur détermination, peu audibles, soit quelles sexpriment dans des courants musicaux à laudience modeste (punk rock, par exemple) soit quelles soient marginalisées au sein de genres populaires, mais peu militants.

Or, ces dernières années ont été particulièrement riches en événements ayant suscité des réactions radicales et polarisées au sein de la société étatsunienne : crise environnementale, violences policières, élection de Donald Trump, arrêts controversés de la Cour Suprême… Comment les artistes* mainstream, de la pop au rap, en passant par la country, ont-elles réagi ? Ont-elles « protesté » ou ont-elles répondu par le silence aux vociférations de certaines personnalités politiques ? Les a-t-on entendues prendre parti sur ces différents sujets ? Se sont-elles « engagées » ? De quelle façon et avec quel impact sur le public et leur propre statut ? Le mainstream musical en a-t-il été modifié, serait-il plus sombre et moins pudique que par le passé ? Et que dit cette évolution, si elle est avérée, sur la société américaine contemporaine, en particulier sa jeunesse ?

(* : par souci de lisibilité, nous avons opté pour un pronom générique, en loccurrence le féminin, il renvoie bien entendu à tous les genres).

On attendra, de façon non exhaustive, des propositions portant sur les aspects suivants :

– Les musiques urbaines à lheure de Black Lives Matter

– L’émergence de questionnements sur le genre et la préférence sexuelle

– Lexpression de problématiques intimes, du suicide à la maladie mentale

– La dénonciation de politiques néo-libérales

– L’émergence dune protest song de droite

– Les divergences politiques au sein de la musique country

– La dimension musicale et visuelle de la protestation mainstream

– Le rôle des réseaux sociaux dans laccès au mainstream dune parole protestataire

– Le recentrage mainstream du punk

Les propositions de communication de 300 mots, accompagnées dune courte notice bio-bibliographique, seront à envoyer à Paul-Thomas Cesari (paul-thomas.cesari@etu.univ-montp3.fr), Simon Hierle (simon.hierle@unilim.fr) et Claude Chastagner (claude.chastagner@univ-montp3.fr) au plus tard le 6 février 2023.

Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Colloque : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment)

1 et 2 décembre 2022, Université de Strasbourg

Échéance des propositions : 1er juillet 2022

Organisé par Elsa Grassy (Université de Strasbourg, SEARCH) et Isabelle Marc (USIAS – UCM),  CREAA  et SEARCH

Comité scientifique : John Mullen, Christophe Pirenne

Choisie ou subie, la musique nous accompagne en continu, dans les évènements extraordinaires comme dans les pratiques les plus banales de notre existence. En ce sens, la recherche s’est intéressée aux usages de la musique dans la vie quotidienne, notamment en lien avec les technologies de reproduction sonore et avec les pratiques de socialisation (DeNora 2011, Kassabian, Boschi et García Quiñones 2013). Or, la critique, qu’elle soit académique ou journalistique, notamment en France, ne s’est penchée que très rarement sur les musiques majoritaires ou mainstream du point de vue de leurs enjeux esthétiques et sociaux (Pirenne 2021), reproduisant ainsi, au sein de l’étude des musiques « populaires » la hiérarchie esthétique ou axiologique qui existait entre musiques savantes et populaires. En effet, la plupart des travaux critiques portent sur les musiques considérées comme innovantes, porteuses d’un message subversif ou d’un capital subculturel ou faisant preuve d’une nouveauté « formelle » quelconque, relayant donc l’idéologie de la modernité au sens de progrès et de dépassement des formes « banales ». C’est ainsi que la majorité des musiques réellement écoutées, celles qui figurent en tête de classements de ventes ou de streaming, celles qui parlent à des millions d’êtres humains à travers le monde, sont à peine mentionnées par la critique. Elles sont, de fait, silencées, effacées du discours critique alors qu’elles dominent l’écoute.

Partant du constat que des musiques définies à l’origine par leur popularité et leur ancrage dans l’économie de marché sont sous-représentées dans les manifestations scientifiques, ces journées d’étude se proposent de considérer les musiques majoritaires précisément pour ce qui en fait le mainstream musical, du point de vue de l’esthétique et des représentations qui leur sont attachées. Nous chercherons donc en premier lieu à identifier et à décrire ces musiques dans leurs contextes culturels, à les analyser, dans leur banalité et leur complexité, et à en interroger les mécanismes de production, diffusion et réception spécifiques. Nous souhaitons également comprendre pourquoi ces musiques, et leurs publics, font l’objet d’un tel silence, voire d’un tel dénigrement, dans les discours académiques et non académiques, hormis quelques exceptions (Wilson 2014, Steinbrecher 2021). Pourquoi la force quantitative du populaire tend-elle à être discréditée comme indice du vulgaire, et la perception de l’ordinaire basculer vers la dénonciation de l’abject. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Appel à contributions : Cultures populaires et politique / Politics and Popular Cultures (La Rochelle Université)

Colloque « Cultures populaires et politique », du 9 au 11 mars 2022 

 La Rochelle Université

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

La première partie du colloque « Cultures populaires et politique », qui a eu lieu en décembre 2019 à La Rochelle Université, cherchait à révéler, à questionner et à étudier les liens entre la politique et les cultures populaires. Il apparaissait en effet intéressant d’interroger ce champ de recherches encore peu étudié en France, croisant deux sphères parfois contradictoires et conflictuelles. Cette manifestation a été l’occasion de la fondation de l’association « Popular Culture Association of France » (PCAoF) et de la création de la revue affiliée Mobilis in Mobile qui présentera les textes issus de ce premier colloque prochainement. 

Pour cause de grève, la conférence n’ayant pu accueillir tous les intervenants initialement prévus, nous vous proposons de prolonger les réflexions alors entamées avec un deuxième colloque reprenant la même thématique. Cet événement est prévu à La Rochelle Université du 9 au 11 mars 2022.  

Si les cultures populaires se sont depuis longtemps emparées du thème de la politique, déclinant de nombreux supports d’expression comme le dessin humoristique, la chanson et les récits fictionnels, qui constituent de véritables miroirs déformants aptes à questionner les modes de gouvernance et le rôle du champ politique dans ses interactions avec d’autres pouvoirs – économiques, militaires et, bien entendu médiatiques avec le développement de la presse -, l’inverse est aussi vrai depuis bien longtemps. Walter Benjamin met ainsi en relation la politique et la culture de masse dans son ouvrage L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1955). Il y souligne les risques de la médiatisation de la politique dans les dictatures, notamment le fascisme et le nazisme, à travers le culte de l’image et la propagande, favorisés par les nouveaux médias de l’époque. Guy Debord, en 1967, prolonge cette critique dans La Société du spectacle. La perte de l’aura, de l’authenticité y devient totale : tout est désormais spectacle dans la société des mass media. Dans L’Homme unidimensionnel (1964), Herbert Marcuse renforce ce constat pessimiste de manipulation des masses dans les sociétés modernes par le truchement des médias de masse. Aucun régime n’y échappe selon lui : ni capitalisme, ni communisme…

Continuer la lecture de Appel à contributions : Cultures populaires et politique / Politics and Popular Cultures (La Rochelle Université)

Parution : Investigating Stranger Things. Upside Down in the World of Mainstream Cult Entertainment (dir. Tracey Mollet, Lindsey Scott)

Tracey Mollet, Lindsey Scott (eds.), Investigating Stranger Things. Upside Down in the World of Mainstream Cult Entertainment, Palgrave Macmillan, 2021. 

This edited collection explores the narrative, genre, nostalgia and fandoms of the phenomenally successful Netflix original series, Stranger Things. The book brings together scholars in the fields of media, humanities, communications and cultural studies to consider the various ways in which the Duffer Brothers’ show both challenges and confirms pre-conceived notions of cult media. Through its three sections on texts, contexts and receptions, the collection examines all aspects of the series’ presence in popular culture, engaging in debates surrounding cult horror, teen drama, fan practices, and contemporary anxieties in the era of Trump. Its chapters seek to address relatively neglected areas of scholarship in the realm of cult media, such as set design, fashion, and the immersive Secret Cinema Experience. These discussions also serve to demonstrate how cult texts are facilitated by the new age of television, where notions of medium specificity are fundamentally transformed and streaming platforms open up shows to extensive analysis in the now mainstream world of cult entertainment.

 

Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

Women Who Kill explores several lines of inquiry: the female murderer as a figure that destabilizes order; the tension between criminal and victim; the relationship between crime and expression (or the lack thereof); and the paradox whereby a crime can be both an act of destruction and a creative assertion of agency. In doing so, the contributors assess the influence of feminist, queer and gender studies on mainstream television and cinema, notably in the genres (film noir, horror, melodrama) that have received the most critical attention from this perspective. They also analyse the politics of representation by considering these works of fiction in their contexts and addressing some of the ambiguities raised by postfeminism.


The book is structured in three parts: Neo-femmes Fatales; Action Babes and Monstrous Women. Films and series examined include White Men Are Cracking Up (1994); Hit & Miss (2012); Gone Girl (2014); Terminator (1984); The Walking Dead (2010­); Mad Max: Fury Road (2015); Contagion (2011) and Ex Machina(2015) among others.

Continuer la lecture de Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

Call for papers – The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity

The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity

08 November 2012 – 09 November 2012

Event Type: Conference / Symposium
Venue: Institute of English Studies
Venue Details: Senate House, Malet Street, London, WC1E 7HU

Description

Keynote Speakers include: Professor Phillip Tew (Brunel University), Professor James Chapman (University of Leicester), Christoph Lindner (University of Amsterdam)

The Marginalised Mainstream seeks to discuss the growing interest in and importance of mainstream culture and the popular as ways of engaging with cultural products of the late nineteenth to early twenty-first centuries, the long twentieth century, 1880–2010. Specifically, we seek to bring together postgraduate students, early career academics and established researchers working in the fields of Literature, Cultural Studies and elsewhere in the Humanities, to explore why mainstream culture and objects of mass appeal are so frequently marginalised by the academic community.

CLICK HERE FOR CALL FOR PAPERS.

Abstracts of no more than 350 words are invited by 1 June 2012 . They must include:

  • 350-word abstract, including title,
  • your name,
  • affiliation,
  • contact information,
  • a brief biographical paragraph about your academic interests,
  • any technical support that might be needed

Please email submissions, in Word, WordPerfect, or RTF formats, to organisers Brittain Bright, Sam Goodman and Emma Grundy Haigh at marginalisedmainstream@gmail.com . Acceptances will be sent out by no later than 16 July 2012.

Conference website: http://marginalisedmainstream.wordpress.com

Facebook page: https://www.facebook.com/pages/Marginalised-Mainstream-Conference-2012/259522867458369

Please note: we are not in a position to be able to assist with conference travel or subsistence.

CFP: The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity, 8–9 November 2012 (ABSTRACTS: 1 June)

CFP

The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity

8–9 November 2012

(ABSTRACTS: 1 June)

8-9 November 2012, Senate House, University of London

Keynote speakers include: Professor Phillip Tew (Brunel University) and Professor Christoph Lindner (University of Amsterdam)

‘Texts are always sites of evaluative struggle between the “high” and the “low”, whatever the presumed hierarchical positioning of their overall domain.’ (Léon Hunt)

The Marginalised Mainstream seeks to discuss the growing interest in and importance of mainstream culture and the popular as ways of engaging with cultural products of the late nineteenth to early twenty-first centuries, the long twentieth century, 1880–2010. Specifically, we seek to bring together postgraduate students, early career academics and established researchers working in the fields of Literature, Cultural Studies and elsewhere in the Humanities, to explore the mainstream culture and objects of mass appeal are so frequently marginalised by the academic community, as well as to offer some explanations for why this marginalisation might be.

We invite proposals for papers, reports, work-in-progress, workshops and pre-formed panels from all disciples on themes that could include, but are not limited to, the following:

• The changing conceptualisation of canonicity;
• Genres, subgenres and the process of genre-fication;
• Queer fictions and alien concepts;
• ‘Low-’, ‘middle-’ and ‘high-brow’ texts;
• Critical acclaim vs. mass appeal;
• Cult classics and forgotten classics;
• Award winners, box-office smashes and bestsellers;
• Taking theory where it’s never gone before;
• Historiographies of gender, race and class.

It goes without saying that writers, texts or topics need not be canonical and we actively encourage papers discussing writers, texts and visual media from around the world.

Panels will consist of three 20-minute papers followed by discussion. A lunch will be included on the first day, followed by a closing wine reception at the end of the second, where we hope all delegates and attendees will have a chance to mingle.

Abstracts of no more than 350 words are invited by 1 June 2012 . They must include:

• 350-word abstract, including title;
• your name;
• affiliation;
• contact information;
• a brief biographical paragraph about your academic interests;
• any technical support that might be needed.

Please email submissions, in Word, WordPerfect, or RTF formats, to organisers Brittain Bright (Goldsmiths College, University of London), Sam Goodman (University of Exeter) and Emma Grundy Haigh (Goldsmiths College, University of London) at

marginalisedmainstream@gmail.com

Acceptances will be sent out by no later than 16 July 2012.

Conference website: http://marginalisedmainstream.wordpress.com
Facebook page: https://www.facebook.com/pages/Marginalised-Mainstream-Conference-2012/25…

Please note: we are not in a position to assist with conference travel or subsistence.