Archives par mot-clé : lovecraft

Parution : “Europe”, Tolkien et Lovecraft

Revue Europe, avril 2016 : “Lovecraft, Tolkien”, sous la direction de Roger Bozzetto et Vincent Ferré

revue-lovecraft-tolkien-400

Lire la préface de Roger Bozzetto, “Ni un duel, ni un duo” http://www.europe-revue.net/page-accueil/page-accueil/Preface-Lovecraft-TolkienR.pdf

On pourrait trouver incongru de réunir dans une même livraison d’ Europe deux auteurs aussi différents que J.R.R. Tolkien et H.P. Lovecraft. Ils semblent se situer aux deux extrémités des territoires de l’imaginaire, et rien dans leurs œuvres ne les rattache à une source commune. Ironie du sort, en 1937, Tolkien publie son premier chef-d’œuvre, Le Hobbit , tandis que Lovecraft succombe à un cancer à l’hôpital.
Ce sont deux écrivains qui ont produit des œuvres fascinantes, deux auteurs dont le succès s’est lentement établi, puis s’est perpétué et étendu après leur mort. Ils se trouvent tous deux à l’origine de phénomènes touchant à l’imaginaire sociétal. Leurs œuvres ont créé des mondes qui ont été revivifiés par des « disciples ». Elles ont aussi donné lieu à de nombreuses œuvres parallèles, littéraires, filmiques, etc., qui s’en réclament plus ou moins ouvertement. Elles ont enfin ensemencé, chacune à leur façon, le champ de la bande dessinée et des jeux de rôle.
Lovecraft, Tolkien. Deux auteurs, deux mondes, deux explorations profondes et fort différentes de l’imaginaire, deux œuvres dont le domaine est en expansion. Continuer la lecture de Parution : “Europe”, Tolkien et Lovecraft

Appel: Présence de Lovecraft : l’illustration en question (deadline 15 janvier 2012)

Appel à contributions

Maison des Sciences de l’Homme, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand 2)

13 et 14 juin 2013

CELIS (EA 1002)

Présence de Lovecraft : l’illustration en question

Please scroll down for the English version

L’œuvre de Lovecraft est étroitement liée à la notion même d’illustration à différents niveaux. Outre l’influence (à démontrer) que les arts graphiques et le cinéma ont pu exercer sur ses écrits, l’auteur a toujours su ménager dans ses nouvelles des blancs ou des interstices qui agissent comme autant d’invites à des illustrateurs (ou continuateurs) potentiels. C’est ainsi que le livre du Necronomicon, censément écrit selon Lovecraft lui-même par l’Arabe dément Abdul Al-Hazred, et souvent cité dans l’œuvre comme catalogue fantasmé des Grands Anciens, a été réellement publié aux Etats-Unis en 1978… sous forme d’un canular littéraire il est vrai de piètre qualité. Mais plus directement les adaptations de toutes sortes ne manquent pas concernant cet auteur, qu’il s’agisse du cinéma (Brian Yuzna, Roger Corman, John Carpenter, jusqu’au projet toujours en cours d’adaptation de At the Mountains of Madness par Guillermo del Toro), de la bande dessinée (Philippe Druillet notamment) ou de formes plus éloignées comme les jeux vidéos ou les jeux de rôles que l’on peut considérer comme un type particulier d’illustrations (Alone in the DarkPrisoner of IceNécronomicon, et le jeu de rôle célèbre The Call of Cthulhu qui a contribué dans les années 1990 au regain de popularité de l’œuvre). Dans une approche inspirée par Linda Hutcheon (Adaptation) il est donc loisible d’élargir le champ de l’adaptation et / ou de l’illustration au-delà de la stricte transposition graphique, cinématographique ou télévisuelle et de s’intéresser à un champ plus vaste selon une problématique générale du rapport à l’image dans et autour de l’œuvre. Dans la suite des travaux déjà publiés sur l’auteur (notamment les Cahiers de l’Herne, et plus récemment les actes du colloque de Cerisy publiés en 2002) qui se sont pour partie intéressé à cette question, nous nous proposons d’aborder l’illustration selon les axes suivants (ces pistes ne sont pas exhaustives) :

* Quelle présence du cinéma et / ou de l’image chez Lovecraft ? Peut-on déceler dans cette écriture souvent baroque et toujours en tension, tension à laquelle la forme de la nouvelle participe pour une large part, une influence de l’esthétique visuelle naissante au début du XXème siècle ?

* Comment les adaptations au sens large négocient-elles les thématiques et les traits stylistiques récurrents de l’œuvre littéraire ? Comment lire par exemple la forte réflexivité du film de Carpenter (In the Mouth of Madness, 1994) au regard des textes de Lovecraft ? S’agit-il ici d’une illustration issue d’une lecture sous influence, notamment dans la perspective de la prédominance de cette thématique de la réflexivité à l’ère postmoderne ?

* Quels passages sont négociés entre le texte et l’image par les différents médiums considérés, qu’ils s’agisse de médiums traditionnellement étudiés dans le champ de l’adaptation (bande dessinée, cinéma) ou plus éloignés de ce champ (jeux vidéos) ?

* Quelle perspective diachronique est-il possible de tracer dans cette histoire des diverses adaptations et illustrations de Lovecraft ? Peut-on lire dans cette histoire un reflet de notre propre histoire culturelle ?

* Peut-on lire dans ce rapport au texte qui sous-tend l’illustration un nouveau type de relations à la culture populaire selon des modalités qui touchent à la fois au jeu littéraire (voir l’exemple du Nécromonicon) et à une référence plus ou moins implicite à un art de l’excès qui au XXIème siècle prendrait sa source littéraire à l’orée du XXème siècle ?

Howard Philips Lovecraft and the question of illustration

Lovecraft’s works entertain an essential relationship to the very notion of illustration, for various reasons. One may first think of the influence graphic arts and cinema may have had on his writings, but beyond this dimension, Lovecraft consistently managed to include in his short stories blank spaces that seem to call for continuation or illustration of his texts.  Thus the Necronomicon, which is referred to in Lovecraft’s works as an imaginary description of the Great Old Ones supposedly written by the “Mad Arab” Abdul Alhazred, was really published in the USA in 1978 as a literary hoax, albeit of a poor literary quality. More directly, all kinds of adaptations abound around Lovecraft’s work, whether it is film adaptations (Brian Yuzna, Roger Corman, John Carpenter, including Guillermo del Toro’s current project of adapting At the Mountains of Madness), comic books (with French cartoonist Philippe Druillet e.g.) or more remote kinds of adaptations such as video games and role playing games which can be considered as a specific type of illustrations (Alone in the DarkPrisoner of IceNécronomicon and the famous role-playing game The Call of Cthulhu which contributed to the renewed popularity of the texts in the 1990s). As Linda Hutcheon suggested, the field of adaptation and / or illustration may be widened beyond the limited scope of graphic, film or television transposition to include a more general concern about the relationship towards image in and around the texts. In the wake of the existing scholarship on the texts (noticeably the Cahiers de l’Herne and the Cerisy conference in 2002), which partly deals with that question, we suggest tackling the issue according to the following, non-exclusive approaches:

* How can we identify an influence of cinema and / or image in Lovecraft? Is there any kind of correspondence between this tense, often baroque writing (the tension being due in part to the short story form) and the visual or film aesthetics in early 20th C?

* How do adaptations (considered in their wider sense) transpose the thematic and stylistic traits of the literary work? How can we explain the insistent reflexivity in a film like John Carpenter’s In the Mouth of Madness (1994) when compared to Lovecraft’s texts? Could we read this reflexive feature as the sign of an adaptation influenced by post-modern concerns?

*What specific relationship between text and image is negotiated through distinct mediums, whether it is “traditional” mediums in adaptation studies (film, comic books) or marginal ones (video games)

* What diachronic perspective could we outline in the history of Lovecraft adaptations? How does this history reflect (or not) our own cultural history?

* What kind of relationship to popular culture does the text-image interplay reflect? Can we analyse this relationship in terms of literary game (if we take the example of theNecronomicon) or in reference to a literature of excess which in the early 21st C would mirror the early 20th C?

Bibliographie indicative

FORESTI Guillaume, Corman, Lovecraft : la rencontre fantastique, Paris, Dreamland, 2002

HOUELLEBECQ Michel, H.P. Lovecraft : contre le monde, contre la vie, Monaco, Editions du Rocher, 1991

HUTCHEON Linda, A Theory of Adaptation, New York, Routledge, 2006

JOSHI S.T.,  H. P. Lovecraft: A Life, West Warwick, RI, Necronomicon Press, 1996

JOSHI S.T., The Rise and Fall of the Cthulhu Mythos, Poplar Bluff, MO, Mythos Books, 2008

JOSHI S.T.,  A Subtler Magick: The Writings and Philosophy of H. P. Lovecraft, Berkeley Heights (NJ), Wildside Press, 1996

LEVY Maurice, Lovecraft ou du fantastique, Paris, Union Générale d’Editions, 1972

MARTIN Sean Elliot, H.P. Lovecraft and the Modernist Grotesque, Pittsburgg (PA), Duquesne University, 2008

MENEGALDO Gilles (dir.), H.P. Lovecraft — Fantastique, mythe et modernité, Paris, Editions Dervy, 2002

MITCHELL Charles P., The Complete H. P. Lovecraft Filmography, Greenwood Publishing Group, 2001

SCHULTZ David E. et JOSHI S.T. (dirs.), An Epicure in the Terrible: A Centennial Anthology of Essays in Honor of H. P. Lovecraft, Fairleigh Dickinson University Press, 1991

SMITH Don G., H. P. Lovecraft in Popular Culture: The Works and Their Adaptations in Film, Television, Comics, Music and Games, McFarland, 2005

TRUCHAUD François (dir.), Lovecraft, Cahiers de L’Herne, n° 12, Paris, Editions de L’Herne, 1969

Les propositions de communication (en anglais ou en français) sont à envoyer conjointement à Christophe Gelly (cgelly@yahoo.fr) et Gilles Ménégaldo (gilles.menegaldo@univ-poitiers.fr) avant le 15 janvier 2013.

CFP: Weird Lovecraft H.P. Lovecraft, Weird Tales, and the Construction of the American Horror Canon

Weird Lovecraft

H.P. Lovecraft, Weird Tales, and the Construction of the American Horror Canon

There is little doubt as to the importance that H.P. Lovecraft has played in the development of American horror. Additionally, the pulp magazine Weird Tales, which published much of Lovecraft’s fiction, is also consistently recognized as a seminal publication for eerie and horrific texts. With these two givens in mind, we are actively looking for paper proposals that explore the way that Lovecraft and/or Weird Tales helped construct the American horror canon or the American horrific aesthetic. Papers will be presented at the College of St. Joseph’s popular culture conference, held the last weekend in October [we are hosting the conference in October to help break up the conference jam that happens over Winter and Spring recess].

Potential paper topics [this list should not be seen as limiting]:

Lesser Lovecrafts: Unknown Weird Tales contributors in the Lovecraftian style
The art of Weird Tales
From Weird Tales to Tales from the Crypt
The horror aesthetic between the wars
Racial horror in Weird Tales
The economics of horror
Eco-critical readings of Weird Tales
Lovecraft’s narratives, Hollywood’s stories
Lovecraft in the 21st century
Eerie, Creepy, and the influence of Lovecraft on Warren Publications
“The Thing That Should not Be”: Weird Tales and transgressive music

250-300 word paper abstracts should be sent to Dr. Jonas Prida at jprida@csj.edu by May 15th. If accepted, papers/presentations should be in the 3000 word range. We encourage creative projects, co-presentations, faculty/undergraduate collaboration, and graduate students. Any questions can be send to Dr. Jonas Prida as well.