Archives par mot-clé : loisirs

Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Colloque Créer et incarner des créatures fantastiques

18 et 19 février 2022

Dans le cadre du Festival Atrebatia (Arras)

Échéance des propositions : 30 septembre 2021

Organisé par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

 

Argumentaire

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Parution : Paris en ses jardins (J. Synowiecki)

Jan Synowiecki, Paris en ses jardins. Nature et culture urbaine au XVIIIe siècle, Champ Vallon, coll. « L’environnement a une histoire », 2021

Royaux ou princiers, les jardins de Paris au XVIIIe siècle devaient offrir à la population urbaine des îlots salvateurs face aux exhalaisons et aux miasmes de la ville. Loin d’être figés dans un écrin de verdure et de représenter des enclaves champêtres au cœur de la ville, ces espaces étaient fermement insérés dans le tissu urbain. Ce livre propose ainsi une véritable microphysique de la nature parisienne, des dégâts causés par les taupes à l’élagage des arbres. L’histoire matérielle et vivante des jardins parisiens du XVIIIe siècle permet ainsi de restituer avec le plus de fidélité possible un monde composé de micropartages faisant la part belle aux conflits entre juridictions, aux régulations policières ainsi qu’aux tensions entre les différents usages sociaux de l’espace du jardin.

Lire la table des matières.

Ancien étudiant de l’ENS Ulm, agrégé et docteur en histoire de l’EHESS, Jan Synowiecki est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Colloque : Circulation des cartes postales dans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle) (en ligne, Institut pour la photographie)

Colloque : Circulation des cartes postales ans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle)

Institut pour la photographie, en ligne

10-12 mai 2021

Sous la direction de Magali Nachtergael et Anne Reverseau

Ce colloque rassemblera artistes et chercheurs de différents horizons pour explorer le rôle qu’un objet, a priori banal, a pu avoir dans la culture visuelle et littéraire des XXe et XXIe siècles. Il s’agira d’étudier, jusqu’à l’époque contemporaine, les différentes façons dont poètes, écrivains et artistes ont regardé, ont manipulé, ont joué avec la carte postale et comment ils se sont appropriés ou se sont opposés à ce modèle médiatique plus polémique qu’il n’y paraît. Comment la carte postale, en étant réinvestie par les artistes contemporains, en particulier dans les protocoles iconographiques et de collection, connaît un renouveau qui amène aussi un regard critique sur cette production vernaculaire de masse ?

En abordant à la fois l’imaginaire de la carte postale dans les avant-gardes historiques et ses réinventions contemporaines, ce colloque entend proposer une relecture de ce medium moderne qui insiste sur ses enjeux communicationnels. Malgré les fluctuations de la production et la variabilité des supports, la notion de «carte postale» reste opérante et usitée jusque dans les correspondances numériques, témoignant du modèle médiatique qu’elle représente encore aujourd’hui.

Téléchargez le programme complet
Inscription* via mail : contact@institut-photo.com
Colloque gratuit, envoi des liens 24 h avant chaque journée d’intervention 

Parution : Dossier thématique : Jeux, sports et espaces

Jeux, sports et espace, Mundus Fabula – La fabrique des mondes

Dossier sous la direction de Sébastien Haissat et Audrey Tuaillon Demésy.

Ce dossier présente les actes de la 2e édition des ateliers-séminaires « Loisirs et imaginaires ». Pensés comme des temps de travail et d’échanges entre les chercheurs présents, ces ateliers se déroulent dans le cadre de l’ANR Aiôn (https://aion-project.org), en partenariat avec le laboratoire C3S (EA 4660) (https://laboratoire-c3s.fr).

Dans la continuité de la première édition qui visait à saisir les façons dont la notion d’imaginaire peut être appréhendée en sciences sociales (https://mf.hypotheses.org/948), en 2019, le thème retenu était « Jeux, sports et imaginaires ». Il s’agissait alors de questionner la manière dont les espaces ludiques interrogent les imaginaires. Trois articles et une introduction composent ce dossier, permettant d’éclairer la pluralité des espaces ludiques étudiés, entre jeux vidéos et jeux sportifs. Continuer la lecture de Parution : Dossier thématique : Jeux, sports et espaces

Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

CarrieLynn D. Reinhard, Julia E. Largent, Bertha Chin (dir.), Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures, Routledge, 2020.

This book considers the practices and techniques fans utilize to interact with different aspects and elements of food cultures. With attention to food cultures across nations, societies, cultures, and historical periods, the collected essays consider the rituals and values of fan communities as reflections of their food culture, whether in relation to particular foods or types of food, those who produce them, or representations of them. Presenting various theoretical and methodological approaches, the anthology brings together a series of empirical studies to examine the intersection of two fields of cultural practice and will appeal to sociologists, geographers and scholars of cultural studies with interests in fan studies and food cultures.

Continuer la lecture de Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

Parution : A Cultural History of the Disneyland Theme Parks

Sabrina Mittermeier, A Cultural History of the Disneyland Theme Parks. Middle Class Kingdoms, Intellect, 2020. 

The first comparative historical study of the six Disneyland theme parks around the world in five distinct cultures: the USA, Tokyo, Paris, Hong Kong and Shanghai. Sets the parks in the historic contexts at their opening, discusses cross- and trans-cultural understandings of the parks and the part that class plays in their success or failure.

When the first Disneyland opened its doors in 1955, it reinvented the American amusement park and transformed the travel, tourism and entertainment industries forever. Now a global vacation empire, the original park in Anaheim, California, has been joined by massive complexes in Florida, Tokyo, Paris, Hong Kong and Shanghai.

Spanning six decades, three continents and five distinct cultures, Sabrina Mittermeier presents an interdisciplinary examination of the parks, situating them in their proper historical context and exploring the distinct cultural, social and economic landscapes that defined each one at the time of its construction. She then spotlights the central role of class in the subsequent success or failure of each venture. Continuer la lecture de Parution : A Cultural History of the Disneyland Theme Parks

Appel à contribution pour Télévision n°4: L’appel du divertissement (15 juin)

Appel à contribution

Télévision n°4: L’appel du divertissement

(CNRS éditions)

Dans la Crise de la culture, Hannah Arendt montre que les objets culturels sont inexorablement entraînés sur la pente du divertissement et que consommer s’identifie assez rapidement, dans notre société, à se divertir.

Cet « appel » du divertissement est particulièrement observable dans un média comme la télévision et il n’est pas loin de dominer la fameuse trilogie « informer, cultiver, divertir », soumettant les deux premières missions à sa loi. Ce numéro se propose donc d’explorer les glissements qui en résultent dans tous les genres télévisuels en suivant plusieurs pistes :

• l’utilisation du terme : quels genres regroupe-t-on aujourd’hui sous l’étiquette « divertissement » ? L’examen des journaux de programmes révèle que cet étiquetage est mouvant. Ainsi, certains programmes naguère classés dans la catégorie « télé-réalité » sont aujourd’hui considérés comme divertissement. À l’intérieur d’un même genre, les thèmes ou le répertoire retenus peuvent aussi révéler cet « appel » (par exemple, le choix des pièces faisant l’objet d’une retransmission théâtrale).

• la relation de l’information au divertissement, notamment au travers de « l’infotainment » : les talk shows, les journaux télévisés. Quelles sont les nouvelles formes des mélanges des genres qui font se côtoyer les stars du petit écran, les « people » et les politiques ? Quelles transformations ludiques ont subi, au cours de la dernière campagne présidentielle, les débats politiques ? etc.

• l’évolution des formules et des dispositifs : loin d’être fixés une fois pour toutes, les dispositifs et les formules des programmes subissent des évolutions importantes au cours de leur histoire. Dans cette perspective, il semble fructueux de confronter la promesse de certains programmes à leurs transformations progressives. Par exemple, les premiers numéros d’ On a tout essayé (de Laurent Ruquier) affichait une ambition culturelle (invitation d’intellectuels, critiques de livres, etc.), qui s’est diluée au fil des mois. L’étude chronologique de certains programmes peut faire ressortir les mécanismes par lesquels le divertissement s’insinue dans des émissions dites « culturelles ».

• Arendt note que le stade ultime de cet appel du divertissement est le moment où, pour faire « passer » un objet culturel, on le déforme « en vue de persuader les masses qu’Hamlet peut être aussi divertissant que My Fair Lady » et, pourquoi pas, tout aussi éducatif ». Cette remarque trouve de nombreuses confirmations aussi bien dans « l’actualisation » de fictions du patrimoine littéraire que dans la façon de présenter la science. On pourra s’intéresser aux adaptations « modernes » de classiques.

Ces pistes ne sont pas limitatives, pas plus que les angles adoptés. On évitera seulement les critiques générales de la télévision, ainsi que les discours de déploration. Seront bienvenues en revanche les contributions qui se pencheront sur un genre ou un programme en s’interrogeant sur le sens qu’ils donnent au terme « divertissement ».

Les projets sont à envoyer avant le 15 juin au responsable du numéro :

françoisjost@ceisme.fr

Les auteurs des articles retenus seront prévenus début juillet et les articles seront à rendre pour le 15 novembre 2012.

CFP: Leisure! Enjoyment! Fun! (Deadline: October 1, 2012)

Leisure! Enjoyment! Fun!

INCS 2013 Conference, University of Virginia

March 14-17, 2013

full name / name of organization:
Interdisciplinary Nineteenth-Century Studies
contact email:
ksc3j@virginia.edu

“It was the best of times. It was the worst of times.” It was the age of pleasure. It was the age of atonement. It was any place in the nineteenth century. The scope is global, the approaches, cross-disciplinary. What pleased the palate and tickled the nose? What roused the senses and deepened joy? What thrilled the body and inspired the mind? What did they do besides work? What diversions (respectable or otherwise) did they seek? How did they think about the enjoyments they sought? These are some of the questions to address at INCS 2013, which is devoted to ‘Leisure, Enjoyment, and Fun.’

Consider all forms of enjoyment desired, sought, anticipated, or suppressed. Of course what constitutes enjoyment was widely contested ‘then’ as it is ‘now,’ and just what the relation between enjoyment and happiness is has never been clear. The task we set ourselves this year is an examination of various pleasures, thoughts about fun and leisure, expressions or reports of enjoyment, and what these experiences tell us about the nineteenth century. Definitions of enjoyment are themselves numerous and contrasting, and we will keep the field broad so as to draw a wide catch. Enjoyment may be associated with entertainment, amusement, comfort, satisfaction, happiness, absence of pain, etc. We are interested in how enjoyment is experienced, what function it serves, how it can be legislated or monitored, if it can be exhausted, repeated, repelled, and whether individual enjoyment differs from enjoyment shared.

Topics are not limited to, but might include:

Ambivalence towards . . .
Theories of leisure
Enjoyment, guilt, atonement
License and restraint
Sport, games, and races
Music, music halls, music boxes
Festivals, street entertainments
Pleasure gardens
Illicit fun
Design, fashion, shopping
Gustatory delights
Trade in exotics
Hobbies
Weddings, parties, picnics
Spectacle
Dance
Cartoons, comics, periodicals
Sunday papers and other popular reading
Pets, animal fighting
Experimentation, invention
Gardens and horticulture
Collecting
Museums, exhibitions
Training for fun
Medical Tourism

Deadline: October 1, 2012. For individual papers, send 250-word proposals; for panels, send individual 250-word proposals for each paper plus a 250-word panel description. Please include your name, affiliation, and e-mail address on your proposal. Send questions and proposals to Karen Chase (ksc3j@virginia.edu). Website (under construction): http://incs2013.wordpress.com/