Archives par mot-clé : littératures de l’imaginaire

Appel à contributions : Journées de recherche et de rencontres sur Tolkien (Île-de-France)

Colloque : Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien

6-7 octobre 2023

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Dans une période où l’actualité autour de l’œuvre de Tolkien foisonne, entre publications accompagnées par les illustrations de l’auteur lui-même pour la première fois et sortie de la série des Anneaux de Pouvoir sur Amazon Prime en 2022 par exemple, les Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien ont pour objectif de permettre un état des lieux des études universitaires sur l’œuvre de Tolkien.

Il y a de cela cinquante ans, le lectorat francophone découvrait en librairie l’œuvre majeure qu’est Le Seigneur des Anneaux, phénomène médiatique et littéraire aux États-Unis ainsi qu’au Royaume-Uni quoique de manière moins visible, et pourtant encore pratiquement inconnu en France. Traduit pour les éditions Christian Bourgois par Francis Ledoux et publié en trois tomes, sa parution était concomitante avec la disparition de l’auteur : 2023 est donc une année de double commémoration pour le public francophone.

Arrivée dans le paysage éditorial près de près de vingt ans après la sortie de l’ouvrage au Royaume-Uni (1954-1955), l’œuvre de Tolkien s’impose en France comme un incontournable, en particulier dans la culture populaire des amateurs de littératures de l’imaginaire, tout en étant cycliquement « redécouverte » dans les médias. Elle devient durablement et littéralement visible tout particulièrement à partir des années 2000 avec le succès médiatique des adaptations cinématographiques de Peter Jackson. Cette période permet aussi, avec l’impulsion éditoriale de Vincent Ferré, d’accélérer le rythme de traduction de nouveaux ouvrages, avec la suite des tomes de L’Histoire de la Terre du Milieu ou des textes non fictionnels comme les Lettres, et le lancement d’un long chantier de retraduction et harmonisation des œuvres déjà publiées. En parallèle, l’étude universitaire de l’œuvre de Tolkien en France acquiert, après des décennies peu prolifiques, plus de visibilité académique grâce aux colloques organisés en 2008 (Rambures) et 2012 (Cerisy) et plus récemment en 2022 (« Tolkien et l’Antiquité », Paris). À cela s’ajoutent de nombreuses publications comme Sur les rivages de la Terre du Milieu (2001), D’Asimov à Tolkien (2004), Tolkien et ses légendes (2009) ou Tolkien et la religion (2016), et de multiples travaux d’étudiants, de plus en plus nombreux depuis vingt ans. Œuvre à la réception protéiforme, entre objet assimilé à la culture populaire et fiction associée à la culture académique (en particulier à travers le statut universitaire de son auteur), la légitimité de cet objet d’étude ne fait plus de de doute entre la publication du Dictionnaire Tolkien aux éditions du CNRS en 2012 et l’organisation d’une exposition consacrée à l’auteur à la Bibliothèque Nationale de France en 2019 – dont le succès sans précédent, 135 000 visiteurs en quatre mois, vient conforter la notion d’une popularité forte de l’œuvre.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Journées de recherche et de rencontres sur Tolkien (Île-de-France)

Appel à contributions : Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

Edited volume on Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

Deadline: May 31st, 2023

We invite proposals for an edited collection of essays on issues of power and society in the fantasy world created by Terry Pratchett in his Discworld series. The book proposal will be submitted to Bloomsbury Academic’s new series “Perspectives on Fantasy”.

In his Discworld series, Terry Pratchett depicted a comprehensive – and hilarious – view of an organised society set in a fantasy world, where groups and individuals are moved by various and often conflicting powers, including supernatural forces. Following a few brilliant papers highlighting specific social and political implications of Pratchett’s worlds[1], we intend to propose in this edited collection a wide-ranging approach to the way the Discworld is built alongside social powers, and the way power and society interact with fantasy.

Proposals could tackle topics such as: social movements (for golems or goblins, etc.) and their reception within the Discworld; interactions between society and magical powers (witches, Unseen University, etc.); economic policies; races and their interactions; official forces (Patrician Vetinari, nobility, the Watch, the guilds, etc.); unofficial forces, including groups and individuals (Lady Sybil, Moist von Lipwig, Granny Weatherwax, religious groups, etc.); superpowers and supernatural forces (Death, Time, etc.), their personification and their interactions with society; passive resistance; tyranny vs. democracy; peace vs. war; civilization; fantasy countries; etc. We encourage proposals about individual and collective forms of power, as well as proposals about the social organisation of this fantasy world. Continuer la lecture de Appel à contributions : Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

Parution : Les récits du posthumain (dir. M. M. Maftei et D. Viart)

Mara Magda Maftei, Dominique Viart (éd.), Les récits du posthumain, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. “Perspectives”, 2023.

Affranchir l’homme de ses contraintes biologiques, accroître ses capacités physiques, cérébrales, mémorielles, combler ses déficiences, lui épargner la souffrance et peut-être même la mort… Et si de telles ambitions ne relevaient plus de l’irréalisable ? Prothèses, orthèses, pacemakers, implants oculaires et cérébraux, stimulateurs électriques, greffes, thérapies géniques, clonage : d’irrépressibles avancées scientifiques dessinent un tel avenir à notre horizon. La nature humaine en sera-t-elle changée ? C’est ce que soutiennent les discours « transhumanistes », persuadés de l’émergence toute proche d’un « homme nouveau » : posthumain.

Placé sous l’égide de l’Unesco, le présent ouvrage réunit des philosophes, des anthropologues, des littéraires, des juristes, des spécialistes de l’art et des sciences numériques autour d’écrivains qui se sont saisis de ces questions. À l’heure où Internet et les nouvelles technologies, caméras de surveillance et réseaux sociaux ont déjà puissamment modifié nos modes de sociabilité, se profile désormais sous nos yeux un nouveau Grand Récit, aussi riche de promesses que lourd de menaces.

SOMMAIRE  Continuer la lecture de Parution : Les récits du posthumain (dir. M. M. Maftei et D. Viart)

Parution : Lecture Jeune n°185, “Les littératures de l’imaginaire”

Lecture Jeune n°185, “Les littératures de l’imaginaire“, mars 2023. 

Libraires, éditeurs, influenceurs et grands lecteurs : depuis une décennie, tout le monde parle de littératures de l’imaginaire. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Et pourquoi ces lectures sont-elles si présentes chez les adolescents ?

Rassemblant la fantasy, la science-fiction, l’horreur et le fantastique, les littératures de l’imaginaire ont émergé en France dans les années 1980, d’abord sous l’influence des films et romans anglo-saxons, puis via les jeux vidéo, séries télévisées et bandes dessinées. Représentant désormais la majorité de ce que lisent les jeunes, cette catégorie rassemble des œuvres faisant la part belle à l’invention d’univers extraordinaires. Soudés par des goûts partagés longtemps considérés comme illégitimes, ses fans ont développé des pratiques communes allant de l’échange communautaire aux rassemblements collectifs, en passant par la création amateure. Depuis, l’imaginaire domine tous les supports, alimentant les adaptations Netflix comme les projets scolaires. Grâce au succès notable ces dernières années d’une production française, ces littératures occupent aujourd’hui le devant de la scène en librairie et sur BookTube.

Quelle importance revêt aujourd’hui l’imaginaire dans les représentations des jeunes ? Comment peut-il être utilisé par les médiateurs pour favoriser la créativité des 11-18 ans ? Ces univers répondent-ils enfin davantage aux attentes des adolescents sur la société contemporaine ?

Colloque : Quêtes et conquêtes. Parcourir l’espace antique et médiéval dans les fictions modernes (Université Bordeaux Montaigne)

Colloque : L’imaginaire du passé : Quêtes et conquêtes. Parcourir l’espace antique et médiéval dans les fictions modernes (arts de l’écrit, arts de l’écran, spectacles et jeux)

30-31 mars 2023, MSH, campus de l’université Bordeaux Montaigne

Organisé par le LaPril et l’axe « Art et intermédialité » de l’UR 24142 Plurielles, avec le soutien de l’Association Modernités Médiévales et de l’IUF

Consulter l’argumentaire 

PROGRAMME

JEUDI 30 MARS 2023, MATIN
9h30         Accueil des participant.e.s
                 Ouverture par Florence Boulerie, co-directrice de l’UR Plurielles

Lire, dire, réécrire les temps anciens / Présidence : Michèle Gally
10h          Vérane Partensky (Université Bordeaux Montaigne), L’antiquité grecque à l’épreuve du Nord
10h25      Patricia Victorin (Université Bretagne-Sud), Tristan le Voyageur de Marchangy : un voyage exotique en Médiévalie 
10h50       Fabienne Marié-Liger (Université Bordeaux Montaigne), Pénélope ou la quête du langage comme espace de liberté
11h15       Rémy Poignault (Université Clermont Auvergne), L’imaginaire de l’espace antique entre ouverture et clôture chez Marguerite Yourcenar
11h40 Discussion

Continuer la lecture de Colloque : Quêtes et conquêtes. Parcourir l’espace antique et médiéval dans les fictions modernes (Université Bordeaux Montaigne)

Appel à contributions : La littérature fantastique et son terroir : relations et évolutions en francophonie (XIXe-XXIe siècle) (Sorbonne Université)

La littérature fantastique et son terroir : relations et évolutions en francophonie (XIXe-XXIe siècle)

Sorbonne Université, 14 au 16 mars 2024

Échéance des propositions : 30 avril 2023

Ce colloque s’intéressera à la littérature fantastique francophone et son rapport au terroir entre le XIXe et le XXIe siècle. Défini comme « terres considérées du point de vue de la nature du sol qui communique un caractère particulier aux productions, notamment au vin » ou encore comme « [r]égion, province, pays considéré(ée) dans ses particularités rurales, ses traditions, sa culture, ses productions et du point de vue du caractère des personnes qui y vivent ou en sont originaires », le terroir est à envisager dans une dimension émotionnelle et sentimentale. Il implique un rapport privilégié, intime, entre les écrivains et leur terre d’attachement. Imprégnés par leur terre natale, une région ou encore un lieu singulier, ils chargent ceux-ci d’une part de leur personnalité, ce qui relève de fantasmes ou de nostalgie : « Plus que le mot ”territoire”, qui implique des usages et des manières d’habiter, le terroir présuppose en effet, d’emblée, une charge d’imaginaire, un tissu de représentations, un faisceau de projections identitaires, un fantôme d’authenticité » (Cabot, Jérôme, « Pays perdu : Pierre Jourde face aux écueils d’une écriture du terroir », in Kane, Coudi et al. (dir.), Littératures africaines et écritures du terroir, Paris, L’Harmattan, coll. « Études africaines », 2021, p. 155). Le terroir s’affranchit dès lors de la cartographie, des frontières politiques et géographiques.

La notion de terroir se distingue ainsi de celles de « territoire » et de « colonie » pour suggérer une appartenance géographique choisie. Le terroir comprend un retour sur soi, une appropriation de la terre et de ses particularités contre l’assimilation à une nation, à un centre comme héritage colonial. Enfin, le terroir suppose une langue propre : il relève d’un espace francophone et instaure une situation de coprésence de plusieurs langues, la langue française et la langue, voire les langues, du terroir. De cette rencontre linguistique émane également une rencontre des imaginaires, occidentaux, importés et déjà existants localement. Cela implique un double attachement pour l’écrivain dont on retrouve les traces à travers un traitement particulier du fantastique. Que l’on songe aux êtres surnaturels invisibles aux pouvoirs mystiques de l’écrivain Mutt-Lon, appelés ewusu, dans Ceux qui sortent la nuit (Paris, Grasset, 2013).

Continuer la lecture de Appel à contributions : La littérature fantastique et son terroir : relations et évolutions en francophonie (XIXe-XXIe siècle) (Sorbonne Université)

Appel à contributions : Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien

Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien

6-7 octobre 2023

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Dans une période où l’actualité autour de l’œuvre de Tolkien foisonne, entre publications accompagnées par les illustrations de l’auteur lui-même pour la première fois et sortie de la série des Anneaux de Pouvoir sur Amazon Prime en 2022 par exemple, les Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien ont pour objectif de permettre un état des lieux des études universitaires sur l’œuvre de Tolkien.

Il y a de cela cinquante ans, le lectorat francophone découvrait en librairie l’œuvre majeure qu’est Le Seigneur des Anneaux, phénomène médiatique et littéraire aux États-Unis ainsi qu’au Royaume-Uni quoique de manière moins visible, et pourtant encore pratiquement inconnu en France. Traduit pour les éditions Christian Bourgois par Francis Ledoux et publié en trois tomes, sa parution était concomitante avec la disparition de l’auteur : 2023 est donc une année de double commémoration pour le public francophone.

Arrivée dans le paysage éditorial près de près de vingt ans après la sortie de l’ouvrage au Royaume-Uni (1954-1955), l’œuvre de Tolkien s’impose en France comme un incontournable, en particulier dans la culture populaire des amateurs de littératures de l’imaginaire, tout en étant cycliquement « redécouverte » dans les médias. Elle devient durablement et littéralement visible tout particulièrement à partir des années 2000 avec le succès médiatique des adaptations cinématographiques de Peter Jackson. Cette période permet aussi, avec l’impulsion éditoriale de Vincent Ferré, d’accélérer le rythme de traduction de nouveaux ouvrages, avec la suite des tomes de L’Histoire de la Terre du Milieu ou des textes non fictionnels comme les Lettres, et le lancement d’un long chantier de retraduction et harmonisation des œuvres déjà publiées. En parallèle, l’étude universitaire de l’œuvre de Tolkien en France acquiert, après des décennies peu prolifiques, plus de visibilité académique grâce aux colloques organisés en 2008 (Rambures) et 2012 (Cerisy) et plus récemment en 2022 (« Tolkien et l’Antiquité », Paris). À cela s’ajoutent de nombreuses publications comme Sur les rivages de la Terre du Milieu (2001), D’Asimov à Tolkien (2004), Tolkien et ses légendes (2009) ou Tolkien et la religion (2021), et de multiples travaux d’étudiants, de plus en plus nombreux depuis vingt ans. Œuvre à la réception protéiforme, entre objet assimilé à la culture populaire et fiction associée à la culture académique (en particulier à travers le statut universitaire de son auteur), la légitimité de cet objet d’étude ne fait plus de de doute entre la publication du Dictionnaire Tolkien aux éditions du CNRS en 2012 et l’organisation d’une exposition consacrée à l’auteur à la Bibliothèque Nationale de France en 2019 – dont le succès sans précédent, 135 000 visiteurs en quatre mois, vient conforter la notion d’une popularité forte de l’œuvre. Continuer la lecture de Appel à contributions : Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien

Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Appel à publications pour le troisième numéro de la revue Pagaille, revue de littératures et médias comparés : “Rétrotopies”

Échéance des propositions : 15 mars 2023

En 2017, l’essai Retrotopia de Zygmunt Baumann, publié de manière posthume, interroge le rapport qu’entretiennent les sociétés occidentales avec le passé. Selon le sociologue, ces dernières se caractériseraient par une perte de foi en l’avenir, « devenu le réceptacle même de tous les cauchemars » (BAUMANN, 2017). Elles seraient ainsi animées par un mouvement de nostalgie envers un passé fantasmé, censé garantir la stabilité en réconciliant sécurité et liberté. Cet élan que Baumann définit comme une rétrotopie est qualifié de réactionnaire, tendant à fermer les imaginaires, à entraîner des régressions politiques, sociales, à construire des communautarismes. Dans une perspective différente mais complémentaire, la réflexion de François Hartog sur le présentisme posait un constat similaire sur nos sociétés contemporaines, devenues incapables de se projeter dans un futur trop anxiogène, bloquées à « un moment d’arrêt, de stase » (HARTOG, 2003), enfermées dans une crise du rapport au temps.

Ce troisième numéro de Pagaille propose ainsi de réfléchir à la manière dont la fiction s’est souvent nourrie de cet élan rétrotopique pour construire des univers parallèles, des mondes possibles, des « utopies régressives » (MURVAI, 2018), caractérisés par un même mouvement de retour vers un passé idéalisé, contrepoint salutaire à un présent décevant ou projection réflexive permettant de dialoguer avec le monde contemporain, de l’enrichir, de rêver à ce qu’il aurait pu être. Ce phénomène est-il bien une « constante de l’esprit humain confronté au temps » comme l’affirment Bénédicte Brémard et Marc Rolland dans De l’âge d’or aux regrets, ou est-il un trait particulièrement saillant de nos sociétés actuelles emmurées dans une crise de l’imaginaire?

La réflexion proposée invite à travailler à la fois sur des œuvres rétrotopiques, sur des œuvres questionnant le phénomène de la rétrotopie, mais aussi à développer une lecture rétrotopique d’œuvres qui ne le sont pas. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques 2/2 (Université d’Artois)

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques 2/2

Samedi 18 février 2023, Festival Atrebatia, Salle du Beffroi, Arras

Le colloque “Créer et incarner des créatures fantastiques” est organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires. Il est mené par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy.

Après une première journée organisée en visioconférence le 18 février 2022, la deuxième et dernière partie du colloque se déroulera à Arras le samedi 18 février 2023, à l’occasion du Festival Atrebatia, dans la salle du beffroi.

 10h00 : Accueil

10h15 : Introduction, Romain Plichon, Président du Festival

Session 2 : Créatures et communautés de pratiques, Présidence : Audrey Tuaillon-Demesy

10h30 : « Incarner le Metal. La mise en scène des groupes lors du festival Hellfest », Corentin Charbonnier, Université de Tours

11h : « Qui sont ces zombies qui arpentent la France ? Le cas Zomb’in The Dark, la course d’orientation », Paul Chiozzotto, Argémie, Lyon

11h30 : « “On est des orcs !” Incarner un monstre de fantasy dans la Russie contemporaine. », William Blanc, Université Paris 3

12h : Discussions

12h30 : Pause déjeuner

Session 3 : Expérimenter l’altérité fantastique, Présidence : Anne Besson

14h : « Se costumer pour réenchanter le quotidien : les magical girls Sailor Moon et Sakura, des rôles plus que des personnages », Aurélien Rossanino, Université Aix-Marseille

14h30 : « It’s not for nerds at all !: le cosplay médiévaliste dans les séries US », Justine Breton, Université de Reims

15h : Discussions

15h30 : Pause

16h-17h : Table ronde avec La Compagnie du Dragon Vert, association de reconstitution de la Terre du Milieu, animée par Laura Martin-Gomez, Université d’Artois

17h : Conclusion, Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

17h30 : Fin du colloque

Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

“Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”, quatrième volume des « séries policières », RLM Minard-Garnier.

Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Université d’Artois

Échéance des propositions : 01 Juillet 2023

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Plusieurs auteurs ont relevé le défi, en préférant le « mystère » (lié à l’atmosphère, donc inscrutable) à l’énigme (résolue la plupart du temps, donc rationnelle). Prenons un exemple : toute l’œuvre de Jean Ray – nous parlons du corpus fondé sur la récurrence de Harry Dickson, l’autoproclamé Sherlock Holmes américain – est un vaste flirt entre enquête policière classique et aventures surnaturelles (par exemple, dans Le Temple de Fer) ! Bien avant lui, Sheridan Le Fanu avait inventé, avec le personnage de Martin Hesselius, le prototype du « détective de l’occulte » dans les Créatures du Miroir. Des auteurs ont ouvertement exploré ce filon, entre autres les chronologiquement contemporains William Hope Hodgson et Algernon Blackwood ; le premier a créé un personnage d’enquêteur amateur d’insolite et de bizarre : son Thomas Carnacki affronte les revenants mal intentionnés dans Carnacki et les fantômes (1910) ; mais c’est essentiellement par son recueil La Chose dans les algues que Hodgson est passé à la postérité, en tant qu’écrivain de la suggestion fantastique à part entière ; tué à Ypres en 1918, il laisse une œuvre en pleine maturation. Deux ans avant Carnacki, Blackwood avait proposé, lui, un héros « psychologue » féru de fantastique, le docteur John Silence, qui libère ses patients de leurs sujétions diaboliques (John Silence, 1908). Le plus connu est cependant leur cadet, Seabury Quinn, créateur du « Sherlock Holmes du surnaturel » en la personne de Jules de Grandin (Les aventures de Jules de Grandin, 1923-1952).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”