Archives par mot-clé : littératures de l’imaginaire

Parution : Les littératures de l’imaginaire (Anne Besson)

Anne Besson, Les littératures de l’imaginaire, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. “L’Opportune”, 2022.

Science-fiction, fantasy et fantastique sont plus que jamais au cœur des consommations culturelles contemporaines, de Star Wars à Game of Thrones en passant par Harry Potter. Ces « genres de l’imaginaire », qui s’étendent dans tous les médias, mais dont l’origine est littéraire, sont pourtant trop mal connus par les publics qui les plébiscitent, faute d’ouvrage de référence récent. Cette petite synthèse, par la spécialiste Anne Besson, vient combler ce manque, en présentant clairement les différences entre les trois grands genres, mais aussi leur proximité tout au long de leur histoire et jusqu’aux hybridations contemporaines.

SOMMAIRE

Introduction : le parti pris de l’imaginaire

1. Trois genres pour un domaine

2. Histoires parallèles

3. De constantes hybridations

4. Nouveaux mondes

Conclusion : nouveaux questionnements

Glossaire

Bibliographie

Parution : J.R.R. Tolkien, Du conte de fées (nouvelle éd.)

J.R.R. Tolkien, Du conte de fées (nouvelle éd.), Paris, Christian Bourgois, 2022

Avant-propos Nathalie Prince

Traduit de l’anglais par Christine Laferrière

Le texte fondateur de J.R.R. Tolkien, précurseur des théories sur le conte de fées, le merveilleux et la littérature de Fantasy.

Du conte de fées (1945) est l’essai de Tolkien qui correspond le mieux à l’ensemble de son œuvre créatrice. Il est essentiel à la compréhension des écrits de Tolkien lui-même, et il pose bon nombre de ses principes créateurs, parmi lesquels la subcréation, le concept de Faërie et la valeur de la fantasy. Cette nouvelle édition française est accompagnée d’une préface de Nathalie Prince, universitaire spécialiste des littératures jeunesse et de Fantasy. Dans cet essai, Tolkien se pose trois questions, trente ans avant Bettelheim : qu’est-ce qu’un conte de fées ? Quelles en sont les origines ? Et surtout : quelle est leur utilité ? Les notions abordées y sont très importantes pour cerner l’importance qu’accorde Tolkien au conte de fées et mieux comprendre l’univers original qu’il a créé au fil de ses ouvrages.

Parution : J.R.R. Tolkien, Contes et légendes inachevés

J.R.R. Tolkien, Contes et légendes inachevés, Paris, Christian Bourgois, 2022.

Traduction de Tina Jolas, révisée par Pauline Loquin

Les Contes et légendes inachevés est un recueil de récits allant des Jours anciens de la Terre du Milieu à la fin de la Guerre de l’Anneau, et offrent de nouvelles histoires qui complètent l’univers de J.R.R. Tolkien à ceux qui ont lu Le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux. Ce recueil de textes apporte un éclairage crucial sur ce monde à travers l’histoire de Celeborn et Galadriel ou l’expédition d’Erebor. On en apprend davantage sur les Istari, le groupe des Mages auquel appartenaient Gandalf et Saruman, et on découvre aussi une description de l’Île de Númenor et des Palantíri. Enfin, le lecteur trouvera également une version en prose de l’histoire des Enfants de Húrin, et un épisode de la vie de Tuor : autant de textes qui complètent Le Silmarillion et pourraient constituer le « volume zéro » de l’Histoire de la Terre du Milieu.

Les contes ont été édités par Christopher Tolkien, qui fournit un bref commentaire sur chaque histoire, aidant le lecteur à replacer chaque histoire dans le contexte du reste des écrits de son père. Pour la première fois, cette nouvelle édition présente 18 magnifiques peintures réalisées par Alan Lee, John Howe et Ted Nasmith, qui présentent les trois âges de la Terre du Milieu comme jamais auparavant.

Appel à contributions : La Science-fiction et l’enseignement du politique (Revue Relief)

Numéro la revue Relief : “La Science-fiction et l’enseignement du politique”

sous la direction de Colin Pahlisch et Gaspard Turin

Échéance des propositions : 31 janvier 2023
 
Le renouveau de la SF en France depuis la fin du XXe siècle, dans le sillage de la Nouvelle Science-fiction Française, porté en particulier par Alain Damasio et les auteur·ice·s du collectif Zanzibar, semble avoir deux effets concomitants. D’une part un « retour du politique[1] », au sein des textes publiés mais aussi à travers une présence interventionniste au-delà du champ strictement littéraire (ZADs et milieux militants, musique, arts vivants…) ; d’autre part – mais ceci reste à vérifier – au-delà du niveau local : un certain engouement pour l’enseignement des œuvres de Damasio et leur mise au programme dans les classes de français du secondaire.

De ce double constat initial se dégagent trois pôles, dont les possibilités articulatoires définissent dans ses grandes lignes les enjeux de ce numéro : le politique (compris après Rancière (2005) comme gouvernementalité à tous niveaux d’organisation collective, voire comme « débordement »), la science-fiction, l’enseignement. On évitera de matérialiser cette articulation en formulant des questions trop simplistes ou mal informées, comme « La SF est-elle enseignable ? » (la réponse est oui). En revanche, on considèrera comme fécond de formuler une problématique selon l’un ou l’autre des axes suivants, auxquels nous ajoutons quelques questions générales en manière d’exemples synthétiques. Ces questions n’ont évidemment pas vocation à couvrir l’ensemble de la problématique envisagée ici. 

Axe 1 : Quelle place pour le politique dans l’enseignement (de la SF) en littérature ? 

La lecture littéraire scolaire, contrairement à d’autres disciplines comme l’histoire ou la philosophie, ne considère ni dans ses traditions, ni dans ses programmes officiels, ni dans ses pratiques déclarées de lien évident avec un quelconque devoir d’éducation politique. Alors que, si l’on s’attache à observer les enjeux didactiques de la discipline du français (ou d’une autre langue) sous l’angle d’une théorie de l’action conjointe, telle qu’elle est notamment représentée par G. Sensevy (2011), on réalise que les faits enseignables sont indissociables des valeurs qui les sous-tendent, qu’« évaluation et description s’entrelacent » (Putnam, cité par Sensevy, 707) et que toute ingénierie didactique se doit d’intégrer une dimension éthique. Cette dimension, en effet, se révèle toujours, qu’elle soit ou non interrogée. Son interrogation effective implique d’instituer activement les perspectives politiques ainsi révélées, et de nourrir par un dialogue informé entre élèves et enseignant·e·s les questionnements qui ne manqueront pas d’émerger. Continuer la lecture de Appel à contributions : La Science-fiction et l’enseignement du politique (Revue Relief)

Appel à contributions : Entre science et magie : les savoirs dans les cultures de l’imaginaire (MSH Bretagne, Rennes)

Colloque jeune chercheurs·euses : Entre science et magie : les savoirs dans les cultures de l’imaginaire

1 au 3 mars 2023, Maison des Sciences et de l’Homme en Bretagne

Organisé par le laboratoire des imaginaires

Échéance des propositions : 13 Janvier 2023

“Knowledge is power”, Petyr Baelish (Game of Thrones)

Organisé par l’association du Laboratoire des Imaginaires, ce colloque est destiné en priorité aux jeunes chercheurs·euses, doctorants·es, masterants·es, ou étudiants·es en licence qui souhaitent consacrer une part de leurs recherches aux cultures de l’imaginaire.
Lorsque l’on pense à la science-fiction et à la fantasy, on en vient souvent à les opposer à travers deux de leurs éléments matriciels : la science et la magie. Pour autant, ces deux concepts, si évocateurs dans le cadre de cette comparaison, semblent irrémédiablement liés en ce qu’ils transfigurent un élément-clef de ces deux genres : le savoir. 

Tout comme la fantasy et la science-fiction ne sont pas si étrangères l’une envers l’autre, voire se mêlent de manière presque alchimique au sein d’oeuvres de science-fantasy, la science et la magie ne seraient qu’une même chose : une somme rationnelle de connaissances qu’il est possible de saisir et d’appréhender par l’observation, la méthode et l’expérience. Dès lors, on saisit bien que la distinction entre science et magie tient plus de la notion de perspective, et naît plutôt de l’opposition que l’on fait entre certains de leurs usages. Selon les trilogies de Star Wars et la découverte du concept de midichloriens, selon qu’on suive ou non des personnages de Jedis, on considérera la Force comme une magie mystérieuse, ou une dynamique physique qui sous-tend la galaxie. Dans la série des Elder Scrolls, les phénomènes magiques créés par les Aedra et Daedra sont ceux qui façonnent le monde, sa physique et ses limites : en comprendre le fonctionnement revient à développer une science. Au sein du double triptyque de La Tour de Garde (Claire Duvivier, Guillaume Chamanadjian), la Maison de la Recluse traque les jeunes enfants capables de modeler la glaise et la pierre avec leurs propres mains, une magie férocement gardée au service de l’ingénierie urbaine et du savoir architectural. Les écrivain·e·s elleux-mêmes notent cette miscibilité, tel Arthur C. Clarke : “Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie”. Quant aux praticien·ne·s de la science ou de la magie mis·es en scène dans ces différents univers fictionnels, iels vivent le plus souvent leur art comme une expérience rationnelle, et d’autant plus d’apprentissage – nombre de ces fictions restent des coming of age stories. 

Magie et science se révèlent ainsi être deux faisceaux du savoir, qui, selon la perspective choisie, conservent quelques traits communs : le savoir s’apprend, bien entendu, mais il peut être nécessaire de pratiquer, de s’entraîner pour l’obtenir (Avatar le dernier maître d’air), le tout en étant le plus souvent guidé par une ou des figures tutélaires (Harry Potter). On y trouve pourtant quelques différences dans l’appréhension du savoir : la science se caractérise plus volontiers par la volonté de compréhension et la méthode, quand la magie se trouve souvent définie par un désir de maîtrise. Mais cette distinction n’occulte pas la porosité entre les pratiques liées à l’un et à l’autre, le désir de gloire venant par exemple souvent motiver ces pratiques (des “savants fous” aux Mangemorts (Harry Potter)).

En retraçant les liens entre science et magie, ce sont ces différentes acceptions du savoir selon les cultures de l’imaginaire qu’on se propose d’explorer dans le cadre de ce colloque, afin de considérer quelles définitions et représentations en sont proposées au public. Il s’agirait aussi d’explorer la manière dont ces mêmes sciences et magies dépassent la frontière fictionnelle, en amenant ce savoir à s’infuser et à se transmettre dans les cadres de la réception et de la création.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Entre science et magie : les savoirs dans les cultures de l’imaginaire (MSH Bretagne, Rennes)

Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Call for Papers : Twenty-first Annual Conference – Society of Dix-Neuviémistes

Magic: Enchantment and Disenchantment / La Magie : enchantement et désenchantement

University of Oxford (Christ Church), 27 – 29 March 2023

(La version française suit)

Proposals should be sent to sdn.proposals@yahoo.co.uk by 30 November 2022.

In addition to papers with links to the 2023 conference theme, ‘Magic’, for which the regular Call for Papers can be consulted below, we invite submissions for individual papers or panels on:

Research Methodology and/or Theory:  five ten-minute papers and questions*

Pedagogy Roundtable: five ten-minute papers and discussion*

*work-in-progress papers warmly welcomed

We invite individual papers or panels on subjects related to the conference theme, on topics including, but not limited to:

  • The power of the imagination
  • Voyages: the magic of travel; the disenchantment of the world
  • Magical worlds: utopias and dystopias
  • Exoticism as Magic
  • Magic money: get rich quick schemes, stock market bubbles and crashes
  • Magic money: the ‘oncle d’Amérique’, the sudden inheritance and other forms
  • of deus ex machina
  • Romanticism and ‘l’école du désenchantement’ (Bénichou)
  • Le merveilleux and le fantastique (Todorov)
  • Folklore
  • Miracles, transformations and epiphanies
  • Enchantment, fantasy, faërie
  • Belief and scepticism
  • Rationalism and the irrational
  • Mystery and the unexplained; Ghosts
  • The occult and prophecy
  • Spells, Mediums, turning tables, speaking with the dead
  • Witches (Michelet) and Mages (Sâr Péladan…)
  • Demons, devils, and dangerous fairies
  • Science as disenchantment/science as enchantment
  • The Magic of technology: la fée électricité and other innovations
  • Shock and Surprises: the unexpected
  • Poetry as incantation
  • Literature/Poetry as alchemy
  • The Writer/The Poet as alchemist; The Poet as demiurge
  • Art and the uncanny; the artist as magician; the Pygmalion myth
  • Fantastic illustrations and caricatures: Gustave Doré, Grandville…
  • Rewritings of the Mille et une nuits and of Perrault’s Histoires ou contes du temps passé
  • Rewritings of plots and motifs found in les contes de fées (Maupassant, Lorrain)
  • The magic of performance
  • Staging Magic: Acts of illusion and theatrical representations of magic
  • The reception of the Gothic novel in France
  • Hoffmann in France
  • Power over nature and natural forces

Continuer la lecture de Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Parution : Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui (dir. A. Besson, W. Blanc et V. Ferré)

Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui, Vendémiaire, 2022. 

Gentes dames et preux chevaliers, gueux et sorcières, moines rubiconds et inquisiteurs fanatiques, mais aussi Robin des Bois, Jeanne d’Arc, Gengis Khan, Saladin, Mélusine, le roi Arthur…

Le Moyen Âge est bien plus qu’une période historique : c’est un livre d’images foisonnant où artistes, créateurs et cultures populaires n’ont eu de cesse de puiser, réinventant inlassablement selon leur goût et celui de leur temps enluminures, donjons et cathédrales.

Rassemblant les meilleurs chercheurs sur le sujet, ce dictionnaire, premier du genre, décrypte en plus de 120 entrées cette recréation d’un Moyen Âge fantasmé qu’on désigne sous le nom de « médiévalisme », de Walter Scott à Umberto Eco, de l’Allemagne au Japon en passant par la Turquie et l’Afrique, des romans historiques aux films et séries de fantasy, sans oublier les jeux vidéo, les jeux de rôle, la bande dessinée, la peinture, les fêtes médiévales, la musique et la poésie…

Un bréviaire indispensable pour explorer les mille métamorphoses de ce temps lointain qui obsède notre imaginaire contemporain.

Cet ouvrage réunit 72 contributeurs et contributrices sous la direction d’Anne Besson, directrice du Dictionnaire de la fantasy (Vendémiaire, 2018), William Blanc, auteur du Roi Arthur, un mythe contemporain (Libertalia, 2016) et de Vincent Ferré, directeur du volume Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge (2010).

Continuer la lecture de Parution : Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui (dir. A. Besson, W. Blanc et V. Ferré)

Appel à contributions : “Littératures de l’imaginaire et genres littéraires” (Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques)

Appel à contributions : “Littératures de l’imaginaire et genres littéraires”, Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques)

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

Dans sa préface à la traduction française de The Difference EngineLa Machine à différences – savoureuse uchronie née de l’imagination fertile de William Gibson et Bruce Sterling, l’érudit Gérard Klein déplorait que les universitaires, francophones surtout, aient fait le choix de se détourner des littératures de l’imaginaire, de la science-fiction, de la fantasy, du cyperbunk, du steampunk et des autres sous-genres, alors que tous puisent abondamment dans nombre d’œuvres classiques, de l’Histoire véritable de Lucien de Samosate aux romans futuristes de Herbert George Wells, via les canulars d’Edgar Allan Poe, L’Étrange cas du Dr. Jeckyll et de Mr. Hyde, les romans d’anticipation de JulesVerne… pour se restreindre délibérément à une liste des plus étroites.

Publiée sous l’égide des Éditions Traverse(s), la revue Imagin(r)s a pour finalité de publier des articles inédits dédiés aux littératures de l’imaginaire, appréhendées dans toutes les composantes de leur diversité, dans des numéros thématiques et des varia. Elle se veut lieu de rencontre entre chercheurs en littérature, en linguistique, en histoire, en anthropologie, en cinéma, en bande dessinée, etc. mais aussi entre romanciers, nouvellistes, illustrateurs, graphistes, dessinateurs afin de contribuer à mieux faire connaître les littératures de l’imaginaire.

Le premier numéro aura pour thème Littératures de l’imaginaire et genres littéraires. La date de remise des propositions, à adresser à revue.imaginrs@gmail.com  est fixée au 30 septembre 2022, pour une parution en juin 2023. Il s’agira de réunir des contributions explorant la genèse de ces littératures et leurs articulations par rapport aux genres littéraires canoniques, d’analyser comment se sont constitués les genres et sous-genres des littératures de l’imaginaire. Les propositions d’article devront comporter un titre, une présentation entre 850 et 1000 signes et quelques mots-clés. La revue ayant vocation à toucher un public international, les langues acceptées sont le français, l’anglais, l’italien et l’allemand.

La revue paraîtra dans un premier temps en version papier. Chaque auteur recevra un exemplaire à titre d’hommage. Chaque numéro sera vendu séparément et pourra être commandé en librairie – Distribution Hachette Livres. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Littératures de l’imaginaire et genres littéraires” (Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques)

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes
 
17-18 novembre 2022, Université de Toulon

Échéance des propositions : 31 juillet 2022
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes

Échéance des propositions : 25 juin 2022

17-18 novembre 2022, Université de Toulon
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Fascistes ou libertaires vont s’emparer de la notion d’Utopie, rêver à des mondes alternatifs, tenter d’imprimer sur le monde réel leur imaginaire, en dystopie, en paradigme.

Les portes de la perception ainsi entrouvertes par le poète et peintre anglais William Blake en 1790[4], réactualisées en 1954 par l’écrivain de Science-fiction Aldous Huxley[5], vont conduire les écrivains à réinventer le genre, autour d’une interpolarité temporelle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)