Archives par mot-clé : littératures de l’imaginaire

Journée d’études : La fantasy, un genre à l’état sauvage ?

“La fantasy, un genre à l’état sauvage ?”

14 mars 2024

Format hybride, par Zoom et Maison de la recherche de l’Université d’Artois (salle I0.05)

Organisé par Pierre Audran, Anne Besson, Olivier Clerc, Charlotte Duranton, Romain Guillaud-Bataille, Marie Kergoat, Pascale Laplante-Dubé, Raphaëlle Raynaud (Université d’Artois, Laboratoire “Textes et Cultures”) Continuer la lecture de Journée d’études : La fantasy, un genre à l’état sauvage ?

Appel à communications : Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives

Colloque “Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives”.

6, 7 mai 2024

Université Sorbonne Nouvelle

Echéance des propositions : 16 février 2024

Organisé par Émilie Frémond (Unité Mixte de Recherche 7172 THALIM) et Alain Schaffner (Unité Mixte de Recherche 7172 THALIM

« La limnote, la fuge, l’hypille, le ventisque, le lure, le figile, le lépandre, la galoupe, l’ancret, le furiste, le narcile, l’aulique, la gymnestre, la louse, le drangle, le ginel, le sémelique, le lipode, l’hippiandre, le plaisant, la cadmée, la fuyau, la gruge, l’étran ». Ainsi commence la liste des 1111 oiseaux que Valère Novarina appelle un à un dans son Discours aux animaux, mettant au défi le spectateur de retrouver trace de ces noms à la fois étranges et familiers. Tel est le piège des noms savants comme des encyclopédies qui prétendent fournir le détail (étymologie, anatomie, histoire) d’espèces inventées de toutes pièces, que la large diffusion du savoir scientifique rend aujourd’hui plus encore qu’hier possible. Continuer la lecture de Appel à communications : Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives

Appel à contributions : Journée d’études Amerika. Centre et périphéries. Science-fiction et littératures de l’imaginaire dans les lettres hispanophones modernes et contemporaines

Journée d’études Amerika. Centre et périphéries. Science-fiction et littératures de l’imaginaire dans les lettres hispanophones modernes et contemporaines

Vendredi 7 juin 2024

Université de Rennes 2, Campus Villejean

Date d’échéance : 20 janvier 2024

Texte de l’appel :

La création littéraire hispanophone à l’époque moderne et contemporaine est bien souvent connotée au fantastique et réalisme magique ; cette hégémonie s’est accentuée dans la deuxième moitié du XXe siècle, notamment avec la prépondérance des auteurs du Boom. Ce qui, d’une certaine manière, peut avoir occulté la production en littératures de l’imaginaire, en tous cas dans ses acceptions les plus connues du grand public (science-fiction, fantaisie héroïque, uchronies), laissant entrevoir une périphérisation de ces genres : soit parce que l’on concevait que les pays d’Amérique Hispanique étaient des producteurs périphériques de ce genre de récit, soit parce que ces récits étaient considérés comme périphériques au sein de la production hispanoaméricaine.

Cette production, qui existe depuis le XVIIIe siècle, semble néanmoins s’être plus développée à partir de la fin du XXe siècle, souvent dans un style plus ironique ou parodique, reprenant les codes édictés par la création en science-fiction non-hispanophone (souvent anglophone ou francophone, et peut-être chaque fois plus, asiatique) pour les tourner en dérision. Quelques expériences, comme la brève revue mexicaine Crononauta (1964), ont tenté de mettre en place une diffusion locale, mais cela a pu renforcer l’idée d’une périphérisation, puisqu’il s’agissait par exemple de satiriser un canon déjà existant ailleurs, ou de s’attaquer à des thématiques très spécifiques à la réalité latino-américaine (M. A. Delgado, 2000), impression renforcée avec l’avènement d’internet et l’apparition des fan-fictions -qui ont donné naissance à des productions hybrides, comme des textes en espagnol sur des univers anglophones comme Docteur Who ou Star Wars. Cependant, il existe malgré tout des textes de créateurs issus de l’Amérique Hispanophone qui ont également participé à ce canon, soit par une collaboration à des productions mainstream (F. Martel, 2011), soit par la création d’autres références, parfois dans d’autres langues que l’espagnol.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Journée d’études Amerika. Centre et périphéries. Science-fiction et littératures de l’imaginaire dans les lettres hispanophones modernes et contemporaines

Appel à communications : L’étoffe des héros : le vêtement de fantasy (Les Têtes Imaginaires)

Journée d’études “L’étoffe des héros : le vêtement de fantasy”

2 et 3 février 2024 (14h-18h)

En ligne

Échéance des propositions : 20 novembre 2023

Organisé par l’association les Têtes imaginaires (revue Fantasy Art and Studies). 

 

Crédits illustration : Justine Pellet 

[English version below]

Texte de l’appel

Parmi de nombreuses caractéristiques communes, la Fantasy s’inscrit dans la lignée des contes de fées par son usage régulier de vêtements et d’accessoires surprenants, aptes à jouer le rôle d’adjuvants ou à orienter profondément la narration. En écho aux robes astronomiques astucieusement réclamées par Peau d’Âne, ou aux bottes de sept lieues du Petit Poucet, la Fantasy met en scène de nombreuses tenues symboliques, révélatrices ou parfois trompeuses, qui contribuent à tisser des enjeux narratifs parfois complexes et à étoffer – littéralement – le récit. Dans la version cinématographique du Magicien d’Oz (1939), c’est grâce à des souliers rouges que la jeune Dorothy parvient à retrouver son Kansas natal – des accessoires d’ailleurs eux-mêmes objets de nombreuses spéculations, volés, retrouvés et toujours nimbés de mystère. C’est un pantalon qui sert de trait d’union à la fois magique et émotionnel entre les héroïnes de Quatre filles et un jean (2001-2011). Dans La Passe-miroir (2013-2019), les gants constituent certes un accessoire, mais sont surtout un outil de protection nécessaire pour Ophélie, qui lui permet de contrôler son talent de liseuse d’émotions. Parmi toute la variété des objets aux capacités magiques, les vêtements occupent une place de choix en Fantasy. Certains sont finement détaillés et unissent par leur apparence travaillée l’art magique à l’artisanat couturier, comme les robes de la lune, du soleil et des étoilées taillées et brodées par l’héroïne de The Blood of Stars (2019-2020). D’autres semblent anodins et dissimulent de grands pouvoirs sous une apparence ordinaire, comme la simple chaussette devenue symbole d’émancipation de l’elfe de maison Dobby dans Harry Potter (1997-2007). Cette saga se distingue même tout particulièrement par son usage de vêtements et d’accessoires magiques, du Choixpeau décidant de la répartition des élèves de Poudlard à la cape d’invisibilité issue du Conte des trois frères. Ces objets associent une apparence de familiarité rassurante à des caractéristiques magiques, qui invitent à percevoir le quotidien au prisme d’un potentiel merveilleux.

Continuer la lecture de Appel à communications : L’étoffe des héros : le vêtement de fantasy (Les Têtes Imaginaires)

Appel à contributions : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire (Université de Lausanne)

Colloque international : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire

18-19 avril 2024

Université de Lausanne & Maison d’Ailleurs (Yverdon, Suisse) 

Échéance des propositions : 31 décembre 2023

Organisé par Frédéric Guignard, Dominique Kunz Westerhoff et Aliénor Vauthey

Conférencières invitées : Irène Langlet et Anne Besson

Présentation du colloque

Évoquer la question du réalisme dans le cadre des littératures de l’imaginaire, qui fonctionnent a priori précisément sur une distanciation vis-à-vis de l’expérience du réel, peut sembler paradoxal. Il est vrai que ces littératures, associées à des processus imaginatifs relevant du conjectural ou du merveilleux, tendent à être considérées en opposition aux formes évolutives de la tradition littéraire dite du « réalisme », quasi-hégémonique dans l’espace romanesque occidental depuis le XIXe siècle. Et de fait, l’on a plus volontiers recours pour les appréhender au concept critique de « vraisemblance », basé sur une logique de cohérence interne (Goodman) ou l’établissement d’un pacte de crédulité entre auteurice et lecteurice à partir de vérités partagées plutôt que sur une « exigence de référence propre au vrai » (Gefen). Le principe de vraisemblance sert alors à appréhender ce qui a trait à la lisibilité des textes et à leur potentiel immersif à moindres frais.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Stratégies réalistes dans les littératures de l’imaginaire (Université de Lausanne)

Parution : Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes. Romans, jeux vidéo, séries

Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes. Romans, jeux vidéo, séries, Paris, Bragelonne, coll. “Essais”, 2023.

« Comment se termine la légende de Geralt et de Ciri ? Mais tout le monde le sait, voyons ! » Cette réflexion, issue d’un personnage secondaire du septième tome de The Witcher, résume l’ensemble des enjeux soulevés dans la saga : l’histoire du sorceleur Geralt, de sa fille adoptive Cirilla et, dans une moindre mesure, d’autres protagonistes comme la magicienne Yennefer et le barde Jaskier, a tout de la légende. Toujours en construction aujourd’hui, elle est développée par étapes successives depuis 1986, d’abord et avant tout sous la plume de l’auteur.

Et l’aventure transmédiatique The Witcher est loin d’être terminée. Cette étude se propose aussi d’examiner la façon dont The Witcher construit sa propre légende : comment la notion de légende devient-elle à la fois source, matériau et résultat dans cette œuvre transmédiatique et polyphonique ?

Par sa composition par accumulation de variantes, et par sa narration mêlant histoire et merveilleux dans une approche toujours épique, la saga The Witcher accède elle-même au statut de légende contemporaine. Elle propose un récit légendaire en construction, tissé d’emprunts à des mythes variés et développé à travers un faisceau transmédiatique, formant un vaste ensemble de récits glorifiant les exploits de héros – en d’autres termes, une légende. 

Lire un extrait

Justine Breton est agrégée de Lettres modernes, docteur en littérature médiévale et maître de conférences en littérature française à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (INSPÉ de Troyes, CRIMEL). Spécialiste de fantasy et de médiévalisme, elle étudie notamment les réécritures et les adaptations audiovisuelles de la légende arthurienne. Parmi ses ouvrages récents, citons : Un Moyen Âge en clair-obscur. Le médiévalisme dans les séries télévisées(PUFR, 2023) et Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones (PUF, 2020, avec Florian Besson).

The Witcher, un monde de légendes est publié dans la collection “Essais” des éditions Bragelonne, sous la direction de Vincent Ferré.

Sarah Mallah (Université Gustave Eiffel)

Formation

Après une formation à l’École Normale Supérieure de Lyon de 2016 à 2021, et l’obtention de l’agrégation de lettres modernes en 2019, Sarah Mallah commence une thèse de doctorat avec mission d’enseignement en 2021 sous la direction d’Irène Langlet, à l’université Gustave Eiffel, dans le laboratoire Littératures Savoirs et Arts (LISAA). La thèse comparatiste porte sur le héros et l’héroïne de science-fiction, dans trois cycles littéraires science-fictionnels : Le Silence de la Cité (1981) et Chroniques du pays des mères (1992) de l’autrice québecoise Élisabeth Vonarburg ; The Giver Quartet (1993-2012) de l’autrice étasunienne Lois Lowry ; la trilogie F.A.U.S.T. (1996-1997) de l’auteur français Serge Lehman.

Thèmes de recherche

  • Littérature de science-fiction.

  • Personnages et cultures héroïques.

  • Littérature comparée.

  • Poétique et narratologie

  • Culture médiatique. 

Continuer la lecture de Sarah Mallah (Université Gustave Eiffel)

Séminaire : “Aspects politiques de la littérature de l’imaginaire et de la fantasy”. Rencontre avec Anne Besson (Université d’Orléans, en ligne)

Séminaire d’actualité de la recherche : “Aspects politiques de la littérature de l’imaginaire et de la fantasy”. Rencontre avec Anne Besson 

Le laboratoire POLEN de l’Université d’Orléans reçoit, dans le cadre de son séminaire mensuel “Actualité de la recherche (co-organisé par Gaël Rideau et Laélia Véron),

Anne Besson, Professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois, le jeudi 25 mai, de 18h à 19h30, en ligne (présentation de l’ouvrage et échanges libres).


Anne Besson présentera ses ouvrages :

Les Pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction (Vendémiaire, 2021)

Les Littératures de l’imaginaire (Presses universitaires Blaise Pascal, coll. “L’Opportune”, 2022).

Les littératures de l’imaginaire. Science-fiction, fantasy et fantastique sont plus que jamais au cœur des consommations culturelles contemporaines, de Star Wars à Game of Thrones en passant par Harry Potter. Mais que désignent précisément ces termes ? Anne Besson présente les différences majeures entre ces trois grands genres, mais aussi leur proximité tout au long de leur histoire jusqu’aux hybridations contemporaines.

Les pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction.

Présentation de l’éditeur 

« Le maquillage du Joker a envahi les manifestations de lutte sociale, la cornette des « servantes écarlates » celles de défense des droits des femmes. Une déclaration de J.K. Rowling sur les femmes transgenres a déclenché le courroux des fans de Harry Potter. Quant à Game of Thrones, nombreux sont ceux qui y lisent l’invasion de marcheurs blancs comme une allégorie de la catastrophe climatique à venir. Indubitablement, les littératures de l’imaginaire, longtemps perçues comme de simples moyens d’évasion, sont devenues un creuset de mobilisation civique, des arènes où se jouent de féroces affrontements militants. On peut y voir l’affirmation exaltante d’une capacité des fictions grand public : celle de parler de notre époque, pour changer les mentalités ou rêver le futur. Mais ce mouvement va de pair avec une profonde transformation du statut des lecteurs et des spectateurs. Qui vont désormais jusqu’à contester l’autorité de l’auteur sur sa propre création… »

Explicitation des enjeux de l’ouvrage. 

Contre « une idée reçue qui lie encore les littératures de l’imaginaire et les pratiques culturelles qui leur sont associées (jeux de rôle ou jeux en ligne dans des « univers », fictions amateures, etc.) à une « évasion » loin des dures réalités de l’existence », Anne Besson montre comment ces littératures, auxquelles on prête des « pouvoirs transformateurs » ou « émancipateurs » peuvent être vecteurs de « valeurs » et « d’idéologies ». Les littératures de l’imaginaire deviennent (tout particulièrement dans le monde contemporain) un « espace de débats », voire une « arène de conflits » éminemment politiques.

L’imaginaire pour parler du monde contemporain ? Le fait peut paraître paradoxal : comment « des « productions de la culture populaire, ne relevant très manifestement pas d’une lecture “réaliste” » peuvent-elles se voir « promues comme modèles pour penser l’action sur le monde, et tenues d’en refléter au mieux la diversité » ? Par leur potentiel critique, qu’il s’agisse par-là de dénoncer le fonctionnement du monde contemporain ou de proposer des modes de fonctionnement alternatifs. En s’appuyant sur un corpus varié (The Hunger Games, Games of Throne, Divergente, The Handmaid Tale’s, etc), Anne Besson montre comment ces œuvres représentent « dans des mondes futurs ou parallèles plus violents, plus spectaculaires, plus nets dans leurs partages et leurs choix, les dérives sociétales qui menacent aujourd’hui et demain ».

Ces œuvres seraient alors politiques et politisantes. Leur forme, souvent sérielle, favoriserait un engouement et une implication du lectorat ou de l’auditoire sur le long terme. C’est ce qu’Anne Besson appelle le « pouvoir des lecteurs » qui se manifeste par une participation à l’œuvre (sous la forme de continuations ou même de recréations) jusqu’à la contestation, quelquefois, de l’autorité de l’auteur ou de l’autrice (on pense au cas de JK Rowling, très contestée par les fans de la série Harry Potter). On touche alors à autre paradoxe, pointé par Anne Besson: la « libération des univers narratifs du carcan des autorités » va souvent de pair « avec l’imposition de nouveaux critères normatifs émanant cette fois des publics ».

Compte rendu sur Les littératures de l’imaginaire dans Acta fabula : Chloé Chaudet, “De l’enchantement à l’engagement“…

Emission sur France-Culture « La science-fiction est-elle politique ? » avec Anne Besson, Catherine Dufour, Fleur Hopkins, Julien Wacquez

 

Appel à contributions : Journées de recherche et de rencontres sur Tolkien (Île-de-France)

Colloque : Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien

6-7 octobre 2023

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Dans une période où l’actualité autour de l’œuvre de Tolkien foisonne, entre publications accompagnées par les illustrations de l’auteur lui-même pour la première fois et sortie de la série des Anneaux de Pouvoir sur Amazon Prime en 2022 par exemple, les Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien ont pour objectif de permettre un état des lieux des études universitaires sur l’œuvre de Tolkien.

Il y a de cela cinquante ans, le lectorat francophone découvrait en librairie l’œuvre majeure qu’est Le Seigneur des Anneaux, phénomène médiatique et littéraire aux États-Unis ainsi qu’au Royaume-Uni quoique de manière moins visible, et pourtant encore pratiquement inconnu en France. Traduit pour les éditions Christian Bourgois par Francis Ledoux et publié en trois tomes, sa parution était concomitante avec la disparition de l’auteur : 2023 est donc une année de double commémoration pour le public francophone.

Arrivée dans le paysage éditorial près de près de vingt ans après la sortie de l’ouvrage au Royaume-Uni (1954-1955), l’œuvre de Tolkien s’impose en France comme un incontournable, en particulier dans la culture populaire des amateurs de littératures de l’imaginaire, tout en étant cycliquement « redécouverte » dans les médias. Elle devient durablement et littéralement visible tout particulièrement à partir des années 2000 avec le succès médiatique des adaptations cinématographiques de Peter Jackson. Cette période permet aussi, avec l’impulsion éditoriale de Vincent Ferré, d’accélérer le rythme de traduction de nouveaux ouvrages, avec la suite des tomes de L’Histoire de la Terre du Milieu ou des textes non fictionnels comme les Lettres, et le lancement d’un long chantier de retraduction et harmonisation des œuvres déjà publiées. En parallèle, l’étude universitaire de l’œuvre de Tolkien en France acquiert, après des décennies peu prolifiques, plus de visibilité académique grâce aux colloques organisés en 2008 (Rambures) et 2012 (Cerisy) et plus récemment en 2022 (« Tolkien et l’Antiquité », Paris). À cela s’ajoutent de nombreuses publications comme Sur les rivages de la Terre du Milieu (2001), D’Asimov à Tolkien (2004), Tolkien et ses légendes (2009) ou Tolkien et la religion (2016), et de multiples travaux d’étudiants, de plus en plus nombreux depuis vingt ans. Œuvre à la réception protéiforme, entre objet assimilé à la culture populaire et fiction associée à la culture académique (en particulier à travers le statut universitaire de son auteur), la légitimité de cet objet d’étude ne fait plus de de doute entre la publication du Dictionnaire Tolkien aux éditions du CNRS en 2012 et l’organisation d’une exposition consacrée à l’auteur à la Bibliothèque Nationale de France en 2019 – dont le succès sans précédent, 135 000 visiteurs en quatre mois, vient conforter la notion d’une popularité forte de l’œuvre.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Journées de recherche et de rencontres sur Tolkien (Île-de-France)

Appel à contributions : Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

Edited volume on Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

Deadline: May 31st, 2023

We invite proposals for an edited collection of essays on issues of power and society in the fantasy world created by Terry Pratchett in his Discworld series. The book proposal will be submitted to Bloomsbury Academic’s new series “Perspectives on Fantasy”.

In his Discworld series, Terry Pratchett depicted a comprehensive – and hilarious – view of an organised society set in a fantasy world, where groups and individuals are moved by various and often conflicting powers, including supernatural forces. Following a few brilliant papers highlighting specific social and political implications of Pratchett’s worlds[1], we intend to propose in this edited collection a wide-ranging approach to the way the Discworld is built alongside social powers, and the way power and society interact with fantasy.

Proposals could tackle topics such as: social movements (for golems or goblins, etc.) and their reception within the Discworld; interactions between society and magical powers (witches, Unseen University, etc.); economic policies; races and their interactions; official forces (Patrician Vetinari, nobility, the Watch, the guilds, etc.); unofficial forces, including groups and individuals (Lady Sybil, Moist von Lipwig, Granny Weatherwax, religious groups, etc.); superpowers and supernatural forces (Death, Time, etc.), their personification and their interactions with society; passive resistance; tyranny vs. democracy; peace vs. war; civilization; fantasy countries; etc. We encourage proposals about individual and collective forms of power, as well as proposals about the social organisation of this fantasy world. Continuer la lecture de Appel à contributions : Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series