Archives par mot-clé : littérature sentimentale

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)” (dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren)

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)”, dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, 2022. 

Il est admis que le genre sentimental correspond à une forme figée, rigide et pauvre. Pourtant, pour peu que l’on examine attentivement les textes qui s’inscrivent dans ce registre, on ne peut qu’être frappé par leur étonnante plasticité. Ce numéro d’Études françaises est consacré au récit sentimental au Québec des années 1920 aux années 1960. Durant ces décennies parfois décrites comme une période de crise et de « Grande noirceur », le récit sentimental québécois n’a eu de cesse d’offrir des visions renouvelées des rencontres amoureuses et du mariage, tout autant que de l’éducation des filles, du confort matériel et de la sexualité. Il constitue une formidable caisse de résonance pour certains des rêves de la société québécoise de cette époque.

Sommaire

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, Présentation. Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965), p. 5–13.

Caroline Loranger, Parcours amoureux et économiques dans le roman sentimental publié par les éditions Édouard Garand, p. 15–31.

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, D’amour et d’or pur. Les impératifs matérialistes du bonheur amoureux dans le roman sentimental québécois de l’après-guerre, p. 33–53.

Karol’Ann Boivin, Jeune fille moderne, jeune fille instruite. L’instruction des héroïnes sentimentales chez Police Journal (1944-1965), p. 55–75.

Adrien Rannaud, Désirs d’amour, magazine et culture moyenne chez Gabrielle Roy. Autour de trois nouvelles sentimentales publiées dans La Revue moderne en 1940, p. 77–94.

Harold Bérubé, Quelle place y a-t-il pour l’amour dans l’univers du Domino Noir (1944-1949) ?, p. 95–116.

Ariane Gibeau, Nuit de noces traumatique et crise de la conjugalité chez Claire Martin, Charlotte Savary et Reine Malouin. Vers une politisation des violences sexuelles en littérature québécoise, p. 117–134.

Rachel Nadon, Pierre Gélinas critique littéraire au Jour (1943-1946), p. 137–158.

Jihen Souki, Rhétorique préfacielle de Gérard Genette ou l’art du palimpseste, p. 159–173.

Table des illustrations, p. 185.

Parution :Michel Morphy (1863-1928), de l’anarchisme au roman rose (François Gaudin)

François Gaudin, Michel Morphy (1863-1928), de l’anarchisme au roman rose, Paris, Honoré Champion , coll. “Champion Essais”, 2021

Comment a-t-on pu oublier Michel Morphy (1863-1928) ? Anarchiste, agitateur, orateur et journaliste, il fut condamné plusieurs fois et exilé avant sa majorité. Ensuite, il devint boulangiste mais ne cessa, de toute sa vie, d’être fidèle à ses amis communards. Homme de plume, il fut journaliste, fondateur de journaux, feuilletoniste, puis se fit romancier. Il passa du drapeau noir à l’eau de rose et se consacra à l’écriture. Il devint l’un des auteurs les plus lus au tournant des XIXe et XXe siècles et fit fortune. Les aventures de son héroïne Mignon furent commercialisées jusque dans les années 1960. Il fut l’ami notamment d’Aristide Bruant, d’Hector France, de Maurice Lachâtre, de Louise Michel, de Félix Pyat ou de Michel Zevaco. Son œuvre et son parcours sont tombés dans un complet oubli. Le lecteur les trouvera restitués ici dans le détail à l’aide de documents inédits. Il découvrira un itinéraire révélateur des contradictions de la gauche de la Troisième république et un personnage complexe et attachant qui sut émouvoir sans les mépriser les foules sentimentales.

François Gaudin, professeur à l’université de Rouen et membre du laboratoire LT2D, a déjà publié chez Honoré Champion Le Monde perdu de Maurice Lachâtre en 2006, La lexicographie militante du XVIIIe au XXe siècle en 2013, et enfin, en 2021 et en collaboration et en partant de l’œuvre éditoriale d’André Girard, le Dictionnaire de l’anarchie

Table des matières 

Introduction

Delphine Chedaleux (Université de Lausanne, Suisse)

Je m’appelle Delphine Chedaleux, je suis post-doctorante à l’Université de Lausanne (Section d’histoire et esthétique du cinéma) et mon travail consiste à analyser le rôle des cultures populaires et médiatiques (fictions sentimentales, cinéma mainstream, presse féminine, réseaux socionumériques) dans les processus de construction et de négociation des rapports et des identités de genre (mais aussi de classe, d’âge et de sexualité). Mon travail est résolument interdisciplinaire et mobilise un large corpus de sources et de données principalement interrogées sous l’angle des épistémologies féministes et des Cultural Studies.

J’ai soutenu en 2011 une thèse consacrée à la représentation du genre et de la jeunesse dans la culture cinématographique de la France occupée. J’ai publié en 2016 une version remaniée de ce travail aux Presses Universitaires de Bordeaux.

Mes recherches actuelles portent principalement sur :

Carnet : L’objectif de ce carnet est de présenter ces différentes recherches mais aussi de partager mes questionnements théoriques et méthodologiques, mes impressions de lecture, etc. Réagissez et commentez à votre guise!

Page institutionnelle

Page Academia

Bibliothèques roses

La revue Bibliothèque(s) s’intéresse à la littérature sentimentale et érotique.bibliotheques-roses
La bibliothèque rose est-elle unie dans l’amour ? Effectivement, la littérature érotique a pour thème principal, l’amour physique et la production sentimentale est axée sur la relation amoureuse. Ces genres sont très absents des circuits culturels institutionnels, médias, librairies, festivals et bien sûr bibliothèques. Pourtant, les productions sérielles constituent une part importante de la culture contemporaine. Ce numéro double propose un tour d’horizon du sujet.
Continuer la lecture de Bibliothèques roses

Fictions sentimentales

Jan Toorop

Journée d’étude, le 26 mars 2015.

La littérature sentimentale rencontre un vif succès auprès d’un public large et hétérogène. Elle représente 10% des parutions de la fiction française, trois à quatre éditeurs publient près de 1000 titres annuels. Cette littérature est essentiellement vendue en supermarché, elle connait une large diffusion numérique mais est peu présente sur les rayonnages des bibliothèques et des librairies. Au délà de la problématique du « savant et du populaire », cette journée se propose de parcourir, sans préjugés, cette production à travers ses formes, sa réception auprès des lecteurs et d’interroger sa place dans les institutions culturelles. Continuer la lecture de Fictions sentimentales