Archives par mot-clé : littérature sentimentale

Chedaleux, Delphine (Université de Lausanne)

Je m’appelle Delphine Chedaleux, je suis post-doctorante à l’Université de Lausanne (Section d’histoire et esthétique du cinéma) et mon travail consiste à analyser le rôle des cultures populaires et médiatiques (fictions sentimentales, cinéma mainstream, presse féminine, réseaux socionumériques) dans les processus de construction et de négociation des rapports et des identités de genre (mais aussi de classe, d’âge et de sexualité). Mon travail est résolument interdisciplinaire et mobilise un large corpus de sources et de données principalement interrogées sous l’angle des épistémologies féministes et des Cultural Studies.

J’ai soutenu en 2011 une thèse consacrée à la représentation du genre et de la jeunesse dans la culture cinématographique de la France occupée. J’ai publié en 2016 une version remaniée de ce travail aux Presses Universitaires de Bordeaux.

Mes recherches actuelles portent principalement sur :

Carnet : L’objectif de ce carnet est de présenter ces différentes recherches mais aussi de partager mes questionnements théoriques et méthodologiques, mes impressions de lecture, etc. Réagissez et commentez à votre guise!

Page institutionnelle

Page Academia

Bibliothèques roses

La revue Bibliothèque(s) s’intéresse à la littérature sentimentale et érotique.bibliotheques-roses
La bibliothèque rose est-elle unie dans l’amour ? Effectivement, la littérature érotique a pour thème principal, l’amour physique et la production sentimentale est axée sur la relation amoureuse. Ces genres sont très absents des circuits culturels institutionnels, médias, librairies, festivals et bien sûr bibliothèques. Pourtant, les productions sérielles constituent une part importante de la culture contemporaine. Ce numéro double propose un tour d’horizon du sujet.
Continuer la lecture de Bibliothèques roses

Fictions sentimentales

Jan Toorop

Journée d’étude, le 26 mars 2015.

La littérature sentimentale rencontre un vif succès auprès d’un public large et hétérogène. Elle représente 10% des parutions de la fiction française, trois à quatre éditeurs publient près de 1000 titres annuels. Cette littérature est essentiellement vendue en supermarché, elle connait une large diffusion numérique mais est peu présente sur les rayonnages des bibliothèques et des librairies. Au délà de la problématique du « savant et du populaire », cette journée se propose de parcourir, sans préjugés, cette production à travers ses formes, sa réception auprès des lecteurs et d’interroger sa place dans les institutions culturelles. Continuer la lecture de Fictions sentimentales