Archives par mot-clé : littérature pour la jeunesse

Parution : Fantasy Art and Studies, n°14 , “Identités en mouvement / Moving Identities in Fantasy Fiction”

Fantasy Art and Studies, n°14 , “Identités en mouvement / Moving Identities in Fantasy Fiction“, sous la direction de Justine Breton, 2023 (intégralement accessible en ligne). 

Sommaire/Contents

Edito. de/by Justine Breton

Article. La Figure de la princesse dans les séries animées de fantasy à destination de la jeunesse : petites filles modèles ou adolescentes rebelles ? de/by Marie Barraillier

Article. Le Bien, le Mal et la fin de l’idéal parental : passage à l’écran d’un malaise axiologique en fantasy pour la jeunesse, de/by Élise Ternoy

Fiction. Reflets, de/by Thomas Lop Vip

Article. Sœurs, sorcières et stéréotypes : l’identité féminine dans Charmed, de/by Sabrina Lusuriello Continuer la lecture de Parution : Fantasy Art and Studies, n°14 , “Identités en mouvement / Moving Identities in Fantasy Fiction”

Appel à contributions : Le Moyen Âge fait-il vendre ? Colloque 2024 de l’Association “Modernités Médiévales” (Université d’Artois)

Colloque 2024 de l’Association « Modernités Médiévales », organisé par le laboratoire « Textes et Cultures » de l’Université d’Artois, Arras : Le Moyen Âge fait-il vendre ? 

Responsables : Anne Besson, Isabelle Olivier, Myriam White-Le Goff

Arras, 18-19 janvier 2024

Échéance des propositions :  4 septembre 2023

Contact :

modernitesmedievales@gmail.com , anne.besson@univ-artois.fr, myriam.white@univ-artois.fr ; isabelle.olivier@univ-artois.fr 

Un des indices remarquables du succès continu du Moyen Âge depuis le XIXe siècle – ce phénomène qu’on qualifie de « médiévalisme », qui fait fonds sur les représentations collectives, mouvantes, de la période médiévale – est sa présence dans le monde des objets (Aurell et al., 2023), de la consommation, de la publicité (Florian Besson, 2022, Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir, 2017) : c’est dire à quel point il participe du domaine de la marchandise, et combien, symétriquement, il a pu participer à penser la marchandisation. Au-delà des produits alimentaires qui semblent les premiers concernés (bières ou fromages associés aux savoir-faire ancestraux des couvents et abbayes, farines ou tisanes « authentiques », William Blanc, 2018), tout objet ou service peut se promouvoir en faisant référence, au premier degré ou par un décalage ironique, aux valeurs ou aux clichés associés au Moyen Âge dans nos imaginaires. Tel logo évoquera des armoiries, tel visuel ou spot fera place aux figures archétypales du chevalier, du viking, de la sorcière ou du barbare des steppes…

L’histoire du médiévalisme a accompagné l’essor de la culture de masse et participe aujourd’hui pleinement de la société de consommation. Si la publicité en fournit un symptôme évident, c’est plus largement la place du produit « Moyen Âge » dans les différents secteurs du « marché » de la culture et de la communication, et jusqu’au rôle de l’imaginaire médiéval dans les représentations de l’industrie ou du capitalisme(« barons voleurs », « cathédrales du travail »…), que ce colloque souhaite mettre en lumière et interroger.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le Moyen Âge fait-il vendre ? Colloque 2024 de l’Association “Modernités Médiévales” (Université d’Artois)

Parution : Cahiers Robinson n°53, “Les grandes vacances”

Cahiers Robinson, n°53, “Les grandes vacances“, 2023.

L’expression « grandes vacances », qui fait aujourd’hui partie du vocabulaire scolaire le plus courant, illustre et détourne à la fois la notion plus générale de « vacances », qui a désigné les congés accordés pour participer aux récoltes et aux moissons dans des sociétés réglées par le calendrier agricole. Avec l’industrialisation de l’agriculture et la généralisation des congés payés, les vacances sont de plus en plus liées aux loisirs, mais leur durée en fait une autre vie dans la vie, une longue parenthèse identifiée avec la liberté, la disparition des horaires, un été sans fin. Elles ont d’emblée un caractère romanesque dont s’empare du reste le roman, les vacances devenant le moment de l’aventure. Plusieurs livres et séries emblématiques sont évoqués dans ce numéro, Les Vacances de la comtesse de Ségur, Le Club des CinqLes Six Compagnons, ainsi que les robinsonnades, qu’elles s’adressent aux jeunes ou aux adultes. On n’oubliera pas les magazines illustrés, qui en font un thème de prédilection. 

Le souvenir de ces grandes vacances nourrit également de nombreux récits d’enfance où s’incarne l’adolescent, le « jeune adulte ». Le temps des vacances peut être celui d’expériences plus intimes, uniques, de transmissions d’histoires personnelles ou de savoirs enfouis. « Cet été-là » devient une formule qui annonce un récit de vacances particulières, que l’on retrouve dans une multitude de titres, en littérature comme au cinéma.

Continuer la lecture de Parution : Cahiers Robinson n°53, “Les grandes vacances”

Parution : Vidéos en ligne du colloque Exposer la littérature jeunesse

En 2021, la médiathèque José Cabanis de Toulouse accueillait l’exposition Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse, prolongée par une expo en ligne. En 2022, la médiathèque de Lyon a présenté Sans fin la fête, les années pop de l’illustration (1963-1983). Fin 2022-début 2023, la médiathèque Françoise Sagan accueille Lire l’enfance avec les éditions MeMo, à l’occasion des trente ans et du versement des archives de la maison d’édition au fonds patrimonial Heure joyeuse.
Si les bibliothèques semblent être des lieux privilégiés de ces expositions portant sur la littérature jeunesse, les musées et autres lieux d’exposition municipaux ne sont pas en reste. En 2021, le Palais Lumière d’Evian proposait de découvrir l’œuvre d’Alain Le Foll à travers ses ouvrages pour adultes et pour enfants. En 2022 le Musée des Arts Décoratifs à Paris partait à la rencontre du Petit prince tandis le MUNAE de Rouen invitait à découvrir les chansons du répertoire enfantin.
Ces quelques exemples récents – et bien d’autres, que l’on peut retrouver dans l’Agenda du site www.litteraturesmodesdemploi.org – témoignent de la vitalité actuelle de la pratique de l’exposition du littéraire à destination des plus jeunes et de l’intérêt réel du public d’enfants et d’adultes pour cette forme de médiation culturelle qui permet parfois, au-delà de la découverte de cette production éditoriale, d’en toucher du doigt les coulisses.

Une journée d’étude, accueillie par la médiathèque Françoise Sagan, à Paris, le 16 février 2023, a été la première organisée au sein du réseau PatrimoniaLitté, qui fédère les recherches sur les rapports entre littérature et patrimoine, et la quatrième organisée dans le cadre des recherches conduite au sein du réseau RIMELL (Recherches interdisciplinaires sur la muséologie et l’exposition de la littérature et du livre ), qui nouent un partenariat à l’occasion de cette rencontre. Mise sur pied par Laurence Le Guen, Hélène Vallotteau et David Martens, cette rencontre sera la première d’un programme consacré à l’exposition de la littérature jeunesse inscrit dans le cadre des travaux des RIMELL.

Si vous souhaitez prendre connaissance de la teneur de cette première journée d’échanges, les vidéos de cette rencontre sont désormais à votre disposition via ce lien : Des colloques – PatrimoniaLitté (hypotheses.org), ainsi que sur le Carnet de recherche de PatrimoniaLitté

Parution : Marginalia. Bulletin bibliographique des études sur les littératures et le film populaires, n° 115

Marginalia. Bulletin bibliographique des études sur les littératures et le film populaires, n° 115, 2023. 

Le numéro 115 est maintenant disponible ici ou, en format PDF ou WORD,  sur simple demande par courriel à l’adresse suivante : nspehner@sympatico.ca

Publié au Québec par Norbert Spehner, MARGINALIA est un bulletin bibliographique trimestriel qui recense les études internationales, essais et autres ouvrages sur les littérature dites de genre, et le film populaire : science-fiction & fantastique, fantasy, roman policier et d’espionnage,  romans et films noirs, récits et films d’espionnage, westerns (romans et films), bandes dessinées, romans historiques, récits et films de guerre, ouvrages pour la jeunesse, érotica, etc…

Le numéro 115 recense (avec sommaires et descriptifs) près de 350 ouvrages- monographies, collectifs, revues spécialisées –  publiés dans les langues suivantes: français, anglais, espagnol, italien et allemand. 

Appel à contributions : Solotareff, Loulou et Cie (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Solotareff, Loulou et Cie 

25 et 26 mai, Université de Pau et des Pays de l’Adour 

Échéance des proposition : 13 Avril 2023

Le jeudi 25 mai et le vendredi 26 mai 2023, Grégoire Solotareff sera à l’honneur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), durant deux journées à la fois pédagogiques, scientifiques et artistiques, organisées par le laboratoire ALTER (équipe 2 : « Arts et savoirs ») et la licence de Lettres, en collaboration avec l’Institut International Charles Perrault (IICP) et avec le soutien de l’École des Loisirs.

La matinée du 25 mai et la journée du 26 mai se dérouleront en mode hybride.

Jeudi 25 mai

pour les étudiants, les enseignants, les formateurs, les bibliothécaires…
8h30 accueil des participants au Collège STEE amphi A
9h mot de bienvenue, ouverture scientifique et remerciements institutionnels 
9h30-10h compte rendu du projet « adaptations de Solotareff » en cours de littérature d’enfance et de jeunesse : travaux des L2 Lettres Parcours Préparatoire au Professorat des Ecoles et des étudiants de l’UE libre
10h-10h30 compte rendu du projet « Solotareff à l’école » : travail avec les tuteurs PEMF + travail d’autres professeurs des écoles ; travail des étudiants de l’INSPE de Tarbes.
10h30 pause-café
11h-12h15 Master Class de Grégoire Solotareff
12h30-13h30 repas

 pour les enfants de primaire
11h30-12h30 / 15h-16h visite libre des expositions Solotareff à la Bibliothèque Universitaire (6 classes, 135 élèves)

Continuer la lecture de Appel à contributions : Solotareff, Loulou et Cie (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Parution : Lecture Jeune n°185, “Les littératures de l’imaginaire”

Lecture Jeune n°185, “Les littératures de l’imaginaire“, mars 2023. 

Libraires, éditeurs, influenceurs et grands lecteurs : depuis une décennie, tout le monde parle de littératures de l’imaginaire. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Et pourquoi ces lectures sont-elles si présentes chez les adolescents ?

Rassemblant la fantasy, la science-fiction, l’horreur et le fantastique, les littératures de l’imaginaire ont émergé en France dans les années 1980, d’abord sous l’influence des films et romans anglo-saxons, puis via les jeux vidéo, séries télévisées et bandes dessinées. Représentant désormais la majorité de ce que lisent les jeunes, cette catégorie rassemble des œuvres faisant la part belle à l’invention d’univers extraordinaires. Soudés par des goûts partagés longtemps considérés comme illégitimes, ses fans ont développé des pratiques communes allant de l’échange communautaire aux rassemblements collectifs, en passant par la création amateure. Depuis, l’imaginaire domine tous les supports, alimentant les adaptations Netflix comme les projets scolaires. Grâce au succès notable ces dernières années d’une production française, ces littératures occupent aujourd’hui le devant de la scène en librairie et sur BookTube.

Quelle importance revêt aujourd’hui l’imaginaire dans les représentations des jeunes ? Comment peut-il être utilisé par les médiateurs pour favoriser la créativité des 11-18 ans ? Ces univers répondent-ils enfin davantage aux attentes des adolescents sur la société contemporaine ?

Parution : Image & Narrative, vol. 24, n° 1 : “Le livre, le musée et l’enfant”

Image & Narrative, vol. 24, n° 1, “Le livre, le musée et l’enfant“, 2023

Ce numéro entièrement bilingue (français/anglais) d’Image & narrative analyse les relations entre le musée d’art et le livre jeunesse : comment les livres pour enfants édités par les musées s’articulent-ils avec leurs collections ? Quelle image donnent-ils de l’institution ? Quelle place a le livre dans le cadre du dispositif global de médiation élaboré par le musée ?

Un prochain numéro, à paraître en octobre 2023, prolongera la réflexion en se demandant quel type d’initiation à l’art proposent ces «musées de papier».

Sommaire

Thematic Cluster
Introduction: Le livre jeunesse sur l’art et le musée
Ivanne Rialland 1-11

Le musée du Louvre et ses collections dans les livres jeunesse sur l’art (1990-2020) : entre plaisir des yeux, imaginaire et savoirs historiques
Myriam Metayer 23-37

Un musée des merveilles : le livre jeunesse comme vecteur d’attachement au lieu muséal. L’exemple des éditions du Louvre
Ivanne Rialland 52-65

Quelle place pour l’art à destination des enfants dans les livres du fonds patrimonial Heure joyeuse – médiathèque Françoise-Sagan?
Hélène Valotteau 79-92

Art Museums as Educators: Publishing for Young People
Philip Yenawine 107-120

Various Articles
L’Homme à la Tête de Télé. Serge Gainsbourg’s subversive stylisation of a television persona
Tessa Vannieuwenhuyze 138-162

“News Portraits:” the Photojournalism of Gilles Caron (1965-1970)
Clara Bouveresse 163-186

Experiences
Retour à Rome
Beat Streuli 187-195

Ring the Bells (Prologue): Moirai, 2023
Hilde Van Gelder 196-230

Review Articles
The Comics Form: The Art of Sequenced Images
Maahen Ahmed 231-233

L’Incroyable Histoire de la littérature française
Chris Reyns-Chikuma 234-237

L’affaire Delorme
Chris Reyns-Chikuma 238-240

Aramus : À la recherche d’une civilisation perdue
Chris Reyns-Chikuma 241-245

Parution : Enfances dystopiques. Romans et récits (XX-XXIème siècles) (dir. Sylvie Servoise)

Sylvie Servoise (dir.), Enfances dystopiques. Romans et récits (XX-XXIème siècles), Rennes, PUR, coll. “Interférences”, 2023.

Les dystopies, de 1984  à La Servante écarlate  en passant par Hunger Games  ou Le Passeur, connaissent aujourd’hui un grand succès. Adossées à un imaginaire puissant de la catastrophe, elles seraient le symptôme le plus visible de la fin de l’âge des utopies politiques bien sûr, mais également scientifiques et philosophiques. Elles off riraient le miroir déformant de notre époque en même temps que des angoisses et fantasmes qui la travaillent. Ce succès suscite une attention soutenue de la critique littéraire et artistique, mais aussi des sciences humaines et de la philosophie.

Au sein de cette thématique en plein essor, Enfances dystopiques propose cependant un décentrement inédit du regard. Il s’agit en effet de porter l’attention sur une figure apparemment secondaire de la fiction dystopique classique : la figure de l’enfant et de l’adolescent. Cette figure est pourtant essentielle, à la fois parce qu’elle incarne ; tous les fantasmes de «l’homme nouveau» à construire, à éduquer  ou à rééduquer, et parce qu’elle occupe une place grandissante dans les dystopies contemporaines, et notamment dans le champ en pleine expansion de la littérature pour la jeunesse.

Lire l’introduction et parcourir la table des matières détaillée

Appel à contributions : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse (Hradec Kralove & en ligne)

Colloque international : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse

23 et 24 mars 2023Université de Hradec Kralove, République tchèque

Échéance des propositions : 23 février 2023

Le colloque se tiendra en format hybride (en présentiel et en ligne)

Chacun tourne en réalités
Autant qu’il peut ses propres songes :
L’homme est de glace aux vérités,
Il est de feu pour les mensonges.[1]

Jean de La Fontaine

La vérité et l’écriture sont considérées inconciliables. La littérature s’attache aux mondes fictionnels / fictifs qui fonctionnent selon leurs propres lois selon lesquelles les rapports avec la réalité sont transformés. 

« Les expériences de pensée que nous menons dans le grand laboratoire de l’imaginaire sont aussi des explorations menées dans le royaume du bien et du mal », dit Paul Ricœur [2]. En le citant, Edwige Chirouter, spécialiste en philosophie dans l’éducation, affirme que « son concept d’identité narrative permet particulièrement bien de comprendre cet aller / retour continuel entre la fiction et l’existence. Elle souligne que la fiction dévoile des dimensions insoupçonnées de la réalité en constituant à ce titre une expérience vivante, authentique, singulière et universelle à la fois, par laquelle les hommes vont pouvoir appréhender le réel. »[3]

Selon Bruno Bettelheim, auteur de Psychanalyse des contes de fées (1976), il est prouvé que les contes de fées ont toujours joué un rôle de médiateurs et de catalyseurs d’émotions et de concepts, capables de soigner et souvent de guérir les enfants de leurs traumas inconscients.

« L’enfant fait à chaque instant l’expérience de l’étonnement devant le monde. La question de la Vérité notamment le passionne : Qu’est-ce qui est vrai, qu’est-ce qui est faux ? ».[4] L‘interrogation proposée par Chirouter est pertinente si l’on considère la littérature de jeunesse, ses enjeux et ses buts actuels, dans un monde où « la fiction » est devenue méthode privilégiée de manipulation et mystification. « Raconter une histoire » ne se limite pas aux entretiens avec les enfants. Bien que les effets de ces pratiques soient bien connus et dénoncés, les fausses informations de toutes sortes abondent dans les médias et dans la vie courante des jeunes d’aujour’hui.   

Le colloque devrait s’interroger sur les oppositions entre la vérité et le mensonge / l’information et la désinformation, tant qu’elles apparaissent au niveau thématique, au niveau narratologique ou au niveau stylistique, dans les textes destinés aux enfants et aux jeunes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse (Hradec Kralove & en ligne)