Archives par mot-clé : littérature pour la jeunesse

Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Colloque : Amitiés d’enfance. Littérature et cinéma (XIX-XXIe siècles) 

Le Mans-Université, 22-23 juin 2022

Organisé par Sylvie Servoise et Delphine Letort

Échéance des propositions : 15 décembre 2022

« Qu’est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si je veux l’expliquer à qui me le demande, je ne le sais plus » s’interrogeait Saint-Augustin dans ses Confessions. À bien des égards, il en est de l’amitié comme du temps : tout le monde semble savoir plus ou moins ce qu’elle signifie, pour en faire et en avoir fait l’expérience directe, mais peine à la définir, tant paraissent poreuses les frontières avec d’autres types de relations humaines (à commencer par l’amour et la camaraderie) et épineuses les questions qu’elle soulève : que cherche-t-on chez l’ami/e, un miroir de soi ou un autre que soi ? L’amitié, que l’on présente souvent comme la rencontre élective entre deux êtres (« parce que c’était lui, parce que c’était moi… » pour reprendre la célèbre citation de Montaigne[1]) est-elle forcément exclusive et, inversement, la multiplication des amis est-elle nécessairement à comprendre comme un affadissement du lien amical ? Pourquoi d’ailleurs chercher et cultiver l’amitié : s’épancher, s’étendre hors de soi, ou au contraire trouver celui/celle qui vous comprendra, dans une logique de repli et de séparation d’avec le monde ? Vise-t-elle à assouvir certains de nos désirs ou besoins ou, au contraire, peut-on l’appréhender, à l’instar d’Aristote[2], comme une vertu fondamentalement altruiste, tournée vers le bien de l’ami/e ? On pourrait multiplier à l’envi ces questions, qui non seulement sont connues depuis longtemps – il suffit de songer à la longue tradition philosophique relative à la philia grecque et l’amitia latine[3] – mais qui font encore l’objet d’un regain d’intérêt depuis une vingtaine d’années, et tout particulièrement dans le champ des sciences humaines et sociales : philosophes, sociologues, psychanalystes, historiens, anthropologues, s’attachent à cerner les contours d’une notion qui est tout à la fois un concept philosophique, un sentiment, une valeur, mais aussi une pratique sociale, dont l’importance pour la construction psychique et l’intégration sociale de l’individu est de plus en plus étudiée[4].

Continuer la lecture de Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Parution : Textimages, “Portraits de pays dans les collections jeunes publics”

Textimages, “Portraits de pays dans les collections jeunes publics”, dir. Christine Rivalan Guégo, Catherine Sablonnière et Laurence Le Guen, automne 2022. 

Dossier issu de deux journées d’étude organisées  à l’université Rennes 2 en mars 2020 et 2021 par le groupe de recherche Greces-Cellam

A partir d’un panorama d’ouvrages tirés d’espaces géographiques et de temporalité différents, les articles de ce dossier questionnent le portrait de pays pour la jeunesse sous l’angle de son histoire, de sa matérialité, de ses évolutions et variations, de sa représentation, de sa circulation et de sa réception. Il tente d’esquisser une généalogie du genre et de dégager les marqueurs génériques de cette production destinée à la jeunesse.

Accéder au sommaire et au contenu du numéro

Parution : Modèles et contre-modèles de l’enseignant dans la littérature de jeunesse (Nadège Labour)

Nadège Langbour, Modèles et contre-modèles de l’enseignant dans la littérature de jeunesse, Paris, L’Harmattan, coll. “Espaces littéraires”, 2022.

En tant que prescripteurs de lecture, les professeurs lisent de la littérature de jeunesse. Mais ont-ils remarqué à quel point leurs doubles de papier sont présents dans ces fictions ? En s’appuyant sur une cinquantaine de romans, cet essai étudie la figure archétypale de l’enseignant dans la littérature de jeunesse. Se dessinent alors des modèles et contre-modèles de l’enseignant dont l’intérêt dépasse la compréhension du personnel romanesque car ces modèles peuvent servir à l’enseignant lecteur pour adopter une posture réflexive sur son métier, ses gestes professionnels et ses pratiques pédagogiques.
Entre analyse littéraire et réflexion didactique, ce livre invite à penser le personnage d’enseignant dans la littérature de jeunesse pour repenser le métier d’enseignant. Il développe des analyses concrètes des textes romanesques en prenant en compte des questions qui sont au cœur des pratiques professionnelles des professeurs.
Un essai qui invite l’enseignant à se former sur un mode ludique en découvrant la littérature de jeunesse. Une démonstration de la qualité de cette littérature qui embrasse les grandes questions de société dont l’école fait partie.

Continuer la lecture de Parution : Modèles et contre-modèles de l’enseignant dans la littérature de jeunesse (Nadège Labour)

Parution : Le Trésor d’Épinal. Imagerie populaire (J. Heim, C. Rochette)

Jennifer Heim, Christelle Rochette, Le Trésor d’Épinal. Imagerie populaire, Paris, Gallimard, coll. “Découvertes”, 2022.

Parmi les centres imagiers qui s’épanouissent en France au début du XIXe siècle, Épinal, dans les Vosges, se distingue rapidement par sa production et sa notoriété internationale. À travers les collections du musée de l’Image, cet ouvrage nous révèle l’art de fabriquer ces estampes coloriées au pochoir, leur diffusion dans les campagnes, et leurs nombreux usages : décorer les intérieurs modestes, protéger tel un talisman, informer des faits d’actualités, raconter l’épopée napoléonienne, éduquer, distraire.

Dans les années 1850, la lithographie remplace la gravure sur bois et fait entrer la production dans l’ère industrielle. La concurrence fait rage, à grands renforts de nouveautés qui ciblent le jeune public, avec l’édition d’historiettes et d’abécédaires, de jeux de société et de construction. Autant d’images d’Épinal qui appartiennent à notre mémoire collective.

Parution : L’Oiseau bleu, n° 3, “La mort et le deuil dans les fictions pour la jeunesse”

L’Oiseau bleu, n° 3,  “La mort et le deuil dans les fictions pour la jeunesse”,  dir. Thierry Charnay et Bochra Charnay ( ULR 1061 ALITHILA, Université de Lille), 2022. 

 

L’enfant mourut.
La mort entra comme un voleur
Et le prit. – Une mère, un père, la douleur,
Le noir cercueil, le front qui se heurte aux murailles,
Les lugubres sanglots qui sortent des entrailles,
Oh ! la parole expire où commence le cri ;
Silence aux mots humains !

 

Victor Hugo, “Le revenant”, Les Contemplations, Paris, Gallimard et LGF, 1965, p. 196.

Sommaire

Dossier thématique

Thierry CHARNAY et Bochra CHARNAY, ULR 1061 ALITHILA, Université de Lille

Introduction

Danièle HENKY, UR 1337 Configurations littéraires, Université de Strasbourg

« Deuil, initiation et résilience, et leur inscription en littérature pour la jeunesse »  

Bochra CHARNAY, ULR 1061 ALITHILA, Université de Lille

« Les régimes de la mort et leurs figurations dans Once Upon A Time »

Marie-Agnès THIRARD, ULR 1061 ALITHILA, Université de Lille

« Les contes de Mme d’Aulnoy : the land where noone dies ? »

Dorgelès HOUESSOU, Université Alassane Ouattara, Bouaké, Côte d’Ivoire

« Pour une stylistique herméneutique de l’atténuation dans l’écriture de la mort : cas du conte

l’Ange de Hans Christian Andersen »

Thierry CHARNAY, ULR 1061 ALITHILA, Université Lille

« La relation des morts et des vifs dans le conte traditionnel »

Christiane CONNAN-PINTADO, TELEM EA 4195, Université Bordeaux Montaigne

« Se rire de la mort. De quelques joyeusetés macabres dans l’album pour la jeunesse »

Laurent BOZARD, Haute École de la Province de Liège, Belgique

« Faut pas pousser l’aïeul dans les glaïeuls : souvenirs des anciens dans l’album jeunesse »

Eléonore HAMAIDE-JAGER, Textes et cultures, Université d’Artois

Continuer la lecture de Parution : L’Oiseau bleu, n° 3, “La mort et le deuil dans les fictions pour la jeunesse”

Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

Journée d’études : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales

7 juin 2022, Maison de la Recherche, Sorbonne Université

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Quoi de commun entre un meurtrier en cavale, Karaba la sorcière, un dictateur sans scrupule, une mère infanticide, un terroriste et des ogres ? Incarnations de pulsions négatives, d’une violence hyperbolique, d’une marginalité sociale et morale, le méchant et la méchante parcourent les fictions littéraires, habitent les imaginaires et interrogent le rapport de l’être humain au mal. 

Empruntée à la réflexion sur la littérature de jeunesse et le conte, la catégorie des «méchant·es » permet de penser la relation entre la construction du personnage et l’éthique ainsi que d’interroger les valeurs du héros lorsqu’il est confronté à une figure-repoussoir. « Si les enfants ont besoin, pour trouver leur place dans un conte, de savoir qui sont les ‘‘bons’’ et les ‘‘méchants’’, indique Vincent Jouve, les lecteurs adultes cherchent à ‘‘situer’’ le plus vite possible les personnages d’un récit.1 » Le critique souligne ainsi le rôle structurant du positionnement éthique des personnages fictifs.

 Dans les littératures francophones et postcoloniales, le rôle éthique du personnage possède une force et un sens particuliers. En tant qu’elles interrogent les catastrophes passées, ces littératures se confrontent, en effet, aux formes de la violence, de la domination et du mal produites par l’Histoire : esclavage, colonisation, guerre, génocides, terrorisme… En mettant en scène des figures de méchant·es dans les œuvres, les écrivains et les écrivaines francophones cherchent à penser la question de la responsabilité à partir d’un réel où s’inscrit une histoire de dépossession et de destruction.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

  1. Vincent Jouve, Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001, p. 10. []

Appel à contributions : “Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques (Syn-thèses)

Appel à contributions pour le numéro 13 de la Revue internationale Syn-Thèses publiée par le Département de langue et de littérature françaises de l’Université Aristote de Thessaloniki : « Il était une fois… et il est encore ». L’inscription du conte traditionnel dans la littérature  de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques

Échéance des propositions : 11 octobre 2022

Depuis une quarantaine d’années, le conte populaire et littéraire connaît un regain d’intérêt extraordinaire. Des écrivaines et écrivains contemporains s’inspirent de contes traditionnels et en explorent les motifs de multiples manières dans leurs propres fictions : romans, nouvelles, pièces de théâtre ou contes nouveaux. Un volume intitulé L’épanchement du conte dans la littérature, publié sous la direction de Christiane Connan-Pintado, Pascale Auraix-Jonchière et Gilles Béhotéguy (2018), regroupe ainsi plusieurs textes intéressants qui interrogent justement la relation du conte avec différents genres littéraires qu’il hybride en s’y insinuant.

Dans notre prochain numéro de la revue Syn-Thèses, nous nous proposons d’aborder cette présence renouvelée et hybride du conte au sein de la littérature de jeunesse, dans le but de faire émerger les enjeux littéraires, didactiques et traductologiques auxquels cette nouvelle inscription du conte est confrontée.

Sans garantie d’exhaustivité, voici une liste de questions qui pourraient être traitées dans l’une des perspectives qui suivent :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques (Syn-thèses)

Parution : L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse (dir. Christiane Connan-Pintado)

Christiane Connan-Pintado (dir.), L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse. Présence, représentations, discours, Presses universitaires Blaise Pascal, 2022.

Abeilles, papillons, fourmis, coccinelles… les insectes ont investi de longue date les livres pour enfants mais leur présence dans ce domaine éditorial n’a pour l’instant fait l’objet, en France, d’aucune étude monographique, comme si ces « vivants minuscules » représentaient la catégorie la plus excentrée de l’animal et du nonhumain.

L’ouvrage suit un parcours en cinq étapes. La première partie interroge leur présence dans les livres pour enfants, les trois suivantes les recherchent dans certaines catégories littéraires – fables et contes, classiques pour la jeunesse, livres d’images – la dernière s’attache aux enjeux symboliques de la rencontre entre l’insecte et l’homme.

Se pencher sur des êtres si différents et d’une telle diversité invite à questionner aussi bien la condition humaine que la condition animale et les modalités du vivant, devenues aujourd’hui une préoccupation cruciale. L’ensemble de l’ouvrage vise à montrer à quel point le chétif animal qui paraissait au premier chef « pauvre en monde » se révèle finalement, sous la loupe de la littérature, « bon à penser ».

Maître de conférences habilitée en langue et littérature françaises, émérite, à l’Université de Bordeaux, membre de l’équipe TELEM (Université Bordeaux-Montaigne) et associée au CELIS, Christiane Connan-Pintado a co-écrit Fortune des contes des Grimm en France dans la littérature de jeunesse (Presses universitaires Blaise-Pascal, 2014), co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs et numéros de revue, et publié de nombreux articles sur le conte, la littérature de jeunesse et son enseignement.

Appel à contributions : “”Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques” (Revue internationale Syn-Thèses)

Syn-Thèses, n°13, ““Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques

Échéance des propositions : 11 octobre 2022

Département de langue et de littérature françaises de l’Université Aristote de Thessaloniki

Depuis une quarantaine d’années, le conte populaire et littéraire connaît un regain d’intérêt extraordinaire. Des écrivaines et écrivains contemporains s’inspirent de contes traditionnels et en explorent les motifs de multiples manières dans leurs propres fictions : romans, nouvelles, pièces de théâtre ou contes nouveaux. Un volume intitulé L’épanchement du conte dans la littérature, publié sous la direction de Christiane Connan-Pintado, Pascale Auraix-Jonchière et Gilles Béhotéguy (2018), regroupe ainsi plusieurs textes intéressants qui interrogent justement la relation du conte avec différents genres littéraires qu’il hybride en s’y insinuant.

Dans notre prochain numéro de la revue Syn-Thèses, nous nous proposons d’aborder cette présence renouvelée et hybride du conte au sein de la littérature de jeunesse, dans le but de faire émerger les enjeux littéraires, didactiques et traductologiques auxquels cette nouvelle inscription du conte est confrontée.

Sans garantie d’exhaustivité, voici une liste de questions qui pourraient être traitées dans l’une des perspectives qui suivent :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “”Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques” (Revue internationale Syn-Thèses)

Parution : Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne (Guijarro Arribas Delia)

Guijarro Arribas Delia, Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne, Presses Universitaires de Rennes, 2022. 

La production des livres destinés à la jeunesse se caractérise par une importante fragmentation. Les catégories sont éclectiques : albums, documentaires, livres d’activités, etc., tout comme les publics ciblés : nouveau-nés, petits, adolescents, filles ou garçons, etc. À l’intérieur de ces groupes, la production est loin d’être homogène : livres avec ou sans textes aux formats divers, plus ou moins courts, onéreux ou bon marché. L’objectif peut être divertissant ou au contraire très éducatif – certaines publications tentant d’associer distraction et pédagogie. Cette disparité est le résultat d’un processus qui eut lieu tout au long du XXe siècle, mais qui s’est considérablement amplifié depuis les années 1970.

À partir des exemples de deux pays, la France et l’Espagne, cet ouvrage analyse l’interdépendance entre l’évolution de ces pratiques classificatoires et la constitution des secteurs jeunesse en espaces éditoriaux autonomes, intégrés et dotés d’une forte puissance de légitimation. Il examine les choix et les stratégies des agents de l’édition jeunesse, en prenant toujours en compte les variables qui structurent le marché de l’édition aux niveaux national et linguistique, tous deux insérés dans un marché mondial. Ce livre propose ainsi la première sociologie historique comparée, croisée et transnationale de l’édition jeunesse.

avec le soutien de l’UFR SITEC de l’université Paris Nanterre et du Centre Européen de Sociologie et de Science Politique de la Sorbonne (CNRS/EHESS/Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Continuer la lecture de Parution : Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne (Guijarro Arribas Delia)