Archives par mot-clé : littérature pour la jeunesse

Appel à contributions : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse (Hradec Kralove & en ligne)

Colloque international : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse

23 et 24 mars 2023Université de Hradec Kralove, République tchèque

Échéance des propositions : 23 février 2023

Le colloque se tiendra en format hybride (en présentiel et en ligne)

Chacun tourne en réalités
Autant qu’il peut ses propres songes :
L’homme est de glace aux vérités,
Il est de feu pour les mensonges.[1]

Jean de La Fontaine

La vérité et l’écriture sont considérées inconciliables. La littérature s’attache aux mondes fictionnels / fictifs qui fonctionnent selon leurs propres lois selon lesquelles les rapports avec la réalité sont transformés. 

« Les expériences de pensée que nous menons dans le grand laboratoire de l’imaginaire sont aussi des explorations menées dans le royaume du bien et du mal », dit Paul Ricœur [2]. En le citant, Edwige Chirouter, spécialiste en philosophie dans l’éducation, affirme que « son concept d’identité narrative permet particulièrement bien de comprendre cet aller / retour continuel entre la fiction et l’existence. Elle souligne que la fiction dévoile des dimensions insoupçonnées de la réalité en constituant à ce titre une expérience vivante, authentique, singulière et universelle à la fois, par laquelle les hommes vont pouvoir appréhender le réel. »[3]

Selon Bruno Bettelheim, auteur de Psychanalyse des contes de fées (1976), il est prouvé que les contes de fées ont toujours joué un rôle de médiateurs et de catalyseurs d’émotions et de concepts, capables de soigner et souvent de guérir les enfants de leurs traumas inconscients.

« L’enfant fait à chaque instant l’expérience de l’étonnement devant le monde. La question de la Vérité notamment le passionne : Qu’est-ce qui est vrai, qu’est-ce qui est faux ? ».[4] L‘interrogation proposée par Chirouter est pertinente si l’on considère la littérature de jeunesse, ses enjeux et ses buts actuels, dans un monde où « la fiction » est devenue méthode privilégiée de manipulation et mystification. « Raconter une histoire » ne se limite pas aux entretiens avec les enfants. Bien que les effets de ces pratiques soient bien connus et dénoncés, les fausses informations de toutes sortes abondent dans les médias et dans la vie courante des jeunes d’aujour’hui.   

Le colloque devrait s’interroger sur les oppositions entre la vérité et le mensonge / l’information et la désinformation, tant qu’elles apparaissent au niveau thématique, au niveau narratologique ou au niveau stylistique, dans les textes destinés aux enfants et aux jeunes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse (Hradec Kralove & en ligne)

Journée d’étude : Exposer la littérature jeunesse. Formes, enjeux et pratiques

Journée d’étude : Exposer la littérature jeunesse. Formes, enjeux et pratiques

Médiathèque Françoise Sagan, Paris, 16 février 2023

En 2021, la médiathèque José Cabanis de Toulouse accueillait l’exposition Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse, prolongée par une expo en ligne. En 2022, la médiathèque de Lyon a présenté Sans fin la fête, les années pop de l’illustration (1963-1983). Fin 2022-début 2023, la médiathèque Françoise Sagan accueille Lire l’enfance avec les éditions MeMo, à l’occasion des trente ans et du versement des archives de la maison d’édition au fonds patrimonial Heure joyeuse.

Si les bibliothèques semblent être des lieux privilégiés de ces expositions portant sur la littérature jeunesse, les musées et autres lieux d’exposition municipaux ne sont pas en reste. En 2021, le Palais Lumière d’Evian proposait de découvrir l’œuvre d’Alain Le Foll à travers ses ouvrages pour adultes et pour enfants. En 2022 le Musée des Arts Décoratifs à Paris partait à la rencontre du Petit prince tandis le MUNAE de Rouen invitait à découvrir les chansons du répertoire enfantin.
Ces quelques exemples récents – et bien d’autres, que l’on peut retrouver dans l’Agenda du site www.litteraturesmodesdemploi.org – témoignent de la vitalité actuelle de la pratique de l’exposition du littéraire à destination des plus jeunes et de l’intérêt réel du public d’enfants et d’adultes pour cette forme de médiation culturelle qui permet parfois, au-delà de la découverte de cette production éditoriale, d’en toucher du doigt les coulisses.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Exposer la littérature jeunesse. Formes, enjeux et pratiques

Parution : Littérature enfantine et communisme, Bordeaux (P. Richard-Principalli)

Patricia Richard-Principalli, Littérature enfantine et communisme, Bordeaux, PUB, coll. “Etudes sur le livre jeunesse”, 2023. 

La littérature de jeunesse ne cesse de se renouveler, tout comme les études qui s’y intéressent. C’est à une étape méconnue de l’histoire du livre pour enfants que s’intéresse cet ouvrage, à savoir ses enjeux évolutifs dans le discours communiste des années 1920 aux années 1970. S’appuyant sur les chroniques de la décennie des années 1960 qu’une revue pédagogique communiste consacre au livre pour enfants, l’ouvrage retrace les contextes politique, historique, scolaire et culturel qui expliquent le rôle attribué à la littérature enfantine, à visée essentiellement humaniste.

Continuer la lecture de Parution : Littérature enfantine et communisme, Bordeaux (P. Richard-Principalli)

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles ».

L’équipe du GRECES-cellam de l’université Rennes 2 se réunit le 20 janvier 2023 de 15h45 à 17h45 (salle recherche ALC) pour lancer son séminaire sur les “Petites Bêtes en littérature jeunesse. Europe-Amériques, XIXe-XXIe siècles: enjeux éditoriaux, traductions, circulation, écocritique”.
Pour suivre et participer à distance, un lien zoom est disponible sur demande (catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr).
Pour plus d’informations, consulter https://greces.hypotheses.org/314

Poursuivant sa réflexion sur la littérature jeunesse et sur l’importance des phénomènes éditoriaux pour en éclairer l’histoire et l’évolution, le GRECES consacre cette année son séminaire aux « petites bêtes » dans la littérature jeunesse. La compréhension du monde naturel est  un enjeu fort dans un monde soumis au changement climatique qui menace les équilibres politiques, économiques et sociaux actuels. Parmi les leviers possibles pour modifier notre rapport à la « nature », dont Philippe Descola a mis en évidence la complexité et la variété du sens dans Par-delà Nature et Culture (2005), la littérature jeunesse est mobilisée pour éduquer les enfants et les adolescents et modifier leur regard sur les écosystèmes fragilisés par certaines activités humaines (Chansignaud : 2016 et Prince et Thiltges : 2018). A l’instar des « Portraits de Pays », abondamment publiés après la 2de guerre mondiale afin de promouvoir la compréhension et la paix entre les peuples, les ouvrages actuels sur les animaux visent à faire connaître les petites et grandes bêtes qui peuplent notre monde quotidien ou des espaces plus lointains, afin d’éveiller les consciences des futurs citoyens sur leur importance fondamentale pour les équilibres écologiques. C’est l’une des conclusions de l’ouvrage dirigé par Christiane Connan-Pintado, L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse, paru en 2022, qui rassemble de nombreuses contributions sur la place que l’insecte occupe dans la littérature de jeunesse. L’insecte est une petite bête particulièrement intéressante dans la mesure où sa petite taille permet de créer une certaine altérité avec l’enfant. En développant une réflexion sur la connaissance des insectes et de la nature présente dans les libres pour la jeunesse, sur les genres littéraires et éditoriaux privilégiés (le conte, la fable, le roman, le théâtre, la poésie, le documentaire…) et sur les approches multiples de l’insecte (métamorphose, héroïsation, anthropomorphisation, individuation, écocritique, etc). dans des littératures de différentes époques et pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Brésil), cet ouvrage nourrit abondamment la réflexion sur les représentations de l’insecte et ses enjeux et ouvre de multiples champs de recherche encore à explorer.

Continuer la lecture de Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Appel à contributions : La traduction de la littérature pour la jeunesse au prisme des archives. Fonds, agents et politiques éditoriales (Université de Nanterre)

Journée d’étude : La traduction de la littérature pour la jeunesse au prisme des archives. Fonds, agents et politiques éditoriales

6 juin 2023, Université Paris Nanterre, Centre de Recherches Pluridisciplinaires Multilingues (CRPM)

Échéance des propositions : 15 février 2023

Comité d’organisation : Hélène Buzelin (Université de Montréal), Dorothée Cailleux (Université Paris Nanterre, CRPM), Chiara Denti (Université de Parme et Université Paris Nanterre, CRPM), Valeria Illuminati (Université de Bologne, Campus de Forlì), Mathilde Lévêque (Université Sorbonne Paris Nord)

Comité scientifique : Hélène Buzelin (Université de Montréal), Dorothée Cailleux (Université Paris Nanterre, CRPM), Chiara Denti (Université de Parme et Université Paris Nanterre, CRPM), Patrick Hersant (Université Paris 8), Valeria Illuminati (Université de Bologne, Campus de Forli), Mathilde Lévêque (Université Sorbonne Paris Nord), Lucia Quaquarelli (Université Paris Nanterre, CRPM), Jon Solomon (Université Lyon 3)

Le projet de recherche « Les fabriques de la traduction. Traduction et productions populaires et médiatiques » du Centre de Recherches Pluridisciplinaires Multilingues vise à interroger la pratique traductive à partir d’un corpus issu des fictions criminelles d’une part et des littératures d’enfance et de jeunesse d’autre part (LES FABRIQUES DE LA TRADUCTION – cdr crpm (parisnanterre.fr)).

Dans ce cadre, l’équipe qui se consacre à la littérature de jeunesse organise le 6 juin 2023 à l’Université Paris Nanterre une journée d’étude intitulée « La traduction de la littérature pour la jeunesse au prisme des archives. Fonds, agents et politiques éditoriales ».  

L’objectif de cette journée est de faire un tour d’horizon des fonds d’archives spécialisés en littérature jeunesse accessibles aux chercheur∙euse∙s dans différents pays européens et d’échanger sur les méthodologies et les pratiques des chercheur∙euse∙s ainsi que sur les résultats qu’il est possible d’obtenir à partir de ce type de travail. On interrogera également les politiques éditoriales contemporaines en matière de traduction et de conservation du travail d’édition à l’heure du numérique. La manifestation entend réunir archivistes, chercheur∙euse∙s, traducteur∙ice∙s, éditeur∙rice∙s, agents littéraires, etc. afin de mettre en lumière le travail de tou∙te∙s les acteur∙rice∙s qui contribuent à la réalisation du texte final.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La traduction de la littérature pour la jeunesse au prisme des archives. Fonds, agents et politiques éditoriales (Université de Nanterre)

Colloque : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant (BnF)

Colloque international : 1, 2, 3… regarde ! La photo, le livre, l’enfant

9 et 10 mars 2023, Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse

Colloque international, organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, le Fonds patrimonial Heure joyeuse – médiathèque Françoise-Sagan et le laboratoire CELLAM-GRECES de l’Université Rennes 2, avec le soutien de l’Afreloce.

Si la littérature pour la jeunesse est fréquemment illustrée de dessins, qu’advient-il lorsque ces illustrations sont des photographies ? Dès la fin du XIXe siècle, à la faveur des développements techniques qui ont facilité l’impression de ce type d’image, la photographie s’est taillée une place de choix dans les livres pour enfants et les ouvrages photographiques se sont multipliés, des abécédaires aux documentaires en passant par les contes de fées, les livres de voyages, les novellisations de films et les livres d’artistes.

En circulant dans les littératures européennes et américaines, de 1860 à nos jours, ce colloque se propose d’explorer les liens étroits entre les livres pour la jeunesse et la photographie. Il entend s’interroger sur les motivations des auteurs de ces ouvrages, mettre à jour les dispositifs

phototextuels et examiner comment texte et photographies s’articulent pour faire sens pour un jeune lecteur.
Ce colloque international se propose d’accueillir les réflexions des acteurs de la chaine du livre, photographes, écrivains, éditeurs mais aussi bibliothécaires et libraires ainsi que les analyses de chercheurs de différents horizons disciplinaires.

Appel à contributions : L’illustration dans la litterature de jeunesse des pays francophones (Hammamet, Tunisie)

1ère édition du Colloque International L’illustration dans la litterature de jeunesse des pays francophones 

1, 2 et 3 juin 2022, Hôtel Diar Lemdina Yasmine, Hammamet, Tunisie

Échéance des propositions : 1er février 2023

La première édition du colloque international « l’illustration dans la littérature de jeunesse des pays francophones », sera organisée par l’unité de recherche ELLIADD, l’École Doctorale LECLA Besançon (France), en collaboration avec l’Association Tunisienne des Arts Visuels, l’Université de Sousse, l’Institut Supérieur des Beaux-arts de Sousse, l’Institut Supérieur des Arts du Multimédia de la Manouba, et le Commissariat Régional des Affaires Culturelles de Sousse.

L’espace de la francophonie constitue, à travers son histoire, un cadre favorable à l’effervescence des productions littéraires et artistiques destinées à la jeunesse. D’après le rapport de l’Observatoire de la langue française, publié en 2018, le nombre des locuteurs est estimé à 300 millions répandus sur les cinq continents.

Ce colloque se veut donc être une occasion internationale de riche partage sur les enjeux de l’illustration dans tous les types de livres de jeunesse.

Les professionnels de l’image, tels que les graphistes qui travaillent sur les maquettes des productions littéraires de jeunesse sont invités à enrichir les activités des conférences, notamment, par leur retour d’expérience. Les didacticiens également ont leurs propres profils et leurs visions.

Dans la même perspective, l’illustration de jeunesse pourrait être un médium incontournable pour une médiation culturelle ou artistique. Aujourd’hui, les codes de l’écrit ont changé et ont évolué.

L’illustrateur de jeunesse actuel est invité à acquérir un apprentissage spécifique des fonctions de l’image et du langage plastique et esthétique, traduit par certains éléments comme les angles de vue, le cadrage, les couleurs, les formats, la mise en page, rapport texte/image …

L’illustration de jeunesse interroge donc ses acteurs sur autant de questions : comment devient-on illustrateur ? Pourquoi illustrer ? Quelles relations entre les acteurs du livre illustré ? Quel est le rapport de l’œuvre à l’image dans son espace de production, ainsi que dans l’environnement de sa réception ? Quelles sont les influences et les sources d’inspiration aux moments de la création ? Quel sens prend l’œuvre dans un espace différent de celui pour lequel elle était conçue ? Quels sont les enjeux de la
digitalisation sur la promotion des illustrateurs et leurs ouvrages artistiques ? …

Telles seront quelques interrogations au cœur de la réflexion lors de ce colloque international.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’illustration dans la litterature de jeunesse des pays francophones (Hammamet, Tunisie)

Parution : L’aventure politique du livre de jeunesse (C. Bruel)

Christian Bruel, L’aventure politique du livre de jeunesse, La Fabrique, 2022. 

Si elle se donne souvent comme paisible et consensuelle, l’offre de lecture adressée aux enfants et aux jeunes est toujours politique, qu’elle conforte l’ordre des choses ou qu’elle lui résiste.

En partageant nombre de ses lectures jubilatoires, admiratives ou circonspectes, Christian Bruel souligne tant la fécondité luxuriante d’une production créative à la marge, que l’inlassable travail des idéologies s’agissant de la famille, de l’école, du genre, de la sexualité, de l’économie, des discriminations, de l’esthétique, de la compétition, de l’écologie et de l’avenir.

Entre le relevé commenté des frilosités sociales, des évitements manifestes et des conformismes rentables, se glissent des propositions pour une autre formation littéraire des destinataires… et aussi une mère célibataire épanouie, une mare collectivisée par ses canards, des enfants solidaires résistant à « ceux qui décident », un chien libertaire se disant conservateur, l’indispensable travail du texte et ses articulations nouvelles avec  les images, quelques masculinités moins hégémoniques, des filles rebelles plus nombreuses, et de possibles mondes entrevus !

« Pourquoi craindre la dimension politique du livre jeunesse ? Christian Bruel, auteur et éditeur, nous rappelle les enjeux culturels et sociaux de la littérature pour enfants. » France Culture, Affaires en cours, 11 octobre 2022.

Christian Bruel

Créateur et éditeur d’albums pendant près de quarante ans, Christian Bruel forme des adultes aux enjeux culturels et sociaux de l’offre de lecture jeunesse. On peut consulter sa bibliographie sur le site des éditions Être.

Parution : Cahiers Robinson n°52, “La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université”

Cahiers Robinson n°52, “La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université“, 2022. 

Longtemps considérée comme une propédeutique à la lecture de la « vraie » littérature, les livres pour la jeunesse sont désormais lus pour eux-mêmes, pour leurs qualités propres, quelquefois jugées supérieures à celles de la lecture adulte. Cette légitimation par les instructions officielles, malgré ses hauts et ses bas, a suscité un intense travail de découverte et de recherche dans les instituts de formation, avec des orientations contrastées, la perspective didactique se nourrissant désormais de la reconnaissance des « pouvoirs de l’enchantement » (selon la formule d’Anne Besson, Les Pouvoirs de l’enchantement). La littérature de jeunesse occupe aussi une place de plus en plus importante dans les facultés de lettres, au prix sans doute de deux stratégies qui pourraient paraître contradictoires, d’une part la promotion d’un « mauvais genre » venant bousculer les programmes académiques, d’autre part la validation de livres qui font œuvre et qui méritent d’être retenus pour leurs qualités esthétiques (y compris celles de l’image, qui n’est plus simplement illustration) et pour leur aptitude à éveiller la pensée.

Sommaire

Francis Marcoin : De la maternelle à l’université (introduction)

Anne Besson : Littératures de l’imaginaire contemporaines pour la jeunesse au collège : des ressources inexploitées

Isabelle Harbonnier-Valdher : La littérature de jeunesse sur les étagères du CDI

Isabelle Casta : L’Hiver des quatre matins… Retour sur quatre moments de formation pour professeurs documentalistes

Cécile Boulaire : Enseigner l’album pour enfants à l’université : tensions et tentations

Bénédicte Milland-Bove, Aliyah Morgenstern et Marie Sorel : Vers une culture commune autour de la littérature de jeunesse à la Sorbonne Nouvelle

Pierre Audran : Approcher l’expérience de pensée en classe de Troisième avec Michael Ende

Sylvie Laurent-Farré : L’album, un médium iconotexte pour favoriser l’investissement des pré lecteurs

Emmanuelle Halgand : L’album de jeunesse iconotextuel et la formation du spectalecteur

Isabelle de Peretti : La littérature de jeunesse à l’école depuis 2002 : des prescriptions aux pratiques, quel(s) bilan(s) envisager ?

Francis Marcoin : Quand l’école faisait sa propre littérature de jeunesse

Guillemette Tison : Daudet et Lichtenberger, deux auteurs détournés par l’école

Varia

Patrick Tourchon et Leniiv Roman Maurice Jean ou Georges Bayard ; le doute sur M. Pervenchelle

Comptes rendus de lecture

Tous renseignements sur les anciens numéros, l’abonnement, etc sur
http://apu.univ-artois.fr/Revues-et-collections/Revue-Cahiers-Robinson

Parution : Strenae n°20-21, “Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires”

Strenae n°20-21, “Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires”

Sous la direction de Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier